Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Constances et variances

 | 
Martine Poulain

Chapitre 1. La fréquentation : un succès confirmé, une file d’attente problématique

Texte intégral

Chaque année, plus de 4 millions d’entrées

  • 1 Rappelons la distinction toujours nécessaire entre entrée et entrant : 4 millions d’entrées ne sig (...)

1Le succès, en termes d’affluence, ne se dément pas : toujours plus de 3 millions d’entrées par an pour la seule bibliothèque, auxquels il faut ajouter les 800 000 entrées à la Salle d’actualité et l’espace Salle d’actualité jeunesse, soit au total plus de 4 millions d’entrées annuelles. Début 1989, la BPI a pu fêter sa 55 millionième entrée1. Depuis 1979, la BPI accueille chaque jour plus de 13 000 personnes, soit par exemple en 1988, 10 571 personnes pour la bibliothèque proprement dite et 2 671 personnes pour la Salle d’actualité (tableaux 1 et 2).

  • 2 Ce contrôle du nombre d’entrants n’est pas la seule cause de certaines stagnations ou régressions (...)

2Pourtant, la BPI est devenue plus draconienne : submergée, voire étranglée par un succès qui menace quotidiennement le bon accueil des personnes et la sécurité du matériel, elle a dû renoncer à accueillir plus de 1 800 personnes à la fois dans ses espaces principaux et plus de 150 personnes à la fois à la Salle d’actualité. Une telle mesure aurait dû entraîner une baisse de la fréquentation : il n’en est rien. Celle-ci s’est, peu ou prou, stabilisée depuis 1984 autour de 3,3 millions à 3,4 millions d’entrées par an. Le contrôle des entrées en revanche a eu un certain effet sur la Salle d’actualité qui a connu une légère baisse du nombre d’entrées annuelles : autour de 800 000, quand elles étaient de 900 000 à 1 million entre 1980 et 19842.

3C’est là une contrainte qui ne peut qu’inspirer des sentiments mitigés. Il reste unique en France (et ailleurs ?) de voir des usagers accepter d’attendre, parfois jusqu’à une heure, pour venir consulter des documents : belle réponse, s’il en était encore besoin, à ceux qui voudraient ne voir, dans la foule de la BPI, que des touristes, des flâneurs ou des désœuvrés ; bien au contraire, cette file d’attente, quasi quotidienne, est un témoignage indéniable de la force d’attraction qu’exerce l’offre de cette bibliothèque, de la force de la satisfaction qu’éprouvent, malgré de telles contraintes, ses usagers.

4Mais le spectacle de cette file d’attente apparemment résignée génère en fait un fort sentiment de gêne et d’inquiétude : n’est-elle pas avant tout le signe d’un manque cruel, d’une dramatique insuffisance d’équipements, notamment de bibliothèques universitaires, mais aussi de lecture publique d’une envergure comparable ?

5La carence des unes et l’accessibilité de l’autre ne sont pas seules en cause. Ce n’est pas le seul manque qui pousse chaque jour des milliers de personnes vers la BPI ; c’est aussi la multiplication considérable des besoins documentaires ou ludiques, la multiplication des lieux et modes de recours aux bibliothèques. En fait, les trois quarts des usagers de la BPI fréquentent aussi une autre bibliothèque, qu’elle soit universitaire ou spécialisée, municipale, d’entreprise ou de lycée. Pour une partie de la population et pour la plus grande part de celle qui est cliente des bibliothèques, la question n’est plus seulement la recherche d’un lieu où consulter des documents, mais celle des lieux optimaux, devant répondre à des centres d’intérêt, des inclinations ou des obligations de consultation de plus en plus divers. L’heure n’est plus celle d’une réponse à une demande, mais celle d’une multiplicité de réponses à une multiplicité de demandes.

6C’est la question que pose, avec insistance, cette file quotidienne à l’entrée de la BPI.

7Le risque d’attente aux portes pousse les usagers à choisir entre plusieurs stratégies :

  • l’abandon : sans doute certains ont-ils été amenés à ne plus fréquenter la bibliothèque. C’est, paradoxalement, le groupe le plus difficile à cerner, puisqu’il n’est plus là pour le dire ; mais le sentiment qu’il y a « trop de monde » est une des critiques les plus répétées à l’égard de la BPI ;
  • la soumission : nombre d’usagers interviewés disent en avoir « pris leur parti ». Beaucoup « s’adaptent » et acceptent la queue comme une fatalité qu’il faut bien subir : « Je sais que je viens pour au moins quatre heures, alors ça va », dit l’un, « J’ai un article à écrire pour lundi et il n’y a que là que je trouverai ce dont j’ai besoin », dit l’autre. Beaucoup d’éléments portent à penser que nombre d’usagers savent parfaitement qu’ils risquent d’attendre : la plupart arrivent et s’intègrent à la file sans un mouvement de surprise ;
  • la compréhension : ceux-là apportent des explications (« Les biblis de quartier, on en a vite fait le tour », « On connaît la raison, y a pas assez de biblis à Paris »), mettent en avant les aspects positifs de la BPI (« Il y a une souplesse d’allées et venues », « On trouve plus de choses », « Les livres sont en rayon », etc.), s’estiment peu gênés par l’attente (« Ça va assez vite »). C’est, paradoxalement, l’attitude la plus souvent exprimée par les interviewés ;
  • le repli stratégique et la préméditation : bel exemple de ruses avec les règles de l’institution. Beaucoup font preuve du sens de l’esquive : pris au piège une fois, ils jonglent ultérieurement avec leurs jours et heures de venue : éviter le mercredi ou le fatidique 14 h-17 h, venir un peu plus tôt ou un peu plus tard...

Une file d’attente aux effets pervers

8Ces petites différences ne sont pas sans grandes conséquences. On peut par exemple se demander (nous y reviendrons) si l’augmentation du nombre d’étudiants, et certaines modifications de la composition du public n’ont pas pour origine ce rapport différentiel au temps : qui peut attendre et qui ne peut pas ? Qui peut venir seulement pour des visites brèves — lors d’une pause déjeuner, à la sortie du travail — et qui dispose de plages plus longues ? On peut bien entendu penser que le rapport des salariés au temps disponible est moins souple que celui des étudiants. Une mesure apparemment technique — l’établissement d’un seuil de saturation — peut donc avoir nombre de conséquences sociales.

9Ces tactiques, ces ruses mises en œuvre par les usagers pour éviter la foule et le reflux contribuent à modifier la courbe des variations horaires dans la fréquentation de la BPI. En 1981-1982, les débuts de journée étaient calmes et l’affluence pour entrer était plus forte l’après-midi. Aujourd’hui, la crainte de la file d’attente conduit les usagers à se presser, nombreux, dès l’ouverture, entre 10 h et 12 h les samedi et dimanche, entre 12 h et 14 h en semaine. La bibliothèque est alors tout de suite saturée et les files ont tendance à se former de plus en plus tôt et à durer de plus en plus tard dans la fin d’après-midi (tableau 3).

10Les sorties, elles, s’étalent très régulièrement sur l’ensemble de la journée, entre 13 h et 22 h, le samedi et le dimanche. En semaine elles sont plus concentrées entre 15 h et 19 h, atteignant leur maximum vers 17 h (tableau 4).

11Chacun a donc tendance à adopter sa stratégie de venue à cette file d’attente qui risque de retarder son entrée dans la bibliothèque. J.-F. Barbier-Bouvet avait constaté en 1982 que, si l’ouverture le dimanche et les jours fériés n’entraînait pas une modification sensible de la composition socioprofessionnelle du public ces jours-là, l’existence de « nocturnes », l’ouverture jusqu’à 22 h avait, elle, permis une fréquentation plus importante des actifs et notamment des actifs des classes moyennes et populaires. Cette tendance reste sensible aujourd’hui (tableau 5). Au fur et à mesure qu’on avance dans la soirée, les nouveaux entrants sont de moins en moins des étudiants, et de plus en plus des « actifs » au sens de l’Insee. Après 20 h ces actifs sont plus nombreux que les étudiants à pénétrer dans la bibliothèque. Mais, à la différence de ce qui se passait en 1982, cette ouverture tardive ne profite pas particulièrement aux catégories moyennes et populaires, mais de façon nette et forte à l’ensemble des actifs : augmentation des professions intermédiaires, des couches intellectuelles, des cadres supérieurs, des employés, des ouvriers. Les actifs sont « poussés vers la nuit ».

12Autre effet de la file d’attente : l’allongement de la durée de séjour dans la bibliothèque. Le temps moyen passé à la BPI était en 1982 de 2 h 08, il est maintenant de 2 h 34 : les visites « brèves » (moins d’une heure) ont diminué au profit des visites plus longues : les séjours de plus de quatre heures ont considérablement augmenté, passant de 14 à 20 % de l’ensemble ; les séjours de 2 à 4 h sont passés de 25 à 29,5 %. Après avoir réussi à entrer, plus question de quitter les lieux ! Une telle course d’obstacles n’interdit pourtant pas tout à fait les visites très brèves, de moins de 15 minutes, qui ont pourtant considérablement diminué (de 10 % en 1982 à 6,5 % aujourd’hui): nouveaux faisant une visite d’information ou de repérage, lecteurs cherchant tel titre particulier et déçus de ne pas le trouver ou au contraire ayant rapidement vérifié tel ou tel renseignement recherché.

  • 3 D’après plusieurs enquêtes faites par « Conception Ouest », Junior Entreprise de l’université de P (...)

13Une fois encore, le temps disponible n’est pas le même chez tous : les étudiants pratiquent le plus les visites très longues (25,5 % restent plus de 4 h). Il semble que leurs séjours à la BPI soient plus longs que ceux qu’ils font en bibliothèque universitaire où la plupart d’entre eux s’échelonnent entre 2 h et 4 h3. En revanche, employés ou ouvriers, retraités, chômeurs ou professions intermédiaires, bref la plupart des « actifs » (ou ex-actifs) restent rarement 4 h ou plus (tableaux 6 et 7).

Portraits dans une file d’attente

  • Jeune femme, venue moins de 10 fois, étudiante à l’École des hautes études internationales, où il n’y a pas de bibliothèque. Va souvent à la bibliothèque universitaire (BU) de Tolbiac ou au « Centre Malraux » (la bibliothèque municipale du boulevard Raspail), mais ce matin « elle n’a rien trouvé », travaille sur les relations internationales et les encyclopédies. C’est la première fois qu’elle fait la queue un quart d’heure.
  • Femme, comptable, vient pour la première fois à la BPI. Elle ne « s’y attendait pas » (à faire la queue). Vient pour le concours du Figaro.
  • Cuisinier, environ 25 ans, vient une ou deux fois par mois, lors de ses jours de congé. Dit à propos de la file : « Si on nous demande ça, c’est qu’on peut pas faire autrement» (on = l’institution BPI). Consulte des livres de gastronomie, des recettes. Regarde des films politiques sur l’Afrique. « Quand je viens, c’est pour plusieurs heures ».
  • Lycéen, vient le mercredi après-midi : « Là (à la BPI) c’est mieux ». S’intéresse à la documentation politique sur la France. Consulte seulement des livres.
  • Femme, étudiante, habite Bruxelles. Vient exceptionnellement ; n’avait jamais attendu : « Là j’ai oublié, j’aurais pu venir avant (plus tôt). » Elle a « hésité à rebrousser chemin ». Cherche de la documentation sur le cirque. Elle aime la BPI parce que « les livres sont en rayon ; il y en a beaucoup ; l’ordinateur, c’est bien, ça permet de trouver même quand on ne sait pas trop ce qu’on cherche. » Aime les films d’Océaniques.
  • Femme, vient presque tous les jours. Fait la queue à peu près trois fois par semaine. Va au laboratoire de langues, tient à y aller régulièrement « Ah ben vous pensez, si j’apprends une langue... » Travaille la nuit. Dort le matin. Ne peut venir que vers 14 h ou 15 h.
  • Femme, vient pour la première fois à la BPI. Dit à propos de la file d’attente : « Ça va vite. »
  • Jeune homme, étudiant en droit à Paris I. Vient deux fois par semaine. Essaie en général de venir plus tôt ou plus tard : « Faut être patient. » Va souvent à « Cujas ». Vient à la BPI parce qu’il y trouve une grande « facilité d’accès aux journaux d’information » ou « genre Jeune Afrique ». « Je fréquente beaucoup les bibliothèques. »
  • Homme, employé de libre-service. Vient deux fois par semaine depuis trois ans, fait la queue à chaque fois : « On connaît la raison, y a pas assez de biblis à Paris. » Il est obligé de venir l’après-midi parce qu’il travaille le matin. Suit des cours du soir en sciences. Vient consulter des revues et livres sur ce thème. « J’ai 35 minutes de transport depuis le Vésinet ; quand je vais à la Villette, je mets une heure. Alors, je vais à la Villette le samedi et des fois le jeudi » ; mais... « y a pas de place non plus. » Il estime que « les deux biblis se complètent, il y a des choses que vous avez et qu’ils n’ont pas. » A la Villette, il est inscrit au prêt.
  • Homme, environ 50 ans, traducteur de « documents techniques et d’histoire ». Vient souvent à la BPI, depuis 1982. Fait la queue souvent, « presque à tous les coups », mais « c’est la plus pratique ; les documents sont là ». Dit qu’il va s’inscrire à Sainte-Geneviève mais ne le fait jamais : « Faut attendre les livres. » Vient pour comparer les documents, « par conscience » professionnelle. « Les biblis de quartier, on en a vite fait le tour, il y a les best-sellers et pas ce qui m’intéresse : les trucs qu’on ne trouve pas. » « Il faudrait que Beaubourg ouvre plus tôt. »
  • Jeune homme, CAP de chauffagiste. Vient le mercredi, le samedi et le dimanche. Fait la queue pour la première fois, depuis 11 heures. Vient pour « les livres et les cassettes en anglais » et « pour l’histoire ». Il est aussi inscrit à la bibliothèque municipale de Montreuil : « Je prête les livres » (il les emprunte). Mais il vient « pour les livres qu’on ne trouve pas là-bas ».
  • Femme, animatrice socioculturelle, vient « peu souvent », une fois par mois à peu près. Fait un « travail de recherche sur l’échec scolaire ». Elle trouve la BPI « très pratique ; j’ai pris l’habitude ; il y a une souplesse d’allées et venues. On peut y travailler dans des conditions correctes, ce que je ne peux pas faire chez moi », « la population est plus large que celle des BU ; on trouve plus de choses. » Elle est « étonnée par la file d’attente. Je ne pensais pas qu’à la bibliothèque, il y avait autant de monde. » Mais elle a « l’impression que ça se passe bien ; ça s’est dégagé relativement vite ».
  • Homme, maquettiste, vient une fois par semaine. C’est la première fois qu’il a attendu 10 minutes : « Ça doit gêner les étudiants s’ils ont quelque chose de précis à trouver. » Mais lui « ça ne le gêne pas ». Il recherche des illustrations pour un sujet publicitaire. Il va aussi souvent à Forney.
  • Étudiant en khâgne, « en philosophie ». Vient deux ou trois fois par mois. Il va aussi à la bibliothèque municipale de Neuilly, peu à la bibliothèque du lycée. « J’achète les livres. » Il a aussi essayé Sainte-Geneviève mais c’est « pénible », « administrativement pénible ». Il faut « attendre une demi-heure avant d’avoir les livres. » « En plus, il faut s’inscrire, il faut attendre une demi-heure pour avoir une carte. »

Nouveaux jeunes et vieux amis

14Le public de la BPI est à la fois en constant renouvellement et fidèle : chaque jour environ 750 personnes (7,5 %) la découvrent, chaque jour aussi des milliers d’habitués l’envahissent : près de 30 % viennent depuis plus de cinq ans. On pourrait, très grossièrement, distinguer trois types d’ancienneté dans la fréquentation :

  • un tiers environ la découvre ou s’initie, fréquentant la bibliothèque depuis moins d’un an ;
  • un autre tiers la fréquente depuis 2 à 5 ans ;
  • un dernier tiers constitue les piliers de la maison : ils viennent depuis plus de 5 ans, parfois depuis l’ouverture.

15Cette fidélisation présente des profils divers :

  • on rencontre plus de nouveaux venus parmi les scolaires ou parmi les employés ou ouvriers. Dans le succès auprès des premiers, on ne peut que voir l’effet positif d’une forme de renouvellement des générations de lecteurs (qui sont déjà, pour un tiers d’entre eux, des habitués). Dans la force d’attraction auprès des seconds, un sociologue « optimiste » pourrait voir un lent progrès de la démocratisation, pendant qu’un pessimiste y verrait le fait de touristes en promenade non destinés à devenir des habitués ;
  • les étudiants sont plutôt coutumiers de cycles qui durent de 1 à 5 ans ;
  • la fidélisation la plus forte et la plus ancienne est celle d’un certain nombre de cadres supérieurs, de professions intellectuelles ou plus encore de techniciens et professions des couches dites moyennes, des retraités ou des chômeurs.

16Les plus assidus sont les retraités, les chômeurs et les étudiants : 24 % des premiers, 19 % des seconds, 17 % des troisièmes viennent tous les jours ou presque. Presque la moitié (43 %) du public de la BPI la fréquente au moins une fois par semaine ; ceci n’empêche pas l’autre moitié d’être venue souvent plus de 20 fois à la bibliothèque, mais sur un laps de temps parfois plus long (tableaux 8 et 9).

Tableau 1. Évolution de la fréquentation annuelle de la BPI et du Centre Georges Pompidou (Unité : nombre d’entrées)

Tableau 1. Évolution de la fréquentation annuelle de la BPI et du Centre Georges Pompidou (Unité : nombre d’entrées)

CNAC : Centre national d’art et de culture.
MNAM : musée national d’Art moderne.
SA : salle d’actualité de la BPI.

Tableau 2. Fréquentation de la BPI en 1988

Tableau 2. Fréquentation de la BPI en 1988

1 B2 : Bibliothèque (entrée au 2e étage).
2 SA : Salle d’actualité.
3 Incluant la Salle d’actualité jeunesse à sa réouverture en juin.

Tableau 3. Nombre d’entrées à l’heure en semaine et le week-end

Tableau 3. Nombre d’entrées à l’heure en semaine et le week-end

Tableau 4. Nombre de sorties par tranche de deux heures en semaine et le week-end

Tableau 4. Nombre de sorties par tranche de deux heures en semaine et le week-end

Tableau 5. Composition du public des « nocturnes » (en %)

Tableau 5. Composition du public des « nocturnes » (en %)

Tableau 6. Temps de séjour dans la bibliothèque. Evolution entre 1982 et 1988 : en 1988, la moitié des usagers reste plus de 2 heures. en %

Tableau 6. Temps de séjour dans la bibliothèque. Evolution entre 1982 et 1988 : en 1988, la moitié des usagers reste plus de 2 heures. en %

Tableau 7. La gestion sociale du temps : durée de séjour dans la bibliothèque selon la catégorie socioprofessionnelle et le niveau de diplôme (en %)

Tableau 7. La gestion sociale du temps : durée de séjour dans la bibliothèque selon la catégorie socioprofessionnelle et le niveau de diplôme (en %)

Tableau 8. Ancienneté de la fréquentation de la bibliothèque selon l’origine socioprofessionnelle (en %)

Tableau 8. Ancienneté de la fréquentation de la bibliothèque selon l’origine socioprofessionnelle (en %)

Tableau 9. Intensité de la fréquentation de la BPI selon l’origine socioprofessionnelle (en %)

Tableau 9. Intensité de la fréquentation de la BPI selon l’origine socioprofessionnelle (en %)

Notes

1 Rappelons la distinction toujours nécessaire entre entrée et entrant : 4 millions d’entrées ne signifie pas 4 millions de personnes différentes, puisqu’une même personne peut venir à la bibliothèque de manière répétée et assidue.

2 Ce contrôle du nombre d’entrants n’est pas la seule cause de certaines stagnations ou régressions relatives. En 1986 par exemple, le Centre Georges Pompidou connut à la fois le succès que l’on sait avec l’exposition Vienne, cause mémorable d’impressionnantes files d’attente à l’extérieur du Centre et, pour finir, une régression de son nombre d’entrées, les vagues d’attentats terroristes ayant entraîné, dès septembre 1986, des contrôles sévères à l’entrée des établissements publics.

3 D’après plusieurs enquêtes faites par « Conception Ouest », Junior Entreprise de l’université de Paris X, pour le compte de 10 bibliothèques universitaires (incluant la bibliothèque Sainte-Geneviève) en 1988.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Évolution de la fréquentation annuelle de la BPI et du Centre Georges Pompidou (Unité : nombre d’entrées)
Légende CNAC : Centre national d’art et de culture.MNAM : musée national d’Art moderne.SA : salle d’actualité de la BPI.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Tableau 2. Fréquentation de la BPI en 1988
Légende 1 B2 : Bibliothèque (entrée au 2e étage).2 SA : Salle d’actualité.3 Incluant la Salle d’actualité jeunesse à sa réouverture en juin.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Tableau 3. Nombre d’entrées à l’heure en semaine et le week-end
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 4. Nombre de sorties par tranche de deux heures en semaine et le week-end
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 5. Composition du public des « nocturnes » (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 6. Temps de séjour dans la bibliothèque. Evolution entre 1982 et 1988 : en 1988, la moitié des usagers reste plus de 2 heures. en %
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 7. La gestion sociale du temps : durée de séjour dans la bibliothèque selon la catégorie socioprofessionnelle et le niveau de diplôme (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 8. Ancienneté de la fréquentation de la bibliothèque selon l’origine socioprofessionnelle (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Tableau 9. Intensité de la fréquentation de la BPI selon l’origine socioprofessionnelle (en %)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/126/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access