Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Débat : le monde du travail, le pouvoir économique

Le pouvoir économique des femmes sur le marché du travail : une réalité ambivalente

Isabelle Puech

Texte intégral

Évolution de l’activité féminine

  • 2 Maruani, Margaret, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000, rééd. 2003.

1Depuis les années soixante, les femmes ont investi massivement le monde du salariat. Aujourd’hui, en France, près de 12 millions de femmes sont présentes sur le marché du travail, ce qui signifie que près de la moitié de la population active est composée de femmes (46 % selon l’enquête Emploi de l’Insee en 2003). 80 % des femmes âgées entre 25 et 49 ans sont actives. Les femmes travaillent de plus en plus, y compris lorsqu’elles ont des enfants. Le modèle d’activité des femmes n’est plus celui du choix (travailler ou avoir des enfants), ni celui de l’alternative (s’arrêter de travailler lorsque la femme a des enfants, reprendre une activité, souvent à temps partiel), mais bien celui du cumul (travailler, y compris aux âges de la maternité)2.

  • 3 Baudelot, Christian et Establet, Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992.
  • 4 Meron, Monique, « Des femmes et des métiers : encore bien loin de la parité », dans Maruani, Marga (...)

2Les profondes transformations de l’activité féminine sont étroitement liées aux progrès des niveaux d’éducation des filles qui réussissent mieux que les garçons dans le secondaire comme dans l’enseignement supérieur3. De ce fait, les femmes accèdent plus qu’hier aux postes à responsabilités dans l’entreprise, aux emplois de cadres et aux emplois techniques. Entre 1982 et 2002, parmi les emplois de cadres par exemple, la part de femmes est passée de 34 % à plus de 40 %4. Les femmes ont aussi investi certaines professions autrefois réservées aux hommes, dans le domaine de la magistrature et de la médecine notamment. Ainsi, entre 1982 et 2002, la part de femmes parmi les professionnels du droit est passée de 28 à 46 %, et parmi les médecins de 36 à 43 %. Ceci dit, les femmes continuent à accéder moins souvent que les hommes aux fonctions les plus prestigieuses ou aux postes les plus élevés. Aujourd’hui, en France, seuls 15 % des chefs d’entreprises sont des femmes. Le « plafond de verre » semble résister aux progrès observés sur le marché du travail. Et ce n’est pas la seule inégalité sexuée fortement incrustée dans la sphère professionnelle.

Des inégalités récurrentes. Un taux de chômage féminin socialement toléré ?

  • 5 Maruani, Margaret, Les Mécomptes du chômage, Paris, Bayard, 2002.

3Bien que la France soit passée en dessous de la barre fatidique des 10 %, le taux de chômage moyen donné par les instituts de l’emploi ou diffusé dans les médias (autour de 8,9 % en 2005) occulte une grande partie de la réalité sociale. Ce taux moyen ne signifie pas grand-chose lorsque l’on voit que 23 % des jeunes femmes de moins de 25 ans sont au chômage (contre 18 % des jeunes hommes), et que près du tiers des jeunes étrangères sont dans cette situation. On est loin de la moyenne de 8,9 %… Comme l’a montré Margaret Maruani5, il existe une tolérance sociale à l’égard des inégalités sexuées sur le marché du travail, en particulier en matière de taux de chômage. Le chômage des femmes semble mieux accepté socialement que le chômage des hommes, y compris lors de la sortie du système éducatif. Tous niveaux de diplômes confondus, à la sortie de leur système de formation, 69 % des garçons accèdent rapidement et durablement à l’emploi, contre 56 % des filles. Pourtant, ces dernières réussissent mieux que les garçons à l’école…

La non-mixité des emplois

  • 6 Meron, Monique, « Des femmes et des métiers : encore bien loin de la parité », op. cit.

4Malgré des orientations moins spécialisées, sur le marché du travail, hommes et femmes n’occupent pas les mêmes espaces. L’activité des femmes sur le marché du travail se concentre toujours dans un nombre très restreint de professions du secteur tertiaire, et ce phénomène ne s’est pas atténué avec le temps. 76 % des employés sont des femmes et l’activité féminine se concentre dans six CSP (toujours les mêmes) qui regroupent 60 % de l’emploi féminin : les personnels de service aux particuliers, les employés administratifs d’entreprise, les employés civils et agents de service de la fonction publique, les professions de la santé et du travail social, les employés de commerce, et les instituteurs et assimilés. Cette concentration de l’activité féminine n’a pas évolué puisqu’il y a vingt ans, c’était déjà dans ces professions que l’activité des femmes était la plus concentrée6. Des professions faisant appel à des qualités qui seraient naturellement « féminines », qui ne sont pas reconnues comme de véritables qualifications et qui ne sont donc pas rémunérées « à leur juste valeur ».

Les écarts de salaire entre hommes et femmes

  • 7 Meurs, Dominique, Ponthieux, Sophie, « Écarts de salaires », dans Maruani, Margaret, Femmes, genre (...)

5Les inégalités salariales entre les sexes se sont réduites au fil du temps, mais elles semblent ne plus évoluer depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. Aujourd’hui, l’écart moyen de salaire entre les hommes et les femmes est de 25 %. Le fait que beaucoup de femmes travaillent à temps partiel avec un salaire réduit en proportion explique en partie cet écart. Néanmoins, lorsqu’on ne prend en compte que les travailleurs à temps complet, un écart de salaire de 10,7 % demeure. D’abord parce qu’hommes et femmes n’occupent pas les mêmes emplois : les femmes sont surreprésentées parmi les emplois non qualifiés du tertiaire et elles occupent moins souvent que les hommes des postes à responsabilités dans l’entreprise. Néanmoins, lorsque l’on calcule les écarts de salaire toutes choses égales par ailleurs, à profession et à niveau de formation égal, un écart persiste de 5,1 % et qui ne s’explique que par de la discrimination pure à l’égard des femmes7.

6Ces inégalités récurrentes s’inscrivent dans une tendance lourde – la précarisation de l’emploi – qui se nourrit et en même temps aggrave les inégalités sexuées sur le marché du travail.

Précarisation du travail et de l’emploi des femmes. Le développement des emplois temporaires

  • 8 Gonzalez-Demichel, Christine, Nauze-Fichet, Emmanuelle, SEGUIN, Sébastien « Les performances du ma (...)

7Lorsque l’on regarde les chiffres de l’emploi temporaire (Intérim, CDD, stages et contrats aidés), l’ampleur peut paraître faible au premier abord : en mars 2002, les emplois temporaires représentent 9,9 % de l’emploi salarié en France8. Il n’y a donc pas un phénomène de banalisation du travail temporaire.

8Néanmoins, lorsque l’on raisonne en termes de flux, c’est-à-dire d’emplois créés, on voit bien qu’au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, le nombre d’actifs occupant un emploi temporaire a explosé : les emplois à durée limitée sont devenus les principaux insufflateurs de la dynamique de l’emploi en France

  • 9 11,3 % des femmes occupent un emploi temporaire, contre 6,3 % des hommes.

9La montée de l’emploi temporaire participe d’un phénomène plus large de précarisation de l’emploi qui se manifeste notamment par le développement de formes d’emplois dites atypiques, c’est-à-dire d’emplois qui s’écartent de la norme de l’emploi à temps complet et à durée indéterminée (emplois temporaires et temps partiel). Sur plus de 5,7 millions d’emplois atypiques, près de 4 millions sont occupés par les femmes. 60 % des CDD, des stages et des contrats aidés sont occupés par des femmes9. Des femmes qui cumulent souvent les précarités : lorsqu’elles occupent un emploi temporaire, il n’est pas rare qu’il soit à temps partiel. Or en matière de discrimination et de précarité, c’est bien le temps partiel qui détient la « palme d’or ».

Le temps partiel : une forme d’emploi spécifiquement féminine

  • 10 Maruani, Margaret, Travail et emploi des femmes, op. cit.
  • 11 Entre 1985 et 1995, 88,5 % des emplois créés l’ont été à temps partiel.

10Aucune autre forme d’emploi n’est à ce point sexuée : 83 % des travailleurs à temps partiel sont des travailleuses10. Pour comprendre ce phénomène, il faut savoir que la plupart des emplois créés depuis le début des années 198011, sont des emplois occupés par des femmes à temps partiel. Le développement de cette forme d’emploi a été très fortement encouragé par une multitude d’incitations des pouvoirs publics qui ont rendu, pour les employeurs, cette forme d’emploi très attrayante, tant du point de vue de son coût (allègement de charges octroyées en cas d’embauches à temps partiel jusqu’en 2000) que de son organisation (souplesse des horaires…). La création d’emplois à temps partiel a concerné les secteurs les plus féminisés de sorte qu’aujourd’hui, près de 30 % des femmes travaillent à temps partiel, contre seulement 5 % des hommes.

11Contrairement à une idée reçue, le travail à temps partiel ne répond pas à une demande sociale des femmes qui voudraient mieux concilier leur vie familiale et leur activité professionnelle. Lorsque l’on regarde les chiffres, on se rend compte en effet que les plus forts taux de temps partiel chez les femmes se situent chez les plus jeunes (moins de 25 ans), qui n’ont donc pas encore de charges de famille, et chez les plus âgés (plus de 55 ans), qui en sont dégagées.

  • 12 Brousse, Cécile, « La répartition du travail domestique entre conjoints reste largement spécialisé (...)

12Pour les femmes qui ne souhaitent pas augmenter leur temps de travail, le temps partiel répond avant tout à un « choix » contraint par la lourdeur des charges domestiques et familiales. Les femmes consacrent en effet deux fois plus de temps aux tâches domestiques que les hommes (5 heures par jour en moyenne, contre 2,5 heures pour les hommes). Et si l’on ne prend en compte que le « noyau dur » de ces activités (courses, cuisine, vaisselle, linge, soins matériels aux enfants), celui-ci est pris en charge à 80 % par les femmes. Lorsque l’on compare les deux dernières enquêtes emploi du temps de l’Insee (1986 et 1999), c’est la lenteur de l’évolution qui frappe : en 13 ans, la participation des hommes au travail domestique n’a augmenté que d’une dizaine de minutes par jour (celle des femmes a baissé de 20 minutes)12.

13Dans ces conditions, difficile de parler de libre choix lorsque les femmes sont forcées de prendre un temps partiel afin de mieux gérer leurs charges familiales. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas cette forme de temps partiel qui a le plus progressé ces dernières années, c’est le temps partiel subi, imposé à l’embauche. Aujourd’hui, près d’1 400 000 personnes sont en situation de sous-emploi en France, dont 90 % de personnes, majoritairement des femmes, qui travaillent à temps partiel et qui voudraient travailler plus.

14Cette forme de temps partiel contraint va de pair avec des conditions de travail particulièrement difficiles – rapidité du rythme de travail, efforts physiques, risques professionnels, mauvaises conditions d’hygiène au travail – et des horaires de travail particulièrement flexibles – horaires décalés, fragmentés, variables, imprévisibles – ce qui contribue à complexifier fortement la gestion de la vie familiale, puisque ces horaires flexibles sont loin d’être adaptés aux horaires des modes de garde des enfants, aux horaires des transports, ou encore à ceux des administrations.

  • 13 Maruani, Margaret, « Statut social et modes d’emploi », Revue française de sociologie, vol XXX-1, (...)
  • 14 Angeloff, Tania, Le temps partiel, un marché de dupes ?, Paris, Syros, 2000.
  • 15 Montant ne dépassant pas le tiers du salaire médian pour les bas salaires, montant au plus égal à (...)
  • 16 Angeloff, Tania, « Des miettes d’emploi : temps partiel et pauvreté », Travail, genre et sociétés, (...)

15En outre, si travailler à temps partiel c’est travailler moins longtemps qu’un temps complet, dans l’esprit des employeurs, des collègues de travail, et des salariés eux-mêmes, travailler à temps partiel c’est ne pas être dans la norme de l’emploi à temps complet. C’est être en décalage par rapport à la norme. C’est donc travailler moins, toucher un salaire moindre, c’est aussi occuper des emplois qui vont être, parce qu’ils sont occupés à temps partiel, stigmatisés comme non qualifiés, alors que les emplois à temps complet garantiraient un minimum de professionnalité. En d’autres termes, le fait de travailler à temps partiel va avoir des conséquences sur tous les éléments qui définissent le statut au travail13 : à travail égal et à niveau de formation égal, un salarié à temps partiel aura moins de primes ou encore moins de possibilités de promotion qu’un temps complet. Pourquoi ? Parce que travailler à temps partiel, c’est souvent pour les employeurs et parfois pour les travailleurs eux-mêmes, être moins motivé, moins impliqué dans l’entreprise et donc faire un travail de moindre valeur que les autres14. Ces représentations sociales du temps partiel stigmatisent ainsi les femmes qui occupent ces emplois et confinent une partie du salariat féminin dans des emplois peu qualifiés ou stigmatisés comme tels, donc faiblement rémunérés : près de 80 % des emplois à bas ou très bas salaires15 sont des emplois à temps partiel16.

16En France, parmi les 3,4 millions de travailleurs pauvres, c’est-à-dire de personnes qui touchent moins que le Smic, 80 % sont des femmes, majoritairement à temps partiel.

17Si l’on met en lien ce qui vient d’être dit au titre de cette conférence, « Le monde du travail – Le pouvoir économique », on voit bien que si l’accès au salariat des femmes a permis à une part croissante d’entre elles d’accéder à des emplois qualifiés, à des métiers autrefois réservés aux hommes, il y aussi de plus en plus de femmes qui sont confinées dans des emplois peu qualifiés dans lesquels elles se maintiennent « faute de mieux » parce que leur revenu, si faible soit-il, est loin d’être un salaire d’appoint mais réellement une source de revenu indispensable à la famille. Indispensable à la survie économique à la famille mais loin d’être suffisant, ce qui explique que les femmes les moins qualifiées, les plus faiblement rémunérées, se retirent du marché du travail lorsque certaines mesures les y incitent (ape). Des mesures qui reviennent généralement sur le devant de la scène dès que le taux de chômage se fait trop menaçant. Aujourd’hui, la volonté incontestable des femmes de travailler ne s’accompagne pas d’une volonté forte des pouvoirs publics de permettre aux femmes d’avoir les mêmes chances d’accès à l’emploi, d’occuper les mêmes postes que les hommes, dans les mêmes conditions, sans être pénalisées par le manque et le coût des modes de garde des enfants en bas âge.

Notes

2 Maruani, Margaret, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000, rééd. 2003.

3 Baudelot, Christian et Establet, Roger, Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

4 Meron, Monique, « Des femmes et des métiers : encore bien loin de la parité », dans Maruani, Margaret, (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, p. 247-255.

5 Maruani, Margaret, Les Mécomptes du chômage, Paris, Bayard, 2002.

6 Meron, Monique, « Des femmes et des métiers : encore bien loin de la parité », op. cit.

7 Meurs, Dominique, Ponthieux, Sophie, « Écarts de salaires », dans Maruani, Margaret, Femmes, genres et sociétés, l’état des pouvoirs, Paris, La Découverte, 2005, p. 256-264.

8 Gonzalez-Demichel, Christine, Nauze-Fichet, Emmanuelle, SEGUIN, Sébastien « Les performances du marché du travail au tournant du xxie siècle », Données sociales 2002-2003, Paris, Insee, 2003, p. 173-181.

9 11,3 % des femmes occupent un emploi temporaire, contre 6,3 % des hommes.

10 Maruani, Margaret, Travail et emploi des femmes, op. cit.

11 Entre 1985 et 1995, 88,5 % des emplois créés l’ont été à temps partiel.

12 Brousse, Cécile, « La répartition du travail domestique entre conjoints reste largement spécialisée et inégale », Paris, France portrait social, insee, 1999, p. 135-151.
Puech, Isabelle, « Le non-partage du travail domestique », in Maruani, Margaret, (dir.), Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, op. cit., p. 176-183.

13 Maruani, Margaret, « Statut social et modes d’emploi », Revue française de sociologie, vol XXX-1, janvier mars 1989, p. 31-39.

14 Angeloff, Tania, Le temps partiel, un marché de dupes ?, Paris, Syros, 2000.

15 Montant ne dépassant pas le tiers du salaire médian pour les bas salaires, montant au plus égal à la moitié du salaire médian pour les très bas salaires.

16 Angeloff, Tania, « Des miettes d’emploi : temps partiel et pauvreté », Travail, genre et sociétés, n° 1, 1999, p. 43-70.

Auteur

Sociologue

Puech, Isabelle, post-doctorante au dulbea, rattachée au laboratoire Cultures et sociétés urbaines du cnrs.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access