Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Constances et variances

 | 
Martine Poulain

Chapitre 6. La Salle d’actualité

Texte intégral

1La Salle d’actualité a une fonction très différente de la bibliothèque. Elle est organisée selon les mêmes principes d’accès libre, de large ouverture à tous et d’offre simultanée de différents médias : ici, le livre, la presse, le disque, les expositions. Mais, sa vocation principale est la présentation des nouveautés dans ces différents domaines, notamment en matière de livres et de disques : panorama de l’édition française contemporaine, elle consacre de nombreux points d’information et vitrines à cette actualité éditoriale.

2La Salle d’actualité, plus que la bibliothèque, fait une large place à l’oral : c’est un lieu de débats sur l’actualité littéraire et documentaire, mais aussi sur l’actualité sociale et culturelle au sens large.

3Elle connaît, comme la bibliothèque, un succès sans démenti : 2 671 personnes par jour en 1988, soit autant que nombre de grandes expositions du 5e étage. Pourtant, son public a décru depuis 1980 : elle aussi a dû imposer une file d’attente en refusant d’accueillir plus de 150 personnes à la fois. L’espace dont elle dispose, particulièrement étroit (710 m2) rend plus que délicat l’accueil d’un tel flux ; d’autant plus que, quelles que soient les ruses mises en œuvre ou les modifications matérielles imposées, le public tend à stationner dans cet espace qui ne se veut qu’une « librairie-galerie », un espace de « consultation rapide ».

4Ce sont donc d’autres buts que poursuivent les responsables de la Salle d’actualité : la bibliothèque cherche à fidéliser son public, la Salle d’actualité cherche avant tout à le renouveler ; la bibliothèque ne s’offusque pas, bien au contraire, des durées de séjour prolongées dans ses espaces ; la Salle d’actualité, elle, préfère les visites brèves ; la bibliothèque cherche à donner à ses lecteurs les conditions si possible les plus confortables pour leurs recherches ; la Salle d’actualité favorisant le feuilletage leur proposerait plutôt l’inconfort.

  • 1 Cf. Martine Poulain, La Salle d’actualité ou la recherche de l’imprévu, Publics à l’œuvre, op. cit

5On avait montré à quel point les réponses des usagers ne sont jamais celles qu’espérait l’institution ; ceux-ci imposent leurs marques, leurs façons de faire, leurs besoins et investissent une bibliothèque comme ils l’entendent1.

La fréquentation

6La Salle d’actualité accueille toujours nombre de nouveaux venus, beaucoup plus qu’à la bibliothèque : 17 % (7,5 % à la bibliothèque) de ses usagers viennent pour la première fois. Réussir, après 12 ans d’ouverture, à accueillir chaque jour plusieurs centaines de nouveaux visiteurs est une gageure, très certainement favorisée par l’emplacement de la Salle d’actualité, au rez-de-chaussée du Centre Georges Pompidou. Une salle d’actualité uniquement reliée à une bibliothèque aurait sans doute plus de peine à renouveler son public, à faire connaître à de nouvelles personnes chaque jour, ce type d’offre documentaire.

7La Salle d’actualité a aussi des fervents et des fidèles : le tiers de son public vient depuis plus de cinq ans, ou est venu plus de vingt fois, 8 % viennent tous les jours, 22,5 % 1 ou 2 fois par semaine. Cette fidélisation, que la bibliothèque, elle, recherche, est peut-être un problème pour la Salle d’actualité, son objet étant avant tout le renouvellement et non l’ancrage de pratiques.

8Mais elle sait pourtant forger d’autres habitudes : une de ses fonctions est d’être une antichambre de la bibliothèque, de donner le désir de fréquenter « la vraie » bibliothèque, comme disent certains. Elle y réussit : le taux des « irréductibles », qui ne fréquentent jamais le deuxième étage, diminue pendant qu’augmentent les habitués des deux :

  • 45 % des usagers de la Salle d’actualité vont aussi régulièrement à la bibliothèque (ils étaient 38,2 % en 1982) ;
  • 26 % y vont de temps en temps (ils étaient 21 % en 1982) ;
  • 13 % n’y sont jamais allés (22,5 % en 1982).

Les choix documentaires

9L’enquête de 1982 avait mis l’accent sur une forme de « détournement » de la Salle d’actualité par ses usagers sur des choix, des comportements et des modes d’appropriation différents de ceux qui étaient escomptés : alors que celle-ci souhaite être consacrée essentiellement à la consultation des nouveautés du livre ou du disque, son premier succès est la presse.

La presse

10La consultation de la presse est aussi importante aujourd’hui : c’est l’activité principale du public. Cette tendance s’est même renforcée depuis 1982 :

  • 37 % des usagers lisent des quotidiens (33,5 % en 1982) ;
  • 35,5 % lisent des revues (29 % en 1982) ;
  • 27 % lisent des magazines d’actualité (22 % en 1982).

11La lecture de la presse est la motivation principale de 43 % des usagers et c’est toujours le moins rare, le quotidien français, que l’on peut trouver dans n’importe quel kiosque ou bibliothèque, qui est le plus consulté.

  • 2 Ces dossiers sont constitués par le service « Public Info » ouvert au public de la bibliothèque au (...)

