Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 11-18 ans et les bibliothèques municipales

 | 
Virginie Repaire
, 
Cécile Touitou

Principaux résultats

Texte intégral

  • 1 Pour nuancer un peu ce constat, rappelons que tous les adolescents interrogés vivaient à proximité (...)

1Il est désormais difficile, cette enquête le confirme, de rencontrer un jeune Français qui n’est pas allé au moins une fois dans sa vie dans une bibliothèque municipale, que ce soit sous la conduite de ses parents ou celle de l’école1. Par ailleurs, comme chez les adultes, l’image que ces jeunes ont de la bibliothèque est globalement positive. L’utilité de la bibliothèque fait l’objet d’un consensus assez général, même chez les non-fréquentants, lesquels admettent volontiers que la BM peut être utile : pour les autres, pour eux-mêmes plus tard, pour leurs futurs enfants…

  • 2 Yves Alix, et Stéphane Wahnich, « Une familiarité distante : Enquête sur le public des bibliothèqu (...)

2On reste néanmoins frappé par le caractère convenu de ces représentations. La bibliothèque est toujours perçue, majoritairement, comme le lieu du livre, de l’étude, du silence… stéréotypes qui reviennent au fil des entretiens, aussi bien chez les usagers que chez les non-usagers. De même, les bibliothécaires restent assimilés à des gardiens du calme. L’enquête met en évidence, même chez ces jeunes beaucoup plus investis dans la fréquentation des bibliothèques que leurs aînés, une sorte de « familiarité distante2 » déjà identifiée chez les adultes. S’il est finalement assez rare de rencontrer chez les adolescents une franche hostilité à la bibliothèque, l’attitude la plus fréquente relève surtout de l’indifférence. On « n’y pense pas », on décroche progressivement, presque en douceur, plutôt qu’on ne rejette la bibliothèque avec virulence.

3Cette indifférence, alliée à une méconnaissance profonde de ce que sont les bibliothèques municipales aujourd’hui, reste le principal problème auquel sont confrontés les bibliothécaires. Même chez les usagers les plus assidus, l’enquête révèle une appropriation relativement restreinte de la bibliothèque, limitée par exemple à l’espace jeunesse, ce qui ne facilite pas la circulation entre les différentes offres susceptibles de retenir l’attention des jeunes, ni le passage de la section enfants à la section adultes.

4De l’enfance à l’entrée dans l’âge adulte, ce passage s’accompagne le plus souvent d’un relâchement de la fréquentation – voire d’un abandon – mais aussi souvent d’un usage différent de la bibliothèque. Les usages des collégiens de 11 à 14 ans restent principalement liés à leurs loisirs, tandis que, pour les 17-18 ans enquêtés, la bibliothèque est surtout perçue comme un lieu offrant des conditions optimales pour travailler. Différents usages et différents profils d’usagers coexistent ainsi dans les établissements. La synthèse qui suit permettra d’en avoir un aperçu plus détaillé.

5Les demandes qui s’expriment, liées à ces usages différenciés, sont parfois contradictoires. Dans la bibliothèque idéale décrite par les jeunes interrogés, les espaces seraient éventuellement spécialisés selon les âges, mais surtout distribués en fonction des usages et organisés selon les niveaux de bruit autorisés. Si la demande d’espaces pour travailler au calme est forte, celle de lieux plus ludiques, confortables et conviviaux, où le bruit et la conversation en groupe seraient permis, est tout aussi présente. Plus généralement, une demande de reconnaissance du public adolescent s’exprime, qui passe notamment, mais pas seulement, par une demande d’espaces dédiés.

6À partir des résultats du terrain, des suggestions des adolescents interviewés et d’un état de l’art de la littérature professionnelle, l’enquête dégage des pistes d’optimisation.

Notes

1 Pour nuancer un peu ce constat, rappelons que tous les adolescents interrogés vivaient à proximité d’un réseau de lecture publique.

2 Yves Alix, et Stéphane Wahnich, « Une familiarité distante : Enquête sur le public des bibliothèques municipales parisiennes », BBF, 2004, n° 2, p.62-73.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter