Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 11-18 ans et les bibliothèques municipales

 | 
Virginie Repaire
, 
Cécile Touitou

Des pistes pour rebondir

Texte intégral

1À l’issue de ces nombreuses heures d’entretien passées avec des jeunes âgés de 11 à 18 ans, les pistes qu’il conviendrait de mettre en œuvre ne manquent pas, même si peu en fait ont été énoncées directement par nos interviewés mêmes. Ces derniers, en effet, sont souvent restés en retrait, voire timorés, quant à l’idée de ce que pourrait être pour eux une « bibliothèque ou une médiathèque idéale ». Appréciation favorable de l’existant, vision convenue de la bibliothèque municipale, ou encore manque d’intérêt pour un sujet qui les indiffère, le thème de la bibliothèque idéale ne semble guère stimuler l’imagination des 11-18 ans rencontrés dans le cadre de cette enquête, et c’est peut-être déjà révélateur en soi. On l’a vu, les perceptions des jeunes sont souvent constituées d’images tenaces (la bibliothèque lieu du livre…) et/ou de ressentis qui peuvent paraître étonnants – les bibliothécaires sont toujours assis(es)…. Cependant, certains d’entre eux ont tout de même formulé des propositions qui se révèlent innovantes car elles remettent en question bien des pratiques encore en œuvre dans l’accueil en bibliothèque. Dans tous les cas, ces paroles disent à la fois les forces mais aussi les faiblesses de l’institution, de son image et de celle de son personnel. Des faiblesses qui assombrissent sans aucun doute le devenir de l’institution si elle ne s’adapte pas à la mutation des usages et des besoins. Des forces aussi qui donnent aux bibliothèques tous les atouts nécessaires pour tenter de rebondir et s’affirmer comme le lieu de culture et d’information que bien des établissements centraux incarnent déjà pour les adolescents : un lieu de culture, de loisir et d’information, mais aussi un lieu de proximité et de sociabilité, indispensable à leur éducation, vecteur de lien social, outil de mixité intergénérationnelle et finalement principal lieu emblématique du quartier, pour les annexes, particulièrement appréciées des pré-adolescents.

Première piste : replacer le public jeune au cœur de la réflexion

2La première piste à envisager consiste à replacer ce public jeune, ses pratiques et ses besoins au cœur de la réflexion qui doit présider à la conception de son accueil. Pour cela, le premier pas permettant d’éviter la conception d’une offre trop éloignée des besoins réels (un certain « biblio- ou adulto-centrisme ») serait de reconnaître pleinement les usages diversifiés, et notamment de reconnaître la place à part entière des usagers non inscrits qui fréquentent les établissements soit exclusivement pour leur travail scolaire, soit pour leur plaisir mais très peu pour la lecture romanesque. La bibliothèque est un lieu de découverte et de divertissement avec des supports diversifiés. La bibliothèque est un lieu d’apprentissage, tant par son fonds que par les espaces qu’elle met à disposition pour s’informer, se documenter et travailler. La bibliothèque est aussi un lieu de travail, qui offre un cadre propice à l’étude, en dehors de son offre de collection ou de service. L’acceptation des usages que font les jeunes de ces lieux, dans la limite des missions de l’établissement, devrait être un passage obligé si l’on veut que la bibliothèque soit perçue comme un lieu véritablement accueillant (et non pas excluant), ouvert à tous, chaleureux, propice à l’étude comme au divertissement, et ce quel que soit le goût des fréquentants pour la lecture. C’est, sous certains aspects, ce qui a été initié dans les deux réseaux d’Auxerre et de Toulouse, à deux échelles différentes. Auxerre, par un travail d’accompagnement dans la durée auprès d’une population de jeunes adolescents identifiée en tant que telle, a su fidéliser un noyau de jeunes collégiens au sein d’un espace qu’ils se sont complètement appropriés par le biais de collections dédiées, minutieusement sélectionnées, permettant de favoriser les lectures des jeunes, quelles que soit leurs attentes. Toulouse, dans la médiathèque centrale José Cabanis, propose un espace « Intermezzo » : un espace intermédiaire doté de collections hybrides qui plaisent beaucoup aux jeunes mais qui ne leurs sont pas réservées, d’où l’appellation. L’attractivité exercée sur les jeunes est en fait ici suscitée par l’équipement dans son ensemble qui inspire un sentiment de liberté et de modernité chez les jeunes usagers. On notera au passage que ce type de proposition intermédiaire correspond au développement récent d’une offre éditoriale en direction de « jeunes adultes » qui semble avoir tout à fait trouvé son public : le « phénomène » Twillight en est un exemple particulièrement significatif, livresque autant que non livresque.

3La bibliothèque n’est pas réductible pour les jeunes à une collection, elle est aussi, voire avant tout, un espace. Or, dans ce sens, ce que nous ont dit les 11-18 ans rencontrés confirme la nécessité de prévoir des espaces séparés selon les usages pour éviter que se télescopent des pratiques incompatibles – en raison du bruit inévitable qu’elle génèrent ou du silence qu’elles nécessitent. Dans certaines bibliothèques idéales évoquées par les jeunes, les espaces seraient éventuellement spécialisés selon les âges, mais surtout distribués selon des usages agencés en fonction des niveaux de bruit autorisés. Ce cloisonnement des espaces repensés par niveau de bruit permet de préserver la mixité des publics, caractéristique qui demeure une des spécificités fortes et reconnues de la bibliothèque publique où se croisent et cohabitent les différentes générations.

Deuxième piste : faire bouger l’offre de manière significative

4La seconde piste est en fait une déclinaison logique de la première. Elle repose sur un principe simple souvent évoqué par certains professionnels : le changement des représentations actuelles des bibliothèques municipales parmi les jeunes ne peut faire l’économie d’une réflexion importante sur l’offre de collection et de services. Si le socle actuel de l’offre en direction des publics jeunes – notamment le socle livresque – ne saurait être brutalement remis en question, une plus grande ouverture vers les pratiques de loisir, de culture et de communication des adolescents contemporains s’impose : qu’il s’agisse notamment des périodiques, des films et de la musique dont ils sont friands. Découlant de cette réflexion, viendra alors naturellement la question du classement, de la mise en valeur des ces documents, et pourquoi ne pas parler de la scénographie ?

5Cette offre, à elle seule, n’est pas de nature à modifier mécaniquement la relation des 11-18 ans avec les bibliothèques municipales, mais elle peut être considérée comme un signe supplémentaire qui leur est spécifiquement adressé. Ne faudrait-il pas également franchir définitivement le pas de la diffusion massive du multimédia et du numérique dans les collections ? Bien des bibliothèques (ou des élus ?) hésitent encore en effet à autoriser la consultation libre et gratuite d’Internet ou tout simplement à augmenter de manière significative le parc informatique des bibliothèques. L’offre de documents numériques et de terminaux dédiés (ordinateurs, consoles de jeux, etc.) est souvent limitée ou bridée dans les établissements de lecture publique alors qu’une écrasante majorité des jeunes fait un usage quotidien de ces supports et contenus numériques au domicile. Tout laisse à penser qu’il est grand temps de bouleverser l’offre et les modalités de sa mise à disposition en faisant du contenu dématérialisé une ressource documentaire comme une autre, en multipliant partout le nombre d’ordinateurs et en favorisant le développement des accès gratuits à Internet qui constituent des ressources comme les autres et pour beaucoup les premières sources d’information des jeunes collégiens et lycéens.

Troisième piste : donner plus de visibilité à la bibliothèque et faire participer les jeunes

6La troisième piste consiste à donner plus de visibilité à la bibliothèque et à tenter d’y faire participer activement les jeunes. Au titre des faiblesses, on peut globalement constater une assez grande méconnaissance des différents espaces, des fonds et des ressources offertes par les bibliothèques contemporaines. Peu d’interviewés, en effet, ont une représentation claire de l’offre existante et la quasi-totalité sous-estime l’ensemble des services disponibles. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette méconnaissance : la lisibilité difficile de certains établissements proposant une circulation non intuitive entre les espaces (ce qui a pour conséquence de masquer les ressources plutôt que les valoriser), ou le caractère intimidant des bâtiments ou des espaces non balisés… La mise en place d’une meilleure signalétique est un objectif visé par de nombreux professionnels mais qui est encore trop rarement mis en œuvre, surtout en direction des publics adolescents. Les bâtiments ne parlent pas d’eux-mêmes, pas plus de l’extérieur que de l’intérieur. Des formes de médiations spécifiques doivent ainsi être (re)pensées pour favoriser une meilleure connaissance des établissements par les 11-18 ans : documents de communication dédiés sur différents supports, visites d’établissements, etc. Les bibliothèques ne devraient-elles pas également accueillir massivement les jeunes élèves de la classe de troisième à la recherche de stages ? Ces jeunes stagiaires, rencontrés lors de l’étude, sont en effet les seuls à avoir une connaissance précise des espaces, de l’offre proposée et du métier de bibliothécaire. Cette expérience, qu’ils décrivent comme une « découverte », change considérablement leur perception des bibliothèques, au point de les transformer en véritables porte-parole d’un univers dont ils étaient parfois très éloignés.

7Au-delà de la simple connaissance, certains adolescents rencontrés parmi ceux de 16-17 ans, notamment à Auxerre et à Dinan, émettent le souhait d’être impliqués dans la vie de la bibliothèque : ils demandent à avoir des responsabilités dans l’organisation et le fonctionnement des établissements, ainsi que dans le choix des documents. Il serait ainsi opportun de favoriser la participation des adolescents à des activités leur permettant de s’exprimer. Ce processus peut être conduit par le biais de clubs de lecture, comme cela existe déjà avec plus ou moins de réussite, ou au sein d’instances qui permettraient aux jeunes de participer aux acquisitions, à la définition des programmes d’animation et bien sûr à la conception des espaces leur étant dévolus – en partenariat éventuellement avec d’autres acteurs locaux, culturels ou non. Il est important pour les adolescents d’être reconnus par leurs pairs et par les adultes : les faire participer à la vie de la bibliothèque est une étape vers cette reconnaissance favorisant éventuellement plus tard une réelle appropriation. Ces jeunes « convertis » pourraient à leur tour devenir les meilleurs avocats de la bibliothèque auprès des leurs.

8Nous avons déjà évoqué la perception traditionnelle pour ne pas dire passéiste qu’avaient les jeunes des bibliothèques ou médiathèques, surtout quand ils en avaient une fréquentation épisodique ou rare. Cette image constitue certainement la principale faiblesse des bibliothèques. Elles restent encore majoritairement le lieu du livre, à la fois sur le plan des usages et des représentations. Une plus grande communication est nécessaire pour changer cette image. Pour effectuer ce changement, il conviendrait d’engager des actions sur un front assez étendu qui va de la promotion de l’offre de collection et de services à la promotion de l’expertise des professionnels. Certaines bibliothèques, dont la Bibliothèque Francophone de Limoges ou le réseau municipal de Bordeaux se sont lancées récemment dans des campagnes de communication dynamiques sur l’offre de services. Il est difficile de dire si ces campagnes de communication ont des effets directs en termes de fréquentation, d’inscriptions et d’emprunts ; elles ont toutefois le mérite de participer à la visibilité et à la connaissance des bibliothèques, et donc de favoriser la construction d’une nouvelle image auprès du public. Toutefois, peu d’entre elles se sont aventurées dans la promotion du métier et des professionnels. Cette piste mériterait peut-être d’être explorée. Il convient à la fois de faire connaître le métier de bibliothécaire, qui participe à l’image de marque des établissements, et surtout de valoriser la compétence des professionnels en multipliant, par exemple, les occasions d’accompagner et de former les jeunes usagers dans leurs recherches documentaires classiques et sur Internet. Il conviendrait également de mettre en avant les compétences informatiques des bibliothécaires pour redorer leur image aux yeux des jeunes pour qui la compétence technique est si valorisante, ou encore de multiplier les formations ou l’animation d’ateliers pour l’animation d’un blog de la bibliothèque, voire d’une web TV, etc. C’est dans cette logique que de nombreuses institutions profitent aujourd’hui des réseaux sociaux du type Facebook ou Myspace pour faire circuler rapidement et facilement des informations auprès des jeunes connectés. Ce type de démarche est susceptible d’avoir un impact sur l’impression d’immobilisme qui se dégage parfois des représentations juvéniles du métier de bibliothécaire.

Quatrième piste : dynamiser la relation avec les publics jeunes et les autres partenaires

  • 1 Le recrutement des personnels destinés à travailler auprès des adolescents et jeunes adultes est é (...)

9Sur un plan général, l’adaptation de la formation donnée aux bibliothécaires devrait être de nature à permettre à l’ensemble de la profession d’améliorer sa connaissance et son appréhension des besoins et de la sociabilité particulière des jeunes de 11 à 18 ans. Ceci pourrait conduire éventuellement les professionnels à admettre que les usages que l’on pouvait qualifier de « détournés » (retrouver ses amis, discuter, travailler sur place sans utiliser les ressources de la bibliothèque, etc.) sont aussi légitimes et souhaitables que l’emprunt de livres. C’est une autre occasion pour les bibliothèques de rebondir et d’accueillir de façon satisfaisante ces usagers considérés parfois comme un public particulier sinon difficile. À l’image de ce que proposent parfois certains cycles de formation à l’étranger, on voit mal aujourd’hui comment la formation des bibliothécaires français pourrait faire l’impasse sur une spécialisation « publics adolescents » ou « jeunes adultes » afin que certains personnels soient identifiés dans les établissements comme des référents professionnels pour ces publics1. Ici se pose la question de l’accompagnement scolaire des publics juvéniles présents à la bibliothèque et des capacités de médiation d’un personnel spécifiquement formé pour faciliter la maîtrise des supports et des contenus proposés par les bibliothèques (numériques et traditionnels). À la réflexion, ce principe qui pourrait consister à faire « bouger la relation » peut évidemment être également appliqué aux autres partenaires des bibliothèques qui permettent habituellement d’intervenir auprès des jeunes : l’école au premier chef, mais également les vigiles ou le personnel de surveillance dans certains cas. Si la différenciation des espaces permet d’accepter des activités et des publics parfois forts différents quant à leurs comportements et le niveau sonore qu’ils impliquent, alors il devient peut être possible de desserrer l’étau du règlement : non pas déréglementer la bibliothèque mais assouplir certains de ses codes pour faciliter la relation et l’accueil des jeunes.

Notes

1 Le recrutement des personnels destinés à travailler auprès des adolescents et jeunes adultes est évidemment à prendre également en considération ici : tant en ce qui concerne l’âge que le genre du personnel recruté.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter