Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Essertines

Franck Brechon

Texte intégral

475. Le chatiau d’Issartines
Département : Loire ; canton : Montbrison ; commune : Essertines-en-Châtelneuf

L’apport des sources écrites

1La première mention d’Essertines est à placer à la fin du Xe siècle. L’ecclesia Sancte Marie de Exartinis cum capella et appenditiis figure, en effet, dans la liste des possessions de l’Église de Lyon en 994 (ADR 18 G 1879 et Feuillet, Guilhot, 1985, p. 73). Il est toutefois difficile de situer avec précision les lieux mentionnés dans cet acte qui pose par ailleurs des problèmes d’interpolation certains. Sans doute l’église Sainte-Marie n’est-elle autre que l’édifice paroissial situé au chef-lieu de la commune actuelle, alors que la chapelle peut éventuellement, mais sans certitude aucune, être identifiée à la capella castri d’Essertines. Quoi qu’il en soit, le toponyme Essertines évoque indéniablement un mouvement de défrichement sur un front pionnier remontant la vallée du Vizézy vers l’intérieur des monts du Forez. Il est impossible de préciser qui, au Xe siècle, possède cet édifice et la seigneurie qui en dépend. Si on ne retient pas la capella de 994 comme étant assurément celle du château, ce qui est néanmoins probable, il faut attendre 1190 pour que le château d’Essertines soit indirectement attesté. Une famille montbrisonnaise se dispute alors divers biens situés autour de la ville, dont certains sont situés dans le mandement d’Essertines (Titres de la maison ducale de Bourbon, p. 8). Par la suite, le château d’Essertines figure dans le testament d’Albert de Thizy, daté de 1207-1210 (Chartes du Forez, n° 605). Le testateur effectue alors un legs composé de sa

domum d’Essartines et muram que est supra capellam, et quicquid plus iuris habebat a Essartines, excepta solummodo parte quam habebat in turri et cortina quam dedit G., comiti Foresii.

2Les éléments du castrum sont alors en place : la tour maîtresse, la courtine qui l’enserre, la chapelle et les maisons du village dont une est donnée par le testateur. Outre les éléments topographiques et architecturaux qu’apporte ce document, il permet aussi de savoir que le site n’est alors desservi d’un point de vue religieux que par une simple chapelle dépendant de l’église paroissiale Sainte-Marie, située au sommet du versant de la vallée du Vizézy. En effet, le testateur pourvoit aussi à l’entretien du luminaire de

l’ecclesie Beate Marie supra Essartines.

  • 1 Cf. supra p. 335 la notice consacrée à Châtelneuf (p. 474 de l’Armorial).

3La précision topographique est ici intéressante : l’église paroissiale se situe au-dessus de la capella castri Saint-Étienne. Les XIIe et XIIIe siècles marquent probablement la prise de possession du château par les comtes de Forez, ainsi que le laissent penser tout à la fois le contexte historique général et le testament d’Albert de Thizy. En effet, l’intérêt des comtes de Forez pour Essertines s’explique très bien et peut être lié à l’établissement de leur résidence à Montbrison (Piponnier, 1993, p. 21). Par ailleurs, le testament d’Albert de Thizy indique clairement que les comtes sont alors en pleine acquisition de droits à Essertines, puisque le testateur leur a cédé une part de la seigneurie qu’il y possédait. Les autres coseigneurs ne sont malheureusement pas mentionnés dans l’acte, ni d’ailleurs dans aucun autre texte, mais ils disparaissent de toute façon dans les décennies qui suivent au profit du comte de Forez qui apparaît par la suite comme seul seigneur châtelain du lieu. Dans une situation topographique difficile, le château d’Essertines est rapidement secondé par celui de Châtelneuf, construit dans le courant du XIIe siècle sur un site plus spacieux et moins accidenté que le nid d’aigle de la vallée du Vizézy. Concurrencé par ce « château neuf » au toponyme évocateur, le château vieux d’Essertines perd de l’importance à la fin du Moyen Âge. Ainsi, dès le XIVe siècle, la châtellenie qui apparaissait comme celle d’Essertines et de Châtelneuf devient-elle uniquement celle de Châtelneuf1. Parallèlement, alors que la chapelle du castrum d’Essertines n’obtient jamais de droits paroissiaux, celle de Châtelneuf est érigée en paroissiale dès le XIIIe siècle, puisqu’elle figure comme telle au pouillé de 1225 (Pouillés de la province ecclésiastique de Lyon, p. 5). Pour finir, le château d’Essertines n’est plus attesté après le XVe siècle, victime des crises démographiques de la fin du Moyen Âge et des évolutions de l’architecture castrale qui privilégie alors des sites habitables avec un certain confort plus que des repaires certes inexpugnables, mais rudes et exigus. L’archéologie confirme d’ailleurs cet abandon progressif dans le courant du XVe siècle (Piponnier, 1993, p. 169).

La représentation de l’Armorial

4De prime abord, la vignette représentant le castrum d’Essertines surprend par le caractère accentué du relief, assurément l’un des plus marqués de l’ensemble du corpus (fig. 275). Vus depuis le sud-est, le château et le village qui se développe à ses pieds occupent un promontoire acéré. L’élément principal du site est le château proprement dit. Il se compose avant tout d’une imposante tour maîtresse quadrangulaire. Située sur le point le plus haut du site, elle s’élève au moins sur cinq niveaux : une base aveugle (probable basse-fosse), un premier niveau, où s’ouvre la porte d’accès, et deux étages supérieurs percés de baies à meneau simple ou à croisée, suggérant un éventuel caractère résidentiel de ces deux étages. L’ensemble est surmonté d’un crénelage formant un cinquième niveau, couvert d’un toit à quatre pentes en tuiles sur lequel flotte l’étendard des ducs de Bourbon. À ce donjon, il faut associer deux courtines concentriques. Une première, qui se rattache au donjon, circonscrit un espace semi-circulaire de taille réduite, en avant de la porte d’accès au donjon ; une seconde courtine, plus vaste, enserre l’ensemble du château. Tandis que la première enceinte ne laisse apparaître aucune ouverture, ni aménagement défensif autre qu’un crénelage et un chemin de ronde, la seconde est mieux défendue. Elle est cantonnée par une tour circulaire crénelée qui fait face au dessinateur, alors qu’une porte surmontée d’une bretèche s’ouvre non loin de cette dernière. La capella castri est située hors du château, face à sa porte, à mi-distance entre ses remparts et les constructions villageoises. Il s’agit d’un édifice de taille modeste, lui aussi crénelé. Dotée d’une abside semi-circulaire, sa façade est surmontée d’un petit clocher-mur à une baie. Deux grandes ouvertures éclairent l’abside. Le village castral associé au château se développe au premier plan sur le dessin. Il est composé d’une vingtaine de maisonnettes répondant toutes au stéréotype de l’Armorial. Une seule, de par sa position proche de la chapelle castrale, se distingue du lot, mais aucun élément architectural ne permet de penser qu’il s’agit d’une construction au statut différent des autres. L’ensemble villageois est protégé par un rempart non crénelé, simple mur au tracé circulaire qui enceint toute la base du rocher, sans que l’on parvienne, sur le dessin, à distinguer si cette courtine élémentaire prend appui sur le château lui-même ou sur le pointement rocheux qui le supporte. Une porte sans défense particulière perce cette muraille. Tout au plus est-elle surélevée de quelques dizaines de centimètres par rapport au sol, puisqu’un escalier de deux marches permet d’y accéder. Un torrent de montagne impétueux coule au pied du rempart, pouvant sur le dessin laisser penser à la présence d’un fossé en eau, qu’un pont situé dans l’axe de la porte permet de franchir.

Fig. 275 – Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 475) : le chatiau d’Issartines.

Les données archéologiques

5Déserté depuis presque 500 ans, le site d’Essertines n’est pas appréhendable à la lecture du parcellaire napoléonien qui n’apporte aucun renseignement utile sur les états médiévaux du site, et seule la fouille, complétée par l’étude des quelques vestiges encore conservés en élévation, permet de percevoir ce qu’était le château et le castrum d’Essertines en plein Moyen Âge. Le relief constitue le premier élément défensif du château et son implantation en fait un archétype de roca du premier âge castral. Il est juché sur un étroit éperon rocheux qui barre la vallée du Vizézy, particulièrement encaissée à cet endroit (fig. 276, 277, 278). Le site n’est lié au relief dominant que par une étroite échine rocheuse au sud-ouest, alors que le versant nord est constitué d’une falaise d’une trentaine de mètres de hauteur et que le versant est présente une pente particulièrement abrupte. De plus, un fossé rupestre a été creusé sur le versant sud-ouest du site, flanc naturellement moins bien défendu, puisque c’est de ce côté que l’éperon se rattache au versant de la vallée du Vizézy. Le sommet de l’éperon rocheux était occupé par une tour et une courtine, succédant à un édifice dont ne subsiste qu’un seul pan de mur très arasé, au point qu’il est impossible d’en proposer une datation et une interprétation planimétrique (Piponnier, 1993, p. 59). Peut-être s’agit-il du soubassement d’une première tour... Le donjon quadrangulaire qui se superpose à ce mur primitif occupe l’essentiel de la plate-forme sommitale. Il est très arasé. L’étude archéologique permet de situer sa construction dans le courant du XIIe siècle, sans plus de précision (fig. 279). À l’heure actuelle, une porte est visible au rez-de-chaussée sur la façade sud-est, encadrée par deux contreforts. Néanmoins, cette ouverture n’appartient pas au premier état du bâtiment et a fait l’objet d’un percement ultérieur, probablement lors d’une réfection suite à un incendie. L’accès initial se faisait par une porte située au premier niveau (Piponnier, 1993 p. 41-55). L’espace situé au sud et à l’est de ce donjon est enserré dans une enceinte au plan globalement semi-circulaire dont le tracé épouse au plus près les contours du rocher et s’appuie sur l’angle sud-ouest du donjon. Son tracé n’a pu être repéré au nord. Il s’agit ici de l’enceinte réduite figurant sur la vignette de l’Armorial et présentant un tracé circulaire, certes bien trop régulier mais représentatif de la forme réelle du mur. Pour autant que l’étude fine des maçonneries permettent de le cerner, cette courtine a également fait l’objet de plusieurs reprises et ne constitue pas dans son état tardimédiéval, représenté sur la vignette, le fruit d’un seul et même programme de construction (Piponnier, 1993, p. 59-60). Le donjon et l’enceinte réduite sont ceinturés d’une seconde enceinte, de plan globalement quadrangulaire, qui s’étend en direction du sud. Là encore, son extrémité nord-est a disparu. Une poterne perce le mur ouest à quelques distances du donjon, mais il est impossible de vérifier si une porte existait à l’emplacement où elle est représentée sur la vignette de l’Armorial, ni si une tour la flanquait au nord, l’ensemble étant sur le pan de mur ayant disparu. Toutefois, il est très vraisemblable qu’une porte se soit bien située à cet emplacement, proche de la chapelle, dans la mesure où c’est l’un des seuls points de passage possibles entre le village et le château. La fouille du château a livré un mobilier relativement abondant, classique de ce type de site (fig. 280, 281). La chapelle castrale Saint-Étienne orientée est, située immédiatement en contrebas de la seconde enceinte, à l’emplacement où elle est dessinée sur la vignette (fig. 278). La chapelle est en appui par sa façade ouest sur la seconde enceinte. C’est un modeste édifice à une nef, anciennement voûtée en berceau, prolongée d’un chœur à chevet plat, totalement désaxé. L’accès à l’édifice se fait par le mur gouttereau nord où subsiste un linteau monolithe surmonté d’une archivolte. Une autre porte surmontée d’un linteau en accolade a, par la suite, été percée au sud de l’abside. Seules trois étroites baies romanes éclairent le chœur. Pour finir, un petit clocher-mur est établi en bâtière à la jonction de la nef et du chœur. Il est percé d’une baie géminée reposant sur une colonnette ornée d’un chapiteau, seul élément sculpté significatif de l’édifice. Même si la chapelle est représentée au bon endroit sur la vignette de l’Armorial, les détails architecturaux sont totalement discordants entre dessin et réalité. En premier lieu, la chapelle représentée dans l’Armorial est septentrionée et ne prend pas appui sur l’enceinte, contrairement à la réalité. Ensuite, le plan de l’édifice est reproduit de manière fantaisiste. Ainsi, le chevet plat est remplacé par une abside semi-circulaire, alors que les fentes de jour deviennent des baies disproportionnées. De même, le clocher n’est ni fidèlement reproduit dans son élévation, ni correctement positionné sur l’édifice.

Fig. 276 - Plan d’ensemble du site (d’après Piponnier, 1993).

Fig. 277 - Vue d’ensemble de la chapelle et des vestiges du château.

Fig. 278 - Vue de détail de la chapelle et des vestiges du château.

Fig. 279 - Plan de la tour maîtresse en cours de fouille (d’après Piponnier, 1993).

6Le dernier élément constitutif du site est l’habitat villageois qui se développe en contrebas du château, sur le versant est de l’éperon rocheux. Près d’une vingtaine de constructions établies sur des terrasses ont pu être identifiées, regroupées pour l’essentiel dans la partie basse du site, ainsi que le représente la vignette de l’Armorial. Construits soit en pierres sèches, soit liés au mortier de chaux, les bâtiments du village sont protégés par une enceinte maçonnée dont seuls quelques rares éléments sont conservés en élévation. Pour l’essentiel, cette fortification semble être constituée des murs arrière des maisons du castrum et non d’une vraie courtine, contrairement à ce qui est représenté sur la vignette. Toute trace de porte perçant ce rempart a disparu, mais il est très probable qu’elle devait, eu égard à la disposition des constructions et au relief, se situer dans le secteur sud-est du rempart, à l’emplacement où la vignette la représente. Si le château stricto sensu est abandonné à la fin du Moyen Âge, il n’en est pas de même pour le village qui perdure à l’époque moderne. L’essentiel des lots de céramique qui ont été découverts dans le village date même du XVIe siècle et une occupation résiduelle perdure jusqu’au XIXe siècle dans les parties les plus basses du site (Alexandre-Bidon, Maccari-Poisson 2003, p. 4) (fig. 280, 281).

Fig. 280 - Exemples de mobilier métallique découvert lors de la fouille du château (d’après Piponnier, 1993).

Fig. 281 - Exemples de mobilier métallique découvert lors de la fouille du château (d’après Piponnier, 1993).

7Le castrum d’Essertines correspond tout à fait à l’archétype des nombreuses rocas qui parsèment les vallées du Massif Central. L’élément central du site est composé d’un modeste donjon et d’une petite enceinte, auxquels il faut généralement associer une aula de dimensions réduites. Un village s’est développé à ses pieds, dont l’importance reste limitée en raison de l’isolement relatif du lieu par rapport aux meilleurs terroirs et de l’inconfort de l’installation, due au relief. La chapelle, située entre le château stricto sensu et le village, est un lieu de culte commun aux habitants du village et du château, et non un oratoire spécifiquement châtelain. Par ailleurs, l’évolution du site, abandonné au profit d’un « château neuf », est exemplaire de l’évolution de nombre de ces châteaux de la première génération castrale (Laffont, 2009). Toutefois, ici, même si la construction du « château neuf » est précoce – au XIIe siècle – elle n’entraîne pas une disparition immédiate du « château vieux » d’Essertines, mais provoque plutôt un long déclin qui n’est achevé qu’au XVe siècle. Essertines apparaît très fidèlement représenté par la vignette de l’Armorial qui fournit de ce fait une image saisissante de ce type de site. Les éléments qui le composent sont clairement représentés à leur place, alors que les détails architecturaux, pour autant que l’état des vestiges permette de s’en rendre compte, sont correctement traités. Ainsi, on remarquera que le tracé des courtines apparaît très fidèle, particulièrement pour l’enceinte réduite qui entoure le donjon : son tracé présente bien un demi-cercle comme celui figuré sur le dessin. On ne pourra donc que regretter que les maisonnettes aient fait l’objet d’un traitement tellement stéréotypé : elles ne peuvent fonctionner avec les éléments de relief perceptibles et ne s’apparentent nullement aux vestiges découverts.

Notes

1 Cf. supra p. 335 la notice consacrée à Châtelneuf (p. 474 de l’Armorial).

Table des illustrations

Légende Fig. 275 – Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 475) : le chatiau d’Issartines.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 276 - Plan d’ensemble du site (d’après Piponnier, 1993).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 277 - Vue d’ensemble de la chapelle et des vestiges du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 278 - Vue de détail de la chapelle et des vestiges du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 279 - Plan de la tour maîtresse en cours de fouille (d’après Piponnier, 1993).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 280 - Exemples de mobilier métallique découvert lors de la fouille du château (d’après Piponnier, 1993).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 281 - Exemples de mobilier métallique découvert lors de la fouille du château (d’après Piponnier, 1993).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2969/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access