Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation I

 | 
Brice Couturier
, 
Lionel Fontagné
, 
Philippe Manière
, 
et al.

Lundi 20 février 2006. Les pays riches dans une économie mondialisée

Mondialisation et territoires

Philippe Martin

Texte intégral

  • * Professeur d’économie à l’université de Paris I-Sorbonne. Voir ses travaux et ses articles.

1Note portant sur l’auteur*

2Je vais donc aborder le thème du lien entre commerce international et inégalités régionales ou spatiales par le biais spécifique de la géographie. En fait, certains territoires peuvent se trouver affectés de manière différente, soit en bénéficiant de la mondialisation, soit en en pâtissant. Pour cela, il est intéressant de revenir sur des débats qui avaient eu lieu à la fin des années 1980 et au début des années 1990 et qui portaient sur l’intégration commerciale du grand marché en Europe. La crainte, à cette époque, était fondée sur la possibilité d’une grande divergence entre les « pays-cœur », c’est-à-dire les pays riches, et les nations de la périphérie, à savoir l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, la Grèce puis, plus tard, les pays de l’Europe de l’Est. On redoutait que ce grand marché, caractérisé par une spécialisation des pays et un phénomène d’agglomération des activités économiques sur certains pôles géographiques européens, n’aboutisse à une géographie similaire à celle des États-Unis. Ce qui posait de fait un problème d’équité entre ces pays.

Mobilité

3Ce problème devient spécifique dès lors qu’il n’y a pas de mobilité entre les régions, ce qui est le cas en Europe. Car si les firmes et le capital vont s’agglomérer ou se délocaliser dans certaines régions en laissant sur place leurs travailleurs, il va se produire une baisse de la demande de travail alors que l’offre reste la même. Ce qui a pour conséquence de créer du chômage et des baisses de revenus. En revanche, si la mobilité est effective, si les travailleurs suivent, la demande et l’offre de travail diminueront et nous serons peut-être confrontés à un problème de régions vides. N’existera-t-il pas des inégalités de chômage entre les différentes régions ? Alors pourquoi, en cas de phénomène d’intégration commerciale, l’activité se concentre-telle uniquement sur quelques régions avec, pour corollaire, l’augmentation des inégalités ? S’il est facile pour les entreprises d’importer et d’exporter, elles vont exploiter les économies d’échelle, à savoir concentrer toute leur production sur quelques endroits seulement. L’intégration commerciale facilite leur tâche et elles n’ont plus besoin d’être géographiquement proches de leurs consommateurs finaux ou d’autres entreprises. En fait, c’est l’une des nouvelles dimensions de l’image de l’entreprise sdf évoquée précédemment. Cette crainte s’est-elle effectivement matérialisée en Europe ?

Convergence globale et divergence locale

4Tout cela ne s’est pas forcément déroulé de la manière prévue puisqu’il est apparu un phénomène de convergence globale et de divergence locale. Contrairement à ce que nous craignions, nous avons constaté un phénomène de convergence entre les pays relativement pauvres et ceux relativement riches, comme le démontrent les exemples de l’Irlande, de l’Espagne et maintenant des pays de l’Est. L’intégration commerciale n’est certainement pas le seul élément décisif pour expliquer cette convergence mais elle a incontestablement joué un rôle important. Ce à quoi nous nous attendions moins, c’est l’apparition d’une divergence à l’intérieur des pays. En effet, les inégalités ont augmenté entre les régions des grands pays européens. De ce point de vue, la production est devenue plus concentrée, non pas entre les pays, mais bel et bien entre les différentes régions. L’une des raisons pour expliquer ce phénomène de convergence globale et de divergence locale tient au fait que, si certains pays ont des coûts de production plus faibles, la production sera délocalisée, notamment vers les pays de l’Est, et c’est ce qui va organiser la convergence. Ce n’est pas le cas à l’intérieur même des pays puisqu’il existe très peu de différences de coûts de production. Ainsi, en France, les salaires sont assez similaires selon les régions. La concentration de la production s’est bien effectuée dans les régions à gros marchés dans le but d’être le plus proche possible des consommateurs finaux. Ce qui est assez facile à réaliser lorsque l’on est dans un grand marché intégré comme celui, par exemple, de 1992. Cela se vérifie en France mais également en Espagne. Des régions comme la Catalogne ou celles proches de Madrid, initialement les plus riches, sont celles qui ont eu le taux de croissance le plus élevé et elles ont convergé vers l’Europe. Ce sont les régions les plus riches qui ont profité au mieux de l’intégration européenne. Cette remarque vaut également pour la Pologne qui, même si son rythme est mouvementé, converge à son tour vers l’Europe. Là encore, ce sont les régions les plus riches, telles celles autour de Varsovie, qui ont le plus profité de cette intégration. Parallèlement, les inégalités en termes de taux de chômage ont augmenté entre les régions.

