Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identification et surveillance des individus

 | 
Christian Aghroum
, 
Michel Alberganti
, 
Laurent Bonelli
, 
et al.

Ouverture

Philippe Charrier

Texte intégral

  • 1 Responsable du pôle Action culturelle et communication à la Bpi.

1Note portant sur l’auteur1

2Je vous souhaite la bienvenue au nom de la Bpi et du Centre Pompidou à cette journée consacrée à l’identification et la surveillance des individus. Aujourd’hui, vous serez filmé et enregistré. Ainsi, nos débats pourront être écoutés par d’autres, en d’autres lieux et à d’autres moments. La Bpi a la particularité d’ouvrir ses espaces et ses collections à tout un chacun, sans inscription. Elle enregistre systématiquement tous ses débats pour les mettre en ligne et les partager le plus largement possible. La Bpi résiste également aux sirènes de l’identification et elle en paie le prix en tant qu’institution. Sans identification, la connaissance de notre public, pour mieux le servir, se heurte à de nombreuses limites comme l’impossibilité d’effectuer des réservations. Or, ce système nous permettrait de résoudre efficacement la question de la file d’attente. Il s’agit d’un problème récurrent à la Bpi. Mais, la culture de l’établissement nous apprend que la gratuité et la liberté d’accès – principes qui font de la Bpi une bibliothèque ouverte et d’exception – risqueraient d’être rapidement menacées par l’identification. Si j’aborde cette question par l’intermédiaire de la Bpi : bibliothèque ô combien pacifique, c’est que la question de l’identification et de la liberté individuelle se posent souvent en terme d’opposition entre liberté et sécurité. N’y voyons pas le seul enjeu. Finalement, si nous nous laissons identifier si facilement, ne serait-ce pas moins par docilité que dans l’espoir d’être mené cahin-caha sur le chemin d’une socialisation croissante, une intégration toujours plus grande de l’humanité ? Il s’agit d’un grand point d’interrogation. Pardonnez ce questionnement un peu naïf d’un bibliothécaire.

3Le colloque d’aujourd’hui nous entraînera bien au-delà de mon étroite interrogation corporatiste. Je tiens à vous remercier pour votre présence, à remercier nos intervenants ainsi que Marion Loire et l’équipe qui nous aidé à préparer ce colloque.

Notes de fin

1 Responsable du pôle Action culturelle et communication à la Bpi.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access