Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Marcellin

Franck Brechon, Chantal Delomier, Axelle Journaix et Catherine Salardon

Texte intégral

464. Le chatiau et ville de Saint Marcelin le Puy
Département : Loire ; canton : Saint-Just-Saint-Rambert ; commune : Saint-Marcellin-en-Forez

L’apport des sources écrites

  • 1 Sur ce document et ses difficultés (de datation notamment), cf. Feuillet, Guilhot, 1985 p. 72 sq.

1L’ecclesia Sancti Marcellini est attestée pour la première fois en 994 : elle relève alors de l’Église métropolitaine de Lyon (ADL, 19 G 1879)1. Dans le pouillé du diocèse de Lyon de 1225, cette église est à la collation, au même titre que les églises de Saint-Maurice-en-Gourgois et Périgneux, de Jocerand de Saint-Bonnet, chanoine de l’Église de Lyon (Chartes du Forez, n° 901). La mention du Xe siècle ainsi que le vocable de l’église (Marcellinus) laissent supposer une fondation très ancienne pour cette église, sans doute durant le très haut Moyen Âge. Pour sa part, la paroisse de Saint-Marcellin est mentionnée pour la première fois en 1214 lorsque Renaud, archevêque de Lyon, confirme aux Hospitaliers les dîmes possédées par ceux-ci dans différents lieux, notamment

in parrochia Sancti Marcellini (Chartes du Forez, n° 309).

  • 2 En 1241, le terme castrum semble désigner uniquement l’élément fortifié du site et non pas un évent (...)
  • 3 Le terrier de 1459 fait d’ailleurs preuve d’une grande précision sémantique puisqu’il n’est pas que (...)

2Par la suite, les mentions de l’église de Saint-Marcellin ou de la parrochia qui en dépend se multiplient, principalement pour localiser des biens et des droits. Pour cela, à partir du milieu du XIIIe siècle et durant tout le XIVe siècle, les actes de la pratique emploient aussi régulièrement le terme villa (Chartes du Forez, n° 103, 1390 ; AN, P 493, cote 1047). Villa est bien sûr à interpréter ici dans le sens d’habitat aggloméré (notre « village » ou notre « bourg ») et le terme renvoie même sûrement plus précisément pour cette période et pour la région à un habitat d’origine ecclésiale (Laffont, 2009). Certes, Saint-Marcellin est aussi parfois désigné par le terme de castrum à partir de 1241 (Chartes du Forez, n° 1390), ce qui pourrait laisser supposer une origine castrale à l’agglomération2. Toutefois, rien dans la documentation ne permet de penser à une telle origine et, nous y reviendrons, l’analyse du parcellaire place au contraire l’église au centre de l’habitat fortifié3.

  • 4 Certes, Saint-Marcellin figure parmi diverses listes de biens mentionnant un ou plusieurs mandement (...)

3Le ressort territorial dépendant de Saint-Marcellin n’est jamais clairement appelé « mandement » ou, terme équivalent, « châtellenie »4, les parcelles et les droits mentionnés à de nombreuses reprises par la documentation à l’entour de Saint-Marcellin étant, en revanche, systématiquement situés aux XIIIe et XIVe siècles in parrochia ou in villa Sancti Marcellini (Chartes du Forez, nos 1039 et 1390 ; AN, P 493, n° 1047, etc.). Si l’on ajoute qu’aucun lignage châtelain lié à Saint-Marcellin n’apparaît explicitement dans la documentation, tout concourt, du point de vue de la documentation écrite, à voir dans Saint-Marcellin une agglomération d’origine ecclésiale dotée tardivement (au début du XIIIe siècle ?) d’un ensemble fortifié ne possédant toutefois pas tous les droits banaux liés à un château au sens strict du terme et notamment le contrôle d’un mandement.

4La fin du Moyen Âge voit se développer à Saint-Marcellin une extension de type urbain autour du noyau de peuplement initial centré sur l’église. Il est difficile de dater l’émergence de ce nouveau quartier, mais sans doute peut-on la placer dans le courant du XIIIe siècle. En effet, en 1315, il est fait mention du burgus, opposé au castrum, ce dernier devant correspondre à l’enceinte fortifiée initiale (AN, P 492, cote 615). Saint-Marcellin n’en connaît pas moins un développement économique médiocre qui hisse la localité au rang de bourg de redistribution locale, mais qui ne lui permet pas de jouer un rôle économique à l’échelle de l’ensemble du sud du Forez. L’importance de Saint-Bonnet-le-Château, à quelques distances au sud, dépasse sans conteste celle de Saint-Marcellin. Il est vrai qu’il faut attendre le XVe siècle pour que le chemin de Lyon au Languedoc par le sud du Forez se déplace et passe à Saint-Marcellin, pouvant alors éventuellement permettre d’assurer plus solidement le développement du bourg en drainant vers cette localité une population marchande importante (Fournial, 1967, p. 151-152, p. 484).

5Bien que dépourvu de château stricto sensu à l’origine, l’administration comtale ne s’en implante pas moins à Saint-Marcellin. Le lieu devient, en effet, une châtellenie des comtes de Forez dans la seconde moitié du XIIIe siècle, le premier châtelain connu étant attesté en 1287. Il s’agit alors de Petrus Marescali, qui est par ailleurs qualifié de miles (Chartes du Forez, n° 756) ; il est encore châtelain en 1289 (Chartes du Forez, n° 833). Au début du XIVe siècle, la charge de châtelain de Saint-Marcellin est assurée par Renaud de Langes, qui cumule aussi par ailleurs les charges de châtelain de Sury-le-Comtal, Saint-Bonnet, Lavieu, Monsupt et Marols (Chartes du Forez, n° 1677). Un prévôt comtal est aussi associé au châtelain à partir du XIVe siècle (ADL, B 1925, B 1920, B 1930, B 1933, B 1955, B 1956, B 2003 ; Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3541). Devant le danger que constituent les incursions de bandes armées à compter du milieu du XIVe siècle, une capitainerie est établie à Saint-Marcellin dès 1368, Faucon de Bouthéon en étant nommé titulaire le 21 août. Rien ne permet ensuite de préciser le devenir de cette institution militaire conjoncturelle, mais on remarquera que presque toutes celles créées au même moment sont supprimées dans les années 1380 (Fournial, 1967, p. 338-339). Faute de château à proprement parler, l’administration comtale siège probablement dans l’hospicius et curtis domini comitis mentionnée par le terrier de 1387 (ADL, B 2073, f° 43).

La représentation de l’Armorial

6Le dessin de l’Armorial représente le site vu depuis le sud-est (fig. 215). Les différents éléments qui le constituent sont très nettement visibles, ne posant aucun problème d’identification.

Fig. 215 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 464) : le chatiau et ville de Saint Marcelin le Puy.

7L’élément central du dessin est le castrum, ou plus exactement le fortalicium ecclesie, à l’angle nord-est duquel se trouve l’église Saint-Marcellin. Cette dernière, très largement masquée par le rempart et une tour, n’est que peu visible. La nef, bordée de contreforts, est terminée par une abside semi-circulaire. Elle est éclairée par quatre baies qui peuvent correspondre à quatre travées. À l’ouest, l’ensemble est devancé par un clocher-mur à quatre baies, surmonté d’un toit en bâtière. Bien qu’elle soit l’élément central du castrum, l’église ne semble, d’après la vignette de l’Armorial, avoir fait l’objet d’aucune fortification.

8Le fortalicium ecclesie est représenté carré et ceint de hauts remparts crénelés munis d’un chemin de ronde, esquissé par un trait courant sous le crénelage sur le rempart ouest. Le quadrilatère formé par le rempart est cantonné à chaque angle par une échauguette crénelée construite en encorbellement. De plus, une échiffe se dresse au centre des faces ouest et est. Des ouvertures de tir disproportionnées et implantées de manière peu réaliste sont représentées à la base des courtines. L’enceinte n’est percée que d’une porte visible ouvrant au centre de la face sud. Imposante, cette porte est intégrée à une tour carrée construite en saillie sur la courtine, et surmontée d’un hourd. Un arc très élevé souligne la façade extérieure de la tour, suggérant la présence de mâchicoulis. Sur le piédroit gauche de la porte, le dessin représente une rainure, probablement destinée au passage d’une herse. Une autre porte est peut-être présente au centre du flanc nord de l’enceinte, mais la perspective ne permet pas d’en voir la base. On peut toutefois supposer son existence dans la mesure où le sommet d’un dispositif similaire à celui visible au sud dépasse des remparts.

9Une haute tour cylindrique crénelée est représentée sur le flanc sud de l’enceinte. Les dimensions que le dessinateur lui a données suffisent à montrer que c’est alors un élément majeur du site, faisant probablement fonction de tour maîtresse, et symbolisant la présence comtale sur les lieux. Pour finir, la base du rempart est ceinte sur tous les côtés visibles d’un fossé manifestement en eau.

10Une vingtaine de maisons, toutes stéréotypées, occupent l’espace intérieur du fortalicium ecclesie. Aucune ne semble se distinguer par son importance ou un élément architectural particulier, pouvant correspondre à la curtis domini comitis de 1459 ou à un quelconque logis seigneurial qui se serait développé anciennement au pied de la grande tour. La clôture urbaine s’étend au sud de l’enceinte du fortalicium en adoptant une forme quadrangulaire. Elle est cantonnée de cinq tours semi-circulaires sur son flanc méridional. Ces tours, tout comme l’enceinte, sont crénelées, alors que l’enceinte est, de plus, munie d’un chemin de ronde. Une tour carrée, couverte d’un toit de tuiles, est implantée à l’angle nord-est de l’enceinte, peu avant qu’elle ne se greffe sur le fortalicium. Là encore, une seule porte est visible, perçant le milieu du flanc est de l’enceinte : il s’agit d’une simple ouverture en plein-cintre, surmontée d’une forte bretèche crénelée. À l’ouest, une tour carrée est implantée au centre de la courtine. Surmontée d’un hourd de bois, couverte d’un toit à quatre pentes et percée de deux ouvertures carrées en partie haute, elle peut éventuellement constituer une tour-porte. Néanmoins, sa base étant masquée par la perspective, il est impossible de l’affirmer. Un double trait ondulé à la base du rempart peut éventuellement esquisser la présence d’un fossé en eau prolongeant sans doute le fossé de l’enclos initial. L’intérieur de l’enceinte urbaine est occupé par 17 maisons à la représentation stéréotypée. Une se distingue toutefois, au sud-est de l’enceinte. Elle est munie d’une tourelle carrée couverte d’un toit à quatre pentes, signe probable de son statut privilégié. Notons que l’habitat se répartit dans la moitié sud de l’enceinte, la partie nord, qui jouxte le fortalicium, demeurant vide. Elle forme ainsi une vaste place située dans l’axe de la porte est. Sur la ville flottent des étendards aux armes des ducs de Bourbon ou des comtes de Forez.

11Dix-huit maisons sont aussi représentées à l’extérieur des deux enceintes. Elles ne sont pas groupées en faubourg organisé, par exemple le long d’une route, dans l’axe d’une porte, mais elles sont disséminées dans la campagne. À ces maisons, il faut adjoindre deux tours carrées munies d’un petit toit à une pente s’apparentant à des pigeonniers, représentation rare sur les vignettes de l’Armorial. De même, l’espace rural représenté semble esquisser les prémices d’une organisation bocagère, quelques champs situés à l’ouest de Saint-Marcellin étant enclos par des lignes d’arbres qui bordent aussi un chemin.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

12Le site de Saint-Marcellin est l’un de ceux pour lesquels le parcellaire napoléonien s’avère le plus parlant, ayant conservé le souvenir de l’ensemble des structures importantes : remparts, tours, douves, etc. (fig. 217).

Fig. 216 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 217 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

13L’élément principal du site est assurément l’église Saint-Marcellin, à l’origine de l’agglomération (fig. 218). Cette dernière occupe le centre du parcellaire du fortalicium. Elle a été largement remaniée, mais il est toutefois possible de percevoir ce qu’elle a pu être au moment où la vignette de l’Armorial a été réalisée. Le cœur de l’édifice est une église romane à nef unique, dépourvue de collatéraux et longue de quatre travées, chaque travée étant nettement marquée par un arc doubleau retombant sur des colonnes engagées reposant sur des culots et par la présence d’arcs formerets. L’abside initiale, détruite au XIXe siècle, nous demeure inconnue, mais le cadastre napoléonien en représente une de plan semi-circulaire. L’ensemble est voûté en berceau. Le clocher initial de cet édifice demeure lui aussi inconnu, mais il est possible de restituer un clocher-mur presque de la même largeur que la façade. Postérieurement au Moyen Âge, ou à l’extrême fin de celui-ci, des chapelles latérales ont été ménagées entre les contreforts nord et sud, par percement des murs gouttereaux. Celles du sud sont mentionnées dans les visites pastorales de 1614 et 1662, sous les vocables de Notre-Dame, Saint-Sébastien, Saint-Ennemond, Saint-Antoine et du Saint-Esprit. Ensuite, sans qu’il soit possible de savoir si ces travaux appartiennent à la même phase, le clocher a été réédifié dans sa partie supérieure. À l’heure actuelle, il s’agit d’un clocher massif percé de trois baies en arc brisé soulignées d’une moulure torique sur les faces est et ouest, alors que les faces nord et sud ne sont percées que de deux ouvertures identiques. Pour finir, l’église a été allongée au XIXe siècle de deux travées et d’une abside semi-circulaire, le clocher étant doté dans le même temps d’une flèche de tuiles (Pinton, 1966, p. 6-7).

Fig. 218 - La façade de l’église Saint-Marcellin.

  • 5 Ouvertures carrées, aux angles chanfreinés d’une section de 40 à 50 cm de côté au maximum.

14Le parcellaire conserve encore très nettement le souvenir du tracé de l’enclos ecclésial primitif, de forme grossièrement carrée. Cette première enceinte date peut-être du milieu du XIIIe siècle, comme en témoignent les premières mentions de castrum succédant à celles de villa. Cette enceinte est encore parfaitement conservée sur ses côtés est, nord et sur une partie du côté ouest (fig. 219, 220). Il s’agit d’un mur haut de quatre à cinq mètres, doté d’un chemin de ronde visible au niveau du chevet de l’église, où il a servi à asseoir la toiture de bâtiments neufs. Cette enceinte constitue, par ailleurs, le mur arrière de nombreuses maisons qui prennent appui sur la fortification, ce qui explique la présence de multiples petites fenêtres tardimédiévales5 (fig. 216) qui percent les remparts. Le parcellaire ne figure qu’une tour sur le tracé de cette enceinte, qui correspond à la haute tour circulaire représentée en bonne place sur l’Armorial. En 1387, il n’est d’ailleurs question que de la turrem castri au singulier, confirmant l’aspect unique de cette dernière (ADL, B 2073, f° 43). Tout comme sur la vignette, où aucun bâtiment spécifique n’est associé à la tour, rien dans le parcellaire, ni dans les vestiges, ne permet de penser à la présence d’un bâtiment privilégié à ses pieds. Rien ne permet donc de localiser la curtis domini comitis attestée en 1387 (ADL, B 2073, f° 43). Malheureusement, l’élargissement de la rue de l’Abbé-Levet a totalement détruit les vestiges de cette tour, encore visibles au début du XIXe siècle. Cette enceinte était percée de deux portes situées sur les flancs nord (porte des Estres) et sud, correspondant bien à celles représentées sur la vignette. Néanmoins, elles ont totalement disparu et rien ne permet de juger de l’adéquation du dessin avec la réalité. Pour finir, les douves en eau représentées sur la vignette au pied du fortalicium sont aisément localisables, le tracé en étant conservé par une couronne de parcelles rayonnant autour des remparts. Le terrier de 1387 évoque d’ailleurs des biens situés juxta fossata et pontem levaitz (ADL, B 2073, f° 49), ou encore juxta fossata castri (ADL, B 2073, f° 52). Il est néanmoins difficile de préciser avec certitude l’emplacement du pont-levis en question. Son environnement permet de penser qu’il était situé au nord, ce qui expliquerait son absence sur la vignette de l’Armorial, cette face étant cachée aux yeux du dessinateur.

Fig. 219 - Vestiges du rempart de l’enclos ecclésial primitif, vue extérieure.

Fig. 220 - Vestiges du rempart de l’enclos ecclésial primitif, vue intérieure.

15L’emprise de l’extension urbaine est très nettement lisible dans le parcellaire, au sud et à l’ouest du fortalicium initial, formant une couronne d’une centaine de mètres de largeur autour de ce dernier. Si la morphologie d’ensemble du site est bien représentée sur la vignette, le plan de cette enceinte n’est que médiocrement rendu. En effet, elle ne présente qu’un seul angle marqué au sud, alors que les autres côtés forment un très large polygone. On est donc loin du quadrilatère de l’Armorial. Le terrier de 1459 qualifie cette fortification de nouvelle, mentionnant la villa noviter clausa (ADL, B 2075, f° 46 v°) ou encore la clausura nova Sancti Marcellini (ADL, B 2075, f° 52 v°). Ces travaux de clôture sont la conséquence directe des incursions de bandes ennemies durant la seconde moitié du XIVe siècle et la première moitié du siècle suivant. Le passage des Anglicos à Saint-Marcellin est d’ailleurs attesté dans les années qui précèdent 1387 (ADL, B 2073, f° 47).

16Sur le plan cadastral du XIXe siècle, l’enceinte est encore cantonnée de sept tours semi-circulaires ouvertes à la gorge, dont cinq sont visibles sur la vignette et correctement positionnées. Les deux tours carrées qui figurent sur le dessin de l’Armorial n’ont pu, en revanche, être retrouvées, ni sur le terrain, ni sur le cadastre. À l’heure actuelle subsistent encore quatre tours situées au sud de l’enceinte. Circulaires comme sur le dessin, pour autant que l’on puisse en juger, leur base est bien percée de trois ouvertures de tir, ainsi que représenté sur la vignette (fig. 221). Néanmoins, leur élévation est aujourd’hui assez limitée, ce qui ne permet pas de juger de la présence du crénelage représenté au XVe siècle. Le parcellaire suggère l’existence de quatre portes, une au sud-est, une au sud, une à l’ouest et une au nord-ouest. La vignette permet de confirmer la présence de celle du sud-est, « la porte Basset », dès le Moyen Âge, et probablement de celle de l’ouest, la « porte Neuve ». Néanmoins, la question se pose pour la porte sud, qui n’apparaît pas sur le dessin, alors que la courtine sur laquelle elle se trouve est parfaitement visible. On peut douter de son ancienneté dans la mesure où elle ne fonctionne pas bien avec une tour semi-circulaire. De même, la porte nord-ouest figurant sur le cadastre napoléonien ne semble pas pouvoir prétendre à une grande ancienneté tant elle s’inscrit mal dans le parcellaire et fait double emploi avec la porte Neuve toute proche. Le terrier de 1459 qui pourrait nous renseigner sur le nombre de portes et nous fournir leur nom manque malheureusement de précision à ce sujet. À l’heure actuelle, aucun vestige de porte n’est conservé. Comme le représente l’Armorial, l’ensemble de la ville est ceint de douves en eau. En 1414, elles sont d’ailleurs empoissonnées de carpes et de « bramardes » (Fournial, 1967, p. 692). À la fin du XVe siècle, elles sont toujours en service et pleines, puisqu’elles sont affermées en 1486 pour une durée de 3 ans et un montant de 10 sous tournois par an pour y élever des poissons (ADL, B 2010, f° 11 v°). Néanmoins, la mise en place du bâti urbain au sud et à l’ouest rend inutiles les fossés du castrum sur ces deux côtés, aussi, dès 1459, sont-ils accensés et probablement comblés pour laisser la place à des constructions (ADL, B 2075). Le bâti civil de la ville s’organise autour d’un axe traversant Saint-Marcellin d’est en ouest, à partir duquel rayonnent plusieurs impasses desservant les quartiers situés entre la rue et les remparts. Le cœur du bâti urbain tardimédiéval est constitué de la place des Terreaux, située devant la porte sud du castrum et attestée dès 1286, puisqu’à cette date une maison est sise ante los terraylz Sancti Marcellini (Chartes du Forez, n° 253) et, qu’en 1387, des constructions sont situées in terralio castri (ADL, B 2073, f° 48). Si le parcellaire est bien conservé, il n’en est pas de même pour le bâti urbain, seules quelques rares maisons ayant conservé des éléments médiévaux en place : tourelles d’escalier, baies à meneau et/ou linteau en accolade (fig. 222).

Fig. 221 - Tour de flanquement circulaire de l’enceinte urbaine de la fin du Moyen Âge.

Fig. 222 - Vestiges d’un hôtel du XVe siècle.

17Pour finir, mentionnons la présence de deux bâtiments remarquables situés hors les murs et qui n’apparaissent pas sur la vignette de l’Armorial. Il s’agit tout d’abord de la maison noble du Colombier, située au nord du bourg. La domus de Columberio est attestée dès 1328 (Dufour, 1946, p. 232) et elle figure au terrier de 1387 qui mentionne l’hospicium de Columberia (ADL, B 2075, f° 52). À l’heure actuelle, il s’agit d’un ensemble fortifié de plan carré, centré sur une cour, mais où dominent les vestiges d’époque moderne. Le second bâtiment extra-muros ignoré par le dessinateur de l’Armorial est la chapelle cimétériale Sainte-Catherine (fig. 223). Pourtant, à la différence de la maison du Colombier, elle était située face au dessinateur. Il est question de celle-ci dès 1314 (Testaments foréziens, p. 23), mais aussi en 1338 (ADL, B 1856, f° 38) ou en 1387 (ADL, B 2073, f° 47). Il s’agit d’un édifice roman de dimensions modestes et au plan très simple avec une nef unique prolongée par une abside semi-circulaire. Les fouilles et l’étude des fresques de l’abside réalisées lors de l’aménagement de la chapelle en bibliothèque permettent de supposer que le premier édifice, presque intégralement conservé, est de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. Les seules modifications intervenues par la suite ont été la reconstruction en pisé des murs gouttereaux nord et sud, probablement au XVe siècle (Le Barrier, 1996), travaux que l’on est tenté de lier aux ravages des « Anglais » déjà évoqués.

Fig. 223 - La chapelle Sainte-Catherine.

18Saint-Marcellin est indubitablement un habitat ecclésial, structuré autour d’une église fondée durant le haut Moyen Âge. Seuls les remparts qui l’entourent à compter du milieu du XIIIe siècle justifient le terme de castrum qui est parfois employé pour le désigner. Ainsi, le site de Saint-Marcellin est tout à fait comparable à celui de Marols, lui aussi village ecclésial fortifié qui prend le titre de castrum à quelques reprises. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre de la vignette, il ne faut donc pas chercher de château stricto sensu à Saint-Marcellin, ce que confirme l’examen des vestiges et du parcellaire. La représentation que l’Armorial donne de cet ensemble est très fidèle. L’église occupe bien la place centrale qui est la sienne, alors que tous les autres éléments représentés correspondent tout à fait à ce que l’on peut encore observer sur le terrain et sur le cadastre. À elle seule, la vignette permet d’identifier la nature du site et d’en cerner l’évolution, de l’église initiale à la ville tardimédiévale. Deux éléments situés hors les murs, bien que marquants, sont ignorés. Leur situation en rase campagne justifie peut-être ce choix de la part du dessinateur qui a axé son travail sur la ville elle-même.

Page 464
LE CHATIAU ET VILLE DE SAINT MARCELIN LE PUY

Étude héraldique

827. Bartrand de Boteon crie Bouteon

écartelé : aux 1 et 4, de gueules plain ; aux 2 et 3, d’argent à trois fasces ondées d’azur – cimier : un faucon dans un vol. 
Bertrand de Bouthéon (mort après 1462), fils de Bertrand de Bouthéon, châtelain comtal de Saint-Marcellin et écuyer de la duchesse Anne Dauphine. Il épousa dès 1415 Antoinette de Chavannes, fille de Nicolas de Chavannes. Il était le père de Louis de Bouthéon (De Boos, 1998, n° 108) et le frère de Jacques de Bouthéon, prieur de Saint-Romain-le-Puy. Il avait un hôtel à Saint-Marcellin, accompagné d’une petite censive et d’une vigne et possédait la médiocre seigneurie du Mas. Il ne devint chevalier qu’en 1457 ; écuyer des ducs Charles Ier et Jean II, il exerça plusieurs fois les charges de capitaine châtelain, à Saint-Marcellin et Saint-Victor. Il fut également nommé maître des Eaux et Forêts du comté de Forez. Ces offices constituaient l’essentiel de ses revenus. Lui-même, ou plus probablement son frère, le prieur Jacques, possédait un manuscrit de La consolation de philosophie, de Boèce, traduit par Jean de Meung et peint à ses armes. Celles-ci sont également sculptées sur la façade de l’église du prieuré de Saint-Romain.
• Ars., ms 4802, f° 68 v°; BMR, ms 64, f° 1.
• Gras, 1874, p. 44; Tricou, 1965-1976, t. IV, p. 2; Perroy, 1977, t. I, p. 156-157.

Deux écus vides, le premier posé sur un bâton de prieur.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Sur ce document et ses difficultés (de datation notamment), cf. Feuillet, Guilhot, 1985 p. 72 sq.

2 En 1241, le terme castrum semble désigner uniquement l’élément fortifié du site et non pas un éventuel ensemble château + habitat castral. D’ailleurs, le terme castrum est occasionnellement utilisé au XIIIe siècle dans des régions tout à fait voisines du Forez pour désigner des habitats d’origine ecclésiale fortifiés, cf. par exemple pour le Vivarais, Laffont, 2009.

3 Le terrier de 1459 fait d’ailleurs preuve d’une grande précision sémantique puisqu’il n’est pas question du castrum, mais bien des fortibus ecclesie Sancti Marcellini (ADL, B 2075, f° 46).

4 Certes, Saint-Marcellin figure parmi diverses listes de biens mentionnant un ou plusieurs mandements et castra, mais à chaque fois il est impossible de faire un lien direct entre un mandement et Saint-Marcellin. Ainsi, en 1277, un codicille au premier testament du comte Guy VI assigne les 1 000 livres promises comme douaire à sa femme sur les châteaux de Chambéon, Sury-le-Comtal, Saint-Marcellin, Marcilly, Néronde et Bussy cum omnibus redditibus, juribus, mandamentis et pertinentiis, feodis et homagiis predictorum castrorum (Chartes du Forez, n° 1501). Néanmoins, la mention du mandement ne peut être spécifiquement liée à Saint-Marcellin, d’autant que d’autres châteaux dont le nom figure dans l’acte en possèdent assurément un.

5 Ouvertures carrées, aux angles chanfreinés d’une section de 40 à 50 cm de côté au maximum.

Table des illustrations

Légende Fig. 215 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 464) : le chatiau et ville de Saint Marcelin le Puy.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 216 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 217 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 218 - La façade de l’église Saint-Marcellin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 219 - Vestiges du rempart de l’enclos ecclésial primitif, vue extérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 220 - Vestiges du rempart de l’enclos ecclésial primitif, vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 221 - Tour de flanquement circulaire de l’enceinte urbaine de la fin du Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 222 - Vestiges d’un hôtel du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 223 - La chapelle Sainte-Catherine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2960/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access