Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation I

 | 
Brice Couturier
, 
Lionel Fontagné
, 
Philippe Manière
, 
et al.

Lundi 30 janvier 2006. La mondialisation économique : chance ou fléau pour les pays pauvres ?

Commerce, ouverture, pauvreté

Lionel Fontagné

Texte intégral

  • * Professeur d’économie à l’université de Paris I-Sorbonne.

1Note portant sur l’auteur*

2Je vous remercie pour cette introduction, mais je ne voudrais pas laisser croire au public présent que les économistes dressent tous un panorama aussi idyllique de la situation. En réalité, la profession dans son ensemble a, aujourd’hui, une vision assez pondérée de la mondialisation. Aucun économiste n’affirmera que la mondialisation n’entraîne aucun coût pour toutes les catégories de pays concernés.

3Nous reviendrons peut-être, à travers cette discussion, sur les positions de Paul Samuelson relatives à la question des délocalisations. Je voudrais, à cet effet, rappeler que Paul Samuelson est l’économiste qui a developpé la forme la plus épurée de la théorie classique du commerce international, des gains, etc. Il a, durant 30 ou 40 ans, formalisé et construit l’édifice qui est aujourd’hui critiqué. La critique qu’il apporte lui-même à cette théorie est liée aux délocalisations dont nous allons reparler par la suite.

4Pour résumer ce point introductif, les économistes sont aujourd’hui beaucoup plus lucides et pondérés sur les bénéfices de la mondialisation que l’opinion publique ne le dit. Ils ne sont cependant pas contre la mondialisation. Elle est un fait qui s’impose aux politiques économiques, elle n’est ni une chance ni un fléau, elle doit être comprise et accompagnée.

  • 1 Voir le site Internet du cepii.

5Je voudrais maintenant vous présenter brièvement le cepii1, vous pourrez trouver sur son site toutes les informations que je n’aurai pas le temps de vous donner. Le cepii est un centre qui fait de la macroéconomie, de la finance et du commerce international. Ce centre s’est récemment illustré en mettant sur la place publique la question des préférences commerciales. Je reviendrai sur les préférences commerciales dans la suite de mon intervention. Le cepii a remis en cause l’idée selon laquelle les pays les plus pauvres sont ceux qui vont gagner le plus au cycle. C’est une idée qui était très répandue il y a quatre ou cinq ans et que plus personne n’ose défendre aujourd’hui. Nous avons contribué très modestement à faire reculer cette idée, mais nous ne sommes pas pour autant opposés à la mondialisation. Comme je l’ai expliqué précédemment, nous considérons que la mondialisation est un fait et qu’il faut essayer de la comprendre, et de l’accompagner.

6L’autre élément important qu’il faut avoir à l’esprit, c’est la dimension historique de la mondialisation. Afin d’analyser la situation actuelle, il est important d’évoquer les précédents épisodes de la mondialisation dans l’Histoire, notamment le grand épisode de la mondialisation du xixe siècle dont les modalités ont été différentes, mais dont les conséquences ont elles aussi été considérables. Il est également important de savoir que la mondialisation découle de deux forces. La première est une force à caractère technique qu’il n’est pas possible d’arrêter. Elle s’exprime par la réduction des coûts de communication, avec entre autres Internet. La seconde force est quant à elle institutionnelle. Le multilatéralisme et la mondialisation sont des choix politiques faits par des gouvernements élus. Il est important de comprendre ceci car ces choix sont parfaitement réversibles.

7Les différents épisodes de la mondialisation auxquels j’ai fait référence montrent qu’il y a eu, dans l’histoire économique mondiale, des allers et retours du libre-échange vers le protectionnisme. Le mouvement du protectionnisme vers le libre-échange ne s’est donc pas déroulé de manière univoque. Voici donc un tableau général à caractère introductif.

8Vous savez certainement que le commerce mondial progresse très vite ; en réalité, il progresse presque trois fois plus vite que le revenu mondial. À chaque fois qu’un dollar ou un euro est créé dans le monde, il y a trois dollars ou trois euros de commerce en plus. Ce phénomène s’est accéléré récemment. Les années 2000 marquent un tournant. La contribution majeure à cette progression des échanges est le fait d’une catégorie de pays, les pays émergents. Les pays émergents tirent aujourd’hui les exportations mondiales, ce sont eux les vendeurs, mais ils tirent également les importations mondiales, ce sont donc aussi les acheteurs. De plus, les ventes à l’étranger des filiales des firmes multinationales représentent deux fois le volume des exportations mondiales. Lorsque nous parlons de la mondialisation, nous pensons aux exportations, mais les ventes sur place des filiales de ces firmes représentent deux fois ce montant. Environ 50 millions de personnes sont employées dans plus de 50 000 firmes multinationales qui détiennent à elles seules 100 000 filiales dans le monde. Cette présence à l’étranger, dont on comprend l’importance, n’est pourtant pas dans les chiffres du commerce international. Le commerce international n’est, en conséquence, qu’un aspect de la mondialisation.

9Comme Brice Couturier l’a expliqué en introduction, la société civile pense que les bénéfices de la mondialisation ont été exagérés par les économistes alors que les coûts ont été sous-estimés. L’idée que la mondialisation a véhiculé la misère dans de nombreux pays en voie de développement – notamment le travail des enfants, les bas salaires ou encore l’exploitation –, est très présente dans la société civile. L’idée que les économistes n’ont pas suffisamment ces questions en tête est également très présente.

10En réalité, le diagnostic des économistes n’est pas celui-là. Trois éléments constituent le diagnostic devant être fait de la mondialisation : l’ouverture économique est préférable, même si elle n’a pas que des avantages ; tous les pays qui se sont ouverts n’ont pas participé au grand banquet de la croissance et de la mondialisation – parmi les pays du Sud, certains en ont beaucoup profité alors que d’autres n’en ont pas profité du tout – ; enfin, il est difficile de dissocier dans la capacité différenciée des pays du Sud à bénéficier de la mondialisation, ce qui relève de la responsabilité du Sud – de mauvaises institutions, une mauvaise gouvernance – et ce qui relève de la responsabilité du Nord – le protectionnisme. Je pointe du doigt le protectionnisme du Nord au niveau de l’agriculture et des industries de main-d’œuvre, comme le textile et l’habillement. Repensez à ce qui s’est passé avec le textile chinois récemment.

11Le sujet nous intéressant aujourd’hui me semble avoir trois dimensions. Je vais de ce fait répondre en trois points à la question qui m’a été posée. L’ouverture du commerce international entraîne-t-elle systématiquement la croissance ? Et si ce n’est pas systématique, à quelles conditions l’ouverture n’entraîne-t-elle pas la croissance ? À supposer que la réponse soit positive, la croissance qui est consécutive à une ouverture va-t-elle profiter d’abord aux plus défavorisés ? Les pays en voie de développement tirent-ils systématiquement bénéfice de la mondialisation ? Brice Couturier a déjà répondu à cette question dans l’introduction, la réponse est non. Nous allons examiner ensemble pour quelles raisons.

L’ouverture entraîne-t-elle la croissance ?

12Les faits ont tranché. Nous avons tous entendu parler du « miracle asiatique ». Cet archétype de l’émergence semble montrer que les pays en voie de développement qui ont fait le choix de l’insertion dans le commerce international s’en sortent plutôt mieux. Les économistes ont tous à l’esprit, tout en sachant que le monde est moins simple, que certains de ces pays asiatiques, ayant bénéficié du commerce international pendant une première période, se sont tout de même très largement protégés pour organiser leurs industries. Nous ne sommes pas assez naïfs pour ignorer ce phénomène ; cependant l’ouverture leur a plutôt profité. Le deuxième point qui semble plaider dans ce sens est le fait que les pays en voie de développement, excepté quand le FMI est venu le leur demander, ont choisi d’ouvrir leurs frontières de façon presque autonome. En conséquence, cette option n’est probablement pas mauvaise. La troisième idée qui circule beaucoup chez les économistes est l’idée que les épisodes d’ouverture dans l’Histoire se sont accompagnés d’épisodes de croissance ; et réciproquement, les épisodes de fermeture ont plutôt été des épisodes de moindre croissance. En tout cas au xxe siècle. Par conséquent, l’idée partagée par les économistes – idée reprise par Brice Couturier en introduction – est que l’ouverture est préférable. L’échec des politiques autocentrées le confirmerait si besoin.

13Ce qui précède ne signifie pas l’existence d’un seul modèle de développement. Je viens d’expliquer que certains pays asiatiques avaient pris des « libertés » avec le libre-échange, au moins dans un premier temps, et surtout que l’ouverture n’est pas systématiquement amorcée dans les pays en développement – ce que les historiens appellent le take off ou le décollage de l’économie. Certains pays s’étant ouverts et spécialisés pour des produits dont le prix baissait au niveau mondial de façon pauvreté tendancielle, ou pour des produits qui débouchaient généralement sur une mauvaise gouvernance, n’ont pas du tout bénéficié de l’ouverture. Lorsqu’un pays exporte des diamants, il rencontre généralement des difficultés car la gouvernance adéquate est très difficile à mettre en place. Notre seule certitude réside donc dans l’idée que l’ouverture économique est globalement préférable, que les politiques de fermeture seraient probablement pires dans tous les cas. Beaucoup de travaux statistiques ont été faits pour essayer de comprendre les mécanismes par lesquels l’ouverture pouvait nourrir la croissance. Ces travaux indiquent que l’ouverture fonctionne lorsqu’elle est associée à la scolarisation, à un investissement privé sur place et à une épargne intérieure. S’il manque l’un de ces éléments, l’ouverture ne fonctionne pas.

La croissance liée à l’ouverture profite-t-elle aux plus défavorisés ?

14Afin de comprendre ce deuxième point, je vais procéder à un rappel des mécanismes qui se mettent en place lorsque l’on ouvre une économie au libre-échange.

15Le libre-échange permet en premier lieu d’accéder à des prix plus favorables, alors que le protectionnisme implique de payer plus cher les biens auxquels la protection s’applique. À travers l’ouverture économique, les ressources s’orientent vers les emplois les plus efficaces. Je vous l’énonce de façon provocatrice pour lancer la discussion qui va suivre. L’ouverture induit aussi un renforcement de la concurrence. Les producteurs et les consommateurs sont satisfaits parce qu’ils ont accès à une plus grande variété de produits. L’ouverture de l’économie permet de pouvoir acheter non seulement les variétés produites sur place mais également de pouvoir acheter des variétés produites ailleurs, des produits, des services et des technologies nouvelles. L’ouverture permet par conséquent d’accéder au grand panier de la technologie disponible sur le marché mondial. Un pays relativement pauvre, qui ne dispose pas de la technologie correspondante, peut donc se procurer des ordinateurs sur le marché mondial.

16Je viens d’énoncer les aspects favorables du libre-échange ; néanmoins le prix à payer en retour peut être élevé. Il réside dans les ajustements de l’économie que ces pays vont devoir mettre en place. Ajuster l’économie signifie qu’il va y avoir des coûts d’ajustement. Une redistribution des revenus va découler de l’ouverture commerciale. L’ouverture fait évidemment des gagnants, mais elle fait aussi des perdants. Les économistes le disent régulièrement, même s’ils ne sont pas toujours entendus. L’enrichissement moyen d’une économie ne profite pas nécessairement aux plus pauvres dans cette économie. Tout dépend des circonstances de la mise en place de cette ouverture. L’ouverture peut générer des inégalités, y compris dans les pays qui s’en sortent très bien.

17C’est le cas des pays émergents qui croissent rapidement, dont le revenu par tête augmente très vite en moyenne, mais dans lesquels les inégalités sont de plus en plus criantes. La difficulté que les économies des pays pauvres rencontrent est l’absence d’institutions permettant d’accompagner l’ouverture, de redistribuer le revenu et de s’occuper des perdants. Ces pays ne disposent pas non plus des canaux de financement nécessaires, des marchés financiers permettant de déplacer les ressources d’un emploi vers l’autre. Lorsque les conditions nécessaires à l’ouverture ne sont pas réunies, lorsqu’il n’y a pas de marché pour les capitaux, lorsqu’il n’y a pas de filet social, lorsqu’il n’y a pas de redistribution des revenus, l’ouverture peut avoir des effets très inégalitaires. Il n’existe pas de mécanismes naturels qui font que les gagnants indemnisent les perdants. Lorsque les politiques correctrices sont absentes, l’ouverture peut avoir des conséquences sociales non désirées. Je viens ici de décrire les mécanismes liés à l’ouverture commerciale à l’intérieur des pays pauvres.

18Nous allons maintenant nous intéresser aux effets de la mondialisation sur les inégalités entre les pays. Avec la globalisation, les inégalités entre pays au niveau mondial ont plutôt eu tendance à s’accroître, ce qui ne signifie pas que certains pays sont devenus plus pauvres ; cela signifie que l’ascenseur est monté pour tous les pays, mais pas à la même vitesse. Par conséquent, les écarts de niveau de vie entre les pays ont eu tendance à s’élargir. Certains pays très peuplés ont rattrapé très vite les autres pays. Si l’on pondère le revenu de ces pays par leur population, l’affirmation précédente n’est plus exacte : l’ascenseur des pays les plus pauvres est donc monté plus vite que celui des pays les plus riches. Ce phénomène est uniquement lié à l’émergence de la Chine.

Les pays en voie développement constituent-ils un groupe homogène ?

19Une grande difficulté des pays en voie de développement est d’être spécialisés soit dans l’agriculture, soit dans les industries de main-d’œuvre, secteurs dans lesquels les pays du Nord sont les plus protectionnistes. En raison de leur spécialisation dans l’agriculture, dans le vêtement et dans les jouets, les pays du Sud font face à plus de protection de la part du Nord. Néanmoins ces pays ne sont pas tous dans une situation identique vis-à-vis de ce problème ; certains font face à un protectionnisme élevé, alors que pour d’autres il est moindre. La moyenne des droits de douane dans le monde, tous pays et tous produits confondus, est de 5 %. La moyenne de la protection dans le monde pour les produits agricoles est de 20 %, soit quatre fois plus. Il s’agit d’une moyenne ; certains produits sont taxés à 100 % de protection, d’autres à 150 %, 200 % ou encore 300 %. La moyenne de la protection dans le textile et l’habillement est de 10 %.

20Au-delà de ces moyennes, le principe général dans le commerce mondial est que les pays en voie de développement ont obtenu un traitement plus favorable, consistant en des droits de douane moins élevés que ceux appliqués à d’autres pays. Cela dit, tous les pays n’ont pas la même attitude vis-à-vis des pays en voie de développement. L’Union européenne se singularise – n’oublions pas que l’Union européenne est considérée comme un pays du point de vue du commerce international puisqu’il existe un tarif extérieur commun : elle propose de façon unilatérale des conditions d’accès plus favorables aux pays en voie de développement. Ces conditions ne s’appliquent toutefois qu’aux pays les plus pauvres et ne concernent pas tous les pays en voie de développement. Cette politique peut paraître satisfaisante d’un point de vue moral, mais elle pauvreté pose néanmoins des problèmes, notamment pour les pays à revenu intermédiaire. Or, dans des pays à revenu intermédiaire, comme le Brésil, il existe tout de même beaucoup de pauvres. C’est le reproche que la Banque mondiale fait à l’Union européenne.

21L’Union européenne applique donc en moyenne un droit de douane vis-à-vis des pays les plus pauvres – appelés également « pays les moins avancés » – à peu près égal à zéro. Certains produits tels que le riz, la banane et le sucre forment une exception appelée à disparaître. Un calendrier a été mis en place et, dans un horizon proche, ces produits seront libéralisés. Les pays pauvres paieront 0 % de droit de douane, feront face à zéro quota et pourront exporter tous les produits qu’ils désirent, à partir du moment où ils sont fabriqués dans le pays, à l’exception des armes, d’où l’appellation « Tout sauf les armes ». Ce processus pose tout de même des difficultés, notamment la question des règles d’origine : si un pays fabrique des chemises sur place mais utilise du tissu acheté ailleurs, il est difficile de donner un statut local au produit et il ne pourra pas bénificier des avantages précédemment évoqués.

22La situation est très différente aux États-Unis. Les programmes pour les pays les plus pauvres, appelés agoa, sont moins efficaces que les programmes européens, même si l’on perçoit des effets dans le domaine du textile/ habillement, en raison cette fois de la générosité des règles d’origine.

23Certains pays disposent de préférences quand ils accèdent à des marchés. Ils ne paient rien alors que d’autres pays paient 10 %, 20 %, 30 % et donc cette marge compétitive de 5 %, 10 %, 20 % est un bénéfice pour les pays qui en profitent.

24Les discussions actuelles à Hong-Kong portent sur la baisse des tarifs de façon multilatérale. La marge de préférence dont disposaient les pays qui bénéficiaient des politiques venant d’être évoquées va se réduire. La libéralisation du commerce va donc entraîner des situations où certains pays en voie de développement seront favorisés et d’autres défavorisés. Ce phénomène engendre une érosion des préférences et pose des difficultés.

Certains pays vont-ils gagner plus que d’autres ?

25Le montant des préférences initiales joue un rôle important sur ce que certains pays peuvent gagner. Plus ces pays bénéficient initialement de préférences, moins ils vont gagner dans l’avenir, puisque le multilatéralisme réduit ces préférences. Le deuxième mécanisme déterminant l’ampleur des gains attendus réside dans l’évolution des prix mondiaux des produits agricoles : ces prix vont augmenter. Libéraliser la politique agricole commune, la politique des États-Unis, du Japon, ou de la Corée-du-Sud, fait croître les prix mondiaux : l’offre de ces pays diminue et leur demande augmente. Les pays avantagés par ce système sont les pays exportateurs nets de produits agricoles, qui vendent plus de produits agricoles sur le marché mondial qu’ils n’en achètent, notamment le Brésil et l’Argentine. Les pays pour lesquels la libéralisation est défavorable sont dans une situation opposée : ils achètent plus de produits sur le marché mondial qu’ils n’en vendent, en particulier les pays de l’Afrique subsaharienne.

26Nous sommes bien conscients de la difficulté que posent ces négociations. Les pays intermédiaires ont beaucoup à gagner dans ce cycle pauvreté de libéralisation parce qu’ils faisaient face à une très forte protection. Ils ont beaucoup à gagner avec la baisse des droits de douane et aussi beaucoup par rapport aux prix mondiaux car ils sont producteurs nets de produits alimentaires. À l’inverse, certains pays perdent sur les deux tableaux : les pays d’Afrique subsaharienne ne sont pas, en moyenne, des exportateurs nets. De plus, ces pays vont devoir faire face à l’érosion de leurs préférences.

27Les mécanismes venant d’être évoqués ne justifient toutefois pas le maintien du protectionnisme. Le protectionnisme favorise avant tout les systèmes de rente. En particulier, en présence de quotas d’importation, les détenteurs de licences d’importation sont ceux qui profitent le plus du protectionnisme, dans les pays en voie de développement comme ailleurs.

28Pour conclure, la thèse classique de la « convergence économique » est remise en cause de façon définitive par la situation de nombreuses économies en développement, qui ont des difficultés persistantes. La notion de convergence est également remise en cause par le fait que de fortes inégalités mondiales persistent.

29Nous avons vu que les gains directs d’ouverture sont en fait assez limités pour certaines catégories de pays en voie de développement ; mais nous n’avons pas encore évoqué la dimension politique et sociologique de l’ouverture. Cette dimension est importante dans la mesure où ouvrir une économie équivaut, d’une certaine façon, à se lier les mains par rapport à la communauté internationale et à essayer en général d’améliorer sa gouvernance. Ce second aspect apporte beaucoup plus que l’ouverture elle-même.

30Le commerce à lui seul ne va donc pas résoudre tous les problèmes des pays en voie de développement et il faut mettre en place d’autres solutions. Nous connaissons ces solutions. Ces solutions sont les aides. Ces aides, qui posent elles aussi de nombreuses questions, sont destinées aux pays en voie de développement qui ne vont pas participer, pour toutes les raisons que j’ai évoquées, au grand banquet de la mondialisation. Je vous remercie.

Notes

1 Voir le site Internet du cepii.

Notes de fin

* Professeur d’économie à l’université de Paris I-Sorbonne.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access