Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Marols

Franck Brechon et Catherine Salardon

Texte intégral

473. Le chatiau de Maroux
Département : Loire ; canton : Saint-Jean-Soleymieux ; commune : Marols

L’apport des sources écrites

1Modeste village, le site de Marols n’est que peu documenté pour la période qui nous intéresse. Les quelques textes conservés n’en apportent pas moins des indications permettant de cerner la nature du site, à défaut de pouvoir en préciser l’histoire en détail. Tout d’abord, l’ecclesia de Marollias, alias de Marolz, est attestée dès le XIe siècle. Cette dernière, dépendant de l’archiprêtré de Montbrison, doit verser 8 livres annuelles à l’Église diocésaine de Lyon (Cartulaire de Savigny, t. II, p. 1055). Ensuite, il faut attendre 1170 pour qu’apparaisse l’obediencia de Mareolis, date à laquelle sa possession est confirmée par le pape Alexandre III à l’abbaye Saint-Just de Lyon (Cartulaire lyonnais, t. I, p. 62). L’obédience de Marols est encore attestée à plusieurs reprises dans le courant du Moyen Âge, comme en 1227 (Cartulaire lyonnais, t. I, p. 299) ou au XIVe siècle (Chartes du Forez, n° 608). Au XIIIe siècle, c’est encore l’église qui est attestée, comme par exemple en 1225 dans le pouillé du diocèse de Lyon (Chartes du Forez, n° 901), alors que la parrochia de Marol est mentionnée à partir de 1289 (Chartes du Forez, n° 852). Il faut attendre le XIVe siècle pour connaître le vocable de l’église de Marols. En 1374, un legs est fait en faveur du luminaire de l’église

Sancti Petri de Marol (ADL, B 1866, f° 8v°).

2Cependant, en 1347, il est question du

luminarie Beate Marie de Marol (ADL, B 1860, f° 50).

3Alors que la documentation moderne atteste que Saint-Pierre est l’église paroissiale, il est probable que Sainte-Marie soit une chapelle au sein de l’église paroissiale. Le castrum de Marols est attesté pour la première fois de façon allusive, comme confront, en 1291 (Chartes du Forez, n° 528). Par la suite, le château ne semble plus être mentionné, et tout permet de penser que cette unique mention de la fin du XIIIe siècle renvoie, en fait, à la fortification du village. Marols est d’ailleurs généralement désigné par les termes de villa (Chartes du Forez, n° 68) ou de locus (ADL, B 1887, f° 120), qui signent une origine non castrale, alors que les vestiges et le parcellaire ne laissent rien transparaître de la présence d’un éventuel château. Après l’acte de 1291, seule une mention manuscrite du XVIIe siècle, rajoutée à un terrier de 1682, porte mention d’un château. Il est dit qu’il

« y a un vieux château à Marols dont il ne reste que quelques vieilles murailles » (ADL, Inventaire série B, B 2227),

4mais rien n’indique qu’il ne s’agit pas ici des fortifications du bourg. Peut-être que la mention furtive d’un castrum dans les années 1290 est liée au statut de Marols dans la seconde moitié du XIIIe siècle et à la création de son mandement. Pour autant que l’on puisse en juger, ce dernier recouvrait tout ou partie des communes de Marols, La Chapelle-en-Lafaye et Chenereille (Salardon, 2000, p. 166). Il est lui aussi attesté en 1291, comme confront de la seigneurie de Saint-Bonnet-le-Château, lorsque cette dernière est achetée par le comte Jean Ier (Chartes du Forez, n° 528). Marols devient, semble-t-il dans le courant du XIIIe siècle, une châtellenie comtale. Cependant, la création du mandement de Marols est très largement conjoncturelle et ce dernier n’a de réalité que pendant un temps. En effet, il semble que ce soit alors un élément de la stratégie des comtes de Forez pour mettre la main sur la seigneurie de Saint-Bonnet-le-Château, immédiatement voisine. Après l’achat de cette dernière par Jean Ier, le mandement de Marols perd manifestement son autonomie lorsque les officiers comtaux qui se succèdent à sa tête dans le courant du XIVe siècle sont les mêmes qu’à Saint-Bonnet. Le destin de Marols est alors subordonné à celui de cette dernière seigneurie (Viallard, 1963, p. 272-273). Il est d’ailleurs révélateur qu’au XVe siècle, les terriers des deux châtellenies soient dressés conjointement (ADL, B 1972). À l’époque moderne, les deux châtellenies finissent même par fusionner (ADL, B 2227).

La représentation de l’Armorial

5Il est difficile de saisir d’où est représenté le site de Marols (fig. 260). Il semblerait toutefois que le dessinateur se soit placé au sud-est de l’enceinte, ainsi que le laissent penser quelques éléments des fortifications (situation de la porte) et l’orientation de l’église. Plusieurs contradictions interdisent pourtant d’être affirmatif. L’illustration de l’Armorial nous présente un site dont plusieurs éléments peuvent être identifiés : église, enceinte villageoise et petit faubourg. Aucun château à proprement parler n’apparaît sur le dessin, contrairement à ce que pourrait laisser entendre son titre. L’église, au centre du bâti, est l’élément majeur de la vignette : très largement disproportionnée, elle occupe presque tout l’espace enclos. L’édifice représenté est une église à nef unique, terminée par une abside semi-circulaire, surmontée d’une croix. L’ouest de l’église est occupé par un clocher-porche carré, couvert d’un toit à quatre pentes. Le sommet de l’édifice, souligné par une corniche, est percé de trois baies par face. Aucune autre ouverture n’est visible. Les faces du clocher, comme le mur gouttereau sud de l’abside, sont décorés par des arcs reposant sur des lésènes. L’enceinte villageoise, sommaire, est constituée d’une haute courtine crénelée dans laquelle n’apparaît aucune ouverture de tir. Elle délimite un espace grossièrement quadrangulaire. À l’extrémité droite de la vignette, probablement au sud-est, elle est cantonnée d’une échauguette crénelée sur laquelle une ouverture de tir est visible. Les deux autres angles visibles sont pour leur part munis de deux tours circulaires, elles aussi crénelées et dotées de deux petites ouvertures carrées. Ces trois tours sont surmontées de deux étendards fleurdelisés et d’un troisième au dauphin. La face ouest de l’enceinte est percée de la seule porte qui figure sur le dessin. Cette dernière, manifestement munie d’une herse, puisqu’on en voit les glissières, est surmontée d’une bretèche crénelée. Le bâti villageois, composé d’une douzaine de maisons, est dense, serré entre l’église et les remparts. Néanmoins, comme sur la majorité des vignettes, la représentation des bâtiments est stéréotypée, et aucune maison ne semble échapper à ce modèle. Notons toutefois dans la répartition de l’habitat qu’un faubourg de six maisons est représenté au sud du village.

Fig. 260 – Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 473) : le chatiau de Maroux.

Les données archéologiques et le parcellaire

6Le village de Marols est situé à flanc de coteau, sur un replat assez vaste, isolé à l’ouest par un dénivelé de près de 20 m, et à l’est par une pente très raide qui descend jusqu’à la confluence de deux ruisseaux, la Gueule d’Enfer et le Mont (fig. 261). Le site est ainsi inaccessible par ses flancs est et ouest, relief assez fidèlement esquissé sur la vignette de l’Armorial. Contrairement à ce que le laisserait penser le terme de chatiau qu’emploie Guillaume Revel, le village de Marols n’est pas structuré autour d’un château, mais d’une église fortifiée qui est l’élément principal du site (fig. 262). Ce bâtiment, dans son état actuel, témoigne de nombreuses phases de constructions successives, dont la lecture est facilitée par des chronologies relatives assez nettes (fig. 263). Il s’agit initialement d’une église à nef unique de quatre travées, prolongée par une travée de chœur et une abside à chevet plat. La nef, très élevée, était voûtée en berceau. Il est probable que les deux chapiteaux romans encore visibles dans l’abside proviennent de cet édifice. Lors de la mise en défense de l’église, une tour carrée a été édifiée au-dessus de la travée de chœur. Très élevée, couverte d’une toiture à quatre pans, cette tour est renforcée de huit contreforts aux angles et de deux arcades en plein cintre par côté. Ces deux arcades, reposant tout à la fois sur les contreforts et sur des lésènes sur consoles, supportent des mâchicoulis et un garde-corps crénelé. Le même parti défensif se retrouve sur la nef, dont les murs gouttereaux sont doublés par trois arcs en plein cintre supportant des assommoirs (fig. 267). Aucun texte ne nous apporte de renseignement précis sur la date exacte de mise en défense de l’église de Marols. Néanmoins, on peut penser que cette dernière est liée aux troubles de la guerre de Cent Ans, et plus précisément aux années 1360-1410 qui constituent les décennies les plus troublées et où les fortifications fleurissent en Forez comme dans les régions voisines (Fournial, 1967, p. 336-342). L’absence de château à proprement parler a alors souvent impliqué la fortification des lieux de culte, comme c’est par exemple le cas non loin de Marols, à Champdieu. Peut-être la fortification de l’église est-elle directement liée à la présence des « Anglais », attestés à Marols en 1389 (ADL, B 1968). Par la suite, des chapelles latérales ont été adjointes à l’édifice, s’appuyant sur les éléments défensifs et rendant inutiles les mâchicoulis des collatéraux et de la tour centrale, puisqu’elles en occupent les pieds. C’est alors que les arcs gouttereaux de l’église initiale furent modifiés, les ouvertures des chapelles étant plus larges que les arcs initiaux, ce qui est encore nettement lisible dans les élévations actuelles. Pour finir, au XIXe siècle, une tour-porche carrée a été édifiée sur la première travée, alors même qu’une tribune était bâtie à l’ouest de la nef, coupant la hauteur de cette dernière. Dans le même temps, la façade ouest a été profondément remaniée, ne permettant plus de savoir comment était celle de l’édifice médiéval, et le toit de l’église a été abaissé d’environ 2 m, ainsi que le montre la marque d’un ancien niveau de toiture sur le clocher-tour. L’église aujourd’hui conservée est bien éloignée de celle représentée sur la vignette. En effet, aucun élément de fortification n’est représenté, et la tour défensive qui figure bien sur la vignette est mal située, puisqu’elle se trouve à l’emplacement du clocher-porche du XIXe siècle. Les détails dans la représentation de la tour montrent pourtant que le dessinateur a bien observé le bâtiment. En effet, les lésènes supportant les mâchicoulis figurent bien sur le dessin, comme dans la réalité. La représentation du reste de l’église est assez fantaisiste, comme par exemple le nombre considérable de contreforts représentés, qui n’a aucun lien avec la réalité, ou encore l’abside semi-circulaire, alors que l’édifice est doté d’un chevet plat. Autour de l’église, le parcellaire conserve encore très nettement le souvenir d’une enceinte villageoise, mais peu d’éléments subsistent en élévation. Cette dernière est conservée sur quelques mètres à l’est, alors qu’à l’ouest, le mur de soutènement de la place de l’église en marque encore le tracé. À l’angle sud-est, la partie basse d’une maison est constituée de gros blocs directement assis sur le rocher, probables vestiges de l’enceinte. Le tracé d’ensemble de cette enceinte sur la vignette de l’Armorial semble globalement correct. Les problèmes sont ailleurs... Alors que deux grosses tours circulaires et une échauguette sont représentées sur la vignette, il est difficile de les situer sur le terrain. La grosse tour figurant sur le cadastre du XIXe siècle à la pointe nord de l’enceinte a aujourd’hui totalement disparu, mais elle ne peut être l’une de celles figurant sur la vignette, puisqu’elle était cachée par l’église. Une échauguette circulaire, construite en encorbellement sur des consoles de pierre, subsiste à l’angle sud-est de l’enceinte (fig. 264) ; elle peut être identifiée à celle de la vignette, correctement localisée donc. Néanmoins, aucun vestige ne subsiste des deux tours figurant sur le dessin, de même que le parcellaire n’en laisse rien percevoir. Le plan cadastral du XIXe siècle permet aussi de restituer quatre portes, ouvrant en direction des quatre points cardinaux et perçant les quatre côtés de l’enceinte en leur milieu. À l’heure actuelle, ne subsistent que les portes est et sud. À l’est, il s’agit d’une tour-porte carrée qui ne fait pas saillie à l’extérieur de l’enceinte, mais se développe à l’intérieur (fig. 265, 266) Le passage est surmonté d’une grande arcade brisée avec feuillure et logements de barre. Au sud, la porte n’est qu’une étroite poterne, simple porte piétonnière couverte d’un arc brisé et débouchant sur un étroit couloir. Les autres portes ne sont pas conservées, de sorte que l’on ne peut juger de la fidélité de la représentation de la porte figurant sur la vignette. Notons toutefois qu’il doit s’agir de la porte est. La porte sud, qui devrait pourtant être représentée sur la vignette, ne l’est pas sans que l’on puisse expliquer pourquoi : peut-être était-elle trop petite ou sans caractère monumental aux yeux de l’artiste. Il ne subsiste que peu d’éléments du bâti civil. Seul un bâtiment situé au sud-est présente quelques éléments intéressants, comme des baies à linteau décoré d’une accolade. Tout comme il ne reste rien du bâti médiéval intra-muros, les quelques maisons représentées hors de l’enceinte sur la vignette ne peuvent être aujourd’hui localisées.

Fig. 261 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 262 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 263 - Vue d’ensemble du site depuis le sud-est.

Fig. 264 - Échauguette à l’angle sud-est de l’enceinte.

Fig. 265 - La porte est, vue depuis la place du Calvaire.

Fig. 266 - La porte est, vue intérieure.

Fig. 267 - Mur gouttereau nord de l’église.

7Le site de Marols, comme d’autres sites représentés dans l’Armorial, est un village ecclésial fortifié, dont l’église mise en défense tient lieu de château. En effet, rien dans la documentation, ni sur le terrain, n’accrédite le terme de « château » employé sur la vignette. Seule la position particulièrement intéressante de Marols, à proximité des domaines convoités de la famille de Saint-Bonnet, peut justifier l’implantation des comtes de Forez dans ce village et son érection en châtellenie et en prévôté. La représentation du site dans l’Armorial est probablement l’une des plus déficientes de la partie forézienne de l’ouvrage. Sous une apparence de précision, de nombreux éléments ne sont pas correctement représentés, à commencer par l’église. Cette dernière ne ressemble que très vaguement à la réalité, mais des détails comme les mâchicoulis sur arcs de la nef et le clocher montrent que l’auteur est bien passé sur les lieux. De même, si une porte est oubliée sur l’enceinte, la présence d’une modeste échauguette sur la représentation permet de penser que des croquis de terrain assez précis ont été effectués.

Table des illustrations

Légende Fig. 260 – Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 473) : le chatiau de Maroux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 261 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 262 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 263 - Vue d’ensemble du site depuis le sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 264 - Échauguette à l’angle sud-est de l’enceinte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 265 - La porte est, vue depuis la place du Calvaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 266 - La porte est, vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 267 - Mur gouttereau nord de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2967/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access