Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

Les jeunes adultes et la presse magazine : étude qualitative et sémiotique

Chapitre II. Le rapport de ce lectorat de jeunes adultes aux différents médias utilisés

Paola Spaventa et Amandine Pellizzari

Texte intégral

Image et usage comparés des différents médias

Le rôle respectif des différents médias pour les jeunes lecteurs de magazines

1Les jeunes adultes rencontrés dans le cadre de cette étude utilisaient tous, à plus ou moins grande échelle, les principaux médias actuels, à savoir la télévision, la radio, Internet et la presse magazine. Néanmoins, ces différents médias occupent une place réelle et symbolique différente dans leur quotidien et que l’on peut résumer par le schéma suivant :

2Bien évidemment, on constate qu’Internet joue un rôle de premier plan. Il est considéré par les jeunes adultes comme le média de leur génération en ce sens où il est polyvalent, à l’image de leur propre polyvalence. En effet, à la différence des autres médias, il s’agit du seul outil multifonctions dont ils disposent : un outil à la fois d’information, de communication, de transaction et plus globalement d’interaction, développant d’ailleurs chez eux une forte réactivité aux diverses sollicitations et stimulations qu’il procure.

3La consultation d’Internet représente donc un temps fort de leur vie quotidienne, leur permettant d’être au top de l’actualité et plus globalement au top de leurs facultés dans la mesure où elle implique une posture proactive : de choix, de recherche, de sélection, de communication, de contact interactif avec les autres.

4Dans ce contexte, le temps d’utilisation d’Internet a tendance à se dilater jusqu’à devenir chronophage avec, pour ces jeunes adultes, la peur latente d’être happés dans cette connexion permanente à l’autre et à l’extérieur.

5Aux antipodes, la télévision et, dans une moindre mesure, la radio, majoritairement délaissées au profit d’Internet, sont de plus en plus utilisées pour remplir les temps morts de ce quotidien à cent à l’heure, pour décompresser voire « déconnecter ». Elles sont, de ce fait, de plus en plus réduites à leur fonction littérale de présence « audio/visuelle » : un bruit de fond, une présence purement sensorielle qui permet de meubler le silence, d’éviter le vide sonore dont cette génération a horreur.

6L’inconvénient majeur pour ce lectorat de jeunes adultes réside dans le fait qu’il s’agit de médias exclusivement collectifs et qu’ils impliquent, par là même, une posture passive du spectateur ou de l’auditeur qui subit le programme imposé puisqu’il n’a ni le choix du contenu ni le choix du créneau horaire... bien qu’il lui reste toujours le choix des programmes qu’il décide de suivre ou pas.

7Quant à la presse magazine, elle joue un rôle à part dans le paysage médiatique, du moins pour les 20-30 ans qui en sont lecteurs, rappelons-le. Contrairement à la consultation des précédents médias, qui ouvrent toujours une fenêtre directe sur le monde à partir du moment où on allume son écran ou son poste (même si avec Internet on a l’illusion au premier abord de rester maître de sa consultation), la lecture de presse demeure essentiellement personnelle et intime, dans la mesure où l’on choisit son journal dans l’offre pléthorique proposée, en fonction de ses centres d’intérêt et au gré de ses envies et humeurs. Surtout, on choisit de le lire comme on veut, quand on veut et au rythme que l’on souhaite.

8Cette intimité du support presse est d’ailleurs renforcée par la dimension polysensorielle, visuelle mais aussi tactile du papier à la fois plus concret et laissant davantage de liberté de manipulation.

9À cela s’ajoute la dimension intellectuelle du contenu toujours instructif parce qu’il est fortement médiatisé par l’émetteur. Moins instantané et éphémère que le discours oral de la télévision et de la radio, ou que l’écrit lapidaire et protéiforme d’Internet, ce contenu est plus développé et didactique, car c’est le fruit de tout un travail en amont du journaliste. Il est moins prévisible enfin, dans la mesure où les magazines abordent des contenus que l’on n’aurait pas eu l’idée de chercher sur Internet ou que l’on n’a pas l’habitude de suivre à la télévision.

10Bref, la presse écrite est le seul média, aux yeux de lecteurs de 20-30 ans, qui fasse autant appel aux sens et au sens.

11Ainsi, à l’inverse de tous les autres médias, la lecture de magazines leur offre l’expérience d’un temps suspendu, librement géré, sorte de soupape de décontraction et de liberté par rapport au stress ambiant. Elle permet une re-connexion vitale à soi, loin de la dispersion inhérente à cette hyperconnexion au monde, qui les caractérise mais qui caractérise aussi les autres médias.

L’usage effectif : focus sur les comportements quotidiens associés à chaque média

12Quand, où, comment les jeunes adultes interrogés utilisent-ils les différents médias cités ? Les entretiens menés à domicile sont, à ce sujet, riches en observations et en enseignements. On remarque en effet, que les médias audiovisuels (radio, télévision, Internet) donnent le tempo de la journée-type des 20-30 ans qui, rappelons-le, aiment à se savoir « connectés » en permanence. Leur réflexe, dès le réveil, est d’allumer le poste de radio ou l’écran d’ordinateur et de laisser branchés en permanence jusqu’au coucher un ou deux écrans, même en mode de veille plus ou moins inactive.

13Plus globalement, chaque média (y compris la presse magazine) marque un rythme différent et joue ainsi une fonction particulière dans la gestion du temps quotidien et hebdomadaire. Chacun s’associe à des lieux et à une gestuelle propre d’utilisation, en créant des réflexes, des automatismes et une posture différente vis-à-vis du contenu énoncé.

La radio

14C’est le média du matin, allumé dès le réveil par les passionnés ou sur le chemin du travail par les autres. Par essence mobile, selon l’endroit où il est placé, le poste de radio (souvent intégré à un lecteur cd) nous donne une indication de sa fréquence d’utilisation.

15Placée dans le séjour, chez les plus âgées des enquêtés (proches de la trentaine), la radio conserve une position statutaire essentiellement culturelle : elle est allumée à l’occasion, pour mettre une ambiance musicale ou suivre une émission rendez-vous, en travaillant ou en vaquant à ses occupations. Dans la cuisine ou la salle de bains, pour les aficionados, elle permet de suivre les dernières news et les chroniques d’actualité tout en se préparant pour démarrer du bon pied avec l’impression, comme ils le disent, de « commencer la journée en étant plus intelligents que la veille ». On la trouve néanmoins le plus souvent uniquement dans la voiture ; elle sert dès lors à agrémenter le temps de transport, et à décompresser lors des embouteillages, en écoutant de tout : musique, météo, news, blagues...

16Dans tous les cas, la gestuelle n’est pas conditionnée par le média mais par l’environnement immédiat et la posture, de fait, hyperactive, peu concentrée sur la radio : on l’écoute toujours en faisant autre chose, en conduisant au volant, en prenant sa douche, en préparant le petit déjeuner et au mieux en s’asseyant pour profiter pleinement de son petit déjeuner, avec le sentiment d’être « nourri intellectuellement » avant de commencer sa journée.

17Autrement dit, et quel que soit son degré d’utilisation, la radio joue essentiellement un rôle de booster d’énergie pour la « mise en route » (au propre dans la voiture, comme au figuré à domicile) de la journée.

Amie du matin – le réveil. C’est mon réveil. On se réveille de bonne humeur.

La télévision

18C’est le média de la fin de journée : allumé machinalement le soir ou éventuellement à la fin de l’après-midi, quand on rentre. La télévision est peu regardée par les 20-30 ans, du moins par cette frange lectrice de magazines, et essentiellement pour déconnecter après une journée harassante.

19En dehors des soirées télévision classiques (seul, à deux ou en famille, selon les situations personnelles) somme toute relativement rares, ces jeunes adultes ont plutôt l’habitude, dès qu’ils se posent chez eux, d’allumer leur poste en fond sonore pendant qu’ils font autre chose. Il peut leur arriver, sinon, de la regarder en cas d’insomnie, sans grand enthousiasme d’ailleurs, mais juste pour « tuer le temps ». Ainsi, la télévision remplit auprès de cette génération une fonction de dépannage, en meublant le silence et éventuellement en palliant l’ennui.

20Quant à son emplacement, elle est située bien évidemment dans le séjour quand on vit à plusieurs : lorsque le jeune adulte vit encore au domicile des parents, ou bien en collocation ou alors en couple. Mais, ce qui est très particulier à cette génération, c’est l’existence souvent d’un deuxième poste (ou du seul poste quand le jeune adulte vit seul) dans la chambre – ou le studio – à proximité du lit ou du canapé qui fait office de lit.

21Cet emplacement est assez symptomatique de l’utilisation faite de la télévision par les 20-30 ans et de la gestuelle qui l’accompagne. En effet, dans la plupart des cas, la télévision appelle à une posture régressive. On la regarde distraitement, étendu sur son lit pendant qu’on pianote sur l’ordinateur portable ou qu’on feuillette un magazine, en jetant de temps à autre un œil sur l’écran et en s’arrêtant parfois sur un passage qui interpelle. On la regarde aussi délibérément, pour décompresser, assis bien au fond de son lit ou de son canapé, lové en position quasi fœtale et bien souvent sous la couette.

22Bref, chez les jeunes adultes, le contact avec la télévision se fait toujours en position allongée ou semi-allongée, position qui manifeste la relative passivité, le manque d’attention et de concentration à l’égard du contenu télévisuel ; mais également le besoin de relâchement, physique comme intellectuel, et paradoxalement de déconnexion du monde extérieur, en quelque sorte de « mise hors tension » de ces jeunes par ailleurs hyperconnectés tout au long de la journée.

23Dit autrement, pour les 20-30 ans, la télévision joue essentiellement le rôle d’un sas avant le sommeil, pour « se vider » la tête, au sens propre et au sens figuré, comme nous le verrons plus en détail dans le chapitre suivant.

Internet

24Contrairement à la radio et à la télévision qui, dans la majorité des cas, ponctuent le début et la fin de journée, non seulement par le moment choisi de leur utilisation mais aussi par les comportements et attitudes qu’ils génèrent, l’accès à Internet se déploie tout au long de la journée. Les 20-30 ans consultent le Net à plusieurs reprises : a minima le matin, avant de partir, et à partir de la fin d’après-midi en rentrant, voire en s’y connectant en permanence, au bureau ou à l’extérieur, via leur téléphone mobile. La palette de choix et d’activités offertes par ce média multiplie les occasions d’y avoir recours. La connexion ambulatoire est aisée pour peu que l’on ait un iPhone ou un ordinateur portable, ce qui était le cas de la majorité des interviewés.

25Ainsi, Internet remplit tout l’espace et le temps des 20-30 ans puisqu’il ne fait l’objet ni d’un temps dédié, dans la mesure où on peut y aller n’importe quand et somme toute un peu tout le temps, ni d’un lieu dédié dans la mesure où on peut l’utiliser un peu partout : à domicile du moment que l’on a un ordinateur ; à son bureau pour une utilisation prolongée de recherche d’informations pour le travail ou sa propre consommation ; sur la table du salon ou dans son canapé pour une utilisation plus ponctuelle de loisir ou de prise de contact avec autrui ; sur l’étagère ou tout autre meuble, pour brancher de la musique ; sur son lit, pour naviguer librement au gré de ses envies et humeurs.

26Ce média mobilise donc une attention permanente, finissant par remplir l’espace intérieur du jeune adulte. En effet, sa consultation est toujours fébrile, associée à une gestuelle quasi mécanique : l’automatisme du clic et la réaction réflexe à la sollicitation d’un lien hypertexte ou d’un dialogue en live sur forum ou sur tchat, ou d’un commentaire différé par mail ou sur Facebook.

27D’après ce que nous avons pu observer, lorsqu’ils consultent le Net sur leur bureau, le matin avant de sortir, l’après-midi en rentrant, ou le soir, ils sont relativement pressés et tendus, assis et le regard très concentré sur l’écran, les sourcils froncés, le visage contracté, les doigts crispés sur le clavier, enchaînant très rapidement les clics, d’autant qu’ils balaient les différentes fonctions du Net pour avoir une vue d’ensemble de ce qui a pu changer depuis la dernière connexion. Ils cliquent en quelques secondes sur leur(s) boîte(s) mail, sur leurs sites favoris présélectionnés, sur le bureau de leur ordinateur (pour de la recherche d’infos, de news, de musique) et sur la page d’accueil de Facebook. Tout concourt à maximiser la rapidité, la mise en place préalable des liens comme les gestes.

28Lorsqu’ils consultent le Net pour une fonction particulière – consultation d’un site spécifique ou d’un forum et consultation attentive de Facebook – ils s’installent en général plutôt sur leur canapé ou sur leur lit, à condition bien sûr qu’ils aient un ordinateur portable. La consultation est plus tranquille : on sent une certaine attitude moins crispée, le sourire ou le rire aux lèvres, bref du plaisir et non de la simple efficacité. En revanche, l’attention reste constante : le regard capté par l’écran et le geste très réactif, enchaînant écriture automatique et envois rapides, en cas de dialogue par tchat sur Facebook ou sur un forum.

29Autrement dit, on voit à quel point, jusque dans les gestes, Internet joue auprès de ces jeunes adultes un rôle essentiel de mise en tension et « sous tension » pour rester branché au monde, aux autres, au savoir…

La presse magazine

30Quant à la lecture de la presse, contrairement aux précédents médias qui conduisent à une attitude quotidienne relativement machinale, elle est réservée par les 20-30 ans interrogés à des moments singuliers qui lui sont « consacrés ». On la lit bien sûr le matin, dans les transports en commun : il s’agit alors souvent de « gratuits », parfois de magazines achetés afin d’agrémenter le temps de transport. Mais elle se consulte aussi chez soi, le week-end, ou en semaine à l’occasion d’un après-midi de liberté. C’est un moment de détente consacré à la seule lecture de magazines.

31À domicile, nous avons pu le constater, cette lecture donne lieu à un réel rituel de plaisir : les jeunes enquêtés choisissent un moment de calme et de silence dévolu tout entier à la lecture, où ils ne font rien d’autre. Ils s’installent confortablement dans le séjour, sur leur canapé, ou dans la chambre, sur leur lit. Ils prennent leur temps pour feuilleter, s’arrêtant à plusieurs reprises sur une page, le plus souvent une image qu’ils prennent soin de décortiquer lentement, pointant souvent leur doigt sur les détails qui les interpellent comme pour mieux s’en imprégner. Ils font des pauses après avoir lu ou deux ou trois articles, puis y reviennent.

32L’attitude contraste avec celle observée pour les autres médias : l’expression est détendue, les traits du visage décontractés et reposés ; la gestuelle est lente, moins mécanique, plus délibérée ; la posture est recentrée (assise, bien alignée), l’attention absorbée mais pas crispée. Bref, l’attitude est plus intériorisée comme si le lecteur revenait à soi au lieu de réagir de manière assez compulsive et réflexe à la sollicitation des écrans ou des ondes.

33La particularité du rapport au magazine est donc d’instaurer un tempo différent des rythmes endiablés qui scandent la journée de ces jeunes adultes : un moment de loisir hors routine avec un comportement plus autonome, marquant le choix délibéré de son parcours à l’égard des contenus proposés.

34C’est en ce sens que la presse magazine joue un rôle essentiel auprès des 20-30 ans qui en sont lecteurs, de recentrage sur soi, sur ses passions, ses envies, installant un vrai rendez-vous qui réenchante le quotidien.

Le rapport à la télévision

Le média « en baisse »

35Ainsi que nous l’avons vu précédemment, la télévision est reléguée au rang de média « has been » chez ces jeunes adultes. Discréditée en termes d’image et dévalorisée à l’usage, elle est délaissée au profit d’Internet sur lequel on peut retrouver les mêmes contenus.

Je ne regarde pas. Je regarde de moins en moins.
La télé, c’est pour s’informer mais pas pour les jeunes. Les vieux ne vont pas sur Internet quoiqu’ils s’y mettent : ils ont même un profil Facebook !

36C’est un média de « masse », qui exacerbe à leurs yeux le syndrome du « mouton », du fait du nivellement à la baisse d’un contenu grand public, à destination du plus grand nombre, mais du fait aussi du cadre fixe des horaires non choisis, qui donne le sentiment que tout le monde regarde la même chose au même moment.

Sur Internet : on va chercher l’info, il faut faire la sélection alors que sur la télévision tout est programmé.
On est obligé de suivre les plages horaires que les chaînes nous proposent.

37En tant qu’écran « plat », bien pauvre au regard de l’écran interactif du Web, elle devient un moyen plus qu’un outil, bien souvent détournée de sa fonction télévisuelle pour être reléguée au rang de simple support permettant de regarder des dvd ou plus globalement de constituer un fond sonore.

Depuis que j’ai mon ordinateur, je regarde très occasionnellement, – ou alors pour passer des dvd.
La télé, bof… ah si, c’est un support pour brancher le dvd !

38On constate donc que, pour les 20-30 ans, ce média est en passe de devenir obsolète face à Internet, aussi bien dans son fonctionnement monolithique que dans la fenêtre restrictive qu’il propose sur le monde.

Ce qui délégitime la télévision auprès de ce public

39L’image de la télévision souffre ainsi de plusieurs points négatifs. En premier lieu, c’est la relation à la source d’information qui pose problème, en comparaison avec Internet, dans la mesure où le contenu télévisuel est monosource alors que les jeunes adultes prisent le caractère multisources de l’information sur le Web. Ce contenu est par ailleurs débité dans un flux continu vécu comme abrutissant car il ne permet pas la sélection autonome propre au Net. Autrement dit, c’est un contenu subi, face auquel le spectateur n’a pas de marge de manœuvre.

Abrutissant. Source d’info choisie pour nous.
On ne nous abreuve pas sur Internet, si on ne veut pas.

40Ce sentiment est renforcé par la relative décrédibilisation de l’émetteur auprès de ce public des 20-30 ans, qui dénonce pêle-mêle la tendance à la simplification/schématisation des émissions grand public, le manque de renouvellement des programmes qui donne l’impression lassante de déjà-vu (alors que ces jeunes cherchent constamment à dénicher du jamais-vu) et le point de vue unilatéral du parti pris informatif, illustré par deux marqueurs idéologiques : le 20 h de TF1, perçu comme le prototype de la désinformation, et plus globalement la publicité qui joue un rôle prépondérant à la télévision par rapport aux autres médias. Ces deux symptômes montrent, à leurs yeux, que la télévision est devenue l’instrument par excellence de la manipulation de l’information et de la consommation.

On nous prend pour des moutons ;je n’ai pas la télé ;c’est des trucs débiles, ridicules ; la ferme célébrité, c’est pour les « neuneu ». Toujours la même chose. Ça ne m’intéresse plus, je n’aime pas les séries, il y a toujours la même chose : des flics ou des experts. Publicité de masse. Trop de pub, qu’on ne souhaite pas voir. On devient des moutons. Désinformation. J’ai peur qu’on soit hypercontrôlé.

41Enfin, sur un plan plus symbolique, ces jeunes adultes signalent un frein important : l’écran de télévision postule une position « passive » du spectateur, bien loin de la posture active de l’internaute. C’est une réception « passive » qui tend à assoupir plus qu’à solliciter, une posture et une gestuelle régressive comme nous avons pu le voir au chapitre précédent, une relation « subie » – et non choisie – à l’information, au créneau horaire.

Le soir, en rentrant du travail pour manger devant, quand on a envie de se vider la tête.
Moi, quand je suis fatiguée je prends ma couette comme ça, je me mets en boule et je regarde, ça m’aide à m’endormir.
C’est programmé, c’est cadré, c’est reposant.

42En filigrane, la télévision convoque un imaginaire de la léthargie et de la somnolence, une sorte d’« inertie » du téléspectateur fortement anxiogène pour une génération tout le temps en éveil et fuyant l’immobilité.

Ce qui se dessine : une consommation autre de la télévision

43Sur le plan de l’usage, pour les jeunes adultes qui la regardent encore, la pratique de la télévision évolue et se recentre autour de rendez-vous du « quotidien » plutôt que des rendez-vous d’actualité.

44Ils aiment en effet regarder à la télévision une sorte de « vis ma vie » en live : émissions de télévision réalité, vie des stars et des people, délaissant les émissions autrefois phares de ce média, à savoir les documentaires, les reportages, les débats... Cet attrait pour le vécu et la vie quotidienne est à mettre en rapport avec le goût naturel de cette génération pour l’anecdote et le testimonial plutôt que pour la théorie, mais aussi avec le côté « vivant » et « ludique » du spectacle télévision qui renforce le plaisir narratif de ces émissions.

45En revanche il signe la perte, auprès de cette génération, de la fonction informative et culturelle de la télévision qui a bercé autrefois leurs aînés.

Les émissions à thème dans la vie de tous les jours : déco, cuisine, etc. Léger ; amusant ; passer le temps ; se divertir.
J’aime bien « la Nouvelle Star » : la musique et puis permet de voir les futurs talents, d’être juge en même temps
Se divertir à la télé, il y a des documentaires mais tout est en streaming sur Internet. Sur Internet, c’est plus développé.

46Dans le même ordre d’idées, les 20-30 ans regardent peu les films à la télévision mais davantage les séries, non seulement parce qu’elles sont en prise sur le vécu, mais parce que la programmation cinématographique manque de renouvellement, surtout à une époque où l’on peut télécharger en avant-première des films qui ne sont pas encore en salle. Autrement dit, la télévision a perdu auprès de cette génération sa fonction traditionnelle de « mémoire » du cinéma.

Il n’y a plus de films ou alors ils ne sont pas géniaux.
Il y a des téléfilms avec Mimie Mathy, c’est pas possible.

47Enfin les garçons continuent de regarder, avec le même enthousiasme qu’autrefois, le football à la télévision. Le « foot » reste une grande messe entre amis, du fait du spectacle visuel et de la fonction conviviale de partage propre à cet écran collectif.

Regarder les matchs de foot, compétition car il y a le visuel, c’est en direct, on ne peut pas regarder autrement, c’est différent car il y a les commentaires.
C’est quand on est plusieurs personnes, c’est plus convivial.

48Sinon, en dehors de ces cas précis, la télévision est majoritairement reléguée à une fonction littérale « d’animation » : c’est une présence rassurante en bruit de fond, qui permet de se distraire des préoccupations quotidiennes : se relâcher, se vider la tête et ainsi se préparer au sommeil. C’est comme si la télévision était devenue l’objet transitionnel du jeune adulte, un substitut du « doudou » de son enfance, qui permet de combler les silences et les vides du quotidien.

Fait de la compagnie, c’est de la présence. Avoir un bruit de fond. Avoir une compagnie. On a tout le temps de la présence.
Ça fait office de bruit de fond.
Dès que je suis chez moi, j’allume la télé.
Je la mets en bruit de fond. Je laisse la mosaïque juste pour avoir le son. Visuels + sons : fait appel à plusieurs sens. Avec la tv il y a le son, ça crée une ambiance.

49Pour conclure, on constate dans tous les cas une vraie évolution de l’usage de la télévision chez les 20-30 ans, où ce qui prime est la valeur d’ambiance du média plutôt que sa valeur instructive ou pratique.

Le rapport à la radio

Le média « élitiste »

50Contrairement à la télévision, la radio, bien que monosource et monofonction, conserve auprès de cette génération une forte valeur d’image. Ce média est en effet, crédité de sérieux pour son contenu jugé plus qualitatif que le contenu télévisuel, en raison des programmes ciblés d’actualité, de réflexion, de culture, de musique que les différentes radios proposent, qui paraissent plus sélectifs et pointus que les programmes « de masse » de la télévision hertzienne.

On s’abrutit moins qu’avec Internet ou la télévision. Il y a beaucoup plus de sujets traités de manière plus intelligente que sur la télévision. Écouter de la musique que je n’écoute pas toute seule de moi-même. C’est plus intéressant : Arthur est plus marrant à la radio.
Écouter les expériences des autres. C’est le meilleur média car c’est plus vivant. C’est plus réactif, plus interactif qu’Internet. On se sent beaucoup plus proches d’eux, il n’y a plus la barrière de l’écran.

51Autrement dit, la radio, ou plutôt les radios, de par leur spécialisation intrinsèque sur un créneau ou centre d’intérêt précis, et de par la pluralité de l’offre radiophonique, qui laisse une grande liberté de choix à l’auditeur, paraissent plus crédibles, aux yeux des jeunes adultes. Elles sont perçues comme moins génériques et unilatéralement orientées que la télévision : une perception à laquelle concourt, de manière sous-jacente, l’image rémanente des radios libres.

52Ainsi, dans la pratique, la radio constitue encore un rendez-vous d’exception pour une minorité des 20-30 ans rencontrés : il s’agit plutôt de trentenaires et de csp élevées, qui l’écoutent généralement dès le réveil. Elle représente pour cette frange d’auditeurs une façon de se distinguer par la dimension qualitative de leurs choix dans la mesure où ces jeunes adultes sont sensibles au « ton » d’une chronique ou à un « style » de musique, et ont besoin d’un regard « averti » sur l’actualité du jour pour commencer leur journée « plus intelligents » que la veille

Le matin : France info pour avoir un condensé et savoir ce qui s’est passé la nuit et la veille. En me préparant le matin : je sais ce qui se passe dans le monde. Info condensée à répétition.

Une valeur d’usage souvent circonscrite

53Néanmoins, dans les faits, on constate une faible valeur d’usage de la radio pour la majorité des 20-30 ans.

54Sur le plan psychologique tout d’abord, le fait de délaisser la radio marque symboliquement le passage à l’âge adulte, la rupture consommée avec les comportements de l’adolescence. À ce titre, il est d’ailleurs important de rappeler que nous avons délibérément choisi pour des raisons méthodologiques de recentrer l’étude sur les 20-30 ans au lieu de mener l’enquête auprès de l’échantillon initialement prévu de 15 à 30 ans. Il y a fort à parier que les résultats sur la pratique de la radio auraient sensiblement changés, si nous avions inclus des jeunes adultes de moins de 20 ans dans notre public cible.

J’écoutais beaucoup quand j’étais jeune, ado. Ce n’est plus de mon âge.

55En pratique, l’usage de la radio est objectivement cannibalisé par celui d’Internet où l’écoute est moins dirigée. On peut en effet écouter de la musique à partir de sa propre playlist, via des sites comme Deezer. Ces sites suggèrent en outre des auteurs ou titres à découvrir en fonction de ses goûts propres. Il est par ailleurs toujours possible de retrouver et de podcaster des émissions radio pour les écouter dans des créneaux horaires choisis à sa convenance. Autrement dit, Internet permet d’échapper aux contraintes de la diffusion collective.

Je n’en ai pas. Je n’écoute pas. J’écoute la radio sur Internet.
J’écoute mais juste la musique. Rires et chansons, c’est rigolo. J’écoute les radios tropicales et latines.
J’écoute moins la radio, deux fois dans le mois, car c’est toujours les mêmes chansons qui passent.

56Dans ce contexte, la radio est bien souvent réduite, et pas forcément intentionnellement, à une fonction purement mécanique de support « audio », principalement dans la voiture, en musique de fond, pour meubler le silence et l’attente dans les embouteillages.

Pour le matin pour se préparer, se réveiller, moins abrupt qu’un bip bip du réveil, ou dans la voiture.
Quand je mets la musique, on est heureux. Se distraire ; faire de la compagnie.
Dans la voiture, pour se détendre, avoir une présence.
Pour s’informer en conduisant. J’écoute la météo, les infos trafic dans la voiture.
C’est le journal des conducteurs. Quand on est dans les transports en commun, on a le petit journal.

57In fine, on constate que ce média change de statut pour la génération des 20-30 ans : il se repositionne vers le « haut de gamme » au sein du paysage médiatique, avec les atouts et les limites de la « rareté » symbolique qu’on lui attribue.

Le rapport à Internet

Le média « incontournable » de cette génération

58Sans surprise, Internet est devenu indispensable pour les 20-30 ans et représente pour eux l’outil complet du quotidien.

Indispensable. Complet. On va sur Internet pour des renseignements. Chercher des infos. Travailler.
Tout le temps, pour les loisirs aussi, quand on a envie de sortir.

59Par rapport aux autres médias, Internet offre, en effet, l’avantage d’une double promesse pratique :

60− Celle du gain de temps et du résultat immédiat, grâce à l’instantanéité et à la simultanéité des opérations :

Gain de temps. Immédiat. Rapide. Facilité. Instantané.
Tout, tout de suite.
Précis : on a juste à taper dans Google.

61– Celle de l’autonomie, puisqu’il permet à la fois d’avoir du choix – un choix infini de contenus et possibilités – et le libre choix de sa navigation :

C’est le « pot » où on trouve tout ce que l’on veut.
Interactif. Ludique. Interactif : on regarde, ce qu’on veut.
C’est quand on veut, c’est la liberté.

62De la sorte, il facilite tous les gestes et activités du quotidien, dans l’univers pro ou l’univers loisirs :

63− La réactualisation des news, potins… en temps et en heure :

Infos sur le moment, la presse écrite, en temps réel.

64− La recherche d’information, à l’infini :

Diversifié. Source d’information beaucoup plus importante. Richesse. Infini. Pour s’informer, s’instruire.
Mise à disposition de l’info. La base de données, tous les renseignements. Les sources différentes. Une entrée vers plein de sujets ; différents points de vue ; international.

65− La recherche d’emploi :

Pour trouver un job. Créer du réseau. Échanger des documents.

66− La vente et l’achat et ainsi la programmation de ses voyages, de sa consommation quotidienne, etc. :

Pour comparer ; acheter ; planifier les voyages. Billets de train. Une autre façon de vivre, de consommer.
Maintenant, on achète tout de suite avec l’accès instantané.

67− Le téléchargement, et ainsi le visionnage des films ou l’écoute de la musique avant même leur sortie sur le marché :

Pour se divertir. Jeux en ligne, poker. Vidéos marrantes.
Regarder des séries ; cd, dvd ; accès à des séries, films.

68− La communication par mail, ou en live via les forums et les tchats, ou en réseau via les sites communautaires du type Facebook, entretenant une interaction permanente avec les autres, abolissant les frontières, rapprochant les distances avec ceux qui sont le plus éloignés :

Communiquer ; les mails c’est central ; envoyer des cv, fichiers.
Diffuser. On peut partager avec tout le monde : s’il y a quelque chose qui nous marque je l’envoie tout de suite à mes amis sur le BlackBerry.
Discuter sur Facebook ; msn ; les forums aussi. Ça permet de retrouver des amis aussi, de vieux amis. On va sur leur page et on ne les contacte pas.
Communication avec n’importe qui. Intensifier les communications car je suis connectée 24 h sur 24 + conserver les liens (avec des gens qui habitent loin dans un autre pays) ; ça permet d’entretenir un lien avec des gens qu’on n’irait pas aller voir.

69En d’autres termes l’accès Internet constitue une sorte de « sésame », qui rend tout possible pour cette génération boulimique, dévoreuse d’informations et d’expériences. Il n’est pas étonnant, dans ce contexte, que ces jeunes adultes perçoivent Internet comme un appendice d’eux-mêmes sans lequel ils se sentiraient handicapés et limités, s’il venait à disparaître.

70Or, c’est justement là que le bât blesse car ils prennent conscience de leur dépendance à l’outil, ce qui aboutit à un renversement d’image du média, proportionnel à l’usage qu’ils en font.

Dépendance à Internet, à la multiplication des points d’accès : je ne me sens pas bien si je n’ai pas mon téléphone, si je l’ai oublié quelque part. J’essaie de résister à la dépendance, pour ne pas devenir un mouton. Moi, je ne peux pas me retenir, j’ai besoin d’avoir mon BlackBerry, je suis tout le temps connectée. Tout repose sur la technologie : si Facebook s’arrête, on n’a plus les moyens de contacter des gens que l’on connaît.

Mais une valeur d’image ambivalente : l’outil potentiel du dérèglement

71Tout d’abord, ils prennent conscience de l’ambivalence de la promesse d’immédiateté et de gain de temps au vu du temps réellement passé, et perdu au final, à errer sur la toile au fil de ses recherches ou à discuter et dialoguer avec les autres :

Beaucoup trop de temps ! Au bureau + à la maison = 6-7 h par jour Ça peut aller très vite : on fouine partout, ça nous occupe. On va regarder une info qui va nous amener à une autre puis à une autre ; on va d’un lien à l’autre… puis entre-temps, on regarde nos mails…

72Ils dénoncent ensuite les pièges d’Internet, les différents engrenages qui créent la dépendance, les dangers de l’addiction comme de la falsification :

73− La sursollicitation qui finit par les désorienter :

On perd son temps car on est très sollicité, dispersé ; on reste des heures pour ne rien faire.

74− Les sources indéfinies d’information ;à authentifier et vérifier :

On est une génération mise en garde sur les sources. On trouve tout et n’importe quoi. Les sources ne sont pas sûres. Il y a de tout dessus. Dans les forums, tout le monde raconte n’importe quoi.

75− Le piratage des informations comme le piratage financier :

On se sert de nous car on donne des tas d’infos sur nous sur Facebook. Il y a un côté dangereux car j’ai perdu de l’argent sur Internet (jeux de poker en ligne).

76− La communication virtuelle cannibalisant peu à peu les relations réelles et entraînant une relation superficielle à l’autre puisque c’est la présence en ligne plus que la nature de la relation amicale qui crée l’occasion de la discussion :

Impersonnel : on est une adresse IP ; superficialité : car c’est un peu de « vent ». C’est beaucoup de social sur quelque chose qui n’existe pas. Amis partout dans le monde mais cela nous éloigne. Rapproche tout en éloignant. On se croit ouvert au monde alors qu’on ne l’est pas forcément.
Dans l’immédiat. Crée du consumérisme partout, y compris quand on communique : on ne parle qu’avec des gens présents sur les réseaux.

77On voit poindre ainsi le fantasme latent de « l’ogre », à l’image de leur propre boulimie, la crainte du trou noir derrière l’écran, la crainte d’être happé dans le vortex d’un émetteur sans visage et d’un espace sans limite. Car c’est bien là le problème d’Internet, l’émetteur n’est pas forcément identifiable, et de toutes les manières, jamais incarné.

On est juste un pion derrière l’ordinateur.

Le phénomène « Facebook » : symptôme de cette ambivalence

78On ne peut traiter de la relation des 20-30 ans au Net sans parler de Facebook, véritable phénomène générationnel, considéré par certains comme une révolution technologique au même titre que l’apparition du Net :

Moi je pense que c’est une vraie révolution Facebook au même titre qu’Internet. Permet non seulement de retrouver et garder le contact avec ses amis mais de partager, s’échanger des photos, des vidéos…

79Facebook joue, à leurs yeux, le rôle d’un « people » universel ayant démocratisé les ressorts du star-system actuel à travers :

80– La starisation de soi au sein d’un cercle de plus en plus élargi de contacts où il devient capital pour ces jeunes adultes de se faire voir, de se faire remarquer, de créer l’événement à partir de non-événement, de faire parler de soi et d’avoir ses fans… tout comme une vraie star :

Tout le monde veut se montrer sur Facebook. On fait la même chose que les autres. On veut tous être les meilleurs.

81− La proximité renforcée aux stars du people dont on adopte les comportements et avec lesquels on peut d’ailleurs être amis sur le site :

C’est devenu une sorte de grand magazine people : on essaie tous de buzzer.
Mais du coup ça laisse plus de chances à tout le monde.
En plus, ce qui est bien fait, c’est que les people ont souvent leur propre fb.
On peut devenir amis avec la star et garder le contact avec elle.

82Autrement dit, Facebook devient l’outil incontournable de cette génération dont on a vu qu’elle aime à « être en représentation ». Mais, ce faisant, il contribue à l’abolition des frontières entre l’intime et le public, où non seulement on cherche à se donner en spectacle mais où on cherche également à tout savoir sur la vie des autres, à collecter les rumeurs et potins de son cercle d’anonymes.

83C’est ainsi qu’à leurs yeux, le site prédispose à une addiction sans fin, d’un côté par le miroir narcissique qu’il renvoie, répondant à l’aspiration fantasmatique de devenir une star, de l’autre par l’incitation à fouiner, surveiller, espionner autrui.

On balance sa vie sur tout le réseau. On est toujours tentés sur FB de voir ce que fait le voisin, si un tel sort avec une telle. On devient la fouine. C’est fou, c’est un engrenage : sur Facebook, on espionne la vie des gens. C’est du commérage, c’est savoir ce que font les autres.

84Enfin, Facebook constitue, pour cette génération, un passage obligé de l’intégration à la communauté des jeunes. C’est le moyen de rester en contact avec ses amis, d’être au courant des derniers potins ou des dernières modes, rites, défis, jeux… lancés, d’être invité aux fêtes ou événements des amis. Bref, c’est le seul moyen de rester en vue et de ne pas sombrer dans « l’oubli »

Avant je n’avais pas Facebook, je ne me tenais pas au courant. Aujourd’hui, j’ai un compte, et je reçois des invitations à des soirées. Il faut se tenir au courant pour s’intégrer socialement et connaître les nouveautés et garder des relations. Par Facebook et mails, on se donne rdv. Sinon, on est exclu.

85Se manifeste ainsi le piège latent d’un théâtre virtuel et collectif, où l’on partage tout sur tous, mais où l’on ne devient plus qu’un numéro (de contact).

Au-delà de l’aspect technologique, la dimension fantasmatique du Net

86Pour conclure sur les rapports des 20-30 ans au Net, son utilité technique incontestable n’est plus à démontrer :

Si Internet disparaît, on est foutus, perdus. Je suis perdue.
C’est pas possible, on retourne en arrière. c’est devenu un nouveau besoin ; pour voir un film, il faudrait acheter le Pariscope alors. On devrait regarder sur la carte l’endroit de rdv, je n’ai plus l’annuaire chez moi !

87Mais au-delà de cet aspect purement fonctionnel, il est intéressant de noter la dimension fantasmatique du Net pour les jeunes adultes d’aujourd’hui. Catalysant leurs aspirations les plus folles comme leurs craintes les plus terrifiantes, il ouvre à une richesse imaginaire qui leur permet de projeter le récit de leur propre vie non seulement sur Facebook, mais à travers l’ensemble de leurs actes sur le Web. Il leur permet en quelque sorte de se vivre comme des héros des temps modernes au quotidien : plus informés, plus avertis, plus astucieux, plus talentueux, plus créatifs, plus contactés… plus « connectés ».

Réflexe : infos min par min. On ne peut plus envoyer 200 cv ! – C’est une organisation de fou : pour donner rdv… on perd un moyen. Tout deviendrait plus long. Il faudrait prévoir, anticiper, réapprendre à anticiper.
On communiquera moins, perte du réseau, de la connexion.

Le rapport à la presse magazine

Pour les jeunes lecteurs : un média vraiment à part... non substituable.

88Dans ce contexte, il est étonnant de voir à quel point le lectorat des 20-30 ans est attaché aux magazines qu’il lit et au média presse en général. Preuve en est la réponse à cet exercice projectif, qui concluait les entretiens individuels comme ceux des groupes, où on les amenait à imaginer le rôle de la presse dans vingt ans. Même si certains pronostiquaient sa disparition et sa substitution par l’iPad pour les générations qui suivent, ils imaginaient que, pour leur part, en avançant en âge, ils continueraient à lire de la presse parce qu’ils étaient trop habitués à ce mode de lecture.

89Cela confirme un constat établi par d’autres études : le pronostic largement répandu de la disparition du média presse (au profit des médias numériques) vaut toujours pour les autres mais jamais pour soi ! Si on revient à nos jeunes adultes, pourtant bercés au numérique, on se rend compte que la presse joue un rôle vraiment à part dans leur paysage médiatique, difficile à remplacer par un autre média, y compris Internet.

L’atout image par rapport aux autres médias : la relation à un émetteur identifié

90À la différence de tous les autres médias (avec un bémol cependant pour la radio), la presse écrite bénéficie aux yeux de cette génération d’une forte valeur de caution liée à la présence d’un émetteur identifiable et responsable du contenu qu’il publie.

91Elle est, en effet, considérée comme la source d’information la plus fiable (mis à part les magazines people positionnés clairement sur le registre de la rumeur) car elle offre la garantie d’un contenu vérifié et validé par l’équipe de rédaction :

Dans la presse, il y a plus de travail, il y a plus de crédibilité.
Je fais plus confiance par rapport à Internet car il y a la source qui est digne de confiance.
La source est fiable dans un magazine. Le blog est moins fiable
Sur Internet, il peut y avoir n’importe qui qui écrit. Dans un journal, c’est filtré, c’est un journaliste.
Les magazines sont une valeur sûre. Ils sont engagés. Pas de dérapages de leur part pour l’instant.
C’est comme ça que c’est fait l’info en premier lieu. C’est ce qui a inspiré les autres médias

92Elle joue, en outre, pour cette génération en cours d’élaboration de sa vie d’adulte, une fonction pédagogique de transmission via :

93− La sélection d’informations inédites ou méconnues que l’on n’aurait pas cherchées ou trouvées par soi même :

Le magazine m’oblige à lire des choses qui ne m’intéressaient pas forcément au départ.

94− L’angle d’attaque des sujets qui collent souvent à leurs situations ou leurs préoccupations personnelles du moment :

Le magazine ne fait pas peur, c’est plus ancré dans la réalité, on a plus de repères.

95− Le souci du détail, écrit et visuel, à forte valeur d’apprentissage.

Ça va plus dans le détail, plus spécialisé. Même la pub, elle est pas comme à la télévision : pour s’informer, se cultiver.

96En d’autres termes, la presse magazine synthétise les atouts des autres médias dans une synergie positive : elle guide le lecteur en lui donnant des repères mais aussi en lui ouvrant des perspectives, sans compromettre pour autant son autonomie de lecture.

