Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Souternon

Chantal Delomier

Texte intégral

444. Le chatiau de Sautrenon
Département : Loire ; canton : Saint-Germain-Laval ; commune : Souternon

L’apport des sources écrites

1L’obéance de Souternon apparaît dans le traité de 1173, comme limite orientale des biens d’outre-Loire échangés par l’Église de Lyon avec le comte de Forez, lorsque l’archevêque cède au comte tout ce qu’il possède au-delà de la Loire (ne se réservant que les rentes de Saint-Jean-la-Vestre) :

... dominus archiepiscopus et Ecclesia concesserunt comiti quicquid ipsi vel alius nomine eorum trans Ligerim possidebant, silicet obedientiam de Nerviaco et de Salternone … usque Amionnem et usque Ulferiacum (Chartes du Forez, n° 4, p. 2).

  • 1 Cf., infra, ADL, B 2088.
  • 2 Mention de l’Ospitale de Sotreneon en 1390 (ADL, Inventaire sommaire de la série B, t. II, p. 186).

2L’échange ne touche ni les églises, ni les chapellenies qui restent à l’archevêque, et lors de la compilation du pouillé de 1225, l’église paroissiale est à la nomination de Garin, sénéchal du réfectoire du chapitre de Lyon, comme celles de Nervieux, Cezay, Ailleux et Saint-Martin-la-Sauveté (Charte du Forez, n° 901, p 18). À la fin du XIIIe siècle, ce lieu de culte reçoit évidemment des legs testamentaires dont celui d’Alice, veuve du chevalier Pons de Pierrelatte (Chartes du Forez, n° 720). Un peu plus tard, en 1310, un autre testament mentionne à Souternon deux églises sous les vocables de Saint-Jean et de Saint-Étienne (ADL, B 1851, f° 22 v°). Plus précisément, le vocable de l’église paroissiale est Saint-Jean-Baptiste, comme l’indique un autre testament du XIVe siècle (ADL, 1858, f° 102 v°). Quant au vocable Saint-Étienne, il s’attacherait plutôt à une chapelle, comme semble l’attester un article d’un terrier du milieu du XVe siècle1. On note encore la mention d’un hôpital à Souternon à la fin du XIVe siècle2.

  • 3 Voir, supra p. 109 et suivantes, la notice consacrée à Saint-Germain-Laval, p. 440 de l’Armorial.

3Le château de Souternon est probablement érigé, comme le château voisin de Grézolles, vers le milieu du XIIIe siècle avec l’aide du comte de Forez dans le cadre de l’aménagement des défenses septentrionales du Forez (De Boos, 1998). Selon Salomon, les Savigny en auraient été seigneurs au XIIIe siècle, avant qu’il ne passe à Girin d’Amplepuis, sénéchal de Beaucaire, l’un des exécuteurs testamentaires du comte Guy VI en 1278 (Salomon 1916-1926). Pourtant, le comte de Forez conservait la seigneurie de la paroisse, au moins la haute justice sur l’ensemble et la moitié du château. Souternon était donc un domaine comtal, concédé en fief à un fidèle, à charge pour lui d’y établir un château destiné à surveiller non seulement les limites du Roannais, mais aussi Saint-Germain-Laval, et dont Guy V avait dû se défaire, très à regret, pour désintéresser ses cousins Baffie, en 12443. Girin d’Amplepuis laissa un fils, Étienne dit Glairon, qui mourut sans postérité, et deux filles, Princesse et Alix. Souternon revint à Princesse, qui s’allia dans la maison d’Achon d’Espeleu ; elle eut une fille, Sybille, et un fils, Raymon d’Achon. En 1311, celui-ci était chanoine de Comminges lorsque le comte Jean Ier lui délaissa la moitié du château de Souternon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1313), dont en 1337, devenu évêque d’Auvergne, il renouvela l’hommage au comte Guy VII. À sa mort, Souternon revint à son cousin Jean Foudras, fils de sa tante Alix d’Amplepuis et de Perronin Foudras, chevalier originaire du Beaujolais. Jean Foudras mourut en 1362, captif en Angleterre après la bataille de Poitiers, laissant sa femme Jeanne Boissonne d’Augerolles tutrice de ses enfants mineurs. Peu après, celle-ci se remaria avec Jean Des Combes, damoiseau de fraîche date, qui s’intitula seigneur de Souternon ; mais la seigneurie revint à Antoine Foudras, également seigneur de Courcenay et de Contenson, qui épousa en 1379 Jeanne de Varey, puis à leur fils Guichard, dit de Rochefort (De Boos, 1998). Mais Souternon était aussi un élément du patrimoine des comtes de Forez. En 1324, lorsque le comte donne à son fils Renaud la succession de sa mère Alix de Viennois, à l’occasion de son mariage avec Marguerite de Savoie, il en complète le revenu par deux mille livres tournois de rente à prendre sur les châteaux et mandements de Saint-Germain-Laval, Souternon, Bussy, Cleppé, Bellegarde et Le Fay (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1735). Cinq ans plus tard, Renaud de Forez prête hommage au comte pour ces châteaux, en y ajoutant Rochebloine en Vivarais (ADL, B 2001). Après la mort du comte Jean, une transaction entre le nouveau comte, Guy, et Renaud, son frère, règle en 1337 l’exécution du testament de leur père : les deux milles livres tournois de rente assignées à Renaud restent effectivement assises sur les châteaux de Rochebloine, Malleval, Le Fay, Bellegarde, Cleppé, Bussy, Souternon et sur la maison de La Voûte, mais des restrictions touchent alors le château de Saint-Germain-Laval (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2148). Pour renforcer leurs droits à Souternon, les comtes de Forez achètent les droits du lignage de Crussol sur le lieu, à la suite de plusieurs transactions dans les années 1343-1344 (Titres de la maison ducale de Bourbon, nos 2353, 2359, 2360). Un siècle plus tard, en 1437, le duc de Bourbon, comte de Forez, remet à Paillart, seigneur d’Urfé, sa terre et seigneurie de Bussy et la moitié de celle de Souternon, sous réserve de foi et d’hommage contre des fonds et des droits en Bourbonnais, une quittance de sept cents livres tournois et une promesse de restitution si Paillart mourait sans descendance mâle. Finalement, cette proposition s’avérant fort désavantageuse pour le duc, elle se solde par son annulation en 1438 (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 5553) et en 1444, la veuve de Paillart, Isabelle de Blot, renonce définitivement à l’échange en son nom et au nom de ses enfants (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 5732).

4Souternon constituait un des maillons de la défense du Forez et les comtes semblent avoir veillé à son bon fonctionnement ; ainsi, le duc Louis II y nomme un capitaine-châtelain en 1390, Guillaume Rajace. En 1440, au moment de la Praguerie, le duc Charles Ier et le dauphin Louis y placent des troupes qui ne sont pas utilisées et sont désarmées après la paix de Cusset le 15 juillet 1440. Après avoir appartenu aux Urfé au XVIe siècle, Souternon passe au siècle suivant au de La Chaize puis au XVIIIe siècle aux Sugny (De Boos, 1998 ; archives privées Sugny).

5Pour approcher au travers des sources écrites la topographie du bâti médiéval, il ne subsiste qu’un terrier daté de 1447 (très proche chronologiquement donc de l’Armorial) où les biens reconnus donnent quelques indications sur la répartition de l’habitat et leur position intra ou extra muros. Ainsi lorsqu’un damoiseau, Pierre de Charbonnières, reconnaît tenir une maison dans le castrum près du mur du vintain à l’ouest, de la chapelle Saint-Étienne et de la tour au nord, on peut replacer son bien à l’extrémité nord-ouest de la parcelle 109. Le confront du mur du vintain à l’ouest ne pose aucun problème de report sur la vignette et les plans cadastraux et la présence d’une tour au nord peut être également confirmée par le dessin. Un autre bien est reconnu à proximité de la route allant du cimetière ancien au four du lieu ; puis, un tenancier dit avoir une maison près du chemin public et juxta secundam portam dicti castri, enfin, une rue est signalée, allant du château à l’église (ADL, B 2088).

La représentation de l’Armorial

6Le château et le village sont représentés en direction du sud-est, depuis un point probablement situé près de la route menant à Saint-Polgues (fig. 74). Le dessinateur a légèrement déplacé l’église vers la droite : même en tenant compte du fait que les bâtiments du château n’avaient pas le même aspect qu’aujourd’hui, sa masse ne permettait pas, depuis le point choisi, de distinguer aussi nettement ce sanctuaire (De Boos, 1998). Le dessin apparaît très simple et marqué par trois ensembles majeurs rapidement identifiables : un espace enclos, une église et un habitat extra muros.

Fig. 74 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 444) : le chatiau de Sautrenon.

