Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Constances et variances

 | 
Martine Poulain

Chapitre 4. Texte, image et son

Texte intégral

1On ne sera pas surpris, dans cette peinture d’une BPI plus studieuse, de voir la place respective des différents supports — texte, image ou son — pour une part modifiée.

2Le livre continue à être, de très loin, le support le plus consulté, pendant que le recours aux documents audiovisuels, et même d’une part de la presse, subit une nette chute de faveur :

  • 73,5 % des usagers consultent des livres (ils étaient 71 % en 1982) ;
  • 19,5 % consultent des périodiques (24,5 % en 1982) ;
  • 8,0 % utilisent le laboratoire de langues (7,5 % en 1982) ;
  • 5,0 % regardent des films vidéo (10 % en 1982) ;
  • 4,5 % écoutent des disques (4,5 % en 1982) ;
  • 2,5 % regardent des images fixes (9,5 % en 1982)1.

L’imprimé

3Cette prédominance de la lecture de livres est, on le sait, pour une part un effet d’offre : on ne peut « comparer » la consultation potentielle de 365 150 volumes et de 2 110 films documentaires. Mais, la part du livre se renforce légèrement : 2,5 % de lecteurs supplémentaires, venus pour une part de cet accroissement de la fréquentation étudiante studieuse.

4On distingue les ouvrages répartis dans les différents domaines et espaces de la bibliothèque, des « usuels » rassemblant dictionnaires, encyclopédies, ouvrages de référence :

  • 68,0 % des personnes consultent des ouvrages (66 % en 1982) ;
  • 22,0 % consultent des usuels (20 % en 1982) ;
  • 16,5 % ont recours aux deux (15 % en 1988).

5L’augmentation de la consultation des livres a donc profité tout aussi bien aux monographies qu’aux dictionnaires et encyclopédies. Cet usage intensif (par une personne sur cinq) des « usuels » fournit matière à réflexion à qui s’interrogerait sur la constitution d’éventuelles « salles d’étude » pour les étudiants : il témoigne aussi de la difficulté d’une telle conception, le recours aux usuels étant rarement exclusif d’une consultation d’autres types d’ouvrages. Ces usuels seraient, pour 6 % d’entre eux, consultés au 2e étage, où en sont rassemblés un grand nombre, et pour 17 % d’entre eux, consultés dans les différentes disciplines.

6La BPI a cherché à connaître l’importance de la consultation de livres en langue étrangère. En effet, l’un de ses partis pris fondateurs avait été de ne pas négliger l’acquisition de livres en langue étrangère et d’y consacrer environ 30 % de son fonds. On pouvait craindre une forme de sous-utilisation de ces ouvrages ; il n’en est rien : 23 % des lecteurs consultent des livres en langue étrangère. Encore, pour conclure à une « bonne rotation » de ce fonds, faudrait-il pouvoir la mesurer avec plus de précision. Gardons-nous pourtant d’en tirer des conclusions hâtives et forcées. Qui dit livres en langue étrangère ne dit pas forcément lecteurs étrangers, et moins encore lectures acculturantes. Étudiants, professions diverses, pour la plupart français, ont besoin de recourir à des livres en langue étrangère dans le cadre de leurs études ou de leurs recherches. Ce ne sont d’ailleurs pas les étudiants qui ont, tendanciellement, le plus recours aux livres en langue étrangère, mais les retraités ou les cadres supérieurs et professions intellectuelles.

7La lecture des périodiques, en revanche, a subi des modifications par rapport à 1982. Si la consultation des quotidiens et magazines généraux est stable, celle des revues spécialisées diminue : 10,5 % des personnes consultent des quotidiens et magazines d’information (11 % en 1982) ; 12,5 % consultent des revues spécialisées (17 % en 1982).

8Cette baisse sensible des revues spécialisées nous semble inexplicable : elle est contradictoire avec l’image d’une BPI se recentrant sur la lecture et sur l’imprimé. Seule, une analyse plus générale du rôle du recours aux périodiques dans telle ou telle recherche documentaire permettrait peut-être de comprendre cet apparent recul.

L’audiovisuel

9Son « paysage » est, là comme ailleurs, le lieu d’une forme de paradoxe : l’écoute des disques se maintient avec une régularité métronomique (4,5 % d’auditeurs en 1982 comme en 1988) ; le laboratoire de langues rencontre toujours un public fervent qui, souvent, ne vient que pour lui (7,5 % d’utilisateurs en 1982, 8 % en 1988). En revanche, l’image subit un important reflux ; son public a diminué de la moitié au moins : 5 % de spectateurs de films vidéo alors qu’ils étaient 10 % en 1982 ; 2,5 % d’amateurs d’images fixes alors qu’ils étaient 9,5 % en 1982.

10A cela, plusieurs raisons, souvent conjoncturelles.

11La collection photographique était en mai 1988 en pleine modification de présentation. Elle est peu à peu reportée sur vidéodisques, ceux-ci offrant la possibilité de rassembler sur un même disque numérique plus de 50 000 images. Au moment de l’enquête, seul un vidéodisque était disponible, le bureau d’information spécialisée sur l’image fixe ayant été, lui, fermé. Le nombre de postes de consultation d’images était donc conjoncturellement restreint.

12La consultation des films vidéo était, elle aussi, en pleine réorganisation. La BPI n’a longtemps disposé que de deux à trois postes par discipline : un si petit nombre n’autorisait pas une bonne rotation des fonds : chaque domaine disposait de plusieurs centaines de films, et voyait ces quelques postes perpétuellement occupés par les quelques mêmes best-sellers. On a donc cherché à multiplier les postes de visionnement et l’écoute a été individualisée : mis à part dans trois petites salles consacrées à l’écoute collective, le visionnement d’un film dans la bibliothèque est maintenant individuel. Et là encore, au moment de l’enquête, la situation était évolutive. Le résultat est, pour l’instant, contradictoire : la diversité des films consultés a sans doute été accrue, comme a été multiplié par deux le nombre de « demandeurs », le nombre de personnes ayant choisi elles-mêmes le film qu’elles visionnent. Mais le nombre de spectateurs, lui, a diminué de moitié, cette recherche de l’écoute individuelle ayant multiplié les films visionnés mais, provisoirement peut-être, diminué le nombre de spectateurs. En fait, une écoute individualisée et une libre gestion des visionnements par ceux qui les regardent ont tout à la fois des effets positifs et des effets pervers. Effets positifs parce que les personnes peuvent réellement choisir leurs films et parce que ceux-ci sont aussi beaucoup plus diversifiés, couvrant une gamme culturelle plus large ; effets pervers parce que ce nouvel agencement entraîne une occupation plus longue et une monopolisation des places par les plus passionnés.

13Pour conjoncturelle qu’elle soit, cette chute des deux supports audiovisuels montre à quel point les modifications des conditions de l’offre, aussi minimes soient-elles, peuvent modifier pratiques et comportement du public. On peut, d’autre part, penser qu’une augmentation d’une pratique strictement studieuse et livresque de la BPI entraînerait une diminution, non conjoncturelle cette fois, de la consultation de l’image.

Variations sociales de l’usage des médias

14Dans la consultation de tous les supports, les étudiants sont majoritaires : formant le groupe le plus important à la BPI, il est normal qu’on les retrouve nombreux devant l’imprimé mais aussi devant les films, les disques ou les images.

15Chaque support n’attire donc pas un public résolument différent de son voisin ou du profil moyen des usagers de la bibliothèque. Cependant, certains supports attirent plus certains publics (graphiques et tableaux page suivante) :

  • les livres sont utilisés par tous, mais plus encore par les cadres supérieurs et professions intellectuelles, les scolaires, les étudiants ou les retraités, moins par les chômeurs, les employés et ouvriers ou les professions intermédiaires ;
  • les revues spécialisées sont très consultées par les cadres supérieurs et professions intellectuelles, peu par les scolaires ou par les retraités ;
  • les quotidiens et la presse d’information générale sont plus lus par les chômeurs, les employés, les ouvriers ;
  • les films attirent plus les employés et ouvriers ou les chômeurs ;
  • les disques attirent les jeunes, les chômeurs (quatre fois plus nombreux à écouter des disques qu’ils ne sont dans l’ensemble du public de la bibliothèque), les employés et ouvriers ;
  • l’image fixe attire les retraités ;
  • l’image en règle générale attire les moins diplômés et les nouveaux venus à la bibliothèque ;
  • le laboratoire de langues attire les professions intermédiaires, les employés et ouvriers et les retraités.

