Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Constances et variances

 | 
Martine Poulain

Chapitre 3. Les motivations

Texte intégral

1La description des profils socioculturels des usagers ne suffit pas : pour saisir l’origine de leur intérêt pour la BPI, pour comprendre quels seront leurs choix documentaires pendant ces heures consacrées à une bibliothèque, il faut cerner leurs motifs de venue. Un pas est vite franchi par nombre de commentaires : qui dit étudiants dirait conduite scolaire d’apprentissage, qui dit intellectuels, ingénieurs ou informaticiens motifs professionnels, qui dit retraités passions personnelles.

Motivations et besoins

2La réalité est un peu plus nuancée et avait amené J.-F. Barbier-Bouvet à distinguer trois motifs de venue :

  • la venue avec intention rassemble effectivement ceux qui ont un projet ou une intention plus ou moins précis ;

  • la venue d’occasion est le fait de ceux qui (loin d’être « non motivés », ils le sont suffisamment pour supporter parfois 30 minutes d’attente) sont sans idée préconçue mais plutôt animés par un intérêt culturel large : ils connaissent la BPI et savent qu’ils y trouveront leur miel même sans avoir prévu de se livrer à telle ou telle activité particulière ;

  • la « dérive » est fréquente ; le libre accès augmente la sollicitation : bien des usagers venus dans telle ou telle perspective précise voient leur intérêt attiré par telle ou telle activité imprévue.

3Parmi les personnes ayant une intention plus ou moins précise, on peut distinguer différents types de besoin :

  • un besoin directement scolaire ou universitaire, lié aux exigences pédagogiques (56,5 % pour 1988) ;

  • un besoin professionnel, qu’il soit celui du journaliste, du musicien, du chercheur ou du cuisinier (14 % en 1988) ;

  • un besoin pratique précis : apprendre l’anglais, préparer un voyage, chercher une adresse (4 % en 1988) une curiosité ou un intérêt personnels (15,5 % en 1988).

4La venue à la bibliothèque reste liée à des prévisions d’activité très fortes : 84,5 % des usagers ont une intention précise. La venue d’occasion, sans motif précis, a diminué depuis 1982 : elle est actuellement le fait de 14,5 % du public. Sans doute faut-il voir là encore un effet dissuasif de la file d’attente : une venue sans objectif précis, pur passe-temps culturel, s’accommode mal d’une obligation d’attente. Besoins studieux et scolaires et besoins professionnels ont encore augmenté, au détriment des besoins ou intérêts personnels. L’augmentation de la fréquentation de la BPI par nécessité professionnelle est intéressante : nombre de professions des affaires, de la gestion ou autres trouvent à la bibliothèque les éléments d’information dont ils ont besoin.

5Ces motifs de venue sont toujours très variables selon les différentes catégories sociales : les étudiants sont les plus déterminés et savent précisément sur quel projet ils vont s’investir. La majorité des « actifs » aussi : mais le nombre d’usagers venant sans idée préalable peut varier du simple au double : la venue sans projet est beaucoup plus fréquente chez les chômeurs, les employés et ouvriers que chez les cadres supérieurs, les professions intellectuelles ou intermédiaires : chez les seconds, la venue peut être liée à un objectif professionnel précis alors que chez les premiers, elle intervient nécessairement dans l’espace d’un temps libre, des loisirs : la venue « par curiosité personnelle » est majoritaire chez les employés, les ouvriers, les chômeurs, les retraités.

6Les étudiants sont plus centrés encore que leurs aînés sur des objectifs studieux. Si, en 1982, trois étudiants sur dix venaient pour des motifs qui pouvaient être personnels, ils ne sont plus que deux sur dix aujourd’hui. C’est donc bien non seulement dans l’augmentation de leur présence, mais aussi dans un recentrage sur leurs travaux universitaires que les étudiants font dangereusement pencher la BPI vers un usage de bibliothèque universitaire. Pourtant, 1/5e continue à y venir principalement pour d’autres plaisirs, et beaucoup « dérivent » au cours d’une journée de travail vers l’écoute de disques ou le visionnement d’un film, ou vers des lectures moins studieuses.

