Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Constances et variances

 | 
Martine Poulain

Conclusion

Texte intégral

1Le succès de la Bibliothèque publique d’information n’a pas, au fil des ans, connu de défaillance. Bien au contraire. Elle connaît maintenant son point extrême de saturation. Chaque jour prise d’assaut par ses fidèles, elle continue à être encore chaque jour découverte : plus de mille personnes y pénètrent pour la première fois : un contact qui reste rarement sans lendemain, que ces lendemains s’effectuent dans ce lieu même ou dans d’autres bibliothèques, ailleurs.

2Cette bibliothèque a servi des générations entières d’étudiants ; elle a aussi fidélisé très fortement les actifs qui la fréquentent depuis de nombreuses années : elle reste pour ceux-là une grande richesse documentaire où ils viennent tour à tour dans un souci culturel, professionnel ou studieux. Si le recours à la bibliothèque dans un but d’études est en augmentation, son usage à des fins professionnelles l’est aussi.

3Cet établissement reste toujours le lieu du probable et de l’imprévisible. Du probable parce qu’elle n’échappe bien entendu pas au poids des évidentes contraintes socioculturelles sur les activités, comportements et modes d’usage des lieux et documents par les uns ou par les autres. De l’imprévisible parce que la diversité de ce qui y est offert, l’autonomie d’accès à cette offre qui y est encouragée, l’anonymat qui y est préservé permettent à chacun d’explorer des chemins inconnus.

4La dynamique de cette bibliothèque a toujours reposé sur le maintien d’une certaine diversité de ses publics et sur la multiplicité autorisée des modes d’usage des lieux. Il ne faudrait pas que des contraintes essentiellement extérieures viennent à lui ôter ce qui faisait, fragile- ment, son âme.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access