Inégalités territoriales

5Cela s’explique par le fait qu’en Europe, contrairement à la géographie états-unienne, il existe peu de migrations entre les régions. Trois points importants sont à noter quant à ces phénomènes d’inégalités régionales et d’agglomération au profit des régions les plus riches et au détriment de celles qui étaient déjà initialement défavorisées. En premier lieu, il doit y avoir un arbitrage au niveau spatial, géographique entre équité et territoires et efficacité. Même si cette agglomération pose des problèmes en termes d’inégalités, elle possède également un certain nombre d’avantages. Il y a des intérêts économiques à être regroupés. Ainsi, par exemple, des économies peuvent être réalisées sur les coûts de transports puisque fournisseurs et clients sont proches. C’est incontestablement un gain d’efficacité. De même, beaucoup d’études démontrent que la proximité des entreprises qui évoluent dans un domaine permet de favoriser un échange des connaissances. C’est ce qu’on appelle les spinover technologiques. Le secteur aéronautique qui s’agglomère autour de Toulouse illustre parfaitement cet exemple.

6Le deuxième point est le constat qu’on ne retrouve pas cette augmentation des inégalités dans la géographie des revenus disponibles, c’est-à-dire ceux après impôts, transferts sociaux, etc. La production est devenue plus concentrée, par exemple en France, engendrant plus d’inégalités de ce point de vue, mais elle est devenue plus égalitaire au niveau des revenus disponibles. Il y a donc un phénomène de « ciseau ». De nombreux transferts entre les régions en France, comme les impôts sur le revenu ou les retraites, et l’État providence jouent un rôle important pour limiter et inverser le mouvement des inégalités entre les territoires français. Ce qui est vrai pour les régions ne l’est pas au niveau microspatial comme celui des quartiers où est constatée une augmentation des inégalités entre banlieues et villes. De même, la remarque précédente ne vaut pas pour tous les pays européens. En Grande-Bretagne, la production s’est concentrée de plus en plus dans quelques régions riches et cette augmentation des inégalités de production a été accompagnée d’une augmentation des inégalités de revenu disponible.

7La manière dont les politiques réfléchissent aux inégalités territoriales a pour but de diminuer également les inégalités individuelles. Ce n’est pas toujours vrai lorsqu’il s’agit de politiques régionales ou d’aménagement du territoire. Elles ont été mises en place en Europe pour justement contrer ces phénomènes de concentration spatiale. Dans la pratique, cela se résume souvent à une subvention au capital en incitant les entreprises à se délocaliser dans les régions les plus défavorisées. Le problème est que ce capital est de plus en plus mobile du fait de l’intégration commerciale et financière, et que si le rendement s’égalise, il ne pourra plus être très faible dans une région et très fort dans l’autre. Paradoxalement, en essayant d’attirer le capital dans les régions les plus pauvres, les inégalités individuelles peuvent augmenter. Autrement dit : vous prenez aux pauvres des régions riches pour donner aux riches des régions pauvres. Un aspect important de ce débat repose sur la question des délocalisations.

8Cette question est un peu moins au centre des débats politiques qu’il y a quelques années, mais peut revenir sur le devant de la scène à l’occasion d’une future délocalisation importante. Les économistes ont beaucoup insisté sur le fait que le phénomène de délocalisation vers l’étranger des emplois industriels français était, au niveau agrégé – je reviendrai sur ce terme –, assez faible. Il ne suffisait pas à expliquer le taux de chômage élevé en France. Pour résumer, les chiffrages expliquaient qu’entre 2 % et 4 % de la destruction d’emplois industriels étaient dus à des délocalisations vers l’étranger. Entre parenthèses, et même si l’on ne possède pas beaucoup de et territoires chiffres à ce sujet, il est probable que les délocalisations à l’intérieur même de la France sont plus importantes que celles effectuées vers l’étranger. Ces dernières ne constituent donc pas la bonne manière d’aborder le problème. En revanche, ce qui est vrai, c’est que ces délocalisations peuvent avoir une influence majeure sur quelques zones d’emploi spécifiques. Pour étayer cette remarque, il faut savoir que la France possède plus de 348 zones d’emploi. Parmi celles-ci, six ont subi 10 % des destructions d’emplois industriels. C’est un chiffre effectivement assez concentré, mais il dépasse rarement cette barre des 10 % ou 20 % et la délocalisation ne peut donc pas être considérée comme la raison majeure de la destruction d’emplois. Le problème des dynamiques locales est donc posé. La géographie économique est soumise à beaucoup de phénomènes cumulatifs. Ainsi, si une entreprise part, ses clients et fournisseurs vont en pâtir, de même que les travailleurs. Ce processus de désindustrialisation et d’appauvrissement peut donc être, à un niveau plus microspatial que sur l’ensemble du territoire, déclenché par un phénomène cumulatif.

Gagnants et perdants

9Ce problème de la destruction des emplois par la délocalisation est plus généralement recouvert par le débat sur les perdants de la mondialisation industrielle. Dans le cas présent, ces perdants sont à la fois l’individu et la région. C’est pourquoi se posent des questions d’équité mais aussi d’efficacité. Car, et c’est le cas en France, s’il n’y a pas assez de compensation pour les perdants de la mondialisation, cela génère des réactions qui peuvent aller contre la mondialisation. Alors pourquoi compenser plus, ou mieux, la personne qui perd son emploi à cause de la mondialisation quand nous savons, par exemple, que le progrès technologique est également source de perte d’emploi ? La meilleure réponse à cet argument, si l’on compare ces deux phénomènes, est de constater leurs différences. D’un côté, le choix de l’ouverture commerciale est un choix politique et, en partie, réversible. Le refus de la Constitution européenne de 2005 peut ainsi s’interpréter de cette manière. Lorsque les économistes affirment que cette ouverture crée des gagnants et des perdants mais que les gains des premiers sont supérieurs aux pertes des seconds, ils oublient le pendant de cette proposition. Idéalement, il faudrait taxer les profits de ces gagnants et les redistribuer aux perdants. Ce constat est important dans la mesure où ce choix de l’ouverture est politique et non subi. Historiquement, nombre de retours sur ces choix ont été effectués même s’ils deviennent de plus en plus difficiles de nos jours. Or, cette éventuelle redistribution des gains vers ceux qui peuvent perdre n’est jamais vraiment mise en œuvre, en particulier en Europe et en France. Visiblement, les pays scandinaves savent mieux le faire. Toujours est-il qu’il n’existe pas de programme spécifique pour dédommager les perdants de l’intégration commerciale.

10Ainsi, l’élargissement de la communauté européenne aurait pu être mieux vécu s’il avait été précédé d’un programme prévoyant des compensations pour ceux qui pouvaient y perdre. Des programmes existent pourtant, tel le Trade Adjustment Act américain qui est très imparfait et incomplet. Ce type de programme pourrait cependant être envisagé en Europe avec la mise en place d’une aide forfaitaire pour ceux qui perdent leur emploi du fait d’une délocalisation, une autre aide spécifique à la reconversion, des diminutions d’impôts pour les territoires affectés ou bien encore l’obligation donnée aux entreprises qui délocalisent de payer des taxes aux collectivités locales qu’elles quittent. Plus généralement, et au-delà de la dimension géographique des inégalités, la difficulté repose sur la compensation et la réinsertion des perdants dans le marché du travail. Au moment où la mondialisation commerciale nécessiterait plus de redistribution vers les individus et les territoires qui perdent pour stopper l’augmentation de ces inégalités, la mondialisation financière, la mobilité du capital et la concurrence fiscale qu’elle génère font qu’il est de plus en plus difficile de taxer pour redistribuer. C’est une question extrêmement importante concernant le débat sur la mondialisation.

11Philippe Manière : Merci beaucoup pour cet éclairage passionnant sur les inégalités territoriales. Avant de donner la parole à David Thesmar, je voudrais vous poser quelques questions. Vous affirmiez redouter des inégalités entre États membres après la constitution du marché unique car la mobilité des travailleurs ne pouvait pas s’effectuer. Il est vrai qu’un travailleur limogé d’un chantier naval dans le sud du Portugal ne va pas retrouver un emploi au Danemark. Le constat est différent aux États-Unis où il est beaucoup moins traumatisant de bouger, et ce, même si le phénomène n’est pas massif. En Europe, vous l’avez souligné, nous avons surtout assisté à des déséquilibres territoriaux internes, ce qui n’était pas prévu. Alors pourquoi cet ajustement de la mobilité de la main-d’œuvre, qui ne paraît se heurter à aucun obstacle – si je perds mon travail à Charleville-Mézières, rien ne m’empêche de retrouver un emploi à Valence ou Cergy-Pontoise –, n’existe-t-il pas en France ? En tout cas, pourquoi est-il moindre qu’au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie ou en Allemagne ?

12Philippe Martin : Il n’y a pas de mobilité entre les pays européens et ce point est facile à comprendre. Et, à titre comparatif, cette mobilité à l’intérieur même des pays, est moindre que celle existant aux États-Unis. Cette dernière est, par exemple, beaucoup plus présente entre le Massachusetts et la Californie quand il y a une récession, qu’en France entre la Lorraine et le sud du pays. Cela peut s’expliquer par des phénomènes culturels et sociologiques sur lesquels je ne m’étendrai pas. Le constat vaut également pour l’Italie où les solidarités familiales peuvent limiter la mobilité entre les régions. La Grande-Bretagne, même si elle est moins touchée que la France, l’Italie ou l’Espagne, ne connaît pas non plus une grande mobilité. Donc, au-delà des identités culturelles qui peuvent expliquer ce phénomène, ce dernier peut également s’appréhender par le biais des politiques publiques qui découlent du rôle de l’État providence et qui limitent clairement l’incitation à bouger. Il en va de même avec l’indemnisation chômage qui, si elle n’est pas une mauvaise chose, constitue un frein à aller chercher un travail très loin.

13Philippe Manière : À rebours, puisqu’il n’est pas possible de compter sur l’État du Massachusetts, le départ en Californie s impose.

14Philippe Martin : La migration a un coût familial, social, etc. En France, la couverture sociale limite cette mobilité. D’autres politiques publiques ont également un impact sur la mobilité, comme l’absence de coopération entre les offices de hlm d’une ville à l’autre. De ce fait, l’habitant d’un hlm d’une ville trouvant un travail ailleurs perd le bénéfice de ce logement social. Ce n’est pas le logement social qui est à mettre en cause, mais la manière dont il est géré. Beaucoup de politiques publiques ont un effet sur la mobilité. Mais, quand bien même elle serait favorisée, des phénomènes culturels et sociologiques font qu’en Europe elle restera peu importante. Cela explique pourquoi aux États-Unis les travailleurs suivent, un peu passivement, la localisation des entreprises, tandis qu’en Europe, c’est l’inverse : les politiques publiques incitent les entreprises à se localiser là où les travailleurs veulent rester. Cet autre modèle a clairement des conséquences.

