Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Débat : les nouvelles formes de mobilisation : des féminismes face aux discriminations

Des féminismes face aux discriminations : MixCité

Juliette Rennes

Texte intégral

La création de Mix-Cité

1L’association Mix-Cité, mouvement mixte pour l’égalité des sexes, a été fondée en 1997, à l’occasion des Assises nationales pour les droits des femmes. Rétrospectivement, on peut dire que cette naissance procède d’un double constat quant à l’état du mouvement féministe à la fin des années quatre-vingt-dix.

2Le premier est l’absence de relève générationnelle : dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, qui correspondaient pour beaucoup d’entre nous à la période du collège et du lycée, nous avions connu certaines formes de militantisme – par exemple en s’engageant dans les mouvements lycéens ou les associations antiracistes – mais nous n’avions pas porté de revendications féministes. Excepté ceux et celles qui s’étaient appropriés la mémoire des mouvements de femmes des années soixante-dix – par exemple par l’intermédiaire de parents engagés –, dans l’ensemble, nous n’en avions pas de connaissance précise. Nous ne faisions pas véritablement la connexion entre ces combats multiples et les acquis dont nous profitions en terme de liberté (liberté de disposer de son corps, de s’émanciper des rôles traditionnels, etc.). Le lieu commun de l’égalité acquise, qui a largement dominé le discours sur les sexes dans les années quatre-vingt, nous empêchait souvent de percevoir le caractère inachevé de ces combats du point de vue de l’égalité, de la mixité ou encore de la lutte contre les violences. La création de Mix-Cité correspondait d’abord à une prise de conscience : il s’agissait, dans un premier temps, de se former, de s’informer et de se situer dans une filiation avec les mouvements féministes des années soixante-dix.

3Entre filiation et rupture, le deuxième constat portait sur la dominante non mixte des mouvements issus des années soixante-dix. Cette non-mixité s’était imposée dans un contexte marqué par l’importance des problématiques de la sexualité et du privé, elle s’était également avérée nécessaire comme dispositif stratégique visant à montrer l’autonomie du mouvement des femmes. À la fin des années quatre-vingt-dix, le contexte et le champ de ce qu’il restait à revendiquer avaient évolué. Parallèlement à l’apparition de la notion de « genre » au cours des années quatre-vingt dans la recherche française en sciences humaines et sociales – qui entend prendre en compte la coconstruction historique du féminin et du masculin –, il s’agissait de porter, sur la scène militante, des revendications concrètes sur la transformation des relations entre les sexes et la mise en question des stéréotypes de la virilité et de la féminité : la question du partage des tâches domestiques et des rôles parentaux, de la mixité des sphères professionnelles et, plus généralement, la remise en cause des normes de genre n’étaient certes pas inconnues des mouvements des années soixante-dix (et sans doute le fait même qu’à la génération suivante des hommes s’engagent dans les mouvements féministes signifie qu’il y a bien eu à ce niveau une forme de transmission), mais elles étaient encore largement inabouties et elles n’ont pas été formulées dans le cadre d’un militantisme mixte. Or, il nous paraissait évident, non seulement que ces questions devaient désormais concerner aussi bien les hommes que les femmes, mais aussi que les relations et les rôles stéréotypés constituaient un appauvrissement pour les deux sexes. Même s’il serait naïf de croire que l’intérêt des femmes et des hommes dans les luttes féministes est initialement identique, l’idée que le féminisme comme l’antiracisme, la lutte contre l’homophobie, ou contre tout autre forme de discrimination devrait faire partie des principes de base d’un engagement progressiste, que l’on soit homme ou femme, constitue une conviction de l’association.

Les activités

4Après sept ans d’existence, les activités de Mix-Cité sont aujourd’hui assez variées, aussi bien du point de vue de leur format que de leur visée,. D’abord, les actions publiques « ludiques » pour attirer l’attention des médias et des pouvoirs publics sur le sexisme ordinaire : celui de telle campagne de publicité, de telle émission télévisée, de tel propos public. Notre action sur les catalogues de jouets pour enfants à Noël en fait partie. Nous voulions attirer l’attention sur la façon dont ces catalogues – quasi unanimement, et à l’image de l’organisation sexuée des rayons de jouets dans les grands magasins – réservent aux fillettes (pages roses de l’immense majorité des catalogues) les jouets liés à la beauté, à la maternité et aux tâches domestiques (Barbies, têtes à coiffer, poupées, mini-aspirateurs, dînette, etc.), pour présenter au contraire, comme masculins, les jeux de constructions, de guerre et d’exercice physique. Il s’agissait pour nous, non seulement de réfléchir et de faire réfléchir à la force de ces stéréotypes, mais aussi de les subvertir. Depuis quatre ans, à Noël, sur le thème « pas de cadeau pour le sexisme ! », postés devant de grands magasins, nous distribuons des « contre-catalogues » de jouets, discutons avec les parents, parfois entrons dans les magasins pour mélanger les rayons « filles » et « garçons » ou apposer des autocollants « pour les filles aussi ! » et « pour les garçons aussi ! ».

5Un deuxième type d’activité, plus régulier, consiste à organiser des débats ouverts au public sur des thèmes féministes (réunions plénières mensuelles avec des invités, « caféministes », colloques…). Un troisième type d’activité se prépare dans nos commissions de travail (parentalité, violences, prostitution, sexisme publicitaire, modes de garde, etc.) qui préparent des interventions publiques, des affiches, des outils pédagogiques et élaborent des revendications politiques concrètes que l’on soumet régulièrement aux pouvoirs publics. La commission de travail actuellement la plus active porte sur l’éducation antisexiste du public scolaire et des enseignants. Les membres de cette commission interviennent dans le cadre de la formation continue du personnel enseignant au rectorat de Créteil, lors de stages de sensibilisation aux discriminations, ainsi que dans de nombreux collèges et lycées sur la demande des conseillers d’éducation, de proviseurs, de professeurs pour organiser dans les classes, des débats sur le sexisme. Parfois des discussions en groupe non mixtes sont organisées, notamment pour faciliter la parole sur les relations filles / garçons dans des contextes de violence ou tout simplement pour parler de sexualité. Sur la question du sexisme dans les programmes et les manuels scolaires, il existe de nombreuses recommandations officielles, mais elles ne sont pas véritablement prises au sérieux par les inspecteurs de l’éducation, et souvent les enseignants ne les connaissent pas. Il y a donc dans ce secteur, pour les associations comme les nôtres, un travail de vigilance et d’information à mener.

Auteur

Porte-parole de l’association MixCité (2001-2003)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access