Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire, écrire, pourquoi ? Gamal Ghitany et Ahmed Abo Khnegar

 | 
Gamal Ghitany
, 
Ahmed Abo Khnegar
, 
Josyane Savigneau

Ahmed Abo Khnegar. Entretien avec Josyane Savigneau

Josyane Savigneau

Texte intégral

1Ahmed Abo Khnegar est né en 1967, dans un petit village près d’Assouan (au sud de l’Égypte), où il vit actuellement. Il nourrit son univers romanesque par l’influence du désert environnant. Les personnages, parfois mythiques, habitent ces contrées et les arts populaires en sont porteurs. Son œuvre se compose d’une quinzaine de publications, nouvelles, pièces de théâtre, romans et essais1,

Romans
Nagaaal-salaawa (Le Hameau du loup), prix d’État d’encouragement 2000
Fitnat al-sahraa (Séduction du désert)
Al-amma okht al-rigal (La Tante sœur des hommes)

Nouvelles
Hadith khass an al-guidda (Conversation particulière d’une grand-mère),
Ghawayet al-charr al-gamil (Le Plaisir du mal), prix de la fondation Sawirès 2008 pour « sa capacité à surprendre, la diversité au niveau du rythme et de la narration »
La Fièvre du doux mal
Avertissement :
Chaque lecture est effectuée par le comédien Nicolas Taïeb.
La traduction est assurée par Khaled Osman.

  • 2 Cet entretien a eu lieu à la suite de celui de Gamal Ghitany. La traduction des propos d’Ahmed Abo (...)

2Josyane Savigneau : Pourquoi, Gamal Ghitany, avez-vous choisi de présenter Ahmed Abo Khnegar au public français2 Dans un texte de présentation, il vous décrit, Ahmed Abo Khnegar, avec ces mots : « Il conserve, jusqu’à ce jour, des attaches avec ces gens des campagnes, qui, grâce à ces histoires qu’ils lui ont narrées et les légendes qui lui ont été transmises ont été pour lui une source d’inspiration décisive dans son parcours littéraire. Autre influence d’importance : les livres de son père, une bibliothèque très riche qui exerçait sur lui une magie irrésistible. Par la suite, il a acquis son bagage académique dans le domaine des mathématiques, ce qui lui a permis de mettre en équation précise ses doutes existentiels, et d’élaborer ex nihilo, avec toute la rigueur requise, ses schémas imaginaires de romancier. »

3Ahmed Abo Khnegar est romancier, nouvelliste et dramaturge. Il a reçu un certain nombre de prix en Égypte, notamment le prix de la nouvelle pour Les Illusions du sublime mal. Un de ses textes a été traduit en français pour l’occasion, Fièvre du doux mal, dont Nicolas Taïeb lira un extrait.

  • 3 Romancière égyptienne, prix Naguib Mahfouz en 2008 pour son roman Nabidh Ahmar, éditions Riwayat El (...)

4Gamal Ghitany : En 1993, j’ai fondé un journal littéraire hebdomadaire, Akhbâr al-Adab. À l’époque, c’était une expérience nouvelle dans le paysage journalistique égyptien. L’une des missions principales de ce nouvel organe était de présenter les nouveaux talents sur la scène littéraire égyptienne et arabe en général. Pour réaliser ce projet, nous utilisions le moyen des concours littéraires. Le premier concours de nouvelles a permis de connaître toute une nouvelle génération d’écrivains, inconnus jusqu’alors. Lire un texte dans un nouveau style est un véritable bonheur pour moi. L’un de ces lauréats était Ahmed Abo Khnegar, et il a particulièrement retenu mon attention. Il était premier ex æquo dans ce concours avec une auteure aujourd’hui connue, Amina Zidane3. Par la suite, j’ai connu Ahmed essentiellement par ses textes. Il appartient à une région située entre Assouan et le Soudan, qui jusque-là n’avait pas produit d’écrivains majeurs. J’ai été frappé tout de suite par son originalité, non seulement l’originalité dans sa manière de décrire les personnages mais également dans son style d’écriture en général. L’un des objectifs de ces nouvelles littéraires était que ces écrivains ne se joignent pas à la ruée vers Le Caire. Nous voulions des écrivains dans les provinces égyptiennes. L’exode vécu jusqu’alors amenait les écrivains à s’installer au Caire, puis à narrer leurs souvenirs au village seulement. On perdait donc toute une matière riche sur la vie en Haute-Égypte. C’est pour cette raison que Le Caire produit une grande majorité des écrivains actuels, du moins ce fut le cas jusqu’au début des années quatre-vingt-dix. Ahmed habite toujours à Assouan, en compagnie d’autres écrivains. Il a publié jusqu’à présent quatre romans ainsi que quatre recueils de nouvelles, que je considère pour le moment comme les livres les plus importants des vingt dernières années. Il s’inscrit dans la continuité d’une mythologie et d’un patrimoine, qui se sont trouvés à la fois à la croisée de l’Afrique, du désert et de l’Égypte ancienne. Cependant, il l’applique à un monde nouveau, dans lequel l’homme, l’animal, la nature sont entremêlés. Je tiens à remercier l’initiative des « Belles Étrangères », qui justement fait la promotion de cette transmission dans l’écriture. J’espère que vous aurez l’occasion de lire prochainement Ahmed Abo Khnegar en français.

5Josyane Savigneau : Ahmed Abo Khnegar, pouvez-vous nous expliquer votre choix de rester à Assouan, et donc de ne pas rejoindre Le Caire ? Par ailleurs, vivez-vous de votre métier d’écrivain ou devez-vous exercer une autre profession en complément ?

6Ahmed Abo Khnegar Je remercie Gamal Ghitany pour sa présentation, que je pense exagérée au niveau de tous ses compliments. En ce qui concerne ma relation avec Le Caire, elle a tout de suite mal commencé. Avant même d’être écrivain, j’ai dû vivre au Caire durant une période de ma vie qui ne fut pas des plus agréables pour moi, une vie avec laquelle je ne me sentais pas en harmonie. Ce malaise s’est encore renforcé par la suite avec l’écriture. Je voyais ces écrivains partir vers la capitale, comme l’a dit Gamal Ghitany, et ils se mettaient à écrire sur Le Caire, rapidement, comme s’ils venaient de nulle part. Leurs racines étaient complètement oubliées au bout d’un ou deux livres. En plus, les moyens de communication et de transport s’étant largement développés dans les années 1990, cela a amoindri ce besoin impérieux d’être présent physiquement dans la capitale pour pouvoir écrire. L’écrivain a certes besoin d’avoir accès aux livres, de trouver les livres, les films, les pièces de théâtre qu’il souhaite découvrir, à condition qu’ils soient à disposition. Quel besoin a-t-il d’aller émigrer lui-même dans la capitale puisqu’il arrive à envoyer ses textes là où il le souhaite ? J’attache une grande importance à la sérénité, au calme, à l’apaisement ; Assouan me procure ces conditions. J’ai besoin d’avoir un monologue intérieur, d’être dans la contemplation des choses, sans pour autant être seul : j’ai un groupe d’amis à Assouan avec lesquels nous discutons de nos idées littéraires. Cette vie me convient parfaitement. Par ailleurs, j’exerce effectivement une autre activité. Je suis professeur de mathématiques pour la raison simple que l’écriture ne nourrit pas son homme !

7Josyane Savigneau : Avez-vous écrit des pièces de théâtre ?

8Ahmed Abo Khnegar : Oui, j’ai écrit des pièces à la fois pour la jeunesse et du théâtre plus classique. Elles ont été jouées à travers toute l’Égypte dans les Palais de la culture – une institution égyptienne publique.

9Josyane Savigneau : Souhaitez-vous, comme Gamal Ghitany, vous placer à la fois dans la tradition arabe et dans une certaine modernité ?

10Ahmed Abo Khnegar : Ce ne sont pas les dénominations qui me préoccupent le plus. J’essaie de ne pas y faire attention, car pour moi cela relève du travail des critiques. Ce qui compte réellement, c’est la pulsion de l’écriture. Mon ambition est d’écrire, et je considère que quand bien même quelqu’un écrirait ne serait-ce qu’une seule phrase qui compte, il aurait réalisé cette ambition.

11Josyane Savigneau : Nicolas Taïeb va lire un extrait du recueil Fièvre du doux mal, dont le titre est éponyme à l’œuvre. Il est paru en 1998 à Assouan, et on ne peut qu’en espérer la traduction française.

12Lecture de Fièvre du doux mal :

Impossible de rester, de résister à ce qui m’entraîne…
(Écouter la suite sur archives sonores, repère : 19 min 08 s).

13Public : Quelle est actuellement la politique culturelle en Égypte ? On s’est arrêté à Sadate, en général, et j’aimerais savoir comment se situe le livre et la politique culturelle en Égypte en ce moment, sous Mohammed Hosni Moubarak ?

14Gamal Ghitany : Il y a aujourd’hui une forte préoccupation pour le livre, notamment autour d’un projet qui s’appelle « La lecture pour tous ». Il a pour ambition de diffuser des œuvres auprès du plus grand nombre, à un prix subventionné pour qu’il puisse être abordable par la population. L’autre phénomène important est que la traduction des œuvres étrangères vers l’arabe, qui avait reflué au cours des années soixante-dix, a repris depuis une quinzaine d’années par le biais d’un projet national de traduction, qui a permis la traduction d’environ 1 500 ouvrages, parmi lesquels Proust. Ces collaborations avec la France et d’autres pays européens ont permis de renouer avec la traduction arabe. On voit aussi apparaître de nombreux petits éditeurs, souvent de la jeune génération (suivant celle d’Ahmed), qui s’associent pour publier des œuvres et ils utilisent des canaux modernes comme Internet. Je considère ce phénomène comme tout à fait sain car il diminue la dépendance vis-à-vis de l’État. Si l’on élargit la perspective, plusieurs phénomènes émergent également dans le monde arabe, notamment le rôle joué par le Golfe. Il y a beaucoup d’argent dépensé là-bas pour la culture. Le rôle de Maghreb est très important aussi, à la croisée de la culture francophone et du monde arabe. Le problème le plus important, et pas des moindres, est la faiblesse du lectorat, qui a encore diminué par rapport aux années soixante. Il y a évidemment une sorte de bouleversement des valeurs ; des livres sans grand intérêt, qui représentent les véritables tendances, sont distribués à très grand tirage – c’est quelque chose que l’on voit partout semble-t-il.

  • 4 Écrivain francophone de nationalité égyptienne. Il s’installe à Paris en 1945 jusqu’à sa mort en 20 (...)

15Public : J’aurais aimé savoir ce que vous pensez d’Albert Cossery4, disparu depuis peu ?

16Gamal Ghitany : J’étais ami avec lui. Je l’ai rencontré en 1994 dans le cadre des « Belles Étrangères ». Il semblait très heureux de faire ma connaissance. L’hôtel où je résidais à Paris était voisin du sien, j’ai ainsi eu la chance de m’entretenir avec lui quelques mois avant sa mort. Pour moi, c’était un écrivain très singulier, doué d’un grand talent, et habité par sa nationalité égyptienne – il me semble en effet qu’il n’a pas demandé la nationalité française. Il était vraiment hanté par l’Égypte, et je me suis toujours demandé pourquoi il n’y était pas retourné. En tout cas, il est très estimé en Égypte, et nous sommes très fiers de sa production. Il y a d’ailleurs eu un numéro spécial dans mon journal Akhbâr al-Adab à sa mort en hommage à son œuvre.

17Josyane Savigneau : Craignez-vous, l’un comme l’autre, d’être censurés ?

  • 5 « L’affaire du Festin » a fait scandale en Égypte en avril 2000. L’auteur syrien avait été publié u (...)

18Ahmed Abo Khnegar : J’ai déjà vécu cette expérience, puisqu’il y a quelques années certains livres ont été censurés, comme Le Festin des algues de mer5, œuvre de l’auteur syrien Haïdar Haïdar. Ce livre fut considéré comme trop libertaire vis-à-vis de la religion. Avec lui, a été censuré mon livre Le Hameau des loups. Cependant, la censure de mon livre et des autres est passé inaperçue car tout l’intérêt médiatique s’est porté sur Le Festin. Cette censure ne s’exerce plus vraiment aujourd’hui, du moins plus de la part de l’État mais davantage sous l’impulsion de certaines personnes ou communautés qui réagissent à un livre et provoquent des retraits ou des interdictions. Il n’y a plus de censure d’État comme cela existait auparavant. L’autre expérience de censure que j’ai eue portait sur une de mes nouvelles, présente dans le recueil dont a été tiré l’extrait, La Fièvre du doux mal. Dans le recueil, il y avait une nouvelle sur des villageois d’une certaine contrée et mon travail avait été publié dans un journal local. Cela a provoqué des affrontements entre villageois de diverses obédiences ou communautés, d’où a découlé un scandale. Aujourd’hui, l’attitude de l’État a changé : il nous laisse écrire comme bon nous semble tout en continuant à faire ce qu’il veut.

19Josyane Savigneau : Je tiens à remercier particulièrement ces deux écrivains pour leur présence, ainsi que le traducteur, Khaled Osman.

Notes

1 http://www.belles-etrangeres.culture.fr/?Ahmed-Abo-Khnegar

2 Cet entretien a eu lieu à la suite de celui de Gamal Ghitany. La traduction des propos d’Ahmed Abo Khnegar a été assurée par Khaled Osman.

3 Romancière égyptienne, prix Naguib Mahfouz en 2008 pour son roman Nabidh Ahmar, éditions Riwayat El Hillal.

4 Écrivain francophone de nationalité égyptienne. Il s’installe à Paris en 1945 jusqu’à sa mort en 2008, résidant au quartier de Saint-Germain-des-Prés dans un hôtel dont les locataires précédents n’étaient autres que Sartre, Simone de Beauvoir et de grands musiciens.

5 « L’affaire du Festin » a fait scandale en Égypte en avril 2000. L’auteur syrien avait été publié une première fois en 1983 à Chypre, et allait être réédité par le ministère de la Culture égyptienne. Un groupe d’islamistes soutenu par le président de l’université Al-Azhar (spécialisée dans l’enseignement des sciences islamiques) s’est alors soulevé pour interdire la publication de ce roman.

Auteur

Journaliste au Monde

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access