Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre 6. Saint-Vincent, un site rural

Thierry Odiot et Claude Raynaud

Texte intégral

  • 107 Information de A. Beeching, que nous tenons à remercier.

1Située à l’ouest d’Augusta Tricastinorum, la villa de Saint-Vincent est implantée dans une dépression humide, au sous-sol formé de gleys et pseudo-gleys. Elle est en bordure d’un ancien lac ou étang, déjà asséché partiellement à la période néolithique107. Ces terrains, très argileux et donc facilement engorgeables, doivent être drainés pour être propre à la culture.

2L’étude d’un site péri-urbain, qualifié ainsi en raison de sa faible distance par rapport à la ville (moins de 600 m des remparts augustéens), doit se faire en étroite relation avec le contexte général des exploitations agricoles du terroir de la cité. Cette démarche est facilitée par les prospections systématiques entreprises dans la micro-région depuis 1983.

3Nous décrirons les différentes formes de l’occupation de la villa dans ses états successifs, avant de replacer cette évolution dans le cadre des rapports villes-campagnes dans le Tricastin, jusqu’à la fin de l’Antiquité.

Historique de la découverte

4En 1978, des travaux de drainage, effectués à proximité du bâtiment qui s’élève aujourd’hui au sud du site (fig. 78), avaient mis en évidence des constructions datées, par C. Boisse, de la période médiévale. Le mur nord du bâtiment actuel appuie ses fondations sur un édifice antérieur orienté est-ouest, suivi sur une longueur de 11,05 m. Deux contreforts extérieurs ont été identifiés (longueur variant de 1,15 à 1,04 m et largeur de 0,84 m).

78 - Carte archéologique des campagnes autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux

78 - Carte archéologique des campagnes autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux

5Un sarcophage monolithe en pierre du Midi, plusieurs inhumations en pleine terre ont également été fouillés lors de cette intervention. Une coquille Saint-Jacques (pecten) a été retrouvée dans le second sarcophage.

6Ces vestiges sont attribués à l’église Saint-Vincent, citée pour la première fois en 1203, dans un acte concernant le partage des droits seigneuriaux entre l’évêque et les Templiers, alors qu’elle est déjà ruinée. Possession des Templiers jusqu’à la suppression de Tordre, puis du pape, la chapelle Saint-Vincent (capellam S. Vincentii prope muros Tricastrin) est mentionnée dans une donation du pape Clément VII à l’évêque de Saint-Paul en 1385 (archives du Vatican : Reg 300 F° 3 V°). Elle apparaît en ruines sur la carte de Cassini.

7En 1981, les propriétaires du terrain firent don à la Société d’Archéologie de Saint-Paul-Trois-Châteaux de quatre des bas-reliefs jusqu’alors réemployés dans les murs d’une grange située au nord-ouest du site (fig. 79-81). La même année, L. Monguilan mit en évidence, sur une série de photographies aériennes, un bâtiment de forme rectangulaire qui fut à l’origine interprété comme un nymphée.

8Une fouille de sauvetage programmé fut organisée à la demande du propriétaire du terrain pour une durée de trois ans à partir de 1983.

9La première campagne se déroula sous la direction de C.A. Sabatier. Une série de tranchées parallèles, effectuées à la pelle mécanique, permit de dresser un plan global des bâtiments et d’établir les lignes directrices des campagnes de fouilles de 1984 et 1985 qui se sont déroulées sous la direction de T. Odiot. Le terrain d’une surface de 10 000 m2 n’a été dégagé que sur 80 % de sa totalité. D’après les restitutions, la villa n’est pas connue dans son intégralité, les extrémités des ailes sud s’engageant sous des parcelles non concernées par la fouille. L’ensemble de la villa est arasé en-dessous des sols de circulation et ce mauvais état (explicable dans certains secteurs par les récents défonçages) rend difficile l’analyse du site.

79- 80 - 81 - Autels aux déesses Mères provenant du site de Saint-Vincent

79- 80 - 81 - Autels aux déesses Mères provenant du site de Saint-Vincent

Musée SPTC

Les étapes de l’occupation

10La stratigraphie permet de distinguer cinq étapes dans l’histoire du site :

  • état I : implantation augustéenne ;

  • état II : agrandissements de la période flavienne ;

  • état III : abandon ;

  • état IV : réoccupation du Ve s. ;

  • état V : la chapelle médiévale.

État I : les premiers bâtiments A et Β

11Dans un premier temps, le terrain, particulièrement humide, a été assaini grâce à une série de tranchées (fig. 82) comblées par des blocs de grès local (dont le plus proche gisement se situe à 1 200 m), et de galets de la terrasse proche (moins de 500 m). Sur le site (fig. 82), ont été ensuite implantés deux bâtiments distincts (A et B).

82- Plan du site de Saint-Vincent

82- Plan du site de Saint-Vincent

Le bâtiment A

12Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire de 66,80 m de long sur 16 m de large. Orienté nord-sud, il est subdivisé par des murs ou des cloisons en quatre espaces :

  • une salle centrale (pièce 1) longue de 38,20 m ;

  • cette salle est bordée à l’ouest par deux bassins (pièce 2) rectangulaires en mortier de tuileau, mesurant pour le premier 4,00 x 1,25 m, et pour le second 4, 20 x 1,25 m ;

  • une autre pièce rectangulaire (pièce 3), large de 5,30 m, ferme le bâtiment à l’ouest ;

  • deux pièces (4 et 5), larges respectivement de 5,10 m et 4,90 m, sont accolées en enfilade à l’est de la salle centrale.

13À part les fonds des deux bassins de décantation, aucun niveau de sol n’était conservé pour cet état, seul le matériel retrouvé dans les tranchées de fondation et dans le radier des bassins permet d’avancer une datation pour l’installation du bâtiment.

Le bâtiment B

14À 20 m au nord de l’angle oriental du bâtiment central, un petit édifice rectangulaire (5,45 m sur 5,60 m) s’ouvre vers Test. Ici encore aucun sol n’a été conservé. Seul le mobilier des tranchées de fondation permet de proposer une date pour la fondation de ce petit édifice.

15Pour ces deux bâtiments, les fondations sont composées de blocs de grès tertiaire local, liés au mortier de chaux. Le sable utilisé est très chargé en oxyde de fer et donne une couleur orangée au mortier. Pour les élévations, la pierre du Midi et un mortier identique à celui des fondations sont employés.

Éléments de datation

  • Sigillée de type italique : 2 fr. de bol de type Goud. 27 (bâtiment A), 1 fr. de plat de type Goud. 17 b (bâtiment B), 8 éclats non identifiables (bâtiments A et B).

  • Sigillée du sud de la Gaule : 1 bord de type Drag. 29 a (bâtiment Β), 1 fr. de coupe de type Drag. 30 (bâtiment A), 3 fr. d’assiette de type Drag. 19 (bâtiments A et B).

  • Céramique commune : 5 fr. appartenant à une forme fermée (type olpé) dans les bâtiments A et Β, 1 fr. de mortier de type italique (bâtiment A), 9 fr. non identifiables (bâtiments A et B).

Fonction des bâtiments

16La présence de quatre autels aux déesses mères (fig. 79 à 81), ainsi que le plan allongé du bâtiment A relevé par photographie aérienne, faisaient penser à un nymphée. La fouille n’a pas permis de vérifier cette hypothèse. En effet, si pour l’état I le plan se rapproche des petites villae mises en évidence dans la Somme (Vaux, Marchepelot), l’adjonction des deux corps de bâtiments de l’état II permet - sans être d’un avis définitif dans la détermination de la fonction du site - de proposer une fonction agricole pour le bâtiment primitif. Les deux bassins n’apportent pas d’éléments suffisants pour avancer dans l’interprétation du site.

17Le bâtiment B est lui aussi difficilement classable en termes de fonction. L’absence d’un portique n’exclut pas toutefois l’hypothèse d’un petit fanum : les niveaux de sols très arasés n’ont peut-être pas conservé les traces des fondations d’une galerie en matériaux légers.

État II : adjonction de deux corps de bâtiments

18Au début de la période flavienne, la pièce n° 1 du bâtiment A est subdivisée en deux parties inégales (la : 9,20 x 8,20 m et 1 b : 29,20 x 9,20 m) par une cloison dont les fondations, contrairement à l’état précédent, sont formées de galets liés à l’argile (fig. 82). Les deux bassins de décantation (pièce 2) sont rehaussés, dans les mêmes proportions, de 18 cm. Ici encore, aucun niveau de sol n’a été conservé.

19Deux ailes symétriques sont adjointes au bâtiment principal, à l’est (aile D) et à l’ouest (aile C). Seule l’aile ouest a pu être dégagée dans sa totalité : longue de 39,50 m et large de 9,70 m, elle est subdivisée en sept espaces distincts. Au nord, une première salle (n° 6, longueur 16,30 m) occupe toute la largeur de l’aile ; elle est bordée au sud par deux pièces (n° 7 et 8 : 3,00 x 2,10 m et 6,00 x 3,10 m). L’espace central du bâtiment est formé d’un petit porche (n° 9) ouvrant par une porte charretière large de 2,30 m sur une salle rectangulaire (largeur 5 m et longueur 5,80 m). Au sud, une vaste salle large de 4,60 m occupe toute la largeur de l’aile (pièce n° 10). Enfin, l’aile se termine par deux petites pièces rectangulaires (n° 11 et 12 : 3 x 4 m et 3 x 4,50 m).

20L’aile est n’a pas pu être dégagée dans son intégralité, son extrémité sud s’engageant sous une propriété voisine. La partie fouillée comprend deux pièces rectangulaires : une au nord de 5,73 m sur 5,65 m (n° 13) ; une au sud de 5,73 m sur 5,30 m (n° 14).

21La pierre du Midi a été utilisée pour les fondations des murs de cet état ; le liant est formé d’un sable différent de celui de l’état précédent. Pour les élévations, les mêmes matériaux ont été employés.

22Les bâtiments A, C et D délimitent un espace rectangulaire dont la superficie peut être estimée à 1 700 m2. Aucune trace d’organisation n’a été relevée lors de son décapage général. Les fondations d’un massif de maçonnerie (n° 2006 : 5 x 3 m) restent à interpréter.

Éléments de datation

23Aucun niveau de sol n’est conservé ; seul le matériel retrouvé dans les niveaux de fondation permet d’avancer une datation pour les réaménagements et les agrandissements de l’état II.

  • Sigillée du sud de la Gaule : 1 bord de type Drag. 35/36 (bâtiment C). 3 fr. de type Drag. 18/31 (bâtiment C), 5 fr. de type Drag. 27 (bâtiment D), 3 fr. de type Herm. 23 (cloison du bâtiment A), 4 fr. de Drag. 15/17 (bâtiments A et C).

  • Sigillée du centre de la Gaule : 1 bord de type Drag. 37 (bâtiment D), 1 fr. de Drag. 30 (bâtiment C), 3 fr. de type Curie 23 (bâtiment C).

  • Sigillée claire Β : 8 fr. non déterminables.

  • Céramique commune : 7 fr. appartenant à une forme fermée, cuisson oxydante ; 5 fr. d’amphore gauloise de type non déterminable (bâtiment A) ; 1 fr. de gobelet en céramique commune calcaire ; 17 fr. non répertoriables (bâtiments A, C et D).

Fonction des bâtiments

24Le plan général avec cour centrale, la porte charretière et la réfection des bassins font penser à une utilisation agricole, sans qu’il soit possible d’être plus précis. La largeur des fondations des murs (entre 0,95 et 1,05 m) évoque les problèmes de stabilité en terrain humide, et peut-être aussi l’existence d’un étage au-dessus des pièces décrites. On ne peut pousser plus avant la reconstitution du bâtiment durant cet état. L’exiguïté de la parcelle fouillée ne permet pas de déceler les limites du site ni de déterminer si les bâtiments d’exploitation ont été fouillés dans leur intégralité.

État III : abandon et récupération

25Il semble que l’abandon de ces bâtiments se situe dans la seconde moitié du IIe s. ap. J-C. L’ensemble des murs et des sols sont détruits et récupérés ; une mosaïque qui devait orner une des pièces du corps central (bâtiment A) est entièrement détruite. Elle était composée de tesselles blanches et noires retrouvées éparses dans une des fosses de récupération des matériaux, postérieure à l’abandon du site. Il faut peut-être la mettre en relation avec celle que mentionne H. Lavagne (1979, n° 126, p. 114).

Éléments de datation

26Le materiel décrit est considéré comme comtemporain de l’abandon.

  • Sigillée du centre de la Gaule : 1 bord de type Drag. 37 (bâtiment A), 1 fr. de Drag. 35/36 (bâtiment D).

  • Sigillée claire Β : fragments non déterminables.

  • Sigillée métallescente : 9 fr. non attribuables.

  • Céramique commune : fragments appartenant à une forme fermée (type urne) ; fragments de formes ouvertes (type bol et assiette) ; fragments d’amphore gauloise et africaine de type non identifiable ; fragments non répertoriables (bâtiments A, C et D).

Fonction

27Une intense activité de démolition marque l’abandon de la phase classique du site. La récupération des matériaux fait penser à une utilisation comme carrière sans exclure la possibilité d’une fonction agricole du terrain (pacage etc...). Dans la mesure où nous n’avons pas la certitude d’avoir fouillé la totalité de la villa, il n’est pas possible de conclure à l’abandon total de l’exploitation agricole. On ignore donc si le système de tenure fut partout délaissé.

État IV : occupation du Ve siècle

28Au cours du Ve s. l’ensemble du site est réoccupé, les constructions réutilisent les pans de murs encore en élévation et les fondations d’une partie des bâtiments. Dès 1983, C.-A. Sabatier avait mis en évidence la présence de niveaux de réoccupation de l’Antiquité tardive dans plusieurs secteurs du site. Trois zones majeures, de superficie et de qualité de conservation inégale, ont été repérées lors du décapage systématique de la villa au cours des campagnes de fouilles postérieures (fig. 83).

83 – Plan des vestiges de l'Antiquité tardive

83 – Plan des vestiges de l'Antiquité tardive

Les zones

Zone 1

29Située entre l’habitation 1 et l’angle nord-ouest de la villa du Haut Empire, cette zone n’a livré qu’une palissade reprenant le tracé du mur interne de l’aile n° 1 de la villa. Cinq fragments de céramique (utilisés comme calage) permettent d’attribuer cet aménagement à la période de réoccupation. Aucun sol n’a été conservé. Sa fonction reste indéterminée.

Zone 2

30Située au nord de la villa et à proximité de l’habitation 2, cette zone a été très perturbée par des travaux de drainage modernes. Le décapage a mis en évidence la présence de deux murs détruits et d’un lambeau de sol. Seule l’existence d’un fragment plat de type Rigoir 1 en céramique estampée permet d’attribuer ces murs à la réoccupation de l’Antiquité tardive.

Zone 3

31Cette zone correspond à un épandage de mobilier appartenant à un dépotoir fortement perturbé par des drains récents mais datable de la phase de réoccupation.

L’habitation 1

32Au sein de l’aile ouest de la villa, la pièce 10 a connu des réaménagements importants. Dans l’angle nord-ouest, les murs de l’état ancien ont conservé une partie de leur élévation initiale. Cette zone est isolée du reste de la pièce par la construction de deux murs en pierres sèches formant un réduit de 2 par 2,80 m (fig, 84, murs 37/42 et 43). Ailleurs, les murs, très arasés, n’ont pas été réutilisés mais ont servi de limites à la zone d’habitation. En effet, ils sont doublés par des palissades ou par des cloisons légères, dont l’emplacement est marqué au sol par des alignements de trous de poteaux et de calages de pierres (fig. 84, faits 41, 45, 39). L’arasement des couches supérieures n’autorise pas une restitution des élévations et de la couverture de cet édifice, constitué par un corps de bâtiment aux murs probablement en pierre (angle nord-ouest), flanqué à l’est et au sud par un appentis aux parois en matériaux légers, probablement du torchis sur un clayonnage. La communication entre ces deux espaces s’effectuait par une étroite ouverture (0,40 m) entre les murs 42 et 43.

33Le sol est en terre battue, ponctuellement renforcée de cailloux et remplacée, au centre de l’appentis, par une chape de mortier adossée au mur 43 (fig. 84, zone 47). Un foyer sur tuiles plates bordées par des moellons est établi dans le réduit nord-ouest, à proximité du mur 37 (fig. 84, structure 36). Un autre foyer, plus rustique et constitué par une lentille d’argile rubéfiée, se situe contre la limite orientale supposée de l’appentis (fig. 84, structure 38). Vers l’est, en effet, la zone d’habitation n’est pas clairement délimitée à cause de l’arasement des couches. L’espace domestique s’étendait-il jusqu’au mur de la pièce 10 ? Etait-il au contraire circonscrit par une cloison ou une palissade ? Cette seconde hypothèse est plus vraisemblable car la répartition du mobilier sur le sol n’atteint pas le mur initial de la pièce et fait apparaître une nette concentration de fragments qui semble marquer la limite orientale de la zone d’habitation (fig. 84). La même concentration de fragments de poterie, de métal et d’ossements est observée le long de la palissade ou cloison nord. Cette répartition est assurément liée à un nettoyage sommaire de la maison, dont les déchets domestiques étaient balayés du centre vers les bords. Une autre concentration de déchets s’observe aux abords du foyer 36. Jointe à ces observations topographiques, la qualité du mobilier, où sont mêlés des vases culinaires, de la vaisselle et des objets usuels, confirme la vocation domestique de cette réoccupation.

84- Plan de la cabane 1

84- Plan de la cabane 1

L’habitation 2

34Elle est installée sur les fondations d’un édifice antérieur situé au nord du corps central de la villa (fig. 82, n° 2). Il s’agit d’un petit bâtiment approximativement carré (5,45 x 5,60 m hors-œuvre) ouvert sur sa face est par une porte étroite (0,70 m) munie d’un seuil en moellons disposés sur deux parements, agencé à la façon des murs. Ceux-ci ont conservé une faible partie de leur élévation initiale, constituée par deux parements de moellons de calcaire liés au mortier (fig. 85, mur 63). Dans les parties reconstruites, le mortier, légèrement plus sableux, assemble des matériaux de récupération : tuiles, moellons, fragments de blocs architectoniques. Il est difficile de restituer l’intégralité de cette semelle qui supportait des élévations de terre crue dont l’éboulement se retrouve dans la couche 61 et, en moindre pourcentage, dans la couche 67. Ces couches de terre argileuse ou limoneuse, totalement amorphes, n’ont livré aucun indice concernant la structure des murs : terre banchée, adobe ou torchis ? L’effondrement des élévations en terre a scellé la couche d’éboulis de la toiture, niveau exclusivement constitué de tuiles et recouvrant partout le sol d’occupation (fig. 85). L’exiguïté du bâtiment autorise à restituer une toiture à une seule pente, dont le sens d’écoulement pouvait être vers l’ouest.

85- La cabane 2 : vue de la toiture effondrée

85- La cabane 2 : vue de la toiture effondrée

35Le sol est formé de terre battue renforcée par un apport de graviers et de galets provenant de la terrasse wurmienne voisine. La surface, grossièrement horizontale, est entamée par neuf fosses ou cuvettes de profondeur variable comprise entre 0,10 m et 0,35 m (fig. 86, 87), contenant un remplissage riche en déchets organiques et correspondant probablement à des vidanges du foyer. Celui-ci est aménagé dans une fosse, dans l’angle nord-ouest du bâtiment. Son utilisation a partiellement rubéfié les moellons et le mortier des murs 63 et 64.

86- La cabane 2 après enlèvement de la toiture

86- La cabane 2 après enlèvement de la toiture

36Le mobilier recueilli sur le sol et dans les fosses constitue un ensemble de près de 500 fragments de céramique, d’ossements et d’objets métalliques. Par sa diversité et sa fragmentation, ce mobilier atteste une occupation domestique : vaisselle, céramique culinaire, déchets alimentaires.

Le mobilier de l’habitation 1

La céramique commune grise kaolinitique

Cette production se distingue par sa pâte, dure, sonore, dense et fine, comportant un dégraissant de calcite mal calibré et visible à l’œil nu (grains de 0,3 à 1 mm). Elle a subi une cuisson du mode Β : réductrice à post-cuisson réductrice (Picon 1973, p. 62-66), donnant une couleur toujours grise plus ou moins foncée, parfois noire. Cette couleur varie peu sur un même vase, attestant une cuisson bien maîtrisée, mais le cœur des parois est souvent plus clair que l’épiderme. Celui-ci présente parfois des reflets et des craquelures bleutés. Le tournage des vases est soigné, l’épaisseur des parois est régulière. L’épiderme externe est peu aménagé, le plus souvent par un lissage ébauché, et porte de nombreuses traces de tournassage. Les éléments morphologiques, bords et fonds, sont nettement dégagés de la panse et soulignés par des moulures, des gorges ou des décrochements. Par tous ces traits, les vases à pâte kaolinitique constituent un groupe homogène, mais la diversité des formes de bords laisse supposer un approvisionnement dans plusieurs centres producteurs et/ou une production peu normalisée. Dans la cabane 1, cinq types de vases sont représentés :

les urnes ou ollae à panse ovoïde, col haut et lèvre en bandeau épaissi dont la partie externe fait saillie au-dessus du col (fig. 88, n° 1, 2, 3, 5, 6) ; ces bords sont souvent munis d’une gorge intérieure pour l’adaptation d’un couvercle. Un fragment de panse appartenant probablement à la même forme est décoré par deux rangs de triangles à la molette (fig. 88, n° 7) ;

un couvercle conique à pied élargi et lèvre repliée à l’extérieur (fig. 88, n° 8) ;

deux assiettes tronconiques à lèvre en amande rabattue à l’intérieur (fig. 88, n° 9 et 10) ;

un grand plat à panse arrondie convexe, lèvre arrondie soulignée par une cannelure (fig. 88, n° 13) ;

un gobelet cylindrique à lèvre aplatie divergente (fig. 88, n° 14).

La céramique commune siliceuse

Céramique à pâte tendre et poreuse, argile fine à dégraissant sableux abondant (grains de calcite et de quartzite, 0,5 à 1 mm). La plupart des vases a subi une cuisson de mode B, réductrice à post-cuisson réductrice, donnant des tons gris à noir. Quelques vases ont une couleur brun clair à brun orangé (fig. 88, n° 11 et 15) attestant une post-cuisson oxydante (mode A). Moins dense et moins résistante que la céramique kaolinitique, cette pâte est souvent érodée en surface et conserve peu de traces de tournassage ou d’aménagement. Les parois sont d’épaisseur régulière mais l’allure générale des vases est plus lourde que dans le groupe précédent, les bords et les moulures sont moins bien dégagés. Malgré une relative homogénéité technique et morphologique, les vases semblent provenir de divers centres de production. Le répertoire des formes est voisin de celui du groupe kaolinitique, avec une urne à lèvre en bandeau à gorge intérieure (fig. 88, n° 4) et une assiette tronconique à lèvre en amande (fig. 88, n° 11). Mais il se distingue par la forme spécifique de deux bols à profil arrondi convexe, l’un à lèvre épaissie arrondie (n° 12), l’autre à col curviligne souligné par une gorge et muni d’une lèvre triangulaire (fig. 88, n° 15).

La céramique commune calcaire

Céramique à pâte fine, serrée et tendre, dégraissant de calcaire broyé difficilement visible à l’œil nu. La couleur varie du beige au brun-orangé, attestant une cuisson en mode A. Quelques fragments à pâte grise sont représentés. L’épaisseur des parois est régulière, les surfaces sont lisses. Deux vases seulement appartiennent à cette production : un mortier à marli incurvé (fig. 88, n° 16) et un petit gobelet tronconique (n° 17).

La céramique estampée grise

Deux vases se rangent dans cette catégorie :

  • un fond de plat à décor de palmettes losangées alternant avec des rouelles, l’ensemble délimité par deux cercles de tournassage (fig. 88, n° 18) ;

  • un plat de type Rigoir 11 à bord triangulaire mouluré et décoré d’impressions obliques (fig. 89, n° 20) ;

Ces deux vases possèdent les mêmes caractères : pâte calcaire, fine et tendre, couleur gris clair ; revêtement non grésé, semi-mat, peu adhérent et gris foncé. De nombreux tessons de ce groupe n’ont pas conservé leur revêtement et ne peuvent être distingués de la céramique calcaire lorsqu’ils ne présentent aucun élément de forme.

La céramique calcaire engobée

Analogues par leur pâte à la céramique commune calcaire, les vases de cette catégorie sont munis d’un revêtement argileux non grésé, engobe de densité et de couleur variables, orangé, brun ou gris. Par ses caractères techniques comme par son répertoire de formes, ce groupe occupe une place intermédiaire entre la céramique commune calcaire, la céramique luisante et la céramique estampée grise et orangée. Trois formes sont représentées :

  • un bol ou coupe à marli (fig. 88, n° 19), voisin de la forme Rigoir 3c en céramique estampée ;

  • trois grands bols à panse carénée, col cylindrique ou légèrement évasé, lèvre épaissie-arrondie parfois soulignée par une gorge intérieure faiblement marquée (fig. 88, n° 20 à 22) ; la panse du n° 21 est décorée d’un guillochis ;

  • deux bols à panse arrondie convexe et lèvre épaissie-arrondie (fig. 88, n° 23 à décor guilloché, et 24), proches de la forme Rigoir 6b.

88- Mobilier de l’état IV de l’habitation 1

88- Mobilier de l’état IV de l’habitation 1

Musée SPTC

Les amphores

Un col d’amphore à pâte calcaire, tendre et fin dégraissant de sable et de mica, de couleur brun-clair, n’a pu être attribué à une production précise (fig. 90, n° 1). Divers fragments de panse à pâte orangée sont à rattacher à des amphores cylindriques d’Afrique du Nord, et l’on note aussi quelques fragments d’amphore Almagro 51, à pâte claire beige orangé, dure.

Ce tableau souligne la nette prédominance des céramiques communes, au sein desquelles domine le groupe kaolinitique. Quelques tessons très usés de sigillée du sud de la Gaule et d’amphore gauloise sont résiduels de la première occupation de la villa. Les tessons de claire B/luisante, fragmentés et mal conservés, doivent être interprétés de la même façon.

La verrerie

Parmi une quinzaine de fragments de verre olivâtre clair, on note un bord et un pied de gobelet de type Isings 106c (fig. 89, n° 24 et 26).

89- Mobilier de l’état IV des habitations 1 et 2

89- Mobilier de l’état IV des habitations 1 et 2

Musée SPTC

Le mobilier de l’habitation 2

La céramique commune grise kaolinitique

Les formes représentées sont plus diversifiées que dans la précédente habitation, mais plusieurs fragments usés et très fragmentés semblent être résiduels (fig. 89, n° 4). Trois formes sont représentées :

les urnes : une lèvre en bandeau à gorge extérieure (fig. 89, n° 11), une lèvre repliée à l’extérieur (fig. 89, n° 2), une lèvre divergente à bord épaissi-arrondi (fig. 89, n° 4), deux fonds plats à ressaut externe (fig. 89, n° 7) ;

deux assiettes tronconiques à lèvre en amande rabattue à l’intérieur (fig. 89, n° 12 et 13) ;

trois bols à panse arrondie-convexe, col curviligne et lèvre en amande rabattue à l’intérieur (fig. 89, n° 14, 15) ou épaissie (fig. 89, n° 17), fond plat sans ressaut (fig. 89, n° 8).

La céramique commune siliceuse

Les caractères techniques sont les mêmes que dans la cabane 1, mais tous les vases ont subi une cuisson du mode Β et sont uniformément gris à noir, à l’exception d’un vase caractérisé par une section bicolore : brun-rosé au cœur, épiderme noir et doux au toucher, pâte dure (fig. 89, n° 16). Cette céramique est représentée par deux types de vases :

des urnes à lèvre horizontale ou oblique (fig. 89, n° 5, 6 et 11) ; ces trois fragments très usés paraissent être résiduels ;

deux bols à col curviligne et lèvre épaissie anguleuse (fig. 89, n° 3) ou à lèvre en arrondi rabattue à l’intérieur (fig. 89, n° 16).

La céramique commune calcaire et calcaire engobée

Cette catégorie est essentiellement représentée par les fragments d’un mortier à marli incurvé muni d’un déversoir (fig. 89, n° 18). La pâte se distingue par l’abondance et la grosseur du dégraissant de mica et de quartzite qui tapisse la paroi intérieure. Un col d’olla à lèvre évasée, très fragmenté et érodé, paraît résiduel (fig. 89, n° 10). Un bord d’olla à engobe orangé suscite la même remarque (fig. 89, n° 9).

La céramique estampée grise

Elle a livré un plat de type Rigoir 1 à marli décoré de rouelles pointillées, (fig. 89, n° 19) pâte gris clair, tendre, engobe gris peu adhérent.

Les amphores

Elles ne sont représentées que par trois fragments d’amphore africaine cylindrique, dont un fond (fig. 90, n° 2).

La verrerie

La vaisselle en verre est composée de gobelets de type Isings 106c à pied bas (fig. 89, n° 21) et bord arrondi (n° 22 et 23), par une coupe de type Isings 116 (n° 25) et une cruche de type Isings 120 à anse cannelée (n° 27). Le vase n° 22 est en verre incolore décoré de filets gravés sous le bord. Les autres vases sont en verre vert olivâtre.

Le mobilier remanié

Les niveaux superficiels ont livré deux vases rattachables au faciès des céramiques décrites précédemment. Il s’agit de bols en céramique calcaire engobée, à panse arrondie et bord épaissi (fig. 90), n° 3 : pâte et engobe orangé, décor guilloché ; n° 4 : pâte et engobe gris). Parmi ce mobilier hors stratigraphie, notons aussi une bague en bronze à chaton ovale, un anneau en fer et une épingle en bronze à tête ronde. Ces objets ne peuvent être rattachés avec certitude à l’occupation des cabanes.

90- Mobilier de l’état IV des habitations 1 et 2

90- Mobilier de l’état IV des habitations 1 et 2

Musée SPTC

Comparaisons et datation du mobilier de l’état IV

37Malgré de notables divergences dans la typologie des vases, le mobilier des cabanes 1 et 2 présente de nombreux points communs : forme des bords d’urne et d’assiette, mortiers à marli curviligne, verrerie. D’autres vases, comme les bols en céramique commune ou la vaisselle fine, ne révèlent aucune concordance. Ces disparités sont-elles imputables à la chronologie de l’occupation des deux habitations, ou bien s’agit-il de simples nuances au sein d’un même faciès ? Vingt-six vases seulement ont pu être identifiés dans la cabane 1, vingt-cinq dans la cabane 2 et la pauvreté de ces ensembles ne facilite pas l’interprétation. La répartition quantitative des céramiques fait toutefois apparaître une relative homogénéité. Dans les deux cabanes, la hiérarchie des catégories est identique, avec prédominance de la céramique commune (78 et 94 %), la céramique fine étant peu représentée (13 et 3,7 %) et les amphores quasiment absentes (3,6 et 1,6 %). Notons la même concordance parmi les céramiques communes, dominées par la grise kaolinitique (46 et 47 %). Il semble donc que les deux ensembles soient à situer au sein d’un même faciès, dont la structure quantitative peut être mieux caractérisée par un tableau de pourcentages calculés sur les données d’ensemble, soit un total de 418 fragments, dont sont exclus les tessons résiduels (sigillée, luisante, amphore gauloise). Parmi ceux-ci, il faut inclure le petit gobelet en céramique calcaire (fig. 88, n° 17), fréquemment attesté dans des contextes des Ier et IIe s., notamment à Châteauneuf-du-Rhône (Alcamo 1983, p. 198-207).

38Le terminus post-quem de l’occupation des cabanes est fixé par la présence des céramiques estampées, dont on situe l’apparition après le milieu du IVe s. et plus probablement dans le dernier quart de ce siècle (Cathma 1986, p. 40). Cependant, les connaissances sur cette production ne permettent pas de fixer une datation précise.

39Au sein de la vaisselle fine, les vases en verre olivâtre se rattachent au faciès du Ve s. défini grâce aux observations stratigraphiques des fouilles de la Bourse à Marseille, particulièrement les périodes 1 et 2a (Foy 1984, p. 291-295). En l’état actuel des recherches sur l’Antiquité tardive, ce sont, un peu paradoxalement, les céramiques communes qui fournissent les éléments de datation les plus nombreux et les plus précis. Le faciès de ces productions est caractérisé par les urnes à lèvre en bandeau, également représentées dans le groupe à pâte kaolinitique et dans le groupe à pâte siliceuse (fig. 88, n° 1 à 7 ; fig. 89, n° 1 et 2). Ce type de vase est désormais bien connu dans des contextes de la fin du Ve s., du VIe s. (Raynaud 1990, p. 237-251) et plus tard encore (Faure-Boucharlat 1986).

40À proximité de Saint-Paul-Trois-Châteaux, la production de vases analogues en pâte kaolinitique est attestée dans un atelier de Bollène daté provisoirement de la fin du Ve s. (Thiriot 1986, p. 243-245). Sur la rive droite du Rhône, les fouilles du cloître de la cathédrale de Viviers ont livré un ensemble de céramiques daté assez sûrement des années 450 à 530 (Esquieu 1984, p. 243-249) et très voisin du mobilier de Saint-Vincent : urnes à lèvre en bandeau, bols à lèvre triangulaire (fig. 88, n° 15), mortiers à listel curviligne (fig. 88, n° 16 ; fig. 89, n° 18), bols à lèvre en amande (fig. 89, n° 15 à 17).

41D’autres points de comparaison sont proposés par le mobilier du plateau des Aures à la Roche-Saint-Secret (Drôme), qui se distingue toutefois du mobilier de Saint-Vincent par la présence de formes plus tardives caractéristiques d’un VIe s. avancé, ou peut-être du début du VIIe s., comme le suggèrent les auteurs de cette étude (Alcamo 1985, p. 198-209). Notons, sur ce site, outre de nombreuses urnes à lèvre en bandeau, un couvercle à lèvre repliée à l’extérieur, un bol à lèvre triangulaire et des gobelets tronconiques voisins des exemplaires de Saint-Vincent (Alcamo 1985, fig. 6, n° 1,5 à 10).

42Enfin, la confrontation avec le mobilier de l’habitat perché de Lombren dans la région de Bagnols-sur-Cèze (Gard) permet de serrer encore la fourchette de datation. Sur ce site, d’abord daté du Ve s. (Charmasson 1962) mais qu’un réexamen situe plutôt au VIe s. grâce à l’abondance des céramiques importées d’Afrique du Nord et du Proche-Orient (étude en cours par Cl. Raynaud), la céramique commune, majoritairement kaolinitique, est dominée par les urnes à lèvre en bandeau mais aussi par des mortiers à marli étroit très mouluré (Charmasson 1962, fig. 45 ; voir des bords analogues dans Thiriot 1986, pl. VII) et plus encore par des bols à lèvre mince (Charmasson 1962, fig. 44).

43Excepté un bol dans la cabane 2 (fig. 89, n° 14), ces formes ne sont pas représentées à Saint-Vincent où prédominent les formes héritées du IVe s. : les mortiers à marli large peu mouluré (fig. 88, n° 16 ; fig. 89, n° 18), productions caractéristiques de la fin du IVe s. et du Ve s. (Raynaud 1982, fig. 6), et les bols à lèvre en amande (fig. 89, n° 15 à 17), rencontrés dans la même fourchette chronologique (Raynaud 1983, fig. 3).

44En conséquence, nous situons la réoccupation de la villa de Saint-Vincent vers la fin du Ve s., peut-être aussi au tout début du VIe s., soit entre les années 475 et 525.

45La modestie des deux ensembles étudiés et l’absence de céramique africaine n’autorisent pas à affiner cette datation, essentiellement fondée sur des données comparatives pour la céramique commune, dont la chronologie reste à préciser malgré d’importants et récents progrès. L’étude du mobilier de Saint-Vincent présente tout de même l’intérêt de proposer pour la première fois une image, encore partielle, des productions et de la consommation de céramique dans le sud drômois vers la fin du Ve s. Par le choix de sa vaisselle, par les formes utilisées, cette région se situe sans surprise dans une ambiance rhodanienne dont on commence à saisir toutes les nuances depuis la région lyonnaise (Faure-Boucharlat 1986) jusqu’au littoral languedocien (Raynaud 1986, p. 177-179).

Fonction et durée de la réoccupation

46Dispersées en différents points du site, probablement en raison de la conservation, variable selon les pièces, des pans de murs, les zones réoccupées traduisent l’installation d’un petit groupe d’unités domestiques. Les techniques de construction et d’aménagement ne témoignent pas d’une grande recherche technique : sols en terre mal entretenus (fosses, accumulation de déchets), foyers au ras du sol ou en fosse, murs en matériaux de réemploi, palissades périssables.

47Cabanes plutôt que véritables maisons, ces structures rustiques constituent de modestes surfaces d’habitation : 30 m2 dans la cabane 2, 35 à 38 m2 dans la cabane 1. Peu ou pas subdivisés, ces espaces domestiques rappellent par bien des traits les cabanes du village de hauteur de Lombren, situé sur la rive droite du Rhône, à une vingtaine de kilomètres au sud de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Charmasson 1962, fig. 7). Sur ce site occupé au Ve et au VIe s., l’habitat est installé dans des maisons à pièce unique, aux murs de pierre sèche, munies d’un sol en terre ou établies directement sur le rocher (Charmasson 1962, p. 71-73). La surface de ces cases est analogue à celle des cabanes de Saint-Vincent : entre 30 et 50 m2. Quoique situées dans deux contextes très différents, un habitat groupé de hauteur à Lombren, un habitat dispersé de plaine à Saint-Vincent, ces cabanes semblent participer d’un même faciès culturel et/ou chronologique. En cela, l’architecture et les modes d’habitation révèlent le même phénomène que les céramiques. Sur les deux sites, l’organisation de l’habitat trahit donc la présence de modestes communautés rurales, communauté fort restreinte à Saint-Vincent probablement à cause de la proximité de la ville de Saint-Paul, située 600 m à l’est.

48La réoccupation de la villa, limitée en surface, fut aussi très ponctuelle dans la durée. La fouille a révélé un seul niveau d’occupation pour cette phase : les sols, pourtant mal entretenus, n’ont connu qu’un faible exhaussement. L’étude du mobilier aboutit à la même constatation : dans la fourchette chronologique de 475 à 525, la villa de Saint-Vincent paraît occupée le temps d’une génération, peut-être plus brièvement encore, une ou deux décennies.

49La fin de la réoccupation du Ve s. semble marquer dans ce secteur du site la fin de la période d’utilisation des bâtiments. La nature des aménagements nécessaires à la mise en culture du site (récupération des matériaux, apports de terres, etc...) n’a pas été perçue lors de la fouille. La relation avec la chapelle de Saint-Vincent qui donna son nom au quartier n’est éclairée par aucun indice.

Habitat rural et rapports ville-campagne : l’exemple du site de Saint-Vincent

50La situation du site de Saint-Vincent à proximité immédiate de la cité, les transformations (implantation augustéenne, abandon à la fin du IIe s.ap. J-C., réoccupation au Ve s.) qu’il a connues, sont autant d’éléments à verser au dossier des rapports entre ville et campagne, monde urbain et périphérie. Ces concepts sont toutefois souvent maniés dans un sens réducteur. En effet, la définition d’une zone qualifiée de « périphérie urbaine » et qui plus est de « campagne », dans le cadre de l’économie antique, reste aléatoire. Bon nombre des auteurs ayant abordé le sujet sont unanimes à considérer la ville comme structurant l’économie et donc les campagnes (concepts de ville marché et de ville « parasite des campagnes » entre autres). Ces modèles (qui sont souvent devenus des axiomes) sont rarement mis en œuvre dans le cadre d’un système centurié daté et d’une cartographie archéologique.

51C’est en partie en analysant la position géographique des sites par rapport aux éléments structurants du paysage (réseau centurié, proximité des grands axes ou des centres économiques, etc...), et en observant leur devenir historique, qu’il est envisageable de cerner les notions de périphérie urbaine et de rapports ville-campagne. En effet, s’il est vrai que tout site, dans le terroir d’une cité, a une relation avec celle-ci (ne serait-ce que juridique), la proximité relative de tel ou tel centre d’attraction économique peut induire des relations préférentielles dans lesquelles la ville n’apparaît plus que comme secondaire. En ce sens, la « durée de vie » d’un site (entre autres) traduit en partie les rapports de celui-ci avec ses voisins et avec la cité. L’échec d’une implantation agricole, ou l’abandon par un domaine d’une de ses dépendances représentant partie ou totalité d’une de ses activités, traduisent non seulement une restructuration économique locale, mais aussi une évolution des formes de la consommation urbaine qu’elles soient locales ou à plus grande échelle.

  • 108 Prospection systématique de six communes de la région de Saint-Paul-Trois-Châteaux effectuée dans l (...)

52Dans le cadre des prospections effectuées dans la partie orientale du Tricastin, six communes ont été étudiées et les premiers résultats permettent de dégager un certain nombre de généralités sur la mise en valeur des sols durant le Haut Empire dans ce terroir (fig. 78)108. Nous observerons le cas particulier du site de Saint-Vincent par rapport à l’ensemble des sites recensés, aux différents états de son évolution, dans la partie ouest de la cité.

53Cette approche « spatiale » ne permet d’appréhender qu’un des aspects de cette interaction complexe, car il n’est pas possible ici de raisonner en termes de mentalités, de religions, de politique, de rapports de clientèle, de démographie, etc.

Les structures de l’espace rural

54Dans le cadre du terroir étudié, trois facteurs essentiels semblent avoir structuré l’espace rural (et donc définissent en partie le cadre des implantations en milieu rural) :

    • 109 L’ensemble des données de la carte archéologique utilisée dans cet article est en cours de publicat (...)

    la mise en place du réseau cadastral109 (cadastre Β d’Orange) et la volonté politique d’aménagement du terroir que cela sous-entend ;

  • les grands axes économiques, qu’ils soient naturels (le Rhône et les vallées de pénétration : Berre, Lauzon et Lez) ou aménagés par l’homme (voie d’Agrippa) (fig. 78) ;

  • les centres d’habitats groupés antérieurs à cette phase d’implantation (.Novem Craris) ou ceux dont le rôle économique ou politique est affirmé à la période augustéenne Augusta Tricastinorum et peut-être Donzère (fig. 78).

55À ces facteurs s’ajoutent des contraintes naturelles, comme le relief, le climat ou les potentialités agricoles.

La période augustéenne : une politique de mise en valeur de la région

Le rôle du cadastre Β

56Outil foncier et juridique, le cadastre définit le cadre des implantations tant pour l’espace rural qui est centurié, que pour l’espace urbain.

  • 110 Dans ce secteur, 60 % des implantations sont en rapport direct avec une limite majeure du réseau ca (...)

57Dans le secteur compris à l’ouest du cardo maximus les habitats dispersés augustéens sont majoritairement installés au sud du dixième decumanus110 (région de Pierrelatte-sud). La quasi absence d’implantations au nord de cet axe cadastral (région de Pierrelatte-nord) semble pouvoir s’expliquer dans le cadre d’une décision politique d’aménagement et de mise en valeur du territoire, secteur par secteur.

  • 111 Nous n’avons pris en compte que les sites limitrophes d’un cardo ou d’un decumanus ou situés au cen (...)
  • 112 Ce pourcentage est encore plus fort si l’on observe unique ment les sites implantés au sud du 10e d (...)

58Dans la région située à l’est du cardo maximus et au nord du decumanus maximus, 75 % des sites étudiés (régions de Saint-Paul et de NovemCraris) sont en contact avec une division marquante des centuries111. Ce rapport entre la relation sites-cadastre112 est le plus élevé pour l’ensemble du Haut Empire. Ces installations préférentielles sont en partie dues à la contemporanéité du cadastre et des implantations augustéennes.

59Dans ce cadre général, le site de Saint-Vincent s’inscrit dans le centre de la centurie DDIV CKIV. Toutefois le plan de la villa n’est pas orienté selon les lignes directrices du réseau, tout comme le parcellaire environnant qui est lui aussi divergent. Le cadastre détermine donc dans ce cas, le cadre global des implantations, mais à l’intérieur de ces grandes lignes directrices, les installations s’adaptent aux nécessités topographiques. Dans le secteur de Saint-Vincent, le drainage naturel ne peut pas s’effectuer en suivant les limites du réseau cadastral : la pente générale du terrain est en effet différente. Il faut donc imaginer au cas par cas des centuries dont les limites majeures sont celles du réseau structurant le terroir, mais dont le parcellaire interne peut être divergent et structuré, entre autres, par la topographie.

Les autres facteurs structurant l’économie

60Si le cadastre établit une trame directive, les implantations restent fortement influencées par d’autres facteurs qui jouent un rôle déterminant dans l’économie locale.

61La voie d’Agrippa matérialise les échanges économiques à moyenne et grande distance, mais il faut remarquer que les sites augustéens sont rarement situés à sa proximité immédiate (8 % des sites à moins de 500 m). En revanche, 48 % des sites sont éloignés de moins de 2 000 m de la voie et ce pourcentage est le plus fort pour pour le Haut Empire.

62Le cours du Rhône semble plus attractif puisque 70 % des sites, localisés à l’ouest du cardo maximus et au sud du dixième decumanus, sont implantés à moins de 2 000 m du cours actuel du fleuve.

63Ce relatif éloignement des axes majeurs de grande communication doit être pondéré par l’observation du comportement des sites par rapport au réseau cadastral. Dans le cadre du problème de la voirie antique, il faut envisager le cadastre Β d’Orange comme un agent dynamisant les échanges économiques locaux. Toutes les limites de centuries n’étaient pas forcément matérialisées sous forme de chemins, mais les clichés aériens en montrent de nombreux exemples. La bonne conservation du 3e cardo pour Donzère, tout comme celle des 11e et 10e decumani, encore visibles respectivement sur 1 600 m et 4 600 m, sont à interpréter comme autant de traces fossiles du pouvoir de structuration de l’économie locale du cadastre. Celui-ci draine une partie des communications vers la cité d’Augusta Tricastinorum comme le montrent les résultats de la fouille du Valladas (fig. 78, site n° 132) ; Bel 1986). L’une des principales voies d’accès est-ouest de la ville était le 8e decumanus.

64Le site de Saint-Vincent n’est distant que de 350 m de cet axe majeur. Plus au nord, le dixième decumanus matérialise la limite septentrionale de la zone d’échange est-ouest entre Augusta Tricastinorum et le Rhône. Cette attirance économique vers le fleuve et l’Helvie, sur la rive droite, est Tune des constantes historiques de la région. Les carrières de pierre du Midi proches de Saint-Paul-Trois-Châteaux exportaient leur production vers Lyon et Vienne, et l’approvisionnement de la capitale faisait forcément appel aux importations par voie d’eau.

Le rôle des habitats groupés

65Dans les quadrants situés à l’est du cardo maximus et au nord du decumanus maximus (régions de Saint-Paul et Novem Cruris), les sites de Novem Cruris et d’Augusta Tricastinorum attirent, dans un rayon de 1 800 m autour de leur centre, plus de 90 % des implantations. Ce regroupement de l’habitat dispersé à proximité des habitats groupés, dans le cadre de la trame cadastrale, est une des caractéristiques des implantations augustéennes.

L’attraction de la capitale

  • 113 On notera ici que la superficie possible de ces exploitations (150 ha) rentre dans la fourchette de (...)
  • 114 Sur l’ensemble de l’échantillon augustéen étudié on note : 36,65 % des implantations en plaine, 33, (...)

66Dans le petit bassin naturel qui entoure Augusta Tricastinorum (soit un quadrilatère d’environ 750 hectares) cinq implantations rurales augustéennes peuvent être répertoriées, soit potentiellement 1 site pour 150 ha113. Le choix topographique pour ces implantations est varié : trois s’installent dans la plaine et deux sur les coteaux environnants114.