15Philippe Manière : Parmi les autres aides, vous listez également l’accession à la propriété qui fixe les gens sur un territoire. Première provocation de ma part : vous avancez le fait qu’il faudrait plus de redistribution, compte tenu de l’accroissement des inégalités interterritoriales, et, en même temps, que l’Alsace et l’Île-de-France sont les deux seules régions où les revenus privés sont supérieurs aux revenus de transfert. Pourquoi n’est-ce pas le cas en région Rhône-Alpes, proche de la frontière ? Mais surtout, l’Alsace et l’Île-de-France financent largement le reste du pays, ce qui prouve bien qu’existe déjà une redistribution massive entre les territoires surdotés en entreprises privées et ceux qui en ont peu. Il ne s’agit pas de prendre la défense du contribuable de ces deux régions, mais est-il bien raisonnable d’aller encore plus loin en ce sens ? Dire « vivre et travailler dans son pays est un droit » – hommage à la cfdt ! – ne revient-il pas à chasser les Franciliens à Londres ?

16Philippe Martin : De ce point de vue, en France, l’État providence a joué un rôle majeur – d’où le fait que les inégalités entre régions ne se sont pas traduites en termes de revenus. Les transferts sont très nombreux via l’impôt, l’indemnité chômage, etc. Le fait-on bien ? La question n’est pas tant le montant de la redistribution entre les régions, mais la manière dont cela est fait : par exemple, donner des incitations aux entreprises, sous forme de subventions de capital, pour se relocaliser n’est peut-être pas la meilleure méthode. Je crois que des subventions au travail seraient, de ce point de vue, plus efficaces.

17Philippe Manière : Le transfert des zones riches au bénéfice des zones pauvres rappelle le totem français de l’aménagement du territoire. Il n’est pas sans fondement, mais pourquoi taxer l’ouvrier de Poissy pour que le retraité installé dans le Perche puisse aller gratuitement poster ses cartes de vœux à Noël ? Toute redistribution n’est pas forcément sociale.

18Philippe Martin : C’est même pire que cela. Les entreprises implantées dans les régions pauvres sont subventionnées, mais les bénéfices en repartent.

19Philippe Manière : Autre paradoxe : un jour, un patron fermait « dans la douleur » un site en Bretagne, dans une région mono-industrielle. Cela lui a créé des ennuis avec la presse, et la télévision commentait les événements tous les soirs. La conclusion qu’il en a tirée est de ne plus jamais ouvrir une usine dans un bassin déprimé : fermer une usine à Orsay ou à la Défense n’est pas un souci, car le personnel retrouve du travail et la télévision ne vient pas. Tandis qu’ouvrir une usine à Lannion, Colmar, Genlis en Côte-d’Or, où le taux de chômage est de 35 %, revient à rendre impossible, en cas de nécessité, l’éventualité de fermer cette entreprise. Les phénomènes cumulatifs, évoqués tout à l’heure, sont encore accrus par l’exposition médiatique : cela n’incite pas un employeur à s’installer en ces endroits, au regard des régions où il y a déjà de l’emploi. Comment rompre cette logique ?

20Philippe Martin : Cela joue dans les deux sens. En cas d’ouverture d’entreprise, une coopération entre les différents acteurs peut se produire, avec les syndicats, les élus locaux, etc. De ce fait, il n’est pas certain que l’exemple cité soit généralisable.

Notes de fin

* Professeur d’économie à l’université de Paris I-Sorbonne. Voir ses travaux et ses articles.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access