Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation I

 | 
Brice Couturier
, 
Lionel Fontagné
, 
Philippe Manière
, 
et al.

Lundi 30 janvier 2006. La mondialisation économique : chance ou fléau pour les pays pauvres ?

Ouverture

Brice Couturier

Texte intégral

  • * Producteur à France Culture, maître de conférences associé en sciences politiques à l’université d (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Le sujet que nous allons aborder s’intitule « La mondialisation économique : chance ou fléau pour les pays pauvres ? » La rencontre précédente, « Qu’est-ce que la mondialisation ? », a permis de définir un certain nombre de concepts de base qui vont nous permettre d’aller un peu plus loin dans notre réflexion. Aujourd’hui, la question est : l’intensification des échanges profite-t-elle aux pays pauvres ? Cette interrogation rejoint deux autres questions qui sont habituellement posées dans les médias. Les pays du Sud, qui ont choisi l’ouverture des échanges commerciaux, en ont-ils bénéficié ? Les inégalités entre pays riches et pays pauvres ont-elles augmenté ou décru en raison de cette mondialisation ?

  • 1 omc : Organisation mondiale pour le commerce.

3C’est un sujet d’une grande actualité puisque nous sommes toujours dans le cycle de Doha. La réunion de l’omc1, qui s’est tenue à Hong-Kong en décembre 2005, nous a permis de comprendre à quel point les positions à l’intérieur même des pays émergents étaient divergentes. Un certain nombre d’entre eux demandent en effet la fin du protectionnisme, en particulier le protectionnisme agricole du Nord. D’autres, au contraire, craignant la ruine de leur propre paysannerie, ont exigé le maintien des subventions et des barrières tarifaires. L’affaire est donc beaucoup plus ambiguë que ne laisse croire un certain nombre de présentations rapides et idéologiquement orientées.

4Je vais maintenant vous présenter les intervenants en respectant l’ordre dans lequel ils vont prendre la parole. Ils vont ainsi nous donner leur sentiment sur les effets de la mondialisation sur les pays pauvres à partir d’une grille d’analyse qui leur est propre.

  • 2 cepii : Centre d’études prospectives et d’informations internationales.

5Lionel Fontagné est professeur d’économie à l’université Paris I-Sorbonne et directeur du cepii2. Le cepii est l’un des grands centres d’analyses et de recherches sur le commerce international français.

  • 3 oxfam : Oxford Commitee for Famine Relief.

6Céline Trublin est directrice des campagnes Agir ici et membre observateur de la confédération oxfam International3.

  • 4 adie : Association pour le droit à l’initiative économique.

7Maria Nowak est présidente de l’adie4 et préside également le Réseau européen de microfinance. Elle a notamment publié différents ouvrages à travers lesquels elle a exprimé ses positions sur la question du microcrédit et la façon dont le microcrédit peut aider le développement des pays du Sud. Elle a par ailleurs été conseillère spéciale auprès de Laurent Fabius lorsqu’il était ministre des Finances entre 2000 et 2002.

  • 5 Smith, Stephen, Négrologie, pourquoi l’Afrique meurt, Paris, Calmann-Lévy, 2004.

8Stephen Smith est, quant à lui, écrivain et journaliste, spécialiste de l’Afrique. Il a obtenu le prix France Télévisions du meilleur essai pour son livre qui a connu un vif succès Négrologie, pourquoi l’Afrique meurt5. Son témoignage nous intéresse vivement puisque, lorsqu’il est question des pays pauvres, hélas, l’Afrique est encore aujourd’hui au centre de nos préoccupations.

  • 6 Bayart, Jean-François, Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation, Pari (...)
  • 7 Cohen, Daniel, La Mondialisation et ses ennemis, Paris, Grasset, 2004.

9Je vais commencer par donner la parole à Lionel Fontagné mais je voudrais, au préalable, faire une observation en introduction au débat. J’ai apporté ici un numéro du très vénérable et très institutionnel TLS, Times Literary Supplement, qui avait consacré le 18 mars 2005, un grand article sur différents ouvrages consacrés à la globalisation et donc à la mondialisation. Il était d’ailleurs question de deux livres français : celui de Jean-François Bayart, Le Gouvernement du monde6, une critique politique de la globalisation, et celui de Daniel Cohen, La Mondialisation et ses ennemis7.

10De manière un peu provocatrice et une nouvelle fois dans la perspective d’introduire le débat, je vais essayer de traduire quelques-uns des premiers paragraphes de cet article :

« Le débat sur la mondialisation, tel qu’il a lieu dans de nombreux pays, rappelle celui qui se déroule autour du darwinisme aux États-Unis. Dans les deux cas, il existe un fossé abyssal entre le savoir de base et l’état des discussions publiques. [...] Les médias décrivent l’orthodoxie libre-échangiste comme si c’était une idée soumise à une véhémente discussion. Mais le fondement de cette idée, la loi ricardienne de l’avantage comparatif – qui montre pourquoi il est sensé, même pour les pays qui ne disposent pas d’avantage naturel, de se spécialiser et d’échanger – n’a, en réalité, jamais été sérieusement contesté. Ce qu’on ne soupçonnerait pas, à se contenter de la lecture des journaux, qui tendent à offrir une représentation faussée des débats universitaires sur le commerce. »

  • 8 Bauman, Zygmunt, Le Coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette Littérature, 1999.

11On pourrait s’amuser à opposer les ouvrages des économistes – qui font, le plus souvent, un éloge des bénéfices supposés de la mondialisation – à ceux des sociologues, qui la rendent, au contraire, responsable d’un certain nombre de dégâts humains, comme Zygmunt Bauman8. De nombreux politologues l’accusent en outre de provoquer une dépossession démocratique, en plaçant les vrais décideurs hors d’atteinte des États. La question de la mondialisation doit en conséquence bénéficier d’un éclairage multiple, s’appuyant sur toutes les disciplines des sciences humaines, afin de nous livrer l’essentiel de ses enjeux.

Notes

1 omc : Organisation mondiale pour le commerce.

2 cepii : Centre d’études prospectives et d’informations internationales.

3 oxfam : Oxford Commitee for Famine Relief.

4 adie : Association pour le droit à l’initiative économique.

5 Smith, Stephen, Négrologie, pourquoi l’Afrique meurt, Paris, Calmann-Lévy, 2004.

6 Bayart, Jean-François, Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation, Paris, Fayard, 2004.

7 Cohen, Daniel, La Mondialisation et ses ennemis, Paris, Grasset, 2004.

8 Bauman, Zygmunt, Le Coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette Littérature, 1999.

Notes de fin

* Producteur à France Culture, maître de conférences associé en sciences politiques à l’université de Marne-la-Vallée.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access