16La familiarité avec la bibliothèque joue toujours un rôle sur le recours aux différents supports :

  • l’image (fixe ou animée) attire les nouveaux venus ;
  • le laboratoire de langues a ses fidèles ;
  • la lecture des livres croît spectaculairement avec la familiarité avec la bibliothèque.

17Ces variations socioculturelles sont globalement les mêmes qu’en 1982.

Composition du public de chaque support (en %)

Composition du public de chaque support (en %)

Échelles d’impact des différents supports.

Échelles d’impact des différents supports.

Livres Taux de lecture moyen : 73,5 %.

Quotidiens Presse d'information générale Taux de lecture moyen : 10,5 %.

Revues spécialisées Taux de lecture moyen : 12,5 %.

Disques Taux d'écoute moyen : 4,5 %.

Vidéo Taux de visions. Moyen : 5,0 %.

Images fixes Taux de visions. Moyen : 2,5 %.

Laboratoire de langues Taux de fréquent, moyen : 7,5 %.

Tableau 16. Recours aux différents supports et familiarité avec la bibliothèque (en %)

Tableau 16. Recours aux différents supports et familiarité avec la bibliothèque (en %)

Le multimédia

18Le multimédia, la possibilité offerte d’avoir recours dans un même lieu à des supports aussi différents que le livre, le film, le disque, peut s’envisager de plusieurs manières ; on peut chercher à savoir si le public profite de cette possibilité ou s’il la refuse : certains vont varier leurs usages, d’autres ne consulteront qu’un type de document.

19Ainsi :

  • 78,5 % des usagers de la bibliothèque consultent des imprimés, qu’il s’agisse de livres ou de périodiques ;
  • 14,5 % associent lecture de livres et lecture de périodiques ;
  • 74,5 % sont exclusivement lecteurs de texte imprimé ; ils ne consultent aucun document audiovisuel ;
  • 7,5 % des usagers regardent des images, fixes ou animées ;
  • 4 % associent lecture de textes et visionnement d’images ;
  • 3 % ne consultent que des images ;
  • 4,5 % écoutent des disques ;
  • 1,1 % sont exclusivement auditeurs de disques ;
  • 3,0 % associent écoute de disques et lecture de textes ;
  • 0,8 % associent écoute de disques et visionnement d’images ;
  • enfin 14 % n’ont recours ni au texte, ni à l’image, ni au son et n’ont pas fréquenté le laboratoire de langues. Il ne faut pas y voir là des « non motivés » ou des « parasites », mais soit des personnes venues travailler sur leurs propres documents et qui n’ont pas dévié de leur objectif, soit des nouveaux venus en repérage, soit encore des déçus qui n’ont pas trouvé le document recherché.

Échelle d’impact des différents supports.

20Le recours à l’image ayant diminué de façon sensible, le multimédia a sensiblement décru lui aussi : en 1982, 10 % des usagers associaient image et texte au cours d’une visite à la BPI ; ils ne sont plus que 4 % aujourd’hui.

21La diminution de la consultation de l’audiovisuel a donc une influence forte sur l’un des principes fondateurs de la BPI : l’offre, dans un même lieu, de supports différents et la possibilité, pour le public, de pratiquer le mélange des genres. Jean-François Barbier-Bouvet avait déjà souligné en 1982 que les usagers n’avaient guère recours à ce mélange de supports de la manière dont les bibliothécaires l’avaient espéré, c’est-à-dire en associant, autour d’un même sujet, texte et image par exemple. La plupart pratiquent un « faux » multimédia, changent de domaine d’intérêt lorsqu’ils changent de support, passant de l’informatique à l’écoute de John Coltrane.

22En fait, ce sont les amateurs de l’imprimé qui sont les plus exclusifs : la plupart d’entre eux s’y tiennent alors que 36,5 % des amateurs d’images consultent aussi des imprimés.