  • 115 Pour l’analyse pédologique du secteur et les capacités de production des sols voir : Odiot 1989 et (...)
  • 116 Pour la période augustéenne 29 % des sites sont implantés sur ce type de sol. Aucune création posté (...)
  • 117 On peut admettre par hypothèse que les villae sont implantées au cœur de leurs terroirs et que les (...)

67D’autre part, parmi ces cinq sites, deux s’installent sur des terrains lourds (assimilables à des gleys ou des pseudo-gleys115), c’est-à-dire des terrains à excellent rendement sous réserve de drainage intensif116. Les trois autres sont implantés sur des terrains légers et sableux. De par la nature des sols, il est possible d’affirmer que deux types de productions agricoles s’opposent dans le bassin de Saint-Paul. Cette différence ne s’exprime pas uniquement en termes de rendement, mais plutôt en termes de nature de production. Les cultures sont très contrastées entre celles obtenues sur des sols lourds (cultures de type potagère, blé, lin, fèves) et celles obtenues sur des sols plus légers (céréales, vigne). Les propriétés implantées sur ces deux types de sols117 représentent des domaines de production complémentaires qui ne sont pas forcément concurrents.

Augusta tricastinorum et sa périphérie urbaine à la période augustéenne

68La campagne proche d’Augusta Tricastinorum apparaît donc comme un ensemble fortement structuré par le cadastre Β d’Orange (les cinq sites augustéens sont en relation directe avec le réseau). Le cadastre joue un rôle très directif à proximité de la ville, tandis que, dans les campagnes plus éloignées, les implantations de sites sont soumises à d’autres influences économiques.

69On peut alors considérer que le cadastre structure les campagnes (et la ville) de façon très forte et que la cité a en quelque sorte polarisé les implantations rurales. Il semble que les sites ruraux proches de la ville soient des fondations ex nihilo, contemporaines de la mise en place du cadastre Β et du système de mise en valeur qu’il représente, plutôt que la continuation d’habitats plus anciens qui n’auraient pas été perçus lors de la prospection. La présence de sites ruraux autour de la capitale et la complémentarité des terroirs peut donc s’expliquer en partie par les débouchés qu’offre l’agglomération à des cultures vivrières. Les sites implantés dans la plaine (quadrant de Pierrelatte) sont en revanche davantage tournés vers des débouchés extérieurs. En effet, la nature des sols mis en valeur, leur situation géographique et la possibilité de drainer de vastes étendues en font potentiellement des domaines tournés vers une agriculture extensive.

Les campagnes dans le courant du premier siècle

70La fouille n’a pas permis de mettre en évidence de changements notables dans la vie du site de Saint-Vincent. Dans le terroir immédiat de Saint-Paul-Trois-Châteaux, trois nouvelles implantations viennent compléter la mise en valeur des abords de la capitale. La cité d’Augusta Tricastinorum attire alors peu de nouvelles installations en milieu rural : seuls deux nouveaux sites sont implantés à moins de 1 000 m de la capitale (fig. 78, n° 132 et 128). Les campagnes autour de la ville étaient déjà mises en valeur dès la période précédente. En revanche, dans les campagnes autour de Novem Craris, de nombreuses créations de sites sont à noter. Le carrefour de la vallée de la Berre semble alors jouer un rôle attractif très important.

Mise en valeur du terroir à l’ouest du cardo maximus

71Seuls trois sites (11,5 % des implantations de la période) s’installent au sud du dixième decumanus. En revanche, des sites apparaissent dans la partie nord de la plaine de Pierrelatte jusqu’alors délaissée. Ces nouvelles créations évitent systématiquement le nord de la zone de confluence du Rhône et de la Berre ainsi que l’ensemble de la plaine de Donzère avec les plateaux et collines qui la dominent. Les contraintes naturelles, qui peuvent être importantes, semblent ici encore entérinées par une décision politique de répartition des implantations. Les limites géographiques sont fixées par le cours de la Berre, le cardo maximus et le dixième decumanus.

72La proximité du Rhône est un atout important dans le choix des implantations (83 % des sites du secteur sont à moins de 2 000 m du fleuve), ce qui montre une relative stabilité du cours du fleuve. La série des sites n° 84, 108, 83, 73 et 89 dessine une courbe régulière qui suit le tracé d’un cours fossile du Rhône. Le cours antique du fleuve pouvait être proche de ces habitats ; ils sont de plus longés par la voie reliant Donzère à Bourg-Saint-Andéol, cette voie attestée à la période médiévale pour être antique.

Mise en valeur du terroir à l’est du cardo maximus

73Au cours de la première moitié du premier siècle, la voie d’Agrippa est moins déterminante pour l’implantation des sites puisque seuls 38 % de ceux-ci sont à moins de 2 000 m de la voie (48 % à la période augustéenne). Ce phénomène est d’autant plus marqué que 43 % des sites sont éloignés de plus de 4 000 m de la voie.

Implantations et cadastre Β

74Le rôle du cadastre dans le choix des implantations est moins déterminant qu’à la période augustéenne : 57,7 % des sites sont directement dépendants du réseau contre 64 %. De plus, aucun site n’est situé au milieu d’un cardo et dans un angle de centurie. Le cadastre semble continuer à structurer les grandes lignes de la politique de création de sites mais en étant moins déterminant dans le détail des implantations.

75Après la grande phase d’implantations dans les campagnes proche de la capitale, la période du milieu du premier siècle marque un changement des objectifs dans la mise en valeur des terres. Les implantations se font rarement à proximité des sites augustéens. Ce phénomène est très marqué à l’ouest du cardo maximus où ce n’est plus le quadrant de Pierrelatte-sud qui reçoit les nouvelles implantations ; mais un nouveau quadrant plus au nord. Les trois nouveaux sites implantés dans le micro-terroir proche de la capitale semblent plutôt marquer la continuité avec la phase d’expansion augustéenne. Aucun site ne sera créé au cours des phases postérieures.

Les campagnes à la fin du premier siècle : une période de mutations ?

76L’agrandissement de la villa de Saint-Vincent qui triple la superficie de ses bâtiments indique une certaine prospérité du domaine. À l’intérieur du réseau cadastré, des domaines ont été créés et continuent de se développer à la période vespasienne (nova jugera) (Piganiol 1962), montrant la diversité des formes de mise en valeur des sols.

77Ce phénomène est à rapprocher de la série d’implantations d’habitats dispersés qui s’effectuent à cette période dans le secteur étudié. Au premier abord il semblerait que les investissements en mileu rural se poursuivent et qu’ils soient donc rentables pour les possessores.

Mise en valeur du terroir à l’est du cardo maximus

78Un changement sensible s’opère, dès le règne de Vespasien, dans les modes d’implantation de cette partie du terroir.

  • L’attraction de la voie d’Agrippa augmente de façon très nette : un tiers des sites est situé à moins de 500 m de celle-ci. Ce pourcentage est le plus élevé de l’ensemble des périodes étudiées (8 % des implantations à la période augustéenne, 15 % au milieu du premier siècle).

  • Les campagnes proches de la capitale ne reçoivent aucune implantation, et seul un site est répertorié à proximité des autres habitats groupés (site n° 26 près du Logis-de-Berre). Les nouvelles installations paraissent parfois « combler des vides » ; ainsi le groupe des sites 34, 35, 36 et 42 est localisé dans une petite plaine intérieure jusqu’alors délaissée (quadrant de Novem-Craris).

  • Les implantations sont moins fortement structurées par le cadastre Β d’Orange. En effet, seules 41 % des implantations ont une position directement liée aux limites des centuries.

  • Le choix des terroirs où s’implantent les habitats dispersés est lui aussi modifié par rapport aux périodes antérieures. Des sites sont créés sur tous les types de terroir (pas d’implantation sur les collines à la période augustéenne, pas d’implantation sur les plateaux au milieu du Ier s.) avec une nette préférence pour les coteaux (48 %).

    • 118 14 % pour la période augustéenne, 17 % pour le milieu du Ier s..

    Les sols lourds et denses (type III) reçoivent plus d’un tiers des sites (36,7 %), taux le plus élevé de toutes les périodes étudiées118. Les sols II, sur lesquels de nombreux sites ont été répertoriés jusqu’alors, sont maintenant délaissés par les investisseurs (aucune implantation). Par contre, davantage de sites sont créés sur des sols légers (sols de type IV : 39 % contre 8 à 9 % pour les périodes précédentes). Ainsi cette période est donc caractérisée, entre autres, par la conquête de nouveaux sols.

79Ce contraste très marqué dans le choix des sols, (absence d’implantation sur les meilleures terres) peut s’expliquer par une politique de mise en valeur d’autres types de terrains. Il peut s’agir d’un choix délibéré de la part de particuliers se destinant à des productions agricoles différentes et complémentaires de celles déjà pratiquées sur les sols I et II. Il peut s’agir aussi de la traduction d’une évolution de l’économie locale, ou alors qu’il n’existait plus, peut-être, de terres libres dans les secteurs des bonnes terres.

Augusta Tricastinorum et ses campagnes à la fin du premier siècle

  • 119 C’est à cette période et à l’initiative de Vespasien que sont Drôme, 1868, p. 462 ; Sautel 1957. p. (...)

80Si les abords de la cité semblent délaissés par les investisseurs au profit de petites plaines intérieures, ces implantations et la renormatio de Vespasien119 montrent des campagnes en pleine évolution. Les investissements dans le monde rural continuent à s’effectuer dans cette partie de la moyenne vallée du Rhône mais par certains aspects il est possible de percevoir les prémices d’une mutation.

  • Les deux premières phases de la mise en valeur du terroir (période augustéenne et milieu du Ier s.) étaient axées sur la mise en valeur des bonnes terres distribuées dans le cadre du cadastre et très fortement structurée par celui-ci. On peut rapprocher cette exploitation de la plaine de Pierrelatte dans le cadre du cadastre d’Orange à la formule :

« Il faut en premier lieu assigner les confins, (...) ensuite on assignera les parties internes de la pertica » (Hygin Gromatique, in : Chouquer 1989).

  • Dans la dernière partie du premier siècle, les implantations d’habitats dispersés se poursuivent mais ne semblent pas être soumises aux mêmes contraintes (conquête de nouveaux types de sols, implantation à proximité d’une grande voie terrestre, absence d’implantations à proximité du fleuve et des habitats groupés, pouvoir de structuration du cadastre en régression, etc.).

81Il est tentant de voir, dans ces modifications des modes d’implantation des habitats dispersés, une des matérialisations de la réforme de Vespasien. Par exemple, le changement radical dans le choix des types de sols n’est pas explicable par un phénomène d’origine naturelle puisque les sites implantés durant les phases précédentes continuent de fonctionner. Les différentes modifications des modes d’implantation découleraient alors d’une volonté politique. En fixant un nouveau cadre aux implantations, un des buts de Vespasien aurait été de compléter, voire d’équilibrer l’exploitation des ressources naturelles du secteur.

82Toutefois, il ne paraît pas possible de décider si les nouvelles orientations en matière d’investissement en milieu rural sont liées à la recherche de nouveaux débouchés par les investisseurs (nouvelles terres, nouvelles productions) ou si elles résultent d’une décision administrative. Quoi qu’il en soit, entre la période augustéenne et les deux premiers tiers du Ier s., le solde des implantations par rapport à celui des abandons de sites est largement positif (52 implantations pour 3 abandons) la tendance semblant s’inverser entre le dernier tiers du Ier s. et le début du IIe s. (12 implantations pour 11 abandons) soit un solde quasiment nul. La restructuration (ou la mutation naturelle) des investissements dans les campagnes d’Augusta Tricastinorum apparaît donc comme un échec.

83Il faut situer vers le début du IIe s. la fin de la grande phase d’implantation de l’habitat dispersé. La réforme de Vespasien marque donc une évolution dans l’exploitation du terroir, un besoin de stabilisation de l’évolution des domaines, et signale, avec la fin de la phase d’expansion de l’habitat groupé, le début d’une nouvelle phase de l’exploitation des sols. En effet, c’est dans le cadre du cadastre réformé que s’effectueront toutes les modifications de l’occupation des sols du IIe s.

Les mutations de l’habitat dispersé à la fin du deuxième siècle

  • 120 La relative connaissance du mobilier céramique du troisième siècle obtenue grâce aux travaux de A. (...)

84C’est vers la fin du IIe s. que le site de Saint-Vincent est abandonné. Cet épisode de la vie du site est à replacer dans le contexte plus général de la phase d’abandon des habitats dispersés du secteur. Ainsi, trente-neuf sites ne livrent pas de traces d’occupation postérieures à la fin du IIe s.120, soit 58 % des sites fonctionnant encore à la fin du Ier s. Cette diminution du nombre des habitats dispersés touche surtout les sites de plaine (33 sites, soit 84,6 % des abandons). Toutefois, il semble que ni la nature des sols, ni l’éloignement du site de la voie d’Agrippa ou du Rhône, aient joué un rôle dans la survie ou l’abandon des sites.

85Le même phénomène d’abandon se ressent dans les campagnes proches de la cité d’Augusta Tricastinorum et à proximité des autres habitats groupés. Il est tentant d’évoquer le contexte général de « crise économique » qui touche la province. Toutefois, les sites connus par les prospections ne permettent pas d’envisager leur statut réel : fermes, villae, dépendances ? Faut-il évoquer une évolution dans le type de tenure des propriétés ou un changement radical de l’économie locale ? On ne saurait généraliser l’exemple du site viticole du Molard, près de Donzère, qui abandonne, à cette époque, sa production principale. L’ensemble des sites proches de la ville sont abandonnés dans la même fourchette chronologique. Il ne semble donc pas que la concurrence économique entre les sites en ait été le moteur. Aucun site ne devient prépondérant. Dans la périphérie de la cité il faut donc imaginer que le modèle de la villa au milieu des terres du domaine avait vécu. En revanche, certains sites plus éloignés de la capitale semblent survivre au détriment de leurs plus proches voisins. Cette hypothèse qui n’est fondée que sur la proximité géographique des sites entre eux et leur date d’abandon ne prend pas en compte le statut réel des implantations. Toutefois, elle ne permet pas (sauf à imaginer des regroupements de domaines de Tordre de plusieurs miliers d’hectares) d’expliquer la majeure partie des abandons.

86L’importance des agri de serti à la fin de l’époque romaine a maintes fois été soulignée (Le Glay 1975, p. 281-282). Sans négliger cette première hypothèse, nous éviterons toutefois de l’ériger hâtivement au rang de certitude. En effet, si Ton n’oublie pas de prendre en compte l’environnement du site de Saint-Vincent, trois autres schémas d’évolution semblent possibles :

  • le territoire de la villa est annexé au domaine de la ville toute proche, ou d’une plus grande exploitation rurale, dans le cadre d’un processus de concentration foncière qui s’effectuerait au détriment des petits ou des moyens possédants ruraux. La modestie de la villa (si Ton peut admettre que son plan est complet) ne semble pas, en effet, dénoter un domaine très étendu. Dans cette optique, l’installation de modestes habitations au Ve s. pourrait suggérer la présence de petits paysans tenanciers ;

  • le territoire de la villa ne change pas de mains et continue d’être exploité, seuls la résidence du propriétaire et les bâtiments d’exploitation sont déplacés vers la ville ou vers un autre domaine. Cette analyse suggère pour la réoccupation une interprétation analogue à la précédente ;

  • le domaine n’a jamais existé, la villa n’étant en fait qu’une demeure suburbaine sans rapport avec une exploitation agraire. L’abandon des bâtiments n’a donc aucune incidence sur la mise en valeur des terres et leur réoccupation trois siècles plus tard peut être liée à un nouveau mode d’exploitation tout autant qu’à l’installation d’un groupe urbain marginalisé.

87Au-delà de la fausse évidence de l’abandon des terres apparaît donc une large gamme de solutions possibles, entre lesquelles il est malheureusement difficile de trancher.

88En l’absence de fouilles dans le centre urbain on ne peut approcher de façon suffisamment précise l’évolution du tissu urbain et de les mettre en relation avec d’éventuelles fluctuations de la population. L’abandon de la nécropole du Valladas à la fin du IIe s. ne permet pas d’envisager à elle seule un rétrécissement du tissu urbain. Par contre, les récents sondages dans le quartier des Sablières et les fouilles menées sur les sites de la rue des Ecoles et de l’Esplan n’ont pas non plus attesté de niveaux postérieurs à la fin du IIe s. ou au début du IIIe s.ap. J.-C. Ces éléments sont trop lacunaires pour permettre d’appréhender avec sérieux l’évolution de la population de la cité.

89Durant les deux premiers tiers du IIIe s., aucune création nouvelle n’est recensée. Les abandons de sites sont en nette diminution par rapport à la période précédente (10 abandons, soit 37 % des sites existant à la fin du IIe s.). À partir de la fin du IIIe s. notre documentation devient encore plus lacunaire.

90Une dizaine d’implantations sont attribuables à cette période. Il s’agit essentiellement de nécropoles (sites 14, 46, 82, 18, 12, 56) et d’habitats en grotte dans le défilé de Donzère (sites 4, 3, 2, 23) (fig. 78).

91L’hypothétique perchement de l’habitat à cette période est difficilement perceptible. Seuls les vestiges fouillés dans l’enceinte du château de Donzère par M.-P. Feuillet, la réoccupation du site de Château-Porcher à proximité de l’oppidum de Saint-Saturnin (sur la commune de Chateauneuf-du-Rhône) sont interprétables en ce sens.

92De même, les abris naturels qu’offrent les grottes du défilé de Donzère et le riche mobilier retrouvé lors des fouilles restent à interpréter.

93Les abandons tardifs semblent moins importants, puisque entre le début du IVe s. et le début du VIe s. seulement onze sites disparaissent.

La réoccupation du site : interprétation et comparaisons

94Le site de Saint-Vincent fournit un nouvel exemple de réoccupation d’une villa à la fin de l’Antiquité. Après l’abandon, total ou partiel, de nombreuses villae aux IIe, IIIe ou IVe s., l’installation de nouvelles formes d’habitation dans ces anciennes demeures rurales, plus ou moins ruinées selon le cas, est un aspect méconnu de l’évolution de l’habitat dispersé. Fréquemment signalé dans les relations de fouilles, ce phénomène n’en demeure pas moins fort mal caractérisé et encore plus mal interprété. Le campement temporaire, la cabane de berger ou l’habitat de squatters sont les explications le plus souvent évoquées, par défaut. La cause de cette méconnaissance incombe partiellement à l’état de conservation des vestiges de ces états tardifs, situés au sommet des stratigraphies et fréquemment remaniés, sinon détruits, par les labours modernes. La problématique des fouilles de villae concourt tout autant à cette méconnaissance : essentiellement tournées vers l’étude des états classiques disposant de pièces d’apparat et de thermes, les recherches se sont peu intéressées, jusqu’à une date récente, aux ultimes avatars des bâtiments. Deux axes nouveaux de la recherche en Gaule du Sud-Est concourent à donner à cette question toute son ampleur :

  • un intérêt accru pour les formes tardives de l’habitat rural gallo-romain et de sa culture matérielle et technique ;

  • l’insertion tout aussi récente de la villa dans une recherche sur le domaine agraire, et plus largement, sur l’occupation de l’espace rural envisagée dans la longue durée.

95Le phénomène des réoccupations se situe ainsi au cœur du problème de la continuité ou de la rupture du fonctionnement des terroirs à la fin de l’Antiquité et dans le Haut Moyen Âge.

96Sous ce double éclairage apparaît la nécessité d’une définition précise des formes de la réoccupation, de sa durée et enfin de sa fonction dans le cadre d’une économie agraire. À ces questions ambitieuses, nous avons tenté d’apporter des éléments de réponse pour le site de Saint-Vincent. Quelques points de comparaison jalonnent ces pistes de recherche encore peu explorées.

97Brève et ponctuelle, la réoccupation de la villa Saint-Vincent intervient près de trois siècles après l’abandon du IIe s. L’ampleur du hiatus et la modestie des nouvelles installations, sans aucune mesure avec les états antérieurs, dénotent une rupture dans l’évolution de l’habitat rural. Incidemment se repose la question de l’évolution des zones agraires à la fin de l’Antiquité : une fois abandonnée la demeure, qu’advint-il du domaine foncier qui, selon toute apparence, lui était rattaché ? Comme nous l’avons vu plus haut la solution la plus « évidente » et la plus traditionnelle est de supposer que, le sort des terres étant intimement lié à celui des bâtiments de résidence et d’exploitation, le domaine cesse de fonctionner lors de leur abandon. Dans ce cas, l’installation des cabanes du Ve s. dans les ruines de la villa pourrait être mise en relation avec le défrichement et la remise en culture des terres, sous la forme de petites exploitations paysannes.

98Ces observations montrent surtout le manque de réelles recherches sur cette période, qui gêne l’interprétation, et l’on retrouve ici la proposition initiale de notre étude : l’évolution du domaine rural ne peut être pleinement expliquée sans la connaissance de son environnement socio-économique. Cette constatation, pour évidente qu’elle soit, peut rarement être prise en compte lors de fouilles de sauvetage comme ce fut le cas à Saint-Vincent, avant la construction de lotissements. À défaut d’avoir proposé une interprétation « définitive », l’étude de la villa a toutefois permis de dresser l’inventaire des questions et de mieux situer le problème des réoccupations dans le cadre général de l’évolution de l’habitat à la fin de l’Antiquité.

99Quelques exemples pris sur des sites provençaux et languedociens à titre d’éléments comparatifs permettent d’élargir cette approche. La réoccupation ponctuelle de villae aux IVe et Ve s. a été constatée sur plusieurs sites varois, notamment à La Garde (Brun 1979, p. 35) et à Cavalaire (Brun 1986 b, p. 136). Dans tous les cas, la réoccupation est caractérisée par des aménagements sommaires : murs en pierre sèche, sols en terre battue, réemploi partiel des bâtiments. Ces aménagements peuvent intervenir après un hiatus dans l’occupation du site, comme à La Garde, ou constituer l’ultime étape d’une évolution continue, comme c’est le cas à Cavalaire. Dans ce dernier cas, le terme de réoccupation est inadéquat, mais l’importance des transformations suggère une mutation profonde de l’habitat.

100C’est un processus analogue que décrit L. Rivet à propos de la villa de Saint-Julien-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), qui révèle

« une permanence de l’occupation sur près de six siècles, permanence qui ne peut dissimuler une mutation sinon une rupture dans le mode de mise en valeur du domaine. En effet, les données de l’archéologie amènent à constater un rétrécissement de l’habitat, d’abord à la fin du IVe s., puis après le milieu du VIe s. . La qualité même de l’occupation change : les sols en terre battue se substituent progressivement aux sols bétonnés, les murs en pierre sèche aux murs liés à la chaux, les petites salles aux vastes pièces, etc. Quant au domaine, il ne livre pas, aux alentours de la villa, d’habitats contemporains qui montreraient une redistribution du terroir » (Rivet 1986, p. 137).

101C’est là une des rares études qui tente de caractériser précisément l’occupation tardive d’une villa et d’inclure dans la problématique l’étude du domaine foncier.

102En Languedoc oriental, une approche analogue est pratiquée sur le site de Pataran (Aigues-Vives, Gard, fouilles en cours par Cl. Raynaud). Cette villa est abandonnée durant une courte période, semble-t-il au début du IVe s., puis réoccupée sous une forme radicalement différente : plusieurs unités d’habitation s’installent dans les anciens thermes, désaffectés. Dans certaines pièces, la suspensura est détruite, des ouvertures sont pratiquées, des murs en pierre sèche subdivisent l’espace. À l’extérieur des bâtiments thermaux, une cabane en matériaux légers s’appuie contre des murs encore en élévation. Cette réoccupation dure près de deux siècles, jusqu’à une date mal cernée dans le VIe s., et semble correspondre à un modeste habitat groupé. Autour de la villa, les prospections systématiques livrent d’autres sites d’habitat des IVe-VIe s. , montrant la continuité de l’occupation du sol, encore exploité après le démembrement du domaine de la villa (fouilles et prospections en cours d’étude, J.-R Brun et Cl. Raynaud).

103Ces exemples, situés dans des régions différentes, soulignent la diversité et la complexité des modalités de la réoccupation ou de la transformation d’une villa à la fin de l’Antiquité. Aucune interprétation ne s’impose d’emblée. À Saint-Vincent, l’attraction de la ville voisine pourait être le facteur d’abandon de la villa, mais d’autres raisons ne peuvent être exclues. En définitive, aucune explication satisfaisante ne pourra être proposée sans des études précises sur une série de sites dans une micro-région. La singularité de chaque cas, ou, au contraire, les tendances générales ne seront mesurées qu’à l’issue de ce type d’enquête. Dans la région donzéroise, la découverte, sur le site de la villa du Molard, d’une réoccupation ponctuelle au IVe s. constitue, avec le site de Saint-Vincent, l’amorce d’une telle série. L’insertion de ces deux fouilles dans une recherche globale sur l’occupation des sols devrait permettre, à terme, de mieux saisir le sens de ces réoccupations. Ainsi envisagé, ce phénomène n’apparaît plus seulement comme l’ultime avatar — un peu anecdotique — de l’occupation d’une villa, mais contribue à la transition entre le monde rural gallo-romain, dominé par le grand domaine que l’on dit esclavagiste, et de nouveaux modes d’exploitation et de production qui ne sont certes pas encore médiévaux et restent à découvrir dans une large mesure.

Notes

107 Information de A. Beeching, que nous tenons à remercier.

108 Prospection systématique de six communes de la région de Saint-Paul-Trois-Châteaux effectuée dans le cadre du programme H 11 : Occupation des sols à l’époque romaine et au début du Moyen Âge dans le Tricastin. Le corpus des sites est présenté dans : Odiot (T.).— Le domaine gallo-romain du Molard, essai de restitution économique. À paraître.

109 L’ensemble des données de la carte archéologique utilisée dans cet article est en cours de publication dans : Favory, à paraître.

110 Dans ce secteur, 60 % des implantations sont en rapport direct avec une limite majeure du réseau cadastral.

111 Nous n’avons pris en compte que les sites limitrophes d’un cardo ou d’un decumanus ou situés au centre géométrique d’une centurie.

112 Ce pourcentage est encore plus fort si l’on observe unique ment les sites implantés au sud du 10e decumanus et à l’est du car-do (région de Saint-Paul) : 100 % des sites sont en relation directe avec un axe cadastral.

113 On notera ici que la superficie possible de ces exploitations (150 ha) rentre dans la fourchette des grandes exploitations du cadastre Β d’Orange. Sur le sujet : Pelletier 1976. Quoi qu’il en soit, ce rapprochement reste aléatoire.

114 Sur l’ensemble de l’échantillon augustéen étudié on note : 36,65 % des implantations en plaine, 33,25 % sur les coteaux et 30 % sur les plateaux, aucune implantation sur les sommets de collines.

115 Pour l’analyse pédologique du secteur et les capacités de production des sols voir : Odiot 1989 et à paraître. Les terrains lourds (type V) dans la dépression de Saint-Paul représentent 50 % des sols.

116 Pour la période augustéenne 29 % des sites sont implantés sur ce type de sol. Aucune création postérieure ne s’effectuera ensuite sur ces terrains. Les terrains légers (sols des garrigues et collines actuelles) ne reçoivent quant à eux qu’une implantation.

117 On peut admettre par hypothèse que les villae sont implantées au cœur de leurs terroirs et que les domaines n’exploitent qu’un seul type de sol. Dans le cas inverse, il s’agit de domaines diversifiés, dont les cultures sont complémentaires.

118 14 % pour la période augustéenne, 17 % pour le milieu du Ier s..

119 C’est à cette période et à l’initiative de Vespasien que sont Drôme, 1868, p. 462 ; Sautel 1957. p. 29, gravés les marbres d’Orange.

120 La relative connaissance du mobilier céramique du troisième siècle obtenue grâce aux travaux de A. Desbat et aux fouilles valentinoises de P. Rethoré, permet desormais de cerner avec plus de précision cette période chronologique.

Table des illustrations

Titre 78 - Carte archéologique des campagnes autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre 79- 80 - 81 - Autels aux déesses Mères provenant du site de Saint-Vincent
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre 82- Plan du site de Saint-Vincent
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 83 – Plan des vestiges de l'Antiquité tardive
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 84- Plan de la cabane 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre 85- La cabane 2 : vue de la toiture effondrée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre 86- La cabane 2 après enlèvement de la toiture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre 87- La cabane 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 88- Mobilier de l’état IV de l’habitation 1
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Ce tableau souligne la nette prédominance des céramiques communes, au sein desquelles domine le groupe kaolinitique. Quelques tessons très usés de sigillée du sud de la Gaule et d’amphore gauloise sont résiduels de la première occupation de la villa. Les tessons de claire B/luisante, fragmentés et mal conservés, doivent être interprétés de la même façon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 89- Mobilier de l’état IV des habitations 1 et 2
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 90- Mobilier de l’état IV des habitations 1 et 2
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/784/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access