Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Saint-Just-en-Chevalet

Christophe Bouillon et Clément Mottin

Texte intégral

442. Saint Just en Chevallet
Département : Loire ; canton : Saint-Just-en-Chevalet ; commune : Saint-Just-en-Chevalet

L’apport de la documentation ancienne

  • 1 Eldiart, veuve d’Artaud de Saint-Haon, prenant le voile, donne tous les biens provenant de son héri (...)
  • 2 Ceux-ci sont obligés de monter à « La Conche » pour s’en procurer, cf. de nombreuses délibérations (...)
  • 3 L’acte de 1128 précédemment cité donnant toutefois peut-être une piste.
  • 4 Cette liste est dressée vers 1316, mais d’après un rôle et un registre eux-mêmes dressés vers 1260.

1Les premières mentions de Saint-Just-en-Chevalet remontent à la fin du XIe siècle. L’église Saint-Just (de Sancto Justo in Chivallet) apparaît dans la pancarte du droit de cire et d’encens dû à l’Église de Lyon, datée de la fin du XIe siècle (Cartulaire de Savigny, t. 2, p. 1056). La châtellenie de Saint-Just-en-Chevalet est ensuite mentionnée dans un acte de 11281. Il semble donc exister sur le site au moins dès la fin du XIe siècle, à la fois un château et une église dédiée à Saint-Just. É. Fournial fait de celle-ci le noyau de peuplement primitif autour d’un carrefour routier, appelé « Le Trève », mais cette hypothèse est très discutable car ce carrefour ne présente aucun intérêt topographique et encore moins hydraulique si on se réfère aux demandes incessantes des habitants de ce quartier jusqu’à la fin du XIXe siècle pour qu’on leur amène l’eau2. Le bilan des critères habituels favorables à la création d’une agglomération est donc ici très faible, alors que d’autres emplacements sur lesquels des vestiges archéologiques ont été observés et décrits au XIXe par l’archéologue Vincent Durand méritent d’être cités : des objets romains ont notamment été découverts à l’important hameau dit « Les Rivières » et des substructions au village de « La Châtre » (Prajoux, 1893). Malheureusement, s’il subsiste encore quelques traces de ce dernier site, elles sont désormais sous les racines des sapins qui ont recouvert ces plateaux autrefois nus. Enfin, le lieu de « La Conche », près du castrum médiéval, pourrait être situé au croisement de deux voies antiques (Canard, 1961). Saint-Just-en-Chevalet apparaît, en effet, bien comme un village-carrefour où une voie reliant la Loire aux rives de l’Allier est coupée par une route reliant le Grand Chemin de Forez à l’un des axes de passage entre Lyon et l’Auvergne (Fournial, 1967, p. 32). Si l’origine de Saint-Just-en-Chevalet est très antérieure à la présence du château, il apparaît néanmoins évident que le site se développe à partir du XIIIe siècle grâce à l’implication des comtes de Forez. En effet, Saint-Just connaît au moment où elle devient le centre d’une châtellenie comtale importante, l’essor qui distribuera les grandes lignes de l’urbanisation actuelle. Toutefois, le château de Saint-Just ne semble devenir la possession des comtes de Forez qu’aux alentours des années 1230. En effet, celui-ci est absent des traités de paix entre les comtes et les seigneurs de Beaujeu des années 1190 et 1222 (Chartes du Forez, nos 13 et 36), alors que d’autres châteaux des deux parties dans cette région sont eux évoqués, comme le château d’Urfé. En 1239, le comte Guy IV assigne, dans son premier testament, une rente de 50 sous à prendre sur la cense de Saint-Just (De La Mure, 1860-1897, t. 3, p. 51) ; cela prouverait, selon Édouard Perroy (Perroy, 1966-1968, p. 254-268), l’acquisition du château de Saint-Just par les comtes entre 1222 et 1239. Notons toutefois la présence d’un acte antérieur qui évoque dès 1199 des droits des comtes de Forez sur Saint-Just puisque le comte Guigue vend alors à Humbert, prieur de Saint-Rambert, la moitié de la dîme de Saint-Just-en-Chevalet pour 300 sous de Lyon et promet de le garantir contre tout empêchement (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 34). Ce document apparaît isolé ; cependant, il peut laisser supposer que le comte de Forez était alors déjà seigneur de Saint-Just. De plus, la possession du château de Saint-Just lui aurait sans nul doute permis de « faire pièce » à Urfé, possession des Beaujeu... Il est donc tout à fait probable que les comtes de Forez aient acquis le château de Saint-Just avant le début du XIIIe siècle – sans que l’on sache d’ailleurs de qui3 – mais qu’ils ne l’occupent réellement qu’après 1222. Les comtes rachètent aussi, à partir du milieu du XIIIe siècle, divers droits à Saint-Just tenus par des seigneurs secondaires. Ainsi en 1257, le comte Guy V prend possession d’un four banal, dans la maison d’un chevalier de Saint-Just, Geoffroy de Lespinasse (Chartes du Forez, n° 631). Plus important, la même année, il récupère les droits héréditaires du prévôt des anciens seigneurs (Chartes du Forez, n° 630). Parallèlement, le comte obtient les aveux directs de nombreux vassaux du château et concède des parcelles à bâtir afin de dynamiser le bourg castral. Ces reconnaissances, regroupées dans une liste des vassaux du comte de Forez (Chartes du Forez, n° 903)4, nous apprennent la possession par divers chevaliers – comme Guillaume d’Augerolles, les chevaliers Chatard de Lumenet, Hugues de Beaune, Hugues et Guillaume de Grézolles, ou encore Chatard le Chantois par exemple – de maisons dans le castrum de Saint-Just (Chartes du Forez, nos 29, 57, 112, 138, 178). Ainsi, il semble qu’il y ait un peuplement progressif du castrum après 1250. À l’extérieur, le développement de l’habitat se concentre principalement (Fournial, 1967, p. 67) autour de la place de « La Conche » bien que celle-ci soit seulement citée à partir du terrier de 1339 (ADL, B 2072). Ce terrier est primordial car il permet d’établir la topographie de Saint-Just au début du XIVe siècle. Le château, entouré d’une muraille, domine l’ensemble ; il est pourvu de fossés :

  • 5 Les locuteurs de patois locaux ne possèdent pas ce mot dans leur vocabulaire, mais on peut sans gra (...)

lo byal de Concha et lo byal del Vylan5.

  • 6 Il faut noter que la place du marché n’était pas contiguë au champ de foire. Dans la mémoire collec (...)

2Une seule porte est évoquée dans ce terrier, ce qui indiquerait sauf omission du rédacteur que le château ne possédait alors qu’une seule issue : celle qui permet d’accéder au castrum depuis la place de « La Conche ». En revanche, dans les terriers de 1446-1449 (ADL, B 2072), « la Petite porte du château » est évoquée. Cette dernière qui se trouve à l’opposé de la première issue, se devine encore par les traces du chemin usuel à quelques dizaines de mètres au sud-ouest de la grande maison dite « de Meaux ». L’intérieur du castrum abritait la maison du comte, sa grange, le four banal, mais également une dizaine d’autres habitations comme évoqué ci-dessus (Fournial, 1967, p. 78). Deux pôles d’habitat se développent : la villa castri et la villa ecclesiæ. La première se distribue dans un faubourg au nord-est du castrum autour de la place de « La Conche » et bénéficie de la dynamique de peuplement initiée par les comtes de Forez dans le castrum. Le faubourg de « La Conche » comprend, toujours selon É. Fournial, 72 maisons ainsi que plusieurs loges de marchands ; des boucheries sont ainsi par exemple attestées. Ce faubourg possède à la fois un marché aux grains, et un marché, lo marchiel, sur la place des foires, la platea nundinarum6. Les marchés sont attestés à Saint-Just-en-Chevalet dès 1289, notamment par l’utilisation du terme de logia correspondant, comme pour Néronde, aux loges des commerçants participant aux marchés (Chartes du Forez, n° 850). Au sud-ouest, en revanche, la villa ecclesiæ semble dans le même temps peu évoluer. Elle reste un noyau de peuplement mineur groupé autour du carrefour du Trève, de l’église Saint-Thibaud et des bâtiments conventuels du prieuré éponyme. Les abords du chemin reliant le faubourg de « La Conche » et l’habitat ecclésial paraissent de même très peu habités au début du XIVe siècle. À cette date, Saint-Just-en-Chevalet compterait au total quatre à cinq cent habitants (Fournial, 1967, p. 78-79).

3Dès la fin du XIIIe siècle, différents lieux de culte coexistent à Saint-Just-en-Chevalet ; ainsi le testament d’un particulier, Jean Le Mercier, nous fait part de l’existence de deux églises en 1289 :

... Do et lego pauperibus Sancti Justi et duabus ecclesiis ejusdem loci... (ADL, B 1850, f° 116 ; Chartes du Forez, n° 850).

4Cependant, l’absence de vocable ne permet pas de les identifier clairement. Il pourrait s’agir de la chapelle Notre-Dame du castrum et de l’église Saint-Just mentionnée dès le XIe siècle (cf. supra) et sans doute d’origine altimédiévale ; mais se pose aussi la question de l’église Saint-Thibaud attestée au moins dès le milieu du XIVe siècle. Selon l’abbé Canard, la chapelle Notre-Dame est antérieure à la fin du XIIIe siècle et un culte public et vivace y est alors déjà développé (Canard, 1961). En revanche, pour Étienne Fournial, la construction de cette chapelle ne daterait que du début du XIVe siècle (Fournial, 1967, p. 67). Quelques sources intéressantes permettent de préciser cette date. Ainsi, à son décès en 1342, Guillaume de Génétines, petit seigneur local, lègue aux sanctuaires mariaux locaux : Notre-Dame du Puy, Notre-Dame de Laval (à Saint-Germain-Laval), Notre-Dame de l’Hermitage, Notre-Dame de Noirétable. Il ne mentionne pas Notre-Dame de Saint-Just mais lègue au luminaire de la paroisse comme il le fait pour ceux de Saint-Romain-d’Urfé, sa paroisse natale, Champoly et Saint-Marcel-d’Urfé (ADL, B 1857). Dans son testament de 1361, Marguerite de Villechaize, de la paroisse de Néronde, fait un legs pour la chapelle Notre-Dame du château de Saint-Just-en-Chevalet (ADL, B 1865). On peut donc supposer que la construction de la chapelle Notre-Dame du castrum est comprise entre 1342 et 1361, intervalle de 19 ans qui sépare l’acte de Guillaume de Génétines du legs de Marguerite de Villechaize.

  • 7 Un certain Sieur Charasse (Arch. mun. Saint-Just-en-Chevalet, délibérations municipales du 19 mai 1 (...)

5Pour revenir à cette notion de « double église » plusieurs explications sont envisageables : dans le testament de Jean Le Mercier, la seconde église est peut-être simplement la chapelle primitive du castrum probablement plus petite mais construite au même endroit que l’actuelle chapelle Notre-Dame, qui a été elle-même modifiée à de nombreuses reprises comme le démontrent les phasages identifiables dans la maçonnerie7, confusion après tout possible par un particulier probablement peu préoccupé par la subtilité statutaire différenciant les deux lieux de culte (chapelle castrale et église paroissiale). Quid alors de la première église : s’agit-il de l’église primitive du lieu portant le vocable de Saint-Just et qui serait bien antérieure à Saint-Thibaud ? Ou bien Saint-Just et Saint-Thibaud ne sont-elles qu’une simple et même église dont le vocable aurait été modifié par les moines de Saint-Rigaud lorsqu’ils installent un prieuré à Saint-Just-en-Chevalet peut-être à la fin du XIIe siècle (Canard, 1961, p. 336 ; Fournial, 1967, p. 32) ? Ce qui validerait l’idée que la seconde église citée soit la chapelle du castrum. Admettons, mais cela signifierait que cette église prieurale était ouverte aux paroissiens qui assistaient bien aux offices quelque part et pas forcément dans la chapelle castrale... Ce postulat est-il défendable vis-à-vis de la règle de saint Benoît censée être appliquée si le prieuré dépend bien de Saint-Rigaud ? On peut se poser la question, à moins que l’établissement prieural sur ce site soit si peu important que la cohabitation entre moines et population soit envisageable. Mais une dernière explication peut être évoquée. Si on admet que Jean Le Mercier connaissait parfaitement la distinction entre chapelle castrale « privative » et église paroissiale, il validerait donc bien l’existence simultanée de deux églises en plus de la chapelle : l’ancienne église Saint-Just et celle appelée à lui succéder à savoir Saint-Thibaud. Si cette dernière hypothèse était exacte, Saint-Just-en-Chevalet présenterait la particularité d’avoir connu deux fois dans son histoire la présence simultanée de deux églises paroissiales puisque lorsque l’église actuelle a été consacrée le 4 septembre 1892, Saint-Thibaud qui ne servait plus au culte pour des raisons de sécurité, a perduré quelque temps avant d’être livrée aux démolisseurs en 18957 ! Il nous manque toutefois des éléments pour trancher ce débat définitivement puisque l’église Saint-Thibaud n’est attestée qu’en 1353 :

... ecclesia Beati Tibaldi de Sancto Justo (ADL, B 1862, f° 31).

6Cette église est située à l’intérieur du cimetière paroissial comme le montre deux actes du début du XVe siècle mentionnant le

cymenterium ecclesiæ parochialis videlicet apud Sanctum Theobaldum (ADL, B 1879, f° 3 et ADL, B 1898).

7Lors de la visite de l’archevêque de Lyon en 1379, le prieuré Saint-Thibaud est déjà à l’abandon (Merle, 1937, p. 331) mais cela n’empêche pas que l’église Saint-Thibaud ait encore pu être ouverte au culte, d’autant qu’au cours des siècles à venir, une longue suite de travaux de consolidation et de procès entre fabriciens, municipalité et architectes avérée dans les sources depuis le XVIIIe siècle, aboutira à la fin du XIXe siècle à une ultime procédure devant la Cour de Cassation ; ce qui témoigne que l’insalubrité chronique de l’édifice (cf. infra) n’a pas empêché son usage jusqu’au dernier moment. Notons enfin la présence d’un hôpital à Saint-Just-en-Chevalet au XVe siècle (ADL, B 2072).

La vignette de l’Armorial

8Saint-Just-en-Chevalet est représenté dans un paysage vallonné vu théoriquement depuis le sud-est (fig. 64). Avant d’analyser la vignette, nos yeux d’observateurs du XXIe siècle doivent intégrer divers codes et autres conventions de représentation propres aux imagiers du XVe siècle. Comme pour beaucoup d’autres sites représentés dans l’Armorial, la représentation de Saint-Just-en-Chevalet est composite : elle intègre dans une vue générale, dont l’origine supposée du point de vue peut être approchée par différentes méthodes, des détails qui ne peuvent en aucun cas être visibles depuis le point de dessin théorique obtenu pour cette vue générale si on se réfère aux lois intangibles de la perspective. Un simple exemple suffit à éclairer ce point. Lorsque l’on tente de cadrer avec un appareil photo la vignette de l’Armorial, il faut un zoom pour rassembler deux conditions : conserver les angles de vue divisant la composition (castrum / aula comitis / chapelle Notre-Dame / Saint-Thibaud)... et avoir les pieds posés par terre car sans zoom et en respectant le cadrage, on se retrouve à cinquante mètres en l’air au-dessus d’un fond de vallée ! Pire, si on se trouve au point de visée théorique qui se situe à environ 920 m du site, le sol y est plus bas de 20 m que la base de l’enceinte médiévale. Or, en supposant que les murailles mesurent au moins 6 m de hauteur, on se retrouve donc 26 m plus bas et à 920 m du haut de la muraille, ce qui interdit de voir la quasi-totalité des maisons du castrum dont la plupart sont très basses et, qui plus est, pour un bon tiers d’entre elles, construites dans le fond d’une dépression encore visible dans une partie du castrum, variation de relief qui n’apparaît d’ailleurs pas sur la vignette... Si on se place dans la perspective, il manque aussi l’arrière-plan des montagnes, probablement non représenté pour faire ressortir le site castral. Il faut donc considérer que le croquis général positionne approximativement les différents bâtiments à leurs emplacements et écarts angulaires respectifs, en sachant que ces derniers ont probablement été détaillés sur le terrain grâce à des croquis rapprochés pour être insérés ultérieurement et en atelier dans la vue générale, ce qui pourrait expliquer certaines erreurs évoquées par la suite.

Fig. 64 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 442) : Saint Just en Chevallet.

  • 8 Il faut noter que l’abbé Canard, qui a beaucoup écrit sur l’histoire locale, a été élevé dans l’env (...)

9Le site est divisé entre le château, le faubourg de « La Conche » et le village ecclésial autour de l’église paroissiale Saint-Thibaud, qui forment donc les éléments structurants du dessin. Le château et la chapelle Notre-Dame sont au sommet d’un promontoire – le « Pez comtal »8 – qui domine le ruisseau du Ban. Le château est protégé par une enceinte. Celle-ci présente suivant un axe nord-est, une forme géométrique ovoïde tout à fait cohérente avec la réalité observable du terrain : le gros côté de l’œuf se situe vers le nord-est, du côté de l’actuelle entrée principale. L’enceinte s’affine vers la petite porte ouverte au sud qui est surmontée du second étendard, ce qui laisse penser qu’elle épousait logiquement la forme du relief. Cela expliquerait les renfoncements ou irrégularités de la muraille que l’illustrateur de l’Armorial a représentés, avec toutefois une première aberration au niveau de la « Petite porte » : le retour d’angle de la muraille ne correspond à aucune inflexion de la courbe de niveau sur laquelle semblent posées les fondations de la muraille et une anomalie apparaît aussi au niveau de la « Grande porte » entre le dessin et ce que nous croyons en être les vestiges (cf. infra). Cette enceinte, comme la majorité de celles de l’Armorial, est crénelée et percée d’ouvertures de tir sur sa partie basse. Celles-ci sont, là encore, caractéristiques de l’Armorial, puisque ce sont des archères modifiées afin de pouvoir accueillir des armes à feu de petit calibre. L’enceinte est flanquée par au moins trois échauguettes crénelées et trois tours circulaires couvertes d’une plate-forme crénelée qu’il est impossible de positionner précisément dans un repère cardinal compte tenu de la déformation délibérée de la représentation. Enfin, une haute tour-porte quadrangulaire accueille l’entrée principale du site ouverte à l’époque vers l’est. Cette tour domine par sa hauteur le reste de l’enceinte. Elle est surmontée d’un hourd de bois, lui-même coiffé d’un toit à faible pente. Deux ouvertures rectangulaires sur les façades sud et est, mais pas au même niveau, nous montrent la présence d’au moins deux étages.

  • 9 En 1766, le marquis Antoine-Louis-Hector de Simiane, ancien officier de gendarmerie, se porte acqué (...)
  • 10 Cf. infra.

10À l’intérieur de l’enceinte, on remarque un bâtiment qui domine les autres par ses dimensions. Ce bâtiment à deux étages plus un comble possède deux cheminées et quatre fenêtres. Il s’agit sans aucun doute de l’aula comitis. Près de celle-ci se trouve la chapelle Notre-Dame. Cette dernière est ici représentée avec un clocher-mur percé d’une rosace et muni de quatre cloches. L’observation attentive de la vignette nous révèle une autre anomalie : l’axe de la nef de la chapelle Notre-Dame est parallèle à l’axe principal nord-est de l’aula comitis, lui-même cohérent par rapport à la vue générale et à la position supposée de l’enceinte si on suit le relief. Or, on remarquera que le clocher-mur qui devrait respecter la perspective et se trouver dans le même plan que le pignon visible de l’aula comitis par rapport à la nef qu’il est censé fermer, semble nous faire face (il serait exposé au sud-est). En observant de plus près puis en se rendant sur place, on s’aperçoit que le clocher-mur est à sa place mais que la nef est du mauvais côté et dessinée avec une erreur de perspective : elle devrait se trouver entre le clocher-mur et la tour de l’entrée principale et son axe devrait être parallèle à celui de la maison qui se trouve à cet endroit de la vignette soit sud-est. Cette erreur prouve qu’il faut être prudent et se reporter au terrain autant qu’on le peut : la chapelle Notre-Dame est, en effet, construite sur une protubérance rocheuse qui a déterminé son axe nord-ouest/sud-est conforme au passage à la représentation du clocher-mur de l’Armorial ; il s’agirait donc bien d’une erreur de perspective, commune à l’époque et qu’on trouve jusque dans les manuels d’ingénieurs souvent fâchés avec l’art difficile des lignes fuyantes… Si on considère donc le clocher-mur comme correctement géoréférencé par rapport au terrain et à la vue globale, ce qui semble être le cas à quelques degrés près, on s’aperçoit que l’axe de l’aile principale de l’actuelle maison « de Meaux », construite à la fin du XVIIIe siècle9 en lieu et place de l’ancien château et toujours confondu avec l’auditoire/prison dans les ouvrages consultés10, conserve l’orientation de l’aula comitis visible sur la vignette.

  • 11 Rue du Chaudron et rue de la Grande porte à la Petite porte.

11Enfin, l’enceinte accueille un très grand nombre d’habitations. On peut en dénombrer environ 25, ce qui apparaît plausible au regard des données textuelles. Aucune de ces maisons ne se démarque réellement ; toutes sont similaires, reprenant les canons de représentation utilisés pour tout l’Armorial. Ces maisons sont petites, percées de fenêtres et quasiment toutes pourvues d’une cheminée conique à mitre. Rappelons pour mémoire que l’illustrateur ne pouvait voir en raison de sa position aucune des maisons, puisque situé à distance respectable des murailles et en contrebas de ces dernières ! C’est aussi sans doute pour cela qu’elles sont stéréotypées ! Il peut s’agir des maisons que les vassaux du comte de Forez possédaient à l’intérieur même du castrum. Aucune rue ou place n’est visible à l’intérieur de celui-ci. Dans un de ses ouvrages (Canard 1961), l’abbé Canard établit un plan du castrum au XVIe siècle avec 13 maisons particulières et une quinzaine d’autres bâtiments. Il nomme deux rues11 et indique les propriétaires des maisons. Il est malheureusement impossible d’identifier sa source mais les noms cités appartiennent à l’histoire locale et/ou figurent dans les registres paroissiaux.

  • 12 Les observations sur place n’apportent aucun indice sur la présence de vestiges de cette tour carré (...)

12Au pied de la muraille, le long du seul chemin menant au château, est représenté un faubourg qui, on l’a vu, se développait autour de l’actuelle place de « La Conche ». Il comporte une dizaine de bâtiments. L’un d’entre eux se distingue par la tour rectangulaire qui l’accompagne, sans qu’on puisse l’identifier ou lui donner une fonction particulière12. Les maisons sont tout à fait similaires à celles figurant à l’intérieur du château. Aucun étal de marchand, aucun ouvroir n’est ici visible, pas plus que d’éventuelles parcelles en culture. Le relief est assez bien représenté par rapport à l’existant si ce n’est que l’arrière-plan montagneux n’apparaît pas pour les raisons déjà évoquées mais de plus, si la perspective de la vue générale avait été respectée, Saint-Thibaud aurait dû se trouver quasiment au niveau de « La Conche » ce qui prouve bien le caractère composite de l’assemblage des trois sites – castrum, « Conche » et faubourg Saint-Thibaud – et donne une indication très forte de la philosophie de l’Armorial de Revel en terme d’objectifs : celui-ci n’a définitivement pas pour fonction de représenter exactement ce que verrait l’œil de l’observateur, mais de rassembler dans un même dessin différentes informations topographiques, défensives, urbaines, sociales et religieuses afin de restituer sur une seule vignette divers renseignements, dont on peut penser qu’ils aient été sinon l’objet d’un « cahier des charges » initial, au moins jugés comme utiles au commanditaire de l’œuvre...

  • 13 La première mention d’agrandissement de l’église figure dans les délibérations du 28 septembre 1833 (...)
  • 14 Ces tours de guet, distinctes du château et destinées à la surveillance d’espace invisible depuis l (...)

13La villa ecclesiæ s’organise autour de l’église Saint-Thibaud qui est le seul bâtiment remarquable de ce noyau d’habitat. Celle-ci présente une nef à quatre travées et semble se terminer par une abside. Toutefois, en observant attentivement la vignette, la toiture de la nef semble plutôt se terminer par une croupe classique dont les deux arêtiers sont bien visibles, sauf que l’égout du toit semble très légèrement courbe – et c’est le seul de la vignette – ce qui est curieux car à moins de supposer que les architectes de l’église aient donné un peu d’arc au chevet pour créer un effet de structure plus esthétique et compliqué à construire qu’efficace, il est plus raisonnable de pencher pour une simple erreur de représentation de l’égout qui devrait apparaître rectiligne et caractériser un chevet plat. Il faut noter le mur pignon qui dépasse du toit en bâtière de la nef et qui ressemble fortement, à la pente et aux contreforts près, à celui dessiné vers 1870 par le peintre Armand Charnay sur la seule représentation de l’église Saint-Thibaud qui soit parvenue jusqu’à nous (cf. infra). Son clocher est doté d’une flèche relativement élevée. Il s’agit probablement du clocher initial précédant celui qui défrayera la vie locale pendant plus d’un siècle13. L’ensemble apparaît plutôt bien proportionné. Aucune maison ne se distingue ici, leur morphologie reprenant les critères communs des maisons de l’Armorial. Remarquons, là encore, l’absence totale de représentation de parcelle en culture et terminons en évoquant la présence de deux maisons occupant le fond de la vallée et d’une petite tour près de l’angle sud du château. Il est difficile d’accorder à cette dernière une fonction militaire, puisqu’elle ne comporte pas d’ouverture liée à cet usage, mais il est possible qu’il s’agisse d’une tour de guet surplombant la vallée14.

Le parcellaire et les vestiges archéologiques

  • 15 Les délibérations du conseil municipal indiquent le 28 juillet 1806 qu’a été prise la décision d’en (...)
  • 16 Raffinée est ici à prendre dans le sens d’un qualificatif du niveau de la construction et en aucun (...)

14Le parcellaire napoléonien conserve encore la disposition générale du site global de Saint-Just-en-Chevalet à l’époque médiévale. Le tracé de l’enceinte du castrum est, lui, identifiable sur les plans cadastraux, ancien ou nouveau, à quelques singularités près (fig. 66). On retrouve très bien la forme ovoïde que l’Armorial a représentée, suivant en cela la topographie du mamelon rocheux formé par le « Pez comtal ». En revanche, l’enceinte n’offre aujourd’hui que très peu de vestiges (fig. 65) et les plus visibles – ou plutôt supposés tels – ont été à l’origine d’erreurs d’interprétations reproduites avec beaucoup d’application par les historiens s’étant intéressés à l’histoire de Saint-Just-en-Chevalet au cours des siècles derniers. Lorsque l’on pénètre aujourd’hui dans le castrum, la tentation est grande de penser qu’au moment où l’on passe sous quelques vestiges d’une ancienne porte, on franchit l’entrée de l’ancienne muraille (fig. 67). Tentation d’autant plus grande, qu’on longe un imposant bâtiment au très bel appareil de maçonnerie et qu’il serait facile de prendre pour les restes de l’enceinte médiévale voire de l’ancien château... Mais il faut éviter ce piège car la « porte » actuelle n’est en aucun cas la « Grande porte » appelée « Porte du château » dans certaines sources (ADL, B 2072) et visible sur l’armorial de Revel ; l’abbé Canard a fait la même erreur sur son plan du XVIe siècle déjà évoqué. L’enceinte, et donc l’ancienne porte, étaient en fait beaucoup plus basses que les vestiges actuels de la supposée entrée ; la muraille d’alors englobe les premières maisons visibles aujourd’hui entre l’entrée « actuelle » et la place de « La Conche ». Observons la vignette : on distingue bien l’écart entre la muraille et l’aula comitis à gauche de la porte principale lorsqu’on pénètre dans le castrum, écart qui se retrouve sur le terrain si l’on considère, comme expliqué plus haut, que le marquis de Simiane a fait construire l’actuelle maison « de Meaux » à l’emplacement du vieux château qui ne peut donc être l’imposant bâtiment qu’on longe actuellement... qui lui se trouve à notre droite par rapport à l’entrée actuelle. De même, la « Grande porte » représentée sur la vignette est très à droite de la chapelle Notre-Dame, or de l’endroit où a été réalisé le croquis global, si l’ancienne « Grande porte » devait être à la position de l’entrée actuelle, on ne verrait pas la chapelle ! On voit bien sur les photos aériennes le contour de la muraille côté « Conche » et on comprend que le bâtiment qui présente ce bel appareil, et qui est toujours pris à tort pour l’ancien château, n’est autre que l’ancien auditoire/prison15, construit très postérieurement mais lui aussi très en retrait de l’ancienne muraille (fig. 68). Les tours de flanquement circulaires n’ont, elles, laissé aucune trace, que ce soit sur le cadastre ou sur le terrain. Un pan de mur subsiste encore aujourd’hui sur l’ancienne courtine ouest de l’enceinte, mais son état d’extrême délabrement rend très difficile son interprétation (fig. 70). Son appareil beaucoup plus commun confirme cependant l’absence de rapport entre la maçonnerie médiévale assez grossière de l’enceinte et celle postérieure et plus raffinée16 de l’auditoire/prison.

Fig. 65 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 66 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 67 - La « fausse grande porte » du castrum. Vue intérieure.

Fig. 68 - L’auditoire/prison.

15À l’intérieur de l’enceinte se trouve encore la chapelle Notre-Dame (fig. 69). Il s’agit d’un petit édifice de granit, à nef et à travée uniques. L’abside est renforcée de contreforts. Le tout évoque une construction du XIVe siècle. On distingue parfaitement trois phases d’agrandissement : l’abside actuelle a été rajoutée ainsi que les quelques mètres la précédant lorsque l’on va vers le sud-est. Le clocher-mur représenté sur la vignette a toutes les chances d’avoir été démoli au moment de cet agrandissement. Des fouilles permettraient probablement d’en retrouver les fondations, qui ne devaient toutefois pas être profondes car la chapelle repose sur un banc rocheux. On remarque ensuite l’ajout du bas-côté puis l’agrandissement incluant la nouvelle façade nord-ouest et le clocher qui datent du XIXe siècle. En revanche, il ne subsiste plus sur le site – et c’est déjà le cas sur le plan cadastral du XIXe siècle – que la maison de Simiane puis de Meaux évoquée plus haut. Toutefois, une maison de facture ancienne située du côté de la « Petite porte » pourrait peut-être correspondre à une des maisons dessinées dans l’Armorial et évoquées dans les sources médiévales...

Fig. 69 - Vue de la chapelle Notre-Dame. Face sud.

Fig. 70 - Pan de courtine ruinée à l’ouest du castrum.

  • 17 La date de construction de cet oratoire ou petite chapelle nous est inconnue mais cet édifice est c (...)

16Le meilleur moyen de comprendre la distribution du site est de recourir aux photographies aériennes qui mettent bien en valeur le tracé de l’enceinte ainsi que l’emplacement des vestiges des bâtiments médiévaux. Ces mêmes photographies permettent également de compléter les informations du cadastre napoléonien, afin d’éclairer les vestiges encore visibles du faubourg de « La Conche ». Ce plan nous montre qu’une cinquantaine de parcelles s’organisent autour de cette place, parcelles plutôt petites, formant un îlot d’habitats typique du Moyen Âge. Un espace apparaît libre au nord-est de la place, à quelques mètres de l’actuelle fontaine puisqu’il s’agit simplement de traverser la nouvelle route qui mène vers Roanne et qui a amputé cet espace d’environ 8 m lors de son tracé. Nous sommes alors sur la place du marché médiéval sise au départ de la montée qui va vers le lieu-dit « Chez Thomasson » et qui n’est plus utilisée depuis le XIXe siècle. Quant au champ de foire, il est localisé ailleurs, comme expliqué précédemment. Malgré les restaurations, les vestiges actuels et notamment les trop rares maisons à pans de bois qui ont échappé aux enduits en ciment permettent d’avoir une idée précise de l’aspect que pouvait prendre cette place au XVe siècle. L’organisation de cet espace semble avoir été planifiée (Fournial, 1967, p. 67), les parcelles apparaissant géométriquement disposées, c’est de moins en moins vrai au fur et à mesure qu’on s’éloigne du castrum et de son faubourg. Certaines constructions du faubourg de La Conche présentent encore des éléments de réemploi dont certains appartiennent probablement à la phase ultime du château. Il est probable que les matériaux de la petite chapelle de Lormet17, lieu de culte peut-être médiéval, qui n’est pas visible sur la vignette de l’Armorial mais qui figure encore sur le cadastre napoléonien, aient aussi pu fournir certaines pierres taillées. Une colonne encastrée dans un actuel garage, à gauche en montant vers la porte actuelle, est supposée provenir de ce petit bâtiment religieux selon la tradition orale.

17Le troisième pôle d’habitat de Saint-Just-en-Chevalet, concentré autour du carrefour du « Trève », est aujourd’hui totalement modifié par rapport à ce qu’il pouvait être au Moyen Âge ou même à l’époque moderne. Aucun élément ne semble plus ancien que le XVIIIe siècle. Une maison située à une quarantaine de mètres à partir de la fourche qui sépare la route de Vichy du chemin de « Chez Buisson » porte une intéressante statue de chimère placée à bonne hauteur et un linteau daté. Cette maison figure d’ailleurs sur le cadastre napoléonien. Tout ou presque fut reconstruit « durant ce siècle » en raison de l’essor industriel (Gardes, Houssel, 1984). En revanche et en dépit des différents changements survenus entre les XVe et XIXe siècles, le cadastre napoléonien conserve globalement la distribution du site : on y perçoit très bien la concentration des constructions autour du carrefour du « Trève » et de l’église paroissiale Saint-Thibaud, ainsi que l’expansion de la villa ecclesiæ vers la villa castri par le « chemin du château à l’église » (ADL, B 2072). Les rives de ce chemin ne sont pas encore totalement construites au XIXe siècle, ce qui montre la lenteur du processus qui correspond toujours à l’espace laissé libre à cet endroit par l’Armorial.

18Saint-Just-en-Chevalet apparaît comme un site forézien important mais pas de premier ordre, malgré le rôle des comtes dans son essor. Il offre un modèle de développement très clair autour de trois pôles : un castrum, un faubourg à la porte principale de celui-ci (la villa castri des textes) et un habitat ecclésial autour de la vieille église Saint-Just devenue, aux réserves évoquées près, Saint-Thibaud (la villa ecclesiæ). Cette analyse, qu’autorisent les textes médiévaux et l’étude du parcellaire ancien, est conforme à l’image qu’offre la vignette de l’armorial à condition d’affecter à cette dernière les corrections géométriques et descriptives évoquées au cours de cette étude.

Page 442 SAINT JUST EN CHEVALLET
Étude héraldique

795. Pierre d’Ulphe crie Ulphe
de vair chef de gueules – cimier : une touffe de plumes d’azur et de gueules, d’où sort une longue plume de gueules.
Pierre d’Urfé (mort en 1508), chevalier, fils d’Arnoul d’Urfé, dit Paillard, et d’Isabelle de Blot. Il épousa Antoinette de Beauvau. Il participa, en 1465, à la Ligue du Bien Public, mais contrairement au duc de Bourbon, Jean II, il refusa de se soumettre à Louis XI. Il ne rentra en grâce qu’en 1483, par la faveur de Pierre de Beaujeu, qui lui fit restituer ses biens confisqués. Il fut alors fait chevalier de l’ordre de Saint-Michel, grand écuyer de France, conseiller et chambellan du roi. De 1484 à 1491, il fut sénéchal de Beaucaire et de Nîmes, puis, en 1504, bailli de Forez. À la fin de sa vie, il prit encore part aux guerres d’Italie, sous Charles VIII. Il était seigneur d’Urfé, Rochefort, La Bastie, Bussy, Souternon, Saint-Just-en-Chevalet, Saint-Thurin. La maison d’Urfé était la branche aînée de la famille Raybe (cf. infra n° 796). Ces seigneurs d’Urfé avaient abandonné au XIIIe siècle leur nom patronymique et leurs armes d’origine, pour prendre ceux de leur fief principal. On possède de lui un sceau, qui ne montre malheureusement pas de cimier. Le sceau de son père en est, lui, pourvu : il s’agit d’une tête et col de lévrier, cimier que l’on retrouve sur certains monuments héraldiques parmi ses descendants, jusqu’à la fin du XVIe siècle. Le panache peint ici n’est donc probablement qu’un élément décoratif.
• Sceaux : Demay, 1885-1886, 9139-9142.
• De Boos, 1995, 421 ; Philocarité, 10, 22.
• AN, X 1/C 108, pièce 23 ; Bouillet, 1846-1847, t. VI, p, 432-433 ; La Faige, de La Boutresse, 1896-1932, t. I, p. 204 ; Gras, 1874, p. 254 ; Perroy, 1977, t II, p. 626 ; Courteault, 1979, p. 43, n. 3.

796. Jehan Raybe crie Raybe
de sable semé de billettes d’argent, au lion du même, armé et lampassé d’or – cimier : un lion issant d’une queue de paon.
Jean Raybe (mort en 1475), chevalier, fils d’Eustache Raybe (mort en 1450), seigneur de Saint-Marcel, et de Marguerite de Tinières. Il prit part à la Ligue du Bien Public et fut fait prisonnier à la bataille de Montlhéry (1465). Il mourut, sans alliance, durant les guerres contre la Bourgogne. Il était seigneur de Saint-Marcel, qui échut à son cousin, Antoine dit Le Galeys Raybe, seigneur du Charrouil, qui continua la lignée. La branche cadette de la famille Raybe conserva beaucoup plus longtemps le nom patronymique que la branche aînée d’Urfé (cf. supra n° 795). Elle portait également les armes anciennes de la famille. Au XVIIe siècle, cependant, les Raybe avaient supprimé le semé de billettes. Le Philocarité donne les mêmes armes qu’ici, avec pour cimier un dragon issant.
• Philocarité, 19.
• Bétencourt, 1867, t. IV, p. 8 ; Bouillet, 1846-1847, t. V, p. 222-224 ; Gras, 1874, p. 3 ; Perroy, 1977, t. II, p. 636-637.

797. André de La Perrouse
coupé de quatre traits, qui font cinq quartiers : aux 1 et 4, d’azur à la fasce vivrée d’argent ; au 2, de sable à deux besants d’or ; au 3, d’argent plain (vide) ; au 5, d’argent au tourteau de gueules.
André de La Peyrouse (mort entre 1490 et 1500), écuyer, fils de Jean de La Peyrouse. Ce cadet d’une famille originaire de Verneuil-en-Bourbonnais, épousa Philippe du Bost, fille d’Antoine du Bost et de Catherine de Montmorillon ; elle lui apporta le fief de Trémolin, qu’elle hérita vers 1463 de son oncle Jean de Trémolin. Il était aussi, de son chef, seigneur d’Audrier. Salomon lui attribue d’autres armes, d’or au sautoir de sable, qui sont en fait celles d’une famille auvergnate. Les armes peintes ici, brisées par rapport à des armes pleines inconnues, ont peut-être été mal comprises par le héraut.
• Bétencourt, 1867, t. III, p. 190,196 ; Bouillet, 1846-1847, t V, p. 108-109 ; Salomon, 1916, 1922, 1926, t. II, p. 385-386.

Emmanuel De Boos

Notes

1 Eldiart, veuve d’Artaud de Saint-Haon, prenant le voile, donne tous les biens provenant de son héritage paternel dans la châtellenie de Saint-Just et dans la paroisse de Saint-Martin-de-Lestrat (Cartulaire de Marcigny, n° 254).

2 Ceux-ci sont obligés de monter à « La Conche » pour s’en procurer, cf. de nombreuses délibérations municipales sur la question (Arch. mun. Saint-Just-en-Chevalet).

3 L’acte de 1128 précédemment cité donnant toutefois peut-être une piste.

4 Cette liste est dressée vers 1316, mais d’après un rôle et un registre eux-mêmes dressés vers 1260.

5 Les locuteurs de patois locaux ne possèdent pas ce mot dans leur vocabulaire, mais on peut sans grand risque traduire simplement par « fossé côté Conche » pour lo byal de Concha et « fossé côté vallée » pour lo byal del Vylan.

6 Il faut noter que la place du marché n’était pas contiguë au champ de foire. Dans la mémoire collective, la place du marché ancien correspond à la placette située à une dizaine de mètres de la fontaine de « La Conche » au départ de la route pentue qui mène au lieu-dit « Chez Thomasson », alors que l’actuel marché est désormais place du Trève à l’emplacement du cimetière, qui entourait l’ancienne église Saint-Thibaud, et de l’église elle-même. Le champ de foire ancien, lui aussi désigné sans équivoque par la mémoire collective et par l’abbé Canard qui s’en fait l’écho (Canard, 1961), se trouve à une petite centaine de mètres à l’est de l’actuelle place de « La Conche » et s’établissait donc sur une ou plusieurs parcelles de forte pente. Il est situé exactement à flanc de coteaux entre l’actuel chemin qui mène vers « Chez Thomasson » et l’ancienne route de Roanne (« Le Grand Chemin ») qui se nomme actuellement « Chemin du Forez » et débute « place du centre », qui n’a rien à voir avec le centre actuel ! Une sente à droite du chemin qui monte vers « Chez Thomasson » est encore nommée aujourd’hui « montée du Champ de foire ». Il faut, enfin, citer la croix « du Champ de foire » au milieu de cet espace curieusement resté vide. Il y a encore 8 foires à Saint-Just-en-Chevalet en 1832. On trouve les tarifs des « bancs de foire » par catégories désignées de forains dans la délibération du 8 octobre 1843 (Arch. mun. Saint-Just-en-Chevalet, délibérations municipales).

7 Un certain Sieur Charasse (Arch. mun. Saint-Just-en-Chevalet, délibérations municipales du 19 mai 1895).

8 Il faut noter que l’abbé Canard, qui a beaucoup écrit sur l’histoire locale, a été élevé dans l’environnement patoisant de Saint-Romain-d’Urfé (Oc), différent de celui de Saint-Just-en-Chevalet (Oil), ce qui explique pourquoi il écrit toujours Pey dans ses différents ouvrages.

9 En 1766, le marquis Antoine-Louis-Hector de Simiane, ancien officier de gendarmerie, se porte acquéreur des terres, du château et de la chapelle Notre-Dame. Le vieux château étant devenu inhabitable, Monsieur de Simiane fait édifier à son emplacement la grande maison actuelle (en forme de L). En 1781, ses enfants revendent à Monsieur Antoine de Meaux, lieutenant général de la ville de Montbrison, tout ce qui a été adjugé par leur père par l’arrêté du 26 août 1766.

10 Cf. infra.

11 Rue du Chaudron et rue de la Grande porte à la Petite porte.

12 Les observations sur place n’apportent aucun indice sur la présence de vestiges de cette tour carrée, mais elle peut avoir été arasée et constituer les murs d’un bâtiment actuel postérieurement enduit.

13 La première mention d’agrandissement de l’église figure dans les délibérations du 28 septembre 1833 (Arch. mun. Saint-Just-en-Chevalet). En 1837, le nouveau clocher, construit après une absence de plus d’un siècle, menace de s’effondrer et doit être démoli quelques semaines après sa construction ! En 1867, toujours pas de clocher : ... depuis trente ans que le clocher de cette église a été démoli par mesure de prudence et que depuis lors les cloches ont été suspendues à des poteaux, lesquels maintenant tombent de vétusté, étant constamment exposés au mauvais temps... (cf. le tableau d’Armand Charnay, conservé au musée de Charlieu, qui représente vers 1870 le marguillier du lieu sonnant une des deux cloches suspendues à cette improbable charpente). L’église sera démolie en 1895, sans avoir retrouvé son clocher…

14 Ces tours de guet, distinctes du château et destinées à la surveillance d’espace invisible depuis le château principal, se développent dans la seconde moitié du XIVe siècle dans le contexte de la guerre de Cent ans. Cf. les exemples de Balazuc ou de Saint-Montan dans le Vivarais proche (Laffont, 2004).

15 Les délibérations du conseil municipal indiquent le 28 juillet 1806 qu’a été prise la décision d’enfermer « dans la plus haute chambre de la prison » Benoît Durelle, cabaretier au bourg, devenu subitement fou, qui voulait tuer le receveur des impôts ; il sera « nourri par ses proches » (Arch. mun. Saint-Just-en-Chevalet). Les mêmes délibérations indiquent en date du 12 mars 1809 que le conseil alloue à Monsieur de Meaux le loyer d’un local « qui a servi de tous temps de prison et de dépôt pour les prisonniers du gouvernement transférés journellement de Roanne à Thiers et de Thiers à Roanne et qui n’est d’aucune utilité pour le canton puisque depuis plus de trois ans [la date coïncide, donc on parle bien de l’auditoire/prison] l’on n’y a déposé aucun prisonnier ».

16 Raffinée est ici à prendre dans le sens d’un qualificatif du niveau de la construction et en aucun cas comme un repère chronologique : preuve en est des constructions « raffinées » mais très antérieures des murs en petit appareil commises par les maçons romains.

17 La date de construction de cet oratoire ou petite chapelle nous est inconnue mais cet édifice est cité aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment lorsque les autorités tentent de contenir sur Saint-Just-en-Chevalet, les hordes de pèlerins habitués à une transhumance multiséculaire de quatre jours vers La Madeleine de la Chalme, ermitage isolé, où la vénération des croyants semble s’accommoder de la présence de « marchands du temple » qui apportent la logistique sur ce plateau désertique au moment de ce qui constitue une date importante du calendrier religieux local. Les autorités religieuses s’accommoderont toutefois de moins en moins de ce mélange des genres et surtout des débordements charnels inévitables, lorsque les pèlerins doivent dormir en rase campagne dans une promiscuité peu conforme aux règles de la foi... Mais Lormet n’arrivera jamais à prendre la place qu’on lui destinait et les deux sites disparaîtront quasi simultanément, à la suite pour le plus important des deux, de péripéties cléricales et administratives dont les sources ne sont pas avares.

Table des illustrations

Légende Fig. 64 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 442) : Saint Just en Chevallet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 65 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 66 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 67 - La « fausse grande porte » du castrum. Vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 68 - L’auditoire/prison.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 69 - Vue de la chapelle Notre-Dame. Face sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 70 - Pan de courtine ruinée à l’ouest du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2935/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access