Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation I

 | 
Brice Couturier
, 
Lionel Fontagné
, 
Philippe Manière
, 
et al.

Lundi 20 février 2006. Les pays riches dans une économie mondialisée

Ouverture

Philippe Manière

Texte intégral

  • * Directeur de l’Institut Montaigne et chroniqueur à bfm.

1Note portant sur l’auteur*

2Bonsoir à tous et merci à d’être présents pour assister à cette séance. Très rapidement, je vais commencer par me présenter : je suis directeur de l’Institut Montaigne qui est ce qu’on appelle en anglais un think tank. Il s’agit d’une organisation indépendante qui fait de la recherche et formule des propositions pour les décideurs publics dans trois domaines : le social, l’économique et la réforme de l’État. Je vais à présent vous donner quelques indications sur le déroulement du débat, en commençant par vous présenter nos invités. Je ne suis que l’animateur, mais nous avons la chance d’avoir quatre spécialistes qui ont préparé leurs interventions avec à chaque fois un point de vue différent.

3S’exprimeront donc au cours de cette rencontre un syndicaliste, Joël Decaillon, secrétaire de la Confédération européenne des syndicats, ainsi que trois enseignants-chercheurs : David Thesmar, professeur associé d’économie et de finance à hec et à Polytechnique, Thierry Verdier, directeur scientifique de Paris-Jourdan en sciences économiques et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, et, enfin, Philippe Martin, qui est professeur d’économie à l’université de Paris I-Sorbonne. Chacun des intervenants donnera un éclairage différent sur le programme de la journée : « Les pays riches dans une économie mondialisée ». Le public aura alors l’occasion de relancer ces intervenants avec une ou deux questions qui auront pour but de préciser certains éléments. Enfin, je ferai vivre le débat entre eux avant de passer au jeu des questions-réponses. Ces dernières ont été très nombreuses dans les précédentes éditions. J’étais assez impressionné que, sur les trois heures de rencontre, un tiers du temps soit consacré à cet exercice mais voyant votre nombre, je me dis que cela ne sera pas de trop.

4La mondialisation est un thème particulièrement intéressant parce que l’on oublie toujours, dans nos pays riches, qu’elle est assez populaire dans les pays en voie de développement, et en tout cas dans ceux qui en ont profité pour se développer. Certaines exceptions existent comme l’Argentine, qui n’est pas vraiment un pays en voie de développement mais qui a fait un grand pas en arrière, en grande partie à cause de la mondialisation, ou l’Indonésie, qui a commencé sa mondialisation au moment de la crise asiatique. Mais, pour les pays qui sont sortis du dénuement grâce à cette mondialisation, parmi lesquels Taiwan ou la Corée-du-Sud, l’internationalisation des échanges peut être considérée comme positive.

5En revanche, elle est contestée dans les pays riches et, probablement, nulle part autant qu’en France. Depuis une dizaine d’années, cette contestation de la mondialisation est solidement établie et, à ce titre, le fait que le mouvement ATTAC, désormais international, soit né en France est assez révélateur. La position française est à l’image des pays développés, plus contestataires que les pays qui ne le sont pas, et notre pays est à la pointe de ce mouvement. Ceci est largement lié à l’idée que les gens se font de l’impact de la mondialisation sur les niveaux de vie et de protection sociale, généralement très supérieurs à ceux du reste du monde pendant des décennies. De mauvais arguments se dressent contre la mondialisation, comme il en existe contre tout phénomène, mais ils sont assez répétés pour que je les rappelle. A contrario, il y a également de bons arguments, au sens d’acceptables et de discutables. C’est sur ces points que nous allons nous concentrer.

6Parmi ceux-ci, le plus intéressant repose sur le primat du financier. Ce qui revient à dire qu’aujourd’hui la finance dirige tout, qu’elle a pris le pas sur l’économie réelle. Faits incontestables, la mobilité des capitaux s’est considérablement accrue durant ces dernières décennies et l’identité des actionnaires a changé puisque les personnes physiques ont été remplacées par des organisations spécialisées, notamment les fonds de pension. Il faut également ajouter qu’il en résulte une prospérité caractéristique, très concentrée dans les bénéficiaires et dans l’espace. Ceci donne l’impression d’une sphère où les personnes, très riches, qui travaillent dans la finance, sont déconnectées de la réalité. Le deuxième reproche est la désertification et l’appauvrissement de certains territoires. Avant d’en débattre, nous ne pouvons que constater que la mondialisation a vocation à accélérer ce qui s’appelle, en économie, la « destruction créatrice ». Ce qui revient à dire que de tout temps, des secteurs disparaissent du fait de l’évolution technique et de l’apparition de nouveaux concurrents. C’est une donnée éternelle, mais qui est probablement accélérée par la mondialisation. Et il faut bien reconnaître que les dégâts sont importants dans certaines régions du monde, notamment dans notre pays. D’où la question des conséquences asymétriques de cette mondialisation sur les secteurs industriels. Le troisième argument réside dans la menace que ferait peser la mondialisation sur notre modèle social. Sans faire de simplisme, et même si ce n’est pas le débat de ce soir, je rappelle que nombre de pays encore sous-développés il y a 30 ou 40 ans bénéficient d’une évolution sociale favorable avec la création de syndicats et l’acquisition de droits. Mais ces derniers, conquis de haute lutte dans nos pays riches, vacillent désormais sous le poids d’une compétition accrue. Le quatrième point, lié au précédent, veut que la mondialisation change la donne entre gagnants et perdants, tant au niveau des territoires qu’à celui des individus et des industries. Ce qui impliquerait une adaptation de notre système de redistribution. Il s’agit là plus de conséquences de la mondialisation que d’un éventuel reproche à lui adresser. Ces quatre arguments ne sont pas idéologiques et peuvent être débattus librement et calmement.

7Commençons donc par écouter Joël Decaillon sur le thème de la compatibilité de la compétitivité mondiale, de la cohésion sociale et du modèle social européen.

Notes de fin

* Directeur de l’Institut Montaigne et chroniqueur à bfm.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access