Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Nervieux ?

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

495. Le chasteau de Nervie
Département : Loire ; canton : Feurs ; commune : Nervieux ?

1Ce site n’est pas clairement identifié. Il fait partie des neuf sites foréziens figurant dans l’Armorial simplement sous forme d’une ébauche sur papier collée a posteriori sur le manuscrit original (fig. 419). Cette page est sans titre ; toutefois, il a été ajouté en écriture cursive en bas à droite, à la fin du XVe siècle ou au XVIe siècle, l’identification suivante :

Le chasteau de Nervie.

Fig. 419 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 495) : le chasteau de Nervie.

  • 1 Celui-ci est attesté indirectement dès 1264, lors d’une transaction réglant les droits respectifs d (...)

2Cette mention a évidemment amené les érudits foréziens à identifier cette vignette avec le site de Nervieux près de Feurs. Cependant, l’étude du cadastre napoléonien (fig. 420) et de la documentation ancienne ainsi qu’une visite des lieux permettent rapidement de se convaincre qu’il ne s’agit pas d’une représentation de Nervieux. Le castrum de Nervieux1 paraît avoir été constitué d’un château et d’un habitat associé comprenant une église, le tout enserré dans une enceinte circulaire, dont la morphologie indique clairement qu’elle est très antérieure au milieu du XVe siècle et donc à la réalisation de l’Armorial. Or l’illustration de l’Armorial nous présente au contraire un château sans habitat, si l’on excepte les six maisons éparses qui l’entourent, et même isolé dans la campagne, comme en témoignent les nombreux arbres figurés par le dessinateur. Le château est constitué d’une enceinte crénelée apparemment quadrangulaire munie d’une tour-porte elle aussi quadrangulaire ; celle-ci est couronnée d’un hourd. La tour est coiffée d’une toiture à quatre pans que surmonte une guette. Un second hourd renforce partiellement le rempart à droite de la tour ; au second plan a été représenté ce qui pourrait être interprété comme une échauguette quadrangulaire couverte d’un toit à quatre pans et crénelée. La tour-porte est précédée d’une barbacane qui protège un pont – peut-être un pont-levis – franchissant vraisemblablement un fossé ceinturant le site. Entre le fossé et l’enceinte principale s’élève une enceinte basse non crénelée destinée à protéger la base des murailles contre les projectiles. Un hameau de très petite taille s’est développé devant la porte du château.

Fig. 420 - Le bourg de Nervieux sur le plan cadastral du début du XIXe siècle.

3Globalement, l’aspect inachevé et sommaire du dessin rend son interprétation délicate ; mais, assurément, il ne s’agit pas de Nervieux. Si la mention infrapaginale n’est pas erronée, ce qui n’est pas impossible, elle désigne un autre site.

Notes

1 Celui-ci est attesté indirectement dès 1264, lors d’une transaction réglant les droits respectifs du comte de Forez et du prieur de Pommiers, pour l’exercice de la chasse, de la justice et des usages à Pommiers et sur le territoire qui en dépend. Il est fait mention des châtelains de Bussy et de Nervieux pour le comte (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 406).

Table des illustrations

Légende Fig. 419 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 495) : le chasteau de Nervie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 420 - Le bourg de Nervieux sur le plan cadastral du début du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access