Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Lavieu

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

438. Le chatiau de La Vieu
Département : Loire ; canton : Saint-Jean-Soleymieux ; commune : Lavieu

L’apport des sources écrites

  • 1 Le roi Charles VIII confirme, en mai 1494, à Pierre II, duc de Bourbon, les droits régaliens accord (...)
  • 2 Cf. une mise au point sur ce sujet dans Perroy, 1977, t. I, p. 416-417.
  • 3 18 juin 1270 : testament du comte Renaud, qui fonde, notamment, un anniversaire dans l’église Notre (...)
  • 4 Pour les années suivantes, voir De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 397 sq.

1Lavieu apparaît pour la première fois dans une bulle du pape Eugène III, du 26 février 1153, adressée à Guichard, abbé d’Ainay à Lyon, par laquelle il confirme à son monastère le patronage d’un certain nombre d’églises dont celle de Lavieu (Cartulaire d’Ainay, t. I, n° 34). Dédiée à saint Jacques le Majeur, elle figure dans le pouillé du diocèse de Lyon de 1225 ; le prieur de Saint-Romain-le-Puy, dépendance de l’abbaye d’Ainay, est alors collateur de la cure (Pouillés de la province ecclésiastique de Lyon, p. 5). En 1167, le comte de Forez, Guy, reçoit en augment de fief du roi Louis VII les droits régaliens dans les châteaux de Marcilly, Donzy, Cleppé, Saint-Priest, Lavieu et Saint-Romain (Chartes du Forez, n° 1563)1. On ne connaît aucune famille aristocratique liée au château de Lavieu, qui semble déjà être au comte de Forez au milieu du XIIe siècle. En effet, contrairement à ce qu’avance l’historiographie ancienne, la famille de Lavieu ne semble pas liée au château du même nom. Celle-ci paraît originaire du Lyonnais et aucun de ses membres n’est attesté comme seigneur du château de Lavieu : à partir de 1324, seul le hasard d’un échange amène certains Lavieu à Écotay, château voisin2. Pour tout le XIIIe siècle, les mentions du castrum et de la villa de Lavieu sont relativement nombreuses. En décembre 1250, Jean Garin, de Monsau, domicellus, et sa femme, vendent divers biens au prieuré de Saint-Romain-le-Puy, dont un cens en seigle sur la terre de Chatelville située dans la paroisse de Lavieu (Chartes du Forez, n° 456). À l’occasion d’une transaction passée au mois de juillet 1265, entre Roland de La Bâtie, chanoine de Montbrison, et le prieur de Saint-Romain-le-Puy, le castrum de Laviaco est mentionné dans les limites d’un domaine sur lequel le prieur accorde un cens de 20 sous (Chartes du Forez, n° 476). En 1272, Aymone, femme de Guillemet Ronnin et fille de feu Aymonet de Fontanès, cède à son mari tous les biens provenant de sa dot, situés à Fontanès, Saint-Héand, Grammont, etc. En échange, il lui cède tous ses droits dans la villa de Bussy dans le mandement de Lavieu (Chartes du Forez, n° 162). En 1297, Guichard de Says, domicellus, reconnaît tenir en fief lige du comte de Forez ses rentes in villa castri et infra castrum de Laviaco (Chartes du Forez, n° 443). Le XIVe siècle nous livre, comme le XIIIe siècle, toute une série de textes. Au mois de novembre 1317, est dressé un procès-verbal des limites des seigneuries de La Roue et de Montpeloux, appartenant à Bertrand, seigneur de La Roue, et celles de Châtelneuf, Écotay, Lavieu, etc. appartenant au comte de Forez (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1465). Le 20 octobre 1330, Dinot de La Bâtie vend au comte de Forez, pour 500 livres viennoises, sa maison située « auprès » du château de Lavieu (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 1932). En 1349, une sentence arbitrale est rendue entre le précepteur des maisons de Saint-Jean-de-Jérusalem de Chazelles, de Montbrison et de Verrières et le châtelain de Lavieu, représentant le comte de Forez, au sujet de l’érection d’un pilori au pont de la Crusille et de la juridiction que chacune des parties prétendait avoir sur les manses de Chassagneu et de Sauvazon (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 2538). À la fin du XIVe siècle, les officiers du duc de Bourbon en Forez ordonnent au prévôt de Lavieu de saisir diverses rentes situées à Lavieu et usurpées par le seigneur de La Roue (Titres de la maison ducale de Bourbon, n° 3535). Dans son testament, établi en juillet 1239, le comte de Forez Guy IV lègue 50 sous à sa chapelle de Montbrison, à percevoir dans le mandement de Lavieu (Chartes du Forez, n° 1386). Par la suite, les nombreux anniversaires fondés par les comtes de Forez, puis par les ducs de Bourbon, dans la collégiale Notre-Dame de Montbrison seront de même assis sur les revenus de la châtellenie de Lavieu3. À partir des années 1240, se succèdent les mentions de châtelains, prévôts ou sergents de Lavieu au service des comtes de Forez : en 1248, Brunel Vallier est châtelain de Lavieu (Chartes du Forez, nos 1070 et 1202) ; en 1310, Renaud de Langes, est châtelain de Lavieu, ainsi que de Sury-le-Comtal, Saint-Bonnet-le-Château, Monsupt, Marols et Saint-Marcellin (Chartes du Forez, n° 1677, note 1) ; le 11 juin 1316, Simon de Careisieu est nommé prévôt de Lavieu ; le 23 juin de la même année, Poncet de Fontferrières devient châtelain de Lavieu (De La Mure 1860-1897, t. I, p. 350 note n° 1) ; le 6 mars 1334, c’est au tour de Robert Vernin ; le 9 juin de la même année, Guyonet Barbier est nommé sergent de Lavieu et de Monsupt (De La Mure 1860-1897, t. I, p. 397 note n° 1)4.

2Enfin, un terrier de la châtellenie de Lavieu dressé en 1394-1395 (ADL, B 2034), nous donne quelques indications topographiques sur le site lui-même avec la reconnaissance de Jean Fournier pour sa maison à Lavieu et pour une cartonnée de terre, située subtus portam magnam, juxta iter quo itur de ecclesia beati Jacobi apud Montembrisonem ex borea ; celle de Pierre Gay, pour un jardin près du colombier, une demenchée de terre près du puits au nord, une demenchée de terre près de la route du marché à la grande porte du castrum ; ou encore celle de Jean Sole, pour une demenchée de terre près de la route qui va du castrum de Lavieu à Châtelville.

  • 5 Le château serait démoli en 1611 (Gardes, Houssel, 1985, p. 434-436).

3À la fin du XVIIe siècle, il ne reste déjà plus grand-chose du château et du castrum de Lavieu. Lors de l’état des lieux général des châteaux foréziens, réalisé à la fin des années 1660 et au début des années 1670, celui-ci apparaît comme tout à fait ruiné. Il ne subsiste alors plus, outre les éboulis et les pierriers, que les vestiges d’une grande enceinte arasée et de deux tours appartenant à celle-ci (De La Mure 1860-1897, t. I, p. 37). Le curé du lieu déclare aux enquêteurs que le château a été démoli sur ordre du roi Henri IV et du gouverneur de la province du Forez, le château servant alors de repaire aux diverses bandes armées, catholiques ou protestantes (De La Mure 1860-1897, t. I, p. 41)5. Au début du XXe siècle, lors de la rédaction des « Châteaux historiques du Forez », Émile Salomon constate qu’il ne demeure plus guère du château « qu’un débris de donjon et un bâtiment du XVe siècle ». L’illustrateur de l’ouvrage, G. Jourda de Vaux, nous livre d’ailleurs un dessin, peu clair, de ces vestiges (Salomon, 1916-1926, t. I, Lavieu).

La représentation de l’Armorial

4La représentation de l’Armorial de Guillaume Revel montre un site classique dans son développement et aisé dans son analyse (fig. 30). Le château proprement dit, qui se résume en fait à une tour maîtresse quadrangulaire, occupe le centre du site ; l’habitat castral, clos d’une enceinte, s’est développé autour de celui-ci. L’ensemble est vu depuis le sud-est. Le donjon est un haut bâtiment à quatre niveaux, vraisemblablement carré, couronné de créneaux. Deux faces sont visibles, présentant chacune quatre ouvertures. À l’ouest, sont matérialisées, au niveau supérieur, deux baies à meneaux et traverses et, à un niveau inférieur, deux fenêtres à simple traverse ; à l’est, apparaissent deux petites ouvertures quadrangulaires que surmontent deux baies à simple traverse. Toutes évoquent la fin du Moyen Âge ; cependant la représentation, généralement très standardisée, des ouvertures les rend de fait assez indatables. Une bannière aux armes des ducs de Bourbon (trois lys d’or) trône sur le toit. Le donjon, probablement en raison de sa valeur symbolique, paraît nettement surdimensionné par rapport aux autres constructions. Une large enceinte crénelée, de forme ovalaire, enserre l’habitat castral. Il ne semble pas y avoir de fossé. Cette enceinte est cantonnée de plus d’une douzaine de tours, de hauteur variée. Ces tours sont circulaires, crénelées, sans ouverture, et percées d’au moins deux ouvertures de tir à leur base. La muraille du bourg comporte deux portes couvertes d’un arc en plein cintre. L’une, à l’est, prend place dans une haute et étroite tour-porte carrée, munie de deux ouvertures de tir à sa base. Elle possède des mâchicoulis, sous lesquels s’ouvre, au sud, une minuscule fenêtre quadrangulaire. La tour est couverte d’une toiture à quatre pans, que surmonte une bannière ornée du dauphin des comtes de Forez. Il s’agit vraisemblablement de la porta magna des textes. À l’ouest, la porte est ménagée directement dans le rempart ; une petite barbacane quadrangulaire, percée d’ouvertures de tir, mais non crénelée et s’ouvrant au sud sur une large porte rectangulaire, la précède.

Fig. 30 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 438) : le chatiau de Lavieu.

5L’habitat castral présente une occupation dense, près d’une trentaine de maisons y sont figurées ; la représentation de celles-ci reflète une grande standardisation. Elles possèdent, en règle générale, une porte et une fenêtre à meneaux sur le mur pignon, deux fenêtres plus petites sur le mur gouttereau et, sur le toit à deux pentes, une cheminée à souche cylindrique, d’un type classique à la fin du Moyen Âge. Aucun édifice ne se distingue particulièrement par ses dimensions ou par sa forme. Il est à noter que l’église n’est pas visible, peut-être est-ce dû à sa situation très en arrière du donjon, à l’est. Toutefois, les illustrateurs de l’Armorial ne se soucient habituellement guère de perspective ou de proportion et matérialisent, quel que soit leur emplacement, les édifices remarquables ; l’église est alors probablement peu significative dans le paysage. Hors de l’enceinte, au sud, se développe un important faubourg bordant la route qui démarre de la Grande porte et se dirige vers le sud. Enfin, si la représentation du bâti est, généralement, assez standardisée, on remarquera les efforts réalisés par l’artiste pour rendre le relief et la topographie du site.

Les données archéologiques et le parcellaire

  • 6 Il s’agit probablement de la maçonnerie évoquée par É. Salomon (cf. supra) ; mais aucune trace du b (...)

6Le château de Lavieu occupe un pointement basaltique, aux pentes vives. Comme l’indique l’Armorial, aucun fossé ne paraît avoir entouré le site, qui utilise uniquement le relief, naturellement escarpé, pour sa défense (fig. 31, 32, 33). Au sommet du tertre, un important affleurement du substrat forme une petite plate-forme sur laquelle devait s’élever la tour maîtresse quadrangulaire, dont il ne subsiste aujourd’hui plus rien (fig. 34). Dans l’ensemble, les vestiges médiévaux sont quasi inexistants : l’enceinte, elle-même, déjà très arasée à la fin du XVIIe siècle, a totalement disparu. À l’ouest, seul un chicot de maçonnerie, en basalte et granit, est encore visible6 (fig. 35). À l’est, un peu au-delà de l’église, un mur apparaît dans une coupe et, sur le flanc nord du tertre, émerge à peine le sommet d’un puits, qui est peut-être à lier à des mentions de la fin du XIVe siècle. Enfin, d’importantes anomalies topographiques, des tessons de céramique et de nombreux éclats de tuiles sur le chemin ceinturant le site, marquent aussi la présence ancienne du château. Aucune des constructions présentes aujourd’hui sur les flancs sud et ouest du relief ne montre d’élévations médiévales. À l’exception de l’église, rien ne semble, au vu des élévations extérieures, remonter au-delà des XVIIe -XVIIIe siècles. L’église est en partie médiévale et date des XIIe -XVe siècles pour les phases de construction les plus anciennes (fig. 36). Deux chapiteaux encadrant le portail pourraient être du XIe siècle (fig. 37). L’église, située au nord-est de la plate-forme sommitale, en bordure du tracé de l’enceinte, est manifestement, à l’origine, une chapelle castrale devenue progressivement église paroissiale. L’étude du parcellaire n’apporte que peu de renseignement à la connaissance du site. Une grande parcelle et quelques parcelles secondaires, formant un espace grossièrement circulaire, d’environ 120-130 m de diamètre, nous donnent les limites générales du castrum et l’emprise au sol de l’habitat castral et de son enceinte. Une grande entaille triangulaire dans le parcellaire, au sud-est de l’enceinte, paraît marquer l’emplacement de la tour-porte visible sur la représentation de l’Armorial. Dans l’axe de cette échancrure se dessine un chemin, presque disparu aujourd’hui, qui correspond à la route figurant sur l’Armorial. La présence de la seconde porte, à l’ouest, se laisse plus difficilement deviner.

Fig. 31 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 32 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.

Fig. 33 - Vue d’ensemble du site.

Fig. 34 - Vue de la plate-forme du château.

  • 7 Il est bien évidemment possible d’imaginer que l’artiste ne se soit que peu rendu sur place et que (...)

7Si pour un certain nombre de sites, il est possible de démontrer que les illustrations de l’Armorial de Guillaume Revel présentent une grande exactitude, il y a, pour le château de Lavieu, un contraste saisissant entre la vignette de l’Armorial, représentant un gros donjon carré dominant un important habitat castral, ceint d’une vaste enceinte circulaire renforcée d’un grand nombre de tours, et les vestiges actuels qui se limitent à quelques rares pans de murs. Même si le château de Lavieu a eu, peut-être plus que d’autres, à subir les assauts du temps et des hommes, il suffit de regarder la topographie actuelle des lieux pour se rendre compte que le castrum représenté sur l’Armorial a des proportions qui dépassent largement les possibilités de l’endroit. Ceci, joint au fait que la représentation est, dans l’ensemble, très standardisée, laisse supposer que lors de l’exécution de l’Armorial, le site était déjà dégradé, obligeant le dessinateur à extrapoler pour donner une représentation du site conforme à l’esprit général et au prestige de l’Armorial7.

Fig. 35 - Vestiges des maçonneries du château.

Fig. 36 - L’église Saint-Jacques.

Fig. 37 - Portail de l’église Saint-Jacques.

Page 438
LE CHATIAU DE LAVIEU
Étude héraldique

785. Le prieur de Goumieres avoy de Laliere
d’azur au lion d’argent – l’écu posé sur un bâton de prieur.
Personnage non identifié de la famille de Vitry de Lalière (De Boos, 1998, nos 26 et 706). Le prieuré de Gumières avait été fondé vers la fin du Xe siècle par le prieur Amblard, sur un chemin de pèlerinage. Son histoire est mal documentée.

786. Garin Lautous crie Loutous
de gueules au lion d’or, couronné d’argent, accompagné en chef de trois aiglettes d’or, couronnées d’argent, membrées de sable – cimier : une tête et col de lion.
Garin Letous (ou Lotous, Lothous), damoiseau, fils de Lambert Letous, seigneur d’Ailly et Le Rousset. Il hérita ces fiefs et en rendit hommage au duc de Bourbon en 1441 et 1458. Les armes de cette famille sont sculptées dans l’église de Soleymieux et sur les voussures du portail de l’église de Saint-Jean-Soleymieux.
• Gras, 1874, p. 152 ; Perroy, 1977, t. I, p. 461.

Deux écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Le roi Charles VIII confirme, en mai 1494, à Pierre II, duc de Bourbon, les droits régaliens accordés par son prédécesseur, Louis VII, sur divers châteaux dont celui de Lavieu (De La Mure, 1860-1897, t. II, p. 219).

2 Cf. une mise au point sur ce sujet dans Perroy, 1977, t. I, p. 416-417.

3 18 juin 1270 : testament du comte Renaud, qui fonde, notamment, un anniversaire dans l’église Notre-Dame de Montbrison de 10 livres viennoises à prendre dans le mandement de Lavieu (Chartes du Forez, n° 1485). La duchesse de Bourbon fonde, le 9 septembre 1415, un anniversaire dans l’église Notre-Dame de Montbrison, à prendre sur les revenus de la châtellenie de Lavieu (De La Mure, 1860-1897, t. II, p. 115).

4 Pour les années suivantes, voir De La Mure, 1860-1897, t. I, p. 397 sq.

5 Le château serait démoli en 1611 (Gardes, Houssel, 1985, p. 434-436).

6 Il s’agit probablement de la maçonnerie évoquée par É. Salomon (cf. supra) ; mais aucune trace du bâtiment du XVe siècle !

7 Il est bien évidemment possible d’imaginer que l’artiste ne se soit que peu rendu sur place et que son dessin soit, en fait, un travail d’atelier, réalisé après coup, à partir d’un mauvais croquis. Toutefois, un certain nombre de détails, ainsi que des comparaisons avec la qualité des représentations pour des sites voisins de Lavieu, permettent d’affirmer que l’auteur de la vignette a bel et bien travaillé sur place, tout en restituant arbitrairement les éléments trop dégradés du site.

Table des illustrations

Légende Fig. 30 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel (Bnf, fr. 22297, p. 438) : le chatiau de Lavieu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 31 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 32 - Hypothèse de restitution du site (reportée sur le plan cadastral du XIXe siècle) d’après le parcellaire, les vestiges archéologiques et les informations de l’Armorial de Guillaume Revel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 33 - Vue d’ensemble du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 34 - Vue de la plate-forme du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 35 - Vestiges des maçonneries du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 36 - L’église Saint-Jacques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 37 - Portail de l’église Saint-Jacques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access