Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire ensemble, vivre ensemble

 | 
Bernard Bachman
, 
Anne-Marie Bertrand
, 
Regis Debray
, 
et al.

Table ronde : les bibliothèques, lieux d’intégration ou de confrontation des identités

Le point de vue de la médiathèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie

Bernard Bachman

Texte intégral

« Le réel n’est jamais ce qu’on pouvait croire mais il est toujours ce qu’on aurait du penser. »
Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique.

1Nous avons le sentiment d’avoir une offre de première qualité, un personnel très professionnel et bien intentionné et un public nombreux et exigeant. Nous avons un certain nombre de valeurs et une éthique de la profession. Parmi ces valeurs, il en est deux qui nous semblent respectables : la nécessité d’un relatif silence pour permettre à chacun de s’absorber dans sa réflexion ou son travail ; accéder sans entrave à l’offre multimédia et multisupport mise à disposition. Nos bonnes intentions sont matérialisées pour que chacun puisse « lire et vivre ensemble », en particulier dans nos espaces. Elles nous donnent cependant une vision, pour reprendre l’expression de Cioran, « optimiste et aérienne ».

2Malheureusement, vous l’avez compris, cela ne marche pas tout à fait comme cela. Nous constatons de plus en plus de « détournements d’usages » qui non seulement nous interrogent sur la justesse de notre offre mais surtout nous empêchent de respecter la promesse de « lire et vivre ensemble ». Les conflits d’usages deviennent une véritable gène, un empêchement, voire une exclusion. C’est là que commence l’interpellation à l’institution. Cette interpellation nous oblige à revoir notre offre, notre politique documentaire, l’aménagement de nos espaces et notre représentation de l’usager.

3« Vivre ensemble » est en premier lieu, et principalement, un programme pour la Cité des sciences et de l’industrie. La médiathèque est une des directions productrices de l’offre. Il s’agit d’une offre documentaire en libre accès et empruntable et d’une offre de service. L’offre documentaire est répartie en pôles thématiques, le vivant et l’environnement, les sciences exactes et les industries, les sciences et la société, l’histoire des sciences, l’enfance. Les services et le conseil se déclinent en Cité des métiers, Cité de la santé et Carrefour numérique. La médiation documentaire humaine occupe une grande place dans la mise à disposition de l’offre. Dans le cadre de ce programme Vivre ensemble nous avons apporté une mobilisation documentaire forte sur place et en ligne : un salon de lecture, une sélection de documents pour tous les publics, des films, des débats...

4Mais ce n’est pas de cette offre documentaire pluridisciplinaire de lutte contre le racisme et l’antisémitisme dont je vais vous parler qui est en sorte notre réponse professionnelle pour une action nationale et qui trouve un bon écho auprès de nos publics.

5Je vais vous parler d’une réflexion et d’un ensemble d’actions qui mettent en scène des acteurs que sont les usagers et le personnel de la médiathèque, des offres couvrant le champ de la science, de la technique et de la société dans son rapport aux technosciences et enfin des lieux répartis sur un espace de 10 000 m2, la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie.

Les acteurs

6Les usagers sont hétérogènes, une mosaïque riche et complexe variant sur une période de douze mois. Le flux est important puisque sur tous les espaces de la médiathèque nous enregistrons de l’ordre du million de visiteurs par an. Nos enquêtes de public nous renseignent sur qui sont ces visiteurs et quelles sont leurs logiques d’usage. Les deux grandes catégories sont les assidus et les occasionnels.

7Les premiers ne viennent pas à la médiathèque pour se distraire mais pour apprendre, pour emprunter des documents ou pour approfondir un sujet. Ils viennent très régulièrement. Ils ont souvent leur place et connaissent bien les médiathécaires.

8Les seconds sont des « flâneurs » que je distingue en « flâneurs documentaires » – ceux qui découvrent la médiathèque et expérimentent les ressources, y compris les conseils métier, santé, numérique – et en « flâneurs non documentaires, c’est-à-dire considérant l’espace comme un lieu public de promenade, de rencontre et de jeux (quand il ne s’agit pas de « squat mobile » qui est une manière d’occuper le lieu en le niant). N’oublions pas qu’une des promesses de la Cité des sciences et de l’industrie, dans sa totalité, est d’apprendre en s’amusant, en mobilisant aussi la part d’émotion et de rêve de chacun.

9L’espace, le libre accès permettent aux visiteurs de construire leur propre stratégie d’utilisation des ressources même si les visites sont guidées par l’opportunité – « avoir une chaise et une table dans un lieu de travail agréable » –, par nécessité – « pour satisfaire un besoin d’information » – ou par plaisir – « pour se détendre ». Ajoutons aussi que c’est quelquefois purement par hasard.

10Ces visiteurs appartiennent à toutes les classes d’âge. Cependant la majorité d’entre eux ont entre 15 et 25 ans. Ils viennent surtout de la région parisienne et surtout du 19e arrondissement (proximité). Les origines sociales, les trajectoires scolaires et professionnelles sont variables. La proximité favorise la familiarité avec la médiathèque, ce qui est une bonne chose mais amène aussi un phénomène de privatisation de l’espace transformant l’espace public en espace privé. D’où des excès menant à des conflits pour l’occupation d’une place et la possession d’une chaise. Nous avons lentement constaté une dégradation due à ses conflits répétés menaçant le « lire ensemble » que nous proposons.

