Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes I

 | 
Françoise Collin
, 
Françoise Duroux
, 
Florence Rochefort

Ouverture

Dominique Tabah

Texte intégral

1Bonsoir. Nous sommes heureux de vous accueillir pour ce cycle de rencontres consacré au féminisme, que nous ouvrons ce soir avec un premier volet qui porte sur les années soixante-dix, moment particulièrement fécond et période charnière dans la suite du bouillonnement des idées de 68. Et pour ce coup de projecteur sur les années soixante-dix, nous avons voulu croiser le point de vue des témoins et des acteurs – des acteurs engagés : militantes, fondatrices de ces mouvements et de ces courants de pensée, agitatrices d’idées et d’actions – avec un travail axé sur la façon dont se sont construits un certain nombre de points de vue théoriques sur la question du féminisme.

2Une bibliothèque d’actualité, qui est aussi une bibliothèque de la mémoire du xxe siècle, se doit d’interroger le passé, l’héritage, ce qui se transmet à la lumière du présent et d’aujourd’hui. Et l’on sait à quel point ceux qui bénéficient de l’héritage se l’approprient comme ils l’entendent. Aujourd’hui, ce qui nous intéresse, c’est donc d’examiner à travers les questions de l’égalité des droits, de la liberté sexuelle, des changements de relations entre les sexes, entre hommes et femmes, de la contraception, des questions d’identité, etc., comment la nouvelle génération accueille et reprend à son compte, tout en les transformant, ces questions. Nous sommes désormais dans un contexte nouveau et les mouvements féministes insistent sur la nécessité de conquérir un statut, une position, un point de vue.

3Peut-être pouvons-nous affirmer, nous les aînées, que, malgré tout, quelque chose a fondamentalement changé. Lorsque l’on regarde nos filles, les enfants, la génération d’aujourd’hui, leurs attitudes se sont profondément modifiées. Ils ignorent peut-être ce que l’on a pu leur transmettre mais il est intéressant de savoir comment, aujourd’hui, ils ont envie de reprendre certaines de ces questions. On pourrait conclure sur l’idée énoncée par Françoise Picq, qui préconisait de « reformuler le contrat social à propos de la condition féminine », et avec Annie Leclerc, qui écrivait : « Ce n’est pas une histoire finie, c’est une histoire qui commence à peine. »

4Cette égalité de droits, cette liberté, ces changements dans les relations, restent donc toujours à conquérir dans un nouveau contexte ; contexte géopolitique et juridique ? Prenons, par exemple, le débat sur le voile qui agite la société aujourd’hui. Si je ne souhaite pas forcément que nous l’abordions dans ce colloque, cette question est néanmoins liée à un nouveau contexte géopolitique et juridique qui posent en des termes neufs les mêmes questions. Dans les débats sur le mariage homosexuel, l’approche des questions de l’identité, de la posture symbolique père/mère, hommes/femmes ont contribué à bouleverser les points de vue et les positions. Ce sont ces questions que l’on examinera aujourd’hui.

5Bien entendu, ce colloque sera prolongé par d’autres rencontres, en une série de trois cycles. Aujourd’hui, nous parlerons essentiellement de la période des années soixante-dix, de l’héritage et de la transmission, de ces mouvements des années soixante-dix. Et puis, nous regarderons vers l’avenir. À présent réjouissons-nous du caractère intergénérationnel de cette assemblée même si le rapport hommes/femmes est un peu moins équilibré… Voilà les quelques mots que je souhaitais vous dire en guise d’ouverture. Je laisserai à Françoise Duroux le soin de vous annoncer les quelques changements qui inteviendront dans le cours des séances et je la remercie tout particulièrement d’avoir accompagné l’équipe de la Bpi pour construire ce programme et je lui cède la parole.

6Merci à vous.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access