Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Sury-le-Bois

Paul Valette

Texte intégral

450. Le chatiau de Sury le Boys
Département : Loire ; canton : Feurs ; commune : Valeille

L’apport des sources écrites

1Le château de Sury-le-Bois, s’il n’a laissé que peu de vestiges visibles, n’en est pas moins un site forézien majeur, documenté par des sources écrites relativement fournies. Cette importance s’explique peut-être par le fait que ce château demeura durant tout le Moyen Âge entre les mains des comtes de Forez et qu’il constitua un des éléments du patrimoine familial auquel ceux-ci ont porté un réel intérêt, voire même un attachement indéniable. Dans ce cadre, le XVe siècle a probablement constitué son « âge d’or », le rattachement du Forez à la couronne royale en 1532 marquant le début de son déclin.

  • 1 En 1167, le comte de Forez est déjà en possession de Donzy. Dans ce cadre, la construction postérie (...)
  • 2 C’est ce que laisse supposer J.-M. De La Mure qui rapporte l’existence d’un « acte baptistaire tiré (...)
  • 3 Selon le même auteur (Broutin, 1883, p. 303), de nouvelles acquisitions forestières furent effectué (...)

2La première mention de Sury-le-Bois date de 1218. Néanmoins, l’acte ne mentionne pas explicitement le château. Le comte Guy déclare alors que la terre de la Brosse jouxtant Sury et d’autres biens furent vendus à Jarenton, prévôt de Sury, pour la somme de 34 livres (Chartes du Forez, n° 29). On peut penser que le château existe dès lors, puisqu’un prévôt est en poste à Sury. En fait, il est probable que le château de Sury soit une création du milieu du XIIe siècle, antérieurement à la construction de celui de Donzy, implanté dans le mouvement d’affirmation du comté sous le règne de Guy II (Perroy, 1966b, p. 693, note 60)1. Par la suite, dans le courant du XIIIe siècle, le château est mentionné à de nombreuses reprises. En 1226, il constitue, avec les châteaux de Saint-Héand et de Montrond, l’apanage viager de Renaud, archevêque de Lyon et frère de Guy III (Chartes du Forez, n° 1358). En 1239, Guy IV lègue ces mêmes possessions à Renaud, son fils cadet, en y rajoutant Virigneux (Chartes du Forez, n° 1386). Ce dernier, partant en croisade aux côtés de Louis IX, les attribue alors à son fils Louis, seigneur de Beaujeu (Chartes du Forez, n° 1485). Dans le dernier quart du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, c’est le comte Jean Ier qui est en possession du château2. Il semble avoir accordé une attention toute particulière à Sury-le-Bois où il étend ses droits et ses possessions. C’est ainsi qu’en 1308, il achète à la famille de Sainte-Colombe un corps de bâtiment ruiné qu’elle possédait à l’intérieur du castrum, moyennant la moitié des rentes et des dîmes de Sury-le-Bois (Broutin, 1883, p. 291). Par la suite, en 1311, il échange avec Raymond Athon, chanoine de Comminges, la moitié du château de Souternon contre divers biens et revenus situés dans plusieurs mandements dont Sury-le-Bois (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1318). Quelques années plus tôt, il avait acheté de grands tènements de forêts autour du château (Broutin, 1883, p. 297)3. Finalement, en 1324, Jean Ier attribue par voie testamentaire le château de Sury et celui de Saint-Héand à son fils Jean, chanoine de Notre-Dame de Paris, mais « pour la vie de celui-ci uniquement » (ADL, B 1842). Sans que l’on comprenne pourquoi, Jean Ier, qui décéda en 1333, le donne en 1331 à sa sœur, Isabelle de Forez, veuve de Bernard de Mercœur, en échange du château d’Ussel concédé par cette dernière à son neveu Guy, le futur comte Guy VII (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1956). Ensuite, en 1357, Jean II, fils cadet de Guy VII, le reçoit en viager de son père (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2756) et, lorsqu’il meurt sans postérité en 1372, il revient à Louis II de Bourbon, qui devient comte de Forez. Par la suite, le château ne quitte pas le giron comtal jusqu’en 1450, lorsque Charles Ier de Bourbon le remet en gage à Louis Maréchal, seigneur d’Apinac, comme caution d’un emprunt (Broutin, 1883, p. 303). Cependant, cet intermède est de courte durée, puisqu’en 1458 Jean II de Bourbon précise à propos de Sury-le-Bois

que nous avons recouvré et desgaigé des mains de nostre aimé et feal chevalier messire Louis Mareschal auquel feu nostre tres redoubté seigneur et père, que Dieu pardoine, avait bailhé en gage pour certaine somme d’argent nosdits chastels et chastellenie... de Sury le Bois (ADL, B 1844).

  • 4 Les séjours semblent néanmoins plus fréquents et surtout de plus longue durée au château de Cleppé, (...)

3Ce château, à l’image de celui de Cleppé, fut pour les comtes un lieu de résidence privilégié, ce que laisse clairement percevoir la documentation de la fin du XIVe siècle et de la première moitié du XVe siècle. Pour les époques antérieures, peut-être que Guigone de Forez, fille de Guy III, y aurait élu résidence dès 1215 (Broutin, 1883, p. 292). Par la suite des actes y furent émis par le comte en 1228 (Chartes du Forez, n° 315) et en 1260 (Chartes du Forez, n° 637). Au XIVe siècle, il est possible que le futur Guy VII y ait été baptisé, alors qu’Isabelle de Forez, sœur de Jean Ier, y serait née (Broutin, 1883, p. 294, 299). Les informations deviennent plus précises avec Anne Dauphine, dont des séjours avec tout ou partie de son commun sont attestés en 1385 (Comptes des dépenses et recettes de la duchesse de Bourbon, p. 300-307)4. Plus tard, Marie de Berry, épouse de Jean Ier de Bourbon, scelle des actes à Sury en 1426 et en 1428 (De La Mure, 1860-1897, t. III, p. 190, pièce n° 124 et p. 195, pièce n° 125). Il est probable que la fonction résidentielle de ce château comtal, qui ne fut jamais inféodé, ni durablement aliéné, lui conférait une valeur affective et symbolique forte. Nous ne possédons pas de témoignage postérieur et il semble bien qu’au-delà de 1450, le château ne fut plus guère fréquenté par les comtes : avec l’annexion du Forez au domaine royal, la situation de Sury change donc profondément, marquant une nouvelle étape dans son histoire.

  • 5 La limite était matérialisée par le ruisseau des Veauches.
  • 6 En 1317 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 350), 1322 (Fournial, 1967, p. 247), 1336, 1347, 1359, 136 (...)
  • 7 En 1394 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 82, note 37) mais aussi en 1485 (Broutin, 1883, p. 297).
  • 8 Le premier connu est Jarenton, cité dans une charte de 1218 (Chartes du Forez, n° 29). D’autres son (...)
  • 9 En 1343 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 403). En 1458, Merlin Danguy est nommé par le comte Jean I (...)
  • 10 Ils consistent en : 235 l. 8 s 7 d. ; 1 setier et 3 dements de froment ; 19 setiers, 5 dements, une (...)
  • 11 En 1484, lors de son second mariage avec Catherine d’Armagnac, Jean II de Bourbon assigne en douair (...)

4Le château de Sury-le-Bois était le siège d’une châtellenie, attestée depuis le milieu du XIIIe siècle. Son ressort était limité à l’est par les mandements de Virigneux et de Bellegarde (Chartes du Forez, n° 72, n° 1448) et englobait ainsi les paroisses de Valeille (Chartes du Forez, n° 1444) et une partie de celle de Saint-Cyr-les-Vignes (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 6449). Au nord, il atteignait les portes de Feurs et le mandement de Donzy (ADL B 2094)5. À l’ouest et au sud, les limites sont moins bien identifiées. À l’ouest, la châtellenie devait englober les paroisses de Saint-Laurent-la-Conche et atteindre ainsi la Loire ; au sud, toutefois, elle ne comprenait pas le fief de La Liègue, rattaché au mandement de Bellegarde (Épinat, 1975). Ainsi, le château de Sury-le-Bois contrôlait un territoire s’étendant sur environ cinq kilomètres autour de lui. Des textes, essentiellement du XIVe siècle, nous livrent les noms du personnel assumant des charges administratives au sein de la châtellenie : le châtelain, bien entendu6, qui prend aussi en charge la fonction de capitaine lors des périodes d’insécurité à la fin du siècle7, le prévôt8 ou encore le sergent9. Les revenus de la châtellenie sont connus pour l’année 1322 (Broutin, 1883, p. 298)10 : les revenus en numéraire représentent la moitié de ceux de la châtellenie urbaine voisine de Feurs, mais par contre ils sont nettement plus importants que ceux des châtellenies de Chambéon ou de Donzy, par exemple ; l’importance économique de Sury-le-Bois était donc loin d’être négligeable pour le comte11.

5Le château de Sury-le-Bois est implanté dans la paroisse Saint-Pierre de Valeille. Cette église demeure le centre paroissial durant tout le Moyen Âge (Dufour, 1946, p. 1012-1013), et jamais le modeste castrum qui se développe à Sury n’induit de déplacement de ce dernier. La fondation du castrum n’entraîne que la création de la capella Beate Marie, dont l’existence est attestée tardivement, en 1270 (Chartes du Forez, n° 1485). C’est donc une évolution bien différente de celle que connaissent d’autres castra parvenant à provoquer un déplacement du centre paroissial ancien, mais la situation de Sury est probablement la plus répandue. Sans doute que l’essor du village aggloméré autour du château n’est pas suffisant, son développement démographique et économique demeurant médiocre, malgré le lustre que prend le château.

La représentation de l’Armorial

6La figuration de la vignette, qui met bien en valeur l’accès au château, a probablement été dessinée depuis le sud-ouest (fig. 116). L’environnement forestier est bien suggéré, particulièrement sur la gauche. Il en est de même de l’habitat installé dans la périphérie du château et dont l’organisation évoque celle de hameaux implantés le long d’un réseau de chemins particulièrement fourni.

Fig. 116 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 450) : le chatiau de Sury le Boys.

7La fortification, de forme grossièrement circulaire, est constituée d’une muraille crénelée précédée d’un système de défense élaboré. Elle est entourée d’un fossé (où l’eau n’est pas figurée) sur la contrescarpe duquel on a édifié une palissade constituée de gros madriers de bois sans doute fixés sur des traverses horizontales. Une double rangée d’arbres élevés (peupliers), plantés en quinconce, la dissimule au regard et peut constituer un obstacle supplémentaire pour briser l’élan d’éventuels assaillants et rendre l’usage de machines de guerre plus difficile. La courtine, qui n’est percée d’aucune archère, ne comporte pas de tours mais quatre échiffes sont disposées régulièrement sur son périmètre. Ce sont des constructions de plan carré relativement légères, en bois, percées de quatre ouvertures et couvertes d’un toit à quatre pans. La seule tour bien mise en évidence est une tour-porche de forme quadrangulaire dont la partie haute s’ouvre sur l’extérieur par une petite ouverture, sans doute pour éclairer un étage ou un escalier donnant accès aux hourds qui la surmontent. Ceux-ci sont de même facture que les échiffes mais de dimensions un peu plus grandes (quatre ouvertures sur la longueur, trois sur la largeur). Une sorte de petit clocher de plan carré, édifié lui aussi en bois, rehausse encore l’ensemble. C’est le seul élément architectural de ce type visible sur la vignette. Peut-être faut-il en conclure que le château ne comportait qu’une seule porte. Au-delà du fossé, une barbacane protège cette porte. C’est une construction de forme carrée et comportant une façade presque entièrement en bois, à moins qu’il ne s’agisse d’un imposant portail à double battant. Mais le chemin d’accès figuré sur la vignette n’y conduit pas ; il mène à une petite porte latérale. Une petite tour dont la base est percée d’archères défend ce passage. L’espace intérieur de la barbacane peut être entièrement isolé car un portail le ferme en direction des fossés. Ce portail s’ouvre sur un vestibule de bois dont le plancher, qui recouvre la moitié de la largeur du fossé, est soutenu par des madriers plantés dans le sol. Il se prolonge au-delà par un pont-levis, actionné grâce à un système à bascule et représenté abaissé.

8À l’intérieur de l’enceinte, dont l’espace semble saturé, des maisons forment un ensemble dense dont l’organisation apparaît passablement anarchique. Un seul édifice est clairement identifiable : c’est la chapelle, située à gauche de l’entrée, que surmonte un clocher-mur à deux arcades et un pignon triangulaire. Il est difficile de distinguer une hiérarchie au sein de l’habitat, même si certaines maisons apparaissent de dimensions plus importantes que d’autres. Aucun donjon n’est représenté. Cependant cinq grandes cheminées à deux niveaux signalent la présence à l’arrière-plan d’un grand bâtiment rectangulaire malheureusement difficilement visible dans la perspective. Il s’agit peut-être du logis seigneurial (Piponnier, 1992, p. 96).

Les données archéologiques et le parcellaire

  • 12 Ce sont essentiellement des terriers : 1357 (ADL, B 2089), 1392-1396 (ADL, B 2091), 1463-1468 (ADL, (...)

9Rien ne signale plus aujourd’hui de manière significative la présence du château comtal et le parcellaire même demeure difficile à comprendre ; une partie de son emprise étant occupée par des bâtiments agricoles modernes. La documentation écrite peut néanmoins permettre une tentative de restitution du site12.

  • 13 C’est le cas d’une étroite ouverture, une fente de jour, aujourd’hui murée, mais bien visible de l’ (...)
  • 14 Les terriers exploités ci-après ne mentionnent, en effet, toujours qu’une porte, au singulier.

10Si aucun vestige bâti n’est visible, ou presque, la limite du site, soulignée par une haie vive ou un rideau d’arbres, a laissé sa marque dans le sol et le parcellaire (fig. 117, 118). Décrivant une courbe significative, cette ligne est doublée par un creux nettement marqué, dont la largeur peut atteindre une dizaine de mètres : c’est l’emplacement du fossé, la doa castri contre laquelle Pierre Ancelin tient des maisons en 1357 (ADL, B 2089). Comme pour les autres châteaux ceints de fossés en eau, ces derniers sont autant de viviers et, en 1480, ces douves sont affermées pour la pisciculture durant trois ans pour la somme de 4 livres tournois (Fournial, 1967, p. 692). Il est ici probable que le tracé du rempart, le vintenum (ADL B 2094), soit encore conservé à l’ouest et partiellement au sud-est, constituant les murs arrière des bâtiments d’exploitation (fig. 119), ainsi que les visites du site au XVIIIe siècle (ADL, B 2298) nous le rappellent, alors que quelques vestiges d’ouvertures anciennes, manifestement en place, témoignent de l’ancienneté du mur13. Les jardins situés au pied de cette façade occupent l’emplacement de l’ancien fossé, dont la mare située à gauche de l’entrée actuelle de l’exploitation garde le souvenir. Le fossé s’interrompt au nord, où se situait l’entrée du château. La porte unique14 devait probablement se trouver dans l’axe du chemin rural actuel, probable héritier du chemin médiéval vers Feurs (ADL, B 2094). Ainsi délimitée, l’enceinte circonscrivait un espace circulaire d’environ 100 m de diamètre, soit une superficie d’environ 6 300 m², proche de celle estimée en 1759 (5 800 m²) (ADL, B 2298).

Fig. 117 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 118 - Extrait du plan cadastral du début du XIXe siècle.

Fig. 119 - Vestiges de l’enceinte du castrum de Sury. Au premier plan, une ouverture de tir.

  • 15 En 1463, Clément Girod reconnaît une maison « près du chemin allant de la porte du château aux degr (...)

11L’un des éléments principaux du château est la « grande tour » (ADL, B 2094). Le qualificatif qui est employé pour la désigner pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un donjon, d’autant que son accès se faisait au premier niveau, auquel on montait par des degrés15. Pourtant, rien n’atteste l’existence d’un tel donjon, qui ne figure pas non plus sur le dessin de l’Armorial. La « grande tour » en question est donc probablement la tour-porte visible sur le dessin, l’escalier n’étant autre que l’accès au chemin de ronde qui se fait à ce niveau, ainsi que le signale le terrier du XVIe siècle mentionnant

  • 16 Reconnaissances de Pierre Cardinal et de Mathieu Perier.

la charrière pour monter sur les murailles ainsi que l’eschialle du vinteyn (ADL, B 2239)16.

  • 17 Procès-verbal de prise de possession de la seigneurie de Sury-le-Bois par Hugues d’Espinasse.
  • 18 Il est qualifié de « logis de Monseigneur » au début du XVIe siècle.
  • 19 En 1394, un preffait (prix-fait) est négocié entre Durant Conte, charpentier à Feurs, et le maître (...)
  • 20 En 1463, reconnaissance de Pierre Bonhomme pour une maison, jardin et place, situés juxta... estras (...)
  • 21 ... d’un même côté, il s’est trouvé des masures ou fondements de murailles d’un grand corps de logi (...)

12Au début du XVIIIe siècle, il est d’ailleurs encore question d’une tour carree servant d’entree audit Sury (ADL, B 2204)17. Parallèlement, un logis seigneurial est attesté18, dont nous savons seulement qu’il comportait une salle haute et une salle basse (Fournial, 1967, p. 661)19, et que la première devait être précédée d’une galerie en bois (ADL, B 2094)20. À ces éléments militaires ou résidentiels, il faut associer des bâtiments de service comme les fenarium et stabulum domini comitis mentionnées au milieu du XVe siècle (ADL, B 2096). On apprend en 1667 que la chapelle est proche du logis21. La vignette nous la présente d’ailleurs mitoyenne d’un grand bâtiment qui peut tout à fait être la résidence comtale. Il est cependant difficile de préciser quoi que ce soit sur son architecture. On sait seulement qu’en 1554 elle est prolongée par une structure de bois située au sud, puisque Jean Gervais reconnaît alors une maison proche

des galeries qui sont devant ladite chapelle de vent (ADL, B 2237).

13Il est difficile de cerner si ces éléments, probablement groupés dans un secteur proprement seigneurial, formaient un château au sens réduit du terme. En effet, au sein du castrum, la documentation ne mentionne jamais de fortalicium ou de castellum qui pourraient renvoyer à l’existence d’un tel noyau et tout laisse penser que Sury est un exemple rare de castrum sans château à proprement parler et sans donjon. Seule la visite du site de 1667 (Viallard, 1992, p. 38 ; ADL, B 2202, f° 14 r°-15v°) mentionne « un pont-levis pour entrer dans ledit corps de logis », laissant penser qu’une fortification du quartier comtal existe bien. C’est toutefois un signe ténu et le dessin de la vignette laisse bien entrevoir un site où n’apparaît que la fortification « commune » du castrum.

14Outre les bâtiments comtaux, l’espace de ce petit castrum était occupé par plusieurs maisons villageoises. Le terrier de 1463 (ADL, B 2094 à 2096) mentionne ainsi l’existence de trois maisons et un jardin appartenant à des particuliers dont un notaire. Au milieu du XVe siècle, l’espace ne semble pas encore saturé, puisqu’en 1461 un bail est passé entre le comte et Barthélemy Colnerari

« pour un emplacement renfermé par le château » (Broutin, 1883, p. 290).

15Par ailleurs, un habitat s’est développé dans le proche environnement du château (ante portam castri, in suburbio castri Suriaci, juxta la doa castri Suyriaci) et le long des chemins conduisant à Feurs, Valeilles ou Saint-Cyr-les-Vignes. Le nombre et la concentration de ces établissements devaient être suffisants pour qu’en 1463 ils constituent le burgus Suriaci Bosci.

16Le site de Sury est pour le moins surprenant. Vaste enceinte dans un secteur de laquelle sont implantés les bâtiments comtaux, Sury n’est donc pas un château au sens strict du terme. Il est néanmoins impossible de comprendre pourquoi on rencontre cette disposition rare, d’autant plus qu’il est difficile de l’étudier matériellement dans la mesure où les vestiges sont extrêmement ténus.

17La vignette de l’Armorial nous donne une image du château de Sury-le-Bois à l’époque où les comtes de Forez allaient certainement cesser de le fréquenter. Compte tenu du rôle qu’il a joué dans l’histoire de ceux-ci, il ne fait pas de doute que l’auteur de l’Armorial n’a pu négliger ce site et qu’il a dû se rendre sur place. Cela explique que sa représentation apparaisse proche de la réalité que les textes permettent d’entrevoir. Les éléments majeurs, à savoir l’enceinte, la tour-porche carrée, la chapelle, le logis seigneurial, sont figurés et à leur place. La documentation, elle, est muette en ce qui concerne la palissade, qui ceinture le rempart, et la barbacane. Par contre, l’importance et la densité de l’habitat à l’intérieur de l’enceinte sont exagérées. Sans doute cela participait-il du prestige qu’il convenait d’attribuer à ces lieux.

Notes

1 En 1167, le comte de Forez est déjà en possession de Donzy. Dans ce cadre, la construction postérieure d’une forteresse entre Saint-Galmier et Donzy paraît donc totalement inutile.

2 C’est ce que laisse supposer J.-M. De La Mure qui rapporte l’existence d’un « acte baptistaire tiré d’un vieux missel qui est marqué avoir autrefois servi en la chapelle ancienne de Sury-le-Bois » attestant le baptême dans cette chapelle de Guy (futur Guy VII), fils du comte Jean Ier et d’Alix de Viennois » (De La Mure, 1860-1897, t. III, p. 114).

3 Selon le même auteur (Broutin, 1883, p. 303), de nouvelles acquisitions forestières furent effectuées en 1462. Les activités de chasse ne sont certainement pas étrangères à ces faits.

4 Les séjours semblent néanmoins plus fréquents et surtout de plus longue durée au château de Cleppé, sans doute plus vaste et plus confortable que celui de Sury-le-Bois.

5 La limite était matérialisée par le ruisseau des Veauches.

6 En 1317 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 350), 1322 (Fournial, 1967, p. 247), 1336, 1347, 1359, 1364 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 398, 407, 437, 450).

7 En 1394 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 82, note 37) mais aussi en 1485 (Broutin, 1883, p. 297).

8 Le premier connu est Jarenton, cité dans une charte de 1218 (Chartes du Forez, n° 29). D’autres sont cités en 1344, 1347, 1353, 1355, 1368, 1393 (de La Mure, 1860-1897, t. I, p. 404, 407, 412, 413, 454 et t. II, p. 82, note 2). À cette date le prévôt est aussi « clerc du papier ».

9 En 1343 (De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 403). En 1458, Merlin Danguy est nommé par le comte Jean II aux offices de « prévôt et receveur du château et de la châtellenie de Sury-le-Bois et à la garde de la porte et des prisons dudit château et des bois et forêts de la châtellenie » (ADL, Inventaire série B, B 1844).

10 Ils consistent en : 235 l. 8 s 7 d. ; 1 setier et 3 dements de froment ; 19 setiers, 5 dements, une coupe de seigle ; 52 setiers, une coupe, 1 dement d’orge et d’avoine ; 3 barails de vin ; 135 poules ; 7 porcs ; 10 lapins ; 26 chards, 120 faits de foin.

11 En 1484, lors de son second mariage avec Catherine d’Armagnac, Jean II de Bourbon assigne en douaire à sa future épouse 40 000 livres tournois à prendre sur les terres de Cleppé et de Sury-le-Bois (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 6876).

12 Ce sont essentiellement des terriers : 1357 (ADL, B 2089), 1392-1396 (ADL, B 2091), 1463-1468 (ADL, B 2094 à 2096). Pour le XVIe siècle : 1510-1523 (ADL, B 2099), 1553-1554 (ADL, B 2236-2237 et B 2238-2239). Il en existe un seul pour le XVIIe siècle (ADL, B 2240).

13 C’est le cas d’une étroite ouverture, une fente de jour, aujourd’hui murée, mais bien visible de l’extérieur du mur. Elle est construite avec des blocs de granit soigneusement taillés et son archivolte, incomplète, pouvait être monolithe. Son caractère médiéval est indéniable. Elle suppose qu’un bâtiment était alors accolé en cet endroit à l’intérieur du rempart.

14 Les terriers exploités ci-après ne mentionnent, en effet, toujours qu’une porte, au singulier.

15 En 1463, Clément Girod reconnaît une maison « près du chemin allant de la porte du château aux degrés de la grande tour » (ADL, Inventaire série B, B 2095).

16 Reconnaissances de Pierre Cardinal et de Mathieu Perier.

17 Procès-verbal de prise de possession de la seigneurie de Sury-le-Bois par Hugues d’Espinasse.

18 Il est qualifié de « logis de Monseigneur » au début du XVIe siècle.

19 En 1394, un preffait (prix-fait) est négocié entre Durant Conte, charpentier à Feurs, et le maître d’hôtel d’Anne Dauphine pour carroner la salle basse de Sury-le-Bois.

20 En 1463, reconnaissance de Pierre Bonhomme pour une maison, jardin et place, situés juxta... estras seu gallerias domini nostri ducis ex meridie. Le terme estras correspond certainement à celui d’etras qui désigne en langue vernaculaire « un balcon en bois, sous l’avant-toit, auquel on accède par un escalier droit » (Gonon, 1947, p. 83). En 1554, reconnaissance de Jean Gervais pour une maison joignant la chapelle de Sury, de matin et vent, les galeries qui sont devant ladite chapelle de vent (ADL, B 2237).

21 ... d’un même côté, il s’est trouvé des masures ou fondements de murailles d’un grand corps de logis et d’une chapelle... (Viallard, 1992, p. 38 ; ADL, B 2202, f° 14 r°-15v°).

Table des illustrations

Légende Fig. 116 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 450) : le chatiau de Sury le Boys.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 117 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 118 - Extrait du plan cadastral du début du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 119 - Vestiges de l’enceinte du castrum de Sury. Au premier plan, une ouverture de tir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

Auteur

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access