L’atout à l’usage : l’expérience d’une temporalité autre

97Comme on a pu l’apercevoir dans le chapitre introductif sur les comportements à domicile, la lecture de la presse papier, contrairement à la consultation en ligne ou le spectacle sur écran, conditionne un autre rapport au temps, en dehors de l’urgence propre à l’évolution du monde actuel et qui touche de plein fouet cette génération. Elle permet :

98− Un feuilletage à son rythme et dans le sens que l’on veut, à l’opposé du défilé permanent des contenus sur écran :

Le support papier : symbole de détente contrairement à Internet. Le plaisir de tourner les pages : ça me relaxe.

99− Une appréhension de l’information dans sa continuité avec la possibilité d’y revenir, de la relire, à l’inverse de l’appréhension discontinue du flux d’informations sur le Net dans une constante apparition et disparition des contenus.

Quand on prend un journal, on est au calme.
Le magazine, on le pose, on le reprend.

100Elle représente une occasion de s’extraire des mécanismes, automatismes conditionnés par les technologies du quotidien, devenant ainsi le seul média où l’utilisateur demeure « acteur » de son utilisation plutôt que de verser dans la soumission passive (quand il regarde la télévision) ou dans l’addiction (quand il va sur le Net).

Détente au calme ça me relaxe alors qu’avec Internet on est sollicités sur plein de choses.
Calme ; pas de réseau ; s’isoler ; ça me relaxe.

101C’est pourquoi elle constitue pour ce lectorat de jeunes adultes un rendez-vous privilégié, qui ouvre à des rituels à forte valeur de plaisir :

102− Le rituel du choix et de l’achat en kiosque :

J’ai toujours acheté des magazines. Il y a des rituels, c’est un cadeau. On attend qu’il sorte. On se demande quand on va le sortir. Pour Internet, c’est trop immédiat.
C’est du plaisir : on se prépare plus à ça, à aller l’acheter, à prévoir une plage pour le lire.

103− Les rituels d’appropriation intime : chez soi/ailleurs… dans son sac/ dans son lit…

Envie de se faire plaisir, de se changer les idées.
Quand on a une plage de libre.
rer le matin, dans les transports. Dans le train, les vacances.
Le week-end, le midi

104En conclusion, dans un contexte de stress dû à l’accélération du monde que reproduisent fortement les médias audiovisuels ou numériques, la lecture de la presse est le seul moment pour le jeune adulte où il a une action sur le temps, qu’il gère à sa guise, et où il fait l’expérience de la liberté retrouvée. Le libre choix des thèmes, du mode de lecture, ce temps à soi lui permettent de se poser, de se recentrer, de se rééquilibrer face à la course folle de l’environnement extérieur.

Au cœur de l’attachement : un rapport singulier à l’objet « magazine » et à son contenu

105Ce rapport différent au temps est fortement déterminé par la dimension concrète de l’objet magazine. La relation inhérente au papier, au format et au volume et au contenu imprimé, prend une valeur très singulière pour cette génération habituée au numérique : elle est perçue comme un luxe dont ils tiennent à garder le privilège et sur lequel ils se sont amplement exprimés, en entretien comme en groupe.

Un objet qui « a du corps »

106Les jeunes adultes lecteurs de presse valorisent l’aspect très concret et tactile du papier. Sa dimension sensuelle accroît le plaisir du feuilletage, le plaisir de tourner la page à son rythme, dans le sens que l’on veut et qui permet, contrairement à Internet, à la fois d’appréhender le contenu au fil de sa continuité tout en choisissant les endroits où l’on s’arrête :

Il n’y aurait plus cette magie du papier : très sensuel, très tactile. Y a un autre sens qui est sollicité.
Quand on en a marre, on tourne.
Sur écran c’est chiant, faut dérouler, alors que là on tourne.
C’est important le toucher, tourner une page : tout ce qui est iPhone ne pourra jamais le remplacer.
Si la presse disparaît, on imprime Internet car on a besoin d’un support papier.

107Le format du magazine et son volume préhensible le rendent transportable et manipulable à souhait : pliable (dans son sac), découpable, déchirable ou au contraire annotable... ce qui favorise l’appropriation intime du support :

Le support est plus agréable ; un journal, c’est plus concret. Plaisir de lire, plus ancré dans la réalité.
C’est matériel. À la plage on s’en fout, on jette, on le déchire.
Très portatif, on peut aller partout.
Quand j’étudiais, je stabilotais sur des livres et j’ai gardé le réflexe.

108Il s’installe de la sorte un rapport très physique aux contenus rédactionnels que ces jeunes adultes détaillent de façon méticuleuse, souvent d’ailleurs en les pointant du doigt sur la page. Les photos, en particulier, prennent une tout autre dimension que les photos sur écran. Beaucoup plus incarnées, elles font ressortir le ressenti et le vécu anecdotique de la situation, de la scène de vie ou du portrait, et instaurent de ce fait une familiarité immédiate avec le sujet :

Je peux me concentrer sur une photo ou une pub, analyser tous les détails d’une tenue, d’un maquillage…
Je peux rester des heures à regarder les photos, là, je me fais plaisir.

109Il s’ensuit, enfin, un rapport esthétique aux codes du magazine, les 20-30 ans accordant une importance forte à la mise en page, à la mise en forme au graphisme, aux couleurs et aux « fioritures » de style.

Papier glacé, c’est sympa, quelque chose de mis en page, il y a un cadre, on peut visualiser le support.

110Mais le plus frappant dans le discours de ces jeunes adultes est le sentiment que la transmission du magazine est irremplaçable : à travers cet objet qui a « du corps », le savoir prend « corps ».

Un savoir qui « prend corps »

111En effet, le contenu imprimé, du fait qu’il est tangible et durable, est pour eux plus aisé à intégrer que le contenu numérique : facile à conserver contrairement aux feuilles volantes des impressions à partir du Net ; facile à quantifier, permettant de se rendre compte de ce qu’on a lu ou pas, retenu ou pas ; facile à détailler et à décortiquer, ce qui favorise l’assimilation personnelle et intime de cette « matière » palpable ; facile à relire, ce qui permet de mieux le digérer. Autrement dit, la dimension concrète et incarnée du contenu le rend bien plus mémorisable :

J’ai des articles découpés que je garde. Sur Internet, c’est éphémère. J’ai l’impression de moins perdre mon temps en lisant un magazine. Permet de quantifier ce qu’on a lu. On peut revenir dessus. J’intègre mieux l’information. On retient mieux ce qu’on lit.
Je retiens mieux sur format papier parce que c’est plus palpable. Je ne retiens pas sur écran : faut que je me concentre plus.
J’ai besoin de regarder avec les mains. C’est plus concret. Sur l’écran, ça donne mal aux yeux. On se souvient moins sur Internet. On intègre moins.

112Le magazine devient ainsi, pour ce lectorat jeune adulte, un outil réel de transmission de culture générale. C’est un condensé contemporain du livre, couvrant le champ de la vie quotidienne, offrant l’efficacité d’un savoir empirique, plus facilement transposable à soi :

Sur Internet, ce sera le stagiaire qui va faire la dépêche. Et il n’y a pas de style journalistique. Du coup, le cerveau enregistre moins l’orthographe.
C’est la presse qui nous fait lire. Le seul relais de l’instruction pour tout le monde. Je viens d’une famille d’immigrés. On apprend à s’exprimer en bon français, d’abord à l’écrit. J’ai appris à m’exprimer sur le modèle des livres et des journaux.
Sans presse ce serait un monde moins informé et moins intelligent. Ça serait tuer l’éducation. Aujourd’hui, les magazines m’éduquent à la mode : on sait ce qu’il faut avoir, éviter. On s’inspire en fait par rapport à son goût personnel.

113Pour conclure, l’originalité de ce média, loin d’être obsolète pour cette génération, réside dans la dimension « matérielle » du papier et de l’imprimé, qui permet d’ancrer le sujet dans le réel et la lecture dans la réalité du rapport à soi, contrairement au contenu virtuel de l’écran numérique, et surtout de rendre intelligible les réalités décrites par le sensible.

Dans les faits et pour la majorité : la lecture simultanée et assumée d’une presse distractive et d’une presse sérieuse

114Ce qui caractérise le lectorat des 20-30 ans, c’est qu’à l’unanimité ils assument pleinement la lecture d’une presse purement distractive (people par exemple) et d’une presse « sérieuse », si l’on reprend leurs propres termes.

C’est énorme, il y en a de plus en plus. Côté thématique avec deux sortes : divertissant comme la presse people ou des magazines pour s’informer. On peut lire les deux catégories : Connaissances des arts et Public.

115La presse dite sérieuse recouvre pour eux la presse culturelle, mais aussi la presse économique, autrement dit la presse spécialisée dans un domaine de compétence, choisi en fonction de leurs centres d’intérêt et souvent en rapport avec leurs études ou leur activité professionnelle.

116Cette presse pointue est appréciée pour ses fonctions ciblées : information et mise à jour des évolutions dans le domaine concerné, approfondissement des connaissances et de la culture personnelle :

Des journaux spécialisés. Ils sont plus ciblés. J’aime bien les journaux sur les thèmes précis. Si on aime un thème en particulier, on a tout condensé sur un thème. Pour rester informé.
De la culture, information précise, argumentée, détaillée. Des bons plans. Je peux rechercher des articles davantage de fond.
Si je n’avais pas le mien, je serais perdue dans mes études. Dans mon métier, je lis beaucoup de magazines spécialisés (Challenge, journaux économiques), j’ai eu l’habitude d’étudier sur des bouquins, c’est plus sérieux.

117Elle plaît également parce qu’elle valorise les compétences du lecteur, en renforçant son « expertise » sur le sujet, en faisant écho à sa culture et à ses talents, professionnels ou artistiques.

Il y a un côté plus professionnel. Ça apporte une connaissance pour le boulot ou pour la culture personnelle.
Dans mon métier, j’ai besoin d’être tenue tout le temps au courant, je reste très concentrée dans mon domaine. Connaissances des arts : c’est plus gratifiant, on a besoin de plus de concentration.

118La presse distractive inclut pour les jeunes adultes les magazines people, les magazines trash et les féminins, qui correspondent davantage à leurs loisirs qu’à leurs passions ou spécialisation dans un domaine particulier. Elle remplit la fonction première de la presse aux yeux de ce lectorat des 20-30 ans : celle de « soupape » répondant à leur besoin de légèreté. En effet, elle dédramatise le monde environnant via le jeu, le rire, la dimension fortement empirique, vécue ou pratique.

La presse people, ce n’est pas sérieux. Journaux pas pointus, c’est pour se détendre. Ça sert à passer le temps. Ça change les idées.
Se divertir pour s’évader, oublier les tracas. Permet de penser à rien avec Closer, c’est léger, ça ne remet pas en question les choix de vie.

119Contrairement à la presse « sérieuse » qui s’adresse clairement aux compétences du lecteur, cette presse plus intime et sans enjeu valorise davantage les traits de personnalité du jeune lecteur : elle fait allusion, sur le mode du clin d’œil, à son humeur et son humour, elle fait écho à son look, à son style vestimentaire et son style de vie, elle lui offre la possibilité de se situer par rapport aux autres :

C’est concis. C’est simple, c’est que des photos. Dans les magazines people, il n’y a pas de texte. Il n’y a que des images. Je regarde juste les photos, de toute façon, il n’y a rien à lire.
C’est pas cher du tout car c’est vite fait ! Public : En 10 min, c’est fini. Quand on est claqué, on le regarde. Car on a besoin de ne pas être sérieux quand on est en vacances. C’est un magazine de transport ou de vacances. Ils disent tous la même chose.
C’est pour commérer, regarder les stars. Comment les stars s’habillent. Qui a de la cellulite sur la plage. J’ai une amie qui s’habille comme les stars. Elle lit les magazines pour ça.

120Au final, on voit que ce choix de lecture binaire propre aux 20-30 ans leur permet, en fait, de concilier deux registres a priori opposés, et ainsi de se « réconcilier » avec eux-mêmes, ce qui est capital pour cette génération en proie à la dispersion et à la perte de repères.

En conclusion : un rôle unique de la presse magazine dans le paysage médiatique, pour les jeunes lecteurs de 20 à 30 ans

121S’il est vrai que le média représentatif et incontournable de cette génération est Internet, la montée en puissance des écrans technologiques ne semble pas menacer la presse magazine, mais bien l’écran « de masse », à savoir la télévision, reléguée au rang de parent pauvre du Net sur tous les plans, pratique et idéologique. Ceci n’exclut pas la caducité de certaines familles de magazines ou d’une certaine approche du magazine :

On est la dernière génération attachée aux magazines. On sera toujours attachés au papier. Car on a grandi avec les magazines. Il y a un côté confort. Y aura moins d’intérêt de la jeune génération : ils baignent dans le numérique. Nous, on sera toujours attachés au papier.

122Bien au contraire, pour les nouvelles générations, la complémentarité de la presse magazine avec le Net, non seulement se confirme mais se conforte et devient essentielle. Dans une fonction de rééquilibrage, de recentrage, de réassurance, elle permet de se réancrer dans le réel, reconnecter à soi-même, de retrouver des repères, de se cultiver... et d’ainsi échapper aux dérives de l’hyperconnexion : cannibalisation, dispersion, déréalisation des rapports :

Ça dépend laquelle. Il existe déjà des magazines people par région, par ville. Les plus nouveaux que Oops vont évoluer avec la société. Oops sera « has been » comme Voici aujourd’hui. La presse spécialisée va souffrir d’Internet mais elle va survivre. Les trucs que je trouve dans la presse spécialisée, je ne vais pas le retrouver sur Internet. Il y a plus de crédibilité.
Nous, on a encore besoin de tenir notre journal, de le lire quand on veut, de le mettre dans son sac, etc. On aura toujours ce plaisir. Ils s’amélioreront, il y aura du relief, de la matière, des échantillons. Ce sera plus beau.

123Le bouleversement technologique des médias offre donc, en ce début de siècle, l’occasion de réactualiser la vocation première de la presse écrite et de lui donner tout son sens, à savoir : l’expression de la liberté de pensée et d’action, en l’occurrence celle des jeunes lecteurs à venir.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter