Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre : 7. Barry, Augusta Tricastinorum et le cadastre B d’Orange

Gilles Chouquer

Texte intégral

1On ne peut proposer une lecture de la genèse et de l’évolution de l’agglomération d’Augusta Tricastinorum sans faire appel à d’autres réalités historiques, agraires notamment. Les données à interpréter se résument en quelques faits simples :

  • la nature du rapport entre l’oppidum de Barry et l’agglomération romaine nouvelle d’Augusta Tricastinorum ;

  • la nature du rapport entre la plaine de Pierrelatte et la zone des collines dans laquelle se situe la ville romaine ;

  • la nature du rapport entre la morphologie urbaine d’Augusta et le cadastre Β d’Orange, œuvre agraire majeure de cette région.

2L’examen du cadastre Β d’Orange permet, en effet, de proposer quelques clés essentielles de lecture et d’interprétation.

3Il importe, avant tout, de rappeler les acquis récents de l’étude de ce grand réseau agraire. Le cadastre Β ne pose pas de problèmes insurmontables d’identification, grâce à quelques fossiles directeurs localisés dans la région du Logis-de-Berre, au sud de Donzère. Ainsi, dès la publication d’André Piganiol, sa localisation était quasi exacte. Une étude plus récente a permis de nuancer cette proposition initiale et a surtout montré que le réseau possédait une extension insoupçonnée puisqu’il unit, en une grille unique, aussi bien Montélimar, Vaison-la-Romaine, Orange, Carpentras, Bagnols et Valréas. Cette centuriation concerne donc tout ou partie des territoires des Cavares, des Tricastins, des Voconces, des Meminii, des Volques et des Helviens (Chouquer 1983 a). Cette extension pose au moins la question de savoir dans quelle mesure on peut désigner ce cadastre comme étant celui de la colonie romaine d’Orange, puisqu’il semble dépasser le territoire proprement dit de la colonie. Cette façon d’aborder l’étude du réseau est, on le verra, importante pour l’interprétation du site romain de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

4Diverses enquêtes archéologiques récentes ou en cours apportent des données nouvelles pour ces régions fortement marquées de l’empreinte de Rome. Il s’agit, en premier lieu, d’évidences morphologiques. Le cadastre B, très étendu, possède une orientation qui diffère très nettement de l’orientation proposée pour le plan colonial urbain d’Orange. On est ainsi privé d’un élément de correspondance pour l’interprétation, sans que cela soit rédhibitoire, puisqu’on connaît des cas où l’orientation de la pertica diffère de celle de la colonie. Le point où se croisent le cardo et le decumanus initiaux est sensiblement éloigné d’Orange (20 km environ), comme si le plan avait été pensé autrement que comme la mise en œuvre d’une centuriation propre au territoire de la colonie. Cette observation va donc dans le même sens que la précédente ; il semble y avoir des différences de nature et de conception entre la mise en œuvre du plan colonial urbain et le cadastre B. En revanche, on a vu que le plan urbain d’Augusta Tricastinorum est étroitement dépendant de cette trame agraire.

5J’ai démontré, dans une publication sous presse (Chouquer 1992) que le cadastre B, dans certaines régions, notamment la plaine de Donzère à Lapalud, constituait un excellent exemple des réseaux que les arpenteurs qualifiaient de scamnatio et strigatio in centuriis. Or ce type de réseau me paraît avoir été, en Italie principalement, la forme la plus aboutie et la plus « classique » de la division du sol chaque fois qu’il importait d’assigner massivement des terres à des colons. Cette forme se rencontre pendant le Ier s. avant notre ère, au moins dans les grandes limitations opérées par Sylla, jusqu’à celles mises en œuvre par César, les Triumvirs et Auguste. Elle est le signe d’une grande maîtrise des modes de division du sol et d’une articulation parfaitement réussie entre les différents niveaux qui structurent les formes rurales, de la parcelle à la centurie et au saltus.

6On peut, en outre, observer la fréquence des subdivisions de la centurie en lots de 25 et de 33 jugères 1/3, ce qui confirme l’impression d’un cadastre conçu comme l’instrument d’une assignation massive, et l’on rejoint ainsi les calculs établis, jadis, par A. Piganiol aboutissant aux mêmes données chiffrées (lots de 33 1/3 ou 66 2/3 jugères). Les marbres attestent la vigueur du mouvement d’assignation avec de nombreuses centuries où tout le sol est confisqué pour la répartition aux colons.

7Les résultats des recherches archéologiques fournissent des indices chronologiques convergents, pour la région tricastine. Thierry Odiot a démontré la bonne insertion des sites augustéens dans la grille cadastrale. La fouille du Valladas n’a pas dit autre chose en démontrant que le tronçon du Ville decumanus avait pu être édifié dans les vingt dernières années du Ier s. av. J.-C.. Si Ton ajoute le tracé du rempart, calibré dans une centurie du cadastre, et dont la datation pourrait s’établir dans les deux ou trois premières décennies du Ier s. ap. J.-C., nous disposons donc là d’un faisceau d’indices chronologiques assez cohérent. En Tricastin, donc, la période augustéenne et celle qui lui est immédiatement postérieure, semble avoir marqué de façon contraignante l’aménagement du sol rural et urbain.

8Mais il faut entrer dans un peu plus de détail pour mesurer les subtilités de cette colonisation. Le sol tricastin connaît, à partir d’Auguste, une profonde mutation. Le fait principal est que la colonisation est rythmée par les lignes de force du cadastre B. Le comportement diffère, en effet, selon qu’on se trouve à Test ou à l’ouest du cardo maximus, ou entre les premier, dixième et vingtième decumani au nord du decumanus maximus. Cette différence, bien établie grâce aux marbres et à la prospection au sol, est essentielle pour l’interprétation du sort du peuple tricastin.

9Les textes de la forma d’Orange livrent la même opposition, de part et d’autre du cardo maximus. À l’ouest, une ample colonisation est prouvée par l’existence de nombreuses centuries où tout est assigné aux colons. Surtout, on ne rencontre jamais là de terres « rendues » aux Tricastins : en dehors des assignations, largement majoritaires, on n’y trouve que des terres résiduelles du plan d’assignation, louées par la colonie. À l’est, en revanche, la variété des situations est plus grande : aux quelques zones massivement assignées au pied de la première ligne des reliefs, répondent les vallées, les collines et les bassins intérieurs, où tous les statuts juridiques coexistent. On trouve désormais à côté des assignations et des terres louées, des terres « rendues » aux Tricastins, « cultes » et « incultes ».

10La plaine rhodanienne mérite toute l’attention. On y trouve d’abord l’indication d’assignations massives. Ainsi, entre les premier et vingtième decumani, sur 66 centuries dont on connaît intégralement le statut, 47 sont entièrement assignées aux colons, tandis que dans les autres de forts pourcentages d’assignations confirment cette destination quasi unique. Dans ce secteur, on peut donc estimer à 80 % la part des assignations par rapport à la surface totale des terres. Comme les 20 % restants sont des terres louées ou quelques rares subsecives, on peut extrapoler – malgré les lacunes de la forma – et parler d’une appropriation totale des terres, réalisée dans le but d’une assignation volontaire et massive.

11On ne s’étonne plus, dans ces conditions, d’y rencontrer la morphologie agraire de scamnatio et strigatio in centuriis, ni d’y observer ce mouvement de colonisation réalisé méthodiquement, du sud vers le nord, rythmé tous les dix axes. Ici, à l’ouest du cardo principal, c’est bien la structure du cadastre qui commande globalement le sort et la morphologie des terres. En revanche, les sites eux-mêmes n’ont pas toujours un rapport de proximité avec les terres scamnées ou strigées, ou avec les mentions de terres assignées. Nombre d’entre eux sont disposés aux marges de cette zone massive de lotissement, comme si les colons avaient préféré localiser leurs habitats non pas sur leurs terres, mais le long des itinéraires principaux et à proximité des habitats groupés (station de Novemcraris au Logis de Berre ; agglomération de Bergoiata sur la rive droite du Rhône, près de Bourg-Saint-Andéol). Au nord du XXe decumanus tout semble changer : c’est dans une zone qui n’est touchée ni par la colonisation augustéenne, ni par la colonisation julio-claudienne, que peut se développer le grand domaine viticole du Molard.

12On peut globaliser encore plus la perception de l’espace que suggère le réseau Β : à droite du decumanus maximus (donc au nord), les terres des Tricastins ; à gauche (donc au sud), celles de la colonie d’Orange. Au-delà du cardo maximus (c’est-à-dire à l’ouest), les terres totalement expropriées, puisque nous ne trouvons aucune mention de Tricastins dans cette zone ; en-deçà, (donc à Test), les terres laissées partiellement aux Tricastins. La séparation brutale qu’opère le cardo maximus entre l’ouest où on ne trouve jamais de mention de Tricastins et Test où ils sont partout présents, et ceci dès la première ligne de centuries citra kardinem, prouve bien, selon nous, qu’il s’agit d’une division arbitraire, créée par le tracé de l’axe cardinal, et, qu’à l’origine, les Tricastins occupaient la plaine rhodanienne, jusqu’au fleuve, là où leur territoire jouxtait vraisemblablement celui des Helviens. En outre, on observe que le cadastre Β place la groma loin d’Orange, et proche, en revanche, du territoire tricastin. L’emplacement du locus gromae initial, au pied de l’oppidum principal des Tricastins, Barry, revêt ainsi un sens parfaitement clair sur les intentions de l’autorité romaine. Tout semble donc se passer comme si le territoire des Tricastins avait été un enjeu essentiel de cette pertica.

