Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Débat : des luttes toujours actuelles

Place de l’avortement dans la vie des femmes

Annie Bureau

Texte intégral

1Avec l’accès à l’éducation et au travail non réduit au subalterne, la place des femmes dans la société est bouleversée de même que la relation homme / femme. Mais aucun changement dans les lois ou les mœurs n’a eu autant d’impact sur la place des femmes que l’accès à la contraception et l’avortement légalisé.

2Dès le début du xxe siècle, les Français restreignent leur descendance : la surmortalité liée à la surfécondité n’est plus acceptable. La place de l’enfant dans la famille et la société change ; l’enfant à naître n’est plus une contrainte mais un désir, et il s’établit de nouvelles relations entre les couples.

3La législation en matière de contraception en 1967 et d’avortement en 1975 va faire passer la maîtrise de la procréation du pouvoir des hommes à celui des femmes.

4Pour accéder à une place entière et digne dans le monde de l’éducation, du travail et de la culture, les femmes doivent prévoir leurs grossesses et faire coïncider désir d’enfant et promotion sociale. Pour poursuivre des études, accéder à une formation, à un poste de responsabilité dans le travail, les jeunes femmes doivent reporter la date de l’élevage des enfants. Les grossesses non prévues sont évitées par la contraception et les erreurs corrigées par l’avortement. Les femmes peuvent alors revendiquer le droit au plaisir et à une sexualité non vouée à la procréation ; la conquête de l’égalité est possible et cela n’échappera pas aux défenseurs de l’ordre établi.

Pourquoi une loi en 1967, 1975 et 2001 ?

5Parallèlement à l’évolution des mœurs, l’élévation du niveau de vie et les progrès de la médecine rendent la souffrance et la mort des femmes intolérable. L’évolution des techniques permet l’accès à la contraception et l’avortement.

Contraception

6La loi de 1967 est préparée en Europe par l’apparition dans les pays anglo-saxons du Birth Control apparu à cause du drame de l’avortement clandestin dans les classes laborieuses ; la contraception étant censée y mettre fin. Après les méthodes traditionnelles, les techniques fiables vont apparaître quand l’industrie pharmaceutique y trouvera un large champ de commercialisation.

Avortement

7L’apparition d’antibiotiques avait déjà fait reculer la mortalité par avortement clandestin dans les années soixante, la méthode d’aspiration puis médicamenteuse et la pratique par des médecins rendra l’acte légal, efficace et sûr.

8La loi de 1975 : entraînées par un fort mouvement féministe, les femmes sont dans la rue, il faut faire cesser le scandale des avortements exécutés au grand jour par des médecins militants – voir des non-médecins – et rétablir l’ordre. Mme Veil saura plaider avec talent auprès d’une Assemblée composée d’hommes hostiles et méprisants, l’injustice de l’intolérable prix payé par la santé des femmes, le rétablissement de l’ordre et, sous couvert de la notion de « détresse » seule jugée par la femme, la libre disposition de son corps.

9L’avortement n’est pas un droit mais une liberté : une liberté surveillée et même protégée (en 1993 par la loi Neuwirtz sur le délit d’entrave à l’avortement).

10La loi sera promulguée définitivement en 1979 ; elle encadre et contrôle l’avortement ; l’article 317 qui pénalise l’avortement est en vigueur quand les conditions établies par la loi ne sont pas respectées : avortement par un médecin, dans un hôpital, dans des limites étroites de terme de dix semaines de grossesse ; les mineures doivent se soumettre à autorisation et toutes les femmes bénéficier d’un entretien destiné à leur exposer les moyens de garder leur grossesse.

11La loi de 2001 : En 2000, après la campagne nationale pour la contraception, il est apparu nécessaire de réactualiser les conditions d’accès à l’avortement et de les rapprocher des normes européennes. Sous la pression des mouvements féministes et des professionnels acquis à cette liberté pour les femmes, la loi établit un droit à l’avortement : dépénalisation, élargissement du terme pour l’IVG, accessibilité de l’avortement médical après douze semaines de grossesse, droit des mineures, contrôle social atténué par l’entretien non obligatoire et l’avortement médicamenteux à la maison, autorisation de l’information du public.

Le regard de la société sur l’avortement

12La maîtrise de la procréation intéresse tout le corps social. La notion d’avortement criminel a marqué les esprits de plusieurs générations qui n’imaginent pas la sécurité de l’avortement médicalisé. Bien que l’opinion publique admette maintenant l’ivg, cet acte suscite toujours une attitude réprobatrice. La suppression d’une vie en fait un acte à part et même si la pratique peut en être banalisée, la culpabilité est encore souvent présente. Il faut donc respecter les sentiments de la femme et les professionnels devraient être là pour l’aider à traverser ce qui peut être une épreuve parfois difficile.

13Mais surtout, il faut souligner l’extrême méfiance de la société envers la liberté des femmes : à chaque liberté conquise, elle est censée en faire mauvais usage, « elle va faire n’importe quoi » : cette expression revient à chaque fois qu’elle peut disposer d’un instrument de libération – contraception, avortement, contraception d’urgence, élargissement des délais d’ivg. En témoigne l’offensive des anti-ivg contre le RU 486, en 1989, avec pour prétexte que l’avortement trop facile devait ravager les familles.

Qui avorte aujourd’hui ?

14La grossesse, l’accouchement, la contraception, sont des moments différents dans la vie d’une femme ; une femme sur deux avorte et presque toutes veulent des enfants.

15Mais une question reste récurrente : pourquoi autant d’avortements ? C’est le caractère aléatoire de la contraception qui entre en jeu. Les techniques contraceptives, mêmes sûres, se pratiquent chez un être humain imparfait en proie aux aléas de la vie, de l’amour, de la santé et aux désirs contradictoires. Le désir de grossesse ne dépend pas des conditions matérielles, alors que les conditions matérielles conditionnent la venue de l’enfant. La contraception est parfois vécue comme une contrainte et il faut parfois un ou plusieurs avortements pour que la femme ou le couple intègrent bien la contraception dans leur vie.

16En fait, le nombre de grossesses non prévues a diminué depuis 1975, mais les femmes avortent plus souvent dans ce cas. Car les motifs d’avortements varient : il n’y a plus de mariage forcé par une grossesse, et les femmes et les hommes sont soucieux de la qualité de l’accueil de l’enfant. « Une ivg ne constitue pas une naissance en moins, mais une naissance reportée à plus tard, dans un contexte plus favorable. » (Enquête Inserm / Ined 2004.)

L’application de la loi

17Une loi peut être en avance sur l’opinion publique et son application dépend de la détermination des autorités à la mettre en œuvre. Les professionnels détiennent les moyens de l’appliquer, mais les médecins sont des citoyens comme les autres et pas particulièrement préoccupés du droit des femmes.

  • En 1975, il existait une réticence du corps médical à appliquer la loi – particulièrement dans la hiérarchie hospitalière chargée de l’enseignement – et à utiliser les nouvelles méthodes (le curetage a sévi encore dans les services de chirurgie après 1979). Le corps médical finit par se laisser convaincre par la disparition de la mortalité et la diminution drastique de la morbidité dues à l’avortement médicalisé, mais se résout mal à voir le pouvoir de décision lui échapper.
  • En 2001, des médecins – y compris parmi ceux qui sont entraînés à faire des avortements – désapprouvent l’élargissement des conditions légales.

18Ils refusent le report du délai d’intervention à douze ou quatorze semaines en invoquant le fantasme de la « dérive eugénique », du choix du sexe, du report de la décision à une époque tardive.

19Ils rejettent l’absence d’autorisation parentale chez les mineures par peur de leur autonomie sexuelle et les anesthésistes résistent sous prétexte de la nécessaire autorisation parentale pour opérer les mineures en pratique courante.

20Le retard à la mise en place de l’avortement médicamenteux par peur d’un accès facile pour les femmes, le refus de l’achat du médicament abortif par la femme en pharmacie illustrent cette méfiance.

L’accès à l’avortement en 2005

21L’avortement est devenu sûr et non dangereux : disparition de la mortalité, diminution spectaculaire de la morbidité – actuellement les infections sexuellement transmissibles sont le principal facteur de stérilité féminine. Il est établi que la contraception la moins dangereuse pour la santé serait pendant toute la vie : préservatif et avortement si grossesse imprévue.

22L’expérience montre qu’un accès facile et rapide à l’avortement permet d’en diminuer les risques et que les femmes se préoccupent de plus en plus tôt d’interrompre leur grossesse.

23Et pourtant, la lenteur de la mise en place des moyens d’accueil et l’absence de motivation des professionnels peut faire retarder la date de l’avortement de telle façon que l’avortement médicamenteux n’est plus possible ; des délais d’attente de plusieurs semaines peuvent amener les femmes à avorter à des termes ou les complications sont plus fréquentes et il peut arriver qu’elles dépassent les délais légaux et soient obligées de partir à l’étranger alors qu’elles s’étaient préoccupées très tôt d’interrompre leur grossesse.

24L’état des hôpitaux et les mesures d’économie de santé ne favorisent pas la prise en charge d’un acte considéré comme peu important, voire superflu. Les difficultés de recrutement des médecins aggravent la pénurie : dévalorisation, absence d’intérêt scientifique de l’acte, absence de motivation au cours des études et ensuite de motivation financière.

25En fait ces obstacles seraient levés si n’était pérennisée cette grande peur de la liberté des femmes et si leur santé reproductive était un véritable projet de santé publique. Les femmes ont gagné la bataille de l’avortement et la maîtrise de la procréation, il s’agit maintenant de faire respecter les femmes en état de grossesse ou chargées d’enfants dans le monde du travail. Je terminerai donc en m’adressant à notre ministre de la Santé : il est peut-être justifié d’exhorter à faire des enfants jeunes, il serait sûrement opportun d’exhorter les employeurs à ne pas maltraiter les femmes enceintes ou chargées d’enfants dans les entreprises. J’y vois là une raison de continuer la lutte pour les féministes.

Bibliographie

Bibliographie

Cesbron, Paul (dir.), L’Avortement après la loi Veil. Bilan et perspectives, Paris, Flammarion (coll. Médecine-sciences), 1997.

Gauthier, Xavière, Naissance d’une liberté. Contraception, avortement : le grand combat des femmes du xxe siècle, Paris, Robert Laffont, 2002.

Gauthier, Xavière, Paroles d’avortées : quand l’avortement était clandestin, Paris, La Martinière, 2004.

Veil, Simone, Les Hommes aussi s’en souviennent. Une loi pour l’Histoire, Paris, Stock, 2004.

Benhamou, Olivia, Avorter aujourd’hui. Trente ans après la loi Veil, Paris, Mille et une nuits (coll. Essais), 2005.

Cesbron, Paul, Knibielher, Yvonne, La Naissance en Occident, Paris, Albin Michel, 2004.

Bajos, Nathalie, Moreau, Caroline, Léridon, Henri, Ferrand, Michèle, « Études Inserm / Ined 2004 ».

Ancic, L’interruption de grossesse après la loi Veil : bilan et perspectives, Médecine, Sciences, Flammarion, 1997.

Site Internet : ancic : http://avortementancic.org

Auteur

Gynécologue, Association nationale des Centres d’interruption de grossesse et de contraception (ANCIC)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access