Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation médiévale

Chapitre 12. L’organisation du terroir au moyen âge

Michèle Bois

Texte intégral

1Si les sources et les terriers de l’Ancien Régime permettent de reconstituer dans ses grandes lignes la topographie de la cité épiscopale, les textes mettent aussi en évidence, autour de l’agglomération, quelques sites ruraux regroupant une partie de la population médiévale.

119 – Carte archéologique des campagnes médiévales

119 – Carte archéologique des campagnes médiévales

Sainte-Juste

2La colline dénommée Sainte-Juste se trouve en position dominante immédiatement au sud de la ville. Elle porte de nos jours une petite chapelle reconstruite au début du XIXe s. juste au-dessus de l’emplacement d’une autre, plus ancienne. La mention d’une parcelle dite ad Motam subtus Sanctam Justam (f° 93) dans le terrier de 1507, prouve qu’elle existait déjà sous ce vocable au début du XVIe s. Le site a été considérablement affecté par l’exploitation de la pierre à bâtir jusqu’au début de ce siècle. Des tessons de céramique grise, un silo ovoïde creusé dans le rocher, des fragments de maçonnerie remployés dans l’édifice de la première chapelle témoignent cependant d’une occupation comprise entre l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge (fig. 119).

3Tous les diplômes impériaux mentionnent le nativum saxum quod antiquo vocabulo Tutela vocatur, c’est-à-dire le rocher dénommé Tutela dans la langue courante des XIIe et XIIIe s. (Cart, de Richerenches, n° 90 et Cart. de Saint-Paul, n° 15) et font défense à quiconque,

« à aucun juge, aucun comte, aucun puissant (podestat) d’y construire une fortification si ce n’est à l’évêque et à ses successeurs (nullus judex publicus, nullus comes, nulla potestas, monitionem aliquam construere nisi predictus episcopus aut successores illius) »(Cart. de Saint-Paul, n° 5, 6, 7, 8 et p. 159, n. 7).

4De Font-Réaulx traduit saxum nativum par carrière, ce qui semble restreindre l’importance de ce piton rocheux qui constituait plus une menace pour la ville, dans le cas où il serait aux mains d’un ennemi, qu’une source de richesse, dans une région où la pierre à bâtir abonde.

5Une enquête ordonnée par l’évêque vers 1215 afin de définir ses droits et ceux de Giraud Adhémar dans la cité, montre que ce dernier avait obtenu le mandement de Tutella en fief de l’évêque (Cart. de Saint-Paul n° 15) mais ne précise guère ce qu’il y tenait véritablement.

Châtillon

6Le nom de cette colline qui évoque une fortification était aussi un patronyme, celui d’Etienne de Châtillon. En 1108, les frères Granet abandonnent à l’évêque ce qu’ils percevaient à Saint-Paul et son territoire, à Saint-Restitut et son territoire, ainsi qu’à Châtillon, colline épiscopale avec la forêt et le territoire de chasse (G.C.N. n° 53) (fig. 119).

7En 1147, Stephanus de Castellone est présent comme témoin d’une donation à Richerenches avec en particulier l’évêque de Saint-Paul, trois religieux tricastins, le capiscol, un chanoine et un clerc, et Guillaume de Saint-Paul (n° 60). Un homonyme, probablement son descendant, Stephanus de Chastillio ou de Chastelione, figure dans le Cartulaire de Saint-Paul en 1211 (n° 22) et 1212 (n° 31). En 1216, un différent opposa ce dernier au doyen de l’église de Saint-Paul à propos d’une vente de parcelles sises à proximité du « cloître »pour un montant de 400 sous viennois (G.C.N. n° 127).

8Le site a été largement exploité par des carrières de pierres à bâtir et des meulières dont il subsiste des traces évidentes d’extraction manuelle (à l’escoude et non à la scie), donc antérieures aux méthodes de la fin du XIXe s. Un texte rapporté de façon peu compréhensible par Boyer de Sainte-Marthe (1710, p. 70) fait état d’une carrière dite de Châtillon, mais située à Piéjoux, donnée en 1210 au chapitre par Raymond du Thor et Pons de Caderousse, une redevance de 2 deniers était exigée pour chaque meule de moulin qui en était extraite.

9En 1507, le terrier de l’évêque signale des vignes au quartier de Châtillon. L’une a pour confront des rochers du côté sud et à l’est, balma Chatilhonis (f° 109). Cette mention de baume pourrait bien indiquer qu’il existait en cet endroit un habitat rupestre semblable à ceux de Barry ou de Baume-de-Transit.

Venterol

10Le Cartulaire de Richerenches mentionne dès 1138 un castellum ou oppidum de Ventoirol, dans lequel se trouve la maison (domus) de Guillaume de la Baume qui fait don aux Templiers de son honor, biens fonciers ou perception de cens sur des habitants de ce lieu et de Baumes et où existait un chapelain en 1151 (n° 31 et 71) (fig. 119).

11Dans le cartulaire de l’évêché, le tènement de castrum de Ventairols, entre la cité tricastine et le castrum de Claensaias, est mentionné expressément pour situer un « affare »qui fait l’objet d’un hommage à l’évêque par Raimond Granet en 1239 (n° 108). Ce personnage paraît par ailleurs sur un pied d’égalité avec Guillaume de Saint-Paul et faisait donation au Temple avec son frère Pierre, d’une domunculam proche de l’église Saint-Jean. Il s’agit très probablement des descendants de l’ancien viguier et du baile en 1108 (G.C.N. n° 53). Il est possible que le nom du Plan Granet (planum des Grannietz f° 303 du terrier de 1507) vienne de cette famille apparentée par ailleurs avec celle de Grignan (Cart. de Richerenches n° 181, 195).

12Ce site occupait probablement le sommet de la colline de Venterol, au nord-nord-est de la ville, d’où l’on peut surveiller aisément le col de la Justice ouvrant sur Vallaurie et la vallée de la Berre. Il se présente aujourd’hui comme un chaos de rochers de grès roux qui surmontent l’étage sableux. Ce chaos pourrait être dû aux violents tremblements de terre signalés à Clansayes et Solérieu à la fin du XVIIIe s. (Lacroix 18631893. II, p. 246 à 257). Bien qu’il ne subsiste aucun vestige évident d’aménagement humain, on peut émettre l’hypothèse que la configuration actuelle des lieux résulte de l’effondrement d’habitats rupestres répartis sur le pourtour du banc de grès.

Les Tours

13En 1181, une donation aux Templiers passée entre les mains de l’évêque de Saint-Paul, mentionne à côté de biens proprements tricastins, un castrum des Tours, quicquid juris habeo in castro quod dicitur Torres vel ejus mandamento (Cart. de Richerenches n° 245). En 1147, Raimundus de Turribus était déjà présent à Richerenches en même temps que les notables tricastins accompagnant Etienne de Chatillon (Cart. de Richerenches n° 110) (fig. 119).

14Au XIIIe s. , le tènement de Turribus figure dans le Cartulaire de l’évêché : en 1234, le chanoine Imbert de Rac reconnaît à l’évêque en fief libre tout ce qu’il y possède (Cart. de Saint-Paul n° 110).

15Une ferme située entre Venterol et Châtillon, aujourd’hui sur la commune de Clansayes, porte le nom Les Tours, sur la carte I.G.N. et Châtelard sur le cadastre de Clansayes en 1810. Cependant le castrum médiéval n’a pas été localisé.

Belvezer

16Ce toponyme, présent dans le cartulaire de l’évêché a été traduit par l’éditeur en Bellevue. Or il ne semble pas désigner un lieu proche de l’actuel château de Bellevue, mais plutôt un quartier situé vers la montagne de Saint-Restitut où se trouvent des pierrières et des meulières (Cart. de Saint-Paul n° 89, 123, 124,129). Des vergers qui occupent sans doute un secteur abrité du vent et des gelées, sont exploités aussi par une dizaine de tenanciers différents dans son terroir feudum et territorium. Il est possible que ce secteur ait aussi porté antérieurement un point fortifié qu’il faut chercher en raison de son nom, Beauvoir, au sommet d’un des points culminants du plateau de Saint-Restitut (fig. 119).

Chamier

17On ne sait exactement quand les Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem installèrent une commanderie à Charnier, Chammeier en langue romane du XIIe s. (Cart. de Richerenches n° 90). Mais en 1230, un arbitrage met en présence frère Johannes Guarsos preceptor Sancti Johannis ou Campi Meierii qui approuvait un échange de dîmes entre l’évêque et l’operarius tricastins (Cart. de Saint-Paul n° 162). Cependant en 1235, c’est le précepteur de la commanderie d’Orange qui s’oppose à l’évêque à propos de droits concernant les maisons de Charnier et de Thoronne (n° 97). Il est spécifié alors que Charnier ne possède ni cimetière, ni paroisse et que la juridiction de l’évêque s’exerce dans son tènement de la même manière que les autres parties du territoire tricastin (fig. 119).

18Les Hospitaliers ne conservèrent pas cette dépendance au-delà du premier quart du XIVe s. puisque le commandeur de Poët-Laval échangea la métairie de Champmeyer contre le tiers de la seigneurie de Dieulefit détenue par Agoult de Baux seigneur de Plaisians, et sa femme Catherine Arthaud fille d’Hugues d’Aix (en Diois), entre 1320 et 1324 (Barthélémy 1882, n° 1022 ; C.G.N. n° 221). Une mention du terrier de 1507 signale qu’en 1426, la bastida de Chamyer était tenue par Jean Arthaud père de Aymard Arthaud (f° 320). Ces Artaud appartenaient probablement à la famille tricastine descendant de Petrus Artaldi frère de Guillaume de Saint-Paul (Cart. de Saint-Paul, n° 128).

Saint-Vincent

19Saint-Vincent était une église située aussi bien à l’extérieur de la cité épiscopale qu’à l’extérieur de la cité antique. Des découvertes ont été faites à proximité, en particulier des sépultures qui longent le mur nord du bâtiment encore conservé (fig. 119).

20On ne possède aucun renseignement sur Saint-Vincent avant 1203, date d’un acte concernant le partage des droits seigneuriaux entre l’évêque et les Templiers (G.C.N. col 714). À cette époque, Saint-Vincent était ruinée. Les mentions d’une église ou d’un prieur de Saint-Vincent figurant dans le Cartulaire de Richerenches concernent Saint-Vincent de Visan. Il semble qu’au XIIe s., les Templiers n’aient été qu’en possession de Saint-Jean à l’intérieur de la ville.

21La liste des biens des Templiers que les Hospitaliers rétrocédèrent au pape le 21 juin 1317, mentionne une

« maison ou petite maison qui appartenait au ci-devant ordre de la milice du Temple »(domus sen domuncula que fuit quondam ordinis prefate militie Templi).

22Elle est située sous Saint-Paul mais dans son terroir (subtus sanctum Paulum in ejus districtu), et donc hors du Comtat Venaissin (extra comitatum Venaysini), avec une chapelle (cum capelle), et des maisons, terres, prés, vignes, moulins et autres (domibus, terris, pratis, vineis, molendinis et aliis) qui appartenaient aux Hospitaliers en raison de ladite maison (ad ipsum Hospitale ratione dicte domus spectantibus) (Faure 1909, p. 206). Ce texte, bien qu’il ne mentionne pas explicitement Saint-Vincent paraît bien s’y appliquer : il s’agit d’un domaine subtus Sanctum Paulum, donc hors les murs.

Le quartier des moulins

  • 124 Fouilles du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence sous la direction de A. Beeching.

23Lors de la fouille d’un important gisement néolithique124 ont été découvertes de nombreuses fosses silo converties en dépotoirs. Malheureusement elles ne peuvent être mises en relation avec aucun site d’habitat (fig. 119).

24Les mentions des textes des XIIe et XIIIe s. permettent d’avancer que la population s’était répartie durant le Haut Moyen Âge sur les sites perchés situés à proximité. Au début du XIIIe s., ces lieux n’apparaissent jamais en tant que centre d’habitat comme Venterol au siècle précédent. Cela est peut-être dû à la nature de la documentation, mais il est significatif qu’ils disparaissent ensuite des textes et que Ton n’y retrouve aucun vestige. Parallèlement, il est certain que l’évêque affermit ses droits sur le terroir de sa cité dès 1180. Cette action a-t-elle véritablement entraîné une concentration de la population à l’intérieur de la ville ou bien cette concentration était-elle déjà amorcée auparavant ?

Notes

124 Fouilles du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence sous la direction de A. Beeching.

Table des illustrations

Titre 119 – Carte archéologique des campagnes médiévales
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k

Auteur

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access