Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Roanne

Jean Poncet et Franck Brechon

Texte intégral

481. La ville de Rouanne
Département : Loire ; canton : Roanne ; commune : Roanne

L’apport des sources écrites

1Roanne apparaît deux fois dans les sources antiques. Chez Ptolémée tout d’abord, qui cite Rodumna comme l’une des deux villes ségusiaves, l’autre étant Feurs. Sur la carte de Peutinger ensuite où Roidomna figure entre Mediolanum et Ariolica sur une route allant de Feurs, ou plutôt de Lyon à Vichy et Clermont-Ferrand (Guide du musée Déchelette, p. 51-52). Ensuite, au Xe siècle, Roanne est un chef-lieu d’ager (Cartulaire de Savigny, n° 308), parfois désigné comme pagus (Cluny, n° 78), voire comme comitatus (Cartulaire de Savigny, nos 63, 553), bien que n’ayant jamais été chef-lieu de comté. Il s’agit là en fait d’un pagus minor, subdivision d’un pagus, comme on en connaît d’autres en Auvergne ou dans la moyenne vallée du Rhône à la même époque.

  • 1 Par exemple, Théotard ou Throbard, archidiacre, et Chotard, camérier, en 1115 (Chartes du Forez, no (...)

2C’est au milieu du XIe siècle qu’apparaît un lignage portant le surnom toponymique de Roanne, le premier membre connu de celui-ci est un certain Bérard : en 1085, Nazarea, épouse de Guichard d’Oingt, est dite fille de domini Berardi Rodonensis (Cartulaire de Savigny, n° 755), lequel est peut-être déjà mentionné en 1040 (Cluny, n° 2860). En 1105, une confirmation de la donation ci-dessus a pour témoins deux frères, qualifiés de seniores de Rotenna, qui sont probablement les fils de Nazarea et les petits-fils de Bérard (Cartulaire de Marcigny, n° 70). Le lignage de Roanne figure dès lors aux côtés de familles bourguignonnes comme les Le Blanc, de Mâcon, ou les Semur, potentes du premier âge féodal (Perroy, 1977). Possessionné en Roannais, mais aussi en Brionnais et en Charolais, ce lignage fournit plusieurs chanoines au chapitre cathédral de Lyon1 et ses membres sont présents comme acteurs ou témoins dans un certain nombre d’actes. On peut donc logiquement supposer que le château de Roanne existe déjà avant la fin du XIe siècle, et qu’il est entre les mains de la branche aînée de la famille éponyme, alors que ceux de Saint-Haon et de Saint-Maurice sont aux mains de branches cadettes (Perroy, 1966b, p. 665). Cependant, il faut attendre 1205 pour voir mentionné de façon explicite le château de Roanne (Recueil des actes de Philippe Auguste, n° 895). À cette date, le château de Roanne n’est plus un alleu, puisque l’hommage en appartient au comte de Forez. Renaud, archevêque de Lyon, agissant au nom de son frère, le comte de Forez Guy III alors en croisade, cède temporairement cet hommage au sire de Bourbon, Guy de Dampierre, avec celui des châteaux de Saint-Haon et de Saint-Maurice (Recueil des actes de Philippe Auguste, n° 895). La famille de Roanne en est toutefois toujours seigneur immédiat, puisqu’en 1220, la veuve de Chatard de Roannais avoue tenir du comte Guy IV la moitié du port et du péage de Roanne (Chartes du Forez, n° 33) et qu’en 1260, Dalmas de Roanne rend hommage pour ce château au comte (Chartes du Forez, n° 467). En effet, au XIIIe siècle, la seigneurie de Roanne est émiettée entre de multiples coseigneurs (frères, cousins, etc.) ; É. Perroy voit dans cette pratique du partage en indivis l’une des raisons de l’affaiblissement du lignage. Le comte de Forez, qui a un châtelain à Roanne dès 1248 au moins (Francs-fiefs, n° 29), en profite pour y étendre son emprise directe, par des achats notamment. Ainsi, en 1273, Guichard de Montagny cède au comte Guy le quart par indivis du castrum et de la villa de Roanne qu’il tenait de sa mère Béatrice de Roanne (Chartes du Forez, n° 168). En 1293, Jean, comte de Dreux, et sa femme Jeanne abandonnent au comte de Forez leurs droits sur le castrum et la villa de Roanne (Chartes du Forez, n° 433). Ce n’est donc qu’une partie de l’ancienne seigneurie qu’Alice de Roanne apporte aux La Perrière et qu’elle avoue au comte Jean en 1301 (Perroy, 1977, p. 666). C’est cette seigneurie mutilée qui sera acquise par Jacques Cœur peu avant sa chute, à la suite de laquelle elle passera aux Gouffier en 1455 (Goninet, 1975-1976, t. 1, p. 166-169). L’autre partie de la seigneurie de Roanne est donc sous la domination directe des comtes de Forez.

3Les textes du XIIIe siècle nous apportent également des renseignements intéressants sur le peuplement de Roanne. Ceux de 1273 et de 1293 distinguent clairement villa et castrum (Chartes du Forez, n° 168, n° 433). La première, sur le site du village gaulois primitif, doit comprendre quelques maisons groupées autour de l’église paroissiale Saint-Julien. C’est un édifice modeste sur lequel nous ne savons rien, mais qui est figuré dans son cimetière par Martellange en 1610 (fig. 333). À quelques centaines de mètres au sud-ouest, le castrum inclut sans doute quelques maisons ainsi que la chapelle Saint-Étienne, mentionnée seulement en 1315 (Testaments foréziens, n° 73 p. 170), mais remplaçant un sanctuaire lié à une nécropole mérovingienne. Le tout est probablement déjà protégé par une première enceinte, car un texte de 1249 (Chartes du Forez, n° 1108) mentionne un « bourg neuf » juste au sud du château. Le souvenir de celui-ci a d’ailleurs été conservé dans la toponymie (rue de Bourgneuf). Cependant, l’ensemble ne peut prétendre au rang de ville et demeure un simple bourg. Ainsi, à la fin du XIVe siècle, la cote du fouage pour Roanne est de 25 francs, alors qu’elle s’élève à 29 pour Mably, 36 pour Villerest, 110 pour Saint-Haon et 126 pour Saint-Just-en-Chevalet (Fournial, 1964b, p. 25). Les textes ne signalent d’ailleurs à Roanne que quelques rares artisans ou marchands sans envergure. Étienne Fournial évalue la population du bourg à cette époque à 25 feux environ, et celle de la paroisse tout entière à 200 ou 300 habitants. À la fin du XIVe siècle, l’insécurité oblige les villes foréziennes à renforcer leurs défenses et à s’emmurailler. À Roanne, un texte de 1393 fait allusion à l’ancienne entrée du château, preuve de travaux déjà réalisés (Fournial, 1964b, p. 54, note 252). Un autre, de 1420, qui situe une maison in castro Roddane juxta muros ville Roddane (Fournial, 1964b, p. 54, note 252), montre que l’enceinte dessinée par Revel est terminée à cette date. Quoi qu’il en soit, le déclin du vieux bourg Saint-Julien est alors net, de même que le déplacement du centre de Roanne : c’est désormais autour du château que se situe le peuplement. Cette évolution est entérinée au milieu du XVe siècle lorsque l’église Saint-Julien cède à Saint-Étienne le rôle, déjà assumé dans les faits, d’église paroissiale (Fournial, 1964b, p. 55-56). Guillaume Revel ne prend d’ailleurs pas la peine de faire figurer l’ancien bourg sur son dessin. Ni le château proprement dit, ni l’enceinte du bourg, ne semblent avoir joué de rôle militaire notable. Aucun document ne fait allusion à des combats dans ou pour Roanne. Alors que durant la guerre de Cent Ans, des prieurés et des bourgs étaient pillés et ravagés aux portes mêmes de Roanne, la ville semble avoir été épargnée. La fonction résidentielle du château semble aussi avoir été secondaire. Si les premiers seigneurs de Roanne y ont sans doute habité, dès la fin du Moyen Âge d’autres résidences ont été préférées. De passage à Roanne, les ducs de Roannais comme les hôtes de marque ne logent pas au château. Au XVIIe siècle, le procureur Dalesme déconseille même au duc de vendre Boisy car, dit-il, Roanne n’a pas de château habitable (Goninet, 1975-1976, t. 1, p. 244). Ainsi les bâtiments castraux qui jouxtent le donjon et qui remontent sans doute au milieu du XVe siècle ont essentiellement abrité officiers et gestionnaires de la seigneurie et du bailliage, et ce jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

La représentation de l’Armorial

4Le dessin de l’Armorial de Guillaume Revel confirme d’emblée l’image que donne la documentation écrite, celle d’un château modeste et de faible valeur militaire (fig. 331). Représenté depuis le nord-est, il s’agit avant tout d’un mur d’enceinte aveugle, simplement crénelé et surmonté de quelques échiffes. Une grosse tour carrée protège une porte prolongée par un pont-levis abaissé en avant duquel se dresse une modeste barbacane. Rien ne permet de supposer la présence d’une autre porte. Le dessin semble représenter deux tours, à base talutée, situées juste à droite de la porte. Cependant, un siècle et demi plus tard, Martellange n’a vu à cet endroit que des contreforts (fig. 333). À l’intérieur de l’enceinte, un seul monument est identifiable : c’est une haute tour maîtresse carrée, percée d’une ouverture sur chacune des deux faces visibles. L’ensemble est surmonté d’une guette. Rien ne permet d’identifier des bâtiments castraux, si ce n’est une construction figurée entre le donjon et le rempart, et dont une ouverture perce ce dernier. Quant à l’église Saint-Étienne, elle est sans doute cachée par la tour-porte. Les quelques toits que l’on distingue évoquent plutôt les maisons que l’on sait alors abritées par l’enceinte. À l’extérieur de l’enceinte, le dessin suggère le début du développement urbain de Roanne. Visiblement, il se fait le long du « Grand Chemin Ferré » que les maisons bordent déjà de façon continue sur les deux côtés. On peut en compter cinquante-six, toutes figurées de la même manière conventionnelle, à trois exceptions près. Il s’agit tout d’abord d’un petit bâtiment, situé juste devant le pont-levis, perpendiculairement aux autres maisons, mais rien ne permet toutefois d’identifier sa fonction. En revanche, un autre bâtiment, nettement plus grand et dont la large toiture repose sur des piliers, correspond assurément aux halles ; celles-ci seront transférées de l’autre côté du pont-levis à la fin du XVIe siècle (Fournial, 1964b, p. 58). Enfin, à l’extrémité nord de l’alignement des maisons se distingue une sorte de porte qui représente peut-être le poste de levée du port et péage de Roanne, ce dernier constituant une part importante des revenus de la seigneurie du lieu. Au total, cette zone de conurbation continue commence au sud avec le « bourg neuf » signalé par les textes, puis contourne le château en passant devant l’actuel Palais de Justice et se termine aux environs de l’actuelle rue de la Charité, là où les textes du XVIIe siècle situent le Bourg-Basset (Fournial, 1964b, p. 59). Pour le reste, le paysage semble plutôt champêtre avec des haies et des arbres, à l’exception, en haut à droite, d’un bâtiment isolé. On peut se demander s’il ne s’agit pas de l’édifice gallo-romain appelé « Thermes » et qui semble avoir été bien conservé, au moins partiellement, jusqu’au XIXe siècle. On peut reconnaître le même édifice sur le dessin de Martellange (fig. 333).

Fig. 331 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 481) : la ville de Rouanne.

Fig. 332 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 333 – Vue topographique de Roanne en 1610 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographies, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 90).

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

  • 2 Cette dernière a été arasée en 1823 par le marquis de Tardy, maire de la ville, qui entreprend alor (...)
  • 3 Texte cité dans Fournial, 1964b : Item, a payé led. receveur a Anthoine Loys, charpentier pour la m (...)
  • 4 Prélèvements effectués par Christian Le Barrier en novembre 1999, datation Archéolabs.

5Des constructions que nous montre l’Armorial, seule subsiste, intacte, la tour maîtresse, établie initialement sur une motte2. C’est une tour carrée de 7,65 m de côté, haute de 20 m, qui a même conservé la guette visible sur le dessin (fig. 334, 335, 336). Un compte de construction nous apprend que cette dernière a fait l’objet de travaux en 14653. Les murs de la tour, épais de 2 m à la base mais qui s’amincissent en s’élevant, sont construits en galets et en petits blocs de granit, sans pierre de taille, ce qui explique sans doute les angles arrondis de l’édifice. À l’intérieur se superposent cinq niveaux (Bonin, 1949). La salle du rez-de-chaussée, sans ouverture à l’origine, communique par une trappe avec le premier étage voûté en plein cintre et percé à l’origine d’une porte de 1,80 m de hauteur sur 0,70 m de largeur. La salle du deuxième est voûtée en anse de panier. Mais l’étude de Christian Le Barrier (INRAP) a montré que ces deux plafonds voûtés ne remontent sans doute pas plus haut que le XVIIIe siècle. La salle du troisième, ainsi que les combles, ne présentent aucune particularité notable. Devant cette construction sommaire, sans latrines ni cheminée, présentant une facture peu soignée, les historiens locaux ont eu souvent tendance à faire remonter assez haut son édification, à la fin du XIe siècle ou à la fin du XIIe siècle, mais sans s’appuyer sur des éléments probants (Fournial, 1964b, p. 59). En effet, le caractère archaïque de ce donjon n’est pas un élément de datation assuré. Ainsi, près de Roanne, la tour de Lespinasse, qui présente les mêmes caractères, ne semble pas, selon la documentation écrite, être antérieure au plein XIIIe siècle (Perroy, 1977). Une datation par dendrochronologie de restes de hourds pris dans la maçonnerie et d’éléments de charpente fournit des résultats bien plus précis4 : le bois des hourds a été abattu en 1225-1226 et celui de la charpente en 1516-1517. Toute la toiture, y compris celle de la guette, a donc été refaite à cette dernière date. De même, la partie supérieure du donjon, où se trouvaient les éléments de hourds datés, semble donc attribuable à la première moitié du XIIIe siècle. A-t-on alors simplement refait la partie supérieure d’un donjon plus ancien ? Ce n’est pas impossible, mais rien dans les maçonneries ne le suggère et tout laisse penser que cet édifice a bien été construit dans les premières décennies du XIIIe siècle. Or, nous l’avons vu, la documentation écrite atteste de l’existence d’un château à Roanne bien avant cette date...

Fig. 334 – La tour maîtresse du château dans son état actuel.

Fig. 335 – La tour maîtresse du château vers 1870 (Photographie de Geoffray).

Fig. 336 – Le château et la tour maîtresse au début du XXe siècle (carte postale).

  • 5 Nos vifs remerciements à Monique Le Nezet-Célestin qui a bien voulu nous communiquer son rapport de (...)
  • 6 La Mure s’est appuyé sur des documents disparus depuis, ce qui a, à juste titre, suscité des doutes (...)

6Ce château initial, on pouvait le supposer sur le même emplacement que l’actuel, bien que Christian Le Barrier n’en ait trouvé aucune trace dans les soubassements de ce dernier. Toutefois, des découvertes archéologiques récentes ont apporté des éléments nouveaux. La municipalité de Roanne ayant décidé de remodeler le centre ancien, une série de sondages et de fouilles a été réalisée par les équipes de l’INRAP et le Service Régional de l’Archéologie. Le principal chantier, mené de septembre 2004 à mars 2005 par Monique Le Nézet-Célestin, a concerné la quasi-totalité de la place du Château (fig. 337). Il a mis au jour un important fossé de plus de 13 m de largeur et 2 m de profondeur dont le tracé courbe, si on le prolonge, entoure le donjon. Les niveaux qui le recouvrent datent du début du XIIIe siècle, attestant d’une nouvelle organisation de l’espace castral à cette date5 (fig. 332). Mais ce chantier a livré beaucoup d’autres renseignements qui nous permettent de mieux cerner les origines du château. Au départ, nous trouvons un quartier de la Rodumna antique où semble s’être concentré à partir du IIIe siècle le cœur de la bourgade en déclin. C’est là que s’établissent, sans doute à partir du Ve siècle un cimetière, un baptistère et donc la première église Saint-Étienne. Pour les sépultures les plus récentes, le C14 fournit une fourchette allant de 890 à 1018. Une fourchette très proche est fournie par un groupe de silos à grains creusés à l’emplacement du baptistère. On peut donc supposer que le premier château, sans doute un donjon sur motte artificielle et peut-être en bois, a été érigé à l’emplacement du donjon actuel au début du XIe siècle, peu après l’abandon de la nécropole et du baptistère. Mais se pose un autre problème : en effet, en 1960, la base d’une autre tour a été mise au jour derrière l’église Saint-Étienne (fig. 338). Quadrangulaire, mesurant 8,75 m de côté, ses murs sont épais de 2 m. Ils ont été soigneusement arasés, laissant penser que cette tour n’avait jamais été terminée (Périchon, 1963). Les niveaux contemporains de sa construction ont livré uniquement une céramique suggérant une datation assez haute des XIe ou XIIe siècles. En 1980, un sondage réalisé à proximité, a montré que ce donjon n’était pas isolé : la fouille a recoupé un fossé visible sur plus de 8 m de long, avec une largeur de 2 m et une profondeur de 1,80 m. Se prolongeant au nord-est, hors de la zone fouillée, ce fossé se terminait au sud-ouest par ce qui pouvait être l’angle d’une branche perpendiculaire. Sur ce fossé comblé de pierrailles était couché un énorme pan de mur appartenant probablement au même ensemble que la base du donjon voisin. Cette couche de démolition, suffisamment épaisse pour former une sorte de tertre encore visible dans la topographie jusqu’aux travaux de 1981, contenait une grande quantité de pierres mais aussi de tessons d’une céramique grise ou noire non tournée, analogue à celle trouvée autour et dans le donjon arasé. On peut la dater du XIIe siècle (Poncet, 1982). Dans les années 1960, Étienne Fournial, surpris par l’apparition de ce donjon inconnu par ailleurs, avait émis l’hypothèse qu’il n’avait jamais été terminé. Les fouilles postérieures semblent lui donner raison. On peut esquisser un scénario vraisemblable. Au début du XIIe siècle, les seigneurs de Roanne, alors à leur apogée, entreprennent la construction d’une enceinte et d’un château dignes de leur rang. Mais deux éléments viennent contrarier leurs projets. C’est d’une part le long conflit entre Forez et Beaujeu dans lequel ils tiennent une place mal connue faute de tout document écrit. Mais c’est aussi l’affaiblissement de leur lignage évoqué plus haut. Lorsqu’en 1222 la paix est signée, le comte de Forez est devenu le maître du Roannais. Les travaux en cours sont abandonnés et on se contente de construire (ou de restaurer ?) le donjon que l’on peut voir aujourd’hui. C’est là l’hypothèse la plus simple. Une autre est envisageable, celle de l’érection d’un second donjon. Dès 1967, Henry Dupont (Dupont, 1967-1968), citant un passage de l’Histoire ecclésiastique de La Mure (De La Mure, 1671, p. 332), signale la présence dans un acte de décembre 1227 aujourd’hui disparu, d’un Roussel de Châlons, coseigneur de Roanne6. Ce personnage important – il est dit par ailleurs connétable du roi de France – aurait en effet pu vouloir construire son propre donjon. Mais ce dernier n’aurait jamais été terminé, sa construction ayant peut-être été, suggère Henry Dupont, interrompue par la mort du connétable. De fait, des indices concordants, à défaut de preuves, font plus penser à l’interruption de la construction qu’à la démolition (arasement soigné à deux niveaux). On sait toutefois que le phénomène de coseigneurie peut entraîner parfois la construction de deux tours maîtresses voisines (Laffont, 2000). Dans son état actuel, le « château » de Roanne présente un aspect composite qui s’explique par les multiples remaniements de structure et les aménagements subis au cours des siècles. Coincé entre l’enceinte du XIVe siècle qui lui sert de mur arrière, et le donjon qu’il englobe en partie, il présente une forme arquée qui, ajoutée à la présence du donjon, semble avoir posé des problèmes d’aménagement. Un examen rapide des parties anciennes avait permis de proposer une construction dans le courant du XVe siècle. L’étude archéologique conduite en 1999 a confirmé cette datation et la dendrochronologie l’a précisée, en fournissant une date d’abattage dans la première moitié du siècle : 1436-1437. À quoi ressemblait ce bâtiment ? Avait-il pris la place d’un autre, contemporain du donjon ? L’archéologue ne peut pour l’instant apporter de réponse et l’importance des remaniements subis jusqu’à nos jours par cet édifice a sans doute définitivement fait disparaître la construction d’origine. Après avoir abrité sous l’Ancien Régime les organes de la seigneurie (justice, prison, etc.), il a été amputé dans les années 1820 lors de la construction des halles, puis est devenu habitation sous le Second Empire avec le chevalier de Saint-Thomas. Dernier avatar : racheté par la Ville de Roanne, il a été une nouvelle fois remanié pour loger l’Office du Tourisme.

Fig. 337 - Plan des fouilles réalisées en 2004, place de Lattre-de-Tassigny (d’après Le Nézet-Célestin, 2011).

Fig. 338 – Vue des fouilles de l’école de musique en 1960.

7Aujourd’hui, il ne reste à peu près rien de l’enceinte de Roanne. Elle existait pourtant encore au XVIIe siècle. En effet, en 1610, le père Martellange vient à Roanne construire la chapelle du collège jésuite. À cette occasion, il dessine trois vues de la ville. Deux d’entre elles nous montrent une enceinte apparemment présente sur toute sa longueur (fig. 333 et 340), même si elle a perdu les bretèches figurées par Revel et si le mur semble avoir été abaissé en un point pour dégager un peu l’église Saint-Étienne. C’est plus tard au XVIIIe siècle, avec le développement urbain de Roanne et la multiplication des hôtels particuliers dans le centre, que le rempart et les fossés deviennent une gêne. C’est ainsi que l’hôtel Saint-Polgue est construit au XVIIIe siècle dans l’actuelle rue de Cadore, à l’extérieur du fossé, alors que ses communs sont à l’intérieur. Le rempart (fig. 339) est ainsi progressivement démoli tandis que les fossés, en grande partie maçonnés et recouverts, sont aménagés en égout. Le 3 mars 1787, le lieutenant général, le lieutenant particulier et deux conseillers au bailliage, dressent un rapport (BMR, 11 B 100, n° 19) constatant que, sous le portail placé entre l’église et les halles de la ville, c’est-à-dire la vieille porte de l’enceinte, des fissures et des écroulements récents dans la voûte et dans le mur qui la soutient créent une situation dangereuse. Cette porte s’est ainsi trouvée probablement condamnée à court terme. Si le mur d’enceinte a presque complètement disparu, il est possible de reconstituer son tracé avec assez de précision, grâce au cadastre et à la disposition des maisons du quartier. Au nord-est, à une dizaine de mètres du donjon, le mur arrière du château avec sa légère courbure en conserve la trace. En le prolongeant, on trouve la seule partie bien conservée, près de l’hôtel de l’Ancre. Il s’agit d’un mur de 10 mètres de hauteur, encore crénelé, épais de 1,20 m à la base mais qui se rétrécit nettement en s’élevant (fig. 340). Il semble avoir été construit ou reconstruit très vite et sans grand soin, ce qui s’explique facilement par la situation locale à la fin du XIVe et au début du XVe siècle. À une douzaine de mètres à l’extérieur, l’existence des fossés est rappelée par la « rue des Fossés ». Plus à l’ouest, les maisons qui ferment de ce côté la place de Lattre-de-Tassigny, en particulier la maison ancienne dite « des Métiers d’Art », montrent, par la courbe qu’elles dessinent, qu’elles s’appuyaient contre le rempart. Là, les fossés étaient encore visibles jusqu’aux travaux d’aménagement des années 1970. De là, le mur devait longer l’église Saint-Étienne, et passer juste devant l’église actuelle. C’est ici que se dressait la tour abritant la porte, où se trouve l’entrée de la place. L’espace ainsi enclos forme une ellipse mesurant 104 m d’est en ouest et 85 m du nord au sud, enserrant une surface de 9 000 m² (Bonin, 1949). Les fossés étaient alimentés en eau par un bief provenant du « Grand-Marais » à la hauteur de la rue Max-Dormoy. Quant au trop-plein des fossés, il était évacué par un autre bief prenant près de la porte. Un texte de 1613 nous apprend d’ailleurs qu’un abattoir sera installé dans les halles, situées à cet endroit, afin que l’eau des fossés puisse emporter les déchets (ADL, E 60, n° 3).

Fig. 339 – Vue des vestiges du rempart de Roanne en 1947.

Fig. 340 – Autre vue de Roanne en 1610 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographies, réserve UB-9 boîte FT4, n° 100). Vue vers l’ouest.

8Le dessin de l’Armorial paraît fournir une image assez exacte, bien que peu précise, du Roanne de la fin du XVe siècle. Ainsi, il manque le vieux bourg Saint-Julien dont nous avons vu qu’il était alors en plein déclin malgré la création de l’hôpital.

9Les découvertes récentes faites à Roanne présentent un intérêt majeur. D’abord parce qu’elles concernent en grande partie un millénaire (IIIe siècle-XIIIe siècle) jusque-là presque totalement dénué de toute documentation écrite ou archéologique. Mais aussi parce qu’elles nous révèlent une histoire de l’évolution territoriale de Roanne plus complexe qu’on ne 1’imaginait. En attendant l’étude exhaustive et les publications qui nous apporteront sans doute plus encore, on note d’ores et déjà que le quartier du château semble devenir dès le Bas Empire le cœur de la bourgade en déclin, puis le foyer de la christianisation. Mais pourquoi ce foyer a-t-il été déplacé au Xe siècle sur l’emplacement du village primitif autour de Saint-Julien désormais église paroissiale ? Existe-t-il un lien entre ce transfert et la construction du premier château ?

10La vignette de Guillaume Revel nous montre, comme la vue du père Martellange en 1610, que la route ainsi que la Loire (que l’illustrateur de l’Armorial a tenu à faire figurer, avec une barque, au prix d’un resserrement de la perspective qui la rapproche artificiellement de la ville) sont les deux facteurs essentiels du développement urbain. Le quartier du château garde cependant une position centrale, mais se trouve de plus en plus marginalisé à partir du XIXe siècle, avec le creusement du canal et l’industrialisation de la ville. Le nouveau centre se situe désormais au « Carrefour Helvétique ». Mais les fouilles récentes l’ont confirmé, le quartier du château représente pour nous aujourd’hui un résumé de toute l’histoire de Roanne. C’est là un patrimoine précieux dont les Roannais semblent avoir pris conscience désormais, après l’avoir longtemps ignoré.

Page 481
LA VILLE DE ROUANNE
Étude héraldique

835. Fre[re] Ugues Tavarnier abbé de La Beneison Dieu
parti : au 1, d’or à deux anneaux de feuillage de sinople ; au 2, d’or à deux fasces de sinople – l’écu brochant sur une crosse.
Hugues IV Tavermer, ou Tardinat (mort vers 1460). Il appartenait à une famille de la riche bourgeoisie de Saint-Haon-le-Châtel, connue depuis le XIVe siècle, et fut élu abbé de La Bénisson-Dieu en 1440. Il en fut le dernier abbé régulier, avant que l’abbaye ne tombât en commende lorsque son successeur, Pierre de La Fin, fut également élu abbé de Pontigny.
• Gallia christiana, t IV, col 307 ; Gras, 1874, p. 244 ; Fournial, 1967, p. 409.

Un écu vide.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Par exemple, Théotard ou Throbard, archidiacre, et Chotard, camérier, en 1115 (Chartes du Forez, nos 911, 912, 913).

2 Cette dernière a été arasée en 1823 par le marquis de Tardy, maire de la ville, qui entreprend alors un réaménagement du quartier.

3 Texte cité dans Fournial, 1964b : Item, a payé led. receveur a Anthoine Loys, charpentier pour la moitié de la façon et bastiment d’une bayete faite sur la tour du chastel de Roenne par le commandement de Monsr. le bailly de Fourez pour gueyter de jour et garder le chastel dud. Roenne... Le XXVe jour de may mil IIIIc LXV, XXX siècle VII d. t. (ADL, E 32 n° 9, f° 4).

4 Prélèvements effectués par Christian Le Barrier en novembre 1999, datation Archéolabs.

5 Nos vifs remerciements à Monique Le Nezet-Célestin qui a bien voulu nous communiquer son rapport de fouilles pour la mise à jour de cette notice. Toutes les indications concernant les fouilles récentes en sont tirées.

6 La Mure s’est appuyé sur des documents disparus depuis, ce qui a, à juste titre, suscité des doutes chez les historiens concernant ses affirmations. Remarquons cependant que les fouilles récentes ont révélé, à la grande surprise des archéologues, un baptistère à Roanne.

Table des illustrations

Légende Fig. 331 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 481) : la ville de Rouanne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 332 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 333 – Vue topographique de Roanne en 1610 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographies, réserve UB-9 boîte FT 4, n° 90).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 334 – La tour maîtresse du château dans son état actuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 335 – La tour maîtresse du château vers 1870 (Photographie de Geoffray).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 336 – Le château et la tour maîtresse au début du XXe siècle (carte postale).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 337 - Plan des fouilles réalisées en 2004, place de Lattre-de-Tassigny (d’après Le Nézet-Célestin, 2011).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 338 – Vue des fouilles de l’école de musique en 1960.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 339 – Vue des vestiges du rempart de Roanne en 1947.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 340 – Autre vue de Roanne en 1610 par le père Martellange (Bnf, Estampes et photographies, réserve UB-9 boîte FT4, n° 100). Vue vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2978/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access