7Motif d’études n’est pas toujours synonyme d’étudiants : dans presque toutes les autres catégories sociales, 10 à 20 % des usagers ont ce type d’objectifs, poussés par un concours, des examens ou des préparations diverses. La BPI est un grand lieu d’accueil d’un public en formation continue : 10 % de l’ensemble, soit 28 % des actifs suivent des études en formation permanente.

Types d’usages souhaités

8Trouver une information sur un sujet, chercher une référence précise de tel auteur, voir un film, lire la presse, apprendre les langues étrangères, travailler au milieu des autres : la BPI reste un lieu où de multiples activités, indéfiniment décomposables selon les besoins et humeurs de chacun, sont possibles.

9Dans l’ensemble, les besoins documentaires restent assez ciblés, se partageant entre :

    • 1 Prenons toutefois cette comparaison avec précaution car elle est pour une part un effet d’enquête : (...)

    la recherche d’un document précis, dont la référence est connue au préalable (41 %) ; elle a nettement augmenté (autour de 23 % des motifs de venue en 19821) ;

  • la recherche d’une information sur un sujet (36,5 %).

  • 2 Eliséo Véron, Espaces du livre : perception et usage du classement et de la classification en bibli (...)

10Ces deux types de démarches, qui sont celles des trois quarts des usagers, pourraient être rapprochés de certains modèles de lecture rencontrés dans les bibliothèques publiques municipales : Eliséo Véron y distinguait par exemple récemment lecteurs problématiques et lecteurs thématiques, intéressés, chacun à leur manière, par un sujet (les premiers autour souvent d’un fait de société, les seconds plutôt autour de passions particulières2).

11La bibliothèque traditionnelle, avec son catalogue et ses livres en magasin, invisibles, s’adressait évidemment à un seul type de lecteur implicite : celui qui cherchait un document précis ou dont les centres d’intérêt étaient assez délimités. La bibliothèque en libre accès autorise une forme d’imprécision. Ce sont alors les livres eux-mêmes qui, par leur présence physique, aident à une tentative de précision intellectuelle du sujet.

  • 3 Un tel phénomène n’est pourtant pas nouveau : dans une enquête de 1964 auprès des étudiants de la b (...)

12Mais la bibliothèque est aussi havre, abri : 16,5 % des usagers y viennent pour travailler sur leurs propres documents. Il faut voir là, une fois encore, un besoin très spécifique des étudiants : on sait que nombre de bibliothèques universitaires sont devenues de gigantesques salles d’étude que certains d’entre eux préfèrent à l’inconfort, à l’éloignement ou à la solitude de leurs logements3. Dans certaines de ces bibliothèques, la fréquentation augmente pendant que la consultation ou le prêt de documents diminue. Mais à la BPI, le recours à la bibliothèque comme lieu où travailler sur ses documents n’est pas, loin de là, le seul fait des étudiants et peut aussi être associé à d’autres intentions.

13N’y a-t-il pas là matière à réflexion sur la diversité des fonctions d’une bibliothèque ? Celle-ci n’a pas pour seule vocation la fourniture de documents. Par sa présence et son organisation interne, par la forme de convivialité qu’elle offre, elle est aussi faite pour aider chacun à surmonter « l’anxiété d’écrire » dont parlait Michel de Certeau, sentiment que l’on pourrait généraliser en une forme « d’anxiété d’apprendre ». Soutenir chacun dans cette « anxiété », autoriser une forme d’appui immatériel face à la difficulté, réelle ou imaginaire, de l’exercice d’apprentissage, du rapport au savoir, n’est-ce pas aussi une des fonctions essentielles de la bibliothèque publique ?

14La bibliothèque est un espace public ; elle est aussi le lieu d’une forme de soutien social autour des apprentissages des uns et des autres. Ces deux fonctions revendiquées par les usagers devraient n’être pas oubliées : même à l’heure de la communication à distance, à l’heure hypothétique d’un accès individuel et domestique à la grande richesse documentaire, le soutien multiforme d’un espace public reste apprécié et nécessaire. Dans nombre de bibliothèques municipales aussi, fréquentation et consultation sur place augmentent, pendant que le prêt diminue : il s’agit là d’un véritable changement dans les modes d’usage des publics.

15Chercher un document, chercher une information ou chercher un lieu pour travailler sont (ou sont devenus) les trois motifs de venue les plus fréquents. Mais on vient aussi à la bibliothèque pour utiliser le laboratoire de langues, voir un film, lire la presse ou encore, pour faire visiter cet espace à un tiers.

16Une fois encore, le niveau de diplôme de chacun ou son statut social vont influer sur les types d’attitudes planifiées ou les comportements espérés.

17Quelques exemples (tableaux 14 et 15) :

18Les étudiants et scolaires sont généralement à la recherche d’un document précis ; les actifs, eux, sont plus souvent à la recherche d’une information sur un sujet. Dans les deux cas, plus le niveau scolaire monte, plus on tend à rechercher un document précis.

19La pluralité des intentions est plus forte chez les plus diplômés, nettement moins chez les moins diplômés ; mais ce sont les employés et ouvriers qui ont les intentions les plus diversifiées.

20La venue, ciblée essentiellement autour du visionnement d’un film, est plus forte chez les moins diplômés, qu’ils soient « actifs » ou en cours d’études. La venue, sans ciblage, pour « passer du temps à la BPI » est plus forte chez les moins diplômés, chez les employés et ouvriers, les chômeurs ou encore les retraités. Le but alors n’est pas rien, mais tout.

21Le travail sur ses propres documents n’est pas l’exclusivité des étudiants ou des scolaires : ceux qui ont terminé leurs études apprécient aussi une bibliothèque comme lieu d’accueil pour mener leurs propres travaux ; c’est le cas par exemple des chômeurs, des employés ou ouvriers.

22Chez les étudiants, l’usage de la bibliothèque comme salle d’étude semble plus fort chez les plus diplômés.

23Les cadres supérieurs et professions intellectuelles viennent souvent dans un but professionnel.

24Les jeunes (15-19 ans) sont plus souvent à la recherche d’une information sur un sujet que de documents particuliers ; ils sont, deux fois plus que les autres, attirés par le laboratoire de langues et par les films.

25Les ouvriers/employés, les chômeurs, les retraités sont, plus que les autres, attirés par certains services particuliers de la BPI : le laboratoire de langues, la presse, les films, ou par l’espace propre de la bibliothèque et ses diverses ressources.

26Mais, rappelons-le, il ne s’agit ici que des intentions de venue. Une fois sur place, beaucoup vont « dériver » vers d’autres activités associant généralement celles qu’ils avaient prévues à d’autres, non planifiées et suscitées par l’offre. Quelqu’un qui vient pour travailler sur ses documents, pour visionner un film, pour lire la presse est souvent conduit vers d’autres centres d’intérêt.

Tableau 14. Motifs de venue (en %)

Tableau 14. Motifs de venue (en %)
  • 4 Plusieurs réponses possibles.

Note 14

Tableau 15. Buts de venue à la bibliothèque (plusieurs réponses possibles) (en %)

Tableau 15. Buts de venue à la bibliothèque (plusieurs réponses possibles) (en %)
  • 5 Dont travail sur ses propres documents.

Note 15

Notes

1 Prenons toutefois cette comparaison avec précaution car elle est pour une part un effet d’enquête : en 1982, les usagers ne pouvaient indiquer qu’une réponse possible à cette question sur leurs motivations ; en 1988, plusieurs réponses étaient acceptées.

2 Eliséo Véron, Espaces du livre : perception et usage du classement et de la classification en bibliothèque, Paris, BPI, 1989, collection Études et Recherches.

3 Un tel phénomène n’est pourtant pas nouveau : dans une enquête de 1964 auprès des étudiants de la bibliothèque universitaire de Lille, Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin avaient estimé que 38 % des étudiants n’avaient recours à aucun des documents de la bibliothèque (Rapport pédagogique de communication, Paris, Mouton, 1965).

4 Plusieurs réponses possibles.

5 Dont travail sur ses propres documents.

Table des illustrations

Titre (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 14. Motifs de venue (en %)
Légende Note 14
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 15. Buts de venue à la bibliothèque (plusieurs réponses possibles) (en %)
Légende Note 15
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access