13Mais quel enjeu et dans quelles conditions ? Comment comprendre la localisation particulière du locus gromae ? la place particulière des Tricastins dans le cadastre ? le sort qui leur est fait et que traduit le terme ambigu de redditum dont la traduction est malaisée ? ainsi que la promotion particulièrement marquée de la nouvelle cité d’Augusta Tricastinorum ?

14À l’appui des textes gromatiques, notamment du traité de Siculus Flaccus qui offre un cadre d’interprétation possible, il paraît possible de proposer une hypothèse globale.

15L’histoire du cadastre d’Orange débute probablement en 36 avant notre ère, lorsqu' Octave, pour renouveler les légionnaires de la seconde légion Gallique mutinée, case les vétérans sur un territoire des bords du Rhône. Y aurait-il eu une distribution viritane dès 36 à Orange, précédant de très peu la fondation coloniale ? L’année suivante les troubles recommencent et Octave licencie à nouveau : les mauvais soldats sont envoyés comme colons en Gaule et on attribue d’ordinaire à cette décision la fondation des colonies de Béziers et d’Orange. Si tel est bien le cas, il faut donc envisager la réalisation d’un cadastre dès cette époque pour servir de cadre à l’assignation de terres aux Secundani, vétérans de cette deuxième légion renouvelée. Quel est-il ? Si c’est notre cadastre B, se pose alors un épineux problème, puisque son évidence archéologique n’est manifeste que plus avant dans le règne d’Auguste, dans les vingt dernières années avant le changement d’ère. De plus, on comprendrait mal que ce cadastre colonial soit si marginal par rapport à la colonie elle-même, avec un choix de son point axial très au nord d’Orange, bien plus proche de l’oppidum tricastin de Barry. En revanche, il faut reconnaître que l’immensité du réseau B, dont on a vu qu’il concernait et unissait en une même grille tout ou partie du territoire de plusieurs peuples, rappelle tout à fait l’observation faite en Italie centro-méridionale : on y rencontre, en effet, à l’époque triumvirale, ce type de vastes réseaux synoptiques, réunissant en une même centuriation les territoires de cités au statut différent, en vue de procéder à des assignations massives.

16Mais, d’autre part, il semble qu’on ait pu observer, sur le territoire d’Orange, l’existence d’une orientation parcellaire inclinée à l’ouest, de même orientation que le plan urbain colonial quadrillé. Cet éventuel cadastre rural romain est encore bien mal étudié et on n’en possède, pour l’instant, aucune évidence archéologique. On ne peut donc trancher.

17En 27, ou peu après, cette deuxième légion gallique disparaît et une autre deuxième légion dite Augusta lui succède. Les relations se poursuivent entre la colonie d’Orange et ces nouveaux Secundani (on le sait grâce à la présence de l’emblème de cette légion sur l’arc d’Orange). Il paraît donc vraisemblable de penser que des contingents de vétérans, démobilisés par exemple après les combats d’Espagne qui s’achèvent en 19, ou ceux du Rhin, après 10, date du transfert de la IIè Augusta en Gaule, aient été déduits sur le territoire de la colonie.

18La terre, dans ces conditions, dut sans doute faire défaut sur le territoire de la colonie elle-même, déjà assigné aux premiers colons de l’époque de la fondation en 35. Ce cas épineux était envisagé par l’administration, et les arpenteurs en avaient formalisé la mise en œuvre. Lorsque la terre manquait sur le territoire colonial lui-même, on réquisitionnait la terre d’un peuple voisin. Le cas est bien expliqué par Siculus Flaccus (cf. supra, le cadre historique).