23Ce recours ou l’absence de recours au multimédia varie selon l’origine sociale ou le niveau de diplômes :

  • l’association du texte et de l’image est plus forte chez les moins diplômés et chez les chômeurs, ouvriers, employés ;
  • l’exclusivité à l’égard de l’image est plus forte chez les non diplômés et chez les employés et ouvriers ou certains retraités ;
  • l’exclusivité à l’égard du texte est plus forte chez les plus diplômés, chez les cadres supérieurs et professions intellectuelles, les retraités, les étudiants et les scolaires.

24L’offre multimédia est difficile à concevoir dans le cadre de la consultation sur place : la mise en place de l’audiovisuel est notamment très contraignante sur le plan technique. Le maintien de son audience à la BPI est fragile. Pourtant une telle offre semble bien être un facteur d’intégration dans l’espace de la bibliothèque des catégories qui en sont les moins familières : ceux-là aiment à pratiquer le mélange des genres.

25La pratique la plus classique de la bibliothèque, se destinant à la seule lecture d’imprimés, est d’abord le fait de ceux qui ont essentiellement des besoins studieux (les étudiants ou les scolaires), de ceux qui n’ont pas été familiarisés avec les ressources audiovisuelles (les retraités), de ceux pour qui l’enrichissement culturel passe traditionnellement et avant tout par l’écrit (les cadres et professions intellectuelles).

Tableau 17. Les pratiques multimédia (association de supports documentaires)

Tableau 17. Les pratiques multimédia (association de supports documentaires)

Tableau 18. Pratiques exclusives ou associatives des différents médias (en %)

Tableau 18. Pratiques exclusives ou associatives des différents médias (en %)

Consultation des différents domaines, tous supports confondus

Les différentes disciplines

26Le public a, à sa disposition, des documents dans tous les domaines : mais il ne consulte pas ces différents domaines avec la même intensité. Certaines disciplines ont, de tout temps, été plus utilisées que d’autres.

Tous médias confondus

27Le cumul des domaines consultés, tous supports confondus, donne la répartition suivante :

28Les domaines les plus consultés sont les sciences sociales (20,2 % des usagers y ont recours), les sciences et techniques (19,5 %), les arts et loisirs (17,8 %). Ces trois domaines étaient déjà les plus consultés en 1982.

29Littérature, histoire, géographie et documentation générale, sont chacun consultés par environ 11 % du public.

30Les documents concernant la philosophie et les religions sont consultés par environ 6,4 % du public. Ce sont les seuls documents dont l’usage semble avoir nettement augmenté depuis 1982 (4,2 %).

31La hiérarchie est peu ou prou la même qu’en 1982 : mais hors la philosophie/religions, toutes ces consultations sont légèrement inférieures à celles de 1982. Il faut y voir, une fois de plus, un effet de la diminution du recours à l’audiovisuel.

Les livres

32L’examen de la lecture des seuls livres donne un paysage quelque peu différent. Les chiffres ici présentés doivent être pris avec précaution : ils ne sont pas basés sur les déplacements effectifs d’ouvrages tels qu’ils pourraient être comptabilisés après une journée de ces gigantesques déménagements que sont quotidiennement les manipulations par les lecteurs. De telles statistiques seraient sans doute plus fiables et permettraient aussi d’affiner l’identification : un domaine, une discipline sont des notions beaucoup trop larges. Encore un livre déplacé n’est-il pas toujours un livre lu, ou même consulté.

33De plus, la classification faite par les lecteurs des textes qu’ils ont lus peut n’être pas la même que celles en usage chez les bibliothécaires : ce que les uns classeront en politique sera dit, par exemple, par les autres en histoire.

Consultation des livres en 1988

34Le « hit-parade » est le suivant :

  • toujours en tête sont les consultations en sciences et techniques ou en sciences sociales. Les sciences et techniques sont plus consultées qu’en 1982 (+ 4 %). Les sciences sociales aussi puisqu’elles sont stables (+1 %) alors qu’un fonds important, la psychologie, est maintenant localisé dans un autre espace ;
  • les arts et loisirs sont quasi-stationnaires (–1 %) ;
  • la littérature et l’histoire accueillent chacune autour de 11 % du public. Pour la première, c’est une petite régression (–2 %) ; pour la seconde, un léger gain (+1,5 %) ;
  • généralités et philosophie/religions sont lues par 6 à 7 % du public. Toutes deux sont en augmentation, particulièrement la philosophie/religions (+ 3 %). Le gain de consultation dans ce secteur est, en fait, largement dû au transfert de tout le secteur de la psychologie, autrefois rattachée aux sciences sociales.

