Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean, les fouilles de l'îlot Tramassac

 | 
Catherine Arlaud
, 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Paul Bravard
, 
et al.

Troisième partie. Éléments de culture matérielle

Jean-Michel Poisson et Bruno Claret

Texte intégral

Les auteurs remercient M. Dhenin, conservateur au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale pour son aide.

LA CÉRAMIQUE GALLO-ROMAINE

Avertissement

  • 6 A l’heure de la préparation de ce volume, la reprise de l’étude du mobilier est engagée. Nous devri (...)

1La présentation du mobilier céramique mis au jour lors des opérations archéologiques de l’îlot Tramassac et de la rue Carriès ne constitue nullement une étude exhaustive du mobilier issu des niveaux de l’occupation antique6. Une telle présentation aurait réclamé un temps d’étude beaucoup plus long afin d’arriver à une synthèse de l’ensemble des résultats portant sur la reconnaissance des formes et leur évolution au sein de chacune des productions concernées. En effet, le temps d’étude réservé au mobilier est souvent amputé du long travail de l’inventaire qui, outre l’identification de la céramique, inclut le lavage, le marquage et le conditionnement des tessons. Ces exigences compromettaient l’analyse détaillée du mobilier. Aussi, nous avons adopté le parti d’une présentation des éléments de datation fournis par la céramique des principales périodes de l’occupation antique : de fait, n’ont été sélectionnés que les lots de couches qui, par leur position stratigraphique, ont fait l’objet d’un commentaire archéologique et dont la datation avancée nécessitait une justification. Nous n’avons pas tenu compte (et cela constitue notre deuxième option), de la nature du gisement d’origine des céramiques (remblais, préparation de sols...) que nous avons regroupées à l’intérieur de chaque séquence chronologique. Ceci n’est pas sans conséquence sur la composition de ces lots et peut donc influer sur la fréquence des types de production.

71 - Répartition du mobilier céramique gallo-romain de l’îlot Tramassac et de la rue Carriès

2Les différentes propositions chronologiques reposent sur la reconnaissance des formes les plus fréquentes, donc facilement identifiables, et l’évolution de chacun des types de production (sigillée gauloise, claire B, africaines C ou D, métallescente...) au sein d’une même catégorie (fines, communes ou amphores). Pour les périodes tardives, cette évolution est sensiblement troublée par l’importance du mobilier résiduel, synonyme de remaniements successifs, rendant tout bilan aléatoire. Souvent, le recours à la position stratigraphique de la couche à laquelle appartient le lot examiné est venu compenser les insuffisances du mobilier céramique exhumé (par exemple pour les périodes 5 et 6).

  • 7 Un vase peut être représenté par un ou plusieurs tessons mais ne constitue pas forcément une forme (...)

3La céramique issue des lots analysés réunit 63 % de l’ensemble inventorié, ce qui correspond à 7073 vases7 soit 7730 tessons, toutes productions confondues. Cette étude ne propose par conséquent qu’une vue partielle de la céramique mise au jour dans les secteurs étudiés et ne repose que sur un premier examen du mobilier (fig. 71).

4L’analyse céramique relève de différentes approches. En effet, la céramique commune, qu’il est pour le moment quelque peu prématuré de vouloir cerner, surtout dans des contextes tardifs encore peu étudiés, n’a pu offrir les mêmes avantages que la vaisselle fine qui bénéficie d’un meilleur degré de connaissance. Malgré son importance quantitative (près de 46 %), le vaisselier culinaire est donc peu intervenu pour moduler la chronologie. Parmi le mobilier amphorique, l’observation à l’œil nu de la facture de la pâte a permis de distinguer des groupes de production présentant des caractéristiques homogènes (produits africains, gaulois, certains types hispaniques ou orientaux). Mais des problèmes d’identification, et donc de provenance, restent toutefois posés, surtout dans les périodes tardives.

  • 8 Durant le VIIe s., la variété des techniques et la diversité des formes du vaisselier se restreigne (...)

5La céramique gallo-romaine exhumée témoigne d’une occupation s’échelonnant du IIIe s. à la fin du VIe s., terminus considéré, du point de vue technologique et économique, comme le seuil du Moyen Age8. Ce mobilier s’inscrit donc en grande partie dans la période dite de l’Antiquité tardive. Or, l’un des caractères distinctifs actuels de la céramique de cette époque est la difficulté d’appréhender, du moins dans nos régions, toute évolution chronologique. Celle-ci est encore peu définie par manque d’éléments comparatifs publiés (Villedieu 1990). Si l’utilisation des indices monétaires reste assez aléatoire en raison de la longue circulation des types à l’époque tardive et ne constitue en définitive qu’un terminus post quem, l’existence de quelques rares fragments de produits importés établit, parfois, des repères chronologiques précis, mais fragiles car peu abondants.

6La quantité de céramique traitée et l’étirement chronologique nous ont autorisés à utiliser, parfois, l’argument a silentio : l’absence d’un type de production dans un lot céramique place la formation de celui-ci avant l’apparition de ce type.

  • 9 Nous renvoyons à une publication récente sur ce matériel : Desbat A. et Picon M., Sigillée claire Β (...)
  • 10 Autrement mentionnée “dérivées des sigillées paléochrétiennes”, cette céramique semble poser un pro (...)
  • 11 A Lyon, les fouilles opérées sur le chantier Ilot Vieille Monnaie - Service archéologique municipal (...)
  • 12 Malgré l’imprécision de l’évolution chronologique de l’estampée grise, on s’accorde à dater l’appar (...)

7Ne disposant pas des comparaisons aussi nombreuses et détaillées que fournissent les périodes plus anciennes, il fallut s’en remettre à la présence des deux types de production qui jalonnent, dans nos régions, l’Antiquité tardive : la céramique dite luisante9 et la sigillée paléochrétienne grise, appelée plus couramment céramique estampée grise10. Ces deux fossiles assurent ainsi une alternative aisée entre le début du IVe s., apparition de la céramique luisante11 et celui du Ve s. au cours duquel circule l’estampée grise12. Mais si les dates d’apparition de ces deux types de production sont généralement admises, leur durée d’utilisation et leur évolution ne semblent pas encore fixées.

  • 13 Les fouilles de la Bourse à Marseille n’ont pas révélé de céramique luisante dans la Période 1 daté (...)

8Malgré les inévitables incertitudes de la stratigraphie des fouilles en milieu urbain dues, en grande partie, aux nécessités de délais des opérations de sauvetage et aux remaniements successifs durant les différentes phases de l’occupation, les regroupements complexes en séquences, phases et périodes opérés sur les chantier de l’îlot Tramassac et de la rue Carriès ont permis d’élaborer la trame d’une chronologie relative et d’aborder plus facilement l’approche du mobilier exhumé : ainsi, il ressort de cette analyse la simultanéité des productions de luisante et estampée grise tout au long du Ve s.13.

  • 14 Cet indice est toutefois à considérer avec prudence car il résulte d’une étude faite sur un matérie (...)

9Mais le problème restait entier pour le VIe s. Il fallut, dans un premier temps, tenir compte d’une forme ponctuant le Haut Moyen Age, l’olla en commune grise dont la production débute au VIIe s.14, puis essayer de trouver le prototype parmi les céramiques des niveaux antérieurs. Nous avons donc essayé de démêler le processus qui a présidé au développement de la lèvre en bandeau. L’examen plus particulier des céramiques communes grises et sombres, conjugué aux données de la stratigraphie a permis d’évoluer tout au long des Ve et VIe s. et d’avancer des datations qui restent toutefois prudentes.

Méthode de présentation

10Nous avons appliqué à l’ensemble du mobilier un inventaire basé sur le nombre de vases estimé après collage. Cette évaluation varie selon la nature de la céramique (commune claire, amphores gauloises) ou du gisement d’origine (remblai d’installation, couche d’occupation...). Malgré l’approximation inévitable de ce type de comptage, cette méthode a été choisie afin de proposer une base quantitative. Celle-ci est souvent sousestimée bien que, reflétant les indices de fréquence des types concernés, elle permette de déduire les modalités de leur diffusion et donc l’image des principales tendances du mobilier (Ayala 1992, p. 296). Nous avons appliqué au mobilier de Tramassac-Carriès la méthode déjà mise en oeuvre lors du traitement des céramiques du chantier Adolphe Max (Villedieu 1990, p. 145 à 153). Cette méthode commune, privilégiant les associations de céramiques, permettra d’intéressantes confrontations tout au long de cette analyse.

11Cependant, afin de ne pas alourdir cette présentation par une accumulation de données chiffrées, seuls les pourcentages des types de production évoqués apparaîtront dans le commentaire. Un traitement statistique a servi à élaborer les courbes graphiques présentant la variation de fréquence des produits dont le commentaire est proposé en conclusion. Mentionnons déjà que la confrontation des données chiffrées a permis de constater, pour la période tardive, une différence minime entre le nombre de tessons et le nombre de vases. Cette différence souligne le caractère très fragmentaire de la céramique mise au jour sur les chantiers archéologiques de Tramassac et de Carriès, du fait de l’absence de véritable dépotoir d’époque gallo-romaine.

12La définition de certains types de production nécessite quelques précisions. En céramique commune, dite de cuisine, le terme "sombre" est une appellation aisée qui devra sans aucun doute être révisée. Il regroupe une production hétéroclite, de cuisson oxydante (mode A), présentant une grande diversité de pâte (souvent riche en mica, orangé ou marron, parfois à gros dégraissants de quartz) et de couleurs certainement inhérentes à différents centres de production. Il est certain qu’une étude plus approfondie distinguera des groupes mieux définis par une analyse des pâtes, de la forme et de la destination des poteries. La mention “grise” regroupe, elle, des produits à pâte grise ou noire, à cuisson réductrice (mode B), grossière ou mieux épurée, à surface brute ou lissée et dont certains exemplaires tardifs portent, parfois, un décor incisé, peigné ou appliqué à la molette.

13Ce que nous entendons par “amphores non identifiées” regroupe des fragments dépourvus de critères distinctifs et dont l’origine de fabrication reste à définir.

14L’illustration a été limitée aux formes inédites et à celles présentant un profil ou un décor particulier. Les formes fréquentes de sigillée gauloise, de claire Β et d’amphores, celles de céramique luisante (coupe carénée de type Lamboglia 1/3 ou bol à décor d’ocelles Lamboglia 2/37 par exemple), ne seront pas reprises ici.

LES AMÉNAGEMENTS DES BERGES DU BRAS DE SAÔNE (PÉRIODE 1)

15La faible quantité du matériel (5 fragments de panse en commune claire - 1 fragment de panse en commune grise) trouvé lors du dégagement des pieux d’un appontement sur la rive droite du bras de Saône rend toute datation impossible et en fait un document de peu d’intérêt. Les résultats des analyses dendrochronologiques (27 av. J.-C., 8 ap. J.-C., 18 ap. J.-C.) ne peuvent être corroborés par le mobilier céramique.

LES NIVEAUX DE REMPLISSAGE DU BRAS DE SAÔNE (PÉRIODE 2)

16Les céramiques prélevées dans les deux premières séquences de remplissage du bras de Saône sont à prendre avec précaution, car elles ne sont pas en liaison avec un système stratifié. Les séquences sédimentaires examinées en vue de l’analyse géomorphologique, et correspondant aux remplissages du bras de Saône opérés jusqu’au IIIe s., n’ont pas fait l’objet d’une fouille systématique. Le mobilier prélevé n’offre donc qu’un échantillonnage limité des céramiques contenues dans ces différents niveaux. Au regard des conditions particulièrement hasardeuses de la formation de ces lots, seule la fourchette chronologique, estimée après examen de quelques formes reconnues, sera proposée.

LES PREMIERS REMPLISSAGES

17Les fragments de gobelets à parois fines sablées ou à décor de pastilles, qu’il est possible de rapprocher des productions de l’atelier lyonnais de La Butte, (Grataloup 1988, type III, pl. XVI, n° 2 à 4, et type VII, pl. XVII, n° 9) ainsi que les fragments de sigillée gauloise, (formes Drag. 24/25, Drag. 17 et Drag. 18/31), fournissent un terminus post quem précis : la première moitié du 1er s. ap. J.-C.

18Cependant, la connexion du mobilier amphorique (formes Beltran-Lloris II et Dressel 28 d’origine hispanique) concourt à situer le lot durant le 1er s., époque de la plus grande diffusion de ces produits (Paunier 1981, p. 357, n° 429 - 430 ; p. 357, n° 432 à 434 ; p. 358, n° 438). Toutefois, l’exclusivité de la forme G 4 tendrait à placer ces premiers remplissages de bras de Saône à partir de l’époque flavienne, la commercialisation de cette forme d’amphore semblant prendre le pas, dès cette période, sur la forme G 5 (Laubenheimer 1985, p. 390).

19Parmi les céramiques communes, les deux fragments de mortiers à bord pendant, d’époque flavienne, ne contredisent pas cette datation (Desbat et alii, pl. IX, n° 5).

20L’absence de claire Β est un argument a silentio pour situer le terminus a quo des premiers remplissages à la fin du premier quart du IIe s., (Desbat 1988, p. 94). La formation de ce gisement a pu intervenir durant la deuxième moitié du Ier s., voire le début du siècle suivant.

RÉTRÉCISSEMENT DU BRAS DE SAONE

21Le mobilier céramique se rapportant aux séquences sédimentaires du rétrécissement du bras de Saône offre un horizon chronologique postérieur à la période précédemment décrite. Si la présence de claire Β donne accès dorénavant au deuxième quart du Ile s., l’existence de fragments de gobelets rapprochés des productions métallescentes, qui apparaissent à Lyon dans la deuxième moitié du IIe s., affine cette datation (Desbat 1978, p. 43). Les quelques fragments d’amphores africaines, attestées dans nos régions à partir de la fin du IIe s, ceux d’une production orientale de forme Kapitan II (Keay 1984, p. 137), repérée à Ostia au début du IIIe s., et surtout l’absence de claire C, présente dans la phase suivante, limitent la formation de ces séquences sédimentaires du rétrécissement du bras de Saône au premier quart du IIIe s.

LE COMBLEMENT DES CHENAUX RÉSIDUELS DE CRUE

22Les éléments de datation sont fournis par l’existence d’une assiette en claire Β (forme Desbat 3), apparaissant à la fin du IIe s. et attestée à Lyon jusque dans la seconde moitié du IIIe s. (Desbat 1988, p. 96) ainsi que par un bord de claire C (forme Hayes 50) commercialisée en Gaule à partir du deuxième quart du IIIe s. (Carrandini et alii 1968, p. 34-36).

23Ces niveaux de comblement des chenaux ont été également repérés dans la cave I du chantier de la rue Carriès. Parmi le mobilier prélevé se détachent un fragment d’africaine C et un bord de claire Β (forme Desbat 2/3). Le comblement des chenaux, commun aux chantiers de Tramassac et Carriès, a pu survenir aux alentours du milieu du IIIe s., l’absence de céramique luisante interdisant de placer cette phase au-delà de la fin du IIIe s.

LA MAISON AUX STUCS

24Cette installation constitue la plus ancienne phase d’occupation repérée lors de la fouille de la rue Carriès, phase d’occupation contemporaine de la dernière séquence de comblement du bras de Saône. Cette installation est concrétisée par une série de murs en briques crues, dont certains portaient encore un décor d’enduit peint, surmontés par une corniche en stuc (cf. : 2ème partie). Le mobilier céramique des différentes couches appartenant aux phases successives de la maison aux stucs constitue un ensemble clos du fait de l’effondrement des superstructures. La cohérence, l’abondance du mobilier et la position stratigraphique des couches étudiées ont permis d’élaborer l’évolution de cette habitation depuis ses remblais d’installation au début du IIIe s. jusqu’à ses niveaux de destruction survenue à la fin de ce siècle.

REMBLAIS D’INSTALLATION DE LA MAISON

25Cet épais niveau, interprété comme les remblais d’installation de la maison aux stucs, a livré une quantité notable de céramiques (364 restes de vases, soit 663 tessons). La présence non négligeable de métallescente (25 %) et celle d’importation africaine (10,7 % d’amphores, dont un fragment portant une inscription incisée (fig. 72 n° 1) et 6,3 % de céramiques culinaires de formes Hayes 181, 196 et 197 - Hayes 1972, p. 201, 208 et 209) diffusées à partir de la fin du IIe s. offrent un terminus post quem précis. La présence appréciable de claire Β (54,7 %), formes Desbat 3, 15, 50 et 53 (inscription incisée non identifiée) (fig. 72 n° 2), ainsi que celle de sigillée gauloise (21 %), en particulier une forme de Gaule du Centre Déchelette 72 (fig. 72 n° 3) placent l’installation de la "maison aux stucs" dans la première moitié du IIIe s. En céramique commune grise, qui totalise 41,2 %, l’existence d’un seul ovoïde à bord droit (fig. 72 n° 4), très fréquent dans la deuxième moitié du IIIe s., témoignerait du début de la production de ce type de matériel. L’absence d’africaine C fournit un terminus ante quem fixé aux alentours des années 220/230. La constitution des remblais d’installation de la “maison aux stucs” peut donc se situer dans le premier quart du IIIe s.

72 - Céramique gallo-romaine : n° 1 à 12, période 2, IIIe s., n° 13 à 21, période 3, IVe s.

SOL D’OCCUPATION EN TERRE BATTUE

  • 15 Ce type de décor assez particulier est attesté à l’atelier de Gueugnon. Documents d’Archéologie Fra (...)

26Malgré l’échantillonnage très limité de ce lot (20 vases correspondant à 27 tessons), il ressort deux bords de claire Β (forme Desbat 67, très fréquente au début du IIIe s.). A noter un bord de mortier en sigillée gauloise (forme Drag. 45) à décor de cartouche sur le bandeau (fig. 72 n° 5)15. Ces indices s’accordent à situer la formation de ce sol à une date contemporaine à l’installation des remblais sur lesquels il repose : l’analyse stylistique des enduits peints de style sévérien, constituant le décor intérieur de la maison et retrouvés dans la couche de démolition, a étayé cette proposition chronologique.

DÉMOLITION DE LA MAISON AUX STUCS

27Le lot céramique issu de ces niveaux est cette fois plus important (711 restes de vases pour 808 tessons). Un fragment d’africaine C intervient pour placer la formation de ce gisement après le premier quart du IIIe s.

28Toutefois, l’examen des amphores permet d’avancer dans le siècle. En effet, l’apparition du conteneur hispanique Almagro 50 (Keay 1984, p. 169), commercialisé à partir du milieu du IIIe s. ou légèrement après, donne l’occasion d’aborder la deuxième moitié de ce siècle. L’absence de céramique luisante interdit de dépasser la fin du IIIe s. La démolition de la maison aux stucs a pu intervenir durant le troisième quart ou à la fin du IIIe s. Nous pouvons souligner une augmentation sensible des bords droits en céramique commune grise (fig. 72 n° 6, 7), typiques de la deuxième moitié du siècle. Notons également un fragment de céramique commune claire portant une marque incisée non identifiée (fig. 72 n° 8). Les fragments de céramique commune sombre présentent souvent un aspect micacé de la surface extérieure ou bien sont recouverts d’un engobe orangé. Il s’agit de marmites à marli horizontal, profilé de cannelures sur la face supérieure (fig. 72 n° 9 à 11), ainsi que d’une série de plats à parois obliques et à lèvre arrondie ou légèrement aplatie (fig. 72 n° 12). Les formes fermées de jattes carénées ou urnes à bord dit en amande sont également bien attestées.

LES AMÉNAGEMENTS DU IVe SIÈCLE (PÉRIODE 3)

29Ces aménagements se sont déroulés au cours de trois phases successives : l’installation d’une voie construite en grosses dalles de granite repérée au nord de la zone fouillée à Tramassac et à l’ouest de celle de Carriès, la fréquentation de celle-ci, ainsi qu’une série de témoins d’occupation situés dans la partie est du secteur Tramassac.

INSTALLATION DE LA VOIE 278

30Le mobilier céramique appartenant aux remblais d’installation de la voie gallo-romaine, repérée tant sur le chantier de l’îlot Tramassac que sur celui de la rue Carriès, a été regroupé et traité simultanément (402 tessons pour 374 restes de vases). L’élément de datation repose sur un fragment de panse en céramique luisante de forme Lamboglia 1/3. Mais la faible quantité de ce type de production a été, dans un premier temps, considérée avec prudence, à cause d’un risque d’infiltration toujours probable. Néanmoins, cette présence pouvait également signifier le tout début de la commercialisation de cette céramique, (Lamboglia 1963, p. 170). Dans ce cas, la voie gallo-romaine est installée à la fin du IIIe s. ou au début du IVe s. La production de luisante amorce donc ici son démarrage et n’atteindra une respectable vitesse de croisière qu’au cours de la phase suivante. L’identification d’un antoninianus, dont l’émission a été fixée dans la seconde moitié du IIIe s., est venue conforter ce créneau chronologique (cf. infra, l’étude numismatique). De l’abondance des amphores gauloises, qui dominent largement les autres types de production d’amphores avec près de 70 %, découle la continuité de l’approvisionnement en vin dans le sud de la Gaule, et donc de l’activité vinicole de ces régions, et ce jusqu’au début du IVe s.

NIVEAUX DE FRÉQUENTATION DE LA VOIE

  • 16 Les lampes africaines ont fait l’objet d’un classement typologique sommaire élaboré par Hayes J.W. (...)

31L’importance de la céramique luisante (42,2 %), à l’intérieur de laquelle la forme Lamboglia 1/3 figure en très bonne place, situe ces niveaux de fréquentation de la voie au IVe s. Un fragment de lampe de forme Hayes I/Atlante VIII (fig. 72 n° 13)16 apporte une précision chronologique supplémentaire : ce mode d’éclairage de provenance africaine est en effet diffusé à partir du milieu du IVe s. L’identification de trois monnaies émises au milieu du IVe s. valide la datation avancée par l’analyse céramique (cf. infra, l’étude numismatique). Là aussi, l’absence de céramique estampée grise fournit un terminus ante quem interdisant d’aborder le Ve s.

32Parmi le mobilier amphorique, il faut souligner la baisse progressive des importations hispaniques (1,4 %, soit plus de 4 % d’écart avec la phase précédente) : ce ralentissement des arrivages reçus de cette région de l’Empire est déjà sensible au cours du siècle précédent. Les amphores non identifiées connaissent une notable augmentation (56,3 %) doublant leur quota par rapport à la phase précédente. Au sein des céramiques culinaires en commune sombre et grise, les bords en amande sont toujours bien représentés.

DES NIVEAUX D’OCCUPATION

33Fragments de murs, fosses, comblements et traces de démolition évoquent une occupation mal définie. Seul le rapport chronologique fourni par l’étude du matériel céramique (570 vases pour 611 tessons) a permis d’attribuer ces vestiges à la période 3. La forte proportion de céramique luisante (55,4 %) situe ces niveaux dans le courant du IVe s. La forme Lamboglia 1/3 est largement attestée dans ses variantes A (possédant une cannelure au dessus de la carène) et Β (sans cannelure et à la carène vive), certains exemplaires portant des traces de peinture blanche sur la partie supérieure du vase. Cette forme et dans une moindre mesure la 2/37 à décor de lunules sur la paroi semblent typiques du IVe s. Le mortier à décor de mufles ou de motifs croisés (Drag. 45), la patère à décor de poinçons triangulaires sur la paroi extérieure (Lamboglia 10) figurent également en bonne place. Des fragments d’assiette à fond orné de spirales de guillochis à la molette et de petites coupes à fond déprimé dont la paroi est divisée par un sillon profond apparentées à la forme Lamboglia 33 (fig. 72 n° 14), de petites urnes à épaule carénée et col oblique apparentées à la forme 19 de Lamboglia (fig. 72 n° 15) et de petits bols à décors de lunules (fig. 72 n° 16) constituent les objets les plus fréquemment répertoriés.

34Il ressort de ce lot un fragment de fond de plat en claire D, portant un décor de carré quadrillé en diagonales (fig. 72 n° 17), et appartenant au style A iii de Hayes attesté à partir de la deuxième moitié du IVe s. (Hayes 1977, p. 219 et 241, n° 69, fig. 42). C’est un élément opportun pour proposer une datation plus précise : le troisième quart du IVe s. L’absence dans ces lots considérés de céramique estampée grise interdit d’approcher la fin du IVe s.

35Une augmentation de la production des mortiers, dont la fréquence avait sensiblement diminué à la fin du IIIe s. et au début du siècle suivant, peut traduire une modification des habitudes alimentaires. L’apparition d’un nouveau modèle de lampe à huile en céramique commune à pâte beige sans engobe et dont la morphologie n’est pas sans évoquer les prototypes africains (la lampe à canal au bandeau décoré) mérite d’être signalée (fig. 72 n° 18). En céramique commune sombre, outre les bords en amande toujours bien représentés, il faut noter une variété de bord déversé vers l’extérieur et à l’extrémité pendante (fig. 72 n° 19 à 21).

LES AMÉNAGEMENTS DU Ve SIÈCLE (PÉRIODE 4)

LES REMBLAIS D’INSTALLATION DE LA VOIE 272

36Un fragment d’estampée grise à marli décoré de poinçons circulaires (fig. 73 n° 22), rapproché de la forme Rigoir 1, place ces rehaussements du niveau de la voie au Ve s. Le caractère minoritaire de ce type de production et le fragment de lampe africaine de forme Hayes I / Atlante VIII A/B (fig. 73 n° 23) établiraient le rehaussement de la voie au début du Ve s. La céramique luisante occupe toujours une place prépondérante au sein de la vaisselle fine (69,2 %), ce qui établit la continuité de sa production durant le début du Ve s.

73 - Céramique gallo-romaine : n° 22 à 37, période 4, Ve s., n° 38 à 44, période 6, VIe s., n° 45, bord et anse d’amphore non identifié.

37L’augmentation importante des productions d’amphores non identifiées s’impose avec 64,7 %.

LE DÉPOTOIR D’OS

38La céramique issue des couches du dépotoir d’os est particulièrement abondante (2150 restes de vases pour 2191 tessons). L’inventaire a révélé une forte proportion de luisante solidement arrimée dans la catégorie des céramiques fines (53,8 %) : fréquents Lamboglia 1/3, 2/37, Drag. 45, mais également coupes à marli Lamboglia 4/36, bols carénés Lamboglia 3 et 3/8, assiettes à bord droit Lamboglia 9b, coupelles hémisphériques à bords droits (fig. 73 n° 24) ou portant un décor incisé stylisé (fig. 73 n° 25). L’augmentation du pourcentage d’estampée grise (près de 14 %) est un argument pour un Ve s. bien avancé : bols Rigoir 6C et 16 présentant un décor de guillochis, coupelles à bord rentrant Rigoir 5 et 34, ainsi que des assiettes à marli décoré de guillochis, d’incisions rectangulaires ou de motifs géométriques d’arceaux alternés avec des poinçons. Ce type de production, à pâte grise, fine et homogène, revêtue d’un vernis foncé, noirâtre, d’aspect brillant, mais souvent écaillé, a toutefois livré un rare témoin de la variante orangée de cette production : bord à marli de forme Rigoir 1 cependant trop élimé pour en proposer une illustration. Certains fragments présentent parfois une texture si peu soignée qu’il est difficile de les distinguer de la production en commune grise fine.

