Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Constances et variances

 | 
Martine Poulain

Introduction

Texte intégral

1Bibliothèque en accès totalement libre, n’imposant aucun type d’inscription préalable à ceux qui veulent avoir recours à ses services, la Bibliothèque publique d’information (BPI) n’a d’autre moyen, pour connaître son public, que celui de l’investigation sociologique.

  • 1 Cf. Jean-François Barbier-Bouvet, Martine Poulain, Publics à l’œuvre : pratiques culturelles à la (...)

2Voici donc les résultats de la troisième enquête générale sur le public de la BPI : 1978, 1981-1982, 1988. Celle de 1982, notamment, avait donné lieu à une analyse d’ensemble des pratiques du public1. Les questions que nous nous étions posées alors couvraient plusieurs registres.

  • 2 Cf. Jean-Pierre Seguin, Comment est née la BPI, Paris, BPI, 1987.

3L’un consistait à examiner les principes qui avaient conduit la conception même de la BPI à la lumière des pratiques effectives des usagers. Une chose, en effet, est la difficile mise au point d’une offre culturelle, la progressive définition des objectifs d’un établissement, la délicate mise en place et mise en espace d’équipements, de ressources humaines et matérielles devant contribuer à la réalisation optimale du projet2. Autre étape est ensuite la manière (les manières) dont un public (des publics) va prendre possession de cet espace et de ses ressources.

4L’enquête sociologique se situe à cette intersection entre une offre et des besoins, entre une proposition et des appropriations, et cherche à analyser les concordances ou les distances — qui ne sont pas toujours discordantes — entre une projection d’usages possibles et une série d’usages effectifs.

5Ainsi, cherchons-nous toujours à comprendre comment les usagers pratiquent le multimédia, l’encyclopédisme ou le libre accès aux documents, et profitent de l’ouverture à tous sans condition ni formalité, s’accommodent de la coprésence des autres, mettent en place des tactiques ou des ruses pour jouer avec les règles de l’établissement.

6Une autre tentative est de contribuer, au-delà d’une monographie particulière d’un lieu particulier, à la lente élaboration d’une sociologie des usages en bibliothèque et à une sociologie de la lecture et des pratiques culturelles. Le fonctionnement d’une bibliothèque ne se réduit pas à la communication d’un certain nombre de documents, pas plus que les motivations, comportements et démarches des publics ne peuvent se réduire à un simple assouvissement de besoins documentaires. Ainsi cherchons-nous toujours à comprendre ce que sont ces modes de lecture en public, ce que recouvre la diversité des façons de faire, comment chacun impose sa marque et sa trace, invente des parcours et des rites, ou ce qu’est la lecture singulière de chacun sous le regard complice ou concurrent des autres, réels ou inventés.

7Pourtant, cette courte synthèse des évolutions des profils et des comportements des usagers n’a qu’un objectif limité. Elle ne veut que rendre compte des constances et inconstances de ce public, chercher à savoir si la BPI s’approche ou s’éloigne de ses buts initiaux, cerner quelques réactions à des offres nouvelles ou se mettre à l’épreuve du jugement des usagers en explorant leur degré de satisfaction quant aux services rendus.

  • 3 Nous n’avons pas repris ici les données concernant l’importance et le rôle du recours aux biblioth (...)

8C’est pourquoi, le mode d’exposition choisi pour ce nouvel état des lieux a été de suivre au plus près les principales questions posées sept ans auparavant et d’en discerner les évolutions3.

  • 4 Op. cit.

9Le lecteur soucieux de réfléchir plus avant sur les comportements des usagers dans cet espace public devra se reporter à Publics à l’œuvre4. Les analyses qui y sont développées sur les modes d’appropriation des espaces et des supports par les publics, sur les relations entre les différents médias, sur l’exercice du lire dans un espace public, nous paraissent toujours actuelles.

Notes

1 Cf. Jean-François Barbier-Bouvet, Martine Poulain, Publics à l’œuvre : pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information, Paris, La Documentation Française, 1986, collection Études et recherche.

2 Cf. Jean-Pierre Seguin, Comment est née la BPI, Paris, BPI, 1987.

3 Nous n’avons pas repris ici les données concernant l’importance et le rôle du recours aux bibliothécaires et aux catalogues. L’observation des modes de consultation des catalogues informatisés a fait l’objet d’une analyse et d’une publication particulières : Dialogue ou labyrinthe : la consultation des catalogues informatisés par les usagers, par Joëlle Le Marec, BPI, 1989, collection Études et recherche.

4 Op. cit.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access