Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Résumés

Texte intégral

Résumé

1Au milieu du XVe siècle, le duc de Bourbon, Charles 1er (1401-1456), proche parent du roi de France Charles VII, fait réaliser par son héraut d’armes Guillaume Revel un armorial visant à recenser les armes de toute la noblesse de ses domaines d’Auvergne, du Bourbonnais et du Forez. L’objet premier de ce fort recueil est d’enregistrer des armoiries. De ce point de vue, il s’inscrit dans une tradition alors déjà longue, même s’il montre des caractéristiques tout à fait particulières : inventaire dans un territoire réduit, avec toutefois une recherche d’exhaustivité à l’intérieur de celui-ci ; désignation nominale des individus et pas seulement des lignages ; enfin, recensement, outre les armoiries, des cimiers et des cris.

2Mais l’Armorial de Guillaume Revel présente surtout une particularité fondamentale sans équivalent : il s’agit de la représentation topographique des chefs-lieux de seigneurie dont relevaient les fiefs tenus des ducs de Bourbon par les lignages figurant dans l’Armorial. Le projet initial, sans doute trop ambitieux, n’ayant été que partiellement réalisé, l’ouvrage nous est parvenu inachevé : nombre de chefs-lieux et d’écus sont restés non illustrés, certaines vignettes sont encore à l’état d’ébauche et il manque aussi divers chefs-lieux de châtellenie. Néanmoins, même dans cette version incomplète, l’armorial de Guillaume Revel contient plus d’une centaine de vues : 47 pour l’Auvergne ; 1 pour le Bourbonnais et, enfin, 54 pour le Forez (la capitale du comté, Montbrison, ouvrant cette série) soit, bien que certaines soient relativement sommaires, la plus importante collection de vues topographiques du manuscrit. L’étude de ces vues foréziennes est au cœur du présent ouvrage.

3Il importe de souligner que les vues de l’Armorial de Guillaume Revel présentent un grand intérêt en matière d’histoire de la représentation des espaces. En effet, l’Armorial est, avec d’autres manuscrits contemporains (comme les Très Riches Heures du duc de Berry), un jalon important dans le développement du concept de paysage topographique en Europe occidentale au XVe siècle. Même si toutefois, il est clair, comme le montrent les nombreuses anomalies de représentation, que la fonction des vues de l’Armorial n’est pas de représenter exactement ce que voit l’œil de l’observateur mais de rassembler dans un même dessin différentes informations jugées indispensables d’un point de vue symbolique au commanditaire de l’œuvre, qu’elles soient topographiques ou architecturales.

4Si, traditionnellement dans l’historiographie, cet armorial est attribué au héraut d’armes Guillaume Revel, qui signe une introduction de deux pages en tête du volume et dont on ne sait malheureusement rien ; en réalité, on ne peut lui attribuer seul tout le travail… En effet, quatre illustrateurs différents semblent être intervenus et, du point de vue de l’illustration du volume, Guillaume Revel s’est sans doute contenté de coordonner le travail. La question de l’auteur ou des auteurs de l’Armorial s’avère donc au final plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il en va de même de la datation du manuscrit. Effectivement, la réalisation de l’ouvrage, qui nous est de toute façon parvenu inachevé, s’étend sur une longue période : les informations que contient l’Armorial, tant du point de vue héraldique que du point de vue des sites représentés, appartiennent aux années 1440-1450, sans que l’on puisse être plus précis.

5Au-delà de l’intérêt pour l’héraldique et pour l’histoire de la représentation des espaces, les vignettes de l’armorial de Guillaume Revel présentent évidemment un intérêt majeur pour de nombreux champs de l’histoire et de l’archéologie du Moyen Âge. On songera, en premier lieu, à l’histoire des formes d’habitat et à l’histoire de l’occupation du sol. On rencontre ainsi dans l’Armorial des habitats castraux et des habitats ecclésiaux, parfois d’origine antique ; des villes et des villages et leurs faubourgs ; des habitats dispersés... L’histoire du peuplement ou encore l’histoire de l’essor urbain y trouve ici une abondante matière. L’armorial de Guillaume Revel offre ainsi pour de nombreux sites, malgré parfois des biais dans les représentations liées aux conditions intellectuelles et culturelles du temps, leur toute première représentation, et généralement la seule avant le plan cadastral du XIXe siècle... Et l’étude fine de chaque site menée ici, associant les données des sources écrites, l’étude des parcellaires anciens et celle des vestiges archéologiques, montre globalement la grande fiabilité des vignettes de l’Armorial. Autre apport fondamental de l’Armorial : l’histoire de la fortification et de l’architecture militaire. Châteaux et maisons fortes y côtoient abbayes et prieurés fortifiés, enceintes urbaines et villageoises. Au-delà sans doute d’un certain nombre de stéréotypes, les vignettes de l’Armorial nous permettent de dresser un tableau général de ce qu’est la fortification au milieu du XVe siècle. On y sent à la fois le poids du passé, avec par exemple ces tours maîtresses qui évoquent indéniablement les XIIe ou les XIIIe siècles, et le poids considérable des travaux de fortification menés dans le contexte de la Guerre de Cent Ans. Ceux-ci ont modifié avec une ampleur exceptionnel le paysage des fortifications : amplifiant celles-ci (les premières extensions urbaines sont désormais encloses par de vastes enceintes ; les églises deviennent des forteresses...), les modernisant aussi (les ouvertures de tir adaptées aux armes à feu s’imposent désormais...). Mais la précipitation engendrée par les menaces récurrentes des bandes armées durant les années 1350-1440 est aussi nettement perceptible : des défenses de bois innombrables complètent très souvent des fortifications de pierre jugées alors insuffisantes. Toutefois, la précipitation n’est sans doute pas seule à entraîner un recours si large au bois dans la fortification, il faut y voir aussi là la réticence des communautés d’habitants à financer des travaux qui coûtent très chers. Enfin, l’Armorial s’avère aussi une source de premier plan dans l’histoire de la maison : qu’il s’agisse de maisons paysannes, de maisons villageoises ou urbaines, de maisons nobles. Certes, les stéréotypes sont à l’évidence nombreux et la majeure partie des maisons, tant rurales qu’urbaines, répond à un même modèle. Toutefois, il faut se garder de considérer comme sans intérêt pour l’histoire de l’habitat ces maisons standardisées, en effet, celles-ci sont assurément révélatrices de ce que sont alors les caractéristiques générales des maisons de la majeure partie de la population dans la région. Dans le cas des maisons urbaines, la présence d’un ouvroir au rez-de-chaussée de certaines d’entre elles éclaire leur fonction marchande, de même que la présence d’une tourelle d’escalier indique, dans les villes, des habitats socialement plus prestigieux. La maison noble est particulièrement bien traitée avec le cas spectaculaire de Teillières, résidence de plaisance des comtes de Forez.

Summary

6In the middle of the 15th century, the duke of Bourbon, Charles I (1401-1456), close parent of the King of France Charles VII, had a roll of arms made by his herald of arms Guillaume Revel. Its aim was to list the arms of the entire nobility of his estates in Auvergne, Bourbonnais and Forez. The first goal of this important piece of work was to register coats of arms. From this point of view, it was in line with a long yet tradition, even though it shows some very specific characteristics: inventory throughout a limited territory with a pursuit of exhaustiveness; list of names as opposed to only lineages; and finally inventory not only of coats of arms but also of crests and battle cries.

7However, Revel’s roll of arms mostly has a crucial unequalled specificity: it includes topographical representations of the administrative centres of seigneuries. The initial project, surely too ambitious, was only partially executed. The piece of work reached us unfinished: a number of administrative centres and escutcheons had not been illustrated, some vignettes are only preliminary sketches and a few administrative centres of châtellenie are missing.

8Nevertheless, even in this unfinished version Revel’s roll of arms includes more than a hundred views: 47 for Auvergne, 1 for Bourbonnais and 54 for Forez (with its capital city Montbrison opening the series). The study of these views of Forez is at the heart of the present piece of work.

9The views that can be found in Revel’s roll of arms are of great interest for the history of the representation of areas. Revel’s roll of arms is, along with contemporary manuscripts (such as the Très Riches Heures du Duc de Berry), a milestone in the development of the concept of topographical landscape in Western Europe in the 15th century. However, as made clear by the numerous representation errors, the goal of the views in the roll of arms was not to give an exact representation of what could be seen, but to reunite in a unique drawing information that were judged essential on a topographical or architectural point of view.

10Traditionally, in historiography, this roll of arms is attributed to Guillaume Revel who signed a two-page introduction at the beginning of the volume. In reality we cannot attribute the entire piece of work to him only. As a matter of fact, four different illustrators contributed, and Revel apparently only coordinated the work. It is thus more complicated to know who the authors of the roll of arms actually were. It is the same for the dating of the manuscript. The piece of work, which was unfinished, was realised over a long period: the information included in the roll of arms belong to the years 1440-1450, without more precision.

11Apart from its interest for heraldry and the history of the representation of areas, the vignettes are of great interest for numerous fields of history and medieval archaeology: such as the history of settlement forms and the history of land use. In the roll of arms we can see castle houses, church houses, sometimes of antique origins; cities, villages and their outskirts; scattered settlements…This roll of arms is very rich in terms of history of population or history of urban growth. Revel’s roll of arms offers the first representation of numerous sites and for most the only one before the 19th century cadastral maps. The study of each site, putting together written sources, study of ancient land parcelling and of archaeological remains, shows a great reliability of the vignettes in the roll of arms. The roll of arms is also of great interest for the history of fortifications and military architecture. Castles and fortified houses are shown next to abbeys and fortified priories, and urban surrounding walls. The vignettes in the roll of arms enable us to draw up a picture of the fortifications in the middle of the 15th century. We can, at the same time, feel the weight of history with keeps suggestive of the 12th or 13th century and the weight of fortification works done for the Hundred Years’ War. Those have modified to an extraordinary extent the landscape of fortifications that were highly developed (the first urban expansions were then surrounded by walls, churches became fortresses...) and modernised (embrasures adapted to firearms were then the norm). The haste induced by frequent threats by armed bands in the years 1350-1440 can also be felt: numerous wooden defences reinforced stone fortifications judged insufficient at the time. However, haste is not the only thing that caused such a frequent use of wood in fortifications: there was also the lack of will of communities to pay for such expensive works.

12Finally the roll of arms is a primary source for the history of housing: from peasant houses to village or city houses and noble housing. There obviously are a lot of stereotypes and most houses, rural or urban, are drawn on the same model. However, this is not uninteresting for the history of housing as they reveal the general characteristics of most houses in the region at the time. In cities, the representation of a workroom on the ground floor of some houses shows their commercial use. The representation of turrets on others indicates more socially prestigious houses. Noble houses are particularly well treated in the spectacular case of Teillières: country home of the counts of Forez.

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access