Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 11-18 ans et les bibliothèques municipales

 | 
Virginie Repaire
, 
Cécile Touitou

De l’appropriation à l’indifférence : les variations selon les caractéristiques socioculturelles et l’offre proposée par les bibliothèques

Texte intégral

1L’analyse des résultats a tout d’abord été centrée sur les variations des usages et des perceptions selon les âges, le sexe, certaines caractéristiques socio-culturelles des jeunes interviewés, et en regard de l’offre proposée dans les six sites retenus. On peut ainsi se demander comment s’organise(nt) le(s) rapport(s) à la bibliothèque municipale et le continuum de perceptions variées qui va de la pleine appropriation des établissements et de leur offre à l’éloignement symbolique ou réel, passant par toute une gamme de relations plus ou moins distantes à la bibliothèque. Trois trajectoires type ont été analysées en fonction notamment des groupes d’âges :

  • le parcours de jeunes usagers qui conservent tout au long de l’adolescence une relation de proximité avec la bibliothèque municipale, mais dont les usages évoluent au fil du temps ;
  • le parcours de jeunes en situation de « décrochage » : après avoir fréquenté, parfois assidûment, la bibliothèque1 dans leur enfance, ils s’en détournent à l’adolescence ;
  • et enfin, celui des adolescents qui sont les plus éloignés de l’univers des bibliothèques municipales : même s’ils ont été initiés à la bibliothèque par l’école ou leur famille, ils considèrent ce lieu comme un territoire étranger dans lequel ils n’ont pas leur place.

« Du plaisir au travail » : des usages qui évoluent au fil du temps

  • 2 Ces constats vont dans le sens des résultats des travaux menés par Claude Poissenot et de Sylvie O (...)

2À l’instar de plusieurs résultats d’études portant sur les caractéristiques des usagers des bibliothèques municipales, les rencontres faites au cours de cette enquête ne dérogent pas à la règle : les adolescents les plus assidus des établissements, le plus souvent inscrits et gros lecteurs, appartiennent généralement à des familles elles-mêmes usagers des établissements : les frères et/ou sœurs, et bien plus encore la mère, sont usagers inscrits. Leur fréquentation commence tôt, alors qu’ils étaient en maternelle ou dans les petites classes de l’enseignement élémentaire, et se poursuit tout au long de la scolarité à l’école primaire, presque sans heurt, sinon parfois avec un rythme moins soutenu. Le passage au collège, pour ces usagers convaincus, s’accompagne généralement d’un changement d’accompagnateur : quand l’établissement est géographiquement proche du lieu de vie ou des établissements scolaires, les frères et/ou sœurs et les amis prennent progressivement la place de la mère, souvent premier prescripteur2. L’enquête quantitative réalisée à Lille et à Toulouse met aussi en lumière la forte variation des accompagnants entre le début et la fin de l’adolescence, marquée par une fréquentation plus solitaire : 51 % des filles âgées de 15-18 ans déclarent venir seule, contre 34 % de celles de 11-14 ans ; de même 60 % des garçons de 15-18 ans viennent seul, contre 44 % de ceux âgés de 11-14 ans. On le voit, dans ce domaine, les effets d’âge sont plus significatifs encore que les effets de genre, même si les filles, quel que soit leur âge, favorisent particulièrement la fréquentation avec les ami(e)s.

Les collégiens : un lieu « qui mélange détente - plaisir et travail »

  • 3 Ces pratiques restent toujours majoritaires dans les bibliothèques françaises ainsi qu’il apparaît (...)

3Les usages des collégiens de 11-14 ans inscrits restent, comme ce fut le cas lorsqu’ils étaient enfants, principalement liés à leurs loisirs. Leurs pratiques peuvent être qualifiées de « traditionnelles3 » : emprunt de livres, de CD et de temps en temps de DVD ; lecture sur place pour le plaisir, dont des BD et des mangas. Des pratiques d’autant plus traditionnelles que ces jeunes participent rarement aux animations qui leur sont proposées mais dont ils ignorent le plus souvent l’existence, de même qu’ils utilisent peu les jeux vidéos, écoutent peu la musique sur place et visionnent rarement des films, quand ces supports sont proposés par les établissements. Ces jeunes de 11-14 ans utilisent toutefois les outils informatiques, notamment dans le cadre de recherches à faire pour l’école, et cela même s’ils ont déjà un ordinateur avec un accès Internet à leur domicile. L’enquête quantitative montre en effet que l’équipement dans les foyers (voire dans la chambre) n’apparaît pas comme un frein à l’utilisation des ordinateurs des bibliothèques. Bien au contraire, les jeunes adolescents de 11-14 ans qui déclarent avoir un ordinateur dans leur chambre sont même sensiblement plus nombreux à utiliser ceux des établissements (34 % d’entre eux déclarent utiliser les ordinateurs des médiathèques pour faire des recherches sur Internet, 30 % pour jouer et 25 % pour utiliser Internet pour leurs loisirs, contre respectivement 27 %, 23 % et 17 % parmi ceux qui n’ont pas d’ordinateur dans leur chambre). Familiers de ces outils, au point qu’on ait pu les appeler les « digital natives », ils s’en servent aussi bien à la maison, à la bibliothèque municipale, que dans les CDI des établissements scolaires.

4Quand la bibliothèque est située à proximité des collèges ou des lycées, d’équipements de loisirs (comme à Dinan ou à Nanterre), du domicile (comme dans le cas des bibliothèques de quartier), ou qu’elle est bien desservie par les transports en commun (comme la centrale de Toulouse), elle est aussi régulièrement visitée en groupe, et ce quel que soit le jour de la semaine. Il en est ainsi de la médiathèque José Cabanis à Toulouse dans laquelle se rend souvent Noémie, 13 ans, le dimanche après-midi avec ses amies :

« Elle est à côté de la gare et on peut prendre le métro pour y aller, donc c’est vachement pratique (…) si on ne sait pas quoi faire, du coup tu prends le métro, et hop, tu y es ! »

5L’ouverture dominicale est ainsi largement appréciée par les jeunes rencontrés soit parce que « le samedi, c’est plus le jour où tu vas aller faire les courses, tu vas faire les boutiques. Alors que le dimanche tu n’as rien à faire, tout est fermé et tu vas à la médiathèque », explique Fanny, 13 ans, soit parce que, selon Diane du même âge, « la semaine je suis prise par mon travail et le soir je préfère me consacrer à mes devoirs. Pour ça l’ouverture du dimanche, c’est bien ».

  • 4 Mariangela Roselli, « Usagers et usages devant une offre de lecture publique libre : parcours d’ac (...)

6Ces visites que l’on pourrait qualifier d’épisodiques, proches de la flânerie, sont surtout le fait des collégiens de 11-14 ans, non inscrits. Ils s’y rendent parfois comme ils se rendent en ville4 : pour se promener, se balader, voire pour y passer une après-midi entière pour jouer aux jeux vidéo ou pour « squatter les ordinateurs », comme c’est le cas à la médiathèque José Cabanis, où les jeunes disent se sentir un peu « comme chez soi ». Déjà familiers des lieux, ils vont aussi spontanément à la bibliothèque pour « passer le temps », « faire un tour », « patienter un peu » avant un cours de musique ou une activité sportive, ou attendre « au chaud » le ramassage scolaire, ou encore parce que la bibliothèque peut être considérée comme un bon prétexte pour se retrouver. Ainsi, Agathe, 14 ans, rencontrée à Graulhet explique :

« Les jeunes de mon âge, ils sont plutôt sur les bancs dehors (…) ils vont devant parce que (…) c’est un lieu normalement où on travaille, donc on dit [aux parents] : “ Ouais, j’ai une recherche à faire ” et les parents ils t’emmènent ! Moi, je ne l’ai jamais fait, mais je sais qu’il y en a qui le font. Mon copain, tout le temps, à chaque fois qu’il y allait, c’était ça. Ça marche bien, comme c’est pour le travail, les parents ils disent tout le temps : “ Oui, je t’emmène ”. »

7Les collégiens qui fréquentent la bibliothèque en plus de leurs loisirs pour leur travail scolaire la perçoivent généralement comme « un lieu entre les deux : entre le plaisir et le travail ». Un lieu donc « qui mélange détente-plaisir et travail », et davantage encore à partir de 15 ans, quand les adolescents commencent à avoir des usages plus diversifiés. Pour les lycéens inscrits – et plus encore pour les lycéennes –, souvent accaparés par leur travail scolaire, la fréquentation de la bibliothèque est aussi une occasion de sortir pour « se détendre », « se relaxer », « déstresser un peu », « s’aérer l’esprit » précise Jawida, en terminale scientifique à Nanterre, ou encore de « s’évader », comme le fait Charlène, 15 ans, inscrite dans une bibliothèque de quartier à Lille :

« J’emprunte parfois des livres (...) mais surtout je rêve, je profite du cadre, je me promène, je regarde les gens, je regarde les livres, j’écoute de la musique. »

8Le temps passé à la bibliothèque est alors considéré comme un « moment de détente en dehors des cours » pour les lycéens en 1re et terminale « parce qu’on a beaucoup de pression avec les études, ce qu’on a à faire et tout ça », estime Florence, élève en 1re littéraire à Toulouse.

9La bibliothèque sera aussi un lieu de rencontre : on retrouve les amis, « ceux qu’on connaît déjà » mais aussi « pour voir qui c’est qu’il y a, genre un peu “ meetic.fr ” (…) les nouvelles têtes », comme l’explique Chahida rencontrée à la bibliothèque centrale d’Auxerre. Ces adolescents s’y rendent tour à tour pour « décompresser », se retrouver avec des amis pour discuter, utiliser les ordinateurs et travailler sur place, seuls ou en groupe… Ils y vont aussi pour « se renseigner sur les sorties de livres », « faire un repérage », « découvrir » des livres et des CD (comme c’est le cas à la médiathèque de Graulhet), ou encore les « tester gratuitement » avant de les acheter. Les établissements sont alors considérés comme des espaces de liberté : on est libre d’y venir quand on veut, d’y rester le temps que l’on souhaite, d’y circuler, de choisir ses propres lectures, et pour certains d’alterner travail scolaire, détente et lecture plaisir. Cette qualité différencie en particulier les bibliothèques des CDI où la fréquentation est, selon les jeunes, plus encadrée.

  • 5 Notons que la taille des établissements semble encore compliquer cette libre circulation puisque, (...)

10Les plus grands circulent dans les différents espaces, alternant entre l’espace jeunesse (pour y prendre des livres, accompagner leurs frères et/ ou sœurs, mais aussi parfois pour y travailler dans une ambiance perçue comme « moins sérieuse »), l’espace ados (quand il existe), la salle d’études, l’espace multimédia ou la discothèque-cédéthèque… se dirigeant timidement vers un espace adultes, largement perçu comme étranger, de par son fonds, son public mais aussi son personnel qui semble parfois plus distant, ou plus « sérieux ». Une circulation d’autant plus timide, voire difficile, que ces jeunes commencent à peine à découvrir les espaces qui leur étaient jusqu’alors largement inconnus et ce, malgré une fréquentation parfois déjà ancienne et assidue – sauf dans le cas où, comme à Dinan par exemple, les collections de BD et de mangas sont volontairement placées à l’entrée du plateau adulte, comme une invitation à venir l’explorer5.

11On constate donc une méconnaissance assez générale des espaces, des supports et des activités qu’offre la bibliothèque, parfois accentuée, comme à la bibliothèque centrale d’Auxerre, par la conception même des bâtiments qui ne facilite pas la circulation. Sans accompagnement, cette méconnaissance est susceptible de se pérenniser aux âges les plus avancés, au point que certains jeunes ignoreront encore à 16 ou 17 ans la présence de services et/ou de supports susceptibles pourtant de les intéresser, tels que l’accès à Internet. À cela s’ajoutent, selon certains, des difficultés d’accès aux services, notamment en matière d’offre informatique : les jeunes interviewés évoquent souvent un nombre de postes informatiques insuffisant, l’accès limité à Internet, ou parfois encore la nécessité d’une réservation. Insuffisante information sur cette offre, rareté de celle-ci, manque d’attention ou d’intérêt de la part des jeunes usagers, les raisons peuvent s’additionner pour expliquer ce manque d’utilisation.

Les lycéens, les étudiants : de bonnes conditions de travail

  • 6 Jean Levy, Ségolène Petite, Laurence Le Douardin, Les étudiants de la Médiathèque. En ligne : http (...)

12Les plus âgés, lycéens et étudiants, qui ne se considèrent plus vraiment à 17-18 ans comme des adolescents mais bien comme des jeunes adultes, perçoivent surtout la bibliothèque comme un lieu offrant de bonnes conditions de travail, loin de toute tentation de distraction. Il en est ainsi plus particulièrement à la bibliothèque Jean Lévy à Lille6 et à la médiathèque Pierre et Marie Curie à Nanterre, où ces jeunes de 17-18 ans viennent pour travailler sur place, faire des recherches et/ou réviser des examens, seuls ou en groupe. Loundja, 18 ans, étudiante en 1re année de médecine se rend à la médiathèque centrale de Nanterre « toujours que pour travailler. Je n’emprunte pas de livres. Je ne suis pas inscrite, je n’ai plus de carte. J’y révise mes cours, c’est tout ». Elle apprécie l’organisation spatiale propice à la concentration :

« L’éclairage est doux. Les tables, ça va. Il y a des tables individuelles et des tables pour des groupes, c’est bien. Ce qui est bien, c’est que contrairement à la BU, les tables ne sont pas sur le passage des gens, elles sont décalées, séparées des rayonnages et du passage, donc on n’entend pas le bruit des gens. Ça dérange moins. Il y a une grande séparation entre adultes et enfants, avec l’entrée, le hall, et on n’entend rien du tout. Cela fait deux mondes différents, bien séparés. »

13Ces jeunes adultes utilisent tour à tour les espaces de travail, les places de travail, parfois Internet ou le fonds documentaire ; ponctuellement, on en rencontre qui se sont inscrits pour emprunter des documents de travail, même si les contraintes liées à l’emprunt dissuadent la majorité d’entre eux. Ils sont nombreux à regretter la fermeture des établissements le dimanche. À la recherche du calme studieux qui peut faire défaut au CDI ou au domicile, ils sont plus fréquemment non inscrits – c’est le cas de 25 % des fréquentants âgés de 18 ans, contre 7 % seulement des fréquentants âgés de 11 ans, selon les résultats de la phase quantitative de l’enquête menée à Lille et Toulouse. Ils ne viennent guère en ce cas à la bibliothèque que pour le travail scolaire (pour près de 66 % des non inscrits, contre environ 49 % des inscrits), s’y rendant plus occasionnellement que les jeunes inscrits, mais en restant parfois plusieurs heures sur place. Fréquentant les bibliothèques par choix et par commodité – et les fuyant quant ils trouvent l’ambiance encore trop bruyante – ces jeunes adultes estiment que le travail en bibliothèque favorise l’acquisition de nouvelles compétences, l’apprentissage de l’autonomie, indispensables pour les études futures. C’est particulièrement le cas de ceux dont les parents sont issus de l’immigration. Les bibliothèques municipales sont alors considérées comme une « chance » de progresser dans les études et de « construire un avenir ». On peut imaginer par ailleurs que cette pratique favorise la fréquentation ultérieure des bibliothèques universitaires.

« Pourquoi je n’y vais plus ? Ça, c’est la question piège ! » : les raisons du décrochage

14Qu’ils soient usagers ou non, les adolescents qui ont interrompu, même provisoirement, leur fréquentation sont largement représentés parmi ceux qui n’ont aucun membre de leur famille actuellement inscrit dans une bibliothèque municipale. Le plus souvent rencontrés parmi ceux qui ont eu comme premier prescripteur l’école, ils gardent en général un souvenir agréable, voire nostalgique de leur première visite, à l’instar de Mickaël, jeune collégien graulhetois de 14 ans, qui se rappelle ses premières visites à l’ancienne bibliothèque de Graulhet :

« Il y avait une personne qui lisait des contes, elle lisait des histoires et il y avait des jeux. Et puis, on pouvait aussi prendre des livres pour lire à la maison… enfin, feuilleter. C’était bien, c’était enrichissant. »

  • 7 Ces différents arguments font écho à l’étude réalisée par Sherry J. Cook qui montre que les jeunes (...)

15Dans leur très grande majorité, ces jeunes ont des difficultés à expliquer les raisons qui les ont conduits à ne plus fréquenter les bibliothèques. L’interruption de leur fréquentation, temporaire ou durable, semble toutefois plus facilement explicable, car sans doute plus justifiable, lorsqu’elle a eu lieu dans les petites classes de l’enseignement primaire : elle est généralement légitimée par l’absence de devoirs ou de recherches à faire pour l’école. Lorsque l’arrêt de la fréquentation a eu lieu un peu plus tard, pendant les premières années de scolarisation au collège (vers 11-13 ans), les explications données sont alors beaucoup plus confuses. Les adolescents évoquent généralement un « manque de temps », ou un « manque d’intérêt », largement exprimé par « plus d’envie » ou « parce que je n’y pensais plus7 », comme le fait Antony, 14 ans, rencontré à Toulouse :

« C’est pas ce qui me traverse l’esprit… quand je m’ennuie, je vais pas me dire “tiens je vais aller à la bibliothèque”. J’y pense même pas… Je vais sortir, faire du vélo, du sport. »

16Ces raisons apparaissent le plus souvent comme des sortes de « valises » pouvant contenir des éléments très divers, qui semblent en fait se conjuguer : le temps que les jeunes adolescents consacrent à leurs nouvelles activités, à leurs loisirs, la charge importante du travail scolaire... mais ils évoquent aussi, de manière quasi systématique – et souvent du bout des lèvres, un désintérêt pour la lecture, comme le fait Marie 14 ans, ancienne usager de la bibliothèque Saint-Siméon à Auxerre :

« J’ai arrêté d’y aller quand je suis passée au collège… Je n’avais plus envie… J’ai commencé à m’investir dans la gym... Maintenant Je n’ai vraiment plus de temps. Le mercredi je suis à l’AJA Gym toute l’après midi ; j’entraîne des petits. Je m’entraîne, j’ai mes devoirs à faire… La bibliothèque j’y pense pas forcément et j’ai pas forcément l’envie non plus parce que j’ai peu de temps (…) J’ai lu beaucoup pendant toute la primaire. Je lis moins maintenant, seulement de temps en temps, le week-end, pendant les vacances. »

17La pratique de la lecture est alors remplacée par d’autres activités : être dehors avec les amis, écouter de la musique et/ou jouer d’un instrument, utiliser l’ordinateur, regarder la télévision et/ou des DVD, pratiquer une activité sportive, jouer à des jeux vidéos, faire les magasins… ou tout simplement « traîner » ou « rester à la maison », diront certains. De nouveaux centres d’intérêt donc qui semblent éloigner les jeunes de 11-13 ans de la lecture et des bibliothèques, tous deux considérés sans doute comme peu valorisants aux yeux des amis, comme le laisse supposer Tamara, rencontrée à Lille :

« Je n’y suis plus trop allée vers mes 12 ans, j’étais en 5e, là c’était… je voulais faire ma grande et c’était la période où j’étais influencée quand même et donc là je ne lisais plus. J’y allais plus du tout parce que mes nouveaux loisirs c’était la musique, mes copines. »

18Des centres d’intérêt recherchés à l’extérieur des bibliothèques par choix, mais aussi sans doute aussi par méconnaissance de l’offre proposée par les établissements (nombreux sont ceux à ne pas connaître l’espace multimédia ou l’offre proposée en matière de musique), ou encore par simple indifférence, ce qui les pousse à dire que cela ne leur vient même pas à l’idée.

19Lorsque l’arrêt de la fréquentation se fait vers la fin du collège (vers 14-15 ans), là encore les explications prennent l’allure d’un pêle-mêle :

« J’y pense pas », « j’ai grandi », « j’ai plus en vie », « j’ai Internet », « c’est pas pour les jeunes de mon âge », « ça ne m’intéresse plus », « je lis peu », « j’ai pas le temps », « je préfère faire d’autres choses », « j’en n’ai pas besoin », « le CDI ça suffit ».

20C’est parmi ces adolescents que la présence d’Internet à la maison est parfois citée comme une des raisons d’arrêt de la fréquentation, notamment par les faibles lecteurs ; à l’instar de Mickaël, 14 ans, qui pourrait en être le porte-parole :

« Pourquoi je n’y vais plus ? Ça c’est la question piège ! Pas le temps peut-être, et puis bon, si, je crois que les moyens… Il y a eu Internet qui est arrivé et puis bon, pour faire comme des recherches… on n’aurait pas eu Internet peut-être qu’on serait allé à la médiathèque pour feuilleter des livres, des encyclopédies… que là, Internet, enfin c’est un peu la révolution, on va dire (…) ça remplace un peu la médiathèque. Par exemple, si on cherche des textes, on les tape et on peut les trouver. C’est pareil, la médiathèque, pour la musique, on peut l’avoir sur les ordinateurs. Pour moi, c’est un peu ça qui a tué la médiathèque. »

21Quelles que soient les raisons évoquées, on observe une nouvelle fois que l’interruption provisoire ou plus prolongée de leur fréquentation apparaît étroitement liée avec un éloignement, lui aussi provisoire ou plus définitif, de la pratique de la lecture. La bibliothèque représentant avant tout le lieu du livre, et peut-être plus spécifiquement le lieu de la lecture de fiction, elle est alors presque logiquement délaissée par les faibles lecteurs, mais aussi par tous ceux qui estiment avoir des lectures moins nobles (comme les BD qu’ils ne considèrent pas comme des « vrais livres »).

22Chez les lycéens, la charge de travail qui laisse peu de disponibilité semble plus systématiquement se conjuguer avec la fréquentation d’autres établissements qui s’avère plus « rentable » pour le travail scolaire ; notamment les CDI des lycées, qui, même s’ils ne sont pas pour autant préférés, sont jugés plus « pratiques » : on peut s’y rendre entre deux heures de cours, au moment de la permanence, ils offrent un choix de documents plus important pour le travail scolaire. Les centres de documentation prennent alors le relais en matière de recherches pour le travail scolaire : les jeunes s’y rendent pour travailler sur place, parfois avec leurs professeurs, mais le plus souvent seuls ou en groupe ; ils y font tour à tour des recherches pour préparer des exposés, des exercices sur les sites mis en ligne par les collèges, ils utilisent Internet, et se renseignent sur les orientations ou les métiers. Un relais en matière de recherches scolaires, mais pas seulement, puisque beaucoup d’entre eux s’y rendent aussi pour discuter entre amis, y retrouver les anciens camarades qui ne sont plus dans la même classe, et pour leurs loisirs : lire des magazines mis à leur disposition, ou encore emprunter des BD ou des mangas quand les établissements le permettent. Certains jeunes considèrent ainsi que « le CDI c’est une médiathèque dans un lycée, sauf qu’il n’y a pas les CD ». D’autres préfèrent des établissements plus « grands » et qu’ils jugent plus propices au travail scolaire en raison de leur ambiance, de leurs publics et de leurs fonds, comme, en région parisienne, la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou (Bpi).

23Le manque de temps, cité par les jeunes adultes amateurs de lecture, s’associe avec un approvisionnement en livres plus diversifié (achat, prêt, emprunts au CDI ou dans les BU). Le poids du travail scolaire se reflète également dans les genres de livres lus, surtout liés aux loisirs au début de la période du collège (livres en série, BD, récits de vie) et de plus en plus imposés par les études (théâtre, classiques, documentaires) en fin de collège ou au lycée, comme le révèlent les résultats de l’enquête quantitative menée auprès des usagers des réseaux de Lille et Toulouse. Les adolescents encore amateurs de lecture d’œuvres de fiction (souvent des filles), plus critiques à l’égard des bibliothèques autrefois fréquentées, évoquent pour leur part un « manque d’intérêt » ou « d’envie », le plus souvent associé à des éléments constitutifs aux établissements : éloignement géographique ou localisation (à Graulhet notamment où la bibliothèque est éloignée du centre-ville), horaires d’ouverture en inadéquation avec les emplois du temps scolaires, manque de nouveautés et/ou de diversité du fonds (livres fiction, BD), manque de suivi des séries, manque de lisibilité dans le classement des documents, mauvais état de certains documents, contraintes liées à l’emprunt dont les délais imposés sont considérés comme « trop courts », indisponibilité des documents…, ou encore parfois un manque de conseil prodigué par le personnel ou la difficulté à solliciter les bibliothécaires. Les critiques des amateurs de musique sur le fonds musical se font dans les mêmes termes : manque de choix, CD abîmés ou déjà empruntés… mais ils semblent aussi particulièrement sensibles à la possibilité plus ou moins grande de copier les CD empruntés.

24Toutes ces raisons ne sont quasiment jamais citées comme des raisons principales d’arrêt de la fréquentation, cependant elles semblent en constituer des éléments parfois déterminants, car elles représentent autant d’obstacles dans la découverte de nouvelles lectures pour le plaisir. Ces lecteurs trouvent alors, et très jeunes, de nouvelles sources d’approvisionnement pour leurs documents : bibliothèque familiale, prêt par des amis, achat et lecture sur place dans les grands magasins, CDI, et pour les amateurs de musique, CD gravés et/ou musiques téléchargées sur Internet. Ceux qui préfèrent posséder leurs propres livres, parfois pour les garder « en souvenir », lire les livres à leur « rythme » sans être « obligé de les rendre à un moment précis », ou « relire une page » de temps en temps, abandonnent les bibliothèques au profit des grandes surfaces culturelles, parfois mieux situées, mais considérées surtout comme mieux approvisionnées.

25Ces adolescents considèrent toutefois que les bibliothèques municipales pourraient leur être utiles plus tard, au cours de leurs études : au lycée pour les collégiens, à la préparation du baccalauréat et aux études supérieures pour les lycéens. Certains considèrent alors l’existence des bibliothèques comme sécurisante : « C’est comme un filet. Si le funambule tombe, il a un filet et il se rattrape et si moi il me manque un livre et je ne le trouve pas du tout, j’ai toujours un filet dans lequel je peux aller pour poser la question », estime Killian, âgé de 18 ans. Cette possible reprise de la fréquentation est en fait rarement refusée a priori, mais toujours évoquée en regard de la nécessité des études, « quand les études commenceront à devenir plus sérieuses », indiquent certains collégiens. Elle reste en effet étroitement liée à la contrainte scolaire (les jeunes adultes parlent le plus souvent en termes de « besoin », d’« utilité » et d’obligation : « si je suis obligé… j’irais »), et n’est presque jamais imaginée en termes de plaisir et/ou de loisirs. Dans ces conditions, la bibliothèque est alors souvent considérée au même titre que les centres de documentation. Uniquement envisagée pour le travail scolaire, elle peut donc être rapidement mise en concurrence avec des établissements plus importants, notamment en région parisienne. Une concurrence qui peut là encore se faire avec Internet puisque, on l’a dit, l’utilisation de ce média est largement citée par les adolescents rencontrés, et cela quel que soit leur âge.

« Je ne suis pas dans mon élément » : un univers étranger

26À première vue, les adolescents les plus éloignés des bibliothèques municipales sont souvent moins étrangers à cet univers qu’il n’y paraît : nombreux sont ceux qui s’y sont rendus occasionnellement, soit dans leur enfance, soit il y a peu de temps avec un ami un peu par hasard à la sortie de l’école, mais ces visites épisodiques ne leur permettent pas de donner du sens à leur démarche et par conséquent d’inscrire durablement les bibliothèques dans leur quotidien.

« La première fois c’était en 5e, j’y suis allé pour faire ma carte, c’était avec ma mère et ma petite sœur. Ma mère m’a un peu obligé d’y aller ; elle voulait qu’on emprunte des livres pour qu’on commence à étudier chez nous (…) La première fois, il n’y avait pas d’animation, il n’y avait rien, c’était trop tranquille, le silence. Très peu de monde. J’ai eu une impression de vide, je ne savais pas quoi faire, où aller, avec qui. » Hosni, 16 ans.

27On notera également que certains jeunes rencontrés dans le cadre de cette enquête, en plus du sentiment d’étrangeté déjà évoqué, font part de leur désorientation face aux bibliothèques, voire de leur crainte : on ne sait pas où aller, comment faire, à qui s’adresser ; on n’envisage pas de prendre le risque d’emprunter des documents de peur de les abîmer et surtout de se faire rappeler à l’ordre par le personnel à ce sujet. Deux mondes sont alors confrontés, deux univers qui ne possèdent pas les mêmes normes ni les mêmes valeurs. « Par exemple, ici, on a un langage qui va choquer certaines personnes, alors qu’avec d’autres ça passe. Honnêtement, à la médiathèque ça va pas les choquer, parce que choquer c’est un grand mot, mais ça va pas tellement passer », analysera ainsi Fahim, non sans faire preuve pour le coup de mesure et justesse dans son expression.

28La plupart du temps, les adolescents rencontrés au cours de cette enquête n’apparaissent pourtant pas véritablement hostiles aux bibliothèques ; ils instaurent simplement un rapport distancié face une offre qui, semble-t-il, ne les concerne pas, à l’image d’un jeune homme de 17 ans rencontré à Graulhet, qui considère presque naturellement que « il y en a qui y vont et d’autres qui n’y vont pas, c’est une question de choix en fait ». Un libre choix qui laisse entrevoir un certain relativisme et qui illustre particulièrement bien l’attitude générale des adolescents les plus éloignés, réellement ou symboliquement, des établissements : une attitude empreinte d’une indifférence largement assumée face à un univers qui leur est étranger, qui ne les intéresse pas, ou dont ils estiment ne pas avoir besoin. Cette indifférence apparaît aussi avec force dans la difficulté qu’éprouvent certains à se projeter dans un idéal de bibliothèque, exprimée par Stéphanie, jeune lilloise de 13 ans, qui affirme sans complexe :

« Une bibliothèque idéale ? Y en pas ! C’est soit on aime, soit on n’aime pas, c’est tout. Non, y en a pas ! »

29Ou encore Manon, 14 ans, elle aussi interviewée à Lille, qui semble se faire l’écho d’un grand nombre d’adolescents pour qui la bibliothèque reste encore largement associée aux livres :

« Déjà des livres, c’est une bibliothèque, mais après je ne sais pas ! »

30À l’image des anciens usagers assidus qui ont « décroché », ces adolescents semblent avoir du mal à expliquer les raisons de leur non-fréquentation. Ils paraissent toutefois avoir moins de pudeur pour tenter de mettre en mots certaines des raisons qui pourraient l’expliquer : « je n’y pense pas », « ça ne m’intéresse pas », « personne de la famille n’y va », « aucune de mes copines ne va à la médiathèque », « j’en n’ai pas d’utilité pour l’école », ou encore des raisons liées au coût ou à la lourdeur administrative de l’inscription, ainsi qu’à la peur d’endommager les documents empruntés. À l’inverse de ceux qui ont longtemps fréquenté les établissements, ils reconnaissent aussi beaucoup plus facilement, sans gêne apparente, leur désintérêt pour la lecture, l’évoquant même très largement comme la raison principale de leur non fréquentation. Ce manque d’intérêt pour la lecture est souvent expliqué en termes de difficultés de concentration, en particulier par les plus jeunes, et à mettre en relation avec des difficultés scolaires.

« C’est trop calme »

31L’ambiance calme des établissements est aussi parfois évoquée comme une raison principale de non fréquentation, comme le fait Sadika, lycéenne nanterroise âgée de 16 ans :

« Je ne viens plus depuis la 5e ou la 4e. C’est trop calme. Il n’y a pas un seul bruit. Je ne supporte pas quand c’est trop calme. Je ne peux pas travailler dans le silence. Je sais qu’il ne faut pas qu’il y ait du bruit, mais je n’aime pas. Je préfère faire mes devoirs chez moi avec la télé ou avec la musique. »

32Les adolescents de 15-18 ans, et peut-être plus encore les garçons non lecteurs, établissent même un lien assez direct entre le goût pour la lecture et le silence imposé dans les bibliothèques : « Je viens pas parce que je n’aime pas les endroits trop calmes et à la bibliothèque il faut être calme et j’aime pas trop lire (…) j’aime pas beaucoup aller dans les bibliothèques parce que c’est trop calme et il n’y a que des livres (…) je ne suis pas dans mon élément », estime ainsi Ruddy en CAP de cuisine à Nanterre. Ce sentiment d’étrangeté est évidemment renforcé par la méconnaissance de l’offre actuelle des bibliothèques :

« Il y a des livres ou des romans, peut-être des documentaires, mais pas sûr. Au CDI non plus (…) À la bibliothèque, peut-être des BD, mais pas beaucoup. Peut-être des policiers (…) Je ne sais pas s’il y a des ordinateurs, mais je pense pas (…) Des livres (oui), des CD, je pense pas. » Céline, 13 ans.

33Le plus souvent réfractaires à cette ambiance calme, perçue comme contraignante, ils la comparent alors aux contraintes imposées par l’école, préférant fréquenter d’autres établissements de la ville, où les règles seraient moins strictes (cyberbase, MJC, maison de quartier…). À l’image notamment de Fahim, jeune homme de 17 ans, apprenti électricien vivant à Graulhet :

« À la médiathèque, le souci il est là, c’est qu’on a l’impression que la médiathèque c’est comme l’école. On a l’impression de quitter l’école pour aller à l’école, quoi, ça sert pas à grand-chose. C’est ça, quand tu es là-bas, ils te disent “ne fais pas de bruit et cætera”. Donc voilà, trop de restriction, ça ne donne pas forcément envie d’y aller, quoi (…) Alors qu’à la cyberbase, on sait être calme tant qu’ils ne nous disent rien, en fait. Tant qu’ils ne nous interdisent pas, on ne va pas le faire. C’est un cercle vicieux, en fait. En général c’est ça partout. Plus il y a de règle et plus… pour pas être vulgaire… on fait d’importe quoi. »

34Un rejet du silence imposé dans les bibliothèques, souvent associé, comme on l’a vu, à un désintérêt pour la lecture et qui révèle que ces adolescents perçoivent les bibliothèques comme un lieu mortifère et contraignant, quasi exclusivement dédié au livre et réservé aux amateurs de lecture, plaisir qu’ils déclarent fermement ne pas partager.

D’autres sources d’approvisionnement

35Les adolescents amateurs de lectures, mais éloignés des bibliothèques se disent, quant à eux, assez réfractaires à l’emprunt, qu’il se fasse à la bibliothèque municipale, au CDI ou auprès d’amis, de peur d’abîmer les documents ou de ne pas pouvoir les consulter quand bon leur semble. Les jeunes filles, qui aiment lire en particulier les romans qui dépeignent les difficultés rencontrées par les jeunes de leur âge, supposent aussi ne pas pouvoir trouver ce genre de livres dans les bibliothèques qu’elles fréquentent occasionnellement pour leur travail scolaire, considérant qu’il ne correspond pas au « style de la médiathèque ». Quel que soit leur âge, ces amateurs de lecture ont des lieux d’approvisionnement en livres assez diversifiés (tout d’abord l’achat, la bibliothèque familiale quand les parents sont eux-mêmes lecteurs, et parfois le prêt – plus souvent rencontré parmi les filles). Bien qu’ils associent principalement, voire uniquement, la bibliothèque au livre, ils estiment ne pas avoir de raison de s’y rendre, achetant généralement leurs propres livres (souvent par l’intermédiaire de leurs parents), parfois dans des grands magasins situés non loin du domicile familial.

  • 8 Dans un rapport commandé par Scholastic (2008 Kids & Family Reading Report : Reading in the 21st C (...)

36Le parallèle entre bibliothèques et grandes surfaces généralistes ou magasins spécialisés (notamment la Fnac, France Loisirs ou les magasins réputés des villes, comme le Furet du Nord à Lille) est donc souvent fait : les magasins sont plus attractifs et colorés, ils bénéficient parfois d’une ambiance sonore, et sont souvent plus spacieux et plus lumineux. Ils proposent un plus vaste choix de livres pour le plaisir destinés à leur âge, mieux présentés, plus de nouveautés, plus de documents variés : livres de toutes sortes, séries de BD, et CD « à la mode » ou au contraire musiques « cultes ». Les grandes enseignes de magasin sont fréquentées en famille ou entre amis, par plaisir, et servent à s’approvisionner en livres, BD, mangas, qu’on lira un peu sur place, et de temps à autres en musique, quand ils sont certains que le CD dans son entier, et pas seulement un morceau de musique, leur plaît. Les adolescents s’y sentent « plus libres » : libres d’y circuler, d’y parler, d’alterner recherche de livres pour le plaisir, lecture sur place et écoute de la musique sur les bornes prévues à cet effet. Ils estiment par ailleurs que les vendeurs-libraires sont plus compétents pour les conseiller en fonction de l’actualité ou de leurs goûts. Les adolescents y découvrent aussi des livres qu’ils ne connaissaient pas8 et trouvent facilement les nouveautés dont ils ont entendu parler (soit par des amis, via la radio ou des sites de musique en ligne), notamment en matière de musique.

  • 9 Voir aussi : Yann Nicolas, « Le téléchargement sur les réseaux de pair à pair », Développement cul (...)

37Mais la musique est toutefois très majoritairement écoutée et/ou téléchargée sur l’ordinateur, depuis Internet (où l’on visionne aussi volontiers les clips vidéo). Cette pratique est très largement citée par les adolescents rencontrés9, qu’ils fréquentent ou non les bibliothèques municipales. Le téléchargement, qui concerne la musique, mais aussi les films, est perçu comme une pratique peu coûteuse, légitimée par la présence de sites légaux et par la récente « starification » de nouveaux artistes, qui se sont fait connaître en diffusant leurs chansons auprès des internautes. Quand les adolescents ne possèdent pas eux-mêmes un accès internet à domicile, ils passent généralement (et semble-t-il sans aucune difficulté) par l’intermédiaire d’ami(e), de grand(es) frère(s) et/ou sœur(s), ou des parents (qui en disposent souvent au travail) pour copier leurs musiques préférées sur des clés USB, avant de les transférer sur leur lecteur numérique.

38En matière de travail scolaire, ces adolescents fréquentent éventuellement les salles d’étude ou les centres de documentation de leur établissement scolaire – sans pour autant apprécier ces lieux –, mais le plus souvent en complément, là encore, d’Internet et de nombreux sites généralistes ou plus spécialisés. L’utilisation d’Internet pour la recherche se fait presque automatiquement, car « plus rapide », « plus vaste », « plus pratique », et « sans se déplacer »… souvent sans réfléchir (ni même à la fiabilité des informations qu’ils peuvent y trouver : « Direct, sur Internet, je ne cherche pas à comprendre ! »), ou d’autres fois, de façon plus raisonnée et pragmatique, en particulier chez les jeunes adultes, qui utilisent Internet en complément de documentaires et des encyclopédies qu’ils possèdent ou qu’ils consultent au CDI. L’utilisation d’Internet pour le travail scolaire semble d’autant plus facilitée, et cela dès le plus jeune âge, que les adolescents passent beaucoup de temps sur les ordinateurs et qu’ils en ont des pratiques très diversifiées : MSN, chat, consultation et/ou création de blogs, jeux seuls ou en réseaux, recherches diverses pour le plaisir, retouche de photos, écoute de la musique, visionnage des clips ou des films, etc.

Notes

1 Dans Les loisirs culturels des 6-14 ans, Sylvie Octobre présente l’évolution du « degré de familiarité » avec les équipements culturels que développent les jeunes au cours de leur enfance et les variations dans ces trajectoires. Sylvie Octobre, op. cit.

2 Ces constats vont dans le sens des résultats des travaux menés par Claude Poissenot et de Sylvie Octobre qui ont montré qu’il est un âge où la présence des parents devient embarrassante car infantilisante, même si les jeunes ne le disent pas ouvertement dans les entretiens.

3 Ces pratiques restent toujours majoritaires dans les bibliothèques françaises ainsi qu’il apparaît dans l’enquête de Bruno Maresca, Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 2007, page 66 sq.

4 Mariangela Roselli, « Usagers et usages devant une offre de lecture publique libre : parcours d’acculturation et formes d’appropriation lettrées », Sociétés contemporaines, n° 64, 2006/4.

5 Notons que la taille des établissements semble encore compliquer cette libre circulation puisque, selon les résultats de l’enquête quantitative menée à Lille et Toulouse, près de 18 % des adolescents interrogés déclarent avoir du mal à se repérer dans les bibliothèques qu’ils fréquentent, pourcentage qui s’élève à 25 % à la médiathèque José Cabanis.

6 Jean Levy, Ségolène Petite, Laurence Le Douardin, Les étudiants de la Médiathèque. En ligne : http://www.abf.asso.fr/IMG/pdf/douarin.pdf

7 Ces différents arguments font écho à l’étude réalisée par Sherry J. Cook qui montre que les jeunes sont tous favorables à la fréquentation de la bibliothèque, mais que la plupart du temps ils n’y vont pas parce qu’ils « n’y pensent pas » tout simplement. Sherry J. Cook, R. Stephen Parker, Charles E. Pettijhon, « Les jeunes ados et la bibliothèque publique : une enquête américaine », trad. Cécile Touitou, BBF, 2008, n° 6, p. 81-86.

8 Dans un rapport commandé par Scholastic (2008 Kids & Family Reading Report : Reading in the 21st Century : Turning the Page with Technology), on apprend que pour 89 % des jeunes, les meilleurs livres sont ceux qu’ils ont trouvé par eux-mêmes (enquête menée auprès de 501 enfants américains âgés de 5 à 17 ans).

9 Voir aussi : Yann Nicolas, « Le téléchargement sur les réseaux de pair à pair », Développement culturel, DEPS, n° 148, juin 2005, qui en 2005 constatait que « les jeunes sont les plus gros utilisateurs des réseaux de pair à pair. Près de la moitié des 15-24 ans ont déclaré avoir téléchargé au moins un fichier contre un quart des internautes âgés de 25 ans et plus ».

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter