Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Marcilly-le-Châtel

Chantal Delomier et Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

441. Marcillieu le chatiau
Département : Loire ; canton : Boën ; commune : Marcilly-le-Châtel

L’apport des sources écrites

1Le terroir de Marcilly présente diverses traces d’occupation de l’Âge du Fer et de l’époque antique. Sur le site même du château auraient été découverts des artefacts antiques au XIXe siècle (Lavendhomme, 1997, p. 131).

2Le toponyme Marcilly apparaît pour la première fois en 970 ; il désigne alors une villa (Cartulaire de Savigny, t. I, p. 64). Le castrum Marcilliaci est mentionné en 1010 puis en 1060 (idem, p. 307 et p. 384). On ne sait rien des seigneurs de Marcilly avant 1167, date à laquelle le comte de Forez Guy reçoit (reprend ?) en augment de fief du roi Louis VII les droits régaliens dans les châteaux de Marcilly, Donzy, Cleppé, Saint-Priest, Lavieu et Saint-Romain (Chartes du Forez, n° 1563). Il est toutefois vraisemblable que Marcilly soit une fondation comtale. En 1277, un codicille au premier testament du comte Guy VI assigne comme douaire à sa femme des revenus à prendre sur les châteaux de Chambéon, Sury-le-Comtal, Saint-Marcellin, Marcilly, Néronde et Bussy (Chartes du Forez, n° 1501). Du point de vue religieux, le château relevait de l’église Saint-Cyr, dépendance de l’abbaye de Savigny, attestée dès les années 1080 (Cartulaire de Savigny, t. I, p. 400), mais sans doute d’origine altimédiévale comme le laisse supposer son vocable.

  • 1 En 1382, on construit une tour au château de Marcilly (Fournial, 1967, p. 341 ; ADL, B 2003, f° 4 v (...)

3Marcilly est une des principales forteresses des comtes de Forez, sur laquelle ils vont s’appuyer pour assurer la soumission de la noblesse du comté. Bien que situé à proximité de la branche occidentale du « Chemin de Forez », le château n’entraîne pas le développement d’une agglomération importante et l’habitat né autour du château restera modeste. Toutefois, après d’importants travaux, le château devient, dans la première moitié du XVe siècle, la résidence favorite de la duchesse de Bourbon Anne Dauphine lorsqu’elle établit ses habitudes en Forez après la mort du duc Louis II. Ces travaux, dont on ignore l’étendue précise1, avaient été rendus nécessaires par les dommages que subit le château durant la guerre de Cent Ans (De Boos, 1998, p. 458). Celle-ci semble, en effet, avoir été funeste pour le château de Marcilly : en 1367, les routiers de Bernard de la Salle et de Bertucat d’Albret pénètrent en Forez, prennent Marcilly et s’y installent. Dix ans plus tard, des bandes anglaises venues d’Auvergne occupent encore Marcilly (Fournial, 1967, p. 329-330). Après les incursions des routiers, les tailles extraordinaires se multiplient et, en 1376, un fouage de 2 francs par feu est levé pro redemptione castri Marcilliaci (Fournial, 1967, p. 365). Au XVIe siècle, le château n’est guère entretenu et il menace ruine. Il semble pourtant que c’est à cette époque que l’on y construit une chapelle dédiée à sainte Anne, épargnée lors de la démolition du site ordonnée par Richelieu. À la fin du XVIIe siècle, il ne reste de Marcilly que

quelques masures eboulees de la cloture d’iceluy et plusieurs pierres du batiment dudit chateau et cloture et une petite chapelle batie sur quelques fondements desdites murailles sous le vocable de sainte Anne (cité dans Viallard 1992, p. 35-42 ; ADL, B 2201, f° 59 v° et B 2202, fi 19-20).

4Après sa destruction, le château est concédé à la famille de Saint-Hilaire qui fait bâtir au pied des ruines une demeure de plaisance appelée « la Césarde ». Vers 1870, les vestiges de Marcilly sont acquis par Hyppolyte de Sauzéa-Monteille, propriétaire de mines dans la région de Saint-Étienne. Celui-ci entreprend alors de relever les ruines du château, il meurt toutefois presque ruiné avant d’être parvenu au terme de son projet (De Boos, 1998, p. 458). Ces travaux désordonnés, ainsi que l’ouverture de plusieurs carrières aux flancs de la butte qui porte le château, ont entièrement bouleversé le site et rendent aujourd’hui son interprétation très difficile.

La représentation de l’Armorial

5Le site de Marcilly est approximativement représenté depuis la plaine à l’est, en direction des monts du Forez à l’ouest (fig. 56). Le dessinateur s’est installé, une première fois, en contrebas du château de manière à englober dans son champ de vision, à la fois l’église (à laquelle il impose une torsion particulière), le village, deux petits hameaux, le château lui-même et le paysage environnant. Les nombreux détails qui émaillent le dessin prouvent qu’il a effectué de nombreux déplacements pour se rapprocher du château et de deux édifices extérieurs qui l’intéressaient particulièrement : l’église et une grange à toiture de chaume placée en bas et à droite du dessin. Le relief apparaît particulièrement bien rendu : le château est placé sur une éminence avec, à gauche de celui-ci, un mont qui semble plus bas en raison de la perspective mais qui en réalité est plus élevé. Le dessinateur s’est appliqué à restituer le relief rocheux, qui apparaît très accidenté en certains points précis et notamment sur le socle du château où les parois abruptes sont rendues par des pentes accusées et noircies à coups de plume et des rochers « drapés » de manière serrée. Le relief heurté se poursuit de part et d’autre de la porte d’accès à la courtine basse où la voie semble taillée dans le roc. Le ruisseau de la Goutte des Brosses s’insinue entre ces deux reliefs pour aboutir au hameau de La Brandisse, où existait un hôpital attesté dès le début du XIIIe siècle (Chartes du Forez, n° 605). Si la topographie et le relief apparaissent comme des éléments marquants du dessin de Marcilly, celui-ci livre aussi des détails pertinents sur le couvert végétal et sa répartition : ainsi les feuillus s’étendent aux alentours du site et les résineux apparaissent en arrière-plan sur le relief montagneux.

Fig. 56 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 441) : Marcillieu le chatiau.

  • 2 Renseignements Christian Le Barrier (INRAP).

6Le réseau viaire à proximité du site est aussi rendu avec attention. Une extrémité de pont apparaît en bas à gauche du dessin et le chemin qui en est issu conduit directement au bourg en franchissant un dénivelé marqué sur le dessin par des ondulations rocheuses. Une deuxième voie d’accès serpente vers l’entrée du château, en venant du nord. Le tracé, horizontal et aplani, au bas de la représentation, amorce un virage en épingle à cheveux au-devant du porche de l’église et se poursuit en oblique en haut, vers un carrefour placé en contrebas de l’entrée de la courtine extérieure du château. Un autre chemin vient enfin s’aboucher en ce point de rencontre et un ultime accès conduit vers la porte de la courtine. À ce stade de la description de la vignette, et pour compléter l’interprétation proposée par E. De Boos (De Boos, 1998, p. 458) qui suggère que le dessin de l’église Saint-Cyr révèle une erreur du dessinateur, nous proposons de voir plutôt une intervention délibérée de l’illustrateur. Celui-ci aurait en effet privilégié la représentation de l’église au détriment de son orientation. Le dessinateur, qui a en effet « retourné » l’église, s’est rapproché de l’édifice pour le dessiner avec un soin tout particulier. Une paroi haute et étroite forme le mur pignon ouest ; la porte, surmontée d’un arc en plein cintre, est ouverte. Au-dessus, un oculus est lui-même coiffé d’un solin de toiture à deux pentes reprenant les contours de la toiture du vaisseau central. Le clocher-peigne est ouvert par deux baies d’où surgissent deux grosses cloches qui semblent battre à la volée. Les deux travées de la nef, éclairées par deux petites baies hautes, se poursuivent par deux parois arrondies représentant l’absidiole et l’abside centrale. Ce plan, très simple, recoupe les résultats des recherches archéologiques effectuées dans l’église et le prieuré ; ces deux travées auraient été reconstruites aux XVe-XVIe siècles lors de l’édification du prieuré Saint-Cyr. Seul le chevet reste roman et la première travée occidentale date du XIXe siècle2.

7Quatre zones d’habitat groupé apparaissent, très nettement identifiées dans le dessin ; trois aux alentours du château et une à l’intérieur. Un ensemble de maisons s’appuie contre la courtine basse en contrebas du château, quelques toitures émergent en bas d’une pente très marquée. Un petit lotissement composé de cinq maisons s’est implanté de part et d’autre du carrefour placé à proximité de la porte du château ; un village se développe autour de l’église ; et, enfin, trois bâtiments, dont l’un est couvert de chaume, s’alignent le long du chemin principal conduisant au village puis au château. La vaste construction à toiture de chaume constitue un exemple unique dans la partie forézienne de l’Armorial, car l’entrait, le poinçon et les arbalétriers de la charpente sont dessinés avec précision. Les deux petites fenêtres évoquent davantage une grange qu’un logis d’habitation ; l’absence de cheminée et l’étroitesse des baies, qui sont sans meneau ni traverse, vont aussi dans le sens d’une telle interprétation.

8Installé au sommet d’une butte bien marquée par des pentes abruptes et des plis rocheux, le château de Marcilly se décompose selon un modèle castral assez classique : un donjon carré ceinturé d’une chemise, elle-même entourée d’une courtine basse polygonale enserrant des maisons. Les caractères du donjon, comptant deux étages ouverts chacun par une baie, sommé de hourds et recouvert d’une toiture à quatre pentes, conduisent à le comparer aux tours maîtresses de Donzy et de Fontanès. Celles de Souternon et de La-Tour-en-Jarez présentent deux petites variantes, l’une dans la toiture et l’autre dans la répartition des baies. D’autres tours comme celles de Châteauneuf et de Villerest s’écartent de ce modèle par l’absence de hourds. La Fouillouse, Roanne et l’Aubépin s’en distinguent également par la taille ou la hauteur. À Marcilly, un lanternon crénelé ponctue le sommet de la toiture, lanternon que l’on retrouve strictement identique sur les toitures des donjons de Roanne et de Renaison par exemple.

9Une chemise quadrangulaire, protégée aux angles par des échauguettes sur consoles, enserre la partie sommitale du site castral. Le donjon, décalé vers l’arrière de la plate-forme, semble accolé à la paroi nord de la courtine et des toitures émergent des hautes courtines, marquant ainsi la présence d’édifices seigneuriaux. Ce type d’enceinte géométrique, à quatre côtés munis aux angles d’échauguettes sur consoles, se retrouve à Monsupt, où ces tourelles possèdent des meurtrières, et se rapproche également de celle de Saint-Marcellin-en-Forez, bien que l’emprise de l’enceinte castrale y soit infiniment plus vaste. La chemise est percée en son centre d’une tour-porte carrée, couronnée de hourds. La porte montre la présence d’une feuillure pour la herse.

10En contrebas du château, dans la basse-cour, se développe une zone d’habitat aisément interprétable par l’émergence des parties hautes des pignons et des murs gouttereaux de maisons, comportant fenêtres à meneaux et traverses, cheminées et toits de tuiles. Réparti en bas de pente, cet habitat castral est ceinturé par une enceinte polygonale confortée par des tours circulaires (deux) et carrées (deux), toutes crénelées et protégées par de petits toits de tuiles. Un chemin de ronde crénelé parcourt la partie sommitale des courtines, alors que la base de l’enveloppe défensive (courtines et tours) est percée de meurtrières-canonnières à double empattement. Six étendards, sans doute aux armes des ducs de Bourbon (les armes aux trois fleurs de lys sont clairement identifiables dans un seul cas), flottent au sommet des tours. La porte d’entrée de l’enceinte basse est conforme à un schéma fréquemment rencontré : elle est surmontée d’un arc en plein cintre et entaillée d’une engravure de herse. Une grosse bretèche crénelée, placée en surplomb sur deux rangs de mâchicoulis sur consoles, assure la défense de l’entrée en association avec une tour carrée placée à proximité immédiate.

Les données archéologiques et le parcellaire

11Le site castral est placé sur une éminence à 577 m d’altitude, sur un des contreforts des monts du Forez qui offre un vaste champ de vision sur la partie centrale de la plaine (fig. 57, 59). Le dessin de l’Armorial présente une topographie très accidentée, mais celle-ci est aujourd’hui très atténuée, ayant été inlassablement gommée depuis la démolition du château par les déblaiements, aplanissements et aménagements successifs de la plate-forme castrale. Au sud-ouest, à gauche du château sur la vignette, un mont légèrement plus élevé (altitude : 601 m) participe à une ligne de crête assez plate, aisément praticable, qui se développe à l’arrière du château en dessinant une vaste zone ouverte, facile à surveiller. Il est naturellement impossible d’attester de la fixité des chemins depuis le Moyen Âge, surtout dans ce type de dessin qui offre une image assez schématique de leurs tracés. Cependant, les grandes orientations et directions des axes de cheminement restent sensiblement superposables, si l’on excepte les défauts de perspective, avec celles de la voierie actuelle. Les voies d’accès sont tracées avec soin pour ce qui concerne leur profil et leur destination : pont, pentes ou espaces plans, virages, croisements et entrées de portes constituent les points d’ancrages de ces itinéraires. Les divers cartes et plans cadastraux reflètent bien ces tracés (fig. 58). L’un venant de Brandisse, franchit le pont en direction du village et de l’église, artificiellement retournée sur le dessin, puis monte vers le château en le contournant par l’est en direction de Marcoux. Le carrefour loti existe encore, puis la rampe d’accès à la porte de l’habitat castral se perd dans une zone aujourd’hui boisée et broussailleuse.

Fig. 57 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 58 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 59 - Vue générale du site : au premier plan, le village et l’église Saint-Cyr, au second plan, le château.

12L’implantation précise des deux enveloppes castrales – celle du château et celle de son habitat subordonné – pose toutefois un gros problème d’orientation cardinale en raison de l’absence de vestiges sur le terrain. On ne peut malheureusement pas exclure que le dessinateur ait effectué un retournement de tout ou partie des enceintes comme il l’a fait pour l’église afin de restituer les informations qui lui semblaient impératives. Le plan cadastral napoléonien offre un vide « sidéral » à l’emplacement du château ; cet espace, segmenté en deux parcelles (90 et 101), ne contient, en effet, pas la moindre trace de bâti. On peut donc légitimement penser que le château était alors dans un état de ruine extrêmement avancé et largement recouvert par la végétation. Le cadastre actuel, quant à lui, livre les contours du site fortifié, aujourd’hui occupé par une volerie, à laquelle on accède par l’ouest. Ce tracé n’est autre que celui de l’enceinte de l’habitat castral, qui correspond à l’enceinte basse de la vignette de l’Armorial. Cette interprétation est incontestable malgré l’indigence des arguments disponibles. Les preuves se réduisent, en effet, à peu de choses : des données topographiques, la persistance d’une partie du réseau viaire et le maintien en place de quelques maçonneries résiduelles. Cependant, d’après les prospections de terrain, il semble plausible de restituer l’entrée du site castral à proximité immédiate de la grosse tour bâtie au XIXe siècle au sud-est, c’est-à-dire à l’opposé de l’entrée actuelle. Comme nous l’avons souligné dans l’introduction historique de cette notice, une très grande partie du château a été reconstruite après 1870 par Hyppolyte de Sauzéa-Monteille, qui s’intéressait particulièrement à la portion orientale de l’enceinte, seule partie du château visible de la plaine du Forez. Grâce à cette obsession, quelques dizaines de mètres de courtines et les parties basses des trois tours ouest et nord ont miraculeusement échappé aux coups de pioche du « restaurateur » (fig. 60, 61). Ainsi trois meurtrières restent en place dans les tours ouest de l’enceinte castrale (fig. 62). L’utilisation de granit pour les piédroits des meurtrières ou pour les linteaux des entrées de trous de boulin sur la face interne de la courtine peut être considérée comme un marqueur des maçonneries médiévales conservées. Après confrontation avec les documents cadastraux, les deux puissantes tours rondes érigées par H. de Sauzéa-Monteille (fig. 63) remplacent à l’évidence les tours quadrangulaires appliquées contre le segment oriental de la courtine qui accueillait également l’entrée du castrum.

Fig. 60 - Vue partielle du front ouest de l’enceinte de l’habitat castral et d’une des tours de flanquement semi-circulaires. On notera la présence de très nombreuses reprises dans les maçonneries.

Fig. 61 - Vue de détail d’une des tours de flanquement semi-circulaires du front ouest. Celle-ci montre encore des ouvertures de tir en place.

Fig. 62 - Vue de détail d’une des ouvertures de tir du front ouest. Il s’agit d’une étroite embrasure verticale percée en son centre après coup d’une ouverture pour arme à feu.

Fig. 63 - Une des deux puissantes tours bâties à la fin du XIXe siècle sur la face orientale du site, face à la plaine du Forez, par Hyppolyte de Sauzéa-Monteille.

13L’analyse devient plus complexe pour ce qui concerne le château proprement dit. Il s’avère toutefois que l’emprise au sol de la chemise quadrangulaire subsiste ainsi que quelques très rares élévations. Le contour de celle-ci, qui s’estompe au rythme des éboulements et reconstructions successives, apparaît de manière plus précise sur les photographies aériennes que sur le terrain. Néanmoins, il semble peut-être possible d’identifier l’ébauche d’une, voire de deux échauguettes aux angles sud-est et nord-est de la chemise. Une incertitude subsiste concernant la position de la porte d’entrée du château au Moyen Âge. Sur le dessin de l’Armorial, elle prend place à la base d’une tour carrée construite au centre du segment méridional de la chemise (même s’il reste de toute façon assez périlleux d’établir des orientations cardinales précises à partir de la seule observation de la vignette...). Il n’en subsiste toutefois aucune trace aujourd’hui. Aurait-elle pu être à la place de l’accès bâti au XIXe siècle par H. de Sauzéa-Monteille à l’ouest ? Dans ce cas le dessinateur aurait également « retourné » l’enceinte, comme il l’a fait pour l’église. Enfin, de même, l’emplacement du donjon, absolument invisible aujourd’hui sur un terrain drastiquement remanié, reste encore plus hypothétique et nous ne saurions nous aventurer à oser une proposition sérieuse.

14Au final, la confrontation des informations livrées par la vignette avec les observations de terrain permet de proposer une hypothèse concernant les méthodes de travail du dessinateur. La distorsion infligée à l’église témoigne, en effet, des déplacements successifs de l’illustrateur. Une première station en contrebas du site, sur le chemin reliant le village au lieu-dit La Côte par exemple, lui permet d’embrasser la totalité du site, de marquer les contours topographiques essentiels : reliefs, voies d’accès et cours d’eau ainsi que les principaux habitats et les profils des enceintes et des organes de défense (donjon, tours et courtines). Dans un site comme Marcilly, il convient de s’éloigner de 500 m au minimum pour embrasser le paysage restitué sur la vignette ; or, à cette distance, il est absolument impossible de distinguer des éléments comme les meurtrières, hourds, guettes et crénelages. Les approches et déplacements aux alentours du site semblent donc ici attestés. Ceci apparaît d’autant plus certain que, outre le château, l’artiste concentre son intérêt sur deux édifices dont il s’est approché très près afin d’en restituer les détails avec une minutie qui n’a rien à voir avec les objectifs qui lui étaient impartis, même si les églises sont en général représentées dans l’Armorial avec un grand souci du détail. Lors de nos prospections de terrain dans le cadre de cette publication, nous avons parfois constaté des artifices de dessin consistant en des rotations de quelques degrés ou des retournements de certaines composantes de l’illustration. C’est le cas à Marcilly, avec certitude pour l’église et peut-être aussi pour l’emplacement de l’entrée du château. Les causes de ces positionnements « décalés » semblent multiples et pourraient être imputables à un souci de l’artiste de restituer un maximum de détails sur le dessin, associé au choix d’offrir la lisibilité de la partie au détriment de son emplacement exact.

Page 441
MARCILLIEU LE CHATIAU

Étude héraldique

793. Loys Bec crie Bec
de sable à la bande d’argent chargée de trois mouchetures d’hermine de gueules, posées dans le sens de la bande.
Louis Bec ou Bech, damoiseau, fils de Guillaume Bec. Il était seigneur de La Garde, Coutelas et Laye ; il en rend hommage au duc-comte et au sire de Beaujeu en 1441. Les armes qu’il portait semblent spécifiques à la branche des seigneurs de Coutelas.
• Sceau : Roman, 1909, 1199 (les étoiles qu’a lues Roman sont, en fait, des mouchetures d’hermine).
• Bétencourt, 1867, t. I, p. 86 ; Gras, 1874, p. 28 ; Tricou, 1965-1976, t. II, p. 125.

794. Guistard
d’or au lion de gueules.
Famille non identifiée.

Huit écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 En 1382, on construit une tour au château de Marcilly (Fournial, 1967, p. 341 ; ADL, B 2003, f° 4 v°).

2 Renseignements Christian Le Barrier (INRAP).

Table des illustrations

Légende Fig. 56 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 441) : Marcillieu le chatiau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 57 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 58 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 59 - Vue générale du site : au premier plan, le village et l’église Saint-Cyr, au second plan, le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 60 - Vue partielle du front ouest de l’enceinte de l’habitat castral et d’une des tours de flanquement semi-circulaires. On notera la présence de très nombreuses reprises dans les maçonneries.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 61 - Vue de détail d’une des tours de flanquement semi-circulaires du front ouest. Celle-ci montre encore des ouvertures de tir en place.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 62 - Vue de détail d’une des ouvertures de tir du front ouest. Il s’agit d’une étroite embrasure verticale percée en son centre après coup d’une ouverture pour arme à feu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 63 - Une des deux puissantes tours bâties à la fin du XIXe siècle sur la face orientale du site, face à la plaine du Forez, par Hyppolyte de Sauzéa-Monteille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access