39Parmi les conteneurs d’origine africaine (9,2 %) ressort un fond très effilé que nous avons rapproché de l’amphore spateion (Panella 1972, p. 105 et 106, fig. 76). Les produits orientaux renferment essentiellement des fragments d’amphore à pâte fine très micacée. Ce conteneur connaît une évolution longue tant du fond que du col, d’abord monoansé (Robinson M 282) puis à double anse (Riley L.R.A. 3). Le seul examen des parois rend cependant difficile l’attribution à l’une ou à l’autre des versions. C’est le contexte stratigraphique qui autorise ici le regroupement des fragments à la forme tardive. L’existence d’un fragment de plat Hayes 82 b, portant un décor à la roulette sur la paroi extérieure, semble fréquent dans la deuxième moitié du Ve s. (Hayes 1977, p. 128 à 131, pl. 23).

  • 17 M. Janet-Vallat, Saint-Georges, Saint-Pierre, Bâtiments et nécropoles, du IVe s. jusqu’à la Révolut (...)

40Au sein de la production en céramique commune sombre, à l’intérieur de laquelle lèvres en amande, coupelles à bords obliques (fig. 73 n° 26 et 27) et bols à col séparé de la panse par un bourrelet sont encore bien fréquents (fig. 73 n° 28 et 29), apparaissent des lèvres à bandeau qui peuvent être considérées comme les prototypes des formes en commune grise typiques du Haut Moyen Age (fig. 73 n° 30 à 32). Les contextes issus de la fouille de Saint Pierre-de-Vienne, sous la direction de M. Janet-Vallat, ont également décelé ces formes dans des niveaux chronologiquement identiques17.

41Durant cette période, apparaît une production à pâte grise, certainement régionale, de lampes à huile au disque orné de motifs géométriques et dont aucun parallèle publié n’a été repéré pour le moment (fig. 73 n° 33).

REMBLAI DU SOL 707

42Ce remblai de préparation du sol 707 offre un mobilier dont la constitution, mais non la quantité, est à rapprocher de celui du dépotoir d’os (196 tessons pour 189 vases) : estampée grise de forme Rigoir 1 à marli décoré, ainsi qu’un bol à collerette en luisante, apparentée au n° 24/25 de la typologie de Lamboglia, puis des lèvres en bandeau en commune sombre (fig. 73 n° 34 - 35). Ce niveau installé sur le dépotoir d’os appartient de ce fait à une phase immédiatement postérieure à celui-ci : la fin du Ve s. ou le début du siècle suivant peuvent être avancés.

INSTALLATION DES STRUCTURES PALATIALES

43Ces niveaux dégagés sur le chantier de la rue Carriès ont été interprétés comme les vestiges d’une construction monumentale. Si la présence de céramique estampée grise (coupelle Rigoir 34 à paroi ornée de guillochis et fond d’assiette Rigoir 1 orné de motifs géométriques) place ces niveaux dans le courant du Ve s., le fragment de bec de lampe à huile de production africaine identifié à la forme Hayes II / Atlante X (fig. 73 n° 36), apporte une précision chronologique supplémentaire en permettant d’aborder la deuxième moitié du Ve s.

44La luisante est toujours majoritaire jusqu’à la fin du siècle avec près de 50 %. A noter une forme basse, bol hémisphérique lisse dont la panse est séparée en deux par un sillon (fig. 73 n° 37).

LES AMÉNAGEMENTS DU VIe SIÈCLE (PÉRIODES 5 ET 6)

45Les remaniements que connaît l’îlot Tramassac durant ces deux périodes ont eu pour conséquence de perturber la composition du mobilier des niveaux correspondants par un apport de céramiques résiduelles. Devant la pauvreté des informations, la datation est suggérée par les lèvres en bandeau en commune sombre et l’augmentation sensible de la céramique commune grise, deux arguments de l’approche du Haut Moyen Age, donc du VIIe s.

HABITAT

46Ces couches se réfèrent à des vestiges très ténus identifiés à un habitat installé sur les remblais scellant le dépotoir d’os. La position stratigraphique de ces niveaux permet de situer l’installation de ces structures dans la première moitié du VIe s., voire le milieu de ce siècle. A l’intérieur de la céramique fine, la luisante reste non seulement majoritaire par rapport aux autres catégories de céramique, mais augmente de façon marquante (71,4 %). Les productions non identifiées d’amphores se maintiennent toujours à un pourcentage élevé (65 %). Il est nécessaire de mentionner l’importance toute relative du matériel livré par la fouille de cet habitat (234 vases représentant autant de tessons).

TROISIÈME NIVEAU DE VOIE 231

47Dans la partie ouest du chantier, un apport volontaire de remblais a surélevé le niveau de circulation de la voie. L’analyse ostéologique a démontré que les os trouvés dans ce remblai sont du même type que ceux du dépotoir de boucherie et qu’ils pouvaient donc provenir de celui-ci. Il pourrait en être de même pour le mobilier céramique qui ne présente pas de caractéristiques particulières. Les réaménagements du niveau de la voie ne peuvent donc être situés que par datation relative. La céramique luisante pulvérise ses records avec 80 % et des productions non identifiées d’amphores affichent 78 %. La céramique commune à pâte grise (54,3 %) distance à présent la céramique à pâte sombre (35,9 %).

DÉMOLITION - INCENDIE

48Parmi la céramique fine, il faut souligner la persistance, mais en plus faible proportion (5,7 %), de l’estampée grise parmi laquelle se distingue un bol à marli décoré de guillochis de forme Rigoir 3. La céramique luisante représente toujours un fort pourcentage (55,2 %). Les deux lampes à huile en commune grise (cuisson réductrice) et une forme presque intacte en commune sombre (cuisson oxydante) (fig. 73 n° 38) ont une morphologie rappelant les lampes africaines. A noter un fragment d’amphore africaine portant une inscription en creux qui n’a pu être identifiée (fig. 73 n° 39). Le pourcentage élevé de céramique commune grise (48,3 %) et, à l’intérieur de ce type de production, les nombreuses lèvres en bandeau (fig. 73 n° 40 à 43), s’accordent pour placer cette période 6 à la fin du VIe s., voire au début du siècle suivant.

CONCLUSION

49Sans entrer dans la minutie statistique, ni tirer des conclusions historiques de graphiques qui ne sont, somme toute, que révélateurs des quelques mètres carrés fouillés, la confrontation des données quantitatives, extraites des tableaux chiffrés et traduites sous forme de diagrammes des trois catégories de céramique (fines, communes, amphores), donne matière à formuler quelques observations relatives au volume et à la dispersion de certains types de production, observations forcement schématiques et lacunaires, donc provisoires. Les pourcentages des différents types de production choisis ne suivent pas toujours une évolution linéaire : les couches d’où provient la céramique traitée ne se sont pas formées de façon identique et la part du matériel appartenant à chacune de ces productions est donc variable. Ceci explique l’apparence très heurtée des coupes graphiques.

Les céramiques fines

74 - Céramiques fines

50Ce diagramme (fig. 74) ne concerne pas l’ensemble des différents types de production de céramique fine identifiés, mais ceux dont le pourcentage est le plus important.

  • 18 Sur le diagramme des céramiques fines, l’augmentation visible des sigillées gauloises, au cours du (...)

51La présentation chiffrée met en évidence la franche récession des productions sigillées gauloises, à partir des niveaux du IVe s. (Per. 3), mais déjà minoritaires dans les contextes du Ille s. par rapport à la claire Β18 (Per. 2 à 3).

  • 19 Lors de l’inventaire, nous avons regroupé sous l’appellation B/Luisante de nombreux tessons dont l’ (...)
  • 20 Il faut préciser que la céramique luisante mise au jour dans les chantiers archéologiques du secteu (...)

52A la chute spectaculaire de la claire B, à la fin du IIIe s. (Per. 3), correspond une sensible augmentation de la production de céramique luisante dans le courant du siècle suivant (Per. 3). Cette constatation peut être un argument assurant que ces deux types de céramique constituent en définitive deux groupes de production distincts, bien qu’il soit parfois difficile de les différencier19. L’importance numérique de la céramique luisante confirme la proximité d’ateliers situés en grande partie dans la région savoyarde (Thonon, Conjux,..)20. Les variétés de pâte, de couleur et de vernis évoquent peut-être une diversité de centres producteurs.

53Nous avons constaté à plusieurs reprises l’accroissement de la céramique luisante dans les périodes les plus récentes. Le problème des fins de production d’une céramique est toujours délicat à cerner : la reprise d’une activité n’est pas exclue, et peut témoigner d’un second souffle des ateliers producteurs, face à des données économiques régionales qu’il est difficile d’expliquer en l’état actuel des recherches sur ce thème. Le tableau quantitatif des céramiques fines obtenues après analyse du matériel du chantier de l’avenue Adolphe Max offre un fort pourcentage de claire B-luisante au Ve et VIe s. : respectivement 89 % et 90 % de l’ensemble de la catégorie (Villedieu 1985, p. 46). Toutefois, le secteur fouillé connaît, durant le VIe s, de profondes mutations (apport de remblais, démolition, incendie) qui ont pu fausser la composition céramique des couches analysées par un apport de tessons résiduels. Une meilleure connaissance de la céramique luisante dans ces périodes tardives de sa production, donnera la possibilité de vérifier si cette augmentation résulte d’une reprise effective des ateliers (hypothèse peu probable) ou si elle est uniquement imputable à des brassages ponctuels. Les parallèles régionaux font défaut ; le problème reste posé.

  • 21 Repérages de surface réalisés par T. Odiot, Service régional archéologique en région Rhône-Alpes (O (...)

54La céramique estampée grise suit, durant le Ve s., une courbe, faible mais croissante tout de même, atteignant son sommet au milieu du siècle (Per. 4). Mais cette production reste toujours minoritaire par rapport à la luisante. Les palmettes, rouelles, arceaux et lignes de pointillés sur la céramique estampée grise ont permis de localiser l’origine de ces décors dans le Languedoc oriental (la production de céramique estampée orangée est également attestée dans cette région). Cependant, le repérage en surface d’un atelier d’estampée grise et orangée près de Valence présentant les mêmes caractéristiques décoratives pourrait attester une origine plus proche de ces produits21. La reprise sensible de l’estampée grise au VIe s. suit une évolution identique à la luisante durant la même époque, évolution à laquelle on peut apporter les mêmes explications.

55La céramique métallescente, relativement abondante dans les niveaux du IIIe s., en régression constante durant le IVe s., connaît dans les niveaux du Ve s. une augmentation. Résurgence de matériel résiduel ou reprise ponctuelle d’ateliers producteurs ? La question est posée.

56Si les productions de céramiques fines originaires des régions méditerranéennes, à l’intérieur desquelles la claire C se distingue, restent modestes (elles totalisent seulement 3 % de l’ensemble de la céramique fine présentée), leur présence constitue à plusieurs reprises de précieux fossiles directeurs.

57Il importe de remarquer l’absence de fragments de lampe à huile dans les niveaux du IIIe s. En effet, la faveur de ces petits récipients connut, durant cette période, un net fléchissement dont la cause peut être imputable à des difficultés d’approvisionnement en huile qui entraîna certainement un changement des méthodes d’éclairage. L’apparition, durant le IVe s., de nouvelles formes de lampes à huile, qui ne pourront cependant pas rivaliser avec le raz de marée des formes à volutes très en vogue durant le Haut Empire, témoigne de la remise en circulation de ce mode d’illumination sur des modèles qui semblent inspirés d’exemples africains. En effet, la diffusion des lampes importées coïncide avec l’apparition de productions certainement régionales qui restent toutefois originales : une identité entre les lampes africaines et celles en commune grise ou sombre est à exclure (les décors sont toujours plus complexes sur les lampes africaines : celles-ci ont pu servir tout au plus de prototypes).

Les céramiques communes

75 - Céramiques communes

58A l’intérieur des productions utilitaires, la commune claire pâtit d’une chute sensible au IVe s. (37,80 % en Per. 3-2 à 10,80 % pour la période suivante) et semble relayée par celle de la céramique commune sombre, qui cédera peu à peu du terrain à la commune grise durant le VIe s. (Per. 5 et 6) (fig. 75). L’importance croissante de la commune grise, dont plusieurs exemplaires offrent un décor peigné ou à la molette (fig. 73 n° 44), et l’existence, déjà soulignée, des lèvres en bandeau en commune sombre, constituent un indice supplémentaire de l’approche du Haut Moyen Age. Certes, la forme de ces bandeaux en commune sombre, puis grise, connaît une évolution qui reste à retracer, mais la filiation semble attestée. Situer une séquence chronologique aussi déterminante que cette époque-charnière est indispensable pour que l’on ne puisse, en connaissance de cause, émettre autre chose que des hypothèses séduisantes, mais chancelantes parce que peu assurées.

