Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Armorial de Guillaume Revel

 | 
Pierre-Yves Laffont

Introduction

Pierre-Yves Laffont

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de ce manuscrit, cf. infra E. De Boos et P.-Y. Laffont, encart p. 41.
  • 2 Le comté de Forez entre dans le patrimoine des ducs de Bourbon en 1372 à la mort du comte Jean II.
  • 3 Duarte de Armas, Livro das fortalezas : fac-simile do ms. 159 da Casa Forte do Arquivo Nacional da (...)
  • 4 Ainsi la vignette de Montaigut-le-Blanc en Auvergne (Armorial, p. 308) orne-t-elle la couverture du (...)
  • 5 Cf. par exemple : Piponnier, 1992 ; Lacroix, 2003.
  • 6 Piponnier, 1993.
  • 7 Aujourd’hui directeur du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray.

1Dans le fonds des Manuscrits français, sous le n° 22297, la Bibliothèque nationale de France conserve un exceptionnel manuscrit à peintures sur parchemin du milieu du XVe siècle appelé communément « Armorial de Guillaume Revel »1. La particularité de cet Armorial, commandé au milieu du XVe siècle par le duc de Bourbon, Charles Ier, à son héraut d’armes Guillaume Revel, est, au-delà de son intérêt héraldique, le choix du commanditaire et de l’auteur de faire figurer sous forme de vignettes peintes de grande taille une représentation détaillée des châteaux, villes et villages fortifiés, abbayes et prieurés fortifiés relevant alors de la seigneurie des ducs de Bourbon en Auvergne, dans le Bourbonnais et en Forez2, province qui nous intéresse plus particulièrement ici. Ce manuscrit qui ne possède pas d’équivalent en Europe (si ce n’est le Livro das fortalezas du portugais Duarte de Armas, du tout début du XVIe siècle3), a été très souvent mis à contribution par les historiens et les archéologues médiévistes4, notamment les castellologues. Mais ce manuscrit et les sites qu’ils présentent restaient à ce jour incomplètement publiés, particulièrement du point de vue des données archéologiques. En effet, en 1973, Gabriel Fournier, alors professeur à l’université de Clermont-Ferrand, publiait un ouvrage intitulé Châteaux, villages et villes d’Auvergne au XVe siècle d’après l’Armorial de Guillaume Revel, dans lequel il reproduisait les vignettes de cet Armorial concernant l’Auvergne et le Bourbonnais, reproductions (en noir et blanc malheureusement, mais il s’agissait de standards courants d’édition à l’époque…) assorties d’une présentation des données historiques et archéologiques alors connues pour chaque site. Bien que de très grande qualité pour l’époque, l’ouvrage est malheureusement aujourd’hui un peu daté dans sa forme éditoriale et dans les informations qu’il contient. Surtout, il excluait de fait plus de 50 sites appartenant aux possessions foréziennes des ducs de Bourbon. Si l’on excepte quelques articles5 et la publication partielle de la fouille du site d’Essertines (p. 475 de l’Armorial)6, la seconde publication importante pour l’Armorial de Guillaume Revel est l’imposant ouvrage d’Emmanuel De Boos, L’Armorial d’Auvergne, Bourbonnois et Forestz de Guillaume Revel, paru en 1998 et issu d’une thèse universitaire. Toutefois, cet ouvrage se caractérisait par une orientation essentiellement héraldique et si chaque site (tant en Auvergne qu’en Forez) faisait bien l’objet d’une notice archéologique, celle-ci restait généralement succincte. Dans le même temps, dès 1993, comprenant l’intérêt du manuscrit pour l’histoire et l’archéologie du Forez médiéval, Vincent Guichard7 et la Fédération des groupes de Recherche Archéologique de la Loire (FRAL), soutenus financièrement par le conseil général de la Loire, lançaient un projet ambitieux de publication des sites foréziens de l’Armorial de Guillaume Revel, placé, à l’origine, sous la coordination scientifique du Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévale (université Lumière-Lyon 2). S’inspirant du travail de Gabriel Fournier pour l’Auvergne, chaque notice de site (54 au total) devait comporter un état des lieux, des informations issues des archives, une description de la vignette du manuscrit et, enfin, une comparaison de celle-ci avec les parcellaires des XIXe et XXe siècles et les vestiges archéologiques visibles ou connus. Malheureusement, après divers déboires, ce projet, qui mobilisait alors plus d’une dizaine de chercheurs fut progressivement abandonné. Toutefois, en 2005, la FRAL, et derrière celle-ci le conseil général de la Loire, qui avait financé dès l’origine le projet, ainsi que le Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes, ont souhaité relancer ce travail afin de parvenir – plus de 15 ans après son lancement…– à la sortie de l’ouvrage attendu. C’est aujourd’hui chose faite !

  • 8 Sur les armoriaux médiévaux, cf. notamment : Wagner, 1956 ; Pastoureau, 1979 ; Holtz, Loyau, Pastou (...)
  • 9 Pour plus de détails sur tout cela, cf. infra E. De Boos.
  • 10 L’exécution est plus ou moins poussée suivant les cas avec une grande variété des points de vue ado (...)
  • 11 La Chambre, Le Verdier, Vernay, Virigneu, Châtelus, Chalmazel...
  • 12 Cf. notamment : Dainville F. de, Le Dauphiné et ses confins vus par l'ingénieur d’Henri IV, Jean de (...)
  • 13 Cf. par exemple, infra, l’analyse détaillée de la vue de Saint-Just-en-Chevalet.

2Il convient maintenant de rappeler rapidement ce que l’on sait du manuscrit de Guillaume Revel. L’objet premier de ce fort recueil de plus de 500 pages, dont on verra qu’il nous est parvenu incomplet, est comme pour tout armorial d’enregistrer des armoiries. De ce point de vue l’Armorial de Guillaume de Revel s’inscrit dans une tradition alors déjà longue8, même s’il montre d’un point de vue héraldique des caractéristiques tout à fait particulières. En premier lieu, il concerne un territoire réduit, en cherchant toutefois l’exhaustivité à l’intérieur de celui-ci. De plus, il désigne nommément des individus et pas seulement des lignages. Enfin, outre les armoiries (pour 540 familles différentes des domaines des ducs de Bourbon ce qui en fait ainsi une source de premier ordre en matière d’héraldique médiévale), il nous livre, ce qui est peu commun, cimiers et cris9. Mais l’Armorial de Guillaume Revel présente surtout une particularité fondamentale sans précédent : il s’agit de la représentation topographique des chefs-lieux de seigneurie dont relevaient les fiefs tenus des ducs de Bourbon par les lignages figurant dans l’Armorial. Dans le projet initial, chaque chef-lieu de seigneurie recensé devait sans doute faire l’objet d’une telle vue, mais ce plan trop ambitieux n’a été que partiellement réalisé et l’ouvrage nous est parvenu inachevé : nombre de chefs-lieux sont restés non illustrés, certaines vignettes sont encore à l’état d’ébauche plus ou moins avancée10, voire de simples esquisses sur papier collées a posteriori sur des feuilles de parchemin (c’est le cas des neuf dernières vignettes foréziennes) et il manque aussi divers chefs-lieux de châtellenie11. Le nombre important d’écus vides montre de même l’état d’inachèvement du travail. Néanmoins, même dans cette version incomplète, l’Armorial de Guillaume Revel contient plus d’une centaine de vues : 47 pour l’Auvergne (la première représentant l’abbaye de Saint-Pourçain-sur-Sioule et la petite ville qu’elle a agglomérée) ; 1 pour le Bourbonnais (en l’occurrence, sa capitale Moulins) et, enfin, 54 pour le Forez (la capitale du comté, Montbrison, ouvrant cette série). Celles-ci, bien que certaines soient relativement sommaires, forment la plus importante collection de vues topographiques du manuscrit. Il importe de souligner que si ces vues présentent un intérêt majeur pour l’histoire de l’architecture militaire et des formes d’habitat au XVe siècle (cf. infra), elles offrent aussi un grand intérêt en histoire de l’art et, notamment, en histoire de la représentation des espaces et des paysages. L’Armorial de Guillaume Revel est, en effet, un jalon important dans le développement du concept de paysage topographique en Europe occidentale au XVe siècle (De Boos, 1998), avec d’autres manuscrits contemporains comme le bréviaire de Louis de Guyenne, du Maître de Boucicaut (1414), les Très Riches Heures du duc de Berry des frères de Limbourg (vers 1413-1416 et complétées vers 1440-1450 par Barthélemy d’Eyck) ou encore les vues de Paris de Jean Fouquet des Heures d’Étienne Chevalier et des Grandes Chroniques de France (vers 1450-1460). En cela, les illustrateurs principaux de l’Armorial préfigurent les travaux des ingénieurs topographes de la période suivante, comme, par exemple, Ercole Negro ou encore Jean de Beins, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle12. Même si toutefois, il est clair, comme le montrent les nombreuses anomalies de représentation, que la fonction des vues de l’Armorial n’est pas de représenter exactement ce que voit l’œil de l’observateur mais de rassembler dans un même dessin différentes informations jugées indispensables d’un point de vue symbolique au commanditaire de l’œuvre, qu’elles soient topographiques ou architecturales13.

  • 14 Soit tout ou partie des actuels départements du Puy-de-Dôme, du Cantal et de la Haute-Loire.
  • 15 Soit tout ou partie des actuels départements de l’Allier et du Cher.
  • 16 Soit tout ou partie des actuels départements de la Loire et de la Haute-Loire.
  • 17 Il s’agit soit de Calixte III (1455-1458), soit de Pie II (1458-1464).

3Il faut noter qu’aux vignettes s’ajoute la représentation de divers personnages (en couple généralement) formant une généalogie illustrée du duc Charles Ier (1401-1456), commanditaire et dédicataire du manuscrit, du roi Louis IX (et de son épouse Marguerite de Provence) jusqu’à Jean Ier, duc de Bourbon (1380-1434) et père de Charles Ier. Plus loin dans le manuscrit, et resté à l’état de simple dessin au trait, figurent justement Charles Ier et sa femme, Agnès de Bourgogne. Celui-ci, duc de Bourbon de 1434 à 1456, est un parent et un proche du roi de France Charles VII, tenant l’apanage de Bourbon qui comprenait alors, depuis les années 1420, le duché d’Auvergne et le comté de Clermont14, le duché de Bourbonnais15 et le comté de Forez16, ainsi que quelques seigneuries plus secondaires réparties un peu partout dans le royaume (avec notamment dans le sud-est de celui-ci, aux portes du Forez, les Dombes et le Beaujolais). S’ajoutent, enfin, les représentations de deux dédicataires postérieurs du volume : un pape, non identifié avec certitude17, et le roi de France Charles VII.

  • 18 Le premier des deux artistes principaux affectionne les vues plongeantes, les détails des particula (...)
  • 19 Cf. infra la contribution d’Emmanuel De Boos au présent volume.

4Si, traditionnellement dans l’historiographie, cet Armorial est attribué à Guillaume Revel, héraut d’armes du duc Charles Ier, qui signe une introduction de deux pages en tête du volume et dont on ne sait malheureusement rien (cf. infra O. Mattéoni), en réalité, on ne peut lui attribuer seul tout le travail… En effet, quatre illustrateurs différents, avec deux auteurs principaux, un troisième pour les esquisses sur feuillets de papier collés à la fin du codex et, enfin, un quatrième pour les représentations des ancêtres de Charles Ier, semblent être intervenus18 et, du point de vue de l’illustration du volume, Guillaume Revel s’est sans doute contenté de coordonner le travail. La question de l’auteur ou des auteurs de l’Armorial s’avère donc au final plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il en va de même de la datation du manuscrit ; elle aussi a été l’objet de divers débats, mais cette question apparaît finalement sans réel objet… Effectivement, la réalisation de l’ouvrage, qui nous est de toute façon parvenu inachevé comme nous l’avons expliqué précédemment, s’étend sur une longue période. On ne peut donc lui attribuer une date précise. L’étude héraldique montre que la collecte des données a commencé avant 1450, sans doute dans les années 1440 et s’est étendue jusque vers 145919. L’introduction a, elle, été rédigée après 1456 et la mort de Charles Ier mais avant 1461 et la mort du roi Charles VII, auquel Guillaume Revel dédie aussi son travail. Pour résumer, les informations que contient l’Armorial, tant du point de vue héraldique que du point de vue des sites représentés, appartiennent donc aux années 1440-1450 sans que l’on puisse être plus précis. Et lorsque certains détails des vignettes foréziennes peuvent être croisés avec des informations issues des archives et précisément datées (cf. par exemple, Montverdun ou L’Hôpital-sous-Rochefort), on retombe dans le même intervalle chronologique de ces deux décennies centrales du XVe siècle.

  • 20 Et peut-être même, mais de façon anecdotique au paléoenvironnement. Que l’on songe, en effet, à la (...)

5Au-delà de l’intérêt pour l’héraldique et pour l’histoire de la représentation des espaces, évoqué ci-dessus, les vignettes de l’Armorial de Guillaume Revel présentent évidemment un intérêt majeur, qui a déjà été mis en lumière par divers chercheurs précédemment, pour de nombreux champs de l’histoire et de l’archéologie du Moyen Âge. Cela est particulièrement vrai pour les vignettes foréziennes, ce que souhaiterait démontrer le présent ouvrage. On songera, en premier lieu, à l’histoire des formes d’habitat et à l’histoire de l’occupation du sol. On rencontre ainsi dans l’Armorial des habitats castraux et des habitats ecclésiaux, parfois d’origine antique (Feurs) ; des villes et des villages et leurs faubourgs ; des habitats dispersés. L’histoire du peuplement ou encore l’histoire de l’essor urbain y trouvent ici une abondante matière, qu’en son temps Étienne Fournial avait déjà su mettre à contribution en s’appuyant sur les riches archives foréziennes et notamment sur les terriers (Fournial, 1967). L’histoire du paysage20 y trouve même, plus marginalement, son compte puisque l’Armorial nous donne parfois à voir des parcelles agricoles, dont le plessis qui les enclôt est finement représenté. L’Armorial de Guillaume Revel offre ainsi pour de nombreux sites, malgré parfois des biais dans les représentations liées aux conditions intellectuelles et culturelles du temps (questions de perspective et d’échelle notamment), leur toute première représentation, et généralement la seule avant le plan cadastral du début du XIXe siècle... Et l’étude fine de chaque site menée ici, associant les données des sources écrites, l’étude des parcellaires anciens et celle des vestiges encore en élévation, montre globalement la grande fiabilité des vignettes de l’Armorial, voire même parfois le souci du détail de celles-ci. Elles peuvent donc être assez largement considérées comme une « photographie » des sites au milieu du XVe siècle.

  • 21 Sur la place du bois dans les fortifications représentées sur les vignettes de l’Armorial, cf. Lacr (...)

6Autre apport fondamental de l’Armorial : l’histoire de la fortification et de l’architecture militaire. Châteaux et maisons fortes y côtoient abbayes et prieurés fortifiés, enceintes urbaines et villageoises. Au-delà sans doute d’un certain nombre de stéréotypes (les ouvertures de tir par exemple), les vignettes de l’Armorial nous permettent de dresser un tableau général de ce qu’est la fortification au milieu du XVe siècle. On y sent à la fois le poids du passé, avec par exemple ces tours maîtresses et leur chemise qui évoquent indéniablement les XIIe ou les XIIIe siècles (cf. Saint-Maurice-sur-Loire, Essertines, La Tour-en-Jarez…), et le poids considérable des travaux de fortification menés à partir des années 1360 et jusqu’au milieu du XVe siècle dans le contexte de la guerre de Cent Ans. Ces travaux ont modifié avec une ampleur exceptionnelle – on ne le dira jamais assez – le paysage des fortifications : amplifiant celles-ci (les premières extensions urbaines sont désormais encloses par de vastes enceintes ; les églises deviennent des forteresses…), les modernisant aussi (les ouvertures de tir adaptées aux armes à feu sont devenues la règle lorsque l’Armorial est mise en page…). Mais la précipitation engendrée par les menaces récurrentes des routiers et autres Tards-Venus durant les décennies qui s’étendent entre 1350 et 1440 est aussi nettement perceptible : des échiffes de bois innombrables et des palissades (comme à La Bénisson-Dieu) complètent très souvent des fortifications de pierre jugées alors insuffisantes21. Toutefois, la précipitation n’est sans doute pas seule à entraîner un recours si large au bois dans la fortification, il faut y voir aussi là la fréquente réticence, partout mise en évidence dans le royaume de France, des communautés d’habitants à financer des travaux qui coûtent très chers.

7L’Armorial s’avère aussi une source de premier plan dans l’histoire de la maison : qu’il s’agisse de maisons paysannes, de maisons villageoises ou urbaines, de maisons nobles. Certes, les stéréotypes sont à l’évidence nombreux et la majeure partie des maisons, tant rurales qu’urbaines, que montre le manuscrit dans ses pages foréziennes répond au modèle d’une maison-bloc à un étage avec, en règle générale, une porte et une fenêtre à meneaux sur le mur pignon, deux fenêtres plus petites sur le mur gouttereau et, sur le toit à deux pentes, couvert en tuiles, une cheminée à mitre. Toutefois, il faut se garder de considérer comme sans intérêt pour l’histoire de l’habitat ces maisons standardisées, en effet, celles-ci sont assurément révélatrices de ce que sont alors les caractéristiques générales des maisons de la majeure partie de la population dans la région. Il est, à ce titre, révélateur de mettre l’accent sur la question des cheminées. Si l’immense majorité des maisons possèdent une cheminée à mitre avec une souche cylindrique, quelques cheminées à souche quadrangulaire sont aussi bien visibles et elles appartiennent toutes à des résidences aristocratiques. S’opposent là, au travers d’une distinction sociale, archaïsme et modernité de l’architecture. Dans le cas des maisons urbaines, la présence d’un ouvroir au rez-de-chaussée de certaines d’entre elles éclaire leur fonction marchande, de même que la présence d’une tourelle d’escalier indique des habitats socialement plus prestigieux. Mais c’est peut-être dans le domaine de l’histoire de la maison noble que l’apport de l’Armorial s’avère le plus important ; on ne peut manquer ici de faire allusion à la maison de Teillières, près de Saint-Galmier, acquise par les comtes de Forez dans les années 1330 et qui deviendra une de leur résidence favorite. La vignette, qui semble au regard des autres données disponibles d’une grande fidélité, nous offre ainsi l’image de ces résidences rurales de plaisance dont les grands de l’aristocratie se dotent de plus en plus fréquemment durant les deux derniers siècles du Moyen Âge.

  • 22 On pourrait y ajouter notamment l’étude de l’architecture religieuse…

8Mais, pour conclure, il est bien évident que nous n’avons fait là qu’ouvrir quelques pistes22, les 54 monographies qui forment le cœur du présent livre susciteront, nous l’espérons et c’est là leur principale ambition, de nombreuses études nouvelles. La matière de l’Armorial dit de Guillaume Revel est loin d’être épuisée…

Notes

1 Sur l’histoire de ce manuscrit, cf. infra E. De Boos et P.-Y. Laffont, encart p. 41.

2 Le comté de Forez entre dans le patrimoine des ducs de Bourbon en 1372 à la mort du comte Jean II.

3 Duarte de Armas, Livro das fortalezas : fac-simile do ms. 159 da Casa Forte do Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne, Archivo Nacional da Torre do Tombo / INAPA, Colecção História da Cultura Portuguesa, 1997 (2e édition, révisée).

4 Ainsi la vignette de Montaigut-le-Blanc en Auvergne (Armorial, p. 308) orne-t-elle la couverture du célèbre ouvrage de J. Chapelot et de R. Fossier, Le village et la maison au Moyen Âge, paru en 1980 (Paris, Hachette). De même, tout récemment, celle de Panissières figure aussi en couverture de l'Atlas de l'histoire de France, vol. I : La France médiévale : IXe-XVe siècles (O. Guyotjeannin, G. Balavoine, Paris, Autrement, 2010).

5 Cf. par exemple : Piponnier, 1992 ; Lacroix, 2003.

6 Piponnier, 1993.

7 Aujourd’hui directeur du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray.

8 Sur les armoriaux médiévaux, cf. notamment : Wagner, 1956 ; Pastoureau, 1979 ; Holtz, Loyau, Pastoureau, 1998 et Schnerb B. (dir.), Le héraut, figure européenne (XIVe-XVe siècles), Villeneuve-d’Ascq, université Charles-de-Gaulle-Lille 3, N° spécial de la Revue du Nord, 2006.

9 Pour plus de détails sur tout cela, cf. infra E. De Boos.

10 L’exécution est plus ou moins poussée suivant les cas avec une grande variété des points de vue adoptés et des différences dans le rendu des détails. Les vues sont le plus souvent restées à l’état de dessins à l’encre noire avec juste quelques rehauts de couleur, mais cet état ne constituait qu’une étape provisoire, car quelques représentations font l’objet d’un traitement pictural plus poussé, citons ainsi les beaux exemples foréziens de Montbrison ou de Saint-Just-en-Chevalet.

11 La Chambre, Le Verdier, Vernay, Virigneu, Châtelus, Chalmazel...

12 Cf. notamment : Dainville F. de, Le Dauphiné et ses confins vus par l'ingénieur d’Henri IV, Jean de Beins, Paris-Genève, Droz-CNRS, 1968.

13 Cf. par exemple, infra, l’analyse détaillée de la vue de Saint-Just-en-Chevalet.

14 Soit tout ou partie des actuels départements du Puy-de-Dôme, du Cantal et de la Haute-Loire.

15 Soit tout ou partie des actuels départements de l’Allier et du Cher.

16 Soit tout ou partie des actuels départements de la Loire et de la Haute-Loire.

17 Il s’agit soit de Calixte III (1455-1458), soit de Pie II (1458-1464).

18 Le premier des deux artistes principaux affectionne les vues plongeantes, les détails des particularités des toitures. Il a travaillé sur l’Auvergne et le Bourbonnais, mais aussi sur le Forez. On lui doit les vues des principales agglomérations représentées : Saint-Pourçain, Montferrand et Clermont, Thiers, Moulins, Montbrison et Feurs. Le second des artistes principaux a travaillé seulement sur l’Auvergne, où il a réalisé la plus grande partie des vues. Il montre une conception des paysages beaucoup plus moderne que l’autre illustrateur. Les sites sont toujours vus comme à ras du sol avec une horizontalité marquée et animés par une présence humaine ou animale. À ces deux artistes, il faut peut-être aussi attribuer la partie proprement héraldique (blasons, cimiers) ainsi que la représentation du couple ducal avec Charles Ier, du couple royal ainsi que du pape.

19 Cf. infra la contribution d’Emmanuel De Boos au présent volume.

20 Et peut-être même, mais de façon anecdotique au paléoenvironnement. Que l’on songe, en effet, à la représentation d’un saumon dans la Loire sur la vignette de Saint-Victor-sur-Loire (p. 461 de l’Armorial cf. infra p. 258). La présence des saumons dans la partie amont de la Loire est malheureusement désormais aujourd’hui très marginale...

21 Sur la place du bois dans les fortifications représentées sur les vignettes de l’Armorial, cf. Lacroix, 2003.

22 On pourrait y ajouter notamment l’étude de l’architecture religieuse…

© Alpara, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access