Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Vendredi 1er avril 2005

Ouverture

Dominique Tabah

Texte intégral

1Bonsoir et merci d’être venus à ce rendez-vous de la Bpi pour entamer le deuxième volet du colloque consacré aux féminismes, à la situation des femmes. Dans un premier temps, en octobre 2004 – l’auditoire était nombreux –, nous avions fait un retour aux sources, des sources relativement récentes. Depuis les années soixante-dix et le legs que nous avons transmis aux générations d’aujourd’hui, trois décennies ont passé. Après cette période d’énergie, d’inventivité, d’une certaine fantaisie, d’une ivresse de la liberté, de la libération des femmes – peut-être me contesterez-vous, mais c’est comme cela que je m’en souviens – après que nous ayons retourné ces questions dans tous les sens, qu’avons-nous conquis ? Que reste-t-il ? Et comment se posent aujourd’hui ces questions de la situation des femmes, du mouvement féministe ? Nous avions eu le bonheur de croiser des regards entre générations, filles et femmes d’aujourd’hui s’entretenant avec leurs aînées. En 2005, nous renversons la perspective. À l’heure où le président Chirac confie à Nicole Ameline, ministre de la Parité et de l’Égalité professionnelle le soin d’un projet de loi sur l’égalité des salaires, nous abordons le sujet des femmes et de la politique. Nous avons choisi d’interroger le féminisme en écho à la situation des femmes aujourd’hui, à travers le prisme du monde du travail. Les femmes représentent aujourd’hui la moitié des gens qui travaillent, elles ont un niveau d’études supérieures, mais elles continuent d’occuper des emplois précaires. Alors, à travail égal, salaire égal disions-nous ; où en sommes-nous aujourd’hui ? Ce matin, les journaux n’ont pas cessé de se faire l’écho de ces questions, tout étonnés que finalement cela n’ait pas beaucoup bougé. Il y a eu débat sur la parité, mais qu’y a t-il de changé du côté de l’espace public ? Les femmes l’occupent-elles autrement et comment se joue cette relation entre vie publique et vie privée ? Nos vingt-deux femmes invitées – chercheuses, universitaires, responsables politiques, militantes d’association, syndicalistes, etc. – vont mettre en commun leurs réflexions sur les manières de penser ces questions.

2Quelles sont donc les perspectives d’aujourd’hui ? Voilà ce qui nous réunira durant ces deux jours. Nous sommes également heureux de regarder du côté des Amériques, en croisant nos regards avec Patricia Williams. Je la remercie beaucoup d’être là et je remercie aussi tout particulièrement Patricia Paperman qui a été notre conseillère pour ce colloque et qui a beaucoup aidé Isabelle Bastian-Duplex à construire nos différents débats. Je voudrais encore, avant que nous ne commencions, vous dire qu’il y aura encore un troisième volet et qu’il portera sur le féminin, sur le masculin. Merci d’être présents, et bon colloque à tous.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access