7Au centre de l’image, s’élève, protégée par de très larges fossés, une haute enceinte ovoïde. La base de celle-ci repose sur un plan incliné, que l’on peut, peut-être, interpréter comme le glacis maçonné de l’escarpe. La morphologie de la tour portière qui s’implante profondément dans cette structure appuierait cette hypothèse. La contre-escarpe du fossé est sommée d’un mur bas jouant le rôle de braie. La hauteur du crénelage de l’enceinte varie sur son tracé ; la partie étroite et haute comportant quatre créneaux, sur le flanc ouest de l’enceinte, pourrait correspondre à la tour indiquée en confront nord de la maison appartenant au damoiseau de Charbonnières et mentionnée ci-dessus. Une échiffe flanque aussi l’enceinte à son angle sud-est. Le rempart semble s’ouvrir par une porte unique qui s’inscrit dans une haute tour quadrangulaire surmontée de hourds couverts d’un toit portant deux étendards aux armes des ducs de Bourbon. Une bretèche défend en outre la porte, immédiatement au-dessous des hourds. Un pont à tablier mobile, protégé d’une palissade le long de sa partie fixe, permettait de franchir le fossé. À l’intérieur de l’enceinte se distinguent quelques maisons dont une dotée d’une tour ronde, peut-être un escalier en vis. La présence de deux ouvertures de faibles dimensions à proximité de la porte, de deux baies à traverse et de deux latrines, en encorbellement, au sud-est, indiquent l’existence de bâtiments construits en appui contre la courtine. Un très haut donjon carré émerge de l’enceinte. Il possède deux niveaux, percés de fenêtres à meneaux sur la façade principale et d’ouvertures à simple traverse sur le côté occidental. Cette tour maîtresse est sommée d’un hourd et couvert d’une toiture à quatre pans.

8Hors les murs, autour d’un carrefour et le long d’un chemin, se développe un village d’une douzaine de maisons dont la représentation correspond tout à fait au stéréotype des maisons de l’Armorial. Un peu à l’écart du village se dresse l’église Saint-Jean-Baptiste. Il s’agit d’un petit édifice comportant une nef à deux travées, une abside semi-circulaire et un clocher-peigne à deux baies en façade. Les baies latérales du chœur et du clocher paraissent romanes. La maison qui jouxte cette église au nord pourrait être le presbytère. Les voies de communication sont particulièrement bien traitées ; elles sont soulignées par un double trait de plume, dont le remplissage sépia foncé marque probablement l’emplacement d’une haie tressée bordant les chemins. Ces axes sont d’ailleurs superposables au cadastre ancien et au terrier du milieu du XVe siècle.

Les vestiges archéologiques et le parcellaire

9Le tracé de l’enceinte du castrum de Souternon est aisément identifiable grâce au parcellaire napoléonien, où elle prend un aspect sub-circulaire, et grâce aux vestiges en élévation (fig. 75, 76). En effet, celle-ci est assez bien conservée, sauf sur sa face ouest où elle a été démolie pour faire place à un long bâtiment de communs, perpendiculaire à l’église. Une tour de flanquement existe encore au sud. Le carrefour placé en avant de la porte sur la vignette se retrouve à l’identique sur le cadastre du XIXe siècle et sur le cadastre actuel : c’est le point de convergence vers la D26 de différents chemins ruraux venant de l’ouest, du nord et du sud. Il permet de localiser avec exactitude l’entrée principale du site au Moyen Âge. La tour-porte figurant sur l’Armorial a été démolie mais sa base est conservée et sert aujourd’hui de terrasse en avancée vers le bourg ; l’entrée elle-même se fait désormais sur la façade sud par un portail datant du XIXe siècle (fig. 77). Le fossé est encore visible sur tout le contour de la plate-forme sauf au nord, à l’emplacement de la porte et à l’ouest, du côté de l’église, où l’espace se resserre jusqu’à devenir plus étroit qu’il n’y paraît sur le dessin de l’Armorial (fig. 79, 80, 81). Au sud, un très fort glacis conforte le mur de clôture. Il ceinturait probablement la totalité de l’enceinte mais disparaît sous les remblais et la végétation.

Fig. 75 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 76 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 77 - Le châtelet d’entrée actuel au sud.

Fig. 78 - Le donjon, face sud.

Fig. 79 - Le talutage de l’enceinte sud.

Fig. 80 - Tour de flanquement sur l’enceinte sud, talutage et fossé.

Fig. 81 - Tour de flanquement et emprise du fossé sur l’enceinte sud.

10La restructuration du bâti à l’intérieur du castrum a épargné deux éléments médiévaux : le donjon et une partie du corps de logis sud adossé au rempart. Le donjon quadrangulaire, élément central de l’ensemble castral, est actuellement englobé dans le corps de logis central, dont il occupe le quart sud-ouest (fig. 78). Son enveloppe extérieure est intégralement conservée et les niveaux et les ouvertures correspondent approximativement au dessin de l’Armorial. Les fenêtres à meneaux et traverses ont, toutefois, été remplacées en 1850, par d’autres baies d’un modèle identique. Cependant, pour ce détail, la vue de l’Armorial pourrait être fausse : le dessinateur aurait, semble-t-il, retourné les faces du donjon afin d’en présenter les ouvertures principales dans l’axe de l’entrée. En effet, à l’intérieur du donjon, sur le flanc oriental les fenêtres à simples traverses existent toujours, bouchées et servant de placards ou utilisées comme portes d’accès au corps de logis appliqué contre lui. Le donjon, divisé en quatre niveaux desservis par un vaste escalier du XIXe siècle, a conservé une ouverture ancienne en plein cintre sur sa face ouest, au rez-de-chaussée, marquant l’entrée basse de cette construction. Cette ouverture s’implante directement sur le rocher qui affleure à cet endroit. La parcelle placée à droite de l’entrée actuelle contient assez d’éléments convergents pour y replacer une vaste cuisine au bas Moyen Âge. Une grande cheminée, sans caractère décoratif (ni mouluration, ni blason central) mais contenant trois fours, est appliquée contre le refend nord-sud de l’édifice ; un puits et un évier sous fenêtre (remaniée) ouvrant au nord complètent ce dispositif à caractère culinaire. La partie supérieure du bâtiment, entièrement reconstruite, ne livre aucune information supplémentaire.

11L’église Saint-Jean-Baptiste conserve des éléments médiévaux ; elle a toutefois été agrandie, au XVIIIe et au XIXe siècle, par le prolongement de la nef, la construction d’un nouveau clocher et de bas-côtés. La chapelle Saint-Étienne et l’hôpital attestés tous deux au XIVe siècle ont totalement disparu.

12À Souternon, un château est venu s’implanter, peut-être au XIIIe siècle, à proximité d’une ou sans doute plutôt deux églises d’origine altimédiévale, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Étienne. Les vestiges conservés ainsi que l’analyse du plan parcellaire du XIXe siècle permettent d’affirmer la fiabilité générale de la représentation de l’Armorial.

Page 444
LE CHATIAU DE SAUTERNON

Étude héraldique

801. Guichard de Rochefort

de gueules à la fasce de sable, au chef d’argent.
Guichard Poudras, dit de Rochefort (mort après 1452), fils d’Antoine Poudras, seigneur de Courcenay, et de Jeanne de Varey. Il épousa en 1424 Lionette de Salamar, fille de Guillaume de Salamar, seigneur du Ressis, et d’Antoinette de Varennes. Il était seigneur de Courcenay et de Souternon. Dans le Philocarité, ces armes sont blasonnées d’azur à troys barres d’argent ; le terme « barres » signifiant ici fasces. À l’époque moderne, les armes de Poudras étaient décrites fascé d’argent et d’azur. Celles que portaient ici Guichard étaient, ou bien une version ancienne, ou une brisure des armes de la branche aînée de sa famille demeurée en Beaujolais.
• Philocarité, 32.
• Gras, 1874, p. 115 ; Salomon, 1916, 1922, 1926, t. II, p. 371-373 ; Perroy, 1977, t. II, p. 805-806.

Trois écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Cf., infra, ADL, B 2088.

2 Mention de l’Ospitale de Sotreneon en 1390 (ADL, Inventaire sommaire de la série B, t. II, p. 186).

3 Voir, supra p. 109 et suivantes, la notice consacrée à Saint-Germain-Laval, p. 440 de l’Armorial.

Table des illustrations

Légende Fig. 74 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 444) : le chatiau de Sautrenon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 75 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 76 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 77 - Le châtelet d’entrée actuel au sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 78 - Le donjon, face sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 79 - Le talutage de l’enceinte sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 80 - Tour de flanquement sur l’enceinte sud, talutage et fossé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 81 - Tour de flanquement et emprise du fossé sur l’enceinte sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2939/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access