Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Monographies

Montbrison

Christophe Mathevot

Texte intégral

437. La ville et chatiau de Monbrison en la compté de Fores
Département : Loire ; canton : Montbrison ; commune : Montbrison

Le contexte archéologique et l’apport des sources écrites

  • 1 Cippe conservé au musée de la Diana à Montbrison et présentant des traces manifestes de remploi qui (...)
  • 2 L’agglomération gallo-romaine de Moingt – qui fait partie aujourd’hui de la commune de Montbrison – (...)
  • 3 Fodéré, 1619, p. 471. La Mure fait de Montbrison le Mediolanum de la Table de Peutinger (De La Mure (...)
  • 4 S’agit-il de saint Aubrin, patron de la ville ? Lamure rapporte la tradition de l’évêque lyonnais s (...)
  • 5 Selon Pierre Ganivet, il s’agirait plutôt d’un transfert de la mense de l’archevêque à celle du cha (...)
  • 6 Étienne Fournial y voit les signes d’un « petit hameau » et présume fortement de l’existence de l’é (...)
  • 7 Cette donation est rappelée dans une notice de circa 1160, connue par une copie de 1292-1293 (Chart (...)
  • 8 Chartes du Forez, n° 1 : ... ecclesiam Sancti Juliani Antiocencis... in vico qui Modonnium dicitur. (...)
  • 9 Moingt pourrait être le siège d’une de ces églises baptismales créées par les évêques dans les vici(...)
  • 10 Les castra de Salt (avant 1020) et de Randans (circa 950), situés également le long d’un axe majeur (...)
  • 11 Moingt s’étend jusqu’au Vizézy, élément naturel bornant, et vient lécher la butte castrale. Cette f (...)
  • 12 Existait-il déjà une église à Savigneux lors de la création du castellum ? L’église et le prieuré f (...)
  • 13 Chartes du Forez, n° 1285 cite les chapelles de Montbrison sans plus de précision.
  • 14 Selon Broutin, la translation se fait en 1230 (Broutin, 1874, t. 2, p. 306).
  • 15 La chapelle Saint-Aubrin et l’église collégiale sont plus « tardives » et sont du fait du comte Guy (...)
  • 16 Fournial, Gonon, 1967, p. 10 : ... la tour sus Saint Père le Viel... Livre des nouvelles de Jean Pu (...)
  • 17 De La Mure interprète volontairement mal la charte du Forez, n° 1286 à laquelle il eut accès. Le do (...)
  • 18 Axe nord-sud qui prend son essor au XIIe siècle (Fournial, 1967, p. 137).
  • 19 ... in ecclesia Sanctæ Mariæ Magdalenæ extra villam... (Cartulaire de Savigny, introduction, p. XCI (...)
  • 20 Fournial et d’autres à sa suite attribuent ces travaux à Guy IV (Fournial, 1967, p. 43-44). Pourtan (...)
  • 21 Un cimetière y est créé en 1194 (Chartes du Forez, n° 1298).
  • 22 Fodéré, et Renon à sa suite, évoquent une construction sur pilotis à cause de la nature marécageuse (...)
  • 23 Établissement doté de rentes assises sur les domaines comtaux de Chambéon et de Saint-Marcellin (Ch (...)
  • 24 Les trois « chapelles paroissiales » montbrisonnaises de Saint-Pierre, La Madeleine et Saint-André (...)
  • 25 Fournial, 1967, p. 46 : pont de l’Hôpital (1251), de Notre-Dame (1249).
  • 26 Collecte pro firmando castro.
  • 27 Fondation attribuée aux Lavieu. Fodéré évoque une première mention en 1254 (Fodéré, 1619, p. 473), (...)
  • 28 Broutin annonce 1278 (Broutin, 1874, p. 373). Mais les Antonins son citées avant 1258 (Chartes du F (...)
  • 29 Cette salle est aujourd’hui connue sous le nom de Salle héraldique de la Diana. Les héraldistes n’é (...)
  • 30 Fournial, 1967, p. 50 : « La chancellerie était un bâtiment à un étage bâti proche du pont Notre-Da (...)
  • 31 Un jeu de paume y sera même bâti en 1479 (Joulin, 1891 ; Barban, 1876).
  • 32 En 1377, les Antonins avaient reçu permission de Savigneux d’édifier une église, d’établir un cimet (...)
  • 33 Sur le passage du Forez aux Bourbon, cf. Colombet-Lasseigne, 2001.
  • 34 Il s’agit, entre autre, de la boucherie : le pont de la vieille boucherie est signalé à l’ouest, pr (...)
  • 35 La vente est faite aux enchères. Celui qui proposa de construire le plus de toises de muraille pour (...)
  • 36 La construction avait débuté en 1223, mais en 1370 les travaux étaient encore loin d’être achevés p (...)
  • 37 Cf. le manuscrit Granjon (1806) à la Bibliothèque de la Diana, V6, R4, f° 195.

1L’actuel bourg de Montbrison semble vierge de tout vestige antique, hormis la découverte d’un cippe1 qui rend tout au plus probable la proximité d’une voie desservant Moingt, important vicus gallo-romain distant d’à peine deux km2. Cette proximité incita les historiens du XVIIe siècle à croire en l’origine gallo-romaine de Montbrison, où selon eux s’élevaient déjà un temple à la déesse Brison, un palais, un lieu de justice et un château3. La première mention de Montbrison ne remonte cependant qu’au troisième quart du IXe siècle. Le chorévêque Audin4 remet au chapitre de l’église Saint-Étienne de Lyon deux vignes et un moulin situés apud Montembrisonem (Obituaire de la province de Lyon, t. I, « Obituaire de l’Église Primatiale »)5. La précocité exceptionnelle de cet acte dans la documentation forézienne n’est hélas pas suffisante pour attester de l’existence d’un quelconque établissement comtal sur la butte basaltique. S’agit-il des prémices d’un noyau de peuplement6 ? On apprend, vers 1096, l’existence d’un castellum et la création récente d’un hôpital par le comte Guillaume l’Ancien7. Quelques années plus tard, Montbrison est cité en tête des vigueries comtales. Rien ne permet de dater, ni d’envisager les origines et le développement de cette implantation comtale qui apparaît brutalement dans la documentation. L’hypothèse défendue par les historiens, à la suite des travaux d’Étienne Fournial, repose sur le contexte politico-militaire agité des années 1070-1080 : Montbrison serait une création du comte Artaud II repoussé à l’ouest du comté par l’archevêque de Lyon (Fournial, 1967, p. 36). Il n’est cependant pas prouvé que ce comte soit l’instigateur du castellum. La présence comtale semble ancienne aux abords de Montbrison, dans le vicus de Moingt. L’église Saint-Julien (Moingt), jadis remise en fief aux comtes per multa tempora, est alors restituée en 1096 par le comte Guillaume l’Ancien partant en croisade8. Le vicus, dont l’existence altimédiévale est attestée, fut donc entre les mains des comtes9. Contrôlant Moingt, ils auraient très bien pu susciter le castellum de Montbrison afin de mettre en défense10 le vicus, à moins qu’il ne s’agisse plus vénalement d’asseoir leur autorité sur ce fief. Le château comtal n’est en tout cas pas érigé sur les terres de Moingt11, peut-être par impossibilité de fortifier sur les terres de l’Église de Lyon. Montbrison est donc née en marge, peut-être, comme le pensait Étienne Fournial, sur le territoire de Savigneux dont l’église est à peine distante d’un kilomètre (Fournial, 1992, p. 335-345). Mais l’origine de Savigneux est tout aussi obscure que celle de Montbrison12. Aussi résignons-nous au silence des origines... Il semble qu’il y ait plusieurs chapelles à Montbrison dès 111613. Le chanoine De La Mure écrit en 1674 (De La Mure, 1674, p. 6, 18, 202) : ... ayant en son château de Montbrison une église d’ancienneté dédiée à Dieu en l’honneur de la bienheureuse Vierge Marie et de tous les saints, il [le comte Guillaume] a voulu édifier auprès de cette église une infirmerie ou maison d’hospitalité qu’il fondoit en l’honneur et sous le nom de cette même Vierge et de tous les saints. L’église aurait été détruite par Guy IV à la réserve d’une chapelle dédiée à saint Pierre qu’il conserva, mais à la place de cette vieille église dédiée en l’honneur de la sainte Vierge, il érigea et fonda… l’église collégiale Notre-Dame d’Espérance... à laquelle il donna les reliques qui estoient en l’autre et spécialement celle de saint Aubrin14, à la mémoire duquel fut depuis bâtie une chapelle dans ledit château. Les édifices les plus anciens seraient les chapelles Sainte-Marie et Saint-Pierre [le Vieux]15. Cette dernière s’apparente à une chapelle castrale16 et Sainte-Marie paraît contemporaine de la création de l’hôpital17. La proximité du Grand Chemin de Forez18 semble suffisamment attractive pour qu’un marché soit implanté à Montbrison avant 1160 (Chartes du Forez, n° 1286) et que le roi Louis VII assiste à une messe dans l’église de La Madeleine en 116319. Montbrison s’impose comme capitale des comtes après la permutatio de 1173 avec l’archevêque de Lyon (Chartes du Forez, n° 4). Désormais installé sur place avec son entourage, le comte Guy II devient un acteur important du développement urbain. C’est sans doute à cette époque que sont aménagés un canal près de la source du Vizézy, pour gonfler le cours de la rivière, ainsi qu’un second ouvrage qui conduit les eaux au pied de la butte castrale20. Guy II suscite également l’installation des Hospitaliers qui fondent la commanderie Saint-Jean vers 1180 (Chartes du Forez, nos 301, 305, 1295, 1572), peut-être dans l’espoir d’établir une nouvelle paroisse au sud-est du château21. Vaine tentative, puisque c’est la paroisse Saint-André (Chartes du Forez, nos 1307, note 4, et n° 1320, note 4), proche du Vizézy, qui naît (avant 1201). Guy II regarde désormais au sud et investit les terres de l’église de Moingt, dépendance du prieuré de Savigneux. Une léproserie (1198) est créée entre Moingt et Montbrison (Chartes du Forez, n° 306). L’Hôtel-Dieu est transféré outre Vizézy vers 1200 et une chapelle dédiée à Saint-Anne y est bâtie (Chartes du Forez, n° 1594, note 4). Guy IV poursuit l’extension urbaine au sud et fonde l’église collégiale Notre-Dame22 en 1223, le couvent des Pénitentes en 1230 (Broutin, 1874, t. 1, p. 80)23. Ces créations provoquent des heurts avec le prieur de Savigneux qui obtient du pape, en 1231 (Chartes du Forez, n° 612), l’interdiction de construire église ou cimetière sur ses terres24. Mais Montbrison se déploie bel et bien sur la paroisse de Moingt et des ponts sont jetés sur le Vizézy25. Fréquenté par marchands et pèlerins, le bourg est actif et peuplé. On voit apparaître plusieurs familles bourgeoises bien installées, preuve qu’une élite urbaine s’y développe. Il est question d’une charte de franchise dès 1223 (Chartes du Forez, n° 1344). Outre les droits concédés aux habitants, le projet de construction d’une seconde enceinte castrale est évoqué dans le texte26. Son achèvement ne semble effectif qu’au milieu du XIIIe siècle (Fournial, 1967, p. 43). L’enceinte est ouverte de trois portes : à l’ouest, « le Portail » jouxte la tour de la Barrière (1258), la « porte de l’archiprêtre » donne au sud et celle de Savigneux au nord (Fournial, 1967, p. 45). Un nouveau noyau de peuplement se développe au sud du château, le bourg Mauvoisin (1251). La ville s’étend également à l’ouest où s’établit un réseau de rues parallèles au Grand Chemin. Les nouveaux établissements religieux ne trouvent guère de place que dans des zones marginales : les Cordeliers s’installent à l’ouest du bourg vers 124027 et les Antonins érigent un hôpital proche de l’église de La Madeleine avant 125828. L’accroissement urbain est tel que le transfert hors du château de l’église Saint-Pierre est décidé un peu avant 1258 et que les églises Saint-André (Chartes du Forez, nos 948, 965, 971, 718, 513) et de La Madeleine (Chartes du Forez, nos 718, 513, 597) sont agrandies. Le Vizézy devient le nouveau cœur de la ville. Sur ses berges, le cloître Notre-Dame se garnit de maisons de chanoines mais aussi d’un hôtel où réside désormais le comte. Une délocalisation et une spécialisation du marché contribuent à la création de nouveaux espaces de commerce le long de la rivière : la savaterie, la corroierie, la saunerie, la tupinerie, le marché au grain, la boucherie « neuve ». Du début du XIIIe au début du XIVe siècle, l’étendue du territoire urbanisé a décuplé. Le centre politique n’est plus le château mais l’hôtel comtal situé au chevet de l’église collégiale. On y aménage une grande salle pour recevoir les États de Forez : sous une monumentale voûte ogivale en bois près de 1970 blasons sont probablement peints au début du XIVe siècle29. La chambre des comptes nouvellement créée s’y installe en 1317. La chancellerie, construite à proximité, est mentionnée dès 1312 et les grands officiers ne tardent pas à rechercher ce voisinage30. C’est à cette époque que les comtes aménagent également un hôtel « champêtre », un clos de plusieurs hectares avec fauconnerie et parc à daims, le tout au sud de la ville31. Si les premiers épisodes de la guerre de Cent Ans se sont déroulés loin du Forez, la défaite de Poitiers (1356) va avoir de lourdes conséquences financières et militaires pour le comté et sa capitale. En 1357, le roi impose aux Foréziens (ployant déjà sous la fiscalité comtale et seigneuriale) une participation financière à « l’effort de guerre ». La venue des commissaires royaux à Montbrison en 1358 provoque une révolte et ces derniers se voient violemment éconduits. La guerre devient hélas une réalité tangible, lorsqu’en 1359 les bandes armées de Robert Knolles incendient le bourg (Guigues, 1886, p. 36). Montbrison est encore visitée par Seguin de Badefol un peu avant 1365 (AN P 14023, n° 1394). Les déprédations sont importantes, Montbrison ressemble alors à un champ de ruines. Nombre d’habitations n’ont pas été rebâties durant la seconde moitié du XIVe siècle et les mentions de « mures » sont nombreuses dans tout le bourg (ADL, B 1864, fi 42, 75 ; B 1865, fi 35, 59 v°, 78 ; B 1866, f° 55 v° ; B 1867, fi 1, 2, 9 v°, 19 v° ; B 1873, f° 54v° ; B 1873, f° 90 v° ; B 1875, f° 34 ; B 2002, fi 9, 10, 11, 129 ; Chartes du Forez, n° 1192, note 10). La maison des Pénitentes est détruite, leur communauté dissoute et leurs biens remis au chapitre de la collégiale en 1362 (Renon, 1847, p. 45). L’administration comtale souffre également. La chancellerie est à l’abandon, Anne Dauphine en fait adjuger les ruines en 1412 considérant qu’il n’y a siege, ne habitation, aucune court, passé cinquante ans [...] que depuis que la [...] ville fu destruicte de feu par les Anglois (AN, P 14022, n° 1297). L’on s’active surtout à la réparation et l’entretien des fortifications castrales. En 1366, le comte autorise les consuls à lever une imposition sur les habitants pour doter le château d’un pont-levis (ADL, B 1909, f° 27). En 1382 (Fournial, 1967), des réparations sont effectuées au donjon et, en 1392, est levée une aide pour la reparation des murs du chastel (Fournial, 1967, p. 341). Parallèlement, les comtes réorganisent l’ost. L’office de capitaine, attaché au commandement d’une garnison, est d’abord créé dans les zones frontières puis à Montbrison même en 1365 et 1373 (BNF, lat. 10034, f° 61 ; Fournial, 1967, p. 338). La chancellerie se replie désormais infra castrum dans l’ancien cellier comtal qu’elle partage avec le juge qui y tient ses assises et la chambre des comptes s’installe dans le donjon (AN, P 492, n° 586). Les notables montbrisonnais se mettent à l’abri au sein de l’enceinte castrale dans leur maison de novo facto (ADL, B 1865, f° 25 ; B 1867, f° 1 ; B 1875, f° 34 ; B 1876, f° 13 v°). Il en est de même pour les chanoines et les Cordeliers qui s’installent avec leur trésor près du cellier comtal (Renon, 1847, p. 83 ; Bernard, 1835, t. 1, p. 325 et 339). Le château, déserté il y a une centaine d’années, devient surpeuplé. Ne pouvant sans doute plus faire face à la densité d’occupation castrale, une nouvelle chambre des comptes et une prison sont construites en 1383 à l’extérieur de l’enceinte mais près de la porte (ADL, B 1866, f° 23 v°, 44 v° ; B 1875, f° 34 ; AN P 492 n° 587 et P 14023, n° 1405 ; Fournial, Gonon, 1967, [32]). Les bâtiments sont construits avec les pierres de bâtiments urbains en ruine. Hors du château et de ses abords, on signale des dons pour la reconstruction du clocher de Saint-André dès 1360 (ADL, B 1864, fi 42, 51, 60, 75). Les legs se multiplient aussi pour l’église Saint-Pierre. En 1377, les Antonins obtiennent même l’autorisation de bâtir une église pour leur commanderie32. Le couvent ruiné des Cordeliers n’est réédifié qu’en 1395, date à laquelle le duc remet aux religieux 50 livres tournois pour convertir au bastiment et couverture de leur eglise (ADL, B 1865, fi 35, 59 v°, 78, 133 ; B 1867, fi 1, 9 v°, 19 v° ; B 1869, fi 52, 53 ; B 1926, f° 15 v°). Un problème de taille subsiste : le bourg est dépourvu de fortifications. C’est aux ducs de Bourbon, nouveaux maîtres du Forez33, que Montbrison doit sa fortification urbaine. La clôture est envisagée par le duc Louis « voyant que la ville s’était remise et grandement réédifiée » (Ferret, 1990, p. 521), mais abandonnée après sa mort (1410) car sans doute jugée trop coûteuse. Aussi Montbrison est encore saccagée par des troupes bourguignonnes en 1422 (Steyert, 1895-1939, t. II, p. 593). On se borne à réparer le donjon en 1423-1424 (Fournial, 1967, p. 449). Il faut attendre 1428 pour que la duchesse Marie de Berry autorise les habitants à lancer les travaux et creuser des douves. Le tracé de l’enceinte est décidé par le comte-duc, assisté de quatre prudhommes, et le déplacement des marchés « de plusieurs denrées » est programmé34. Des douves sont creusées, alimentées par un béal et empoissonnées. Les travaux semblent terminés en 1437 (ADL, B 1895, f° 236 v°). En 1438, le duc Charles affirme que : par le moyen de la fortification de ladicte ville que de nouvel a esté tout a neuf moult somptueusement close et fortifiee... ladicte ville est de present mieux publee d’habitans et plus frequentee de survenens que ne souloit... (AN, P 13782, n° 3081, f° 5 bis). Les habitants ont financé une partie des fortifications en échange d’exemption d’impositions et les maisons d’église ont aussi été lourdement mises à contribution. Les Cordeliers ont vendu une maison et engagé leurs calices et les meubles les plus précieux de leur sacristie35. Les chanoines éprouvent aussi des difficultés à terminer le chantier de l’église collégiale36 ; le poids du chantier pesant lourdement sur les finances du chapitre. Une supplique envoyée au duc de Bourbon en 1442 est très explicite : « Par le fait des ravages des guerres et de diverses calamités qui se sont produites..., le doyen de ladite église et son chapitre se sont trouvés dans la nécessité, pour la conservation dudit lieu [le bourg], pour en compléter et consolider les murailles, pour y creuser des fossés, et y établir des ouvrages de défense, de dépenser des quantités d’argent, et de plus le campanile s’est complètement écroulé, entraînant ses cloches, par le fait d’un incendie accidentel... » (Relave, 1906, p. 43). En réponse, le duc Charles de Bourbon commet dès 1443 (Renon, 1847, p. 143) le bailli de Forez pour aider à trouver des matériaux afin d’achever la construction du grand portail et des deux tours servant de clochers. Auguste Bernard nous apprend que les travaux en étaient arrivés au portail en 1459 (Bernard, 1835, t. 2, p. 56). En remerciement, l’église est dès lors placée sous le vocable de Notre-Dame-d’Espérance, en rappel de la devise et de la magnanimité des Bourbons. L’église est consacrée en 1466 (Renon, 1847, p. 146). L’évolution de l’armement et les guerres civiles de la seconde moitié du XVIe siècle vont contribuer à l’obsolescence du système défensif et à la destruction du château. Les lourds sacrifices des Montbrisonnais n’auront pas évité le sac de la ville en 1562. Les troupes protestantes du baron des Adrets percent une brèche dans l’enceinte en cinq heures avec seulement trois pièces d’artillerie. S’ensuit un massacre épouvantable accompagné d’incendies, de pillages et profanations de tombes... Bastion catholique et ligueur, Montbrison fait l’objet de plusieurs tentatives de siège. En 1590 on renforce les fortifications et l’on met en défense au mieux les abords : la commanderie Saint-Antoine est même démolie afin d’y dresser une batterie pour battre les courtines. Le château, qui perd son donjon, touché par la foudre en 1582, est démantelé complètement quelque temps après sur ordre d’Henri IV (Ferret, 1991, p. 619). Il sert ensuite de carrière, ainsi les Visitandines reçoivent-elles en 1646 le droit « de faire tirer de la pierre en la motte et château de Montbrison » pour bâtir leur couvent (Broutin, 1874, t. 2, p. 231). Montbrison joue néanmoins son rôle de capitale de province et conserve ses douves et fortifications urbaines jusqu’à la Révolution. La ville perd définitivement ses remparts en 1792 : « Quand Lyon se détermina à soutenir un siège, les Montbrisonnais épousèrent ses intérêts. Ils réparèrent les brèches que le temps avait faict à leurs remparts. Le proconsul Javogues prend possession de la cité qui s’était défendue pendant un mois. Par son ordre les murs sont renversés... Contre son intention Javogues rendit un service important à ses concitoyens. La hauteur des murs empêchait dans les rues la circulation de l’air, les eaux fétides qui croupissaient dans les fossés profonds saturaient l’atmosphère de miasmes putrides... M. Lachèze maire... a faict déblayer ces amas de ruines qui attristaient les regards, combler les fossés, planter des avenues qui rendent notre ville une des plus salubre et agréable du département... »37.

La représentation de l’Armorial

  • 38 Il y en avait au moins trois en 1489 selon de La Mure : celui de La Barrière, celui de La Cordonner (...)

2La vignette de Montbrison ouvre la série des vues foréziennes (fig. 23). La capitale du comté a fait l’objet d’un travail soigné, d’un dessin précis et d’une mise en couleur totale. La représentation est organisée autour de deux ensembles : le castrum et le bourg, vus depuis le sud-est et replacés dans leur contexte topographique. Les derniers contreforts des monts du Forez sont représentés à l’ouest avec le débouché de la vallée du Vizézy dans la plaine du Forez. Il se prolonge dans la plaine pour aboutir sur une butte sur laquelle le château est érigé. À l’ouest du bourg, au pied des monts du Forez et dans la vallée du Vizézy, sont figurés deux moulins (simples bâtiments barlongs à étage et couverts à deux pans) équipés d’une roue à aube verticale en bois mue par l’eau d’un bief dont le cours est parallèle à la rivière. Un chemin descend de la vallée, au sud du bief. Il enjambe les eaux par une planche située à proximité de l’enceinte puis se dirige au nord où il n’est plus figuré. Le parcours urbain des eaux n’est pas visible, mais après avoir franchi la ville en traversant l’enceinte, elles se déversent dans les douves est à proximité de ce qui semble être deux écluses ou un pont canal maçonné. Plusieurs biefs prennent ensuite naissance et semblent alimenter au moins un moulin où n’est figurée aucune roue à aube. Le château comprend deux enceintes. Le premier ensemble sommital est composé d’un grand bâtiment barlong à au moins deux niveaux, charpenté à quatre pans, couvert d’ardoises et largement ouvert de fenêtres à traverse et meneau. On distingue au niveau inférieur et à l’est un petit appentis accolé à l’édifice. Deux tours carrées couvertes en ardoises se dressent au nord-ouest et nord-est du bâtiment. À l’ouest, la tour la plus haute est crénelée et surmontée d’un lanternon en bois également couvert d’ardoises. L’autre est hourdée et surmontée d’un étendard aux armes des Bourbons. Les deux tours sont dotées de deux mâchicoulis sur chaque face visible. Ils reposent sur des arcatures naissant au pied des constructions. Cet ensemble est clos d’une enceinte rectangulaire crénelée sans tour et surplombant la seconde enceinte castrale. Celle-ci se déploie de façon ovoïde autour de la butte. Les courtines crénelées sont percées de meurtrières à leur base et flanquées d’au moins deux tours carrées crénelées également ouvertes de meurtrières. La tour de la Barrière, circulaire, représentée exagérément haute, s’élève à l’ouest de l’enceinte. Cette dernière, à la base talutée et ouverte d’une meurtrière, est surmontée d’un hourdage et d’un toit conique en tuiles avec l’étendard aux trois fleurs de lys d’or. À l’intérieur de la seconde enceinte, une quinzaine de logis s’organisent d’une façon complexe. L’enceinte urbaine prend appui sur celle du château puis se déploie en direction du sud, traverse le Vizézy puis oblique à l’ouest et remonte au nord où aucune jonction avec l’enceinte castrale ne peut être figurée étant donné le point de vue. Les douves de l’enceinte urbaine sont visibles au sud du Vizézy et se prolongent en direction de la butte, coté est. Elles disparaissent ensuite au pied de la butte où sont figurés les fossés secs du château. Le relief interdit ici la mise en eau des fossés dont l’escarpe et la contre-escarpe sont nettement mises en évidence par le dessinateur. La partie ouest demeure masquée et ne peut dévoiler l’étendue des douves. L’enceinte urbaine est figurée par des courtines aveugles, crénelées, avec chemin de ronde sommital. Une vingtaine de tours circulaires crénelées et non couvertes flanquent la fortification et sont percées à leur base de trois meurtrières, axiales et latérales. Seules les portes sud et ouest sont visibles. La porte de Moingt (sud) est encadrée par deux tours circulaires et dotée d’une bretèche crénelée. L’on franchit les douves par un simple pont de bois sans système de levée. La porte des Chaînes (ouest), représentée vue de l’intérieur, ouvre l’ouest de l’enceinte. Egalement encadrée par deux tours, elle est aussi surmontée d’une bretèche crénelée qui permet une mise en défense intra-muros. Extra-muros, à quelques pas des douves, un mur non crénelé épouse le tracé des fortifications. Il est ouvert de cinq portes en bois (un système défensif avancé ?). La disposition des logis révèle en négatif le réseau de voierie et la trame urbaine. L’axe nord/sud observable depuis la tour de la Barrière jusqu’à l’église collégiale Notre-Dame semble structurant. De part et d’autre de l’axe, les îlots se déploient en de larges bandes orientées est/ouest. La plupart des logis figurés dans le bourg est stéréotypée : plan barlong, toiture à deux pans en tuiles, fenêtres à traverse et meneau, cheminée à mitre, le tout sur deux niveaux. Seules quelques tours d’escaliers carrées ou circulaires semblent émerger dans la partie sud-ouest du bourg. Peut-être distingue-t-on également un four accolé au pignon d’un logis, à l’est du chevet de l’église Saint-André. Il pourrait s’agir du Four Neuf localisé dans cette zone par Étienne Fournial (Fournial, 1967, p. 50)38. Les principales maisons d’église de Montbrison bordent l’axe principal. Au sud, l’église collégiale Notre-Dame y paraît comme inachevée et hétérogène. Son clocher en bois crénelé et couvert à quatre pans est surmonté d’un dauphin d’or, symbolisant la fondation comtale de 1223. Cette tour est ouverte de baies à croisillon et meneau sur au moins deux niveaux. La nef à trois travées (épaulée par trois arcs-boutants) est couverte en tuile et représentée plus haute que le chœur ouvert de baies en plein cintre et doté de contreforts. Plus au nord dans le bourg, un haut clocher carré surmonté d’arcatures et d’une couverture à quatre pans en ardoise semble appartenir à l’église Saint-André. Il est nettement dissocié de la nef et du chœur avec contreforts. La chapelle des Cordeliers est également figurée à l’ouest du bourg. L’édifice revêt l’aspect d’une simple nef à toiture à deux pans couverte de tuiles se terminant par un chevet semi-circulaire. Le bâtiment est épaulé par des contreforts et ouvert de baies en plein cintre portant des vitraux. Un singulier clocher s’élève au niveau du chœur. Doté d’un crénelage, il est surmonté d’une flèche très élancée surmontée d’une girouette dorée en forme de volatile. La chapelle est ceinte d’un mur de clôture ouvert de deux portes à l’est et à l’ouest. Au nord, quelques bâtiments représentés de façon exagérément importante pourraient appartenir au cloître. L’unique bâtiment comtal identifiable du bourg est à hauteur du château, face à la tour de la Barrière. C’est un bâtiment barlong dont le pignon donne sur l’axe de circulation nord/sud. L’édifice se déploie sur quatre niveaux dont un sous-comble identifiable grâce à deux lucarnes ouvertes de fenêtres à meneaux. Une tour octogonale accolée semble assurer l’accès aux étages par l’ouest. Elle est hourdée, couverte en ardoise, et surmontée de la bannière des comtes de Forez, de gueules au dauphin d’or, attestant de la fonction officielle du bâtiment.

Fig. 23 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel : la ville et chatiau de Monbrison en la compté de Fores (Bnf, fr. 22297, p. 437).

Les données archéologiques et le parcellaire

  • 39 Essentiellement : une vue de Montbrison du père Martellange datée de 1611 (fig. 2 ; Bnf, départemen (...)
  • 40 ... beal prenant sa source a la mere riviere de Vizezy a l’endroit de la grande escluse de Setialle (...)
  • 41 En 1405, abénévis à Jean Verdier, charpentier, d’une prise d’eau au gour Guichard et d’une place ve (...)
  • 42 Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1363b (daté de circa 1560).
  • 43 Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Querézieux, n° 1366a.
  • 44 Il n’est pas représenté sur le plan de 1732.
  • 45 En 1473, Mathieu Geoffroy est autorisé à une prise d’eau pour les services d’un bassin à poisson. L (...)
  • 46 Circa 1560 (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1363c). Arches : les ar (...)
  • 47 En 1463, le prieur de Savigneux reçoit abénévis des eaux du fossé du château pour arroser un pré si (...)
  • 48 Des sondages archéologiques ont été réalisés dans la chapelle en 2006 par Laurent d’Agostino (rappo (...)

3Montbrison n’a fait l’objet d’aucune étude archéologique globale mais a connu quelques opérations d’archéologie préventive. Les apports de ces interventions ponctuelles demeurant partiels, il faut puiser des compléments dans le détail des archives et l’iconographie39 pour appréhender les éléments constitutifs de la vignette. Pour faciliter cette étude, une carte a également été produite (fig. 29). Les moulins représentés à l’ouest du bourg confirment la pérennité de cette activité hydraulique attestée dans cette zone dès la première mention de Montbrison, au IXe siècle. Au moins trois moulins, plusieurs émouloirs ainsi qu’un bief, existent encore ici au milieu du XVe siècle. Le bief d’amenée d’eau débute à la grande écluse d’Estiallet40 puis alimente en cascade les moulins à blé de Roer ou Moulin Rouge (1405), de Beauregard et de Chassaing (1461)41. Leurs prises d’eau se font sur un grand béal destiné à l’alimentation des douves mais aussi au service de la ville pour l’evacuation et netoyement des immundices estans emmy les rues, lavement et expurgation des cloaques et sentines de ceste ville aussi pour le service des serves et pescheures42. Toujours à l’ouest, et à proximité des moulins, le pont de bois figuré est probablement le pont de la Vieille Boucherie (pontem Macellis veteris) signalé dans cette zone en 140543. Il est cependant impossible que cet ouvrage puisse enjamber simultanément bief et rivière distants d’environ 50 m. L’imprécision du traitement ne nuit pas à l’information que véhicule la vignette pour cette zone : à partir du chemin reliant Écotay à Montbrison (par la porte d’Écotay), on pouvait franchir le Vizézy et se diriger au nord sans entrer dans le bourg. La vignette ne dévoile pas le détail de la pénétration du Vizézy et du bief à travers l’enceinte qui empruntent deux voies distinctes. Le bief, comblé au moins depuis le début du XVIIIe siècle44, est appréhendable par quelques textes qui nous permettent de localiser son tracé. En 1473, le canal pénètre dans le bourg par une conduite aménagée sous une tour. De là, ses eaux rejoignent la rue de la Cordonnerie puis descendent la rue Pré Comtal45. Le canal principal se divise en plusieurs et diverses branches et canaulz […] et enlevez en diverses places de la ville par plusieurs thonz et canaultz en nombre presque infiniz... ; plus précisément, suyvant la sommite dudit couvent des Cordeliers et tendant droict auz arches de la viehle boucherie46. Ce grand béal, appelé également « Cannard », disperse ensuite ses eaux au dessoubz le chastel au fosse de Sainct Jehan et passe à travers les murailles par un simple trou (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1363b, daté de circa 1560 et n° 1367 daté de 1542). Le Vizézy entre dans le bourg par la porte des Chaînes. La « mère rivière » sert d’égout. Elle passe par le millieu et au meilheur de la ville sur laquelle y a maisons et quatre pontz, les latrines desquelles maisons sont respondantes sur ladicte riviere et les immundices evacues par les eaux passans par ladicte riviere et non par aultres (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Querézieux n° 1358). Les eaux du Vizézy et du béal ne se mélangeaient pas, les unes servant de vivier à poisson et les autres d’égout. Le pont-canal que l’on voit au sortir du bourg (à l’est) sur la vignette suggère cette distinction. Les textes attestent que les eaux des douves étaient utilisées à l’arrosage des prés voisins47. Les eaux sortant du pont-canal semblent être ensuite le point de départ d’un réseau de biefs destinés à alimenter ce qui pourrait être une nouvelle série de moulins en cascade. C’est en tout cas ici que sont établis la commanderie hospitalière de Saint-Jean-des-Prés (fig. 29, n° 5) et son moulin depuis le milieu du XIIe siècle48. Cet ensemble n’est pourtant pas figuré sur la vignette tout comme le chemin qui le relie au bourg en passant par la porte dite de Saint-Jean. Sans doute faut-il y voir un manque de place dans le format du support plus qu’un oubli.

Fig. 24 - Vue aérienne du site dans les années 1990.

Fig. 25 - Vue aérienne du site dans les années 1990, détail : le château.

Fig. 26 - Vue de Montbrison en 1732 (Bibliothèque de la Société de la Diana).
Légende du plan (il ne s'agit pas de la transcription littérale mais d'une synthèse du texte) :
2- Chemin de Précieux (strata publica en 1229). Limite septentrionale de la juridiction de Moingt 3, 4, 5 - Rivière de Vizézy. Limite septentrionale de la juridiction de Moingt
20 - Rue de Moingt à Montbrison
22 - Le Chapeau Rouge
23 - Porte de Moingt
24 - Rue de Moingt, de la porte au pont Saint-Anne
25 - Hôpital et église Saint-Anne
26 - Église collégiale Notre-Dame
27 - Cloître avec les maisons canoniales formant une enceinte
28, 29, 30 - Portes du cloître
31 - Pont Notre-Dame
32 - Rue des Prêtres
33 - Petit pont qui va du marché à la rue des Prêtres
34 - Quartier de la porcherie
35 - Porte d'Écotay, dans laquelle sont gravées les armes du chapitre

  • 49 L’enceinte, large de 1,90 m, a été dégagée ici sur près de 5 m (Kuntz, Vicard 2004b).
  • 50 La charte de 1428 stipule que le chapitre pourra faire pratiquer une porte pour aller à leur posses (...)
  • 51 L’enceinte était large de 1,85 à 2,00 m.
  • 52 Les particuliers joignant les remparts, se faisant aider par leur voisins, construisirent [l’encein (...)
  • 53 Église totalement reconstruite en 1873 (Broutin, 1874, t. 2, p. 320).
  • 54 Édifices aujourd’hui détruits.
  • 55 La chapelle (aujourd’hui temple réformé) existe toujours mais elle n’a malheureusement pas encore f (...)
  • 56 Signalons une approche intéressante qui permet d’envisager les grandes phases de construction dans (...)
  • 57 Son emplacement ne correspond pas avec celui de la tour sud actuelle. Il semble que les substructio (...)
  • 58 E. Brassart a eu l’occasion de reconnaître les substructions de l’église Saint-André et a constaté (...)
  • 59 La visite pastorale de 1378 mentionne bien que les quatre prêtres de Saint-André vivent en concubin (...)
  • 60 L’ensemble est aujourd’hui aménagé en hôtel de ville, bibliothèque municipale, office de Tourisme e (...)
  • 61 La description que fait le père Fodéré de cette chapelle en 1616, correspond avec la vignette. Il c (...)
  • 62 Les comptes de construction situent la chambre « juste la tour du Portal » (Fournial, Gonon, 1967, (...)
  • 63 La chambre des comptes va une nouvelle fois déménager pour réintégrer le château. Un nouveau bâtime (...)
  • 64 La façade est bien plus impressionnante aujourd’hui car reconstruite dans le style néogothique en 1 (...)
  • 65 De passage à Montbrison en 1478, le duc de Bourbon loge dans l’hôtel d’un chanoine (Bernard, 1835, (...)
  • 66 Je remercie ici Michel Goy (INRAP) qui m’a communiqué ses résultats.
  • 67 Les sources précisent que la chambre des comptes s’installe à la place du cellier comtal (De La Mur (...)

4Le système des fortifications urbaines est représenté assez fidèlement dans ses grandes lignes. Bien que détruit en totalité il est encore appréhendable grâce aux cadastres, aux plans anciens et aux photographies aériennes (fig. 24, 25, 26, 28). L’enceinte urbaine a fait l’objet d’études archivistiques et a pu être observée partiellement dès la fin du XIXe siècle (Jannesson, 1891 ; Ferret, 1990 ; Ferret, 1991 ; Kuntz, Vicard, 2004a)49. La fortification, qui se développe sur 2180 m, est flanquée de 47 tours et ouverte de sept portes : au nord, la porte de la Madeleine ; à l’ouest celles de la Croix, des Chaînes et d’Écotay ; au sud celle de Moingt ; à l’est celle de Saint-Jean et, enfin, ouvrant la seconde enceinte du château celle de Savigneux. Si la porte de Moingt est bien figurée au sud, la porte d’Écotay n’apparait pas sur la vignette, elle n’était peut-être pas encore aménagée50. Les tours apparaissent crénelées chez Revel et chez Martellange (fig. 27), mais elles ne le sont plus sur le plan de 1732 (fig. 27). Victor Janesson a pu observer les vestiges d’une tour dans le jardin de l’hôpital à la fin du XIXe siècle et atteste d’un crénelage et d’ouvertures de tir ébrasées (Jannesson, 1891, p. 11)51. Les différents plans évoquent des demi-tours d’environ 7 à 8 m de diamètre. Quant au mur doublant l’enceinte urbaine dans sa partie sud et sud-est, ce pourrait-être la contribution des paysans alentours à la mise en défense52. Les grands monuments ecclésiastiques du bourg sont correctement localisés sur la vignette qui ne figure cependant pas l’église Saint-Pierre53 (fig. 29, n° 8), celle de la Madeleine (fig. 29, n° 11) et la commanderie des Antonins (fig. 29, n° 12)54. Il ne s’agit pas là d’omissions, les édifices ne sont tout simplement pas visibles depuis l’angle choisi par le dessinateur ou débordent du format de la composition. L’Hôtel-Dieu et sa chapelle (fig. 29, n° 3) ont par contre échappé au dessinateur55. Les autres bâtiments sont aujourd’hui pour la plupart fortement remaniés ou détruits. L’église collégiale Notre-Dame (fig. 29, n° 1) fait exception. C’est aujourd’hui un bâtiment imposant de 67 m de long, 33 m de large et dont les clefs de voûtes de la nef majeure sont à plus de 20 m du sol. Il n’a jamais fait l’objet d’études de bâti détaillées56. Outre les chapelles latérales aménagées à la fin du XVe siècle et au XVIe siècle, le monument actuel diffère de la vignette par la présence de travées de nefs supplémentaires, de deux tours maçonnées (dont une inachevée) et d’un portail. Ces agrandissements sont le résultat de travaux réalisés par le chapitre entre 1443 et 1466 grâce au soutien des ducs de Bourbon. La vignette figure encore un clocher en bois qui semble être plus une construction provisoire en rapport avec l’incendie du clocher de 1442 qu’un échafaudage57. La vignette semble antérieure à 1459, date à laquelle les travaux se concentrent sur le portail, là où Revel figure encore un large espace vide. L’église Saint-André (fig. 29, n° 6) a été totalement détruite à la fin du XVIIIe siècle. Elle figure encore sur la vue cavalière de 1732 avec, comme sur la vignette de l’Armorial, un clocher distinct de la nef58. Une telle architecture suscite nombre d’interrogations. Comment expliquer une telle dissociation ? S’agit-il du clocher reconstruit en 1360, peut-être en vue d’un programme architectural ambitieux visant à agrandir Saint-André, et qui n’a jamais été achevé ? Ceci n’a en tout cas jamais attiré l’attention des visiteurs ecclésiastiques, ni des historiens locaux59. Le clos des Cordeliers (fig. 29, n° 7) a subi d’importants remaniements et aménagements modernes. Seuls subsistent le cloître et la chapelle60, qui a perdu son « aiguille française »61. Cet élément de la toiture aurait pu être financé par les ducs de Bourbon en 1395. L’élévation sud de la chapelle (nettement visible sur la vignette) ne présente aucun accès à l’édifice. Or, le bâtiment actuel est ouvert d’une arcature ogivale qui, selon Fodéré, fut percée par Jean de Bourbon en 1464 (Fodéré, 1619, p. 484). La vignette serait donc antérieure à cette réalisation. Les édifices comtaux ont presque tous disparus. Il ne reste malheureusement aujourd’hui rien de la Chambre des Comptes (fig. 29, n° 10) édifiée dans le bourg en 1383 et visible sur la vignette à proximité immédiate de la seconde enceinte castrale et de la tour de la Barrière62. Ce bâtiment est délaissé par l’administration comtale dès 147363. De l’ensemble comtal situé au chevet de l’église collégiale (fig. 29, n° 2), seule la salle des États de Forez (la Salle de la Diana) est parvenue jusqu’à nous. Le bâtiment est pourtant très discret sur la vignette et n’a reçu aucun traitement visuel le différenciant de l’habitat bourgeois. Il aurait pu échapper au dessinateur car sa façade en pisé n’a rien d’exceptionnel64. Son utilisation devait être occasionnelle et l’ancien hôtel comtal étant ruiné, le dessinateur a sans doute choisi de ne pas le mettre en évidence65. L’approche archéologique du château comtal n’est pas aisée : le donjon (fig. 29, n° 9) est détruit, ses bâtiments démantelés puis noyés sous des tonnes de remblais au XIXe siècle et les enceintes ont été consolidées et aménagées en murs de soutènement. Ces terrassements considérables expliquent la rareté du mobilier médiéval exhumé lors des sondages archéologiques qui ont été initiés par Jean-Michel Poisson dans les années 1980 (Poisson, 1980 ; Cherblanc, Poisson, 1984). Dans les années 1990, deux sondages mettent en évidence la première enceinte directement aménagée sur la roche (Blin, Guichard, 1991 ; Lavendhomme, 1998a ; Lavendhomme, 1998b). La seconde enceinte castrale n’a été qu’effleurée lors d’une étude sur le couvent des Visitandines (Delomier, Rebiscoul, 1999 ; Rahatsötz, 2000). Il subsiste un tronçon lisible de la partie est de cette fortification le long de l’actuel boulevard Duguet. On y voit encore au moins trois tours semi-circulaires ouvertes de meurtrières en forme de louche. Ces tours s’apparentent à celles de l’enceinte urbaine mais diffèrent de la représentation de l’Armorial qui les représente rectangulaires. S’agit-il de travaux postérieurs à la représentation ? La charte de clôture de 1428 stipule en tout cas que la fortification urbaine doit simplement joindre la muraille du château et non la reprendre (Ferret, 1990, p. 518). Il faut attendre 2006 pour qu’une opération préventive permette d’envisager l’occupation de l’est de la première enceinte castrale66. La fouille a permis de mettre en évidence l’aménagement d’une plateforme sommitale avec une épaisse couche de remblais datée du XIIIe siècle. Y succède une fonderie de cloche (XIVe siècle) en rapport avec l’un des édifices religieux de la butte. Ces installations disparaissent avec d’importants réaménagements de l’enceinte qui se voit dotée d’une tour carrée et d’un bâtiment rectangulaire (au mur épais de 1,80 m) à proximité. La tour la plus haute du château, figurée sur la vignette avec un imposant bâtiment adjacent, pourraient leur correspondre. Un nouveau bâtiment rectangulaire (18 m x 8 m) est aménagé contre la tour au XVe siècle, c’est sans doute la chambre des comptes (1473)67.

Fig. 27 – Vue de Montbrison par Martellange, 1611 (Bnf, département des Estampes, recueil Ub 9a).

Fig. 28 – Extrait de la carte de Montbrison à Bellegarde, 1775 (Archives de la Société de la Diana, 1 C 09).

Fig. 29 – Plan de Montbrison à la fin du Moyen Âge, réalisé d’après la vue de 1732, la carte de 1775, le cadastre de 1809 et diverses sources archivistiques.
1. Cloître et église collégiale Notre-Dame (1223)
2. Hôtel comtal (XIIIe siècle)
3. Hôtel Dieu et chapelle Sainte-Anne (début du XIIIe siècle)
4. Chapelle des Pénitentes (XIIIe siècle)
5. Commanderie hospitalière Saint-Jean et moulin (c. 1180)
6. Église Saint-André (début du XIIIe siècle)
7. Clos et chapelle des Cordeliers (1240)
8. Église Saint-Pierre (XIIIe siècle)
9. Hôpital et chapelle Sainte-Marie ( ?), cellier comtal, chancellerie (XIVe sièc Chambre des comptes (1473)
10. Chambre des Comptes (1383), localisation probable
11. Église de La Madeleine (XIIe siècle)
12. Commanderie des Antonins (avant 1258)
13. Chancellerie (début du XIVe siècle), localisation probable
14. Chapelle Saint-Aubrin (XIIIe siècle)
15. Donjon, localisation probable
16. Moulin « rouge » (1405)

5Montbrison fait partie de ces villes nées d’un noyau castral dont l’origine est sans doute liée à la proximité du vicus de Moingt, mais aussi à sa situation le long d’un axe majeur de communication. Le développement de celui-ci au XIIe siècle ainsi que l’affirmation du rôle de capitale politique à la fin du même siècle sont les moteurs de l’essor urbain. Églises, couvents mais aussi bâtiments comtaux vont ainsi voir le jour. L’abondance relative de la documentation archivistique nous permet de mettre en évidence très nettement ces phases de développement mais aussi de replis aux XIVe et XVe siècles. Les trop rares opérations archéologiques combinées aux chartes et à la documentation iconographique permettent de restituer l’image d’un bourg castral très proche de celui représenté sur la vignette de l’Armorial, réalisée probablement avant 1459. Rien ne permet cependant de localiser les activités commerciales ou artisanales sauf peut-être la représentation d’un four. Quand cela était possible, le dessinateur a représenté églises et couvents, mais les omissions observées tendent à prouver que ce n’était pas son objectif premier. Topographie, fortifications, accès et trame urbaine sont par contre correctement figurés. Ceci permettait sans doute à l’utilisateur de la vignette de planifier entrée et circulation dans le bourg. Le traitement de détail des édifices comtaux alors en activité autorisait également une localisation et une identification précise des principaux sièges de pouvoirs. N’étaient-ce pas là les objectifs de la représentation ?

Page 437
LA VILLE ET CHATIAU DE MONBRISON + EN LA COMPTE DE FORES
Étude héraldique

784. Estienne de Barges crie Barges
écartelé : aux 1 et 4, palé d’or et de gueules ; aux 2 et 3, d’azur plain – cimier : une tête et col de lion.
Étienne de Barges (mort en 1476), écuyer, fils de François de Barges, seigneur de Merlieu, et de Catherine de Veauche. Il épousa N. Alizon, dame de Vaures. Héritier en 1466 de son frère aîné Jean, il était seigneur de Merlieu, Écotay, Saint-Bonnet-le-Courreau et Vinols. Il appartenait à une branche de la famille Piney qui avait relevé au XIVe siècle le nom et les armes de Barges de Sainte-Agathe. Il existe de nombreuses représentations de ces armes, ou écartelées, comme ici, ou parties : au 1, palé d’or et de gueules ; au 2, d’azur plain. Il semble que cette forme soit la plus ancienne.
• Frise de la salle héraldique de la Diana (3, suivant la numérotation de Gras, 1874).
• Bétencourt, 1867, t. I, p. 62-63 ; Gras, 1874, p. 20 ; Tricou, 1965-1976, t. II, p. 55 ; Perroy, 1977, t. II, p. 607.

Cinq écus vides.
Emmanuel De Boos

Notes

1 Cippe conservé au musée de la Diana à Montbrison et présentant des traces manifestes de remploi qui laissent penser qu’il pourrait ne pas être en place.

2 L’agglomération gallo-romaine de Moingt – qui fait partie aujourd’hui de la commune de Montbrison – a livré les vestiges d’un théâtre, d’un ensemble cultuel et thermal, des bâtiments publics et d’habitations luxueuses (Lavendhomme, 1997, p. 133 sq).

3 Fodéré, 1619, p. 471. La Mure fait de Montbrison le Mediolanum de la Table de Peutinger (De La Mure, 1674, p. 50-59). Aucune trace d’édifice monumental gallo-romain n’a jamais été découverte.

4 S’agit-il de saint Aubrin, patron de la ville ? Lamure rapporte la tradition de l’évêque lyonnais saint Aubrin né et mort à Montbrison au Ve siècle (De La Mure, 1674, p. 268). Or Montbrison n’existait pas au Ve siècle et aucun évêque de ce nom n’apparaît dans les textes.

5 Selon Pierre Ganivet, il s’agirait plutôt d’un transfert de la mense de l’archevêque à celle du chapitre que de biens propres (Ganivet, 2000, p. 225). Les vignes dénommées de Rubra Terra et de Cruce sont localisées par É. Perroy aux environs du faubourg de La Croix où le toponyme Terre Rouge est resté (Fournial, 1967, p. 33).

6 Étienne Fournial y voit les signes d’un « petit hameau » et présume fortement de l’existence de l’église de la Madeleine proche des donations (Fournial, 1967, p. 33). Nous resterons cependant prudents : elle n’est pas citée comme repère, malgré sa proximité éventuelle, on lui préfère la butte.

7 Cette donation est rappelée dans une notice de circa 1160, connue par une copie de 1292-1293 (Chartes du Forez, n° 1286).

8 Chartes du Forez, n° 1 : ... ecclesiam Sancti Juliani Antiocencis... in vico qui Modonnium dicitur... L’archevêque remet aussitôt Moingt entre les mains de l’abbé de La Chaise-Dieu.

9 Moingt pourrait être le siège d’une de ces églises baptismales créées par les évêques dans les vici aux premiers temps de la diffusion du christianisme. La présence, proche de Saint-Julien, d’une seconde église dédiée à saint Jean-Baptiste évoque un baptistère. L’église n’existe plus aujourd’hui. Un texte de 1116 cite « les églises » de Moingt (Chartes du Forez, n° 1285). É. Perroy (Perroy, 1966b) qui ne croit qu’en l’existence d’une seule église à Moingt semble ne pas avoir eu connaissance du texte de de La Mure qui cite l’église Saint-Julien tombant en ruine : ont été transférés les fonts baptismaux en celle de Saint-Jean-Baptiste audit lieu, ancienne église de confrérie de ce saint dans laquelle repose la sainte relique de l’once (Bibl. mun. Montbrison, ms de la Mure, t. II, f° 15), pourtant cité par V. Durand (Durand, 1893-1894, p. 123). Le plan de Montbrison de 1732 (Bibliothèque de la Diana), qui figure également Moingt, représente très nettement une église proche de Saint-Julien. À Saint-Julien, un sarcophage trapézoïdal attesterait d’une occupation mérovingienne et des sépultures d’une occupation carolingienne (Baud, 1990).

10 Les castra de Salt (avant 1020) et de Randans (circa 950), situés également le long d’un axe majeur, semblent en tout cas jouer ce rôle pour Feurs.

11 Moingt s’étend jusqu’au Vizézy, élément naturel bornant, et vient lécher la butte castrale. Cette frontière est sans doute ancienne et pourrait expliquer le soin du chorévêque Audin à dénombrer les maigres possessions de son église au-delà de la rivière. La rivière est en tout cas limite paroissiale en 1223 (Chartes du Forez, n° 1343). Confirmation de cette limite sur le plan de 1732 de la bibliothèque de la Diana (fig. 3).

12 Existait-il déjà une église à Savigneux lors de la création du castellum ? L’église et le prieuré furent-ils créés après la remise du fief de Moingt à l’abbaye de La Chaise-Dieu ? La remise de fief à La Chaise-Dieu se fait-elle en raison de la présence casadéenne à Savigneux ? Cf. Perroy, 1966.

13 Chartes du Forez, n° 1285 cite les chapelles de Montbrison sans plus de précision.

14 Selon Broutin, la translation se fait en 1230 (Broutin, 1874, t. 2, p. 306).

15 La chapelle Saint-Aubrin et l’église collégiale sont plus « tardives » et sont du fait du comte Guy IV, donc du XIIIe siècle.

16 Fournial, Gonon, 1967, p. 10 : ... la tour sus Saint Père le Viel... Livre des nouvelles de Jean Puy (archives du château d’Écotay) :... le 13 octobre 1539, tumba la chapelle du donjon appelee Saint Pierre le Vieux...

17 De La Mure interprète volontairement mal la charte du Forez, n° 1286 à laquelle il eut accès. Le document ne mentionne aucune église préexistant à l’hôpital. Selon lui, la chapelle de la Vierge remonte au premier temps du christianisme et fut édifiée « sur les ruines du temple de la déesse Brison », il est cependant plus probable que cette fondation accompagne celle de l’hôpital vers 1096. L’existence de la chapelle ne semble pas douteuse : De La Mure cite plus loin un texte de 1201 faisant état de constructions prope ecclesiam B. Mariæ in castro Montisbrisonis. Il mentionne également la translation des reliques depuis la chapelle jusqu’à la collégiale, d’après le livre des registres de la collégiale (qu’il appelle le Speculum).

18 Axe nord-sud qui prend son essor au XIIe siècle (Fournial, 1967, p. 137).

19 ... in ecclesia Sanctæ Mariæ Magdalenæ extra villam... (Cartulaire de Savigny, introduction, p. XCII, note 2 ; Chartes du Forez, n° 1564 : l’éditeur date l’acte de circa 1171). Le passage de Louis VII à Montbrison doit se situer cependant en 1163, date justifiée par la présence du roi en Auvergne. C’est la première mention de cette église.

20 Fournial et d’autres à sa suite attribuent ces travaux à Guy IV (Fournial, 1967, p. 43-44). Pourtant un document est évocateur (Chartes du Forez, n° 1307) : en 1201, Guy III rappelle que son père avait remis à l’abbaye de La Bénisson-Dieu le domaine de La Regardière (Saint-Bonnet-le-Coureau) sauf le chemin qui suit le cours de l’eau dérivé (aqua sparse). Ce béal de dérivation, long de 4,5 km, détourne les eaux de La Planche dans le Vizézy. Un acte de 1220 signale l’existence du béal lors de la création de la commanderie des Hospitaliers qui reçurent permission d’y prendre l’eau pour faire un moulin (Chartes du Forez, n° 1331).

21 Un cimetière y est créé en 1194 (Chartes du Forez, n° 1298).

22 Fodéré, et Renon à sa suite, évoquent une construction sur pilotis à cause de la nature marécageuse du terrain (Fodéré, 1619, p. 475 ; Renon, 1847, p. 3). L’étude géomorphologique récente d’un îlot voisin rend ceci probable (Bocquet, 2005, p. 11). La collégiale a vocation à devenir une véritable école d’administration. Les treize chanoines du chapitre sont chargés de cette mission. Dispensés de résidence, s’ils sont aux études, ils peuvent se former dans les meilleures universités d’Europe dont celle de Bologne, célèbre pour son enseignement du droit romain (Chartes du Forez, nos 1343, 1348, 1583, 1369, 1588, 1370).

23 Établissement doté de rentes assises sur les domaines comtaux de Chambéon et de Saint-Marcellin (Chartes du Forez nos 1373, 1374).

24 Les trois « chapelles paroissiales » montbrisonnaises de Saint-Pierre, La Madeleine et Saint-André relèvent de la collation du prieur de Savigneux (Chartes du Forez, n° 901). Les établissements ne posséderont ni fonts baptismaux, ni cimetières jusqu’au XVe siècle (Relave, 1906, p. 43-44). Les desservants de l’hôpital de Montbrison et de la léproserie de Moingt doivent « fidélité » au prieuré mais le comte demeure collateur. Chartes du Forez n° 989 : nos G. comes Forensis ad quem spectat collatio dicti hospitalis... Les établissements ne relevant pas du prieuré (commanderie hospitalière et église collégiale) possèdent des cimetières, mais ont un droit de sépulture strictement limité pour ne pas rogner le casuel de Savigneux.

25 Fournial, 1967, p. 46 : pont de l’Hôpital (1251), de Notre-Dame (1249).

26 Collecte pro firmando castro.

27 Fondation attribuée aux Lavieu. Fodéré évoque une première mention en 1254 (Fodéré, 1619, p. 473), Broutin évoque un texte de 1237 (Broutin, 1874, p. 93) mais Fournial précise 1240 (Fournial, 1967, p. 46). Leur église est consacrée en 1272, le cimetière béni en 1275 (Chartes du Forez, n° 998) et le cloître réalisé en 1282 (Fodéré, 1619, p. 472, 483).

28 Broutin annonce 1278 (Broutin, 1874, p. 373). Mais les Antonins son citées avant 1258 (Chartes du Forez, n° 948).

29 Cette salle est aujourd’hui connue sous le nom de Salle héraldique de la Diana. Les héraldistes n’étant pas d’accord, sa date d’aménagement reste à préciser (Mathevot, 2004).

30 Fournial, 1967, p. 50 : « La chancellerie était un bâtiment à un étage bâti proche du pont Notre-Dame en façade sur le marché. Au rez-de-chaussée, étaient installés les bancs des notaires. Au premier étage, siégeait le tribunal du juge de Forez » (AN, P 14022, n° 1299 ; ADL, B1903, f° 34 ; B 1904, f° 11 v° ; B 2001, f° 76 v° ; B 1851, f° 47 ; B 1861, f° 86 v° ; B 1862, f° 87 v°).

31 Un jeu de paume y sera même bâti en 1479 (Joulin, 1891 ; Barban, 1876).

32 En 1377, les Antonins avaient reçu permission de Savigneux d’édifier une église, d’établir un cimetière et d’exercer certaines fonctions curiales (Broutin, 1874, t. 1, p. 20 ; t. 2, p. 376).

33 Sur le passage du Forez aux Bourbon, cf. Colombet-Lasseigne, 2001.

34 Il s’agit, entre autre, de la boucherie : le pont de la vieille boucherie est signalé à l’ouest, proche des moulins en 1405 (Diana, Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1366a).

35 La vente est faite aux enchères. Celui qui proposa de construire le plus de toises de muraille pour les religieux l’emporta ! Mais les 45 toises ne suffirent pas d’où l’engagement des calices dont les habitants de Montbrison donnent quittance en 1431 (Fodéré, 1619, p. 474).

36 La construction avait débuté en 1223, mais en 1370 les travaux étaient encore loin d’être achevés puisque le comte Guy VII donne dans son testament cent francs pour l’augment du chœur d’icelle esglise. En 1396, on agrandit encore le vaisseau qui est couvert en 1406 (Renon, 1847, p. 93, 116).

37 Cf. le manuscrit Granjon (1806) à la Bibliothèque de la Diana, V6, R4, f° 195.

38 Il y en avait au moins trois en 1489 selon de La Mure : celui de La Barrière, celui de La Cordonnerie et celui du Marché (De La Mure, 1860-1897, t. 3, p. 292).

39 Essentiellement : une vue de Montbrison du père Martellange datée de 1611 (fig. 2 ; Bnf, département des Estampes, recueil Ub 9a) ; un plan cavalier de 1732 (fig. 3 ; plan exposé à la bibliothèque de la Diana et édité dans Renon, 1847, p. 291) ; un plan de Montbrison de 1773 (édité dans Ferret, 1990, p. 500-501) ; une carte de Montbrison à Bellegarde de 1775 (fig. 4 ; Diana, 1 C 09) et le plan cadastral de 1809.

40 ... beal prenant sa source a la mere riviere de Vizezy a l’endroit de la grande escluse de Setiallet… (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Querézieux, n° 1363c, daté de circa 1560).

41 En 1405, abénévis à Jean Verdier, charpentier, d’une prise d’eau au gour Guichard et d’une place versus pontem Macelli veteris pour y établir un émouloir le long du Vizézy qui sera transformé en moulin en 1407 (Diana, fonds Dupuy Querézieux n° 1366a et b). En 1425, abénévis à Étienne Chassaing d’une prise d’eau subtus molendimun Roer et de l’esmolour Roberti Troton pour y établir un émouloir qui sera transformé en 1461 en moulin à blé, en connexion avec le bief du moulin de Belliregardi et situé juxta ortum Fratrum Minorum (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1366c et d). En 1494, on y rencontre encore l’émouloir qui fut à un coutelier et le lieu est dit La Roery (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1353).

42 Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1363b (daté de circa 1560).

43 Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Querézieux, n° 1366a.

44 Il n’est pas représenté sur le plan de 1732.

45 En 1473, Mathieu Geoffroy est autorisé à une prise d’eau pour les services d’un bassin à poisson. Les eaux proviennent a ripparia Visesie et labentium infra villam Montisbrisonis medio seu conducte bealis seu alvei existentis infra dictam villam quo dicte aque fluunt et labuntur a molendino Roer Claudii Baronati et intrant dictam villam per foramen seu conductum existens in turri quadam existens in clausura dicte ville Montisbrisonis et inde fluunt per dictum beale seu alveum usque ad magnam carrieram Cordoanerie ipsius ville, et etiam prisiam aquarum descenditum in carriera publica nuncupata carriera Prati Comtal in quocumque loco descendant et labantur pro replendo ponendo et conducendo in quadam piscatura dicti Mathei quem facere entendit… (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1366f).

46 Circa 1560 (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1363c). Arches : les arches ou tout aultres choses servant a la garde du poysson, estans lesdites arches en grande quantité et apertenant a plusieurs desd. habitants.

47 En 1463, le prieur de Savigneux reçoit abénévis des eaux du fossé du château pour arroser un pré situé juxta magnum iter quod itur de Montbrisone apud Savignacum et aliud iter qod itur de Sancto Johanne versus molendium Martini du Mollein… (Diana, fonds Brassart n° 5187, archives Dupuy de Quérézieux, n° 1366e).

48 Des sondages archéologiques ont été réalisés dans la chapelle en 2006 par Laurent d’Agostino (rapport d’opération consultable au SRA Rhône-Alpes).

49 L’enceinte, large de 1,90 m, a été dégagée ici sur près de 5 m (Kuntz, Vicard 2004b).

50 La charte de 1428 stipule que le chapitre pourra faire pratiquer une porte pour aller à leur possession d’Écotay. Ce n’est donc pas une obligation et elle a pu être réalisée plus tard (Ferret, 1990, p. 516).

51 L’enceinte était large de 1,85 à 2,00 m.

52 Les particuliers joignant les remparts, se faisant aider par leur voisins, construisirent [l’enceinte urbaine] en face de leur maison, les habitants des campagnes se chargèrent de la partie qui devait régner le long du fossé appelé le Jeu de Paume, on voyait la manière dont avait été construits les pans de mur que chaque bourg avait élevé, on aurait pu les compter (manuscrit Granjon, 1806, Bibliothèque de la Diana, V6, R4, f° 193-194). Le Jeu de Paume n’est autre que l’hôtel champêtre des comtes de Forez, au sud du bourg, à proximité immédiate du mur figuré sur la vignette.

53 Église totalement reconstruite en 1873 (Broutin, 1874, t. 2, p. 320).

54 Édifices aujourd’hui détruits.

55 La chapelle (aujourd’hui temple réformé) existe toujours mais elle n’a malheureusement pas encore fait l’objet d’une étude de bâti.

56 Signalons une approche intéressante qui permet d’envisager les grandes phases de construction dans C. Palmier, L’église collégiale Notre-Dame d’Espérance de Montbrison (Loire), dossier de Licence, Université Lyon II, 1999.

57 Son emplacement ne correspond pas avec celui de la tour sud actuelle. Il semble que les substructions maçonnées de ce « clocher primitif » aient été mises au jour en 1885. Elles furent découvertes deux travées de nef après le chœur, dans une chapelle où La Mure situe le « vieux clocher », et donc en conformité avec la vue de Revel (Brassart, 1924, p. 143).

58 E. Brassart a eu l’occasion de reconnaître les substructions de l’église Saint-André et a constaté que, « à divers âges, plusieurs églises y avaient été successivement superposées » (Relave, 1906).

59 La visite pastorale de 1378 mentionne bien que les quatre prêtres de Saint-André vivent en concubinage et passent leur temps à la taverne, mais ne donne aucun état des bâtiments montbrisonnais (Merle, 1937, p. 224)... Idem pour les visites de 1469 (AN, ms Latin 5529, f° 137), de 1613 (Visites pastorales du diocèse de Lyon, t. 1, visites de 1613-1614) et de 1662 (ADR, 1 G 52).

60 L’ensemble est aujourd’hui aménagé en hôtel de ville, bibliothèque municipale, office de Tourisme et salle des fêtes.

61 La description que fait le père Fodéré de cette chapelle en 1616, correspond avec la vignette. Il cite le clocher « couvert en chef-d’œuvre de maçonnerie d’une aiguille française » (Fodéré, 1619, p. 479). Un incendie aurait ruiné la toiture en 1751 (Bernard, 1835, t. 1, p. 147).

62 Les comptes de construction situent la chambre « juste la tour du Portal » (Fournial, Gonon, 1967, [32]). É. Fournial pense tout d’abord qu’il s’agit d’un emplacement à l’intérieur de l’enceinte castrale (Fournial, 1964, p. 94) puis demeure plus vague et situe simplement le bâtiment proche de la tour de la Barrière (Fournial, 1967, p. 442). Notre bâtiment est bien au pied de la tour. E. De Boos y voit le siège du bailliage de Forez, sans justificatif toutefois (De Boos, 1998, p. 445).

63 La chambre des comptes va une nouvelle fois déménager pour réintégrer le château. Un nouveau bâtiment, intégrant la salle des archives, sera édifié à la place du cellier comtal (De La Mure, 1860-1897, t. II, p. 297 ; ADL, B 1839, f° 4).

64 La façade est bien plus impressionnante aujourd’hui car reconstruite dans le style néogothique en 1860.

65 De passage à Montbrison en 1478, le duc de Bourbon loge dans l’hôtel d’un chanoine (Bernard, 1835, t. 2, p. 66).

66 Je remercie ici Michel Goy (INRAP) qui m’a communiqué ses résultats.

67 Les sources précisent que la chambre des comptes s’installe à la place du cellier comtal (De La Mure, 1860-1897, t. II, p. 297 ; ADL, B 1839, f° 4).

Table des illustrations

Légende Fig. 23 - Vignette de l’Armorial de Guillaume Revel : la ville et chatiau de Monbrison en la compté de Fores (Bnf, fr. 22297, p. 437).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 24 - Vue aérienne du site dans les années 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 25 - Vue aérienne du site dans les années 1990, détail : le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 26 - Vue de Montbrison en 1732 (Bibliothèque de la Société de la Diana).Légende du plan (il ne s'agit pas de la transcription littérale mais d'une synthèse du texte) : 2- Chemin de Précieux (strata publica en 1229). Limite septentrionale de la juridiction de Moingt 3, 4, 5 - Rivière de Vizézy. Limite septentrionale de la juridiction de Moingt20 - Rue de Moingt à Montbrison22 - Le Chapeau Rouge23 - Porte de Moingt24 - Rue de Moingt, de la porte au pont Saint-Anne25 - Hôpital et église Saint-Anne26 - Église collégiale Notre-Dame27 - Cloître avec les maisons canoniales formant une enceinte28, 29, 30 - Portes du cloître31 - Pont Notre-Dame32 - Rue des Prêtres33 - Petit pont qui va du marché à la rue des Prêtres34 - Quartier de la porcherie35 - Porte d'Écotay, dans laquelle sont gravées les armes du chapitre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 27 – Vue de Montbrison par Martellange, 1611 (Bnf, département des Estampes, recueil Ub 9a).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 28 – Extrait de la carte de Montbrison à Bellegarde, 1775 (Archives de la Société de la Diana, 1 C 09).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 29 – Plan de Montbrison à la fin du Moyen Âge, réalisé d’après la vue de 1732, la carte de 1775, le cadastre de 1809 et diverses sources archivistiques.1. Cloître et église collégiale Notre-Dame (1223)2. Hôtel comtal (XIIIe siècle) 3. Hôtel Dieu et chapelle Sainte-Anne (début du XIIIe siècle) 4. Chapelle des Pénitentes (XIIIe siècle) 5. Commanderie hospitalière Saint-Jean et moulin (c. 1180)6. Église Saint-André (début du XIIIe siècle) 7. Clos et chapelle des Cordeliers (1240)8. Église Saint-Pierre (XIIIe siècle) 9. Hôpital et chapelle Sainte-Marie ( ?), cellier comtal, chancellerie (XIVe sièc Chambre des comptes (1473)10. Chambre des Comptes (1383), localisation probable11. Église de La Madeleine (XIIe siècle) 12. Commanderie des Antonins (avant 1258)13. Chancellerie (début du XIVe siècle), localisation probable14. Chapelle Saint-Aubrin (XIIIe siècle) 15. Donjon, localisation probable16. Moulin « rouge » (1405)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2928/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access