19Si moins de vingt ans après la fondation coloniale, de nouveaux vétérans continuaient d’arriver sur le territoire d’Orange, il ne serait pas étonnant que la terre ait vraiment manqué et qu’il ait été nécessaire d’en réquisitionner chez un peuple voisin. Le plan d’assignation que révèle le cadastre B témoignerait donc que c’est au détriment des Tricastins qu’aurait été opérée cette réquisition. Il faut reconnaître qu’il s’agit là d’une hypothèse séduisante dans la mesure où elle explique plusieurs des particularités du cadastre B. Voici notamment expliquée la présence si originale des Tricastins sur la forma, puisque la confiscation de leurs terres est l’objet même du cadastre. Voici également expliqué le choix du locus gromae, au pied de leur oppidum principal, Barry, et le plan de limitation et d’assignation vraiment grandiose du cadastre B.

20Les Tricastins furent donc vraisemblablement chassés de la région dextra decumanum-ultra kardinem, presque totalement assignée. Dans la région dextra decumanum-citra kardinem où ils se trouvaient désormais relégués, ils durent déclarer ce qu’ils possédaient. Les besoins en terre étant considérables, des assignations furent encore opérées dans cette région cadastrale (en général les fonds de vallées). Tout ce qui restait, fut « rendu » ou plutôt laissé aux Tricastins après l’estimation, dont bon nombre de terres « incultes », c’est-à-dire des terres pastorales ou en friche. Siculus Flaccus, une fois encore, nous renseigne sur le sens du redditum suum des inscriptions, et plus généralement sur le processus administratif, qui dut être celui employé au détriment des Tricastins.

« Ainsi donc, le lotissement dans les centuries, comme on avait commencé (à le dire), doit être expliqué. Car nous avons montré que c’est comme DONNE ET ASSIGNE qu’une seule quantité de terre était inscrite pour plusieurs ; mais parfois c’est en tant que RENDU POUR SIEN (redditum suum) qu’une seule quantité de terre a été inscrite pour plusieurs personnes. »

« Et la question de savoir si ces lots doivent être distribués de manière inégale (ou autrement ?), nous pourrons la trancher en nous reportant aux déclarations : car si ces terres sont rendues à certaines personnes, c’est qu’elles ont été invitées à déclarer combien de superficie elles possédaient dans chaque endroit. C’est pourquoi nous trouvons des inscriptions rédigées de telle sorte qu’il est inscrit datum assignatum, avec en dessous redditum suum à une, deux ou à plusieurs personnes, sans qu’aucune mesure n’ait été inscrite (...) ».

« Parfois on trouve deux centuries pleines et entières, ou plusieurs (centuries) continues rendues à un seul nom ; de sorte que la formule redditum suum, lati fundi se comprend ainsi : ceux-ci sont maintenus, dans leur continuité, dans les centuries  »Mais on divise sans les assigner les terres, comme on le découvre dans quelques régions, où, comme on l’a dit plus haut, les terres ont été rendues : les individus ont été invités à déclarer combien de terres ils possédaient dans chaque endroit. Mais il arrive dans quelques régions que des individus aient été amenés à faire leur déclaration, une fois l’estimation ayant été faite ; on a donné de l’argent à ces gens en fonction de l’estimation, on les a chassés de leurs terres et on y a déduit le vétéran victorieux« .

21Ce qu’enseignent l’archéologie et la forma, c’est à la fois la mise en œuvre d’un tel plan d’appropriation et sa réalisation échelonnée. Ainsi se trouve sans doute expliquée l’originalité du cadastre B. Celui-ci pourrait être soit le cadastre colonial d’Orange, mais structuré dans la perspective d’assignations vraiment très massives, au-delà du territoire même de la colonie, ou encore un second cadastre, postérieur d’une vingtaine d’années à la première assignation coloniale, réalisé pour faire face à des besoins accrus de terre. Quelle que soit la date de sa création, il est au moins assuré qu’il a été conçu pour servir de cadre à une assignation à ce point considérable qu’elle ne pouvait être opérée sur le seul territoire des Cavares d’Orange.

22Il est probable et essentiel de voir, dans la promotion d’Augusta Tricastinorum qui se voit octroyer un vaste rempart, une sorte de compensation à la suite du traitement brutal imposé au peuple tricastin.

23Le cadastre Β fournit alors le cadre d’un mouvement de colonisation agraire qui se poursuit au-delà du règne d’Auguste, jusque vers le milieu du Ier s. ap. J.-C.. Mais le développement de grands établissements spécialisés, comme la villa viticole du Molard (le plus grand  »cellier" connu du monde romain) ou celle du Fayn, montre bien les limites du plan d’assignation, et la tendance marquée à une concentration des terres dans le courant du Ier s. . Voici en effet des sites de fondation ancienne qui se spécialisent, se développent et semblent geler la création d’un habitat diffus à leur proximité. Dans le Tricastin, au nord du XVIIIè decumanus environ, l’assignation dut être un échec. Il est donc possible que la forma d’Orange rende compte d’un plan très ambitieux qui n’aurait pas été totalement réalisé avec le temps. Peut-on même considérer que, sous les Flaviens, et malgré la tentative vigoureuse de réforme de Vespasien, en 77, le cadastre Β ne soit déjà plus la structure motrice d’une campagne qui va vers la récession ?

24On a cherché, lors de cette colonisation méthodique, à mettre en valeur les meilleurs sols. Mais il n’est pas certain que cette histoire agraire ait été partout une réussite, et pour longtemps. La réforme agraire flavienne, dont témoigne la monumentale inscription de Vespasien retrouvée avec les formae des cadastres A, Β et C, s’inscrit déjà dans un contexte difficile, avec le début des abandons de sites et des créations d’habitats sur des sols de moindre intérêt. L’abandon des relations est-ouest pourrait signifier une crise de l’économie locale, au profit de relations nord-sud qui dépassent le cadre micro-régional.

25On a dit, avec raison semble-t-il, que l’œuvre de Vespasien avait été de faire la chasse aux occupations illicites de terres par des particuliers et de les régulariser par le paiement d’un loyer. Dit ainsi, on pourrait croire être en présence d’une expansion vigoureuse et anarchique qu’il conviendrait d’endiguer. La réalité serait plutôt celle d’une réforme cherchant à donner un coup de fouet à une région déjà en crise, et à l’aube d’une redéfinition de ses activités économiques. Le second siècle confirmera ces mutations. Dès lors, les mentions de terres inoccupées sur la forma (il n’y a pas d’adjudicataire, par exemple, dans la centurie DDXIV-CKXVIII pour les 41 jugères louées par la colonie), celles de subsecives, de terres remises en eau témoignent de la difficulté rencontrée, tandis que les indications de nova jugera peuvent rendre compte de tentatives de réforme.

26Observant les fossés et le drain qui bordent le Ville decumanus à Saint-Paul-Trois-Châteaux, Valérie Bel et Claude-Alain Sabatier constatent des comblements progressifs qui sont achevés, passé le milieu du Ier s.. Dans la région de Pierrelatte, entre les Xe et XXe decumani à l’ouest du cardo maximus, la dispersion des sites julio-claudiens paraît moindre que celle des sites augustéens : on pourrait peut-être y voir une nuance dans l’évolution du plan de colonisation, c’est-à-dire un ralentissement ou un demi-succès.

27Pierre Poupet, étudiant les paléosols découverts lors des sondages de Suze-la-Rousse, dans la Plaine d’Avril au cœur du pays tricastin, fournit un élément essentiel pour expliquer cette évolution. Une rupture d’équilibre dans la maîtrise des sols se situerait, selon lui, très haut dans la période romaine. Elle conduirait à une importante phase d’érosion des pentes et des reliefs, ce qui provoquerait un recouvrement sédimentaire des plaines en aval. Dans le sondage effectué à l’emplacement du XIè cardo citra kardinem, il observe, en outre, que le fossé n’est pas entretenu par curage, et qu’il se comble lentement pendant la période de son emploi, avant d’être soumis à une érosion brutale qui jette dans la dépression de la Plaine d’Avril les matériaux arrachés à la montagne voisine et provoque l’obstruction définitive du fossé.

28Crise climatique due à un brutal déplacement de population et à une occupation accrue et excessive des collines et des plateaux du Tricastin, évolution de la nature des productions agricoles, transformation des structures de production, changement radical dans l’implantation de l’habitat, avec une plaine désormais moins attractive et des collines dont il convient, au contraire, de maîtriser l’érosion, voilà les termes d’une évolution rapide entre le Ier et le IIè s. ap. J.-C. que les recherches sur le Tricastin permettent de poser à titre d’hypothèse. Ce qu’il faut désormais comprendre et vérifier, c’est le rôle du cadastre romain dans cette évolution. La massive expropriation, le repli forcé des populations indigènes sur les collines, ont pu provoquer une mise en valeur nouvelle et excessive de ces sols. La perte d’un couvert forestier stabilisateur a pu ainsi mettre en péril les équilibres écologiques et provoquer le début d’une grave évolution. Pierre Poupet a sans doute raison de mettre en parallèle cette situation avec le tableau catastrophique des terres du pagus Arebrignus, en pays éduen, que dresse en 312 un panégyriste devant l’empereur Constantin. Mais ici, cette dérive pourrait avoir eu lieu bien avant la fin du IIIè et le début du IVè s., dès le second siècle par exemple.

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access