Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Bonnet-Le-Château

Franck Brechon et Catherine Salardon

Texte intégral

471. La ville et chatiau de Saint Bonnet
Département : Loire ; canton : Saint-Bonnet-le-Château ; commune : Saint-Bonnet-le-Château

L’apport des sources écrites

1Le lignage de Saint-Bonnet apparaît dans la documentation avant son château éponyme. En effet, Vilielmus de Sancto Bonito est mentionné entre 1130 et 1150, alors qu’il assiste à la fondation du prieuré de Jourcey (Chartes du Forez, n° 2, p. 4). Ensuite, la documentation reste silencieuse sur la famille de Saint-Bonnet jusqu’en 1218, lorsque Robert, seigneur de Saint-Bonnet, se porte caution pour Élisabeth, prieure de Jourcey, pour l’achat de droit à Saint-Bonnet (Chartes du Forez, n° 451). Ce même Robert est encore seigneur de Saint-Bonnet en 1227, lorsqu’il concède une charte de franchises à la population de Saint-Bonnet (Chartes du Forez, n° 1053) et, en 1239, alors qu’il donne à son frère Humbert, prieur de Saint-Rambert, et à l’abbaye de l’Île-Barbe, la

villa Sancti Mauricii cum domo et edificiis, juribus et pertinenciis eiusdem ville (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 202a ; Chartes du Forez, n° 323).

  • 1 Arnaud de Junzia en 1378 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3395) ; Pierre Cuzonel en 1322 (...)

2Il décède dans le courant de l’année 1239, puisque Jordane, son épouse, se dit alors veuve de Robert, seigneur de Saint-Bonnet (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 211 ; Chartes du Forez, n° 928). Finalement, c’est Dauphine, nièce de Robert de Saint-Bonnet, décédé sans enfant, qui hérite de la seigneurie. C’est alors que Guillaume de Baffie, seigneur auvergnat, très bien possessionné dans la haute vallée de l’Ance, revendique le comté de Forez et la dot de sa mère, une dame de Saint-Bonnet. En 1242, il renonce au Forez, en échange de plusieurs terres et de la promesse du comte Guy V de le faire succéder à Dauphine à la tête de la seigneurie de Saint-Bonnet, ce qui est fait en 1244. Toutefois, en 1260, le lignage de Baffie tombe en quenouille et la seigneurie retourne alors aux descendants de Robert de Saint-Bonnet (Viallard, 1963, p. 48-51). Ainsi, en 1270, le seigneur de Saint-Bonnet est Jean de Châtillon, époux de Dauphine (Chartes du Forez, n° 1109), nièce de Robert de Saint-Bonnet (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 496a). En remariage, Dauphine épouse Pierre, chevalier, seigneur de la Roue et de Montpeloux, qui devient alors seigneur de Saint-Bonnet. C’est à ce titre qu’en 1272 il confirme les franchises des hommes de la seigneurie (Chartes du Forez, n° 1113). Pierre, seigneur de Saint-Bonnet, n’est autre que Pierre Damas, qui donne un fils à Dauphine, Robert Damas, qui agit comme seigneur de Saint-Bonnet en 1288 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 807a ; Chartes du Forez, n° 375). Probablement initialement allodiale, la seigneurie de Saint-Bonnet est peut-être hommagée au comte en 1229 par Robert de Saint-Bonnet (Chartes du Forez, n° 48). Pourtant par la suite, si les seigneurs de Saint-Bonnet rendent des hommages au comte de Forez pour différents châteaux, comme Miribel en 1239 (Chartes du Forez, n° 928), jamais ces derniers ne concernent leur seigneurie éponyme, centre de leur domaine qui s’étend sur les confins du Forez, du Velay et de l’Auvergne. Cependant, en quittant le giron direct du lignage de Saint-Bonnet par alliance à la fin du XIIIe siècle, le château perd une part de sa signification symbolique. Rien ne s’oppose alors à ce que la famille de Damas, répondant positivement aux sollicitations du comte Jean Ier, lui cède la seigneurie en 1291, pour la somme considérable de 8 000 livres viennoises (Chartes du Forez, n° 528). S’ensuivent alors de multiples hommages au comte prêtés par les hommes de Saint-Bonnet dans les mois qui suivent la transaction, reconnaissant ainsi leur nouveau et puissant seigneur (Chartes du Forez, nos 401, 402, 405, 417, 418). L’implantation des comtes de Forez passe par l’érection de Saint-Bonnet en châtellenie et en prévôté, au détriment de celle de Marols, établie de manière conjoncturelle pour préparer la prise de possession de Saint-Bonnet. Cette dernière châtellenie et la prévôté qui lui est associée sont d’ailleurs unies à celle de Saint-Bonnet dès l’acquisition de cette dernière seigneurie (Viallard, 1963, p. 256 sq). De même, afin d’unifier ses domaines, le comte Jean obtient dès 1292 de Philippe le Bel que la seigneurie de Saint-Bonnet ne relève plus du bailliage d’Auvergne, comme cela était le cas jusqu’alors, mais de celui de Mâcon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 900) ; cette décision est confirmée en 1314 (Titres de la maison ducale de Bourbon, nos 1370 et 1389). Par la suite, en 1316, le comte Jean rend hommage de son château de Saint-Bonnet au roi (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1420). Si le comte de Forez est l’unique seigneur châtelain de Saint-Bonnet et qu’aucune coseigneurie n’est jamais signalée, la documentation nous livre à plusieurs reprises le nom d’autres seigneurs fonciers1 qui se partagent une part des terres de la seigneurie, que le terrier comtal de 1415 permet toutefois de penser très limitée (ADL, B 2061). Parallèlement, plusieurs contestations avec des seigneurs voisins voient le jour sur la possession de différents droits seigneuriaux dans l’étendue des terres de Saint-Bonnet, comme en 1345 avec Henri de Rochebaron (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2419) ou encore, en 1326 avec Luce, dame de Beaudiner et de Cornillon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1793).

3Le château de Saint-Bonnet n’est pas attesté avant la date tardive de 1239, lorsque Robert, seigneur de Saint-Bonnet, donne la villa de Saint-Maurice au prieur de Saint-Rambert et à l’abbaye de l’Île-Barbe (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 323). Il impose alors à sa nièce et héritière, Dauphine, de faire un don de même valeur

in castro Sancti Boniti sive mandamento.

4Pourtant, l’existence dès le milieu du XIIe siècle d’une famille seigneuriale alleutière et puissante permet de supposer que le château existe au moins dès cette période. Par la suite, le castrum de Saint-Bonnet est attesté à de très nombreuses reprises, puisque des biens y sont localisés ou que des actes y sont scellés. Ainsi, en 1244, lorsque Hugues Vert vend trois villæ situées dans le mandement de Saint-Bonnet, la transaction est conclue au castrum (Chartes du Forez, n° 455). De même, le mandement est mentionné à de très nombreuses reprises et la cession de la seigneurie en 1291 permet d’en fixer les limites. Il est confronté par les mandements de Marols, Montarcher, Miribel et Legnecq. Le fortalicium de Saint-Bonnet structure un bourg important. L’acte de vente de 1291 détaille d’ailleurs la composition du castrum, ce dernier étant vendu cum donio, fortaliciis, […] burgo. Il est difficile de préciser les origines de cette agglomération, mais son développement, qui est à placer au XIIIe siècle, est sans doute largement dû à la conjonction de la charte de franchises concédée en 1227 (Chartes du Forez, n° 1053) et de la situation de Saint-Bonnet sur le grand chemin de Forez. La traversée du mandement fait d’ailleurs l’objet d’un péage mentionné en 1291. Ce chemin connaît un essor particulier en Île-de-France et Languedoc à partir du XVe siècle qui ne peut qu’asseoir encore plus solidement l’essor de Saint-Bonnet (Fournial, 1967, p. 484-485). Le marché de Saint-Bonnet, déjà cité dans la charte de franchises de 1227, est encore mentionné en 1234 (Fournial, 1967, p. 157), alors que la leyde qui s’y lève est mentionnée en 1291 dans l’acte de vente de la seigneurie, déjà évoqué. Des loges de marchands y sont attestées en 1322 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1630). Bien que placés sur le Grand Chemin de Forez, les marchés de Saint-Bonnet n’atteignent jamais un niveau de développement comparable à celui des principales places marchandes du Forez, mais remplissent avant tout des fonctions de redistribution locale (Fournial, 1967, p. 174). L’organisation spatiale du marché, si elle n’est pas connue dans son ensemble, témoigne d’une certaine spécialisation de deux quartiers, puisqu’il est question en 1415 d’une coyrateria et d’une sabbateria installée in foro de Vercheria (ADL, B 2061). Initialement, le castrum de Saint-Bonnet est édifié dans la paroisse Saint-Nizier-de-Fornas. Ainsi, en 1232, le prieur de Saint-Romain-le-Puy duquel dépend Saint-Nizier est en litige avec le prieur de Saint-Maurice au sujet de la possession de l’hôpital de Saint-Bonnet et il mentionne que la maison de l’hôpital

esse hedifficatam vel constructam in solo ecclesie sancti Nicetii (Cartulaire d’Ainay, t. I, p. 50).

5De même un hommage de 1291 rappelle encore clairement qu’à cette date, le château de Saint-Bonnet est dans la paroisse de Saint-Nizier (Chartes du Forez, n° 227). Dès 1225, il est question d’une chapelle de Saint-Bonnet, associée au castrum (Chartes du Forez, n° 901). Soixante ans plus tard, en 1283, il n’est encore question que d’un chapelain (Chartes du Forez, n° 134). L’église de Saint-Bonnet semble érigée en chef-lieu de paroisse dans les années 1350-1360. Une communauté de prêtres sociétaires est alors créée. Régie par des statuts et placée sous la direction du curé, elle s’apparente largement à un chapitre (Ducouret, Monnet, 1998, p. 80 sq). Ensuite, en 1382, elle prend une part supplémentaire des droits du centre paroissial ancien, Saint-Nizier. À cette date, Louis, duc de Bourbon, comte de Clermont et de Forez, considérant que les habitants de Saint-Bonnet-le-Château sont obligés d’aller enterrer leurs morts à la paroisse de Saint-Nizier, distante d’une lieue, alors que les « Anglais » sont présents dans le pays, leur accorde, avec l’autorisation du pape et de l’archevêque de Lyon, la faculté d’établir un cimetière et de construire une chapelle sur un terrain de sa juridiction qu’il leur amortit (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3504). En 1383, les habitants de Saint-Bonnet-le-Château, réunis dans la nouvelle chapelle cimétériale de Saint-Bonnet, font donation au curé de l’église de Saint-Bonnet de 60 sous tournois de rente pour célébrer dans ladite chapelle douze messes par an à l’intention du duc de Bourbon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3542).

La représentation de l’Armorial

6Saint-Bonnet est ici vu depuis le sud-est. Néanmoins, pour que tous les éléments soient visibles, l’angle de vue choisi a imposé plusieurs distorsions dans la perspective (fig. 238). L’emplacement du site à flanc de colline est globalement bien représenté. Sur le point le plus élevé du site, au nord-est, se trouve le château. Une courtine quadrangulaire, cantonnée d’échauguettes crénelées, enserre une tour maîtresse carrée dont le sommet est crénelé et couvert d’un toit à quatre pentes, alors que ses murs sont percés de baies à meneau. Deux bâtiments dont seules les toitures sont visibles lui sont accolés au sud et au nord. L’église Saint-Bonnet est mitoyenne du château au sud. Elle se présente sous la forme d’un édifice à nef unique et à abside semi-circulaire. Les murs, cantonnés de contreforts, sont percés de baies munies de vitraux. Deux tours sont représentées en avant de l’édifice à l’ouest, très curieusement couvertes par une seule flèche, commune aux deux édifices. Ces deux tours sont percées d’abat-son. L’ensemble est entouré d’une vaste enceinte crénelée, de plan quadrangulaire, s’appuyant aux deux extrémités contre la courtine du château. Ses pieds baignent dans un fossé en eau. Elle est gardée par au moins cinq tours circulaires. Quatre sont couvertes d’un toit de tuile crénelées et percées d’ouvertures de tir, alors qu’une cinquième, au nord-est, plus large et haute que les autres, est couronnée de mâchicoulis et crénelée. Elles sont toutes desservies par un chemin de ronde. Deux portes sont visibles. La première, au sud-est, est une tour quadrangulaire coiffée de hourds et d’une bretèche. Elle est précédée d’une barbacane et d’un petit pont de bois. Il s’agit de la porte de Castellania ou porte de la Châtelaine. La seconde se trouve au sud-ouest : elle est identique à la première, mais sans barbacane ni pont. Il pourrait s’agir de la porte de Montrond, même si celle-ci n’occupe pas en réalité un angle de l’enceinte. L’intérieur de l’enceinte est occupé par une quarantaine de maisons toutes stéréotypées. Aucune ne se distingue, ni par sa position, ni par ses caractères architecturaux ou ses dimensions. La plupart sont à deux étages et présentent une porte au rez-de-chaussée, avec une ou deux ouvertures à meneau aux étages. Seules trois maisons ne sont pas dans l’enceinte et sont implantées plus au sud.

Fig. 238 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 471) : la ville et chatiau de Saint Bonnet.

Les données archéologiques et le parcellaire

7Les différents éléments constitutifs du site de Saint-Bonnet – fortalicium, castrum, capella puis ecclesia, vintenum, etc. – peuvent encore être identifiés sur le terrain ou dans le parcellaire, même si l’état de conservation des vestiges ne permet pas toujours de percevoir leur aspect ancien (fig. 239, 240). Le château de Saint-Bonnet se trouvait au nord-est du site, perché sur un petit mamelon rocheux proéminent, en bordure de plateau. De là, il dominait tous les environs, et surveillait la route descendant de la colline vers l’est. Aujourd’hui, il n’en subsiste aucun vestige, car il a été rasé lors de la construction du couvent des Ursulines au XVIIe siècle, ainsi que nous le rappelle un terrier de 1683 : « il y avait aussi un château à Saint-Bonnet qui a été entièrement démoli et sur la place duquel les religieuses ursulines dudit Saint-Bonnet ont bâti leur monastère après avoir obtenu le don du roi de la dite place » (ADL, Inventaire série B, B 2227). Tout au plus sait-on, qu’en 1291, il se composait d’un donjonus et de fortaliciis (Chartes du Forez, n° 528). Il faut aussi probablement associer une aula à ces éléments strictement défensifs. En effet, en 1401, des travaux doivent être faits

pour repareilhier, lever et faire bastir et massoner et tailhier le chantier et murs de la grant sale du chazstel dudit Saint Bonet qui piecza est tombés et diruys (ADL, B 1980).

8Le singulier utilisé là indique toute l’importance de cette salle et permet d’y voir un élément majeur du château. Peut-être s’agit-il de l’une des deux constructions visibles au pied du donjon sur la représentation de Guillaume Revel. Tout au long du Moyen Âge, le château a de toute façon fait l’objet de modifications en profondeur, que l’on ne peut toutefois que pressentir sans parvenir à les analyser. En effet, le terrier de 1415 mentionne un donjono antiquo, laissant penser que deux tours se sont succédé, alors qu’en parallèle, il est question du succus de Castro Novo (le suc de Châteauneuf), correspondant à la plate-forme castrale. On remarquera d’ailleurs que le donjon habité de la vignette de l’Armorial, percé de grandes baies à meneau, si elles correspondent bien à la réalité (ce dont on peut quand même douter par comparaison avec d’autres sites), ne peut être assimilé à une construction des XIIe-XIIIe siècles, ces dernières étant le plus souvent frustes, inhabitables et sans ouverture. Il s’agirait alors d’une construction tardimédiévale à opposer au donjonus antiquus de 1415. L’église Saint-Bonnet, héritière de la capella castri, se situe sur les marges sud de la plate-forme castrale, en position mitoyenne entre le castellum et l’habitat villageois (fig. 241). On ne sait toutefois que peu de chose de l’édifice antérieur à la collégiale de la fin du Moyen Âge. En effet, la construction de cette dernière a presque entièrement fait disparaître le bâtiment précédent, dont seuls quelques murs ont été réutilisés dans l’angle nord-est de la nouvelle construction. La construction de la collégiale actuelle est à placer dans les dernières années du XIVe siècle et au début du XVe siècle. En effet, dans son testament daté de 1399, Guillaume Taillefer, marchand drapier de Saint-Bonnet, dit avoir entrepris l’édification du chœur, ce que confirme une inscription située dans la chapelle basse qui rappelle que l’église a été commencée le 8 mai 1400 grâce aux dons de Taillefer (Ducouret, Monnet, 1998, p. 80). En 1406, les comptes du prévôt de Saint-Bonnet mentionnent d’ailleurs

l’operi ecclesie ipsius loci que de novo edifficatur (ADL, B 1972).

  • 2 Cette disposition est justifiée par la dénivellation du terrain.
  • 3 Pour une description détaillée de l’église, cf. Ducouret, Monnet, 1998, p. 80-91.

9En 1418, la fin des travaux approche, puisque des legs sont affectés pour la réalisation de vantaux et pour la fonte d’une cloche (ADL, B 1972). Dans son état initial, cette église se composait d’une nef bordée de deux collatéraux, prolongée d’un chœur sur deux niveaux2 et terminé par une abside semi-circulaire. La nef est longue de quatre travées alors que le chœur en comporte deux. Chaque collatéral est surmonté d’un clocher situé sur la première travée. L’église est alors totalement dissymétrique, puisque des chapelles latérales (construites à partir des vestiges de l’édifice antérieur) sont implantées sur le collatéral nord, alors qu’il n’y en a pas au sud. Celles-ci, au nombre de trois, sont construites dans le courant de la première moitié du XVe siècle, puisqu’elles semblent achevées en 1468, date à laquelle la chapelle centrale est attestée. Le porche nord semble également avoir été édifié dans le même mouvement, alors que les collatéraux sont prolongés d’une grande travée s’avançant de part et d’autre du chœur. Pour finir, l’édifice prend pour l’essentiel son plan actuel dans les dernières décennies du XVe siècle et au début du XVIe siècle. En effet, c’est alors que la nef est allongée de deux travées en direction du couchant. La chapelle Saint-André, qui s’ouvre sur l’agrandissement, est attestée en 1511, date qui constitue donc un terminus ante quem assuré pour les travaux de gros œuvre des modifications tardimédiévales. Par la suite, aux XVIIe et XVIIIe siècles, différentes adjonctions, chapelles, sacristie, ou bibliothèque n’affectent pas significativement le plan d’ensemble de l’église Saint-Bonnet3.

Fig. 239 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 240 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 241 - Vue d’ensemble du site vers l’est ; au centre la collégiale Saint-Bonnet.

10L’enceinte du castrum proprement dit, encore lisible dans le parcellaire, circonscrit un espace grossièrement ovale enserrant le château lui-même, l’église et l’emplacement de quelques maisons situées en contrebas du tertre sur lequel se trouve le fortalicium. Cette enceinte réduite et les quelques maisons qui l’occupent correspondent probablement au burgus de 1291. À l’heure actuelle, il ne subsiste que quelques pans de murs visibles à l’est de l’église, mais son tracé est presque intégralement conservé dans le parcellaire. Non représentée sur la vignette, déjà absente du terrier de 1415, il est probable que cette enceinte n’a pas survécu jusqu’à la fin du Moyen Âge, victime de la croissance de Saint-Bonnet. En effet, l’enceinte castrale est remplacée, sans doute dans la seconde moitié du XIIIe siècle, par une grande enceinte urbaine, le vintenum, dont l’existence est attestée en 1291, alors qu’elle enserre probablement la villa, ce terme désignant ici la ville au sens propre du terme, par opposition au burgus, désignant l’habitat initial. Si le tracé de cette seconde enceinte, appelée vintenum en 1291 et dans le terrier de 1415, est nettement lisible dans le parcellaire, elle n’est matériellement visible qu’à l’est, où elle constitue encore un mur de soutènement parallèle à celui du castrum. L’espace ainsi défini forme un vaste quadrilatère dont l’angle nord-est est occupé par le castrum initial. La visite du site effectuée en 1667 (Viallard, 1992, p. 38) indique la présence de sept tours. On apprend alors que ces tours sont couvertes, ainsi qu’elles sont représentées au XVe siècle sur l’Armorial. L’une d’entre elles, proche de la porte Castellana, est appelée turrem Columberii en 1415. Le parcellaire du XIXe siècle ne garde le souvenir que de trois de ces tours, localisées aux angles sud-est et nord-est du site, ainsi qu’au milieu de la face sud, c’est-à-dire globalement à l’emplacement où la vignette en représente. À l’heure actuelle, la tour nord-est, la plus proche du castrum initial, est partiellement conservée. Il s’agit d’une construction semi-circulaire qui est arasée à trois mètres de hauteur environ (fig. 242). Il est donc impossible de reconstituer son élévation. Néanmoins, la topographie des lieux permet de penser qu’elle était très largement pleine, seul son sommet dépassant de la terrasse rocheuse que ceinture le rempart. La tour sud-est est aussi conservée (fig. 243). Circulaire, elle n’est pas non plus conservée jusqu’au sommet. Couverte d’un toit de tuiles conique et percée d’ouvertures tardives, elle ne présente plus aucun élément défensif. Pour finir, la tour sud, représentée sur le cadastre, n’est plus visible à l’heure actuelle, probablement intégrée au bâti urbain qu’il est impossible de visiter. Le fossé représenté sur la vignette est attesté dans le terrier de 1415, où l’on apprend qu’il est en eau, puisque plusieurs personnes peuvent utiliser cette dernière à des fins d’arrosage. Totalement comblé, il n’est actuellement plus visible, mais le parcellaire en conserve encore la trace sous forme d’une couronne de terrains ceinturant presque l’intégralité du site. On peut toutefois douter de sa présence sur le côté ouest, dans la mesure où la forte déclivité du terrain en tient naturellement lieu. Le terrier de 1415 permet de restituer les portes et de leur donner un nom. La porte nord est la porte Faraudi. La muraille est est percée par la Posterla et par la porte Castellana ou porte de la Châtelaine, alors que la porte de Monte Rotundo s’ouvre sur le flanc sud de la muraille. À l’ouest, les portes de Vercherie et Lestellier permettent l’accès à la ville. Seules deux portes subsistent à l’heure actuelle. La porte de Castellana est un édifice simple : le passage, couvert d’un arc brisé, est prolongé par une voûte élevée qui s’appuie derrière la courtine (fig. 244, 246). En avant de cette porte, une barbacane est encore visible, comme sur le dessin de l’Armorial (fig. 245). Il en subsiste une ouverture, elle aussi en arc brisé, munie de deux ouvertures de tir et surmontée de corbeaux destinés à soutenir une bretèche qui elle, n’apparaît pas sur le dessin du XVe siècle. La bretèche est dessinée au-dessus de la porte elle-même, alors qu’il n’y en avait manifestement pas. La seconde porte conservée, la porte de Monte Rotundo, est actuellement un passage voûté intégré à une maison bourgeoise (fig. 247). On y distingue encore une bouche à feu postmédiévale. Le bâti civil urbain s’organise autour de deux rues parallèles par lesquelles passe l’iter Forezii (fig. 248). En 1415, c’est entre ces dernières, non loin de la porte Faraudi qu’est établi le marché. Néanmoins, les constructions anciennes ne sont pas réparties de manière homogène dans la ville. Elles se concentrent principalement dans le quart sud-est à proximité de la porte de Castellana, alors que le castrum initial se signale par sa grande pauvreté en éléments anciens, exceptée bien entendu la collégiale Saint-Bonnet (fig. 249). Sans doute que le bâti médiéval, plus ancien, n’a pas survécu aux siècles et a été remplacé dès avant la Révolution par des constructions neuves. À l’heure actuelle, la qualité des demeures témoigne encore de l’importance et de la richesse de la population de Saint-Bonnet à la fin du Moyen Âge ; elles conservent de nombreuses ouvertures anciennes, fenêtres à meneau aux étages et arcades boutiquières au rez-de-chaussée. S’élevant sur trois ou quatre niveaux, les bâtiments conservés sont souvent équipés de petites tourelles d’escaliers à peine saillantes ou de tours poivrières, et cachent des cours intérieures (fig. 250). Les vestiges conservés ne s’apparentent donc absolument pas aux petites maisonnettes de la vignette. Les maisons de Saint-Bonnet sont bien plus hautes et leur plan, plus complexe, n’est pas du type pignon sur rue tel qu’il figure systématiquement sur le dessin. Si la représentation des éléments de fortification apparaît donc fidèle, celle du bâti civil laïc semble au contraire fantaisiste. Il faut aussi signaler une extension extra-muros du bâti ancien. Deux édifices tardimédiévaux ou du XVIe siècle sont, en effet, encore visibles le long de la route d’Usson. Ces deux demeures de type urbain présentant de belles façades ornementées devaient dès lors être implantées en bordure d’une rue formant un faubourg en direction du sud-est. Ce dernier ne figure pourtant pas sur la vignette dont la fidélité est ici prise en défaut.

Fig. 242 - Base d’une des tours circulaires de l’enceinte urbaine, rue des Murailles.

Fig. 243 - Une des tours de flanquement à l’extrémité sud de l’enceinte urbaine.

Fig. 244 - Vue intérieure de la porte de la Châtelaine.

Fig. 245 - Entrée de la barbacane de la porte de la Châtelaine.

Fig. 246 - La porte de la Châtelaine, vue de l’extérieur.

Fig. 247 - La porte de Montrond, vue de l’extérieur.

Fig. 248 - La Grand-rue, tracé de l’Iter Forezii dans le castrum de Saint-Bonnet.

Fig. 249 - La collégiale Saint-Bonnet vue depuis la place des Fours.

Fig. 250 - Un exemple de bâti urbain ancien : l’hôtel d’Épinac, rue de la Châtelaine.

11Saint-Bonnet-le-Château est un exemple parfait de ville issue de l’incastellamento. Un modeste village, né sous les remparts d’un château dans le courant du XIIe siècle, connaît aux XIIIe et XIVe siècles un essor remarquable à l’échelle du sud du Forez, principalement sous l’impulsion de facteurs économiques liés au passage d’une route animée. La réussite de ce nouveau pôle de peuplement induit même une modification du réseau paroissial, ce que peu de castra parviennent à faire. Implanté dans le ressort d’une église du haut Moyen Âge, dans un premier temps, le château n’accapare pas les droits paroissiaux et ne possède qu’une simple chapelle. Cependant, à la fin du Moyen Âge, son essor démographique motive la constitution d’une nouvelle paroisse qui lui est propre. Cette dernière est alors de surface réduite, occupant une position interstitielle entre des ensembles plus anciens et plus vastes. La vignette de l’Armorial représentant le site de Saint-Bonnet est probablement l’une des plus fidèles du corpus. Non seulement les différents éléments constitutifs du site sont correctement représentés, mais des points précis sont particulièrement bien dessinés, comme la barbacane qui précède la porte de Castellana, ou encore les deux clochers de l’église, même si certains détails, comme la bretèche représentée sur la barbacane ou encore la position de la flèche du clocher ne correspondent pas à la réalité. Ce sont, dans tous les cas, des points mineurs qui n’altèrent pas la qualité de la représentation fournie. Dans ce cadre, le caractère stéréotypé du bâti urbain ne peut que surprendre.

Page 471
LA VILLE ET CHATIAU DE SAINT BONNET
Étude héraldique

829. Anthoine de Rochebaron crie Rochebaron

de gueules au chef échiqueté d’argent et d’azur ; la première pièce de l’échiqueté chargé d’un écusson d’or à la fasce fuselée de gueules – cimier : une tête et col de lion.
Antoine de Rochebaron, damoiseau (mort avant 1468), fils de Briand de Rochebaron et de Jeanne de Lorgue. Il était seigneur de Montarcher, l’un des châteaux des anciens seigneurs de Saint-Bonnet dont il descendait par les Châtillon (-en-Bazois) ; il en rendait hommage au duc en 1441. Il appartenait à une branche très appauvrie des Rochebaron, séparée de la branche aînée au début du XIVe siècle, mais qui devint la branche aînée au milieu du XVe siècle. C’est pourquoi son fils Claude ne brisait plus lorsqu’il fit sculpter ses armes au château de la Marandière en 1468.
• Perroy, 1977, t. II. p. 680-684.

830. Artaud de Saint Morise crie Saint Morise
parti émanché d’argent et de gueules.
Artaud de Saint-Maurice (-en-Gourgois) (mort en 1476), damoiseau, fils d’Antoine de Saint-Maurice. Il était seigneur de Prunerie et paraît sous ce nom au ban du Forez en 1466.
• Gras, 1874, p. 167 ; Perroy, 1977, t. II, p. 768.

831.
d’or à la fasce fuselée de gueules.
Armoiries non identifiées (cf. supra l’écusson du n° 829).

832. Franscois Bonevie crie Montaignet
d’argent à trois fasces ondées de gueules, au chef d’argent chargé de quatre fleurs de lis de gueules – cimier : une dame issant.
François de Bonnevie, écuyer, fils de Mathieu Bonnevie et de Françoise N., laquelle rendit hommage au duc pour son fils mineur en 1395. Il se maria deux fois, avec Philippe Ferrier, fille de Béraud Ferrier et de Marguerite Aquarion, puis avec Isabelle de Changiac. Il était seigneur de Montaignet alias Montaignac. Ses armes sont peintes à Montbrison, dans l’église Notre-Dame. Au XVIIe siècle, le chef était d’azur, chargé de trois fleurs de lys d’or.
• Bétencourt, 1867, t. I, p. 141 ; Soultrait, 1890, t. I, p. 127 ; Gras, 1874, p. 39 ; Salomon, 1916, 1922, 1926, t. I, p. 217 ; Tricou, 1965-1976, t. III, p. 128.

Un écu vide, brochant sur un bâton de prieur.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Arnaud de Junzia en 1378 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3395) ; Pierre Cuzonel en 1322 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1630).

2 Cette disposition est justifiée par la dénivellation du terrain.

3 Pour une description détaillée de l’église, cf. Ducouret, Monnet, 1998, p. 80-91.

Table des illustrations

Légende Fig. 238 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 471) : la ville et chatiau de Saint Bonnet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 239 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 240 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 241 - Vue d’ensemble du site vers l’est ; au centre la collégiale Saint-Bonnet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 242 - Base d’une des tours circulaires de l’enceinte urbaine, rue des Murailles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 243 - Une des tours de flanquement à l’extrémité sud de l’enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 244 - Vue intérieure de la porte de la Châtelaine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 245 - Entrée de la barbacane de la porte de la Châtelaine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 246 - La porte de la Châtelaine, vue de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 247 - La porte de Montrond, vue de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 248 - La Grand-rue, tracé de l’Iter Forezii dans le castrum de Saint-Bonnet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 249 - La collégiale Saint-Bonnet vue depuis la place des Fours.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 250 - Un exemple de bâti urbain ancien : l’hôtel d’Épinac, rue de la Châtelaine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2965/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access