Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre 1. L’épigraphie latine des Tricastini

Henri Desaye

Texte intégral

1La première démarche, non la moins facile, que postule une telle recherche, c’est de donner au sujet des limites territoriales acceptables. Dans une optique tutioriste et sans nous prononcer sur le fond, nous bornerons notre propos à l’ancien diocèse de Saint-Paul, prenant pour limites le Jabron, les contreforts de la montagne voconce, le bassin du Lèz et le Rhône, et n’envisageant d’extensions possibles que sur les territoires frontaliers de Montélimar, de la Bégude-de-Mazenc, de Taulignan et de Rochegude. Nous ne nous cachons pas ce qu’il peut y avoir d’arbitraire dans une telle position. D’autre part, nous excluons l’étude de l’instrumentum et des cadastres d’Orange.

  • 14 Nous avons compté les onze fragments d’Allan ILGN 257 pour un texte.

2La répartition des textes dans ce cadre reste significative. Sur 44 inscriptions, 24 proviennent de la bordure occidentale des collines tricastines, à proximité de la plaine rhodanienne, des Granges-Gontardes à Bollène, ensemble où prédominent Saint-Paul (10 textes) et Barry-Bollène (8 textes). Au nord du défilé de Donzère, 111 inscriptions seulement14, dont 6 à Montélimar même, vicus dont l’appartenance tricastine serait à discuter. Sur les confins orientaux, le bassin du Lèz apporte un lot de 6 textes, depuis Taulignan jusqu’à Rochegude. L’axe reste bien la côtière nord-sud dominant la voie d’Agrippa. Ajoutons deux inscriptions étrangères à la cité.

La vie municipale

3Les trois milliaires trouvés à Montélimar (CIL XVII, 164), près du col de Malataverne (CIL XVII, 165) et au Logis-de-Berre (CIL XVII, 166), ne portant pas d’indication de distance, ne peuvent nous aider à déterminer les limites de la cité. Les princes mentionnés, Tibère (CIL XVII, 165, années 31-32), Aurélien (CIL XVII, 164, années 270-275) et Constantin Auguste (CIL XVII, 166, années 307-310) se rencontrent ailleurs sur la voie d’Agrippa.

  • 15 Allmer 1890, III, p. 125-127 ; CIL XIII, 1913 : D(is) M(ani bus) /... / ...ai... M(arcus). Be{tt}on (...)
  • 16 Realencyclopädie. II, 13, col. 80-81 ; Barruol 1969. p. 247, 252-253.

4Un sarcophage lyonnais citait le nom et les fonctions de M. Bettonius Romulio... civitatis Tricastinorum (fig. 9). La restitution dec(urio) a été proposée vu la longueur de la lacune15 mais on ne peut exclure aed(ilis), flam(en)... MM. Audin et Burnand (Audin 1959, p. 327 et tableau VI) placent ce monument après 240. Il est normal que civitas remplace alors colonia et on note le maintien de la forme Tricastini attestée dès le Ier s16.

  • 17 Hirschfeld, qui a vu le monument, lit : P(ublius). Apicius / Modestus / aere m/u{ltaticio} ; Floria (...)
  • 18 Ettore de Ruggiero, Dizionario epigrafico di antichità romane, I, p. 313-314s. v. Aes multaticium.

5S’il faut lire, sur l’autel 1227, des Ier-IIe s., aere m/u{ltaticio}17 on doit faire de P. Apicius Modestus un magistrat, car c’est en général à un pareil personnage qu’était confié le soin d’affecter le produit des amendes à des fins pieuses ou d’utilité publique18.

9- Epitaphe de l’épouse de M. Bettonius Romulio

9- Epitaphe de l’épouse de M. Bettonius Romulio

Musée de la Civilisation Gallo-romaine de Lyon

  • 19 1711 : L(ucio). Voturio. Maximo, aedili /pagi. Aletani. patri. / C(aii). Voturi. Aviti. /
  • 20 G. Barruol (1969, p. 266-267) et A. Chastagnol (1980, p. 74 75) attribuent ce pagus aux Tricastins  (...)
  • 21 On connaît cependant un pagus Minervius (1243) sur le terri toire d’Orange.

6À Taulignan on connaît un édile du pagus Aletanus19, pagus qui paraît bien avoir laissé son nom à l’église Notre-Dame d’Auton, au Pègue, et dont le chef-lieu devait se trouver là. Le problème est de savoir s’il était tricastin ou voconce20. M. Tarpin (1991, p. 300 et 305) pense que la multiplicité des pagi chez les Vocontii du sud et chez les Allobroges s’explique par le souci précoce de quadriller d’un réseau administratif la campagne de ces vastes cités sur lesquelles il n’y avait pas eu de déduction coloniale. Le problème n’était sans doute pas le même pour la petite cité des Tricastini, voisine d’Orange21.

  • 22 5825 : Q(uinto). Pontin{io} / ...ioni / {sev}ir(o). Aug(ustali) / ...{ ?Ponti)nius /...

7L’épitaphe du sévir Q. Titius Amandus (5855), dont le nom figure au datif, doit remonter à la seconde moitié du Ier s. (fig. 10). La qualification de sevir tout court (le texte paraît complet) ne présente pas de différence avec celle de sevir Augustalis (Duthoy 1976, p. 209). C’est ce dernier titre que porte Q. Pontinius....io dans une épitaphe qui paraît ancienne aussi22. Le sévir augustal de 1581 exerçait son ministère à Dea Augusta Vocontiorum.

10- Epitaphe du sévir Q. Titius Amaudits

10- Epitaphe du sévir Q. Titius Amaudits

Musée SPTC

  • 23 AE 1962, 143 : Antistiae. Q(uinti).fil (iae). Piae / Quintillae. flamini/cae. colonia. Flavia / Tri (...)
  • 24 Beurlier 1890, p. 182 ; Chr. Goudineau (1979, p. 273) cite 856, épitaphe arlésienne d’un dispensato (...)
  • 25 C’est l’opinion de G. Barruol (1969, p. 253) ; contra : Goudineau 1979, p. 272.
  • 26 Pline l’ancien, NH, III, 4,36, dont la documentation remonte en partie à l’époque augustéenne.

8L’inscription d’Antistia Pia Quintilla23 provient de Vaison. Chr. Goudineau (1979, p. 271-273) a montré que cette flaminique était la patronne de Philocrates, l’affranchi auteur du texte, et non de la colonia Flavia Tricastinorum, où elle exerçait son sacerdoce. L’inscription remonte à l’époque flavienne même ou peu après (beauté des lettres, accents sur Flavia, Tricastinorum, patronae, orthographe optumae). La prêtresse était peut-être une étrangère, un flamine (et une flaminique) pouvant être choisis en dehors de la cité24. Le titre de colonia Flavia atteste clairement que Vespasien ou l’un de ses fils a concédé quelque faveur aux Tricastini. Pourquoi ne pas penser à la concession du nom de colonie romaine25 à une cité qui, depuis au moins Auguste, figurait parmi les oppida latina26 ?

  • 27 L’épitaphe 1735 était peut-être celle d’un vétéran, mais le texte en a été mal transmis : D(is). M((...)
  • 28 Sous le Haut Empire, un ou deux légionnaires originaires de Vaison, contre 12 de Luc-en-Diois, tout (...)

9Contrairement à Alba et à Lucus Augusti, aucun légionnaire tricastin n’ayant été recensé sur le Rhin ou le Danube, nous ne pouvons trouver le nom de ce peuple dans l’origo d’un soldat27. La comparaison avec Vaison et Luc-en-Diois28 laisse supposer que la citoyenneté romaine a été si largement et rapidement répandue chez les Tricastini qu’aucun d’entre eux ou presque n’a eu à la rechercher au Ier siècle par un engagement dans les légions : l’engagement militaire semble inversement proportionnel à la romanisation.

La vie religieuse et les croyances

  • 29 Naevii / Valentinus / et Lucanus / v(otum). s(olverunt). l(ibentes). m(erito). /
  • 30 Si l’on suit la lecture du CIL, qui a vu la pierre : Iulia / Secund(a) /m... /Iv(otum)) s(olvit) l((...)

10Onze inscriptions, dont celles des sévirs et de la flaminique, concernent la vie religieuse. Trois dédicaces ne portent pas (1229)29 ou ne portent plus (1227, 1730) le nom de la divinité. Le formulaire de 1730 fait penser au Ier s.30 L’autel en marbre 1227 possède des pulvini avec acrotère central et focus, le texte montre un Τ surplombant et un petit Ο : on pense aux Ier-IIe s.

  • 31 ILGN 257. a : Matris V{ic}tricibus / (v(otum)) s(olvit) {l(ibens)}. m(erito) / Niger. C(aii) Satri. (...)
  • 32 Revue épigraphique, 1906, p. 183.
  • 33 ILGN 257, h et h’ : ...(Vii) etr(icibus) .../...t. XIIII. k(alendas). M... /...an...to cos Nfiger/. (...)

11À Allan, dix fragments sur pierre et un sur marbre, trouvés, ainsi que des bas-reliefs (BR I, 327), dans les ruines d’un sanctuaire local, s’adressent aux Mères Victorieuses31. On connaît des monnaies de Dioclétien et Maximien portant la dédicace Fatis Victricibus32. Les Mères sont considérées, à l’instar des Destins, comme maîtresses des biens, pouvant procurer la réussite si l’on est cellarius. En terrain celtique, les déesses tutélaires (on connaît des Maires Conservatrices : 497 add.) ont en même temps un caractère guerrier, qu’elles ont mieux conservé dans la tradition insulaire que sur le continent (Sjoestedt 1940, p. 27) et qui pourrait justifier l’attribution de l’épithète Victrices aux protectrices pacifiques d’un domaine. M. André Blanc, se fondant sur les lettres...an... et...to cos des fragments ILGN 257 h et h’, propose d’y voir la mention des consuls de 148 : {Iuli}an{ο et Torqua}to cos(ulibus)33. Le formulaire, la beauté des caractères, la présence de I longae, jusqu’aux lettres hautes et étroites du fragment b, souvenir de l’écriture rustique, ne s’opposeraient pas à cette datation, bien que d’autres dates consulaires restent possibles (fig. 11).

11- Dédicace aux Mères Victorieuses par Niger

11- Dédicace aux Mères Victorieuses par Niger

Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar

  • 34 FOR 4 : Matris / Nymplh/is / ...us / Polylcarjpus / v(otum) (s(olvit) I(ibens)l m(erito)/.
  • 35 1325-1329\AE 1940, 158 ; Gallia. 1953. p. 122.
  • 36 Le Y de Nymphis possède des branches droites ; entre le Ρ et le I de ce mot il y a peu de place : o (...)

12Les Mères Nymphes du Val des Nymphes34, sous un nom emprunté à la mythologie grécoromaine, sont des divinités indigènes des eaux bien connues chez les Vocontii méridionaux.35 Le datif Matris, qui est également usité à Allan au lieu de Matribus, peut confirmer la solidité de la tradition indigène. La forme du couronnement, malgré ses mutilations, avec pulvini et focus, le formulaire et l’écriture36 paraissent attribuer l’autel aux Nymphes au IIe s.

  • 37 1737 = BR I, 331. Nous lisons : Proxsumis / suis.Baebia / Eroe m(erito) /. Fl. Vallentin (1883, p. (...)
  • 38 661. 1330,3115, 3116. 3119. 3121,3127 ; ILGN 174,410.
  • 39 Cf. table du CIL XII, p. 927. À Vaison, 1330-1332 ; ILGN 197- 199. Selon Renée Carré (1976, p. 184- (...)
  • 40 L’inscription 1251, de Barry, de lecture incertaine, paraît mentionner les noms Beratia (= Veratia  (...)

13Sur une stèle de Clansayes élevée aux Proxsumes37 sont sculptés deux bustes, très mutilés (fig.12). Les Proxsumes, les « Très Proches », représentent des divinités tutélaires, sortes d’« anges gardiens » familiaux, d’où l’adjectif suis qu’on retrouve ailleurs38. Leur culte, indigène, est bien attesté à Vaison dès le Ier s. et dans la basse vallée du Rhône39. La dédicace de Clansayes, avec ses lettres irrégulières, peut remonter aux deux premiers siècles40.

12- Dédicace de Baebia Eroe aux Proxsumes

12- Dédicace de Baebia Eroe aux Proxsumes

Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar

  • 41 Liste en Cl. Boisse (1968. p. 143-146)

14Le Tricastin, avec le culte des Mères Victorieuses, des Nymphes et des Proxsumes, ressortit de l’ambiance religieuse indigène qui régnait en cette partie de la Narbonnaise, notamment chez les Vocontii de Vaison et à Nîmes, et qui disparaît ou, du moins, se modifie sensiblement au niveau de Valence ou de Die : si les Mères, après une éclipse dans la vallée de la Drôme et à Valence, réapparaissent chez les Allobroges, les Proxsumes s’évanouissent et les Nymphes presque totalement au nord de la plaine de Montélimar. Il faut naturellement ajouter aux témoignages épigraphiques tricastins celui des sculptures et des bronzes concernant les Mères, Mercure et le dieu au maillet41. Mars est ignoré, comme le dieu à la roue.

  • 42 Boisse 1968, p. 142 ; Turcan 1972, p. 132-136 ; FOR XI. n° 62 bis (la Touche).

15Les trois dévots des cultes indigènes, Niger (fig. 11), Polycarpus et Baebia Εroe, ne portent pas de noms celtiques et peuvent être tous d’origine non ingénue. Polycarpus a même un résonance religieuse. Cela ne suffit pas pour associer fontaines guérisseuses et fruits de la Vie, culte des divinités tutélaires traditionnelles et mysticisme oriental. C’est à travers la magie, le culte du Zodiaque et peut-être de Sérapis42 qu’on subodore l’influence orientale, bien faible dans une cité de cette vallée du Rhône où le culte métroaque s’est abondamment développé de Châteauneuf-d’Isère à Orange (Turcan 1972, p. 64-68). Herm{ias ?}, Εroe, Polycarpus, Theodorus (1581, sévir à Die), Sosus (CIL XIII, 1913, affranchi vivant peut-être à Lyon), voilà à quoi se limitent les noms religieux du Tricastin.

16Le culte impérial, en revanche, paraît bien attesté, avec une flaminique, deux sévirs et une importante dédicace de Saint-Paul (1731). Une copie de M. Claude Boisse et la photographie (fig. 13) permettent d’améliorer la lecture de ce dernier texte et d’en donner la restitution suivante : {Ro}mae et. Au{gusto}/po{dium/... Ho}rtensiu{s... f(ilius)/Qu}ir(ina). Polien{us/? d(edit) d(e)} s(ua). p{ecunia). c(urante). Herm{ia ? ll(iberto)/ ? ob discrimina {évasa ?}/.

13- Dédicace à Rome et à Auguste par Hortensius Polienus

13- Dédicace à Rome et à Auguste par Hortensius Polienus

Musée SPTC

  • 43 Cf. Dessau, Inscriptiones Latinae selectae, 1989-1991 : podium arae gentis Iuliae.
  • 44 Cf. CIL VI, 32327,1. 24 : Pollieno /Auspice/ : Pollienus (avec deux L) y est un gentilice, peut-êtr (...)
  • 45 Appartenaient également à la tribu Quirina les Lyonnais et les citoyens romains de Salinae, Embrun, (...)
  • 46 Nous restituons la formule finale à partir de CIL : cf. CIL VI, 1696 : gravi metu et discrimine lib (...)
  • 47 La dédicace Romae et Augusto, au lieu de Romae et divo Auguste, peut remonter au règne d’Auguste lu (...)

17Nous apprenons ainsi l’existence à Saint-Paul d’un sanctuaire municipal à Rome et à Auguste. Le dédicant a offert, plutôt qu’un portique (porticum serait trop long), un podium43, c’est-à-dire un soubassement sur lequel est bâti tout ou partie du sanctuaire. Il porte un nom italique44, sa tribu était sans doute {Qu}ir(ina), tribu de la colonie d’Orange comme le pressentait A. Piganiol (1962, p. 27-28)45, tandis que les citoyens d’une cité latine comme les Tricastini devaient normalement être inscrits dans la tribu Voltinia. Le dédicant mêle piété personnelle et culte officiel46. Le texte, par sa paléographie, peut remonter au Ier s. : on se demande si un don aussi important fait par un étranger n’était pas destiné à favoriser, sinon l’installation, du moins les débuts du culte impérial à Saint-Paul47.

18Deux documents attestent l’existence de croyances plus populaires.

  • 48 CIG XIV, 2481 : BAC. 1887, p. 2-3 ; Espérandieu 1899, n° 196 La première phrase est peu intelligibl (...)
  • 49 CIG XIV, 2494.

19Une tabella de bronze à queues d’aronde, trouvée près de Bouchet48, livre le texte d’une formule pour conjurer la grêle et la neige, formule dont on connaît un second exemplaire à Mondragon49. Le texte, avec ses signes cabalistiques, mêle la magie et les religions d’Orient, mentionnant le dieu Oamoutha, Abrasax et Iaô : les deux derniers noms se rencontrent sur des pierres magiques et Iaô paraît une déformation de Yahweh. Les formules, peut-être stéréotypées, sont rédigées en un grec peu sûr et le début en reste d’une signification incertaine. Un tel témoignage ne peut guère être antérieur aux IIe-IIIe s.

  • 50 FOR 6 bis ; Gagnière 1965, p. 58 et 62.

20Un graffite, trouvé à Roussas, exécuté sur une des tegulae d’une tombe, représente un personnage chevauchant un grand oiseau et s’accompagne du texte : Fera com Era50. Daté par l’écriture de la fin du IVe ou du début du Ve s., il fait allusion à la déesse Era connue sous des variantes en Istrie, à Aquilée, à Rome, dans les vallées de la Saône et du Rhin, sur les bords du lac de Constance. Associée à Dis Pater, elle joue un rôle aux Enfers. L’oiseau de Roussas. portant Era ou le démon de la Mort ou le défunt, semble annoncer les chevauchées fantastiques médiévales (Benoît 1954, p. 2730). Il y a là un folklore de l’Au-delà qui déborde le monde des mythologies gréco-latines. En tout cas, vers 400, la christianisation était loin d’être terminée à une dizaine de kilomètres d’un chef-lieu de cité de la vallée du Rhône.

Les épitaphes

  • 51 1714 : Sparti. Cassi/lif. Ritucai. / uxo/r(i)/.

21Des 28 épitaphes ou fragments d’épitaphe trouvés dans le Tricastin, celle de Spartus et de son épouse Rituca51 est de beaucoup la plus ancienne, remontant au Ier s. avant J.-C. : les noms des défunts, en asyndète, figurent sur une plaque aux moulures simples, exprimés selon une vieille habitude romaine au génitif de propriété. L’orthographe archaïque Ritucai, la concision du texte, la maladresse des caractères, notamment des R, de la mention rétrograde lif pour fil(ii) confirment cette datation.

  • 52 1442 :... / S(exto) Q Sextia/no /fllii pientis/simi /., I longae, Ε de forme II ; 1733 : Icciae / M(...)
  • 53 Aurel/io. Sec/unditt/o /.
  • 54 Vaison connaît une série de stèles, le plus souvent à sommet cintré ou discoïdales, qui mentionnent (...)
  • 55 Monim(e)nt(um) /Lucius. Anto / ; mauvaises lettres.

22Quelques épitaphes présentent des caractéristiques du Ier s. de notre ère. Le seul nom du défunt au nominatif, suivi de celui de son maître (ou de son père) au génitif : Audax Cilonis (1249), constitue le texte d’une épitaphe médiocre inscrite dans un cartouche trapézoïdal, porté lui-même sur une stèle vaguement triangulaire : il semble que l’on soit là à l’époque julio-claudienne. On rencontre également le nom au datif, peut-être un peu plus tard (5855). Peuvent appartenir aussi à ce siècle, mais connus seulement par des copies, 1442 et 173352. La stèle de Aurelius Secundums (fig. 14), de Saint-Paul, n’indique que le nom au datif53. Le texte, aux lignes mal divisées, aux lettres étroites et élevées, mais non rustiques, est inscrit, sans encadrement de moulures, sur une stèle à sommet pyramidal. Les duo nomina sont rares avant 150 et, si le gentilice Aurelius est attesté en Narbonnaise au Ier s., il connaîtra sa grande vogue après 161. Aussi placerions-nous avec réserves cette inscription au Ier s. avancé. Sa sobriété peut constituer un critère d’ancienneté, mais aussi marquer une humble condition sociale, voire une tradition archaïsante des lapicides54. Nous hésitons à donner une date et une interprétation pour 173855 (fîg. 15).

14- Stèle d’Aurelius Secundinus

14- Stèle d’Aurelius Secundinus

Musée SPTC

15- Stèle à sommet cintré

15- Stèle à sommet cintré

Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar

  • 56 1743 : Dis/Manibus /M(arci) Aucii/(M/acrini !.. inscription sur un disque de pierre au sommet d’une (...)

23Nous plaçons à l’époque flavienne ou trajanienne 1743, où Dis Manibus est écrit en toutes lettres, à une époque voisine deux stèles à fronton et sigle D(is) M(anibus), au texte d’une grande concision56.

  • 57 1732 : D(is). M(anibus) / C(aio). Cormalio / Sedulo. Aemi/lia. Sex(ti).fil(ia). / Exorata. uxor mar (...)

24Avec le IIe s. se généralise pour longtemps ce sigle DM. L’épitaphe de C. Cormalius Sedulus57 (fig. 16) peut remonter assez haut dans le siècle, avec ses O, C et D circulaires ou semi-circulaires, la filiation de l’épouse marquée par un prénom, cela malgré la médiocrité des caractères des deux dernières lignes, peut-être mal programmées.

16- Stèle de C. Cormalius Sedulus par Aemilia Exorata

16- Stèle de C. Cormalius Sedulus par Aemilia Exorata

Musée SPTC

  • 58 1742 = FOR 7 : ... { ? Arejlate nu/jmerario ? patrjono eius/(dem corp(oris ?) collegijum utri/jcula (...)
  • 59 5854 : piissi- ou pientissijmis erga/(se parejntibus /.
  • 60 1581 : D(is) {M(anibus)/ / M(arci). Iuli. Theodori. 111III viri Afug(ustalis) Deaj / Aug(usta). Voc (...)

25Sont postérieurs à 120-130, et parfois de beaucoup, les sarcophages comportant une épitaphe inscrite dans un grand cartouche à queues d’aronde, comme le sarcophage lyonnais de Montélimar58 et un fragment de Saint-Pierre-de-Sènos59 ; le sarcophage, lyonnais aussi, de l’épouse de M. Bettonius Romulio se place après 240 (fig. 9). Le bandeau avec queue d’aronde portant l’épitaphe du sévir diois60 paraît remonter au plus tôt à la seconde moitié du IIe s. L’indication détaillée de l’âge ne se voit guère avant le milieu de ce siècle et continue au siècle suivant (Β 104).

  • 61 1741 : D(is) M(anibus) / C(aius). Severi/us Iulia/nus. Sua/duillae I/ulianen/i matri pi/entissim(ae(...)
  • 62 … / ...imelius / coniugi. ka/rissimo. et. itt/comparabil(i). /s(ub). a(scia). d(edicavit) /. ; liga (...)

26Au IIIe s., le cippe de Châteauneuf-du-Rhône, avec ses A à barre médiane oblique, paraît très rhodanien par l’ascia et le niveau d’eau61 (fig. 17). Quant au fragment de cippe Β 10362 les épithètes redoublées, la représentation de l’ascia renforcée par le sigle s(ub) a(scia) d(edicavit), le nom féminin en-ius en font un monument tardif, que la multiplicité des ligatures empêche cependant de placer après le milieu du IIIe s.

17- Cippe de Suadullia Iuliane par Severinus Iulianus

17- Cippe de Suadullia Iuliane par Severinus Iulianus

Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar

27Les épithètes funéraires restent rares et classiques : marito (1732) ou patrono (1581) optimo, fratri carissimo (5856),filii pientissimi (1442), ce dernier exemple pouvant remonter au Ier s. Rappelons piissi-ou pientissi} mis erga se parentibus (5854), coniugi karissimo et incomparabili (Β 103) (Desaye 1989, p. 63-64 et 69). Rare Vascia (1741, Β 103), limitée à la zone montilienne influencée par Lyon.

  • 63 1739 : Hic Vet(e)ranus pausat/.

28Deux textes paléochrétiens seulement : 1729, daté de 549, et 1739, dont la formule ne peut être que chrétienne63.

  • 64 Le cippe 1728, à la place du focus, présente une cavité pour recevoir les ossements de l’infans. Le (...)

29On suit, parallèle à celle des formules, l’évolution du type de monuments. Avant l’ère chrétienne, la plaque de pierre de facture grossière (1714) ; puis les stèles à fronton ou pyramide dès le Ier s. de notre ère, d’abord de facture médiocre (1249, inédit de Saint-Paul), puis élégante vers la fin du siècle ou le début du suivant (1734 ; AE 1984, 632) (fig. 18), voire plus tard (1732) ; cippes (1728 et FOR 5 après 150, 1741 et B 103 au IIIe s.) et sarcophages avec cartouches à queues d’aronde (1742, 5854) les concurrencent pour longtemps64. Le grand linteau ou entablement, si cher à Die et à Vaison aux Ier et IIe s., ne figure ici que sous la forme abâtardie d’un bandeau décoré de queues d’aronde (1581) et la stèle à disque vaisonnaise apparaît deux fois (1738, 1743), dont une à l’époque des Flaviens-Trajan (1743).

18 - Stèle de T. Careius Ianuaris

18 - Stèle de T. Careius Ianuaris

Musée SPTC

  • 65 Ou votive : 1730, 1737 = BR I, 331 (dédicace aux Proxsumes avec deux bustes de femmes) et peut-être (...)
  • 66 Un cippe, avec représentation du défunt en pied, a été signalé par Mme M. Bois à la Bâtie-Rolland, (...)

30Deux faits marquent l’épigraphie funéraire des Tricastini. D’abord l’existence de textes d’une sobriété extrême (1249, 1714, 1733, 1734, 1738, 1743, 5855 ; AE 1984, 632 ; inédit de Saint-Paul), série qui, sous diverses formes, paraît s’être étendue du Ier s. avant J.-C. (1714) à l’époque des Flaviens-Trajan (1743 ; AE 1984, 632), la concision s’expliquant parce qu’il s’agit de petites gens (1249, 1734, inédit de Saint-Paul) ou de textes anciens, c’est-à-dire antérieurs au milieu du IIe s. Ensuite, c’est l’existence d’ateliers artisanaux de sculpture funéraire65, qui semblent avoir fonctionné dès la seconde moitié du Ier s. (5855). On rencontre plusieurs fois le buste du défunt (1740, 5855, FOR 3 et 5). La stèle FOR 3 = BR I, 326 présente en outre une riche décoration : un câble torsadé, des perles et rais de cœur, un oiseau becquetant des raisins ornent le fronton ; un des pilastres est marqué d’un S, motif d’origine celtique. J.-J. Hatt (1951, p. 165) place cette œuvre aux IIe-IIIe s. Pour ces monuments il faut là encore chercher des comparaisons du côté de la Provence rhodanienne et de Nîmes : au nord, Valence et Die ignorent la sculpture funéraire66.

31Un texte paraît faire allusion au règlement (lex) qui fixait les droits des sépultures (B 102), texte très effacé dont on est tenté de restituer ainsi la fin : per leg{a}/ti{vum t}/um{ul}i lege/. Simple indication relative au tombeau.

L’onomastique

  • 67 Holder 1896-1920 : Rituca : II, col. 1195 : Bettonius : III, col. 266-269 ; Voturi : III, col. 453  (...)
  • 68 Holder 1896-1920,1, col. 784-785 (Careius) : I, col. 824-825 et III, col. 1138-1139 (Cassius) ; II, (...)

32Nous recensons 53 personnes, portant un ensemble de 82 anthroponymes identifiables. Sur ce total, très peu de noms paraissent d’origine indigène ; Rituca (1714), Suaduilla (1741), Proxsuma (1251, s’il s’agit bien d’un nom de personne). A. Holder cite Bettonius (CIL XIII, 1913) et Voturius (1711)67. Il faut y ajouter des anthroponymes qui, par des ressemblances, réelles ou fortuites, utilisées intentionnellement ou non, semblent participer du latin et des parlers indigènes : Careius (AE 1984, 632) (fig. 18), Cassius (1714, 1728), Iccius-a (1733)68. Le gentilice de 1732 se lit Cormalius, avec une ligature MA et un L à barre horizontale très petite. Le gentilice Cormelius est connu à Rome (CIL VI, 16316). Holder (1896- 1920, I, col. 1128-1129) donne les toponymes Corma et Cormariacum ; curmi est une sorte de cervoise citée par Marcellus Empiricus, 16, 33. Le mot, gaulois, désigne la bière qu’on tire de la corme, fruit du cormier (sorbier). Même si les noms indigènes restent très nettement minoritaires, ils ont pu se maintenir ou revivre au IIIe s. : Bettonius, Suaduilla.

  • 69 Nous avons pu vérifier ce cognomen grâce à l’amabilité de Mme Vallentin du Cheylard et Mme d’Arces.

33On relève six cognomina empruntés au grec. Bettonius Sosus est un affranchi (CIL XIII, 1913) ; M. Iulius Theodorus, sévir à Die (1581), peut être un libertus ou libertinus, Herm{ias ?} l’affranchi chargé de la réalisation du voeu de Hortensias Polienus (1731). Chez Polycarpus (FOR 4), Baebia Eroe (1737), Thoria R(h)odope (5856), le cognomen crée une présomption d’origine non ingénue. En revanche, le sévir Q. Titius Amandus (5855) au 1er s., l’affranchi de M. Iulius Theodorus, M. Iulius Regu{lus} (1581)69, au Ile, ne portent pas de cognomina grecs, quelle qu’en soit la raison. Mais au IIIe s. l’engouement pour la mode grecque a fait helléniser Iuliana en Iuliane, qu’on a décliné à la grecque avec un datif Iulianeni (1741) !

  • 70 G 1975, 239 : ...no. L(ucii).flilio). Veterano. ri... /

34Tout le reste de l’onomastique est latin. Les nomina sont le plus souvent ceux de vieilles gentes romaines ou italiques : Aemilia (1732), Aurelius (inédit, Saint-Paul), Baebia (1737), Calpurnius (AE 1971, 258, si c’est bien là le nom), Cassius (1728), Catius (5856), Hortensius (1731), Iulius (1581, 1730, 1740), Naevius (1229), Pontinius (5825), Rutilius (1735), Satrius (ILGN 257), Thoria (5856), Titius (5855), Valeria (1465), Vettia (1728). Un seul gentilice est tiré d’un cognomen : Severius (1741). Le moule de Clansayes, s’il est bien lu70, semble indiquer un gentilice en -anus ou -enus, qui peut venir d’Ombrie ou du Picenum.

35Bien des cognomina ou noms uniques étaient aussi attestés depuis longtemps à Rome ou en Italie : Amandus (5855), Avitus (1711), Calvus (1735), Cil ο (1249), Maximus (1711), Niger (ILGN 257), Primus (1734), Régulas (1581), Secunda (1730), Sedulus (1732), Sextianus (1442), Silus (ILGN 257), Tertulla (1740). Une douzaine de surnoms sont des dérivés d’autres cognomina. Les dérivés en -illa restent peu nombreux (Matronilla : 1728 ; Suaduilla : 1741), qui sont si abondants dans le Diois, renforcés peut-être par une influence indigène (Kajanto 1965, p. 127). Veteranus / Vetranus (G 1975, 239 ; 1739) demeure rare.

  • 71 Sur les sept lanuaris de CIL XII et ILGN, sauf instrumentum, on relève deux affranchis et un esclav (...)

36Certains cognomina peuvent trahir une origine non ingénue, comme lanuaris (AE 1984, 632), Primus (1734)71, peut-être Condus (1734 : celui qui gère les provisions ?). Romulio (CIL XIII, 1913) est formé avec le suffixe péjoratif -io, qui s’applique une fois sur cinq à un esclave ou affranchi (Kajanto 1965, p. 121) ; au IIIe s., il s’agit d’un magistrat des Tricastini ! Audax, pris comme adjectif en mauvaise part, s’applique peut- être à un esclave en 1249, ce qui justifierait le génitif Audax Cilonis.

  • 72 Liste faite d’après le recensement d’A. Piganiol (1962, p. 406- 413). Cf Boisse 1968, p. 193-197.

37Plusieurs gentilices ou cognomina tricastins se retrouvent dans les documents cadastraux d’Orange : Apicius, Careius-a (cadastre B), Iccius, Naevius, Avitus, Firminus (cad. B), Secundus (cad. B)-a, Suadilla (sans le second V) ; dans d’autres inscriptions d’Orange : Aemilius, Aurelius, Iulianus, Lucanus, Modestus, Primus, Severianus ; ou dans ces deux catégories de documents : Cassius, Iulius-a (cad. B), Titius, Valerius (cad. B)-a, Maximus, Optatus, Secundina72. La présence à Orange de citoyens romains, descendants ou non de vétérans, a bien évidemment influencé l’onomastique du Tricastin, laissant assez peu de place aux noms d’origine indigène.

  • 73 M. Callpurnius ?] (AE 1971, 258) et Hortensias Polienus (1731) avaient certainement les tria nomina (...)
  • 74 5856 : D(is). M(anibus) / Cati / Tertul/lini. Th/(o)ria. Ro/fdolpe.fr/latril car(issimo) / ; 1728 : (...)

38Chez les hommes, les tria nomina sont nettement majoritaires : 16 exemples sûrs, dont M. F. S. (1733), 2 probables, devant les duo nomina (6 exemples sûrs) et les noms uniques (12 exemples)73, et ils se maintiennent jusqu’au IIIe s. (1741 ; CIL XIII, 1913). Portent les duo nomina : Aurelius Secundinus (inédit, Saint-Paul), Bettonius Papianus (CIL XIII, 1913, le fils d’un magistrat qui, lui, a droit aux trois noms), Bettonius Sosus (CIL XIII, 1913, affranchi du même magistrat), Catius Tertullinus (5856), Rutilius Calvus (1735), Cassius Severianus (1728)74. Le premier exemple peut remonter au Ier s., le dernier après 150, Bettonius Papianus et Bettonius Sosus après 240. Chez les femmes, on relève 6 duo nomina et 5 noms uniques, dont deux incertains : Beratia et Proxsuma (1251).

  • 75 1740 : Tertullae G(aii). fliliae). / G(aius). I(ulius). Pastor/ uxori vi(v)us. fiecit). / ; datif ? (...)

39Les noms uniques s’expliquent de différentes façons : indigènes en voie de romanisation : Cassius, Rituca, Spartus (1714) ; affranchi dont le gentilice est sous-entendu après celui de son patron : Herm{ias ?} (1731) ; esclaves : Niger (ILGN 257), peut-être Audax (1249) ; chrétiens : Prosperus (1729), Vet(e)ranus (1739) ; noms portés sur un objet personnel : Aspringus, Astutus (C 427) ; petites gens : Condus, Primus (1734), mais l’indication de la filiation pour Primus indique la légitimité, donc une condition en principe non servile. Tertulla a sa filiation marquée par un prénom75 : son gentilice figurait-il sur une épitaphe voisine ?

  • 76 Cf. 2707 (Bourg-Saint-Andéol) : Consuadulliae Primillae.

40Le cippe 1741 mentionne une femme, Suaduillae Iulianeni, au datif, qui paraît avoir possédé deux cognomina sans gentilice. On subodore une erreur du lapicide ou, plus simplement, une mauvaise paléographie de Suadulliae76 (fig. 17).

41L’auteur de l’épitaphe Β 103, une épouse, a un nom qui se termine par-imelius. On connaît des signa masculins ou neutres appliqués à des femmes et exprimant le plus souvent un compliment affectueux (Allmer 1890, III, p. 286) : Licinia Sozusa Elafium (3706), Chrysogone Iunior Siricium (782), Iulia Filematium (CIL XIII, 2180), Dulcitius (CIL XIII, 1880), Nicasius (CIL XIII, 1898), Pentadius (CIL XIII, 1916). Les quatre derniers exemples, lyonnais, sont postérieurs à 240 (Audin 1959. tableau VI). Faut-il voir là l’influence d’une doctrine gnostique, voire pythagoricienne, selon laquelle l’état de perfection suppose une métamorphose en homme ou en androgyne (Carcopino 1955, p. 45-46 ; Audin 1959, p. 331) ? Pouvons-nous nous permettre d’envisager à Montélimar l’existence d’un hapax : *Melimelius, « pareil à une pomme douce comme le miel », formé à partir de melimelum ?

42Le cippe 1728 est dédié ynfanti : « à un bébé », mort avant d’avoir reçu un prénom ou plutôt, vu l’onomastique du père, un cognomen individuel.

La vie sociale et économique

43Aucun texte n’évoque une carrière sénatoriale ou équestre. Nous reconnaissons les citoyens romains rarement à la mention de la tribu (1731), le plus souvent à leurs fonctions municipales ou, en théorie du moins, à leurs tria nomina. Nous avons cité des magistrats (CIL XIII, 1913 ; 1227), une flaminique (AE 1962, 143), un édile de pagus (1711), deux sévirs tricastins (5825, 5855), un sévir diois (1581), un riche citoyen, sans doute d’Orange, pratiquant l’évergétisme (1731), un patron des utriculaires lyonnais (1742), appartenant à la bourgeoisie d’affaires, un propriétaire foncier (ILGN 257) et un vétéran légionnaire (1735). Au bas de l’échelle sociale, nous trouvons un ou deux esclaves (1249 ; ILGN 257), encore que Niger paraisse avoir joui d’une situation privilégiée comme cellarius dans un domaine de C. Satrius Silus. Nous devinons l’appartenance de trois ou quatre personnes à la catégorie des humiliores.

  • 77 Daremberg 1887, I, 2, p. 989, s. v. cellarius ; Thesaurus linguae Latinae, III. col. 762-763, s. ν.(...)
  • 78 Dauzat 1963, p. 20 (s. v. Anneyron) et p. 27 (s. v. Ariane).

44Les fonctions de cellarius comprennent la direction de l’office, du cellier, de la provende quotidienne : c’est un rôle de confiance.77 On peut supposer un domaine d’une certaine importance, pas forcément à dominante viticole. Ce domaine est situé Anariate (à l’ablatif de lieu). S’agit-il étymologiquement de la propriété d’un An(n)arius, avec le suffixe préceltique-ate, comme semble l’avoir été, suffixé en-onem, Anario (Anneyron, dans le nord de la Drôme)78 ?

  • 79 Gallia. 1985. p. 542. Les cinq fragments inscrits conservés au musée de Donzère portent les indicat (...)
  • 80 Le bas-relief de Colonzelle (BR IX. 6779 ; XIII, 8021) montre un bateau transportant des tonneaux. (...)
  • 81 Cf. Piganiol 1962, p. 277, sur la mention Segusiavar(um) dans le cadastre C.

45L’activité viticole apparaît dans les indications de capacités, mesurées sans doute en urnae de 13,13 1., des dolia du Mollard79 - (fig. 19), tandis que la tablette de Bouchet (CIG XIV, 2481) traduit les inquiétudes d’un agriculteur. Le commerce fluvial rhodanien, dirigé à partir de Lyon et peut-être d’Arles (1742 = FOR 7), qui a tant fait pour la diffusion de l’ascia, est attesté à Montélimar80. Il y avait peut-être à Clansayes l’atelier d’un plumbarius (G 1975, 239) et un saumon de plomb, trouvé à Barry et portant l’estampille Segusiavic (5700, 1) peut indiquer des relations commerciales avec les Ségusiaves81.

19 - Indication de contenance sur bords de dolia du « Mollard »

19 - Indication de contenance sur bords de dolia du « Mollard »

Musée Associatif de Donzère, Drôme

La vie culturelle

46Nous ne reviendrons pas sur les monuments funéraires sculptés ni sur l’évergétisme de Hortensius Polienus.

  • 82 1729 : /Hic requiesjcit inno(cens).Pros{perus ?j / ...s insolent, aequ... / ...em liquerit parent/e (...)

47Le seul texte littéraire, contenant une allusion mythologique au Styx, remonte à 54982. Les connaissances grammaticales des auteurs d’épitaphes sont, comme ailleurs en Narbonnaise, suffisantes pour rédiger des textes stéréotypés. La faute caractérisée reste rare : lif pour fil sur un texte grossièrement gravé du Ier s. avant J.-C. (1714) ; monim(e)nt(um) (1738) ; ynfanti (1728). L’épigraphie témoigne de la prononciation : l’aspiration a disparu dans les mots empruntés au grec (Rodope, 5856) ; u bref se prononçait ο fermé vers 400 (com pour cum, FOR 6 bis) ; ae et e bref sont devenus l’un et l’autre e ouvert (praemet pour premet, 1729)Veteranus (avec le second e bref) s’est réduit à Vetranus(1739). Vius, sans apex, pour vivus (1740) se rencontre du Ier au IIIe s.

48L’usage intelligent des I longae s’observe dans plusieurs textes des deux premiers siècles : 1229, 1442, 1743 ; ILGN 257. L’art de la ligature des lettres se maintient jusqu’au IIIe s. (B 103). Quelques inscriptions des Ier et IIe s. présentent de beaux caractères ou de belles marges : 1731 ; ILGN 257 ; AE 1984, 632 (fig. 18).

49La petite cité des Tricastini a été fortement influencée et romanisée par sa puissante voisine Orange, ce qui s’observe dans l’onomastique, plus romaine que celle de cités proches, et peut-être dans le culte impérial. Par plus d’un trait (cultes indigènes, sculptures funéraires) les Tricastini, résolument méridionaux, se rapprochent de Vaison, de Nîmes, de la Provence rhodanienne. Ce n’est qu’aux environs de Montélimar (si ce vicus leur appartenait) que l’on perçoit l’influence de Lyon. Le territoire des Tricastini marquait une limite géographique et culturelle, comme c’est toujours le cas.

50Code des références utilisé :

  • 1711 = Corpus inscriptionum Latinarum, XII, n° 1711 ;

  • Β 31 = Blanc 1982, n° 31 ;

  • BR I, 326 = Espérandieu 1907 et suivantes, I, n° 326 ;

  • C 196 = Espérandieu 1899, n° 196 ;

  • FOR 4 = Sautel 1957 (Appendice épigraphique, n° 4) ;

  • G 1953, 122 = Gallia, 1953, p. 122.

Notes

14 Nous avons compté les onze fragments d’Allan ILGN 257 pour un texte.

15 Allmer 1890, III, p. 125-127 ; CIL XIII, 1913 : D(is) M(ani bus) /... / ...ai... M(arcus). Be{tt}onius Ro/mul{i}o ... (civi)tatis Tricastino/rum con{iugi in}comparabili et / sibi vivu{s p}osuit et sub ascia dedic(avit) / item memoriae Bettoni (supra} scribti cuius ossa in eodem sarcophage condita sunt / {uti viv}us praecepit Be{tton(ius) Pjapianus fil(ius) et heres et Betton(ius) Sosus lib(ertus) et tutorfaciend(um) curaver(unt) /.

16 Realencyclopädie. II, 13, col. 80-81 ; Barruol 1969. p. 247, 252-253.

17 Hirschfeld, qui a vu le monument, lit : P(ublius). Apicius / Modestus / aere m/u{ltaticio} ; Florian Vallentin (1883, p. 18) donne un dessin avec aeren à la 1. 3 et restitue Aer(i)en(sis) : "d’Aeria", opinion suivie par R. Cagnat et citée par le Dizionario epigrafico (cf. note 18). Aeria n’est connue que par les textes littéraires.

18 Ettore de Ruggiero, Dizionario epigrafico di antichità romane, I, p. 313-314s. v. Aes multaticium.

19 1711 : L(ucio). Voturio. Maximo, aedili /pagi. Aletani. patri. / C(aii). Voturi. Aviti. /

20 G. Barruol (1969, p. 266-267) et A. Chastagnol (1980, p. 74 75) attribuent ce pagus aux Tricastins ; J.-C. Mège (1986) penche pour l’attribution aux Voconces.

21 On connaît cependant un pagus Minervius (1243) sur le terri toire d’Orange.

22 5825 : Q(uinto). Pontin{io} / ...ioni / {sev}ir(o). Aug(ustali) / ...{ ?Ponti)nius /...

23 AE 1962, 143 : Antistiae. Q(uinti).fil (iae). Piae / Quintillae. flamini/cae. colonia. Flavia / Tricastinorum. patro/nae. optumae. Philocr{a}/te{s} lib(ertus)/

24 Beurlier 1890, p. 182 ; Chr. Goudineau (1979, p. 273) cite 856, épitaphe arlésienne d’un dispensator d’Antistia Pia (la même ?).

25 C’est l’opinion de G. Barruol (1969, p. 253) ; contra : Goudineau 1979, p. 272.

26 Pline l’ancien, NH, III, 4,36, dont la documentation remonte en partie à l’époque augustéenne.

27 L’épitaphe 1735 était peut-être celle d’un vétéran, mais le texte en a été mal transmis : D(is). M(anibus). Rutili / Calvi LUI / vet / m(onumentum). h(eres). faciendum). c(uravit)./

28 Sous le Haut Empire, un ou deux légionnaires originaires de Vaison, contre 12 de Luc-en-Diois, toutes deux villes latines.

29 Naevii / Valentinus / et Lucanus / v(otum). s(olverunt). l(ibentes). m(erito). /

30 Si l’on suit la lecture du CIL, qui a vu la pierre : Iulia / Secund(a) /m... /Iv(otum)) s(olvit) l(ibens) m(erito)/.

31 ILGN 257. a : Matris V{ic}tricibus / (v(otum)) s(olvit) {l(ibens)}. m(erito) / Niger. C(aii) Satri. Sili /cellariu(s) Anariate / d(e) !s(uo)j d(edit) /. b : {Matri}s. Victricibus. Niger /. d : Matris. V{ictricibus} /dedica{vit Niger) /. g : Niger. C(aii). S(atrii). S(ili). d(e) s(uo). d(edit). /. Revue épigraphique, 1906, n° 1645 : petit autel : Ex voto /.

32 Revue épigraphique, 1906, p. 183.

33 ILGN 257, h et h’ : ...(Vii) etr(icibus) .../...t. XIIII. k(alendas). M... /...an...to cos Nfiger/... d(e) s(uo) djedit /. Cf. Β 31.

34 FOR 4 : Matris / Nymplh/is / ...us / Polylcarjpus / v(otum) (s(olvit) I(ibens)l m(erito)/.

35 1325-1329\AE 1940, 158 ; Gallia. 1953. p. 122.

36 Le Y de Nymphis possède des branches droites ; entre le Ρ et le I de ce mot il y a peu de place : on peut supposer une ligature ou une lettre plus petite.

37 1737 = BR I, 331. Nous lisons : Proxsumis / suis.Baebia / Eroe m(erito) /. Fl. Vallentin (1883, p. 9) lit /Hjeroe. La restitution Erotema de CIL ne paraît pas s’imposer.

38 661. 1330,3115, 3116. 3119. 3121,3127 ; ILGN 174,410.

39 Cf. table du CIL XII, p. 927. À Vaison, 1330-1332 ; ILGN 197- 199. Selon Renée Carré (1976, p. 184-191), 1330 et ILGN 198 remontent au 1er s. À Orange : 1224.

40 L’inscription 1251, de Barry, de lecture incertaine, paraît mentionner les noms Beratia (= Veratia ?) et Proxsuma ; le cippe en marbre montre en outre trois bustes féminins et la représentation d’un petit autel sur lequel on lit la formule sibi et suis. S’agit-il d’un monument votif ou funéraire ?

41 Liste en Cl. Boisse (1968. p. 143-146)

42 Boisse 1968, p. 142 ; Turcan 1972, p. 132-136 ; FOR XI. n° 62 bis (la Touche).

43 Cf. Dessau, Inscriptiones Latinae selectae, 1989-1991 : podium arae gentis Iuliae.

44 Cf. CIL VI, 32327,1. 24 : Pollieno /Auspice/ : Pollienus (avec deux L) y est un gentilice, peut-être originaire d’Ombrie ou du Picenum.

45 Appartenaient également à la tribu Quirina les Lyonnais et les citoyens romains de Salinae, Embrun, Briançon. fPapjir(ia) paraît moins vraisemblable : c’était la tribu de Narbonne.

46 Nous restituons la formule finale à partir de CIL : cf. CIL VI, 1696 : gravi metu et discrimine liberatum.

47 La dédicace Romae et Augusto, au lieu de Romae et divo Auguste, peut remonter au règne d’Auguste lui-même, mais, par la suite, le nom d’Augustus s’applique à l’empereur régnant.

48 CIG XIV, 2481 : BAC. 1887, p. 2-3 ; Espérandieu 1899, n° 196 La première phrase est peu intelligible. Ensuite : "Détourne de ce domaine toute grêle, toute neige et tout ce qui nuit à la campagne. Ordonne-le ô dieu Oamoutha et toi, Abrasax, aides-y L.Iaô."

49 CIG XIV, 2494.

50 FOR 6 bis ; Gagnière 1965, p. 58 et 62.

51 1714 : Sparti. Cassi/lif. Ritucai. / uxo/r(i)/.

52 1442 :... / S(exto) Q Sextia/no /fllii pientis/simi /., I longae, Ε de forme II ; 1733 : Icciae / M(arcus). F. S. /.

53 Aurel/io. Sec/unditt/o /.

54 Vaison connaît une série de stèles, le plus souvent à sommet cintré ou discoïdales, qui mentionnent seulement le nom du défunt au génitif (1400, 1405, 1440, 1446 ?, 1459) ou au nominatif (1403, 1424, 1431, 1698), avec en général les dimensions de la sépulture, tenant ainsi de l’épitaphe et de la borne.

55 Monim(e)nt(um) /Lucius. Anto / ; mauvaises lettres.

56 1743 : Dis/Manibus /M(arci) Aucii/(M/acrini !.. inscription sur un disque de pierre au sommet d’une stèle, I longae ; AE 1984, 632 : D(is). M(anibus) / T(iti). Carei / lanuaris /., belle marge en bas ; 1734 : Primi. Con/di/ flilii) /., D(is) M(artibus) pourrait avoir été omis par le lapicide.

57 1732 : D(is). M(anibus) / C(aio). Cormalio / Sedulo. Aemi/lia. Sex(ti).fil(ia). / Exorata. uxor mari/to. optima /., points en forme de hederae.

58 1742 = FOR 7 : ... { ? Arejlate nu/jmerario ? patrjono eius/(dem corp(oris ?) collegijum utri/jculariorum Lujguduni / jconsistentiumj... /

59 5854 : piissi- ou pientissijmis erga/(se parejntibus /.

60 1581 : D(is) {M(anibus)/ / M(arci). Iuli. Theodori. 111III viri Afug(ustalis) Deaj / Aug(usta). Vocontiorum. M(arcus). Iulius Reguflus lib(ertus) ! / et heres patrono optim{o) /.

61 1741 : D(is) M(anibus) / C(aius). Severi/us Iulia/nus. Sua/duillae I/ulianen/i matri pi/entissim(ae) /.

62 … / ...imelius / coniugi. ka/rissimo. et. itt/comparabil(i). /s(ub). a(scia). d(edicavit) /. ; ligatures ET, IN, AB, IL aux dernières lignes.

63 1739 : Hic Vet(e)ranus pausat/.

64 Le cippe 1728, à la place du focus, présente une cavité pour recevoir les ossements de l’infans. Le cippe FOR 5, avec buste du défunt, a un sommet plat surmontant un fronton entre deux acrotères.

65 Ou votive : 1730, 1737 = BR I, 331 (dédicace aux Proxsumes avec deux bustes de femmes) et peut-être 1251.

66 Un cippe, avec représentation du défunt en pied, a été signalé par Mme M. Bois à la Bâtie-Rolland, au nord du Jabron : Revue drômoise, 1979, p. 270-271.

67 Holder 1896-1920 : Rituca : II, col. 1195 : Bettonius : III, col. 266-269 ; Voturi : III, col. 453 ; Spartus : II, col. 1626, peut avoir une origine grecque (1714).

68 Holder 1896-1920,1, col. 784-785 (Careius) : I, col. 824-825 et III, col. 1138-1139 (Cassius) ; II, col. 18-19 (Iccius ; cf. Piganiol 1962, p. 282).

69 Nous avons pu vérifier ce cognomen grâce à l’amabilité de Mme Vallentin du Cheylard et Mme d’Arces.

70 G 1975, 239 : ...no. L(ucii).flilio). Veterano. ri... /

71 Sur les sept lanuaris de CIL XII et ILGN, sauf instrumentum, on relève deux affranchis et un esclave. Primus est souvent porté par des esclaves (Kajanto 1965, p. 77).

72 Liste faite d’après le recensement d’A. Piganiol (1962, p. 406- 413). Cf Boisse 1968, p. 193-197.

73 M. Callpurnius ?] (AE 1971, 258) et Hortensias Polienus (1731) avaient certainement les tria nomina. Naevii Valentinus et Lucanus (1229), avec un gentilice en facteur commun, ne pouvaient pas indiquer de prénoms.

74 5856 : D(is). M(anibus) / Cati / Tertul/lini. Th/(o)ria. Ro/fdolpe.fr/latril car(issimo) / ; 1728 : D(is). M(anibus) / ynfanti / Cassius. Se/verianus. et /Vettia. Matro/nilla. parentt(es)) /., ligatures ET et TR.

75 1740 : Tertullae G(aii). fliliae). / G(aius). I(ulius). Pastor/ uxori vi(v)us. fiecit). / ; datif ?, buste de la défunte, texte sur un petit cartouche à queues d’aronde, gentilice du mari porté en abrégé : fin Ier-IIe siècle ; = BR 1,330.

76 Cf. 2707 (Bourg-Saint-Andéol) : Consuadulliae Primillae.

77 Daremberg 1887, I, 2, p. 989, s. v. cellarius ; Thesaurus linguae Latinae, III. col. 762-763, s. ν. Cellarius.

78 Dauzat 1963, p. 20 (s. v. Anneyron) et p. 27 (s. v. Ariane).

79 Gallia. 1985. p. 542. Les cinq fragments inscrits conservés au musée de Donzère portent les indications : ...10... ; 92 1/2... ; 92 7/12 ; 95 2/12 ; 102 7/12, soit des capacités allant de 1214, 53 1. à 1346,921.

80 Le bas-relief de Colonzelle (BR IX. 6779 ; XIII, 8021) montre un bateau transportant des tonneaux. En outre le nom du Montilien M. Aucius Macrinus (1743) rappelle celui du magistrat lyonnais contemporain C. Aucius Macrinus (CIL XIII. 1938, 1798,2227).

81 Cf. Piganiol 1962, p. 277, sur la mention Segusiavar(um) dans le cadastre C.

82 1729 : /Hic requiesjcit inno(cens).Pros{perus ?j / ...s insolent, aequ... / ...em liquerit parent/es) /...us quia fuit innocujus / ...tjinx- citunda celsio/r/ /...t Stygis ira praemet/...nt. studiis ann(os). abs- tulfit) /... magistri quinquiejs / decies post cons(ulatum) lohanjnis indic(tione). XII. k(a)l(endis). Oct(obribus) /.

Table des illustrations

Titre 9- Epitaphe de l’épouse de M. Bettonius Romulio
Crédits Musée de la Civilisation Gallo-romaine de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 10- Epitaphe du sévir Q. Titius Amaudits
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre 11- Dédicace aux Mères Victorieuses par Niger
Crédits Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre 12- Dédicace de Baebia Eroe aux Proxsumes
Crédits Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre 13- Dédicace à Rome et à Auguste par Hortensius Polienus
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 14- Stèle d’Aurelius Secundinus
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre 15- Stèle à sommet cintré
Crédits Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre 16- Stèle de C. Cormalius Sedulus par Aemilia Exorata
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre 17- Cippe de Suadullia Iuliane par Severinus Iulianus
Crédits Collection Vallentin du Cheylard. Montélimar
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre 18 - Stèle de T. Careius Ianuaris
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre 19 - Indication de contenance sur bords de dolia du « Mollard »
Crédits Musée Associatif de Donzère, Drôme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

Auteur

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access