11Augmentation du bruit, conflits répétés entre usagers, médiathécaires et agents de sécurité, appropriation de territoire par quelques groupes, exclusion des autres y compris la quasi-impossibilité d’accéder à l’offre documentaire durant les périodes de révision d’examen, comprenez d’utilisation exclusive de tables et de chaises.

12À partir de là, je vais emprunter à Claude Poissenot et à Sophie Ranjard les analyses qu’ils livrent dans leur dernier livre sur « l’usage des bibliothèques », parue aux presses de l’enssib.

13« Avant de se demander s’il est bon que les usagers se comportent de la sorte, il s’agit de chercher à comprendre ce qui les conduit à se comporter de cette façon. » Les bibliothécaires demeurent perçus par les usagers comme détenteurs d’un ordre qu’ils doivent respecter... La bibliothèque structure l’espace en fonction de critères qui lui sont propres. Les usagers pénètrent dans ce lieu construit par d’autres sans que cela leur interdise de s’accommoder, voire de détourner cet ordre en fonction de leurs propres attentes. Les situations de crises correspondent à celles dans lesquelles les bibliothécaires font le constat de comportements totalement incompatibles avec la manière dont ils définissent la situation. »

14Dans le Bulletin des bibliothèques de France, nous avons eu des analyses sur les conflits de génération, les malentendus culturels, les systèmes de normes, les systèmes de valeur, les racismes anti-jeunes et anti-vieux, l’ignorance de l’autre...

15Nous voyons bien là la nécessité de réagir afin de redonner du sens au lieu et aux actions qui sont entreprises. N’oublions pas qu’une de nos missions fondamentales du « vivre ensemble » c’est de permettre l’accession à un savoir scientifique de base pour rendre plus citoyen l’individu dans la compréhension des enjeux économiques, écologiques et sociaux. Pierre-Gilles de Gennes rappelle qu’une démocratie ne peut pas fonctionner sans éduquer ses citoyens sur ces questions de plus en plus indispensables pour prendre des décisions individuelles ou collectives. Nous avons un rôle en dehors de l’école, tout en gardant notre place mais en assumant pleinement nos responsabilités.

Les offres

16Nous avons parlé de l’offre documentaire sur les sciences et les techniques.

17Nous offrons une grande variété de supports :

  • L’offre documentaire
  • Les conseils, Cité des métiers et Cité des métiers.
  • La formation.

18Nous nous sommes aperçus qu’il nous manquait un maillon dans la chaîne de transmission des savoirs. La mise en place de ce maillon nécessite la compréhension de pas mal de choses en ce qui concerne les motivations mais aussi les non-motivations vis-à-vis de l’offre documentaire d’une part, de l’offre de science d’autre part. Nous oublions que par essence l’écrit est normatif et prescriptif (article de George Steiner dans la revue Esprit de janvier 2005). Nous n’avons pas conscience de prescrire, donc d’ordonner, et pourtant c’est ce que nous faisons. Il est nécessaire non seulement de construire des « premières marches » d’accès au savoir mais aussi de temps à autre, lorsque c’est opportun, de tendre la main et d’accompagner l’individu vers le franchissement de cette première marche. C’est dans cet esprit que nous avons mis en place, avec l’aide de stagiaires de grandes écoles scientifiques, une stratégie d’accompagnement soit scolaire soit d’accès tout simplement au savoir pour des jeunes en priorité qui ont des difficultés à vaincre les obstacles de cet accès.

19Notre propos est dans la médiation humaine spécifique et ciblée.

Les lieux, les actions

20– Rétablir le bon usage, c’est-à-dire permettre la liberté à chacun de choisir sa stratégie d’appropriation de l’offre. Choix de travailler dans le calme et le silence, choix de regarder un film, de lire une revue tranquillement ou de s’inscrire dans une dynamique de formation, d’autoformation...

21– Pour cela nous avons pris la décision de créer une zone de silence qui est un espace d’étude et de dégager des espaces plus de loisir découverte.

22– De renforcer le gardiennage et l’accompagnement.

23– De travailler plus étroitement entre médiathécaires et agents de sécurité.

24De créer un « comité » des usagers... de mettre du liant social.

25– Stratégie d’alliance avec nos publics et principe de satisfaction partagé, le sentiment qu’il nous faut être adaptés à un environnement changeant.

26Nous pensons qu’aujourd’hui la bibliothèque pour respecter le lire ensemble et le vivre ensemble « se gère plus par la culture que par la structure », ce que Marcel Boiteux, pour l’entreprise en général – et la bibliothèque aujourd’hui en est une –, annonçait dès 1986 dans la Revue des sciences morales et politiques. Culture plutôt que structure. Et comme les deux termes sont fortement polysémiques je vous laisse réfléchir et poser, je n’en doute pas, de nombreuses questions.

Bibliographie

Bibliographie

Poissenot, Claude, Ranjart, Sophie, Usages des bibliothèques, approche sociologique et méthodologique, Paris, Presse de l’enssib, 2005.

Gennes, Pierre Gilles de, Bardoz, Jacques, Les Objets fragiles, Paris, Plon, 1994.

Auteur

Directeur de la médiathèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable