Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Renaison

Chantal Delomier

Texte intégral

483. Le chatiau de Reneyson
Département : Loire ; canton : Saint-Haon-le-Châtel ; commune : Renaison

L’apport des sources écrites

1Une église Saint-Pierre de Ronnisono est mentionnée, peut-être dès le XIe siècle, dans la « Pancarte du droit de cire et d’encens dû à l’Église de Lyon » (Cartulaire de Savigny, p. 1057). Au milieu du XIIe siècle, cette église est une dépendance du prieuré clunisien d’Ambierle (Cluny, t. V, n° 4224, p. 575), qui partage ses droits sur la seigneurie de Renaison avec les comtes de Forez. En effet, au XIIIe siècle, ceux-ci confirment diverses transactions sur des droits et des biens sis à Renaison et dans son terroir et reçoivent des hommages pour des biens qui y sont situés (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 283 ; Chartes du Forez, nos 386, 467, 489, 415, 1232, 1340, etc.). La coseigneurie du lieu entre le prieur d’Ambierle et le comte de Forez entraîne inévitablement des conflits. Ainsi en 1296, un accord doit être trouvé au sujet, notamment, de cens et de droits de justice que chacune des parties estimaient détenir dans la villa de Renaison (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 968). Finalement, il est décidé que la justice et les autres droits demeureront communs par moitié, sous diverses réserves.

2Renaison n’échappe pas aux troubles de la seconde moitié du XIVe siècle. En effet, au détour d’un acte de procédure de 1378, on apprend que

il a entour XV ans passez que les Anglois estoient loges a Rinoisons (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3396).

3La visite pastorale conduite par l’archevêque de Lyon, monseigneur de Talaru, en 1378-1379, confirme peut-être leur passage dans la région en évoquant l’état calamiteux des églises de la plaine roannaise à cette date dont celles de Riorges, Saint-Jean-le-Puy et Renaison (Merle, 1937, p. 347). Ici, le curé ne réside pas et sa maison est en ruine. Au XVe siècle, les difficultés sont encore là : Étienne Fournial (Fournial, 1967, p. 477) rapporte que le 12 février 1440, les habitants de Saint-Haon-le-Vieux, de Renaison et d’Arcon déclarent qu’ils sont

povres gens qui demeurent au plat païs et n’ont forteresse, ne retraict ou ilz puissent se retraire […] et ont eu moult a souffrir et soutenus de grans pertes a cause de la guerre qui a esté entre le roy et le royaume de Bourgoigne, car ils ont toujours esté en la frontiere...

4À la fin du XIVe siècle, mais la situation est sans doute plus ancienne, Renaison héberge un prévôt comtal (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3541 ; ADL, B 1930) pour gérer le domaine des comtes de Forez ; le bourg n’est toutefois pas le siège d’une châtellenie et ne joue qu’un rôle très secondaire dans le patrimoine des comtes de Forez par rapport à son proche voisin le castrum de Saint-Haon. Enfin, d’un point de vue économique le lieu profite, modestement, du passage d’une des variantes du « Grand Chemin de Forez » en Roannais (Fournial, 1967, p. 140) et dès le début du XIVe siècle, des moulins à foulon y sont attestés, témoignant de la présence d’un petit artisanat textile sur place sans doute au service d’entrepreneurs de Saint-Haon (Fournial, 1967, p. 402, 407).

La représentation de l’Armorial

5Simple dessin en noir et blanc sans rehaut de couleur, le site de Renaison est vu depuis le sud-ouest (fig. 350). De très larges fossés, peut-être alimentés en eau par une déviation du Renaison, fixent les contours de la place forte, encore soulignés par une rangée d’arbres. La fortification semble constituée d’une haute tour quadrangulaire, sommée d’un hourd et d’une guette. Une large baie à meneau et traverse la perce à l’est et une autre baie plus petite s’ouvre au-dessous de l’étage fortifié de hourds. Au sommet de cette tour, on remarque une croix qui indique l’appartenance de celle-ci à une église ou tout au moins à un ensemble ecclésial. De la tour part une enceinte carrée très élevée, sans ouverture de tir mais crénelée. Une échiffe est implantée au milieu de la face sud, sans doute sur le chemin de ronde. Un bâti crénelé quadrangulaire s’appuie ou surplombe la façade ouest. Il pourrait s’agir soit d’une bretèche protégeant une porte d’accès au site, soit d’une petite tour de flanquement. Quelques rares logis (quatre cheminées seulement sont visibles) prennent place dans cette enceinte réduite. Si l’on excepte la haute tour quadrangulaire ornée d’une croix et dont la fonction reste incertaine (clocher ?), aucune église n’est visible alors que celle-ci formait pourtant, comme nous le verrons plus bas, le centre de l’enclos fortifié. L’ensemble est chemisé par un mur bas, percé de nombreuses ouvertures de tir, qui adopte une forme arrondie à l’ouest et rectiligne à l’est et fait ensuite retour en angle droit au nord, dessinant ainsi une petite enceinte en forme d’amande de dimensions assez modestes. Un logis isolé se dresse dans l’espace, sans doute étroit, entre cette possible braie et le cœur de la fortification. Aucune porte n’est visible sur le dessin, cependant, l’organisation de l’habitat hors les murs ainsi que la convergence des axes de communication laissent supposer que celle-ci était placée à l’arrière de la représentation, soit au nord du site, et donc masquée sur la vignette par l’ensemble fortifié. Une agglomération de petite taille se développe hors des murs, essentiellement vers l’est et le sud, en bordure d’une route, sans doute la dérivation du « Grand Chemin de Forez » évoquée ci-dessus. Les maisons sont toutes très stéréotypées avec un étage, un toit de tuiles à deux pentes, une fenêtre à meneau et une porte sur chaque pignon et deux ouvertures carrées sur les gouttereaux. Toutes possèdent aussi une cheminée à mitre.

Fig. 350 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 483) : le chatiau de Reneyson.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

6Ce site, un des plus altérés de l’Armorial, se révèle très décevant sur le terrain, puisqu’en effet la fortification et l’église médiévales ont, aujourd’hui, totalement disparu. Cependant, la fixation des contours de l’enclos ecclésial fortifié et de ses fossés dans la maille parcellaire du XIXe siècle permet une restitution dont la fiabilité ne fait aucun doute. Ainsi, on distingue nettement sur le plan parcellaire de 1828 (fig. 351) à l’ouest du bourg de Renaison une enceinte sub-rectangulaire occupée en son centre par une longue église ; le tracé des rues entourant cette enceinte laisse supposer que celles-ci ont été établies sur les fossés. À l’intérieur de l’enceinte des parcelles bâties s’appuient systématiquement contre le mur de clôture. Mais au XIXe siècle, celui-ci avait déjà totalement disparu à l’ouest et au sud-ouest. Sur le plan parcellaire napoléonien, seule une porte est visible à l’est, il en existait peut-être aussi une au nord, comme semble l’indiquer la vignette de l’Armorial ; elle était peut-être dans l’angle nord-ouest de l’enclos, déjà détruit lors de la levée du cadastre. L’église a été totalement démolie en 1908 avec l’ancienne fortification pour laisser place à l’actuelle Place Crionnet.

Fig. 351 - Extrait du plan cadastral de 1828.

7Le plan parcellaire de 1828 permet aussi d’identifier sans difficulté le faubourg né le long de la route du « Grand chemin de Forez » que représente avec soin l’Armorial. À l’est de l’enclos ecclésial fortifié, il vient buter contre celui-ci, dessinant un important village-rue structuré le long de l’actuelle rue du Commerce. Un second faubourg de moindre importance apparaît aussi au sud, il figure lui aussi sur la vignette.

8Renaison n’est qu’une place très modeste pour les comtes de Forez qui partagent leurs droits sur le site avec le prieuré d’Ambierle. Le lieu, simple habitat ecclésial à l’origine, pourrait avoir été fortifié par le duc-comte Louis II dans le cadre de sa politique de restauration et de mise en défense du comté après 1371. La fortification semble avoir pris l’aspect d’une enceinte quadrangulaire doublée de fossés et centrée sur l’église Saint-Pierre, enceinte suffisamment large toutefois pour accueillir des parcelles bâties. Un faubourg s’est par ailleurs développé à proximité de cet enclos le long d’un des itinéraires du « Grand Chemin de Forez ». Si, en l’absence de tout vestige, la confrontation du plan parcellaire de 1828 avec la vignette de l’Armorial permet effectivement de localiser sans ambiguïté les grands ensembles structurants du site (l’enclos ecclésial fortifié, le faubourg oriental), il n’en demeure pas moins que l’interprétation de la vignette de l’Armorial reste délicate. En effet, l’analyse de la fortification appelée « château » par l’Armorial soulève un certain nombre de difficultés : absence de représentation claire de l’église pourtant au cœur de la fortification, question de l’identification de la grosse tour quadrangulaire figurée à l’est de l’enceinte et du tracé de la braie...

Table des illustrations

Légende Fig. 350 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 483) : le chatiau de Reneyson.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 351 - Extrait du plan cadastral de 1828.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access