Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre 2. L’enceinte : Essai de restitution du tracé

Nicole Chandru, Michèle Bois, Thierry Odiot et Valérie Bel

Texte intégral

1Que la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux ait été dotée d’une enceinte à l’époque romaine n’est pas une découverte : depuis le XVIIIe s., les vestiges d’une muraille antérieure à celle de la ville médiévale, et beaucoup plus étendue qu’elle, ont été signalés par des érudits locaux comme L.-A. Boyer de Sainte-Marthe (1710) et J.-C. Martin (1938), mais leur localisation a rarement été notée de façon précise. Aussi n’ont-ils guère retenu l’attention des historiens. Au XIXe s., F. Vallentin (1883), A. Lacroix (1863-1893) et L. Fillet (1907) qui ont consacré chacun une monographie à la cité tricastine, n’en font pas état. Les mentions des anciennes murailles apparaissent dans des textes relatifs à l’ancien diocèse de Saint-Paul, transcrits et publiés dans la Gallia Christiana Novissima (abrégée ici en G.C.N.) par U. Chevalier en 1909. Mais, bien que connues et publiées, ces mentions n’ont jamais été vérifiées ni commentées. Ainsi, dans la notice historique qui accompagne la publication du plus ancien cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Jacques de Font-Réaulx (1950) passe sous silence l’existence d’une enceinte différente de celle du Moyen Age. Plus près de nous, J. Sautel (1957), A. Piganiol (1962), G. Barruol (1969), H. Lavagne (1979) et la synthèse la plus récente concernant les enceintes augustéennes dans l’occident romain (Colin 1987) ne font aucune mention d’un rempart du Haut Empire à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Seul Cl. Boisse (1968, p. 130) fait allusion à des vestiges visibles à l’est de la ville, mais il ne les décrit pas et ne cherche pas à les localiser sur un plan. En fait, son intérêt porte surtout sur l’enceinte médiévale dans laquelle il voit une enceinte réduite du Bas Empire. Son hypothèse, reprise par A.L.F. Rivet (1988) n’a pas été retenue par P.-A. Février (1986, p. 86) et n’est pas étayée par la moindre donnée archéologique.

2Comme ses voisines Vaison et Alba, Augusta Tricastinorum a donc été recensée parmi les villes romaines non fortifiées. Ce sont les découvertes de ces dernières années qui ont conduit les archéologues à rassembler de façon critique l’intégralité de la documentation disponible. La confrontation des données de fouille avec les sources anciennes a ainsi permis de prouver l’existence d’un rempart du Haut Empire et d’en restituer avec certitude la majeure partie du tracé. Les différents aspects de cette recherche sont présentés ici, puis sont exposées les données (notamment d’ordre chronologique) recueillies lors des deux principales fouilles pratiquées contre l’enceinte.

La bibliographie locale

Le témoignage de L.-A. Boyer de Sainte-Marthe

3Dans son ouvrage consacré à l’histoire de l’église cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux, L.-A. Boyer de Sainte-Marthe (1710), évoquait la ville romaine en ces termes :

« Cette ville des Tricastins étoit riche, et bien peuplée, fort grande, mais beaucoup plus longue : qu’on en juge par les anciennes murailles qui paroissent encore en différents endroits » (Livre I, p. 3).

4L’allusion à des constructions encore bien visibles et connues en ce début du XVIIIe s. se trouve accompagnée d’un jugement subjectif sur la ville antique. C’est cette opinion qui a rendu suspecte l’affirmation pourtant bien fondée de l’existence d’une vaste enceinte débordant le rempart médiéval.

Le cadastre napoléonien

5Le plan cadastral de 1811 montre, sur plusieurs feuilles (Section N, n° 201, 207, 208, 222, 223, 232, 261, 262, 263, 266, 267, 268, 269, 270) des limites rectilignes le long desquelles est inscrite la mention : « ruines des anciens remparts de la ville » (fig. 20). Ce document décrit clairement une enceinte s’étendant largement au sud de la ville médiévale, dans des zones restées rurales jusqu’à l’urbanisation de ces dernières années.

20 – Mention des ruines des anciens remparts de Saint-Paul-Trois-Châteaux sur le plan cadastral de 1811

20 – Mention des ruines des anciens remparts de Saint-Paul-Trois-Châteaux sur le plan cadastral de 1811

Le récit du cure de Saint-Paul

6Au début du XIX s., l’abbé Martin, curé de Clansayes, a fait paraître un opuscule qui contient un récit pittoresque fourni par le curé de Saint-Paul (Martin 1938). D’après l’étude des actes de propriété des parcelles mentionnées, il est possible de situer cet épisode entre 1835 et 1838. Il nous a semblé utile de le présenter ici au vu de la richesse des informations qu’il contient. Une recherche menée à la fois dans les archives (matrices et plan cadastral napoléonien) et sur le terrain permet d’éclairer ce récit et de préciser l’exactitude de cette description (fig. 21).

21- Emplacement des vestiges des anciens remparts d’après le récit du curé de Saint-Paul au début du XIXe s. sur un extrait du cadastre de 1811

21- Emplacement des vestiges des anciens remparts d’après le récit du curé de Saint-Paul au début du XIXe s. sur un extrait du cadastre de 1811
  • 83 C est nous qui soulignons.

« M. le Curé de Saint-Paul-Trois-Châteaux revenait un jour de la Rouvière, quartier au terroir de Saint-Paul, au midi, vers Bollène. Dès qu’il fut à la croisière formée par le torrent ou ravin de Boussoux (fig.21, n° 1), avec le chemin à la suite et qui de la Rouvière aboutit à la route de Pierrelatte en longeant la Glacière, champ de Monsieur le notaire CHEYSSON ; il vit de cette croisière le nommé BONNEFOI attentif à planter des mûriers dans sa propre terre. Des restes de murs anciens83 la séparaient de l’un et de l’autre bout du champ dudit Monsieur Cheysson, au levant de celui dudit nommé Bonnefoi. Ces débris de murs s’élèvent peu de terre, se dirigent au nord du côté de la route de Pierrelatte que sans doute ils traversaient jadis, reparaissent ensuite, toujours au nord dans la terre de Monsieur THUNE, jusqu’à son moulin (fig. 21, n° 2). M. le Curé apprit du cultivateur qu’il interrogeait, que ces restes de murailles appartenaient aux remparts ; qu’en travaillant à l’endroit qu’il lui désignait, en voulant faire un trou pour y planter un mûrier, il ne put réussir et se vit contraint de le planter à côté. Le même Bonnefoi trouva un mur carré, massif sur lequel s’appuyait vraisemblablement une tour massive au coin du rempart (fig. 21, n° 3). Le même disait que par un détour carré, en droite ligne, au levant, en allant au pied de Sainte-Juste, on remarquait des fondations cachées en terre à travers la tête (sic) d’un fond voisin. Chaque côté du fondement de la terre massive est long d’environ trois mètres et ceci désigne on ne peut mieux les traces d’une ancienne tour.
Au bas de Sainte-Juste, le long de la terre de Monsieur Lassagne, paraissent des traces de vieux murs ; leur direction est du sud au nord, vers la tour neuve qui paraît bien vieille aujourd’hui. Au levant, le mur de clôture du vaste enclos des Dominicains semble avoir été la continuation du rempart qui, de Sainte-Juste, se terminait à la tour neuve
(fig. 21, n° 4), de manière à former un coude rentrant le long du mur du susdit enclos, car »

L’exploitation des terriers et des cadastres

7Bien qu’évocatrices, les mentions du début du XIXe s. doivent être complétées par l’analyse détaillée des documents fiscaux de l’Ancien Régime : les cadastres (en français) de 1727 et 1646 et les terriers (en latin) de l’évêque (1507 à 1508) et de l’ordre de Malte (entre 1428 et 1661 ; A.D.D. 40 H 340).

8Ces documents officiels contiennent des renseignements précis sur l’état des propriétés à des époques où le rempart antique était encore bien conservé. Ces »murailles vieilles« se dressaient au milieu des terres, dans des secteurs libres de constructions, et marquaient suffisamment le paysage pour qu’on les utilise comme limites de confront.

9La déclaration de chaque propriétaire est enregistrée sur le même modèle en indiquant son nom, quelquefois sa profession, et l’ensemble de ses propriétés. Chaque parcelle est décrite en indiquant sa superficie, les droits dont elle est grevée, et surtout ses confronts. Les registres ne sont pas accompagnés de plans, mais il est possible cependant d’identifier et de localiser les différentes parcelles : l’absence de documents figurés est suppléée par l’indication de nombreux toponymes et microtoponymes qui peuvent quelquefois se rapporter à un petit groupe de parcelles, voire à une seule. Cette multitude de noms de lieux montre l’intensité de l’occupation humaine. Certains termes ont perduré jusqu’à nous sans grand changement, (quartier de l’Argentane au sud-est de la ville), d’autres, très nombreux, ont complètement disparu (lieu-dit »à Male Motte« au nord du précédent).

10La méthode a consisté à dépouiller de façon exhaustive l’ensemble de ces registres de façon à repérer les différentes mentions des »murailles vieilles de la ville« .

  • Le répérage s’est fait en commençant par le cadastre de 1727 (fîg. 22). Grâce aux registres de mutations qui signalent chaque changement de propriétaire, il a été facile de localiser ces parcelles sur le plan cadastral de 1811. Les anciens remparts formaient, à cette époque, les limites des quartiers suivants :

11La Clastre et le Palais à l’ouest de la ville ; la Mure et Le Pialon au sud-ouest ; Fenne Morte et Male Motte au sud-est ; la Porte des Plans et Notre-Dame à l’est.

  • Le registre de 1646 (fig. 23) a été dépouillé selon la même méthode. Il comporte les mêmes mentions de quartiers à l’exception de ceux de Fenne Morte et Male Motte. Cette absence s’explique par le fait que ce cadastre n’enregistre que les fonds roturiers soumis à la taille (les fonds nobles n’y figurent pas).

    • 84 Ce terrier, rédigé en latin sur des feuillets de parchemin, a été établi par le notaire Johannus Re (...)

    Le terrier de l’évêque84 établi au début du XVIe s., fournit un excellent état du terroir tricastin à cette époque. Il présente cependant de larges lacunes dues au fait que les grandes propriétés nobles (exemptes d’impôt) n’y figurent pas, si ce n’est comme confront d’autres parcelles. Les mentions concernant l’enceinte antique (fig. 24) sont plus rares en raison de l’emprise plus grande, ou en tout cas différente, des terrains exempts de la taille.

22 – Mention des murailles de la vieille ville

22 – Mention des murailles de la vieille ville

Extrait du cadastre de 1727

23- Mention des murailles vieilles de la ville

23- Mention des murailles vieilles de la ville

Extrait du cadastre de 1646

24- Mention des « mura ville antique »

24- Mention des « mura ville antique »

Extrait du terrier de l’évêque de 1507

    • 85 Cartulaire de Saint-Paul-Trois-Chateaux, n° 101 : Rostaing Roux cède à l’évêque tout le droit qu’il (...)

    D’autres textes font quelquefois état de ces anciens remparts comme confront : ce sont, par exemple, les « barey vieux » dans un document daté de 1631 (G.C.N. n° 1049) et le « muro veteri » mentionné dans une charte de 123685. Ce dernier semble correspondre au tronçon situé au sud de la Tour Neuve (fig.25, n° 2).

Le trace général de l’enceinte d’après les documents anciens

12Les indications données par ces textes de différentes époques se recoupent et permettent de restituer dans ses grandes lignes le tracé du rempart principalement dans ses parties sud et ouest (fig. 25).

25 – Carte archéologique de la ville antique

25 – Carte archéologique de la ville antique

L’angle sud-ouest de l’enceinte

13Les données toponymiques et topographiques concernant un groupe de parcelles localisées autour de l’angle sud-ouest de l’enceinte apportent des éléments intéressants sur l’aspect de ce quartier dans lequel ont été retrouvées une voie et une nécropole.

14Au sud, le quartier se nomme la Valette, à l’ouest La Mure mais on l’appelle aussi « à Peyra », en raison sans doute des nombreuses pierres provenant de ruines antiques.

15L’angle intérieur de la muraille est nommé le « Malpertus » c’est-à-dire le mauvais passage. Le chemin de la Valette, qui reprend au sud de l’enceinte le tracé du quatrième cardo du cadastre Β d’Orange, oblique vers le centre-ville précisément à l’endroit où il franchit la ligne du rempart. Le toponyme de Malpertus désignerait donc le mauvais passage constitué par une brèche ouverte à travers la muraille permettant de gagner directement le centre de la ville.

16Une autre parcelle, située à l’extérieur de la muraille occidentale et près de son extrémité sud, est dite « prope Pilhonum » que l’on peut traduire par « près du pilier ». La fouille de la nécropole gallo-romaine du Valladas a permis de retrouver, à proximité, les fondations circulaires d’un monument funéraire. Le toponyme le Pialon (Pilhonum) devrait son origine au souvenir de ce monument plutôt qu’à celui de la tour mentionnée par le curé de Saint-Paul (Martin 1938) à l’angle de l’enceinte. En effet, à cet emplacement, l’élément marquant du paysage fossilisé par le toponyme est la brêche à travers le rempart (Malpertus).

17M. Bois, N. Chandru

Les localisations sur le terrain

18Nous présentons ici dans l’ordre, les segments encore visibles de la courtine est, en allant du nord vers le sud, puis les découvertes fortuites, à l’exception du site de l’Esplan (fig.25, n° 1), du Jardin Méssié (fig. 25, n° 4) et de la cathédrale (fig. 25n° 9) qui seront décrits dans le chapitre suivant.

Les segments encore visibles en élévation

  • -Le segment de la place de la Tour Neuve (fig. 25, n° 2)

19La place de la Tour Neuve se trouve au sud-est de la ville médiévale, à l’extérieur de ses remparts. Le cadastre de 1507 (f. 47, 213) décrit cet espace comme étant « près de la Tour Neuve du Portail de la Tour Rompue » et situe là des jardins que l’on trouve déjà à l’abri des hautes murailles des « barris » en 1477-1478 (G.C.N., n° 653, 654, 668, 672, 679). Ce mur limite encore la place au nord et à l’ouest, mais l’ancienne porte de la ville, figurée sur le plan cadastral de 1811, a disparu. L’examen des parements a montré de nombreux états reprenant une maçonnerie primitive dont le blocage est conservé sur une longueur de 7,75 m (fig. 26). Il est interrompu au nord par la rue qui donne accès à la place de l’Esplan. On le retrouve plus au sud en coupe dans la maçonnerie de la courtine méridionale du rempart moderne donnant sur le Courreau (observation Ph. Thirion) (fig 25, n° 3, et fig. 27). Sa hauteur maximale visible est de 2,25 m au-dessus du sol actuel. Ce segment de mur, difficile à observer en raison des différentes reprises qu’il a subies, présente cependant un aspect semblable (qualité de mortier, type de blocage, type de matériaux) à celui des autres tronçons mis en évidence.

26- Mur de la place de la Tour Neuve

26- Mur de la place de la Tour Neuve

Le fragment de maçonnerie antique, visible au dernier plan, à droite du monument aux morts, se distingue nettement des reprises postérieures

27- Vue de détail du rempart moderne, boulevard du Courreaux

27- Vue de détail du rempart moderne, boulevard du Courreaux

L’anomalie visible dans la maçonnerie pourrait correspondre au mur antique

  • Le mur du stade municipal (fig. 25, n° 5 et fig. 28 et 29).

20Le terrain du stade est limité, à l’ouest, par un mur, d’orientation nord-sud, en partie recouvert par la végétation. Ce mur visible sur une hauteur de 2,80 m dans sa partie nord, sert au sud de soutènement et n’apparaît que sur une faible élévation. Ainsi, à l’est, côté stade, le niveau du sol est supérieur de près d’un mètre à celui des parcelles intra muros occupées par des maisons et des jardins.

21Ce segment se présente sous la forme d’un blocage de pierre du Midi et de mortier jaune, non parementé, qui tranche sur l’aspect général du mur de clôture. Il est conservé sur une hauteur maximale de 2,80 m et sur une longueur d’au moins 42 m. Il ne subsiste que sur 1,20 m d’épaisseur à laquelle il faut ajouter celle des parements disparus. On distingue très nettement cinq lits d’attente horizontaux séparant les différentes étapes de construction de ce blocage. Ceux-ci sont équidistants de 0,60 m et se suivent sur toute la longueur de l’élévation conservée. Ce vestige est similaire à celui décrit plus haut et se trouve dans son prolongement.

28- Le tracé en baïonnette de la courtine occidentale de l’enceinte antique est bien visible au centre de la photo

28- Le tracé en baïonnette de la courtine occidentale de l’enceinte antique est bien visible au centre de la photo

Au nord de la voie ferrée on distingue la muraille encore en élévation

29 - Mur du stade municipal (vue de la face ouest)

29 - Mur du stade municipal (vue de la face ouest)
  • Le mur oriental du lotissement des Lavandes (fig. 25, n° 6).

22Un mur de même facture est visible au sud du CD 59, dans le quartier des Lavandes. Partiellement recouvert par des maçonneries modernes, il subsiste actuellement en très mauvais état (le parement a disparu) sur une hauteur d’environ 1,20 m et sur au moins 70 m de long à l’est des parcelles n° 593 à 596, section AO. Comme précédemment, le niveau du sol actuel à l’est est sensiblement plus élevé qu’à l’ouest. De direction nord-sud, ce tronçon est d’orientation divergente par rapport aux précédents. La courtine orientale forme ainsi un décrochement important au niveau du CD 59 (ancien tracé de la ligne du P.L.M.), comme l’avait remarqué le curé de Saint-Paul (Martin 1938).

Les découvertes fortuites

  • Chemin du Docteur Jean Pradelle (fig. 25, n° 7).

23Ce chemin est attesté dès 1507 comme confront oriental des parcelles longeant le tronçon sud des « moenia » (f. 217), ou des « barrio veteri » (f. 218), plus tard des « murailles vieilles de la ville » au couchant. Il n’a donc pas repris, en cet endroit du moins, un tracé antique et correspond à un captage (médiéval ?) déjà décrit plus haut.

24Il a été percé en mars 1987 par une tranchée E.D.F. qui a recoupé deux murs maçonnés, A et Β (fig. 30). L’étude de ces structures a cependant été limitée par l’étroitesse (0,60 m) et la faible profondeur (1 m) de la tranchée.

30 – Situation des murs découverts dans une tranchée, chemin du Docteur Pradelle

30 – Situation des murs découverts dans une tranchée, chemin du Docteur Pradelle

25Le mur A était le mieux conservé (fig. 31). L’excavation n’a pas atteint sa base et on ignore sa hauteur. Il est arasé à 30 cm au-dessous du niveau du sol et se trouve recouvert directement par les recharges de la route actuelle (couches 1-3). Il est arasé au nord mais présente, du côté sud, un parement de moellons calcaires de 10 à 14 cm de hauteur environ. Si celui-ci est très irrégulier dans sa partie supérieure et correspond peut-être à une reprise, sa base semble être celle d’origine. Le blocage interne (n° 6 de la coupe, fig. 31) est identique à celui des exemples déjà décrits. Compte tenu de l’orientation de la tranchée, très en oblique par rapport à celle du mur, il est difficile d’évaluer la largeur conservée du mur (1,20 m maximum). La direction du parement du mur A n’a pu être mesurée avec précision, étant donné la faible longueur du tronçon conservé (l’axe reporté sur la figure 30, mesuré à la boussole, est seulement indicatif).

31- Coupe stratigraphique, chemin du Docteur Pradelle :

31- Coupe stratigraphique, chemin du Docteur Pradelle :

1-Asphalte, chemin moderne.
2-Graviers, chemin moderne.
3-Remblais hétérogènes (sable gris et gravier).
4-Sable jaune.
5-Argile rouge.
6-Mur A. Blocage : pierre du Midi, mortier jaune. Parement :
moellons en pierre du Midi.
7-Sédiment argilo-sableux rouge.
8-Argile rouge, mortier rose, pierre du Midi.
9-Fond de la tranchée : argile rouge.
10-Fond de la tranchée : mur B. Blocage : pierre du Midi,
argile rouge, mortier rose.
11-Sédiment argileux, pierre du Midi, mortier jaune (a : horizon hétérogène ; b : horizon homogène).
12-Mortier jaune.
13-Sable argileux rouge.
14-Au fond de la tranchée : blocage du mur A (pierres du Midi maçonnées d’un mortier jaune).

26Un second mur, différent du précédent, était visible à 1 m au-dessous du sol actuel (mur B). Il n’a été possible de déterminer ni sa largeur, ni son orientation. C’était un massif de maçonnerie constitué de pierres du Midi noyées dans un liant très compact de terre argileuse rouge, de chaux et de mortier rose clair. Le parement n’était pas conservé.

27Aucun matériel permettant de dater ces structures n’a été recueilli et les éléments susceptibles d’aider à établir la chronologie relative des deux murs manquent aussi. Par ses caractéristiques, le mur A appartient manifestement à l’enceinte antique. Le mur Β se distingue du précédent par la qualité du liant utilisé, il s’agit donc apparemment d’une construction différente. L’hypothèse d’une tour du rempart ne peut être retenue dans l’état actuel des données.

  • Carrefour du CD 59 et de l’avenue du Général de Gaulle (fig. 25, n° 8).

28La dernière observation en date a été faite lors de travaux de voirie sur le CD 59 (ancien chemin de Sourne), dans une tranchée étroite de direction est-ouest qui recoupait le tracé théorique de la courtine occidentale. Le segment de mur mis au jour n’a pu être étudié compte tenu des conditions de la découverte. Il présentait cependant toutes les caractéristiques des autres tronçons du rempart. Contrairement à toute attente, il était orienté selon un axe est-ouest (qu’il n’a pas été possible de déterminer avec précision). La disposition de ce mur suggère donc, soit un changement d’orientation local de la courtine lié à l’existence d’une porte, soit la présence d’une tour.

29À ces découvertes s’ajoutent celles des sites de l’Esplan, du Jardin Messié et de la cathédrale (fig. 25, n° 1, 4 et 9). Ces dernières fouilles ont permis de préciser le mode de construction de l’enceinte, sa chronologie et son insertion dans le tissu urbain antique. Aussi méritent-elles de plus longs développements qui feront l’objet du prochain chapitre.

Hypothèse de restitution

30Les données présentées permettent de restituer une enceinte quadrangulaire (fig. 25).

La courtine ouest

31Son tracé rectiligne est entièrement connu par les documents cadastraux (cadastre de 1811 et terriers de l’Ancien Régime) (fig. 25). Toutefois la découverte fortuite d’un segment de mur est-ouest au milieu de la courtine suggère la présence en cet endroit d’une tour ou bien d’une porte.

La courtine nord

32Les découvertes de la cathédrale (fig. 25, n° 9) sont venues confirmer l’hypothèse développée plus loin par M. Bois qui restituait un tracé au sud de la cathédrale, probablement basilique funéraire au Ve s. et donc extérieure au périmètre urbain. La position des tronçons mis au jour sur le neuvième decumanus (fig. 25) fait penser que la courtine suivait le tracé de la limite cadastrale antique. Cependant les angles est et ouest sont hypothétiques. Tout au plus peut-on noter que la maison qui s’élève au nord-ouest, à l’emplacement de l’angle théorique, était dotée au XVIIIe s. d’un colombier — vestige d’une ancienne tour ? À l’est, il est possible d’imaginer une alternative au tracé rectiligne qui présente l’inconvénient de laisser hors les murs une moitié du sommet de la colline : selon M. Bois, l’enceinte médiévale du château de l’évêque pourrait reprendre en fait le tracé antique dans ce secteur.

La courtine est

33Elle est connue par deux découvertes archéologiques (l’Esplan, le Jardin Méssié) qui seront décrites dans le chapitre suivant (fig. 25, n° 1 et 4), et par des vestiges encore en élévation (la place de l’Esplan, le stade municipal, les Lavandes). Ces éléments permettent de restituer un tracé en baïonnette, bien visible sur la figure 28 mais dont on ne connaît aucun des décrochements. Une fois encore les angles sont incertains.

La courtine sud

34C’est la partie la moins bien repérée. Comme pour la courtine nord, on ne connaît qu’un seul point de découverte (chemin du Dr Jean Pradelle) qui atteste sa présence, mais ne permet pas de restituer son orientation. À ceci, il faut ajouter la mention par le curé de Saint-Paul, déjà cité, d’une maçonnerie carrée située à une distance non précisée de l’angle sud-ouest. L’orientation de la courtine est toutefois suggérée par la direction générale du parcellaire dans ce secteur de Saint-Paul, notamment sur le cadastre napoléonien (fig. 25), les remembrements ayant depuis sensiblement modifié la trame parcellaire dans ce secteur. On note, dans la partie orientale, à l’est du chemin de Serre-Blanc (section G, cadastre de 1811), une série de limites parcellaires et topographiques très marquées qui semblent indiquer un tracé perpendiculaire à celui de la courtine orientale. À l’ouest du chemin, ce tracé paraît se prolonger selon un axe légèrement divergent, comme le suggèrent plusieurs limites isoclines dont l’une coïncide avec le tronçon de rempart trouvé en fouille (section N2, cadastre de 1811). Cette restitution, uniquement fondée sur la morphologie du parcellaire, demeure très hypothétique.

35Si le plan général de l’enceinte est désormais cerné dans ses grandes lignes, les systèmes d’accès et la parure du monument sont très mal connus. Un axe de circulation antique a été repéré intra muros sous le tracé de l’actuel chemin de Serre-Blanc, (fig. 25, n° 40) à proximité du tracé possible de la courtine sud. Ce chemin correspond à l’ancienne route de Bollène et pourrait reprendre le tracé d’un chemin antique, voire protohistorique. Il oblique précisément à son intersection avec le tracé théorique de l’enceinte. Ce changement d’orientation suppose un passage obligé de cet axe et suggère donc l’existence d’une porte à cet endroit. Deux autres portes pourraient être restituées sur les tracés des courtines est et ouest, en utilisant des indices morphologiques :

  • la présence, au milieu de la courtine occidentale, d’un segment de mur perpendiculaire à celle-ci, qui ne peut correspondre qu’à une tour ou une porte ; à l’appui de cette dernière hypothèse, on note qu’à cet endroit se rejoignaient — avant la construction de la voie de chemin de fer — la route de Pierrelatte (chemin de Sourne sur le cadastre napoléonien) et l’ancienne route de Bollène ;

  • le décrochement de la courtine orientale précisément à l’endroit où elle recoupe l’ancien chemin de Sourne, au milieu de la centurie DD IX CK V. Dans ce cas cependant, la patte d’oie est située plus à l’est, sur le tracé du cinquième cardo, au milieu de la centurie (intersection du chemin de Sourne, de deux chemins descendant de Sainte- Juste et de l’actuel boulevard Paul Faure qui suit au nord le tracé de l’axe cadastral). En outre, la découverte d’une sépulture à incinération, 250 m à l’est de ce point et à proximité de l’ancien chemin de Sourne, fait penser que ce dernier reprend bien un axe antique.

  • le décrochement très marqué que dessine le tracé de la courtine orientale au niveau de la place de l’Esplan, à un endroit topographiquement favorable, suggère l’existence d’une porte ; il en existait d’ailleurs une au Moyen Age, dite « portail de la Tour Rompue ».

36Nous n’avons en définitive aucune certitude sur l’emplacement des portes ni sur celui de tours éventuelles. Le curé de Saint-Paul est le seul à mentionner la présence, à l’angle sud-ouest et à proximité sur la courtine méridionale, de deux tours carrées. Sa description confuse incite toutefois à la prudence.

M. Bois, N. Chandru, T.Odiot, V. Bel

Cadastre B d’Orange et enceinte

37Cette étude repose sur la restitution à l’échelle du 1/25 000e du cadastre Β d’Orange par G. Chouquer. Les axes ont été reportés sur un fond cadastral au 1/2 000e à partir de repères morphologiques et d’éléments trouvés en fouilles (fig. 25).

38Il apparaît d’emblée que le tracé du rempart s’inscrit globalement dans la centurie DD IX CK V.

  • On le constate notamment au nord où la courtine suit exactement la limite du neuvième decumanus, à 708 m de la limite sud du decumanus trouvé dans la nécropole du Valladas.

  • Le tracé occidental est établi parallèlement au quatrième cardo, à 19 m à l’est de celui-ci.

  • Le tracé du rempart semble par contre divergent sur le côté sud peut-être en raison de la présence de ruisseaux descendant de la colline de Sainte-Juste (le Valladas, par exemple) dont le cours a été un temps drainé par les fossés du huitième decumanus. Rappelons que ce tracé sud est encore hypothétique. Si notre restitution est recevable, la courtine sud aurait, dans sa partie occidentale, une orientation d’environ 2/3°-W par rapport au Nord géographique, et de 4/5°-W, dans sa partie orientale. Cette dernière orientation détermine également le tronçon méridional de la courtine est, qui se prolonge au nord du décrochement, par un tronçon divergent (12/13°-W environ). Le segment découvert sur le site de l’Esplan suit enfin une direction encore différente (environ 20°-W).

  • 86 Il semble que l’axe théorique de la limite de centurie tel qu’il est restitué par G. Chouquer (1983 (...)

39On note par ailleurs que l’angle sud-ouest du rempart est localisé à environ 13 m de la limite nord de l’emprise du decumanus tel qu’il a été trouvé en fouille (Bel 1986), soit à environ 19 m de l’axe théorique de la limite de centurie86. Ainsi, comme la courtine occidentale, la courtine sud est décalée de 19 m environ (63 pieds) en retrait de l’axe théorique de la centurie.

40La courtine méridionale est en outre située dans l’alignement du mur nord de l’enclos Ε de la nécropole du Valladas. La bande de 13 m, soit 42 pieds, située entre l’enceinte et le decumanus, correspond d’une part à la largeur du decumanus et d’autre part à l’un des modules (42, 84 et 100 pieds) du parcellaire de la nécropole.

41L’enceinte, une partie de la voirie et les hypothétiques portes sont donc directement en relation avec le cadastre B, ce qui confirme le rôle structurant de celui-ci. Des contraintes topo-orographiques ou peut-être historiques (préexistence d’une voie), ont amené les concepteurs du rempart à aménager son tracé (divergences d’orientations du rempart et d’une partie de la voirie au sud et à l’est), lui donnant l’aspect de deux rectangles emboîtés. Toutefois, ces divergences sont intégrées à la logique du schéma cadastral par le respect des modules, même dans les parties non orientées.

T. Odiot, V. Bel

La construction de l’enceinte, un impact sur l’économie locale

42Il est désormais possible de chiffrer, avec un marge d’erreur minime, la longueur de la courtine et incidemment de calculer la superficie de la cité :

  • dimensions de la courtine = 2 630 m ;

  • superficie de la cité = 39,7 ha.

43Au regard des exemples connus (Bessac 1987, p. 25, note 1) on peut proposer pour son élévation, une hauteur minimale moyenne de 5 m sur une largeur de 1,85 m. Le cubage de pierre et de matériaux de construction serait alors d’environ 24 330m3 (sans compter les éléments de parure, portes, tours). Après soustraction d’environ 10 % du volume pour comptabiliser la masse de mortier (Bessac 1987, p. 25), on aboutit à un total de 22 000 m3.

44Le problème de la provenance des matériaux semble résolu par la proximité des gisements de pierre du Midi : un front de taille peut-être d’époque romaine a été relevé récemment dans la carrière des Archivaux (commune de Saint-Restitut), à environ 1 500 m de Saint-Paul (information J.-C. Bessac 1983). L’exploitation de ce matériau est attestée par l’étude des monuments de Vienne et de Lyon à partir de 20 av. J.-C. (Philippe 1989). À Saint-Paul-Trois-Châteaux, la construction la plus ancienne actuellement connue utilisant la pierre du Midi est le mur stylobate (mur n° 25) du site de l’Esplan, que l’on situe dans les deux dernières décennies du 1er av. J.-C. Un autre indice chronologique est donné par les résultats des prospections systématiques menées autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux. En effet, aucun des 20 sites attribués à la période pré-augustéenne n’a livré de pierre du Midi. Il faut donc situer le début de l’exploitation des carrières de Saint-Restitut vers la fin du 1er s. av. J.-C. En tout état de cause, la construction du rempart (postérieure aux premiers indices d’utilisation) pourrait marquer le démarrage de l’exploitation à grande échelle de ce matériau. Les urnes et les enclos funéraires de la nécropole du Valladas témoignent de la continuité de cette exploitation, tout au long du 1er s. av. J.-C.

45Sur le plateau de Saint-Restitut, où se développent les carrières, les centuries conservées indiquent que les terres sont soit rendues aux Tricastini (la majorité), soit assignées, mais jamais apparemment rendues à la colonie d’Orange. Les carrières pouvaient dont avoir été affermées, soit à des colons d’Orange, soit à des édiles de la cité tricastine.

46La construction du rempart a dû mobiliser, pendant un laps de temps relativement bref, une abondante main-d’œuvre locale, peut-être soutenue par un savoir-faire exogène. Si l’on reprend le raisonnement suivi par J.-C. Bessac (1987, p. 33), il faudrait environ 150 personnes pendant un an pour réaliser la construction du rempart, sans ses tours et portes. Un tel chantier a dû marquer profondément la ville, son paysage et plus encore le monde du travail. Il semble difficile d’envisager cette construction en dehors d’une volonté politique forte et d’une mise de fonds importante, qu’elle soit extérieure ou locale. L’effort financier que la construction de ce rempart semble impliquer chez les édiles locaux suggère indirectement une mise en valeur du terroir permettant de dégager suffisamment de richesses disponibles. Cette hypothèse est confortée par les résultats des recherches sur l’occupation des sols autour de Saint-Paul. De plus, les fouilles de l’Esplan et du Jardin Messié, décrites plus loin, montrent qu’une trame urbaine préexistait à la construction du rempart.

T. Odiot

Notes

83 C est nous qui soulignons.

84 Ce terrier, rédigé en latin sur des feuillets de parchemin, a été établi par le notaire Johannus Remigii à la fois pour Tévêque et pour le roi, de qui dépendait en indivision le terroir tricastin depuis le traité de partage de 1308.

85 Cartulaire de Saint-Paul-Trois-Chateaux, n° 101 : Rostaing Roux cède à l’évêque tout le droit qu’il a en différents quartiers de Saint-Paul, dont le territoire qui s’étend "depuis la vieille muraille jusqu’à la terre de Sainte Marie qui est au couchant, et depuis le fossé de la ville qui est au nord jusqu’à la voie".

86 Il semble que l’axe théorique de la limite de centurie tel qu’il est restitué par G. Chouquer (1983) corresponde au milieu de l’emprise du decumanus (voie + fossés + mur).

Table des illustrations

Titre 20 – Mention des ruines des anciens remparts de Saint-Paul-Trois-Châteaux sur le plan cadastral de 1811
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre 21- Emplacement des vestiges des anciens remparts d’après le récit du curé de Saint-Paul au début du XIXe s. sur un extrait du cadastre de 1811
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 22 – Mention des murailles de la vieille ville
Légende Extrait du cadastre de 1727
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre 23- Mention des murailles vieilles de la ville
Légende Extrait du cadastre de 1646
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre 24- Mention des « mura ville antique »
Légende Extrait du terrier de l’évêque de 1507
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre 25 – Carte archéologique de la ville antique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 26- Mur de la place de la Tour Neuve
Légende Le fragment de maçonnerie antique, visible au dernier plan, à droite du monument aux morts, se distingue nettement des reprises postérieures
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 27- Vue de détail du rempart moderne, boulevard du Courreaux
Légende L’anomalie visible dans la maçonnerie pourrait correspondre au mur antique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre 28- Le tracé en baïonnette de la courtine occidentale de l’enceinte antique est bien visible au centre de la photo
Légende Au nord de la voie ferrée on distingue la muraille encore en élévation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 29 - Mur du stade municipal (vue de la face ouest)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre 30 – Situation des murs découverts dans une tranchée, chemin du Docteur Pradelle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 31- Coupe stratigraphique, chemin du Docteur Pradelle :
Légende 1-Asphalte, chemin moderne.2-Graviers, chemin moderne.3-Remblais hétérogènes (sable gris et gravier).4-Sable jaune.5-Argile rouge.6-Mur A. Blocage : pierre du Midi, mortier jaune. Parement :moellons en pierre du Midi.7-Sédiment argilo-sableux rouge.8-Argile rouge, mortier rose, pierre du Midi.9-Fond de la tranchée : argile rouge.10-Fond de la tranchée : mur B. Blocage : pierre du Midi,argile rouge, mortier rose.11-Sédiment argileux, pierre du Midi, mortier jaune (a : horizon hétérogène ; b : horizon homogène).12-Mortier jaune.13-Sable argileux rouge.14-Au fond de la tranchée : blocage du mur A (pierres du Midi maçonnées d’un mortier jaune).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/775/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access