Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues régionales : langues de France, langues d'Europe

 | 
Jérôme Bouvier
, 
Pierre Encrevé
, 
Jacques Fusina
, 
et al.

IV. Le débat. Opinions, propositions et témoignages

Texte intégral

Faire le pari de l’extra-territorialité. Intervenant dans la salle

1Je suis professeur de lettres et d’occitan à Noisy-le-Grand, au fin fond de la Seine Saint-Denis dans l’Académie de Créteil. La notion de territorialité des langues est, à mon sens, à repenser. Il faudrait sortir de cette optique d’ancrage dans un territoire qui a été la nôtre pendant trop longtemps.

2J’ai vingt-six élèves. À trois kilomètres de Noisy-le-Grand, à Villemomble, il y a également un cours de breton avec trente-cinq élèves. J’ai créé mon cours en 1976, j’enseigne depuis vingt-deux ans et j’enseigne effectivement un peu seul. Nous sommes peut-être les seuls dans l’académie de Créteil, mais nous existons.

3Nous sommes quelques-uns, en dehors de l’Occitanie, de la Bretagne, à enseigner en région parisienne. Il faudrait que nous soyons reconnus, que nous soyons aidés, que nous soyons encouragés et que notre droit à l’existence, si je puis dire, soit reconnu.

4[...] D’autre part, et là je me place sur le plan du témoignage, on me demande : « Alors, vous avez 26 Occitans dans votre cours ? » Pas du tout, et c’est là que cela devient encore plus intéressant : j’en ai peut-être un dont le grand-père était vaguement gascon ; les autres sont maghrébins, africains, essentiellement des Maliens (à Noisy-le-Grand il y a une forte communauté malienne) ; ce sont aussi des Portugais qui, d’ailleurs, sont très intéressés par la structure, l’orthographe de la langue. Alors, j’enseigne l’occitan comme une langue étrangère. J’ai tenu à donner un message d’occitanité à des gens qui, peut-être, au départ n’étaient pas du tout concernés.

5[...] L’offre est capitale et, même en dehors de nos pays, l’offre rencontrera des demandes, parce que, si nous proposions, le résultat serait absolument stupéfiant. En ne restant pas sur la territorialité nous pouvons conquérir beaucoup. Il ne faut pas maintenir, il faut maintenant conquérir non seulement à l’intérieur même de nos régions historiques, mais aussi à l’extérieur, et il faudra aussi montrer que nous avons des langues européennes, et même à vocation mondiale.

6Cette extra-territorialité qui nous est donnée, qui nous est offerte, nous devons la penser comme un espace de conquête.

Territoire des langues et droits des locuteurs

Bernard Oyharçabal

7La dimension sociale des langues nécessite la prise en compte des collectivités. De ce point de vue, les langues ne sont pas la simple addition d’expériences individuelles. Elles représentent autre chose, du point de vue historique comme du point de vue social. La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires s’appuie sur le fait que des langues sont parlées traditionnellement, c’est le terme employé, sur différents territoires de différents États, et fixe les conditions dans lesquelles les États s’engagent à préserver et à développer l’usage de ces langues. Ceci ne doit s’interpréter en aucune manière comme une opposition au fait que l’on puisse enseigner l’occitan à Berlin, le basque à San Francisco et le breton en Afrique. Ce n’est pas la question.

8En remettant en cause la notion de territorialité à propos des langues régionales, j’ai l’impression, et j’espère me tromper mais je crains ne pas me tromper, que le Rapport Carcassonne pour établir la compatibilité de la Constitution avec les dispositions de la Charte européenne, en vient à priver la Charte de toute force d’application en France, c’est-à-dire en fait à maintenir le statu quo. Pourquoi cela ? Parce qu’il semble privilégier une interprétation de la Charte telle que l’État pourrait aisément se soustraire aux engagements auxquels il souscrit. En effet, pour que des engagements contractés par les États soient respectés, il faut donner la possibilité aux éventuels bénéficiaires de ces engagements de s’en prévaloir si les organismes publics manquent à leurs obligations. Or, précisément, c’est ce à quoi s’oppose ledit rapport, qui d’une part souligne la compatibilité de la Charte avec la Constitution, mais d’autre part indique que cette même Constitution, empêche qu’à titre individuel ou à titre collectif, les locuteurs puissent se prévaloir des dispositions de la Charte. De même, il souligne les difficultés résultant de la notion de territorialité des langues régionales pour le droit public français, jugeant même la notion de territorialité associée aux langues, erronée et dangereuse !

9Donc si les dispositions relatives à ces langues doivent être envisagées sans tenir compte d’une limitation territoriale et si les locuteurs de ces langues n’ont aucun droit, ni individuel, ni collectif, regardant ces langues, comment les locuteurs et les gens en charge des territoires où ces langues sont pratiquées pourront-ils veiller au respect des textes et à la mise en place de politiques linguistiques actives favorables aux langues régionales ? Il y a là de fait une interprétation qui tend à vider le texte de sa substance, car l’État n’a guère montré jusqu’ici une attitude spontanément favorable au développement de ces langues.

Pourquoi pas un centre de langues régionales à Paris ?

Intervenante dans la salle

10J’étudie l’occitan à Paris, mais je suis d’origine alsacienne. Je voudrais vous poser une question : pourquoi ne pas créer un centre de langues régionales pour Paris et la région parisienne, afin d’unir vos forces ? Je pense que ces forces sont dispersées. Il y a beaucoup de provinciaux, de mutations professionnelles en direction de Paris et l’on ne sais plus où trouver ces forces dont on parle aujourd’hui. À Paris, on a des difficultés à trouver l’information : les Maisons de l’Hérault, de l’Aveyron, de l’Auvergne se sont tournées vers le tourisme et plus du tout vers la culture. Trouver comment apprendre une langue régionale est donc assez difficile.

Les limites de la culture

Intervenant dans la salle

11Je voudrais faire remarquer que l’on aborde, à mon avis, beaucoup trop le problème de la survie des langues régionales en termes de culture. La culture, c’est une bonne chose, mais je ne crois pas que l’on assurera la survie des langues régionales si l’on n’aborde pas le problème de la réintégration dans la vie sociale et, de ce point de vue, il m’apparaît fondamental d’aborder le problème de la territorialisation. Une langue a besoin de racines, a besoin de vivre et, dans la mesure où elle est devenue simplement une langue de culture, c’est une langue vouée à la mort.

12Je voudrais vous faire part de mon expérience. Je vais souvent dans le département de l’Aveyron d’où je suis natif et je vois bien que les jeunes générations ne s’intéressent pas du tout à la langue occitane, parce qu’ils ne voient pas à quoi cela va servir. Pour eux, Internet, c’est un mythe ; pour eux, parler de l’occitan dans les universités, cela ne compte pas, ce n’est pas leur problème. L’occitan est quelque chose qu’ils reparleront, qui vivra, qui survivra dans la mesure où on le parlera au bistrot, sur un champ de foire et dans l’administration. C’est une des raisons qui me font dire qu’il ne faudrait pas se limiter à aborder le problème de l’enseignement. Il faut dire aux locuteurs à quoi ça va leur servir. Sinon je crois que nous perdons notre temps.

La Charte ne réglera pas tout

13J’ai envie de tirer la sonnette d’alarme en disant : ne reportons pas sur la Charte tout ce qu’on pourrait déjà commencer à mettre en œuvre maintenant. Lorsque l’on parle de l’Éducation nationale, il faut savoir qu’il y a un manque criant de professeurs dans les écoles à parité ; la formation aurait dû être mise en place déjà depuis quelques années. On a parlé des pionniers, des associations qui ont créé les écoles, mais, dès les années quatre-vingt, l’Éducation nationale s’y est mise, et pourtant le manque de professeurs est criant. Sur cette question, ce n’est pas la Charte qui, par un coup de baguette magique, va tout régler. J’ai envie de dire à tout le monde : utilisons nos compétences, notre imagination, pour que les pouvoirs locaux, régionaux, ministériels se saisissent de ce problème et fassent déjà ce qui est en leur pouvoir, sinon on n’avancera pas. La bonne volonté et les textes ne règleront pas tout. D’autant qu’il y a 15 % d’augmentation des élèves dans ce type de classe tous les ans, quelles que soient les régions : en gros, 15 %, en maternelle et primaire, tandis que l’on assiste à une baisse démographique des élèves en France de ce niveau d’âge.

L’enjeu du bilinguisme

14Si les gens parlent une langue, il est beaucoup plus facile en leur enseignant leur propre langue de les rendre bilingues. Ce problème est celui de l’acquisition d’une langue première et de l’apprentissage d’une langue seconde. L’enseignement passe aussi par les petits, par l’école primaire et effectivement peut-être par le pré-scolaire. Nous savons très bien que plus les gens acquièrent de façon contemporaine plus d’une langue, plus ils ont la possibilité d’être bilingue, trilingue et quadrilingue.

Andrew Lincoln

15Le bilinguisme précoce et ses avantages en termes de psycholinguistique sont un élément-clé de notre argumentaire. On est en train d’essayer de créer une sphère publique citoyenne en Europe qui implique la communication en plusieurs langues. On doit assumer en Europe le fait que l’Europe est une polyculture et je pense que la France pourrait apprendre déjà beaucoup par rapport au travail fait autour des langues régionales et du bilinguisme. On a là un tremplin pour aller vraiment vers un statut de citoyen européen.

Des milliers de langues en danger

Bernard Oyharçabal

16Le problème de la survie de centaines et même de milliers de langues dans les décennies futures est posé. Il est évident qu’il y a une tendance lourde qu’il sera très difficile d’arrêter et qui conduit à la disparition rapide d’un grand nombre de langues dans le monde. De très nombreuses langues, en Afrique, en Amérique, en Asie et Océanie surtout, sont gravement menacées, car parlées par un nombre très restreint de locuteurs, dans des conditions sociolinguistiques qui n’ont rien à voir avec celles qui sont évoquées ici. Au cours de ces dernières années de nombreux linguistes se sont inquiétés de cette situation. Très récemment l’un d’entre eux, Dixon, qui a beaucoup travaillé sur les langues aborigènes d’Australie, a demandé de manière quelque peu dramatique à ses collègues de privilégier désormais dans leurs travaux la description de ces langues menacées d’une disparition prochaine. Il s’agit là, selon lui, d’une question d’éthique professionnelle et de responsabilité relativement à la sauvegarde d’une partie essentielle de la mémoire culturelle de l’humanité.

17Ceci dit, on ne peut comparer les situations des langues régionales dont nous parlons ici avec les langues évoquées par Dixon. Cependant, du fait de l’héritage colonial en Guyane, Nouvelle Calédonie et autres territoires de même type, il s’agit d’une question qui concerne aussi directement la France et à laquelle il faut aussi faire face avec des moyens adaptés à ces situations.

18Mais je ne vois pas pour ma part l’utilité d’opposer ces réalités linguistiques. L’attitude qui consisterait à arguer des difficultés des unes pour mieux justifier un comportement agressif à l’égard de celles pour lesquelles on est en mesure d’agir me paraît notamment tout à fait inacceptable. La défense de la diversité linguistique ne se découpe pas.

Un autre modèle de scolarisation

19Je pense que la répartition entre le champ associatif et le champ de l’enseignement public peut poser un problème de motivation chez les familles, parce que le choix d’un type de scolarisation dans ce domaine pose aussi celui d’un certain mode de relation à la société environnante. Il me semble qu’il y aurait un modèle qui consisterait à fournir un enseignement public, ramené sur l’après-midi, qui laisserait la place le matin à un enseignement de « dominantes » assuré par des associations, avec une complémentarité entre les deux systèmes. Les élèves de la maîtrise de Radio-France ont une scolarisation dans un système musical le matin, et ils ont une scolarisation assurée dans un établissement secondaire public – qui leur donne un enseignement condensé – l’après-midi. On pourrait s’en inspirer pour profiter à la fois de tout le potentiel de spécificités que l’on peut avoir en France, et que les associations peuvent assurer et, en même temps, donner à ces élèves un ancrage dans la société française qui fassent que les parents ne se trouvent pas face à un dilemme entre un choix de scolarisation dicté par un militantisme, ou un choix tourné vers l’avenir de leurs enfants.

Un objectif : la transmission naturelle

Andrew Lincoln

20Le fait que l’on soit obligé de centrer un élément du débat sur l’enseignement est un aveu, en quelque sorte, de faiblesse face au problème de la transmission maternelle naturelle de nos langues. On a besoin d’abord de démarches beaucoup plus globales ; on a besoin de parler, comme tous les Basques, en termes de plan d’aménagement linguistique global. L’objet n’est pas simplement d’avoir des langues qui tournent à l’intérieur du système scolaire, mais d’avoir des langues qui redeviennent, de façon moderne, des vecteurs de la sociabilité et qui arrivent à rétablir un rapport avec l’emploi. Parce que, quand on analyse les raisons de la non-transmission de ces langues, l’emploi est un élément très important et il y aura là, dans les mois et les années à venir, beaucoup de travail à faire.

Sur la mondialisation

Jacques Fusina

21Dans un article relativement récent du Monde diplomatique, l’ancien ministre Edgar Pisani se posait le problème de la mondialisation des échanges, à travers précisément les rapports entre le culturel et le politique et il opposait à sa manière une unité vraie à l’uniformité qu’il refusait. L’unité vraie, disait-il, est une donnée naturelle qui peut être une réponse aux excès de la diversité, alors que l’uniformité doit obligatoirement avoir comme contrepoids la sauvegarde des diversités. C’est apparemment paradoxal. Il expliquait que c’est là justement que s’inscrit le jeu dialectique rigoureux qui se pose aujourd’hui dans les domaines de mondialisation des échanges. Il précisait ainsi sa pensée en disant que « la mondialisation pour être acceptable doit se situer dans ce jeu dialectique où elle a pour contrepoids la sauvegarde des diversités culturelles, la prise en compte des diversités naturelles » et il terminait en estimant que si, dans la situation actuelle, « seul manque le politique, il faut peut-être le réinventer ».

Le point de vue du sujet

Claire Torreilles

22Pour ce qui est du rapport de l’enseignement et des langues, les langues vivent et meurent sans l’enseignement, en dehors de lui, et je crois qu’il ne faut pas seulement prendre le point de vue des langues, mais le point de vue du sujet qui parle une langue, de l’individu. Je pense à un article de Bentolila, très pondéré et en même temps très aigu, du Monde du 29 janvier, qui dit à un moment donné : « l’école, en France, ça fait plusieurs siècles, n’a pas su comprendre les enjeux de la pluralité des langues parlées et du pouvoir linguistique, ce que représente le pouvoir linguistique qu’on peut donner à un sujet, à un élève, à un individu ». Ce qui s’est passé pour les langues régionales, et que l’on essaye de redresser actuellement, je crois que cela se passe aussi, d’une certaine façon, pour toutes les langues parlées, toutes les langues que les enfants peuvent parler. Ils sont loin de les retrouver à l’école et ils sont loin de retrouver cette possibilité de valorisation. Je crois que c’est dans cet ordre de valeur que l’on travaille.

Ouverture et débouchés

Jean Salles-Loustau

23En pensant aux élèves et à ce qu’ils vont devenir, je crois que l’on peut dire que, jusqu’à maintenant, les élèves qui ont choisi, ou dont les parents ont choisi pour eux, d’étudier une langue régionale et parfois de l’étudier de façon forte – c’est-à-dire d’être des étudiants dans les DEUG, les licences, et de devenir des spécialistes – ces élèves ne le regrettent pas, y compris du point de vue de la professionnalisation. Malgré les énormes difficultés que l’on a vues et qui concernent les langues régionales, il y a des métiers, il y a des ouvertures. Et ce n’est pas par hasard si la société demande, en fait, des langues régionales : c’est parce qu’il y a un véritable appel d’air, et il y a des débouchés. Je voudrais tout simplement dire que ce qui se passe au niveau des métiers représente (et si nous nous attachons à débattre et à évoluer de façon critique et en même temps ouverte à toutes les suggestions) ce qui se passe au niveau de la citoyenneté. Je crois que nos langues représentent une véritable ouverture, un véritable changement, des opportunités pour la jeunesse, c’est cela qui doit guider pour l’avenir notre action.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access