12La Salle d’actualité reste donc, avant tout, un centre de lecture de presse. Le succès des dossiers de presse autour d’un thème d’actualité est sans doute à mettre en relation avec cet intérêt pour la presse : 24,5 % des usagers ont eu l’occasion de consulter ces dossiers qui rassemblent des coupures de presse autour d’un thème d’actualité2.

13(en %)

14Venus pour lire la presse 43

15Consultent des quotidiens 37

16quotidiens nationaux français 29

17quotidiens régionaux 5,5

18quotidiens étrangers 15,0

19Pays d’origine

20Grande-Bretagne 4,5

21États-Unis 2,3

22Espagne 1,9

23Italie 0,9

24Suisse 0,9

25Consultent des revues 35,5

26Information, médias 1,3

27Philosophie, religions 0,4

28Sciences sociales 4,3

29Sciences et techniques 13,4

30Arts, sports, loisirs 13,1

31Littérature 3,2

32Histoire, géographie 0,8

33Consultent des magazines d’actualité 27,0

34français 20,5

35étrangers 4,0

36les deux 2,0

37Pays d’origine

38États-Unis 2,1

39Grande-Bretagne 1,4

40Espagne 0,6

41Italie 0,6

42Suisse 0,6

43Consultent les classeurs ou dossiers de coupures de presse :

44aujourd’hui 2,0

45un autre jour 22,5

46jamais 75,5

47sur un sujet 16,0

48l’actualité du livre 4,0

49les deux 2,5

Les livres

50On avait également mis l’accent en 1982 sur l’ambiguïté de la consultation des livres : ils ne sont pas toujours identifiés pour ce qu’ils sont, à savoir des livres qui viennent de paraître ; seul, un tiers des usagers connaît cette fonction de la Salle d’actualité.

51Les livres sont consultés par 29,5 % du public (33 % en 1982). La lecture de livres tend donc à décroître. Elle est plus marginale encore si l’on considère la lecture des seules nouveautés (19 %). Les domaines les plus consultés sont les sciences sociales, les arts, sports et loisirs, la littérature et surtout les bandes dessinées.

52La lecture de livres est en légère diminution. Pourtant, le public s’intéresse à l’actualité du livre : la plupart (72,5 %) regarde les vitrines consacrées à l’édition, 22,5 % ont eu l’occasion d’acheter un livre après l’avoir feuilleté en Salle d’actualité.

L’audiovisuel

53Il a presque autant d’amateurs que les livres : 16 % des usagers de la Salle d’actualité écoutent des disques. Le rock arrive largement en tête.

54Les « Télévisions du monde », la possibilité de regarder les chaînes de télévision allemande, anglaise, italienne, est très appréciée, alors que seules 8 places assises sont offertes.

Les autres activités

55Expositions et débats sont très fréquentés. Presque une personne sur deux en avait visité au cours de l’année écoulée ; une personne sur cinq avait regardé, au moment de l’enquête, l’exposition sur « le livre espagnol ». Les débats, s’ils attirent souvent un public spécifique, sont écoutés d’autre part par un cinquième des usagers « ordinaires » de la Salle d’actualité.

Les publics

56Malgré une offre qui n’est en rien universitaire, la Salle d’actualité est fréquentée par de nombreux étudiants : 28,5 %.

57Ce public est d’une grande stabilité par rapport à 1982 : le poids des non-étudiants est très légèrement supérieur, profitant de manière égale à toutes les classes sociales.

  • 3 Cf. Françoise Parent-Lardeur, Lire à Paris au temps de Balzac. Les cabinets de lecture à Paris, 18 (...)

58Nous avions souligné dans Publics à l’œuvre certaines similitudes entre la Salle d’actualité et les cabinets de lecture de la Restauration3 : communauté, ou tout au moins similitudes, de publics et de pratiques ou des discours que les regards extérieurs projettent sur eux. La Salle d’actualité, comme les cabinets de lecture d’antan, accueille avant tout des publics masculins, tout à la fois traditionnels amateurs de bibliothèque (les étudiants, les cadres supérieurs) ou particulièrement défavorisés (les chômeurs y sont en augmentation et proportionnellement trois fois plus nombreux qu’à la bibliothèque). Un mélange donc, d’héritiers et de déshérités. Ces déshérités sont particulièrement attirés par les disques, les quotidiens, les bandes dessinées, certaines revues et divers livres et stationnent plus longtemps dans la Salle d’actualité. Les « héritiers » continuent à y apprécier l’offre en revues, les nouveautés, les débats, les expositions qui y sont organisées.

59Plus diversifié que celui de la bibliothèque (les étudiants y étant moins nombreux), le public de la Salle d’actualité est aussi plus clivé : il n’est pas sans évoquer avec force les problèmes sociaux et culturels que pose à notre fin de xxe siècle la persistance, voire le renforcement d’une société duale.

Notes

1 Cf. Martine Poulain, La Salle d’actualité ou la recherche de l’imprévu, Publics à l’œuvre, op. cit.

2 Ces dossiers sont constitués par le service « Public Info » ouvert au public de la bibliothèque au 2e étage depuis fin juin 1988 et qui répond déjà à plus de 1 000 questions par mois.

3 Cf. Françoise Parent-Lardeur, Lire à Paris au temps de Balzac. Les cabinets de lecture à Paris, 1815-1830, Paris, EHESS, 1982.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable