Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation médiévale

Chapitre 8. Les premiers évêques de Saint-Paul-Trois-Châteaux

Michèle Bois

Texte intégral

1Aujourd’hui simple chef-lieu de canton, Saint-Paul-Trois-Châteaux fut à l’origine chef-lieu de civitas gallo-romaine, puis siège d’évêché jusqu’à la fin de l’ancien régime. Cette civitas Tricastinorum, mentionnée dans la Notifia Galliarum comme faisant partie de la province de Viennoise, ne fut probablement pas dotée d’un évêque avant le Ve s. : la liste des évêques, dont l’épiscopat peut être situé chronologiquement avec certitude, commence seulement en 517. Les mentions des évêques présents aux conciles réunis régulièrement à cette époque nous permettent de suivre leur succession jusqu’au milieu du VIIe s. Et les sources littéraires viennent confirmer et compléter quelque peu ces renseignements. Il faut attendre ensuite le début du Xe s. pour retrouver un acte authentique mentionnant un prélat tricastin : il s’agit de Laudonée, qui est évêque d’Orange et de Saint-Paul-Trois-Châteaux (G.C.N. Orange n° 39). La séparation définitive de ces deux évêchés, unis depuis si longtemps que l’on en avait oublié les limites exactes (Malbois 1925), n’aura lieu qu’au début du XIIe s.

2Nous ne disposons actuellement que de très peu d’informations sur les premiers temps chrétiens de la cité tricastine : pas d’épitaphe paléo-chrétienne (mis à part celle datée de 548, de Saint-Restitut : CIL, t. XII, n° 1729), aucun vestige de lieu de culte que l’on puisse dater d’une époque antérieure aux édifices actuellement connus, et seulement de rares mentions dans des textes de l’Antiquité tardive ou du Haut Moyen Âge. De plus, les quelques traditions conservées au sein de l’église locale ne concordent guère avec les documents recueillis par ailleurs. En conséquence, les informations rassemblées posent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

La ville de l’antiquité tardive : le témoignage de Sidoine Apollinaire

3Une lettre de Sidoine Apollinaire (430-489) mentionne la cité des Tricastins parmi les villes de la vallée du Rhône que l’évêque de Lyon, Patiens, a ravitaillée en blé :

« Après les pillages des Goths et l’incendie des moissons, tu as envoyé gratuitement pour le besoin public et à tes frais du blé à travers les Gaules dévastées. Et si je ne suis pas capable de dire entièrement de quels remerciements se sont acquittés auprès de toi des habitants d’Arles, de Riez et d’Avignon, ainsi que le responsable de la ville d’Orange, d’Alba, de Valence et de Saint-Paul-Trois-Châteaux, c’est parce qu’il est difficile de mesurer tout à fait les vœux de ceux pour qui tu as su rassembler de la nourriture sans argent ». (G.C.N. n° 12, Sidoine Apollinaire, Ep., lib. VI, ep. 12, traduction M. Bois).

4La disette à laquelle il est fait allusion est due à la campagne d’expansion du roi wisigoth Euric en direction de la vallée du Rhône en 470-471. À cette époque, l’empire romain d’Occident est en train de s’effacer au profit des royaumes germaniques : les Wisigoths sont déjà maîtres du sud-ouest de la Gaule, les Ostrogoths tiennent l’Italie, et les Burgondes, installés entre Lyon et Genève, étendent leur domination vers le sud. Ne restent véritablement gallo-romains, et pour peu de temps, que l’Auvergne (Sidoine Apollinaire est évêque de Clermont) et le sud de la Provence. Le rôle de Γ évêque de Lyon, qui contribue de ses propres deniers à l’organisation des secours, est tout à fait comparable à celui des magistrats de l’Antiquité : ceux-ci se devaient d’investir les revenus de leur fortune personnelle pour le bien public.

5Peut-on identifier le responsable (possessor) des villes avec le personnage qui en occupe le siège épiscopal ? Sous la domination germanique, les évêques représentent une force politique qui commence à en faire les véritables chefs des cités. Mais que reste-t-il au juste de l’organisation municipale ? Dans certains cas, comme à Saint-Paul-Trois-Châteaux, l’évêque restera véritablement maître de la cité : la Vie de saint Paul lui attribue des travaux de fortifications importants, et l’on sait que l’évêque resta le seigneur temporel de la ville jusqu’à la Révolution. Mais aucun nom de prélat ne peut être avancé avec certitude pour cette période, l’évêque Paul présent au concile de Valence en 374 n’étant sans doute pas tricastin (G.C.N. Saint-Paul n° 16 à 24 et G.C.N. Orange n° 27 à 30).

Les évêques historiquement attestés

  • -Florent fut présent au concile d’Epaone (que l’on a identifié avec Saint-Romain-d’Albon dans le nord de la Drôme) le 15 septembre 517. Encore convient-il de préciser que Florent semble avoir occupé aussi le siège d’Orange, mais il est difficile de savoir si ce fut simultanément ou seulement par la suite (G.C.N. Saint-Paul n° 13 à 15 et G.C.N. Orange n° 23 à 25).

  • Héracle, qui succéda à l’évêque Florent, vécut à la fin du Ve s. et dans la première moitié du VIe s. Il est connu dès avant son épiscopat grâce à la correspondance de saint Avit, évêque de Vienne. Celle-ci renfermait quatre lettres échangées entre les deux personnages, lettres datées des environs de l’an 500. Héracle n’est pas encore évêque et il est seulement appelé « homme illustre » par Avit. C’est un sénateur et il vient de prendre la défense de la foi catholique devant le roi burgonde Gondebaud, fidèle à l’hérésie arienne. Son nom apparaît ensuite dans des actes de concile datés entre 527 et 541. Et c’est sous son épiscopat que les Francs occupèrent la région en chassant les Burgondes puis les Ostrogoths.

  • Victor, son successeur, est cité par Grégoire de Tours, son contemporain, évêque de la ville dont il porte le nom, dans son Histoire des Francs :

« Alors une révolte éclate contre les évêque s Salonius et Sagittaire. Ces personnages, qui avaient été éduqués par saint Nizier, évêque de Lyon, étaient parvenus à la dignité du diaconat et c’est de son temps que Salonius fut désigné comme évêque de la ville d’Embrun et Sagittaire de celle de Gap. Mais l’épiscopat obtenu, et livrés à leurs caprices, ils commencèrent avec une fureur folle à se lancer dans les coups de main, les massacres, les homicides, les adultères et divers autres crimes. C’est ainsi qu’un jour où Victor, évêque de Trois-Châteaux, célébrait solennellement l’anniversaire de sa naissance, ils envoyèrent une troupe qui, avec épées et flèches, se jeta sur lui. En arrivant, ces gens déchirèrent ses vêtements, maltraitèrent ses serviteurs, en emportant les vases et toute la vaisselle du festin et en laissant l’évêque sous le coup de ces graves outrages. Dès que le roi Gontran l’eut appris, il fit réunir un synode dans la ville de Lyon. Les évêques rassemblés chez le patriarche, le bienheureux Nizier, après avoir discuté de l’affaire, trouvèrent que les inculpés étaient convaincus des crimes dont ils étaient accusés et ordonnèrent que ceux qui avaient commis de tels forfaits fussent privés de la dignité de l’épiscopat. Mais ces derniers, qui savaient que le roi avait pour eux de l’indulgence, vont le trouver en se plaignant d’avoir été injustement destitués et en demandant qu’on leur accordât la permission de pouvoir se rendre auprès du pape de la ville de Rome.
Le roi donc, accueillant leurs pétitions, leur donna des lettres et leur permit de partir. En se présentant devant le pape Jean, ceux-ci exposent qu’ils ont été destitués sans aucune raison notable. Celui-là adresse alors au roi des lettres dans lesquelles il ordonne que lesdits (évêques) soient rétablis sur leurs sièges. Le roi exécute sans tarder cet ordre après les avoir longuement réprimandés ; mais ce qui est plus fâcheux, aucun amendement ne s’ensuivit. Toutefois, ils demandèrent à/’évêque Victor de faire la paix après lui avoir livré les hommes qu’ils avaient envoyés pour provoquer la sédition. Mais ce dernier, s’étant souvenu du précepte du Seigneur selon lequel on ne doit pas rendre aux ennemis maux pour maux, leur permit de s’en aller en liberté sans leur faire de mal. Aussi fut-il dans la suite suspendu de la communion pour avoir, après une accusation publique, fait grâce à ses ennemis secrètement sans consulter les frères devant qui il avait porté l’accusation. Mais, par une faveur du roi, il fut de nouveau réintégré dans la communion »
. (Grégoire de Tours 1963, Livre V, Chap. XX).

6Les faits rapportés par Grégoire de Tours sont exacts et l’on sait, par les actes du concile de Lyon datés entre 567 et 570, que l’évêque Victor n’y assista pas en personne et qu’il s’y fit représenter par le prêtre Eusèbe. Sa clémence envers les hommes de main des évêques de Gap et d’Embrun, et la rémission de leur peine par le roi franc et le pape cachent peut-être un règlement de comptes de la part de l’assemblée des évêques de Lyon. Quoi qu’il en soit, quelques années plus tard, leur conduite ne s’étant pas amendée, ces prélats furent définitivement chassés de leurs sièges.

  • Eusèbe, le prêtre qui avait précédemment représenté Victor à Lyon, le remplaça à la tête de l’évêché tricastin. On connaît encore Agricole, puis Betton qui figure comme signataire des actes du concile de Chalon-sur-Saône, concile qui eut lieu entre 639 et 654. Ensuite, disparaissent des textes généraux les mentions concernant la cité épiscopale.

Les évêques connus par la tradition

7Il est frappant de constater qu’à une exception près, aucun des évêques cités ci-dessus ne se retrouve dans la liste des évêques de Saint-Paul-Trois-Châteaux telle qu’elle a pu être établie au XVIIe s. par le prévôt du chapitre (G.C.N, col. 1). Les dix premiers y sont dits saints, et ce catalogue ne distingue peut-être pas ceux qui ont pu être effectivement évêques de la cité, des autres personnages vénérés dont on conservait les reliques dans telle ou telle église. Parmi eux, on retrouve seulement saint Eusèbe, homonyme du successeur de Victor dont rien ne dit qu’il ait pu être béatifié : on ne peut donc conclure à l’identité des deux personnages.

8Trois lieux de cultes portent le nom de saints considérés comme des évêques tricastins des premiers siècles : saint Sulpice, saint Amant, saint Restitut.

  • saint Sulpice passe pour avoir été le premier évêque, et, dès avant le XIIIe s., il était le titulaire d’une église aujourd’hui totalement disparue mais qui était sise dans le palais épiscopal, c’est-à-dire le château. Ce patron d’une église située tout en haut de la ville a pu être considéré comme celui de l’évêché et, par suite, être assimilé au fondateur de celui-ci.

  • saint Amant est le titulaire d’une église rurale ruinée qui fut le siège d’un important prieuré clunisien connu dès le Xe s. et localisé sur le territoire actuel de la commune de Montségur-sur-Lauzon.

  • saint Restitut a laissé son nom au village situé au sud-est de la ville : là, une tour funéraire, élevée au XIe s., abritait le tombeau du saint. Plusieurs translations de reliques furent effectuées ensuite : en 1249, en 1416 et en 1465. Mais il est certain que la fonction funéraire du lieu remonte au moins à 548, date d’une épitaphe retrouvée au siècle dernier lors des restaurations de l’église (R.D. n° 379, CIL, XII, n° 1729).

9On peut émettre l’hypothèse que ces différents lieux de culte renfermaient des reliques vénérées depuis si longtemps qu’on avait oublié leur véritable identité. Un processus normal d’appropriation de ces bienheureux se serait donc mis en place ici selon un schéma assez répandu.

10Plusieurs évêques sont mentionnés par des textes hagiographiques. Dans ce type de document, il est bien difficile de démêler la réalité du merveilleux, mais quelques détails peuvent éclairer certains aspects de la vie ou de la topographie du Haut Moyen Âge. Nous laisserons de côté les légendes relatives à saint Restitut que l’on a voulu identifier, dès le XVe s., à l’aveugle-né de l’Evangile, Sidoine, ainsi que les textes tardifs concernant saint Martin des Ormeaux dont un prieuré situé au sud de Taulignan porte le nom. Mais plus intéressante est la Vie de saint Paul, l’évêque dont la notoriété fut telle que l’on accola son nom à celui de la cité romaine.

11Cette Vita sancti Pauli Tricastinae urbis episcopi et confessoris (G.C.N. n° 4) a été copiée dans un manuscrit du XIIIe s. provenant de la bibliothèque de la Grande Chartreuse et conservé à la bibliothèque municipale de Grenoble, mais sa rédaction, « de date incertaine » (Février 1986, p. 86), est certainement bien antérieure. Ce texte relate plusieurs faits marquants de la vie de l’évêque. On y trouve la mention du prédécesseur de Paul, saint Torquat, dont une chapelle rurale porte encore le nom, au nord de Suze-la-Rousse. Sa sépulture se trouvait, du vivant de saint Paul, dans l’église Saint-Etienne (ecclesia Sancti Stephani), alors que Paul avait choisi la basilique des Très-Saints-Apôtres-et-Martyrs (basilica beatissimorum apostolorum et martirum) pour préparer son tombeau dans un sarcophage (concavam rupem). Le rédacteur de la Vie nous indique que cette basilique fut nommée, par la suite jusqu’à son époque au moins, Saint-Paul.

12Le château de Torona, fortifié par les soins de l’évêque, servit de refuge, lors d’un siège, à la population qui dut son salut à l’intervention miraculeuse du saint. Cet épisode merveilleux se place quelque temps après la mort de Paul survenue en Avignon un premier février. Le texte ne donne malheureusement pas l’année de cette mort, et la date de 412 donnée par Boyer de Sainte-Marthe est certainement erronée. On constate un hiatus de plus d’un siècle entre cette date et la première mention sûre d’un évêque. L’indication du monastère féminin d’Arles, où l’épouse du prélat se serait retirée au moment de son élection sur le siège épiscopal, tend à reporter au siècle suivant cet épiscopat : en effet, la fondation de ce monastère est due à saint Césaire, archevêque d’Arles entre 513 et 542.

Conclusion

13Ces différentes sources permettent donc d’avoir une idée des premiers évêques de Saint-Paul-Trois-Châteaux du Ve au VIIe s. ap. J.-C. En revanche, entre le milieu du VIIe s. et le début du Xe s. se situe une période de silence complet des textes, où les rares mentions que l’on puisse évoquer sont fournies par des documents dont l’authenticité est douteuse. En fait, il faut attendre la fin du XIe s. pour voir apparaître quelques documents ayant trait à l’évêché. Au XIIIe s. est compilé le plus ancien recueil d’actes publié sous le nom de Cartulaire de Saint-Paul, sous forme d’analyses et d’extraits, par J. de Font-Réaulx (1950).

14La perte des actes de l’évêché antérieurs à ceux conservés dans le Cartulaire du XIIIe s. pourrait être due aux destructions provoquées par la croisade contre les Albigeois au XIIIe s. Elle ne peut être consécutive en tous cas à l’union des évêchés d’Orange et de Saint-Paul-Trois-Châteaux, longue union à laquelle mit fin définitivement la bulle papale de 1112 (R.D. n° 3099), dans la mesure où il semble bien que ce soit l’évêque de Saint-Paul qui ait conservé l’autorité sur les deux évêchés (Cart, de Saint-Paul, n° 10, 11, 12, 13 et p. 103). Des diplômes impériaux dont l’authenticité a été mise en doute légitiment cette autorité depuis le IXe s. L’auteur de la Vita de saint Paul qui écrivait probablement à l’époque carolingienne, en attribuant à cet évêque la restauration du castrum de Torona semble montrer que le pouvoir épiscopal disposait du pouvoir régalien de construire une forteresse. Ceci apparaît dans le diplôme de 852 selon lequel l’empereur Lothaire aurait confirmé les privilèges de ses prédécesseurs Charles et Louis, puis en 1154, l’empereur Frédéric. D’après la critique, seuls les diplômes de Frédéric II, datés de 1214 et de 1238 émaneraient véritablement de la chancellerie impériale (Cart. de Saint-Paul, n° 5, 6, 7, 8). L’évêque resta seigneur indépendant jusqu’en 1408, année où il signa un acte de pariage avec le Dauphin.

Auteur

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access