35Mis à part les arts et la littérature, tous les domaines ont profité d’un léger accroissement de leur consultation. En effet, le nombre de lecteurs de livres a augmenté, mais surtout ils ont diversifié leur choix, associant plus souvent qu’en 1982 (+ 7 %), plusieurs domaines lors d’une même consultation.

36Une répartition plus précise par discipline donne les résultats suivants (en %) :

37Documentation générale « 0 » 7

38encyclopédies, dictionnaires 6,0

39information, médias, bibliothéconomie 1,0

40Philosophie, religions « 1-2 » 6,5

41philosophie 3,1

42psychologie 1,9

43religion 1,5

44Sciences sociales « 3 » 18,9

45économie 4,8

46droit 4,2

47gestion de l’entreprise 3,1

48sociologie, démographie 2,6

49politique 2,2

50ethnologie, folklore 0,9

51généralités 0,6

52éducation 0,5

53Sciences et techniques « 5-6 » 19,2

54médecine 4,5

55maths, physique, chimie 4,3

56autres sciences (sciences naturelles, botanique, zoologie) 4,1

57informatique 2,7

58artisanat, technologie, agriculture 2,3

59vie quotidienne 0,8

60sciences occultes 0,5

61Arts, sports, loisirs « 7 » 13,7

62arts divers (architecture, photo, sculpture, danse, cinéma, théâtre) 5,0

63sports, jeux, loisirs 2,0

64peinture 1,9

65généralités sur l’art 1,7

66musique 1,6

67tourisme 1,5

68Langues et littérature « 8 » 11,8

69littératures étrangères 5,7

70littérature française 4,0

71sans précision, linguistique 2,1

72Histoire et géographie « 9 » 10,6

73histoire de France 3,9

74histoire autres pays 3,2

75géographie, urbanisme 3,0

76sans précision 0,5

77On sait d’autre part que chaque lecteur lit ou consulte en moyenne 4,4 livres lors de chacune de ses venues à la bibliothèque : rapportées au nombre de lecteurs, les manipulations quotidiennes verraient se déplacer environ 33 000 livres chaque jour.

Les revues spécialisées

Les revues spécialisées

Consultation des revues en 1988

78Situation stable par rapport à 1982 : quotidiens et presse d’information sont toujours les plus consultés, suivis par les sciences et techniques ou les sciences sociales. Les lecteurs s’intéressent autant, semble-t-il, aux numéros récents qu’aux collections rétrospectives.

79Pour s’approprier et mémoriser cette marée d’imprimés, 21,5 % du public font des photocopies. Chacune de ces personnes ferait en moyenne 18 photocopies lors d’un séjour à la BPI.

L’audiovisuel

80Notons, pour mémoire, la répartition des consultations des différents domaines pour les films :

Visionnement des films

81Plus intéressantes sont les modifications de genres musicaux écoutés par les auditeurs de disques : la musique classique a doublé pendant que les autres genres restaient stables ou régressaient tels le folk ou la musique traditionnelle. Une fois encore, les conditions de l’offre ont modifié les comportements : depuis l’automne 1982, l’écoute de la musique se fait en deux espaces distincts, l’un réservé au classique ou au jazz, l’autre ouvert à tous les autres genres. Cette nouvelle répartition a eu un effet immédiat : les amateurs de classique auparavant noyés sous l’affluence et rebutés par l’attente, sont maintenant nombreux. Les sociologues de la « distinction » pourraient y voir un signe des classements culturels, des oppositions entre genres « nobles » et genres « vulgaires », et la marque très forte d’une tentative d’imposition d’une culture « légitime » sur des cultures illégitimes. Aux bibliothécaires revient en effet le difficile exercice de vivre cette tension entre culture et partage, de concilier qualité et diffusion, exigence culturelle et respect de tous les intérêts.

Écoute de disques en 1988

Conclusion

82La consultation des différents types de documents offerts à la BPI, s’avère être, au fil des années, d’une grande stabilité. Mais entre 1982 et 1988, certaines tendances se sont manifestées : une permanence, voire une légère progression d’un très fort recours aux livres, une chute sensible du nombre de personnes ayant visionné des films et des images fixes, un intérêt toujours soutenu pour l’apprentissage des langues, un espace d’écoute musicale toujours très fréquenté, une certaine régression de la lecture des revues, telles sont les récentes lignes de force de la consultation des différents médias offerts par la BPI.

83Il est intéressant de mesurer à quel point, dans le cadre de la consultation sur place obligée, est influente la manière d’offrir un document sur les choix du public. Dans l’audiovisuel notamment, toute modification du dispositif d’offre mise en œuvre par les bibliothécaires afin de favoriser ou de décourager telle ou telle pratique ou tel ou tel public, semble être vite source de changements effectifs. La modification des choix des genres musicaux écoutés dans l’espace musique en est un témoignage, la chute sensible du nombre de spectateurs de films vidéo en est un autre. Les écrans sont plus nombreux ; les postes sont en permanence occupés ; les films consultés sont plus diversifiés. Mais l’individualisation et l’autogestion de la consultation ont tendance à favoriser les plus assidus. Ceux-là visionnent sans doute plus de films qu’avant. Mais moins nombreux sont ceux qui profitent de ce service.

84La consultation des différents champs de la connaissance, des différentes disciplines continue à n’être pas directement corrélative de l’importance de l’offre : littérature et philosophie/religions continuent par exemple d’être « sous-consultées » par rapport à l’importance de leur fonds dans la bibliothèque. Là encore, il faut voir en partie un des effets de la consultation sur place : on sait qu’en bibliothèque municipale au contraire, le prêt de romans est bien souvent plus important que celui de documentaires. Plus intéressant serait d’analyser, à l’intérieur de chaque grand domaine, les glissements des centres d’intérêt des lecteurs : la décennie 1980 a vu, comme celles qui l’ont précédée, l’évolution tout à la fois des filières de formation des étudiants et des questions débattues dans l’espace social. Ce n’est donc pas tant la répartition des lectures selon les grandes disciplines qui a changé, que les types de questionnement à l’intérieur de ces mêmes disciplines : plus guère de recherches sur « l’impérialisme américain » ou « la crise du pétrole », beaucoup moins sur « l’État providence », ou sur les « politiques de développement au tiers monde », mais d’innombrables questions sur la gestion d’entreprise, la perestroïka, le chômage, le marketing ou la gestion des stocks, pour ne prendre que l’exemple des sciences sociales.

85L’étude des milliers de questions posées chaque année aux bibliothécaires des différents bureaux d’information contribuerait à l’histoire des formations intellectuelles de générations entières, à l’histoire de l’appropriation des savoirs et à l’histoire intellectuelle des idées et des débats qui agitent à telle ou telle période de son histoire la société française. C’est dire à quel point les bibliothèques n’ont peut-être pas assez conscience de leur rôle primordial dans la constitution et l’évolution des mentalités.

Notes

1 L’ouverture trop récente de l’espace des logiciels n’a pas permis un relevé fidèle de sa fréquentation.

Table des illustrations

Titre (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Composition du public de chaque support (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Échelles d’impact des différents supports.
Légende Livres Taux de lecture moyen : 73,5 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Quotidiens Presse d'information générale Taux de lecture moyen : 10,5 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Revues spécialisées Taux de lecture moyen : 12,5 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Disques Taux d'écoute moyen : 4,5 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Vidéo Taux de visions. Moyen : 5,0 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Images fixes Taux de visions. Moyen : 2,5 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Laboratoire de langues Taux de fréquent, moyen : 7,5 %.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 16. Recours aux différents supports et familiarité avec la bibliothèque (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Échelle d’impact des différents supports.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 17. Les pratiques multimédia (association de supports documentaires)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 18. Pratiques exclusives ou associatives des différents médias (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Consultation des différents domaines, tous supports confondus
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Consultation des livres en 1988
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Les revues spécialisées
Légende Consultation des revues en 1988
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Visionnement des films
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Écoute de disques en 1988
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/129/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable