Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

Les jeunes adultes et la presse magazine : étude qualitative et sémiotique

Les conclusions de l’étude

Paola Spaventa et Amandine Pellizzari

Texte intégral

1Les jeunes adultes d’aujourd’hui, âgés entre 20 et 30 ans, aiment à se définir comme une génération « hyperconnectée », « keep in touch », pour laquelle l’offre média numérique n’a plus de secret, en particulier celle du Web.

2Si Internet devient leur principal média, ou plus exactement leur principal outil du quotidien permettant une connexion tous azimuts aux possibilités infinies du monde d’aujourd’hui, il ne les préserve pas pour autant de la course folle de ce monde qui finit par les désorienter, ce monde où comme ils disent « on trouve tout mais on n’arrive pas à se trouver ». Bien au contraire, il les menace en filigrane des pièges de la dispersion, de l’addiction, de la surenchère, renforcés par l’avènement de Facebook, réseau communautaire et générationnel, incontournable pour ces jeunes adultes.

3Dans ce contexte, la presse magazine joue, pour cette génération de lecteurs, un rôle complémentaire et essentiel de « soupape » qui leur permet de se rééquilibrer et de se rassurer. Elle leur offre tout d’abord la possibilité de se réancrer dans la réalité du feuilletage papier, de faire l’expérience d’un temps ralenti et suspendu à son propre plaisir. Elle leur permet ensuite de retrouver des repères, de se cultiver. Enfin, elle est pour eux un moyen de se recentrer, de se reconnecter à eux-mêmes et ainsi d’échapper aux dérives de l’hyperconnexion : cannibalisation, dispersion, déréalisation des rapports.

4Pour comprendre les motivations de ce public de 20-30 ans à lire tel ou tel type de presse, tel ou tel titre, il est important de s’arrêter sur les magazines nés avec les générations précédentes et qu’ils considèrent « out ».

5Ces magazines grand public traditionnels adoptent le plus souvent un positionnement global de « généralistes » sur un territoire plus élargi que leur champ d’investigation premier, en intégrant les différents aspects ou facettes de la problématique investie (la femme, le people, la culture...) et en multipliant et variant fortement les angles et les modes de traitement journalistiques. De ce fait, ils reproduisent la complexité du réel au lieu de le simplifier, invitant à l’interroger plutôt qu’à le maîtriser, incitant à la réflexion plus qu’à l’action, alors que cette génération de lecteurs a fondamentalement besoin de « se retrouver » et « d’aller à l’essentiel » dans ce monde pléthorique en informations et sollicitations où, comme elle le dit elle-même, « on trouve de tout ».

6En outre, de par leur position généraliste, les magazines « à l’ancienne » font appel à trop de références implicites (culturelles, linguistiques, historiques, politiques...) qui gênent la compréhension des sujets traités et qui ne permettent guère d’en tirer les implications pour soi. Dit autrement, ils peuvent désorienter le jeune adulte au lieu de lui donner des repères.

7Les magazines traditionnels, qu’ils s’agissent aussi bien des news que d’Elle ou Marie Claire, aussi bien de Télérama, des Inrockuptibles que de Voici, Paris Match, Gala, souffrent en fin de compte, aux yeux de cette génération, d’être des magazines trop génériques. Le principal symptôme est la récurrence de leurs rubriques, similaires d’une famille de presse à l’autre, au point que ces magazines finissent par se ressembler fortement. Il s’agit par exemple de rubriques « classiques » d’information construites sur le même moule, ou de brèves, classées selon des macrocatégories au lieu d’être thématisées. Ces magazines en restent donc à des généralités au lieu de sélectionner l’information en « best of ». Ils n’ont pas l’art de thématiser cette information en approches concrètes directement en prise avec le vécu des jeunes lecteurs.

8À l’inverse, les magazines affinitaires des 20-30 ans, qu’ils s’agissent de titres people comme Closer ou Public, de presse féminine comme Glamour ou Cosmopolitan, de culturels comme Première, Studio Live, Rock&Folk, Trax, Rap R&B, etc., ou même du news Courrier international, investissent des territoires « spécialisés ». Ils privilégient une approche ciblée, y compris lorsqu’ils sont généralistes comme les titres féminins, en proposant par exemple une certaine vision de la femme, très axée sur le style et la personne de la lectrice, plutôt que sur la société. Ils portent une promesse sélective (voire pointue) de contenu dans des domaines précis bien séparés des autres sphères ou centres d’intérêt du lecteur.

9Dit autrement, ces magazines concentrent « le meilleur » dans leur créneau, permettant aux jeunes de faire le tri dans l’hyperchoix auxquels ils sont constamment soumis, via le Net en particulier. Ils leur offrent la possibilité de sérier les informations, voire de redéfinir leurs priorités, et ainsi de décomplexifier leur propre complexité : leurs propres contradictions de choix et de comportements.

10Sur le plan formel le constat est analogue. Les magazines classiques donnent le primat au sens, accordant un soin particulier au contenu rédactionnel au détriment de sa mise en forme. Les articles comme les brèves déroulent un raisonnement, avec des articulations logiques et des implications générales. Le visuel joue son rôle traditionnel d’illustration du texte : il sert à mettre en scène le propos tenu. Quant à la maquette, elle renforce cette position hiérarchique, cette domination du texte, par la séparation classique des registres de l’image et du texte dans des espaces propres.

11Tout au contraire, les magazines affinitaires des jeunes adultes jouent le primat du visuel sur le sens. C’est l’entrée visuelle qui contextualise et non le texte. Le visuel met le propos en situation ou en récit, en jouant souvent sur les codes de l’album photo : par exemple en sélectionnant des images prises sur le vif, plus intimes ou plus au cœur de l’action. Les principes de l’album photo sont ainsi souvent repris : séquençage des images déclinées en série, en mini films légendés... à suivre !

12Dans cet environnement, le texte a essentiellement une fonction de légende et de surligneur visuel : il est pris dans des cartouches de couleur, il chevauche le cadre de l’image, et participe de ce fait à l’impact de la photo. Le tout est renforcé par des partis pris de maquette qui facilitent l’appropriation presque tactile du magazine par le lecteur : principes d’étiquetage et de collage à la manière du scrapbooking, où les registres de l’image et du texte se superposent et s’enchevêtrent pour un effet plus sensoriel et vécu ; graphisme expressif déclinant tous les registres de l’écriture manuscrite du tag à la calligraphie.

13Dit autrement, la fonction narrative des images et la superposition dans la mise en page des zones texte et image créent une « stylistique » contemporaine au service des sens et non seulement du sens.

14Enfin, sur le plan du discours, les magazines adultes classiques développent un art de l’éloquence où les figures de rhétorique priment. Ils tiennent un discours analytique et logique, fondé sur une argumentation dialectique, développant linéairement thèse, antithèse et synthèse. Ils privilégient le style indirect : un discours rapporté et médiatisé par l’émetteur qui laisse passer toutes sortes de sous-entendus, de non-dits, de doutes, d’interrogations vis-à-vis du sujet en question. D’ailleurs, dans les magazines traditionnels, le projet, la philosophie, bref l’idéologie de l’émetteur sous-tend toujours l’information : faisant appel à la « culture générale » et pratiquant la référence constante, implicite ou explicite, à la grande Histoire de l’humanité.

15Du point de vue narratologique, les magazines classiques adoptent ce qu’on appelle la focalisation externe du récit : le point de vue omniscient du narrateur émetteur (démiurge) qui sait tout sur les personnages et les événements qu’il relate. Le lecteur est ainsi obligé de suivre et d’adhérer à la philosophie sous-jacente du narrateur.

16Les magazines jeunes adultes prennent le contrepied de cet ancien système rhétorique en créant l’art du « livre », plus partageable et participatif. Ils font la part belle au vécu et à la parole d’expérience. Ils ne renvoient pas à une idéologie mais développent le discours empirique du témoignage ou de la parole rapportée par « bribes » (l’extrait, la citation, la conversation à bâtons rompus et à plusieurs sur le mode du forum), privilégiant la narration anecdotique, la petite histoire à la référence à l’Histoire avec un grand H. Ils développent le style direct : un parler spontané, une emphase ludique ou émotionnelle, via la ponctuation, l’usage des guillemets, qui favorisent la mise en contact, la « connexion » directe du lecteur avec d’autres individus, célèbres ou anonymes.

17Bref, ces titres évoluent vers une narration qui favorise « l’empathie » et la montée des « valeurs de l’émotion » (au détriment de la prise de recul, de la réflexion), en adoptant ce qu’on appelle la focalisation interne du récit : une « caméra » subjective et incomplète à l’intérieur du personnage, où le lecteur adopte le point de vue de celui qui s’exprime, où il voit et sent ce que le personnage voit et ressent. De ce fait, il se sent plus concerné et plus proche de la situation décrite.

18Enfin ces magazines en affinité avec les jeunes adultes développent une rhétorique nouvelle, beaucoup plus pragmatique, à l’image de cette génération qui se dit elle-même « pragmatique ». Ils font appel à un code de langage commun à la génération des 20-30 ans, plus familier et simple à appréhender : expressions lexicalisées, langage sms, formes interactives de la narration (commentaires sur le mode Facebook), formes épistolaires manuscrites (références au courrier, journal intime, collage) ou numériques (référence aux méls, blogs), à forte dimension personnelle et autobiographique.

19Il en résulte des magazines témoins de leur temps et des expériences contemporaines mettant en scène des situations concrètes et particulières, mais aussi contrastées, qui permettent au jeune lecteur de relativiser et donc de dédramatiser la réalité décrite. Il leur est ainsi plus aisé de se situer par rapport à cette réalité. Ces magazines privilégient par ailleurs la sélection qui permet d’aller droit à l’essentiel et une forme interactive qui invite à passer à l’action

20Autrement dit les magazines affinitaires pour jeunes adultes apportent une praxis. Ils permettent au jeune lecteur de définir sa propre « conduite », de mieux se situer par rapport à ses pairs, de prioriser ses choix face aux sollicitations accrues auxquelles il est soumis, et au final de savoir comment se positionner dans le monde sans pour autant s’interroger ou se remettre en question, ce qui le déstabiliserait davantage.

21La valeur ajoutée de ces magazines réside donc dans un plaisir et une efficacité immédiate, sans introspection. Ils mettent l’accent sur le relationnel et le comportemental plus que sur le psychologique, sur le fait empirique plutôt que sur le jugement théorique, sur la réalité du cas particulier contre toute forme d’idéalisation ou d’idéologie. En d’autres mots, ils favorisent l’indépendance d’esprit du lecteur plus que son autonomie de jugement.

22Cette promesse d’efficacité est renforcée par l’accent mis sur le testimonial, en « miroir » de l’expérience personnelle des lecteurs, ce qui fonde implicitement une « ligne de conduite communautaire » et renforce les liens générationnels. Elle est soutenue également par un mode de traitement de l’information, proche de la logique de prélèvement propre au Net. De la sorte, les titres affinitaires des jeunes adultes définissent un contrat de lecture différent des générations de titres qui les précédent : non plus un contrat moral et philosophique, c’est-à-dire un contrat « d’opinion », mais un contrat ludique et pragmatique, dit autrement un contrat « de consommation et de service ».

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter