Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Rambert-en-Forez

Franck Brechon et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

462. La ville du Pont Saint Rambert
Département : Loire ; canton et commune : Saint-Just-Saint-Rambert

L’apport des sources écrites

  • 1 Le culte de saint Rambert, de même que les lieux auquel il est attaché, ont fait l’objet d’une étud (...)

1Trois lieux de culte se côtoient à Saint-Rambert-sur-Loire1 : Saint-André, Saint-Côme et Saint-Jean, renvoyant à l’histoire du site durant le haut Moyen Âge. Faute de source précise, il n’est pas aisé de percevoir nettement leur fonction et leur origine, certains éléments permettant toutefois de proposer quelques hypothèses. L’église Saint-Côme est mentionnée pour la première fois en 971. À cette date, Conrad le Pacifique, roi de Bourgogne, confirme à Heldebert, abbé de l’Île-Barbe, les possessions de son monastère, dont la

cellam... de Occiaco cum ecclesia Sancti Andræ cappelamque juxta eam in honorem Sancti Cosmæ dicatam... (Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. 1, p. 65).

2Toutefois, le vocable de l’église Saint-Côme, de même que son implantation au cœur d’un lieu portant un nom d’origine antique, laisse penser qu’il s’agit d’une création du très haut Moyen Âge, bien antérieure à la fin du Xe siècle, sans qu’il soit possible d’apporter plus de précisions. Pour sa part, l’église Saint-Jean-Baptiste n’est pas attestée avant la fin du Moyen Âge, en 1307 (Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995, p. 64). Pourtant, son étude archéologique a clairement mis en évidence que l’édifice actuel prend la suite de plusieurs églises qui se sont succédé depuis le très haut Moyen Âge, les états les plus anciens étant à placer entre les IVe et VIe siècles et sans doute à rattacher à une église funéraire (Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995, p. 64-68). On peut donc supposer avec vraisemblance que l’église Saint-Côme ait été à l’origine un édifice privé, implanté au cœur du domaine d’Occiacum, alors que Saint-Jean était un édifice funéraire, associé à une nécropole située un kilomètre au sud du secteur d’habitat. Le développement de Saint-Jean intervient au XIe siècle, ainsi qu’en témoigne la large reconstruction de l’édifice à cette époque (Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995, p. 73-82). Le statut subalterne de Saint-Jean expliquerait le silence de la confirmation de 971 à son sujet. C’est dans ce cadre, mais à une date inconnue, que l’abbaye lyonnaise de l’Île-Barbe implante une cella, attestée en 971, à laquelle est associée l’église Saint-André, qui reprend le vocable initial probable de l’église abbatiale de l’Île-Barbe. L’église priorale apparaît pour la première fois dans la documentation en 1163 (Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. 1, p. 111). C’est toutefois la translation des reliques de saint Rambert, de l’abbaye de Saint-Rambert-en-Bugey à Saint-Rambert-sur-Loire, qui donne tout son lustre et son éclat régional aux lieux. Traditionnellement placée dans les années 1070-1080, cette dernière intervient probablement sensiblement plus tard, ainsi que le laisse penser la diffusion du culte dans la seconde moitié du XIIe siècle, avec la première mention d’une église dédiée à saint Rambert à Saint-Rambert-en-Forez en 1163 et la rédaction du récit de la translation dans le courant du XIIIe siècle (Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. 1, p. 41-43).

  • 2 ... ecclesia Sanctorum Cosmæ et Damiani... (Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. 1, p. 11 (...)

3L’occupation du site de Saint-Rambert, probable centre domanial durant l’Antiquité tardive, ne connaît aucune solution de continuité durant le haut Moyen Âge, pour autant que l’on puisse en juger au travers des données issues de la fouille de l’église Saint-Jean et de ses abords. Pourtant, il est difficile de préciser la nature et l’implantation exactes de l’habitat altimédiéval. Sans doute se développait-il à proximité de l’église Saint-Côme et Saint-Damien2, à un kilomètre au nord du centre du bourg du second Moyen Âge, ainsi que le suggère la présence d’une nécropole du haut Moyen Âge et des vestiges antiques pouvant évoquer la présence d’une villa (Lavendhomme, 1997, p. 204). Par la suite, durant le Moyen Âge central, l’habitat se déplace vers le sud et se développe autour de l’église Saint-André. Une villa – à entendre alors dans le sens de « village » – est attestée à Saint-Rambert dès 1198, lorsque Guigue, comte de Forez, et son fils, donnent à Humbert, prieur de Saint-Rambert, le marché établi en ce lieu pour y lever des leydes sur les marchands forains (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 33). La même année, le comte concède à l’abbaye de l’Île-Barbe et aux prieurés qui en dépendent une exemption de leydes dans les marchés ainsi qu’une exemption de péage pour leurs animaux ; cette exemption ne s’appliquant pas aux serviteurs des moines, sauf pour les hommes habitant in villa Sancti Ragneberti (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 34a ; Chartes du Forez, n° 307). Il est probable que la translation des reliques de Saint-Rambert a joué un rôle décisif dans l’essor d’un habitat à proximité de l’église Saint-André, favorisant indiscutablement cette dernière par rapport à Saint-Côme qui, au Moyen Âge central, se trouve marginalisée au nord du site. C’est d’ailleurs à la fin du XIIe siècle que Saint-Jean semble prendre son statut d’église paroissiale, statut qu’elle conservera jusqu’au XVIIe siècle. En effet, la visite pastorale de 1614 nous apprend

qu’on ne baptise point en ladicte eglise du prieuré... L’eglise parrochialle de Sainct-Jean dudict Saint-Rambert, estant ladicte eglise, size dans le cimetiere près l’eglise dudict prieuré... (Dufour, 1946, p. 910).

4L’essor de Saint-Rambert est entériné en 1225 par la concession de franchises accordées aux hommes du lieu par le comte Guy IV (Chartes du Forez, n° 1353) et se poursuit durant tout le XIIIe siècle. Ce mouvement aboutit à la formation d’un faubourg qui se développe au sud-est de l’ensemble ecclésial, le « bourg Chorier », attesté dès 1279 (Chartes du Forez, n° 681).

5Le rôle de place économique locale de la bourgade apparaît nettement avec la création d’un marché dans le courant de l’année 1198 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 33), alors que, durant tout le XIIIe siècle, Saint-Rambert est l’une des seules localités foréziennes où sont attestées des personnes jouissant du statut privilégié, mais flou, de bourgeois, avec Montbrison, bien entendu, ou encore Saint-Galmier, Roanne et Saint-Haon (Fournial, 1967, p. 127). L’importance de ces marchés, sans être considérable, est déjà suffisante pour qu’un « zoning » commercial apparaisse, avec des secteurs spécialisés, comme la place Grenette, ou encore un mazel, attesté en 1485 (ADL, B 1724). Une petite activité de tissage de draps, dans le giron du centre montbrisonnais, se développe à Saint-Rambert durant les trois derniers siècles du Moyen Âge (Fournial, 1967, p. 407), mais la croissance de la bourgade est essentiellement due à sa position sur le réseau routier et au pont qui enjambe la Loire au droit du bourg, ouvrage représenté sur la vignette de l’Armorial. C’est, avec le pont de Rivas, qui s’effondre dès le début du XIVe siècle, un point de passage majeur sur la route de Vienne à Montbrison. Alors qu’un pont antique a existé sur les lieux – il disparaît à une date impossible à préciser durant le haut Moyen Âge –, il faut attendre le milieu du XIIIe siècle pour qu’un nouvel ouvrage soit jeté sur les flots. Attesté en 1258, il ne s’agit alors que d’un tablier de bois reposant sur les piles de l’ouvrage antique (Chartes du Forez, n° 948). Alors que celui-ci est en mauvais état dans la première moitié du XIVe siècle (ADL, B 1855, f° 193), la construction d’un ouvrage de pierre est entreprise dans les années 1350 (ADL, B 1862, f° 182) et s’étale jusqu’aux années 1390-1400 (Fournial, 1967, p. 464). La position privilégiée de Saint-Rambert à proximité immédiate d’un axe de passage important justifie d’ailleurs la création d’un péage comtal sur les lieux, attesté dès 1198 (Chartes du Forez, n° 307), et qui à la fin du XIVe siècle est uni à ceux de Saint-Galmier et de La Fouillouse (ADL, B 1914, f° 86 v°). Un hôpital, probablement destiné tant à la population urbaine de Saint-Rambert qu’aux pauvres et aux voyageurs de passage, est aussi fondé. Attesté en 1316, il est au cœur de la ville (ADL, B 1852, f° 101) et on apprend en 1375 que sa chapelle est dédiée à Sainte-Marie (Guigue, 1876, p. 113). Au plus fort de la démographie médiévale, à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle, Saint-Rambert compte probablement environ 1000 habitants, ce qui en fait un bourg d’importance moyenne (Fournial, 1967, p. 84).

La représentation de l’Armorial

6La vignette de l’Armorial représente une petite ville entourée de murailles, ou tout au moins un gros bourg, dont la représentation est simple à analyser (fig. 197). Le site est vu depuis le sud-est, la Loire, qui roule des flots impétueux, étant représentée au premier plan. L’église Saint-André, perdue parmi toutes les maisonnettes du bâti urbain, ne se distingue presque que par son clocher, imposant et altier. La représentation qui en est donnée est très simple : une grande toiture à deux pentes couvre la nef, alors que la toiture de l’abside est très légèrement visible, entre l’église et une tour du rempart. Un oculus perce le mur pignon au-dessus de celle-ci et trois baies carrées s’ouvrent sur le mur gouttereau qui fait face au dessinateur et semble servir aussi de rempart. L’édifice est dominé par un puissant clocher implanté sur la nef. De plan octogonal, il est percé de deux niveaux de baies et surmonté d’une haute flèche terminée par une croix. On remarquera qu’un second clocher est visible immédiatement à gauche de la flèche de Saint-André. Eu égard à sa position, il n’appartient probablement pas à cette dernière église, mais peut appartenir à l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste. De plan carré, terminé par un toit à quatre pentes très plat, son sommet est percé de deux baies jumelles en plein cintre.

Fig. 197 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 462) : la ville du Pont Saint Rambert.

7Une première enceinte se détache de l’église, juste esquissée de part et d’autre de celle-ci : à gauche de Saint-André, un mur crénelé rejoint une tour carrée surmontée d’un hourd de bois et s’interrompt ensuite brutalement ; à droite, un autre mur crénelé semble se diriger vers l’ouest puis disparaît derrière l’église. Il est difficile de préciser quel espace est précisément circonscrit par ce mur. La perspective n’a en effet pas permis à l’artiste de le représenter correctement, puisque depuis l’angle choisi, il est très largement masqué par l’église et les autres fortifications. On peut néanmoins se demander si ce rempart existait réellement sur tout son développement au moment où le dessin a été réalisé... Le principal rempart visible sur le dessin est indéniablement la grande enceinte de la ville. Se détachant de la petite enceinte précédemment évoquée, elle enserre un espace au plan grossièrement rectangulaire. Ce haut rempart crénelé est parcouru d’un chemin de ronde, alors que côté sud, la présence de fenêtres qui le percent atteste qu’il sert d’appui aux maisons du bourg. Cette enceinte est cantonnée de quatorze tours : treize sont carrées et une présente un plan circulaire. Dix d’entre elles sont surmontées de hourds et couvertes par une toiture. Sur le tracé du rempart, une seule porte est visible : vue de de l’intérieur, elle est située sur le flanc opposé au dessinateur. Elle perce la base d’une tour carrée et on peut penser qu’un autre passage existait au niveau de l’une des deux tours situées sur le flanc gauche de l’enceinte, dont la base est masquée par le bâti urbain. L’intérieur de l’enceinte est occupé par un dense bâti de maisonnettes toutes semblables ou presque, répondant tout à fait au stéréotype identifié sur toutes les vignettes foréziennes de l’Armorial. Seules trois tours, une carrée et deux circulaires de petite taille (tourelles d’escalier), émergent de l’ensemble. Alignées en rangs parallèles, la disposition des maisons évoque indéniablement un caractère urbain que l’on ne rencontre pas sur d’autres sites plus ruraux. Pour finir, le premier plan est occupé, fait rare dans l’Armorial, par un pont de pierre. À six arches, marqué par un fort dos d’âne peu réaliste pour ce type d’ouvrage très large, il enjambe la Loire. À son débouché, un petit faubourg de cinq ou six maisonnettes encadre la route.

Les données archéologiques et le parcellaire

8Une première enceinte qui ceinture le noyau ecclésial et un espace villageois encore modeste sont lisibles dans le parcellaire (fig. 199). Cette enceinte réduite est parfois qualifiée de « château », comme en 1462, lorsqu’il est question de refaire le guichet de la porte qui y donne accès (ADL, B 1717). Elle correspond sans doute à celle qui est juste esquissée par deux pans de murs sur la vignette. Le tracé de ces murs est encore nettement conservé dans le parcellaire à l’est, au nord et au sud, alors que d’importants vestiges de courtine subsistent encore au sud-ouest et à l’ouest (fig. 200). Aucune porte n’est conservée sur cette enceinte. Un fossé encore en eau, dérivation de la Loire, est figuré sur le cadastre tout le long de cette enceinte à l’ouest et au sud. Pour autant que l’on puisse en juger, le parcellaire permet de penser que ce fossé a existé au nord et à l’est, même s’il est comblé. Ce comblement pourrait dater de la fin du Moyen Âge, sans doute à la suite de la fortification du bourg qui rend l’enceinte du fortalicium initial partiellement inutile. En effet, en 1485, le prieur de Saint-Rambert abénévise une parcelle située dans les fossés du « château » (ADL, B 1724). Aucune tour ne semble avoir cantonné cette enceinte très simple : en tout cas, ni la documentation écrite, ni le parcellaire, ni les vestiges conservés, n’en perpétuent le souvenir. De même, pour autant que l’on puisse en juger par la disposition des rues, cette première enceinte était percée de deux portes, l’une au nord-ouest et l’autre au sud-est. La documentation ne nous a pas livré leur nom et tout au plus est-il question en 1462 de la « porte du château », sans plus de précision (ADL, B 1717). La fin du Moyen Âge apporte quelques modifications à cette enceinte. En effet, une porte est construite en avant de la porte sud-ouest de l’enclos primitif, fermant ainsi une ligne continue de maisons à pans de bois, encore conservées, qui double le rempart du côté sud (fig. 205).

Fig. 198 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 199 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 200 - Vestiges de la première enceinte du bourg ecclésial, passage du Lavoir.

  • 3 Pour une description détaillée de l’église, cf. Carcel, 1981 et Carcel, s. d.
  • 4 Les troubles de la fin du Moyen Âge sont marqués à Saint-Rambert même par le passage en 1361 d’une (...)
  • 5 Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995, p. 63.

9Au cœur de cette première enceinte se dresse l’église Saint-Rambert. Celle-ci a très largement conservé son caractère roman et n’a fait l’objet que de remaniements limités (fig. 201, 202). Probablement construite au XIe siècle, puis ayant fait l’objet de modifications au XIIe siècle, elle est constituée de trois nefs de quatre travées terminées par un chevet à trois absides, pourvu d’un transept faiblement saillant. Une courte travée de chœur précède les trois absides3. Un clocher-porche de plan rectangulaire, probablement construit au XIe siècle, occupe le centre de la façade ouest (fig. 202, 203). Il a été englobé dans la construction lors de l’allongement de la nef, sans doute au XIIe siècle. Ses maçonneries réutilisent plusieurs blocs d’origine antique. Sa façade est marquée par la présence de deux arcatures aveugles. L’ensemble a été couronné d’un système défensif constitué d’un hourd, de créneaux, d’ouvertures de tir et d’une bretèche surplombant la porte d’accès à l’édifice. Il s’agit là de fortifications édifiées à la fin du Moyen Âge, sûrement dans les années 1360-13904. Par ailleurs, un imposant clocher quadrangulaire surmonte la croisée du transept, couverte d’une coupole sur trompes (fig. 201). Il est constitué d’une base massive ornée de bandes lombardes, que surmonte un niveau percé de deux baies géminées par face, dotées de gables. L’ensemble est couvert d’un toit à quatre pentes. Immédiatement au nord-ouest de l’église Saint-André se dresse l’église Saint-Jean-Baptiste (fig. 204). Son histoire est aujourd’hui bien connue (Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995). Dans son premier état, Saint-Jean-Baptiste est un modeste édifice de plan rectangulaire implanté au cœur d’une nécropole des IVe-VIe siècles. Un second édifice lui succède. Légèrement plus large et doté d’une abside à chevet plat, sa construction est à placer durant les siècles carolingiens. Pour finir, un troisième édifice, sans doute à vocation paroissiale, est construit au XIe siècle. C’est lui qui constitue pour l’essentiel l’église romane visible actuellement. Reprenant le plan de l’édifice antérieur, c’est une église à nef unique, de dimensions modestes, simplement couverte d’une charpente. Un petit clocher-mur à deux baies surmonte l’ensemble. Si ces deux églises présentent encore d’importants vestiges médiévaux, il n’est pas de même des bâtiments conventuels du prieuré Saint-Rambert, implantés au sud-est de l’église Saint-André. Pour l’essentiel, ils remontent au XVIIIe siècle : un prieur les a, en effet, fait reconstruire intégralement en 17795. Seule subsiste la porte tardimédiévale du prieuré.

Fig. 201 - L’église Saint-Rambert, face sud.

Fig. 202 - La façade occidentale de l’église Saint-Rambert et son clocher-porche. On remarquera la présence d’une bretèche à son sommet.

Fig. 203 - Détail d’une ouverture de tir cruciforme sur le clocher-porche de l’église Saint-Rambert. L’ancrage du hourd est aussi visible.

Fig. 204 - Église Saint-Jean-Baptiste, façade occidentale.

Fig. 205 - Porte du XVe siècle, place de la Paix en avant de la porte sud-ouest de l’enclos primitif.

10L’enceinte urbaine est mentionnée pour la première fois en 1376 (ADL, B 1875, f° 44). De plan grossièrement ovalaire, elle est nettement lisible dans le parcellaire, même si sur plusieurs tronçons le rempart a disparu ou a été intégré dans des constructions (fig. 198). C’est à son angle nord-est qu’elle est le mieux conservée sur plusieurs dizaines de mètres. Sur le cadastre napoléonien, elle est cantonnée de quatre tours semi-circulaires. Trois sont situées aux angles nord-ouest, sud-ouest et est, la quatrième étant située sur la face nord de la fortification. La tour de l’angle est subsiste encore (fig. 206). Circulaire, elle est presque conservée jusqu’au sommet, seul le crénelage manque. Initialement ouverte à la gorge, elle s’élève sur trois niveaux, chacun d’eux étant doté de deux ou trois ouvertures de tir. La tour de l’angle sud-est est arasée à deux mètres de hauteur, de même que la courtine de part et d’autre de l’édifice. La tour nord-ouest a disparu et seul son arrachement sur la courtine est visible. Finalement, la tour nord est la seule à ne pas occuper un angle de la fortification, puisqu’elle flanque la courtine nord en son centre. De fort diamètre, elle s’élève sur trois niveaux. L’enceinte est doublée de fossés en eau. S’ils sont comblés et ne figurent déjà pratiquement plus sur le cadastre napoléonien, la documentation médiévale les mentionne à plusieurs reprises : ainsi, en 1460, il est fait interdiction à la population du bourg de pêcher dans les fossés de la ville, qui sont bien séparés de ceux du fortalicium déjà évoqués (ADL, B 1717). Quatre portes permettaient l’accès à la petite ville : au sud, la « porte du Bois » (ADL, B 1717), à l’est la « porte du Pré Fangeat » (ADL, B 1890, f° 66 v°), au nord la « porte de Poyet » (ADL, B 1882, f° 58) et, à l’ouest, la « porte du Bourg Chorier » (ADL, B 1901, f° 24). Malheureusement, aucune n’est aujourd’hui conservée.

Fig. 206 - Vestiges de courtines et d’une tour de flanquement circulaire de l’enceinte urbaine, vue depuis le chemin de la Croix-Blanche.

  • 6 La « villeneuve » du pont de Loire est attestée dès 1295 (Dufour, 1946, p. 736).

11L’intérieur de l’enceinte urbaine est occupé par un bâti dense, où sont encore conservés d’importants vestiges médiévaux, principalement des maisons à pans de bois, ainsi que des édifices présentant de très belles façades dotées de baies à traverse ou à meneau, ainsi que des arcades boutiquières. Il ne subsiste rien de médiéval dans le faubourg qui se développe dès le XIIIe siècle au débouché du pont6, comme le représente très justement la vignette de l’Armorial. Le pont lui-même a été emporté au XVIIIe siècle, de sorte que l’on ne peut juger de l’adéquation de la représentation du XVe siècle avec la réalité. Toutefois, la largeur du fleuve au droit de Saint-Rambert permet de penser que le nombre d’arches n’est pas surévalué. Pour finir, l’église Saint-Côme, qui est attestée en 971, est située au nord-ouest de Saint-Rambert. À l’heure actuelle, l’édifice est en ruine. Il s’agit d’une modeste église à nef unique et courte, prolongée par une abside semi-circulaire. Sur une base romane, les maçonneries témoignent, pour autant que l’on puisse en juger, de plusieurs phases de reconstruction difficilement analysables en l’état.

12Saint-Rambert connaît un essor significatif sous l’impulsion de deux facteurs. D’une part, la translation des reliques de Rambert au XIIe siècle contribue à donner au prieuré dépendant de l’Île-Barbe un éclat spirituel certain qui, indéniablement, doit attirer une population nouvelle sous ses murs, induisant le déplacement de l’habitat par rapport aux sites antiques et altimédiévaux. D’autre part, la situation de la bourgade le long de la route de Vienne à Montbrison, et plus encore la présence de l’un des seuls ponts franchissant la Loire en Forez, est un facteur de croissance certain à partir du XIIIe siècle. Saint-Rambert constitue ainsi l’un des rares exemples foréziens d’habitat cristallisé autour d’un établissement prioral ou monastique qui ait connu un essor significatif dépassant le stade du modeste village. Toutefois, la représentation du site dans l’Armorial laisse parfois dubitatif. Les principaux éléments constitutifs de celui-ci (pont, enceinte urbaine, église, etc.) sont correctement reproduits, ce qui permet de supposer que l’artiste a effectivement réalisé des observations préliminaires sur le terrain. Pourtant, une large fantaisie règne dans la représentation de nombreux détails. Ainsi, l’enceinte urbaine est curieusement figurée au droit de l’église (angle rentrant) alors que l’enceinte primitive n’est qu’esquissée, bien que son tracé soit encore parfaitement net, même de nos jours. Par ailleurs, l’église Saint-Jean n’est pas correctement représentée. Certes, on pourrait lui attribuer le petit clocher carré situé à gauche de celui de l’église Saint-Rambert, pourtant, en réalité, l’édifice n’est pas surmonté d’un clocher de ce type. De même, la représentation de l’église Saint-Rambert est assez fantaisiste. Le gros clocher massif qui s’élève à la croisée n’a qu’un lointain rapport avec celui figuré sur le dessin, alors que la tour-porche primitive n’est pas représentée, à moins qu’il ne s’agisse du petit clocher déjà évoqué comme pouvant être celui de l’église Saint-Jean. La représentation qui en est faite pourrait correspondre, mais celui-ci est alors extrêmement mal situé. De même, les tours de l’enceinte, circulaires en réalité, sont représentées de plan carré. La représentation du site de Saint-Rambert ne compte donc pas parmi les plus fidèles de l’Armorial, au moins en ce qui concerne le rendu des détails architecturaux.

Page 462
LA VILLE DU PONT SAINT RAMBER
Étude héraldique

825. Mr Jacques Robertet prieur de Saint Rambert
une bande chargée d’un demi-vol et accompagnée de trois étoiles, 2 et 1 – l’écu posé sur un bâton de prieur.
Jacques Robertet, fils de Jean Robertet, bailli d’Usson (en Forez). Religieux de l’Île-Barbe, il devint prieur de Saint-Rambert vers 1450 (?). Sa famille était issue de la bourgeoisie de Montbrison et s’éleva, à la fin du XVe siècle, jusqu’à des postes importants dans l’administration des Bourbon. Le frère aîné de Jacques, Jean Robertet, secrétaire des ducs de Bourbon, premier greffier de l’ordre de Saint-Michel (1469), était ami et correspondant assidu du chroniqueur Jean Le Maire de Belges, de Georges Chastellain, orateur et historien officiel de la cour de Bourgogne, d’Antoine (de Vergy, seigneur) de Montferrand, d’André de Vitry de Lalière (cf. supra n° 785 p. 98). Leur correspondance, en prose et en vers, connue par l’ouvrage Les douze dames de rhétorique, donne une bonne idée des goûts littéraires des deux provinces de Bourbonnais et de Bourgogne aux débuts de l’humanisme. Les armes Robertet, que l’on trouve sculptées dans l’église Notre-Dame de Montbrison et peintes en maints endroits dans la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi (puisqu’un des neveux de Jacques fut archevêque d’Albi), étaient : d’azur à la bande d’or chargée d’un demi-vol de sable et accompagnée de trois étoiles d’argent (ou d’or). Cet écu, comme le bâton qui l’accompagne, semble avoir été ajouté tardivement à l’armorial, vers la fin du XVe siècle.
• Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, p. 503-504 ; Batissier, 1838, introd. ; Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 6051 ; Gras, 1874, p. 225 ; Remacle, 1941-1943, t. I, col. 880 ; archives de l’auteur.

Trois écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Le culte de saint Rambert, de même que les lieux auquel il est attaché, ont fait l’objet d’une étude approfondie à laquelle nous devons de nombreuses informations sur le site qui nous occupe et à laquelle nous renvoyons le lecteur pour toute information complémentaire : Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995.

2 ... ecclesia Sanctorum Cosmæ et Damiani... (Mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. 1, p. 117).

3 Pour une description détaillée de l’église, cf. Carcel, 1981 et Carcel, s. d.

4 Les troubles de la fin du Moyen Âge sont marqués à Saint-Rambert même par le passage en 1361 d’une bande de Tard-Venus. Mathieu Gras qui teste alors précise qu’il va mourir maletratatum et vulneratum per Anglicos (Fournial, 1967, p. 326). Par la suite, les routiers sont de retour à Saint-Rambert le 25 janvier 1388 (Fournial, 1967, p. 332) et un testament de 1403 nous apprend que la cure du lieu a été brûlée per Anglicos (ADL, B 1883, f° 105).

5 Baud, Cornu, Martiniani-Reber, 1995, p. 63.

6 La « villeneuve » du pont de Loire est attestée dès 1295 (Dufour, 1946, p. 736).

Table des illustrations

Légende Fig. 197 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 462) : la ville du Pont Saint Rambert.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 198 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 199 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 200 - Vestiges de la première enceinte du bourg ecclésial, passage du Lavoir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 201 - L’église Saint-Rambert, face sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 202 - La façade occidentale de l’église Saint-Rambert et son clocher-porche. On remarquera la présence d’une bretèche à son sommet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 203 - Détail d’une ouverture de tir cruciforme sur le clocher-porche de l’église Saint-Rambert. L’ancrage du hourd est aussi visible.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 204 - Église Saint-Jean-Baptiste, façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 205 - Porte du XVe siècle, place de la Paix en avant de la porte sud-ouest de l’enclos primitif.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 206 - Vestiges de courtines et d’une tour de flanquement circulaire de l’enceinte urbaine, vue depuis le chemin de la Croix-Blanche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2958/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access