Les amphores

59Ce diagramme (fig. 76) est particulièrement représentatif de la baisse des gauloises après le début du IVe s. Après ce délai, la succession des pourcentages s’avère trop irrégulière pour étayer un commentaire relatif à la production de ce type d’amphore. Cette observation s’applique aux productions gauloises du matériel d’Adolphe Max (Villedieu 1985, p. 46). Les grands ateliers gaulois d’amphores semblent ne pas avoir résisté à la tourmente du IIIe s. Le fort pourcentage des produits non identifiés (64,70 % en Per. 4) peut être dû en partie au souci d’établir l’attribution d’un fragment à tel ou tel type de production que lorsque celle-ci est parfaitement assurée. Il en découle ainsi une certaine limite dans l’identification. Cependant, des changements dans les aires d’approvisionnement peuvent s’envisager, traduisant une variation des échanges économiques de la région. Ceci impliquerait une diversification des types de production signifiant un éparpillement des centres de fabrication (concurrence grandissante des ateliers domaniaux ?...). Des mutations certaines dans les habitudes alimentaires et/ou technologiques ont dû intervenir. Ainsi, il faut souligner que le volume des productions vinaires de Gaule du sud (75 % de l’ensemble des amphores au début du IIIe s.) ne trouvera jamais plus d’équivalent durant toute la fin de l’Antiquité. Désaffection du goût pour le vin ( !) ou substitution du tonneau, un important travail reste à faire à ce sujet. Par ailleurs, les importations provenant de la péninsule ibérique (représentées le plus souvent par les amphores à huile Dressel 20 -nous n’avons pas toujours été en mesure de distinguer, au moment de l’inventaire, la forme Dressel 23, avatar de la Dressel 20 - et celles à garum Almagro 50), ainsi que celles des provinces africaines suivent une évolution assez disparate, un type de production semblant prendre le relais de l’autre, mais sans que cela corresponde réellement à des facteurs économiques assurés.

  • 22 Il semble possible d’attribuer ces fragments à la forme Richeborought 527. Voir à ce propos Bogard (...)
  • 23 L’évolution de cette petite amphore a été retracée par H.S Robinson dans, Pottery in the roman peri (...)

60La forme à lèvre biseautée et à anse en ruban large portant un bourrelet médian (pâte assez fine, de couleur beige-marron, recouverte d’un engobe blanchâtre) semble apparaître au cours du IIIe s. (fig. 73 n° 45). A noter également une forme fréquente parmi les amphores non identifiées, à pâte verdâtre, présentant de nombreuses inclusions vitrifiées et à surface parsemée de petits cratères irréguliers22. Parmi les amphores orientales (représentées par les types Kapitan I et II provenant sans aucun doute des régions égéennes et, dans une moindre mesure par la forme “Late Roman Amphorae 4”, appelée également amphore de Gaza) se remarque, nous l’avons déjà évoqué, un type bien caractéristique à parois peu épaisses, à pâte fine, bien épurée, de couleur marron foncé, souvent micacée, d’origine probablement égéenne23.

  • 24 Les découvertes successives de nombreux niveaux d’époque tardive sur les chantiers lyonnais, mais a (...)

61L’impression que laisse cette étude, somme toute préliminaire et susceptible d’être remise en cause par la poursuite de l’analyse du matériel, ne peut que souligner les limites qui découlent de la méconnaissance de l’ensemble de la céramique de l’antiquité tardive régionale, encore indigente par rapport à celle du midi de la France. Rappelons-le, les éléments de datation proposés, fragiles s’ils sont pris séparément, doivent être considérés avec prudence. Cette fragilité des datations est encore accrue par le système de comparaisons chronologiques basées sur du matériel importé (le décalage déjà souligné entre lieu de production et lieu de consommation). La carence des données comparatives régionales, dont le présent travail fait l’expérience, ne permet pas d’apprécier la validité de la chronologie avancée24.

62L’examen de ce matériel a donné l’occasion de constater l’abondance et la diversité du matériel céramique réparti dans une succession “serrée” de périodes. Malgré les incertitudes de la destination des structures et des niveaux exhumés, cette abondance et cette diversité constituent un élément certain pour arguer de la réelle continuité de l’occupation humaine dans le secteur Tramassac-Carriès, depuis les premiers établissements à vocation urbaine au début du IIIe s. jusqu’à l’aube du Moyen Age.

63Les rapports quantitatifs introduits tout au long de ce commentaire ont permis d’esquisser le grand mouvement de bascule de la fréquence de certains types de production, depuis le IIe s., où la culture matérielle à Lugdunum commence à se détacher des modèles méditerranéens.

64Durant cette période, nous avons pu vérifier le maintien des relations de Lugdunum avec les principales régions exportatrices de l’Empire, telles que l’Afrique, l’Espagne et l’Orient. La permanence de ces activités commerciales témoigne de la vitalité du commerce méditerranéen.

65Au cours du VIe s., a été rendu sensible le passage d’une nouvelle forme de culture matérielle où est abandonné le vaisselier de tradition galloromaine et la technique de la cuisson oxydante. Cette mutation profonde eut une conséquence socio-économique déterminante pour la région.

G. AYALA

CÉRAMIQUE MÉDIÉVALE ET MODERNE

66Les fouilles effectuées dans l’îlot Tramassac ont restitué 33 704 fragments de céramiques médiévales et modernes. L’opération de sauvetage urgent de la rue Carriès, en revanche, n’a livré que peu de matériel pour ces époques. Mise à part la découverte d’une cruche à bec ponté du Xe s., retrouvée dans une fosse, les rares autres tessons, tous en pâte grise, sont restés non identifiables.

67Cette étude est donc consacrée exclusivement au matériel céramique de l’îlot Tramassac, où l’on a pu suivre, à travers les différentes périodes d’occupation, les transformations de la vaisselle domestique en terre depuis l’époque mérovingienne jusqu’à la fin du XIXe s.

68Depuis plusieures années, les poteries médiévales et modernes de Lyon ont donné lieu à de nombreuses publications, (Reynaud 1975 ; FaureBoucharlat 1980 a b, 1981 et 1986 ; Becker 1989 ; Maccari-Poisson 1992). De plus, une grande partie du matériel de la fouille de l’îlot Tramassac a été présenté lors de l’exposition "A la fortune du pot" en 1990. Aussi, pour cette publication, nous avons tenu à privilégier les seuls ensembles qui apportent des éléments nouveaux à la typologie connue :

  • les céramiques attribuables au Haut Moyen Age,

  • les céramiques attribuables aux XIIe - XIVe s.,

  • les céramiques de l’extrême fin du XVIe s. et tout début du XVIIe s.

69En effet, le développement et l’enrichissement progressif du vaisselier domestique en céramique à Lyon le long de ces dix siècles a été exhaustivement traité lors de l’exposition précédemment citée. Cependant tout n’a pas été présenté ; la muséographie retient davantage les formes complètes ou partiellement cassées, or l’archéologie restitue le plus souvent des formes incomplètes. C’est ainsi que la période mérovingienne n’a pas pu être intégrée dans les thèmes principaux de l’exposition et que, de l’ensemble du matériel des XIIIe - XIVe s., n’ont été privilégiées que les formes les plus particulières ou les mieux conservées.

70Quant à la collection des vases de la fin du XVIe s., nous avons décidé de la mettre en exergue, car elle couvre une importante période de transition entre deux traditions artisanales : la fin du Moyen Age et le début de l’époque moderne. C’est, en effet, dans le courant de ce siècle que s’imposent les caractères essentiels de toutes les productions postérieures.

LES CÉRAMIQUES DE L’ÉPOQUE MÉROVINGIENNE

71Les céramiques attribuables à l’époque mérovingienne ne sont pas nombreuses (environ 300 tessons) et restent très fragmentaires. Néanmoins leur présence est significative pour attester la fréquentation du site à cette époque et pour mettre en place une première typologie des formes et décors attribuables aux VIIe-VIIIe s., encore relativement mal connue à Lyon et dans sa région. Ces céramiques proviennent en partie du sol d’occupation d’un bâtiment dont un foyer a été mis au jour près de l’angle formé par deux fragments de murs liés à la terre. D’autres fragments proviennent, en revanche, de couches de démolition composées de matériaux très hétérogènes.

72La chronologie envisagée (VIIe-VIIIe s.) repose sur des comparaisons typologiques établies avec le matériel provenant d’autres sites lyonnais ou de la région proche. Bien que réduit, cet ensemble constitue un groupe très homogène et est composé, exclusivement, de céramiques à cuisson réductrice en pâte grise, généralement assez grossière et comportant de nombreuses inclusions blanches, parfois de gros module.

73Parmi les formes identifiables, les cruches à bec pincé sont assez courantes (fig. 77). Le fond est plat et dessine un angle à la liaison avec la panse, qui est globulaire. Le diamètre maximum se situe environ aux 2/3 de la hauteur totale. Le rebord est constitué d’un court bandeau concave sur la face interne. L’anse, opposée au bec pincé, est plate et collée contre le rebord. Le profil de ce vase est très proche de la cruche qui a été retrouvée lors des fouilles du cimetière de Saint-Laurent à Lyon et qui a été datée des VIIe - VIIIe s. (Faure-Boucharlat 1986).

74Un autre exemple de cruche porte sur le haut de la panse un décor incisé ondé effectué avec un outil pointu (fig. 78 n°1 et fig. 79). La lèvre, en bandeau, est très courte et l’anse, attachée contre le rebord, a un profil bifide.

75Quelques autres fragments de forme fermée sont ornés d’incisions à la molette. Les motifs sont très simples et se limitent à des séries de triangles ou de petites barettes verticales (fig. 80). Les formes, trop fragmentaires, ne permettent pas de déterminer s’il s’agit de cruches ou d’oules. Ce type d’ornement se retrouve sur les deux sortes de pots. Les incisions à la molette sont largement répandues dans la région pour cette époque, même si l’on est loin de l’exubérance et de la variété que l’on rencontre dans le Nord de la France (Colardelle 1983, pl. 244,413 et 418 ; Faure-Boucharlat 1993, fig. 132 et 134).

76Aussi nombreux sont les fragments de gobelets, récipients ouverts dont les parois faiblement divergentes forment un tronc de cône renversé. La lèvre, confondue avec la paroi, se referme légèrement vers l’intérieur ; son extrémité est tantôt arrondie, plate ou biseautée (fig.78 n° 2 à 5). Les fonds sont toujours plats avec une dépression centrale (fig. 78 n° 6 et 7). Les gobelets sont tous ornés de lignes incisées au peigne, parallèles ou ondées (fig. 81, 82). Cette forme de récipient, ainsi que la cruche à bec pincé, sont bien attestées dans la région pour les VIIe-VIIIe s. Plusieurs fragments semblables proviennent du cimetière de Saint-Laurent à Lyon (Faure-Boucharlat 1987, fig. 9 n°.l à 4 et n°,6). D’autres gobelets ont aussi été mis au jour dans des contextes du Haut Moyen Age à Seyssel, en Haute Savoie, ou à Argilly en Côte-d’Or (Des Burgondes à Bayard 1981, fig. 179 ; Bourgogne Médiévale 1987, fig. 85).

77 - Cruche à bec pincé en céramique grise d’époque mérovingienne

78 - Fragments de céramiques en pâte grise attribuables à l’époque mérovingienne, n° 1 : cruche, n° 2 à 7 : gobelets

79 - Fragment de cruche avec décor incisé d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)

80 - Fragments de formes fermées décorées à la molette d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)

81 - Fragments de gobelets avec décor de lignes parallèles, au peigne, d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)

82 - Fragments de gobelets avec décor de lignes ondées, au peigne, d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)

77Bien que réduit, cet ensemble de céramiques mérovingiennes complète et confirme la typologie connue dans la région, apportant de nouvelles données, surtout en matière de décor.

LES CÉRAMIQUES DES XIIIe-XIVe SIÈCLES

78Les céramiques de cette époque proviennent en grande majorité du coeur de l’îlot Tramassac à l’emplacement des “jardins” de l’Hôtel du Doyenné, où a été mise au jour une fosse dépotoir. Son remplissage a restitué un mobilier très homogène et les collages effectués prouvent qu’il s’agit d’un comblement qui a été réalisé en une seule fois.

79D’autres fragments de vases, plus rares, ont été recueillis dans les couches situées à proximité, mais sont typologiquement comparables au premier groupe. Deux formes proviennent d’une petite fosse de la zone I et une autre a été retrouvée tout au fond du puits 601 avant qu’il ne soit transformé en dépotoir aux XVe et XVIe s. La présence de cette unique forme dans un contexte plus tardif avait déjà été signalée (Maccari-Poisson 1988).

80La chronologie proposée est fondée sur la comparaison avec d’autres ensembles mieux connus, notamment les poteries mises au jour dans un silo du château des Tours à Anse, dans le Rhône, attribuées au XIIIe s. (Vicard 1984). Néanmoins si les ressemblances avec le matériel d’Anse sont nombreuses, un grand nombre de formes et de décors s’en écarte nettement. Ces différences ne semblent pas pouvoir être attribuées à une époque antérieure au XIIIe s. lorsque glaçures et décors en relief ne sont pas attestés. Il semble, en revanche, que ces vases puissent plutôt être attribués à la fin du XIIIe s. ou au XIVe s. Cette proposition de datation s’appuie d’autre part sur la présence, dans le même ensemble (fosse dépotoir de la zone V), de fragments de poteries tout à fait exceptionnels.

81Tout d’abord deux tessons d’un albarello peint en noir sous glaçure bleu turquoise importé du Proche-Orient datable du XIVe s. Les importations de céramiques islamiques en France ont fait l’objet d’une enquête et d’une étude qui a intégré cette rare trouvaille lyonnaise (Thiriot 1992). En second lieu la présence d’un fragment de pied annulaire d’une sigillée d’époque gallo-romaine sur lequel avait été gravé dive marie avec une pointe assez fine. M.-O. Mandy a examiné ce tesson et attribuerait ce type d’écriture au XIIIe s., à titre d’hypothèse, étant donné le type de support et le moyen utilisé pour écrire.

82Les couches qui forment cet ensemble ont livré un lot de 3802 tessons, parmi lesquels a été recueillie une importante quantité de céramiques d’époque gallo-romaine : 921 tessons, soit 24,2 % de la totalité.

83Les 2881 fragments de céramiques médiévales se répartissent essentiellement entre quatre types de production (fig. 83).

84D’après les pourcentages établis, on constate que les céramiques à cuisson réductrice sont encore très nombreuses, mais parallèlement existe une large diffusion des productions à cuisson oxydante, qui n’apparaissent jamais avant le XIIIe s. Toutefois, la céramique "grise" n’est plus utilisée que pour des vases à usage culinaire. Les formes identifiables ne sont pas nombreuses, par rapport au nombre de fragments recueillis. Ce mobilier est constitué en majorité de tessons de panse extrêmement fragmentés qui n’ont pas permis de remonter la totalité des vases. Les éléments identifiables se réduisent souvent à des rebords ou à des fonds, sans que l’on puisse préciser s’ils appartiennent aux mêmes individus.

83 - Répartition des céramiques médiévales attribuables aux XlIIe - XlVe s.

85Le reste du mobilier est, en revanche, en pâte à cuisson oxydante (35,3 %) et, sauf rares exceptions, n’a restitué que des vases à liquide. Bien que minoritaire, ce type de production a permis d’identifier au moins 48 vases, car les récipients n’étaient cassés que partiellement.

86Les fragments sans revêtement sont rares (1,9 %). Et encore, on ne peut pas exclure que les formes auxquelles ils appartiennent n’aient eu quelques taches de glaçure ailleurs. A cette époque, le revêtement vitreux est encore utilisé avec une extrême parcimonie.

87Le type de revêtement le plus courant et le mieux attesté est sans doute la glaçure incolore, saupoudrée sur la paroi externe des vases de façon irrégulière et formant une myriade de petites taches, plus qu’une superficie couvrante et compacte. Selon les formes, la glaçure ainsi parsemée est tantôt le seul ornement attesté, tantôt est associée à un autre décor (bandes de barbotine ou, plus rarement, incisions).

88La glaçure couvrante et teintée est peu fréquente (2-3 %) ; dans un seul cas on constate l’utilisation de deux couleurs (fig. 84). Cet objet, de toutes façons, constitue également une exception parce qu’il est aussi l’unique exemple de pot en pâte oxydante de couleur très claire, presque blanche.

89Mis à part cet exemplaire isolé, toutes les pâtes à cuisson oxydante sont de couleur rose ou rouge. En grande majorité, elles sont fines, compactes et sans inclusions visibles à l’œil nu (39 formes). Plus rares sont celles à texture plus grossière et comportant des inclusions visibles, généralement blanches (8 formes sur 47). Cette diversité de texture ne correspond pas, pourtant, à des différences de formes et ne permet pas d’isoler un groupe particulier.

90Le type de céramique à cuisson oxydante n’est apparemment utilisé que sur des vases à liquide ou sur des tirelires. Pour cette période, il n’existe aucun exemple de forme ouverte pour la table.

84 - Cruche en pâte claire, décorée d’écailles en relief et recouverte de glaçure bicolore jaune et vert, XlIIe - XlVe s. (Cliché P. Plattier)

85 - Céramiques de table en pâte rouge et glaçure parsemée, XIIIe - XIVe s.

CÉRAMIQUES À CUISSON OXYDANTE ET GLAÇURE PARSEMÉE INCOLORE

91Dans cette série, le revêtement vitreux est peu couvrant, d’aspect granuleux et saupoudré irrégulièrement ; les formes les plus courantes et les mieux attestées correspondent essentiellement à deux profils : profil ovoïde, et profil en “tonnelet”, auxquels s’ajoutent en outre des tirelires et quelques formes rares.

Vases à profil ovoïde

92A quelques détails près, ce groupe s’inscrit dans une grille d’éléments morphologiques identiques : le fond est toujours à base étalée, légèrement concave au milieu, il s’évase à la périphérie, formant un angle aigu très saillant. Le corps du vase est allongé et le diamètre maximum est à peine supérieur à celui du fond. L’anse, plate, a son attache inférieure sur le diamètre maximum ou juste au-dessous. L’ouverture semble être circulaire, en général, mais l’état de conservation des poteries ne permet pas d’exclure la présence, parfois, d’un bec pincé.

93Cet ensemble de vases est celui qui se rapproche le plus du mobilier retrouvé à Anse (Vicard 1984) tant par la forme que par l’ornementation. En effet, les vases de Tramassac sont aussi décorés de bandes de barbotine, à l’exception d’une seule forme isolée (fig. 85 n° 1).

94Le décor est toujours disposé verticalement sur toute la panse. Le plus souvent les bandes de barbotine sont blanches. Parfois elles sont isolées et sans ornement supplémentaire (fig, 85 n° 2). Dans d’autres exemplaires on les retrouve disposées par couples et décorées d’incisions horizontales pratiquées apparemment avec une molette (fig. 85 n° 3, 4 et 5).

95D’autres vases sont décorés de bandes de barbotine de couleur brune, qui ne comportent jamais d’incisions mais, comme dans le groupe précédent elles sont soit isolées, soit réunies deux par deux (fig. 86).

Vases à profil “en tonnelet”

96Le deuxième groupe de céramiques, en pâte rose ou rouge et revêtement de glaçure parsemée, présente un profil tout à fait particulier qui évoque un tonnelet en bois. Le fond est très large et le bas de la panse est très aplati, comme dilaté, de sorte que le plus grand diamètre se situe dans la moitié inférieure du récipient. L’anse se trouve généralement juste au-dessous de ce point d’expansion maximum. Le rapprochement que l’on peut faire avec un tonnelet en bois est encore accentué par une série de vases qui ont un décor de côtes en relief rappelant les cercles d’assemblage du tonneau (fig. 87 n° 1).

86 - Pichets en pâte rouge et glaçure parsemée décorées de bandes de barbotine sombre, XIIIe - XIVe s.

87 - Cruches en forme de "tonnelet" en pâte rouge et glaçure parsemée, XIIIe - XIVe s.

97Sur ces vases trapus, les décors, mise à part la glaçure parsemée, sont variés. Outre les côtes en relief, on retrouve encore des bandes de barbotine, mais contrairement au groupe précédent, lorsque les bandes sont disposées verticalement, on constate une alternance de couleurs : blanc et brun (fig. 87 n° 2). L’ornementation bicolore se retrouve également sur d’autres vases de ce type, mais le décor est alors disposé en biais formant des lignes croisées (fig. 87 n° 3, 4 et 5).

98Les exemplaires les plus singuliers sont les vases qui présentent un décor anthropomorphe (fig. 87 n° 3). Un visage humain apparaît sur le devant du col, à l’opposé de l’anse. Sur le côté du visage, le col est décoré de trois bandelettes de barbotine moletées où alternent le blanc et le brun. Le reste du corps de ces cruches est enrichi d’autres bandes moletées disposées en biais et forme ainsi des quartiers où sont appliquées des pastilles en forme de rosette de couleur brune.

99Parfois, le décor de bandes de barbotine est très composite : alternance de lignes droites et de lignes croisées en deux couleurs et ponctuées de pastilles en relief de teinte contrastée (fig. 87 n° 4).

100Les décors de barbotine et de pastilles en relief sont largement présents dans le mobilier du château des Tours à Anse (Rhône). Cependant, la forme et les motifs adoptés sur cet ensemble de poteries lyonnaises ne trouvent pas, pour le moment, de comparaison dans la région, à l’exclusion d’une trouvaille ancienne, non datée, appartenant autrefois à la collection du docteur Comarmond (Brongniart 1877).

101Quant au décor anthropomorphe, on connaît sa large diffusion dans l’Europe du nord à la fin du Moyen Age. A l’heure actuelle, pourtant, on n’en connaît pas d’exemple dans la région, sauf l’exemplaire retrouvé lors des fouilles de la Bastide de Gironville dans l’Ain et qui date du XIVe s. (Poisson 1985). Cependant, les plus récentes fouilles lyonnaises apportent d’autres éléments semblables, selon des informations orales de A. Horry, et un décor de ce type a été retrouvé en Franche-Comté, (Jeanjacquot 1993, fig. 75)

88 - Formes rares en pâte rouge et glaçure parsemée, XIIIe - XIVe s.

Formes rares

102A côté des séries répétitives, réunissant les vases à profil ovoïde ou "en tonnelet", les céramiques à glaçure parsemée plus ou moins incolore, réunissent d’autres formes qui restent des exemplaires uniques.

103Le premier est un fragment de vase, de très petite taille, dont le corps presque cylindrique est monté sur un fond concave très évasé à la périphérie (fig. 88 n° 1). Il est en pâte rouge fine, et conserve quelques traces de revêtement vitreux incolore.

104Le second est un fragment de pichet orné d’un décor en creux. Le fond de vase, avec une base étalée, est orné sur un côté d’une fleur de lys estampée et entourée de petites taches de glaçure incolore (fig. 88 n° 2). Ce décor se trouvait vraisemblablement juste au-dessous de l’anse, puisque sur le côté opposé aucune trace d’élément de préhension n’est visible. Le type de décor estampé est en soi un élément rare mais, en outre, cette forme compte des incisions supplémentaires effectuées après cuisson. S’agit-il d’une marque de propriété apposée par l’utilisateur du récipient, comme cela semble être le cas pour certains vases d’Avignon (Démians d’Archimbaud 1979-80) ?

105Sur d’autres fragments (peut-être appartenant à un même vase) on retrouve à nouveau un décor incisé mais, dans ce cas, dès l’origine puisque la glaçure a été posée après (fig. 88 n° 3,4, et 5).

106Quatre tirelires, dont la plus petite est conservée presque entièrement, complètent ce groupe de céramiques.

CÉRAMIQUES À CUISSON OXYDANTE ET À GLAÇURE VERTE

107Les rares fragments de céramique à cuisson oxydante associée à l’utilisation de la glaçure verte n’ont permis de remonter que trois formes, dont deux presque identiques. Le revêtement vitreux teinté a, parfois, un aspect granuleux, mais il est toujours bien couvrant et compact. Sur un vase il est utilisé en guise de décor et non comme revêtement, puisque la tonalité verte sert à orner, avec des bandes obliques, une cruche entièrement recouverte de glaçure plus claire, teintée à peine de jaune (fig. 89 n°1 et fig. 84). Cette sorte de spirale verte ne constitue qu’un élément du décor pour ce pichet qui est surtout orné d’écailles en relief du haut du col jusqu’au départ du pied. La forme de ce vase, exceptionnellement en pâte très claire, presque blanche, rappelle de près celle des vases à profil ovoïde et base étalée décorés de bandes de barbotine (fig. 84). Ce pichet orné d’écailles trouve des comparaisons étroites avec le mobilier du XIIIe s. mis au jour dans le silo du château des Tours à Anse (Vicard 1984). Parmi les nombreuses poteries de ce site, a été retrouvé un col de pichet qui pourrait être le complément idéal de la forme lyonnaise qui, elle, ne possède que le corps et le fond.

89 - Cruches en pâte rouge et glaçure verte, XIIIe - XIVe s.

90 - Fragments de marmites en pâte grise, XIIIe - XIVe s.

108Les deux autres vases, presque identiques, ont également beaucoup d’éléments en commun avec le type 1 des céramiques d’Anse. L’un, cependant, n’est recouvert que partiellement d’une large tache de glaçure du côté opposé à l’anse (fig. 88 n° 2). Le fond, concave, a une base étalée ; le bas de la panse est évasé en tronc de cône renversé et le col, à parois divergentes, est orné d’une série d’incisions. La pâte, rouge, est très fine et compacte sur les deux exemplaires.

CÉRAMIQUES CULINAIRES À CUISSON RÉDUCTRICE

109Les 1862 tessons en pâte grise n’ont permis de restituer que peu de formes. Seuls 23 vases, souvent très fragmentaires, donnent la possibilité d’esquisser une typologie sommaire des pots à usage culinaire contemporains de la vaisselle de table ci-dessus décrite.

110Dans les marmites, les pâtes grises sont assez grossières et les parois des vases sont généralement épaisses, sauf à l’endroit où se situe le diamètre maximum (le lieu de fracture le plus courant). En revanche, la pâte est toujours assez fine dans les coquemars, petits récipients munis d’une seule anse.

111Un premier groupe de vases réunit les marmites dont le départ supérieur des anses se situe au dessous de la lèvre. Le plus souvent ces récipients ont un profil globulaire très aplati et sont entièrement recouverts de cannelures externes (fig. 90 n° 1). Le rebord, évasé et épaissi, a une section presque rectangulaire. Les deux anses, larges et avec deux bourrelets latéraux, retombent sur le diamètre maximum de la panse.

112Par ailleurs un grand nombre de fonds ont été répertoriés. Une catégorie de fonds, dont les stries de tournage se poursuivent jusqu’au milieu, sans qu’apparaisse aucune distinction entre base et paroi n’a pas pu être complétée, mais semble se rapprocher de ce type (fig. 90 n° 2). D’autres fonds possèdent également des cannelures en relief à l’extérieur (fig. 90 n° 3). Ce caractère, pourtant, ne suffit pas à les associer au premier type de marmite identifié précédemment, puisque le profil de la panse semble fort différent. Ces fonds appartiennent à des récipients globulaires qui ne présentent pas la même dilatation du diamètre maximum.

113Parmi ces marmites dont les anses sont accrochées au dessous de la lèvre, une variante, plus rare, présente un profil beaucoup plus allongé et presque ovoïde (fig. 91 n° 1). Les cannelures sont, dans ce cas, absentes et à leur place apparaissent deux cordons en relief sous le rebord, comme pour souligner la césure entre la lèvre et la panse sans que l’on puisse parler d’un véritable col.

114Le second groupe de pots culinaires est formé par des marmites dont l’attache supérieure de l’anse se situe contre la lèvre (fig. 91 n° 2). La panse est encore globulaire, mais le fond tend à une base presque plate, sans pourtant que la liaison fond/panse apparaisse distinctement. La lèvre évasée se confond complètement avec les anses qui sont plates et marquées par une large dépression en leur milieu. On note toujours l’absence d’un véritable col.

115La troisième série de vases culinaires en pâte grise comprend les coquemars : petits récipients munis d’une seule anse, souvent appelés “pégaus” lorsqu’ils sont mis au jour dans des contextes funéraires (Leenhardt 1988). Ils ont tous un profil globulaire et le rebord évasé, mais se distinguent en deux groupes. Le plus important est celui qui réunit les petits vases avec un fond bombé (fig. 91 n° 3 et 4). Plus rares sont les coquemars qui présentent un fond légèrement concave et dont la liaison avec la panse est nettement soulignée par un profil anguleux (fig. 91 n° 5).

116Pour la céramique culinaire, comme pour la vaisselle de table, on se trouve donc confronté à deux types de production aux traits morphologiques bien distincts. Devant cette différence on peut bien sûr imaginer qu’ils sont issus d’ateliers différents, mais on ne peut exclure l’hypothèse qu’ils reflètent plutôt l’évolution progressive du vaisselier à la charnière des XIIIe et XIVe s. , époque à laquelle les nouveautés s’implantent parallèlement aux productions de tradition plus ancienne.

91 - Marmites et coquemars en pâte grise, XIIIe - XIVe s.

LES CERAMIQUES DE LA FIN DU XVIe SIÈCLE

117Le mobilier céramique du XVIe s. constitue sans doute l’ensemble le plus remarquable et le plus riche mis au jour dans les fouilles de l’îlot Tramassac. De plus, l’importance de ces poteries est accentuée par les éléments de datation qui leur sont associés et qui permettent d’envisager une chronologie absolue, entre la première moitié du XVIe s. et le tout début du XVIIe s. Deux dépotoirs ont restitué deux ensembles distincts de poteries comparables et homogènes. Le premier ensemble regroupe les céramiques retrouvées dans le comblement le plus tardif du puits 601 (Maccari-Poisson 1988). Dans cette partie du dépotoir a été retrouvée une monnaie royale datée de 1498-1547. La deuxième zone de rejet, (dépotoir IV) a restitué en revanche un jeton de B. de Villars de 1608.

118On dispose donc de deux jalons chronologiques, la première moitié et la fin du XVIe s. Entre ces deux limites on peut observer la continuité ou la transformation des formes et des types de revêtement et de décor des poteries. Une seule forme se maintient pendant le siècle sans aucune variation importante : celle de la marmite à anses coudées, largement présente dans les deux dépotoirs et dont la production a été constante.

119En revanche, pour d’autres céramiques on observe de considérables différences entre le début et la fin du siècle. Parmi les autres pots culinaires, les récipients en pâte rouge sont rares dans le dépotoir du puits 601 (Maccari-Poisson 1988). Ils sont par contre très nombreux à la fin du siècle, dans le dépotoir IV. De plus, les coquemars et les marmites de cette époque plus récente sont très souvent glaçurés. Ils semble donc que la production des pots culinaires en pâte rouge et glaçure interne se soit généralisée dans le courant du XVIe s.

120Dans la vaisselle de table apparaît une distinction encore plus frappante. Les cruches du début du siècle sont encore influencées par les techniques les plus anciennes : taches irrégulières de glaçure éparse, peu couvrante, pratiquement incolore. Le revêtement d’émail ne fait son apparition que sur deux petites formes ouvertes (Maccari-Poisson 1988). Dans le dépotoir de la fin du siècle, en revanche, les faïences ou leurs imitations sont nombreuses, la production de glaçures bien couvrantes, épaisses et avec adjonction de couleurs, est bien représentée.

92 - Vases en faïence, début XVIIe s.

LA VAISSELLE DE TABLE

121Les poteries de table ne sont pas nombreuses dans le dépotoir IV : sur un total de 86 formes identifiables, elles ne représentent que 22 % de l’ensemble (19 vases). Ces quelques pots offrent cependant un répertoire de formes et de décors assez varié.

Les Faïences décorées en vert et brun

122La première forme, archéologiquement complète, est une petite cruche de profil globulaire (fig. 92 n° 1). Son décor, assez altéré, et par endroits à peine visible, est posé sur un fond d’émail blanc qui recouvre la totalité de la surface externe, sauf le fond. Il dessine en vert trois médaillons en forme de lobes pointus qui encadrent des feuillages de couleur verte. Le brun n’apparaît que sur le médaillon central où le rameau feuillu est surligné d’une fine ligne de manganèse.

123Bien que très fragmentaire, la deuxième forme permet de découvrir un décor plus articulé : une série de lignes horizontales vertes plus ou moins larges s’alternent, sur le col, avec deux lignes festonnées brunes. Sur la panse, de larges lignes ondées brunes encadrent de larges taches vertes. Le vase s’est cassé le long d’une ligne où apparemment était gravée une phrase qui reste, malheureusement illisible (fig. 92 n° 2).

124Ce groupe comprend aussi un petit vase de forme biconique, muni d’un bec pincé et d’une anse en panier (fig. 92 n° 3). Le décor, toujours vert et brun sur fond d’émail blanc, fait alterner des bandes verticales et des séries de petits traits obliques.

125Dans ces trois formes de faïence, la pâte, de couleur rose pâle est très fine ; l’intérieur des vases est entièrement recouvert de glaçure transparente. L’émail qui recouvre toute la surface externe, sauf le fond, est de très bonne qualité, bien adhérent, sans craquelures et bien compact.

93 - Vases décorés en vert et brun sur engobe blanc, début XVIIe s. (Cliché P. Plattier)

Les décors verts et bruns sur engobe blanc

126Deux formes présentent ce type de décor et semblent issues d’un même atelier sinon du même artisan (fig. 93). Leur forme est pratiquement identique : la panse, à profil en bulbe, repose sur un pied largement évasé et se termine en haut par un col très haut. Le décor utilise les mêmes motifs floraux et géométriques. De plus, les vases ont apparemment reçu un revêtement de mauvaise qualité qui s’est fortement écaillé. L’état de dégradation est sans doute dû à un manque d’adhérence entre la pâte et l’engobe, comme si ce dernier n’avait pas suffisamment pénétré le support argileux. Ce mauvais travail de base contraste avec l’habileté du décor qui couvre toute la surface externe. Sur le col et le pied alternent en vert et brun des lignes et des motifs géométriques. Sur la panse, des lignes brunes encadrent des feuillages très articulés et, sur un côté, une figure humaine stylisée. Comme pour le mettre encore plus en évidence, le nez de cette tête est formé d’une excroissance rectangulaire qui sert d’élément de préhension.

127La rareté des trouvailles de ce type de production au XVIe s. dans la région permet de proposer, pour ces deux vases, l’hypothèse d’une imitation des faïences qui font, à l’époque, une forte concurrence aux poteries traditionnelles.

Les décors blancs sur fond d’engobe sombre

128Parmi les poteries de table du dépotoir IV, attribuables à l’extrême fin du XVIe s., ou au début du XVIIe s., apparaissent les premiers témoignages d’une production qui aura, par la suite, une très large diffusion et que l’on appelle couramment “aux engobes” (A la fortune du pot, 1990). Sur un fond d’engobe rouge ou brun, se détache un décor en barbotine blanche recouvert de glaçure transparente. A son apparition, cette production semble se limiter à des formes de petite taille dont il ne reste à Tramassac que quelques fragments (fig. 94) : deux fragments de tenons d’écuelle, deux fragments de petites formes fermées, un fragment de petit plat, et enfin un fragment de couvercle.

Les glaçures vertes sur pâte blanche

129C’est à la même époque que l’on retrouve aussi les premiers tessons d’un autre type de céramique qui connaîtra un grand succès pendant tout le XVIIe s. et que l’on appelle “service vert” (A la fortune du pot 1990). Cette céramique fine et de bonne qualité sera utilisée aussi bien pour les pots culinaires que pour les céramiques de table, mais dans le dépotoir IV de Tramassac, il n’y a que des fragments de ce dernier type de vaisselle : un pichet presque entier (fig. 95 n° 1) et une petite cruche avec anse en panier et un bec ponté muni d’un filtre (fig. 95 n° 2).

94 - Fragments décorés aux "angobes", début XVIIe s.

95 - Céramiques du "service vert", début XVIIe s.

LES CÉRAMIQUES CULINAIRES

130Le grand nombre de vases destinés à la cuisson ou à la préparation des aliments compose au début du XVIIe s. une véritable batterie de cuisine en terre cuite, avec des formes de toutes les tailles (fig. 96). Leur classification amène d’abord à distinguer deux grands groupes : les céramiques à cuisson réductrice et les céramiques à cuisson oxydante.

Les céramiques culinaires à cuisson réductrice

131Ce groupe est le moins important et ne réunit qu’un tiers environ des pots identifiables. En outre, il ne comprend que des marmites à deux anses et constitue, de ce fait, un type très caractéristique : tous les récipients, de n’importe quelle taille, ont des éléments de préhension du même type (fig. 97). Les anses, toutes de section circulaire, ont un profil anguleux, coudé ; partant de la face externe de la lèvre, elles se rabattent tout de suite sur le haut de la panse, formant une sorte d’anneau. Les rebords sont également tous du même type : légèrement évasés, ils amorcent un col court se terminant par des lèvres dont l’extrémité présente seulement quelques petites différences dans le profil, tantôt arrondi, tantôt plat. La texture de la pâte est en général assez grossière, à quelques rares exceptions près.

96 - Vue d’ensemble des céramiques culinaires, début XVIIe s. (Cliché P. Plattier)

97 - Marmites à anses coudées en pâte grise, début XVIIe s.

132Ces marmites ne se différencient que par leur gabarit et la forme du fond. Les vases de très grande taille ont un fond bombé souligné par une arête à la liaison avec la panse et sont les seuls, en outre, à posséder une série de cannelures sur l’épaulement (fig. 97 n° 1). Sur ces marmites de grande taille, dont la hauteur se situe entre 20 et 30 cm., la paroi est, de plus, renforcée par des cordons rapportés formant une crête. Ce type de renforcement a amené autrefois à distinguer ces pots sous le vocable de “pots barrés” (Renimel 1974).

98 - Détails des marques imprimées sur l’une des anses coudées des marmites en pâte grise, début XVIIe s.

99 - Marmites et coquemar en pâte rouge, glaçurés, début XVIIe s.

100 - Marmites en pâte rouge, glaçurées ou non, début XVIIe s.

101 - Céramiques en pâte rouge glaçurées, début XVIIe s.

133En revanche les marmites à anses coudées de plus petite taille ne comportent ni cannelures ni cordons de renforcement. Dans ce groupe les fonds sont bombés, lenticulaires ou plats (fig. 97 n° 2 à 4).

134Parfois ces marmites ont une marque sur l’une des deux anses coudées, réalisée à l’aide d’un poinçon (fig. 98). Bien que les dessins soient généralement fort mal imprimés et difficilement lisibles, trois variétés de décors ont pu être distinguées ; une fleur de lys, une composition géométrique, et sur un seul exemplaire des lignes plus complexes rappelant un monogramme.

Les céramiques culinaires à cuisson oxydante

135Les récipients culinaires à cuisson oxydante constituent de loin, au début du XVIIe s., le groupe le plus important et le plus varié. Ce groupe présente une totale inversion de tendance par rapport aux périodes antérieures. Depuis leur première apparition, rarissime, au XVe s., ces pots devancent donéravant largement les productions à cuisson réductrice. Non seulement ils connaissent une très grande diffusion, mais ils se singularisent également par une large variété de formes et profils. On distingue au moins trois groupes principaux : les formes fermées avec l’attache de l’anse contre la lèvre ; les marmites avec le départ de l’anse très dégagé du rebord et les formes ouvertes. Dans ces trois groupes de vaisselle culinaire, la pâte est généralement grossière, de couleur rouge ou rose sombre. Lorsque la pâte est fine, la couleur est alors rose pâle ou beige (17 formes sur 31).

136Dans le premier groupe, qui se caractérise par le départ supérieur de l’anse contre la lèvre, on retrouve de petites marmites à deux anses ou des coquemars à une seule anse (fig. 99). Tous ces récipients ont un fond plat ou lenticulaire. En majorité ils sont glaçurés à l’intérieur et ce revêtement, à but exclusivement utilitaire, est soit posé sur le fond et le rebord, soit recouvre toute la surface interne. Il est toujours de couleur vert sombre.

137Les pots du deuxième groupe ont l’attache de l’anse sur l’épaulement, laissant ainsi dégagé le rebord (fig. 100). Celui-ci est largement évasé. Quant au fond, il est souvent globulaire, dans un seul cas, bombé (fig. 100 n° 3). La glaçure de couleur vert sombre, lorsqu’elle existe, recouvre toute la surface interne. Dans un seul cas, on trouve un cordon décoratif disposé horizontalement en haut de la panse (fig. 100 n° 4).

138Le dernier ensemble de poteries culinaires à cuisson oxydante comprend un nombre restreint de formes ouvertes. Ces jattes, qui sont définies par leur forme basse et très évasée, ont une ouverture marquée parfois par un petit bec verseur (fig. 101). Quelques détails les différencient, comme le type d’anse ou le profil de la lèvre, la présence ou non d’un bec, mais dans l’ensemble elles semblent former un groupe homogène. La pâte, rouge, est grossière et la glaçure recouvrant entièrement ou partiellement l’intérieur est de couleur vert sombre. D’utilisations variées, ces récipients ouverts ont pu aussi bien servir comme plat de service, ou pour la préparation des aliments, mais puisqu’ils ont tous d’importantes traces de feu sur le fond, il nous a paru plus logique de les classer dans la batterie de cuisine.

139Le grand nombre de formes variées qui caractérise la fin du XVIe s. ou le tout début du XVIIe s. constitue un lot intéressant pour l’histoire de l’évolution des céramiques. Cette époque apparaît comme le pivot entre deux longues traditions céramiques : le monde médiéval et le monde moderne. C’est au XVIe s. que s’affirment les deux plus importantes nouveautés techniques qui domineront dans les productions postérieures : une glaçure couvrante et colorée pour les poteries les plus courantes et les vases culinaires, l’émail pour les céramiques de luxe. Le mobilier du dépotoir IV de l’îlot Tramassac en est un témoignage exemplaire.

B. MACCARI-POISSON

LA FAUNE

140Les fouilles du secteur Tramassac ont livré un important lot d’ossements animaux. Une estimation globale fait état de plus de 50 000 restes osseux, relevés, triés et enregistrés. Dans le cadre de cette étude, nous prendrons en compte environ 41 000 vestiges dont les datations sont échelonnées entre le IVe et le XIVe s ap. J.-C.. Pour cette étude, inscrite dans un champ chronologique très vaste, notre principal objectif fut la recherche de séries d’observations réparties sur de longues périodes. L’attention particulière qui y fut apportée n’a pas toujours été couronnée de succès. D’importantes lacunes sont à signaler. Elles affectent tout particulièrement la première partie et la fin du Moyen Age. Pour le reste il a fallu, dans certains cas, se contenter de données éparses et discontinues.

141Toute perspective historique n’a cependant pas été abandonnée. Lorsque l’état de nos sources le permet, nous nous sommes attachés à déceler les principaux traits de l’évolution des techniques bouchères, de l’économie alimentaire, de l’évolution morphologique des animaux dont les modestes vestiges osseux sont en quelques sorte “chargés”. Leur déchiffrage nous a paru aussi digne de foi, et riche d’enseignements, que le dépouillement d’archives le plus minutieux ou la typologie la plus détaillée.

LES ÉCHANTILLONS

142Les différentes unités stratigraphiques étudiées ont livré des échantillons dont les caractéristiques sont loin d’être homogènes. Leur importance en nombre de restes est assez inégale selon les périodes considérées (fig. 102). Les ensembles les plus importants ont été livrés par les niveaux gallo-romains tardifs : 20 % des unités stratigraphiques de cette période comptent plus de 1 000 restes osseux. Certains ensembles dépassent plusieurs milliers de restes. L’importance numérique des lots d’ossements décroît au fur et à mesure que l’on remonte l’échelle du temps, le Haut Moyen Age est documenté par des échantillons dont la taille, par rapport à la période précédente est généralement plus réduite. Pour la période Moderne, les échantillons de plus de 300 fragments sont inexistants. Dans la plupart des cas ils totalisent à peine 50 restes.

143Cette diversité de la taille des échantillons renvoie à leur nature ainsi qu’à leur mode de dépôt. Elle n’est pas sans influer sur l’étude et conditionne des possibilités d’approches plus ou moins fines selon les échantillons disponibles.

144Une quinzaine d’espèces ont contribué à la formation des échantillons de vestiges osseux. Les restes d’oiseaux, 1060 environ, figurent parmi les moins nombreux. Ils ne représentent qu’environ 0,5 % de l’échantillon global, et environ autant au sein des différents ensembles chronologiques. Les restes de mammifères sont majoritaires et parmi ceux-ci les animaux domestiques prédominent largement. La chasse est attestée par la découverte d’une centaine de fragments osseux, attribués principalement aux cervidés et aux lagomorphes. Le contexte urbain, l’éloignement de la campagne sont probablement à l’origine de ce taux de prédation si faible. Ces proportions entre les principaux groupes d’animaux sont constantes d’une période à l’autre. Elles sont caractéristiques de l’ensemble de l’échantillon recueilli sur le secteur Tramassac. La composition du cheptel domestique est plus fluctuante. D’une période à l’autre les proportions des principaux animaux domestiques ne sont pas régulières. Les effectifs du bœuf sont en décroissance constante jusqu’à la fin du Moyen Age. A l’inverse les proportions d’ovicapridés augmentent régulièrement entre la fin de la période galloromaine et le XIXe s. Les variations traduisent des évolutions de l’orientation de l’élevage, des choix et habitudes alimentaires, de l’utilisation des produits animaux.

102 - Importance numérique et répartition chronologique des échantillons étudiés

145De même le nombre de restes indéterminés au sein de chaque échantillon est assez varié. En moyenne il ne dépasse pas 40 % du nombre de restes (NR) ou 25 % du poids des restes (PR). C’est au sein des échantillons datés de la période Moderne que s’enregistrent les plus fortes oscillations en raison de la faible importance numérique des ensembles et de mauvaises conditions de conservation. Pour les périodes plus anciennes nous disposons d’un corpus documentaire plus fourni, tant en nombre d’échantillons, qu’en nombre d’observations. Les taux de détermination avoisinent 60 % du nombre de restes et 85 % du poids des restes. Ils témoignent de bonnes conditions générales de conservation.

LA COMPOSITION DES ÉCHANTILLONS EN FONCTION DES DIFFÉRENTES PARTIES ANATOMIQUES

146La composition anatomique des différents échantillons est dans l’ensemble assez régulière. Quelques disparités sont à relever : l’importance des éléments du rachis de bœufs et d’ovicapridés dans les échantillons modernes ainsi que leurs faibles proportions au cours de la période galloromaine, la faible fréquence des éléments de rachis du porc, le grand nombre de fragments de crânes de porcs au cours du Haut Moyen Age. Cette liste pourrait être très longue. Il s’agit dans la plupart des cas d’irrégularités résultant des diverses activités dont ces rejets témoignent. Celles liées à la boucherie, à la préparation et à la consommation figurent probablement en place privilégiée.

147Entre ces différents types de rejets, la distinction n’est pas aisée. Les traces enregistrées par les ossements tout au long de la chaîne d’opérations qui, de l’abattage à la consommation, transforment l’animal en aliment sont brouillées. Cette distinction est aussi conditionnée par notre connaissance de l’étal de boucherie actuel sur lequel peu d’ossements accompagnent les pièces de viande, et sur lequel les bas morceaux tendent à se raréfier.

148Quelques conclusions peuvent néanmoins être tirées de l’examen de la composition des échantillons. Le relatif équilibre de la composition des ensembles gallo-romains et médiévaux est un indice en faveur d’une bonne conservation des différentes parties des animaux. Elle assure des bonnes conditions d’étude ainsi que des possibilités de comparaison. Inversement, les grandes variations caractéristiques des échantillons des XVIIIe et XIXe s. ne peuvent être considérées comme significatives, tant les ensembles sont de taille réduite.

LES DÉPÔTS DE BOUCHERIE GALLO-ROMAINS

149Les échantillons datés des IVe et Ve s. ont été découverts sous forme d’importants entassements d’ossements presque exclusivement de bœufs. Certains réunissent plusieurs milliers de restes osseux, soit près d’une centaine de kilos d’ossements qui proviennent d’un Nombre Minimum d’Individus de l’ordre de la trentaine.

150Une sélection assez marquée semble s’exercer lors de la formation de ces ensembles. L’étude de la composition anatomique révèle d’importants déséquilibres. L’unité stratigraphique 1121 livre, selon le mode de décompte utilisé, qu’il s’agisse du nombre ou du poids des restes, soit des éléments du rachis, soit des bas de pattes en surnombre. Dans l’ensemble 1113, il y a sureffectif de parties crâniennes et de bas de pattes. L’enlèvement et l’évacuation de ces parties encombrantes et économiquement peu intéressantes correspondent à la première étape de la préparation des carcasses. Les étapes suivantes, la découpe, la mise en parties et le débitage des morceaux, sont attestées par la fragmentation intense des os des membres et par de nombreuses traces de passage du couteau ou d’impacts de coups de couperet. Toutes les étapes du traitement boucher sont documentées (préparation des carcasses et découpe de gros, mise en quartiers, prélèvement des muscles...).

151Les vestiges osseux relevés dans ces ensembles correspondent aux rejets de ces diverses activités de boucherie. Les restes culinaires, les rejets d’assiette n’y figurent pas.

152Ces rejets de boucheries bovines sont organisés en dépôts massifs, en des lieux qui paraissent réservés à cet usage.

153Dans les échantillons plus tardifs, les effets de sélection du même ordre ne sont pas absents. Il sont cependant moins systématiques. De plus les autres espèces domestiques comme le porc et les ovicapridés y figurent en place non négligeable. Il s’agit d’ensembles plus réduits qui comptent quelques centaines de restes.

LES DÉPOTOIRS MÉDIÉVAUX

154La nature et le mode des dépôts médiévaux sont fondamentalement différents des dépotoirs de boucherie. La formation des échantillons résulte du rejet régulier, en quantités réduites d’ossements d’animaux. Ils correspondent de ce fait plutôt à des dépotoirs domestiques. Les échantillons ne sont plus exclusivement composés d’ossements de bœufs dont les proportions sont en recul. Cette évolution est amorcée dès la fin de la période gallo-romaine tardive. Les restes d’ovicapridés et de porcs y sont proportionnellement plus nombreux, sans qu’il soit possible d’y déceler un effet de sélection aussi marqué que dans la composition des dépotoirs de boucheries.

LES ÉCHANTILLONS MODERNES

155Les données livrées par ces échantillons sont très éparses. Leur exploitation s’est limitée à dégager les tendances les plus marquées.

156Les caractéristiques des différents échantillons sont en conjonction directe avec l’histoire de cette partie de la ville. L’évolution du site est marquée par une progressive raréfaction des dépôts détritiques, probablement due à l’installation des jardins du Doyenné, au resserrement du tissu urbain, à l’évolution du statut social du quartier.

LE CHOIX DES ESPÈCES CONSOMMÉES ET LEUR DÉCOUPE BOUCHÈRE

157Les proportions des différentes espèces consommées sont assez fluctuantes (fig. 103). Largement prédominante dans les échantillons du IVe et Ve s., la place du bœuf est dès le VIe s., nettement plus réduite. Elle est en décroissance constante durant la période médiévale et moderne. Dans les échantillons d’ossements animaux des sites Gallo-Romains de la vallée du Rhône (Cl. Olive, communication orale), le bœuf occupe aussi la place la plus importante. Ce rôle réduit des ovicapridés trouve des équivalents sur les sites du Nord de la France (Vadet 1981). Dans la partie méridionale, les effectifs des petits ruminants sont nettement plus importants et avoisinent 72 % du nombre de restes (Jourdan 1976). A Lyon, ce n’est qu’au cours du VIe s. qu’une place plus importante semble réservée à ces animaux.

103 - Variations des proportions relatives du Nombre de Restes de différentes espèces domestiques

158Dès le IXe s., les principales espèces domestiques ont livré des restes en proportions presque équilibrées. Le premier rang revient au bœuf suivi, par ordre d’importance, du porc et des ovicapridés jusqu’au XIIIe s. L’évolution paraît surtout marquée par l’accroissement des proportions de porcs. Cette observation concorde avec les données livrées par d’autres sites : la Charité-sur-Loire (Auduin et Marinval-Vigne 1987), et Haithabu (Reichstein 1974). A partir du XVIe s. et jusqu’au XVIIIe s., la composition des échantillons évolue au profit des petits ruminants largement prédominants dans la plupart des échantillons, alors qu’une place non négligeable semble réservée au bœuf.

LE BŒUF

159C’est l’espèce qui a livré le plus de vestiges. Durant la période gallo-romaine tardive, le bœuf est largement prédominant. C’est pendant le Ve s. que ses proportions sont les plus élevées au sein des échantillons (fig. 104) : ses restes représentent 92 % du poids des restes et 78 % du nombre de restes. Le début de l’ère médiévale est caractérisé par un recul de l’élevage bovin. Mise à part une forte baisse pendant le XIe s., cet élevage est marqué par une certaine stabilité. Il ne diminue que faiblement, de l’ordre de 10 %, durant la période médiévale. Pendant la période moderne, la courbe enregistre une légère reprise des effectifs bovins. L’élevage du porc semble le moins développé. Les fluctuations de la place des différentes espèces indiquent d’une part l’évolution de la consommation des Lyonnais. Elles sont d’autre part à mettre en rapport avec une évolution des utilisations et du rôle des animaux.

104 - Evolution des proportions relatives du Nombre de Restes et du Poids des Restes des différentes espèces domestiques

160Les élevages bovins médiéval et moderne semblent procéder et se maintenir selon des proportions établies dès la fin de la période Romaine. Quelques “accidents” jalonnent cette évolution. Il s’agit des effectifs très élevés des IVe et Ve s., et ceux très faibles du XIe s. qui sont dus, dans le premier cas à la nature particulière du mode de dépôt et, dans le second cas, à la faible représentativité des échantillons.

161Les importants échantillons gallo-romains nous livrent de la découpe bouchère une image très homogène. Plusieurs étapes peuvent être discernées : la préparation des carcasses par l’enlèvement des parties crâniennes et des bas de pattes, le débitage et la découpe des carcasses, le prélèvement des muscles et la récupération de la moelle. L’utilisation d’un outil en métal, assez lourd, du type du couperet, est attestée tout au long de la chaîne du traitement boucher. La colonne vertébrale est détachée par coups portés le long des corps vertébraux, brisant les apophyses transverses (fig. 105). Le train de vertèbres est débité en segments d’environ cinq vertèbres. La technique de la fente des vertèbres en deux parties symétriques n’est que rarement observée. Elle s’applique le plus souvent aux vertèbres cervicales. D’une manière générale, les vertèbres sont en quelque sorte “réduites” : les apophyses transverses et épineuses étant tranchées. Cette dernière opération semble effectuée sur des tronçons de vertèbres en connexion que l’étude a dans certains cas réussi à reconstituer. Les côtes ont vraisemblablement été isolées par des coups rasant soit l’articulation costale, soit le corps des vertèbres. La suite du traitement des carcasses consiste essentiellement en une mise en parties assez grossière. Toutes les relations articulaires sont défaites de façon assez brutale, à coups de couperet affectant particulièrement les parties saillantes (ulna et calcanéum). La découpe des membres se réduit à une désarticulation violente, mais sans précision, des différentes parties. Il en va différemment des parties charnues. La viande est prélevée à l’aide d’un couteau, secondé dans certains cas par l’utilisation du couperet. Les os sont dans la plupart des cas fracassés afin de récupérer la moelle. La fragmentation très poussée des diaphyses et les nombreux stigmates du passage du couteau nous renvoient à ces diverses opérations.

105 - Schéma de découpe des vertèbres selon la technique du prélèvement du train de vertèbres par coups de tranchet portés de chaque côté et selon la technique de la fente sagittale

162Durant le Moyen Age, deux techniques de découpe de gros ont cours, le prélèvement du train de vertèbres selon la méthode suivie par les bouchers gallo-romains, et celle de la fente longitudinale telle qu’elle est pratiquée en boucherie moderne. L’adoption de cette nouvelle technique est observée de façon très discontinue. La découpe de la carcasse en tronçons transversaux semble largement prévaloir et ce jusqu’au XVIIe s. La technique de la fente médiane semble surtout utilisée pour la préparation de pièces précises.

163Dans plusieurs ensembles, et dès le Xe s., ce traitement est réservé aux vertèbres cervicales. Il intervient probablement dans une étape plus avancée du traitement boucher et reste limité à la préparation des pièces de collier.

164Cette pratique va dans le sens d’un plus grand morcellement et d’une diversification de la découpe. Ces caractéristiques semblent aussi prédominer dans la suite des opérations du partage des animaux. On observe en effet un fractionnement intense des différentes parties. La désarticulation pratiquée à l’aide du couperet est précédée et guidée par des incisions au couteau qui dégagent les zones articulaires. Elle est de ce fait nettement plus précise. Le prélèvement des chairs semble plus soigneux. La décarnisation est essentiellement effectuée au couteau ; le couperet n’intervenant plus à ce stade de la découpe. Tous les os, y compris ceux des parties les moins prisées comme les métapodes, sont systématiquement fractionnés dans le but d’en récupérer la moelle, alors que dans les échantillons gallo-romains, les bas de pattes, mais d’autres parties également, sont souvent entières, indemmes de toute fragmentation.

165L’état lacunaire de nos données ne permette pas de suivre l’évolution des techniques bouchères vers la fin de la période médiévale. Des observations concernant les XIVe, XVe et XVIe s. font particulièrement défaut.

166Au cours du XVIIe s., le partage de la carcasse par un tronçonnage médian semble déjà bien institué. Toutes les vertèbres sont, d’un bout à l’autre de la colonne, systématiquement tranchées en deux. L’adoption de cette technique de partage est significative d’une modification du schéma de découpe. Elle conditionne un choix de morceaux plus large, ainsi que des gestes nouveaux. Cette diversification concerne essentiellement les pièces du squelette axial, c’est-à-dire ceux de la colonne vertébrale et du rachis. D’après nos données une telle modification n’est pas sensible pour la découpe des membres.

LE MOUTON ET LA CHÈVRE

167L’élevage de ces deux espèces connaît une importance croissante dès la fin de l’Empire Romain. Dans les dépotoirs de boucheries galloromains, les vestiges de petits ruminants sont assez discrets, les proportions moyennes y sont de l’ordre de 25 % du NR et 13 % du PR. Dès le VIe s., leur élevage est en essor. C’est à la fin du Moyen Age qu’il est le plus important.

168La découpe des petits ruminants est dans ses lignes les plus générales similaire à celle des bovidés. Au cours des IVe et Ve s., le train de vertèbres est extrait de la carcasse et ne fait pas l’objet d’une fente médiane. Dans quelques cas, les morceaux de colliers ont été tranchés en deux.

169Les crânes, débarrassés des chevilles osseuses à coups de couperet ont été fendus en deux, ou décalottés. Cette série d’opérations évoque la consommation de la cervelle et de la tête.

170La découpe de la carcasse dans le sens longitudinal semble s’imposer assez tôt. Elle est observée dès le XIIIe s., soit plus tôt que dans le cas du bœuf. Dès cette date, la première technique semble abandonnée. Les moitiés de rachis sont par la suite débitées transversalement en morceaux dont la taille tend à se réduire au fil du temps.

171La fréquence des coups de couperet perpendiculaires au corps des vertèbres est au cours de la période médiévale de plus en plus élevée. Les côtes restent attenantes aux vertèbres, formant des pièces du type carré-de-côtes, dont l’évolution extrême est la côtelette individuelle. Le bas des côtes, moins apprécié, est séparé par un coup de tranchet.

172La préparation des différentes parties est marquée par la même tendance. Les parties les plus charnues font l’objet d’une découpe assez soignée pour laquelle, dès la période gallo-romaine, le couteau semble supplanter le couperet. Les os ont ensuite subi une fragmentation intense dans le but de récupérer la moelle. La mise en pièces à l’aide d’un outil lourd est plus fréquente pour la préparation des parties basses dépourvues d’importantes masses musculaires. Les bas de pattes (métapodes et phalanges) n’ont pas été dédaignées. Leur consommation est largement attestée. Elle a laissé des traces caractéristiques : extrémités carbonisées, incisions sur la diaphyse...

173L’évolution est marquée par une mise en pièces de plus en plus poussée des parties. Les os sont débités en segments dont la taille est de plus en plus réduite. Cette évolution indique une sélection de plus en plus active et précise des pièces en fonction de leur intérêt et de leur valeur bouchère. Leur fragmentation est de plus en plus poussée au cours du Moyen Age, les os du coude et du jarret enregistrent de manière particulièrement nette cette tendance. Elle constitue le principal trait distinctif entre la boucherie gallo-romaine et de celle des périodes médiévale et moderne.

LE PORC

174Le porc est l’animal de boucherie par excellence. Son élevage est exclusivement orienté vers cette production. Dans les troupeaux gallo-romains composés en grande partie de bovins sa place est des plus réduites (fig. 102 et 103).

175C’est au cours de la première partie du Moyen Age que ses effectifs sont les plus importants. Ils enregistrent un recul régulier et constant entre le XIIe et le XVIIIe s.

176Le partage de la carcasse, de laquelle le train de vertèbres est préalablement extrait, est attesté dans les échantillons gallo-romains. Cette technique semble avoir cours pendant tout le Moyen Age. La fente médiane semble adoptée assez tardivement.

177Il faut attendre le XVIIIe s. pour l’observer. Ainsi que dans le cas du mouton, les pièces de collier ont souvent été fendues en deux, et ce dès la période gallo-romaine.

178La fente médiane est aussi pratiquée pour ouvrir le crâne et trancher la symphyse mandibulaire. Cette méthode est utilisée conjointement à celle qui consiste à fractionner les mandibules au niveau du diastème, perpendiculairement à la symphyse. Elle n’est pas corollaire de la pratique de la fente médiane de la carcasse.

179En boucherie gallo-romaine, la mise en pièces des différentes parties est réalisée au tranchet. Elle consiste essentiellement en une désarticulation et une fragmentation des morceaux les plus riches en viande (jambon et épaule). Les pièces de l’avant-bras et du jarret restent souvent intactes de toute fragmentation, de même que les pieds. C’est du moins ce que suggèrent les quelques os (radio-ulnaires, tibias et métapodes) restés entiers. Ces morceaux semblent préparés et arrivent sur la table tels quels. Les observations sont transposables à la boucherie du haut Moyen Age. Dès le XIIIe s., la tendance à une fragmentation plus intense est très accusée. A l’exception des bas de pattes, tous les os sont intensivement réduits en morceaux. La boucherie du porc semble caractérisée par une évolution analogue à celle des ovicapridés. La tendance au morcellement et à l’intensification de l’exploitation des différentes parties est des plus manifestes.

LES ÉQUIDES ET LE CHIEN

180D’autres espèces domestiques, comme les chevaux et les chiens ont fait l’objet d’une exploitation bouchère et ont été consommées.

181Les ossements d’équidés sont, dans la majorité des cas, marqués de traces de découpe. La consommation de la viande de cheval est attestée dès la période gallo-romaine et perdure jusqu’à la période moderne. Elle ne concerne pas tous les sujets, elle est néanmoins observée régulièrement et semble assez courante. La plupart des traces correspondent à des activités de désarticulation et se présentent sous forme de fines incisions. Des impacts de coups de couperet, des zones tailladées violemment signalent un traitement plus expéditif.

182La rareté des ossements d’équidés représente une limite importante de l’étude de la consommation et des autres utilisations de cet animal. La production bouchère n’exclut pas celle de l’énergie, de la traction. La présence de plusieurs types d’équidés, souligne le rôle important de ces animaux pour le transport, les déplacements, et l’acheminement. Signalons que la consommation, ultime utilisation de l’animal, semble aussi concerner les équidés de petite taille comme l’âne et le mulet. Il est impossible dans l’état actuel de notre corpus documentaire de préciser les règles de sélection et de gestion de ces animaux.

183La découpe et la consommation de chiens est attestée de façon plus ponctuelle sur le site.

184En contexte gallo-romain (US 1098) trois demi-mandibules de chiens présentent des traces de débitage au tranchet. Un radius est marqué d’incisions dues au prélèvement de la viande. La localisation de ces traces évoque plutôt l’écorchement que la consommation. Elles sont en effet situées sur des parties peu charnues.

185Dans les niveaux médiévaux (US 710 et 678) les restes de quatre individus découpés ont été recueillis. Un crâne présente des fines incisions, un autre a été débité plus grossièrement à l’aide d’un instrument lourd. De nombreuses traces de découpe ont été relevées sur la plupart des os des membres et des ceintures. Les éléments du rachis ne présentent pas de tels stigmates. La marque du couteau est souvent imprimée très profondément dans l’os, signalant la maladresse d’un praticien peu formé à ces opérations, ou le manque d’habitude d’un boucher ordinairement confronté à la découpe des carcasses de bœufs, de porcs et de moutons.

186Un nombre réduit d’animaux a subi l’écorchement, la désarticulation et le prélèvement des chairs. Leurs restes ont été rejetés simultanément. L’étude ostéologique a permis la restitution des liaisons articulaires de plusieurs parties. Le rejet de plusieurs carcasses dépecées et dont une partie au moins des muscles a été prélevée, ne correspond pas au traitement habituel des autres espèces de boucherie. De ces observations, se déduit le caractère fermé des échantillons dont il est question, ainsi que le rôle limité de la boucherie de ces espèces.

LE CHOIX DES ANIMAUX EN FONCTION DE L’ÂGE ET DU SEXE

187L’étude des structures d’abattage nous renseigne sur le mode de gestion du cheptel et les règles de sélection des animaux ; croisée avec celle de la composition des troupeaux selon les sexes, elle permet de caractériser la nature de l’intervention humaine et de déceler les différentes utilisations des animaux. Ces investigations sont nécessairement à fonder sur un grand nombre d’observations, dont nous ne disposons que de manière discontinue et irrégulière. L’étude des âges d’abattage (Barone 1976) est effectuée d’après le degré d’épiphysation des os longs. Les vestiges d’animaux en bas âge, fragiles, y sont presque obligatoirement sous-représentés. Ces limites, inhérentes, aux vestiges disponibles restreignent de façon drastique le champ et la portée de l’étude.

LE BŒUF

188Une dizaine d’échantillons ont livré des vestiges osseux en assez grand nombre pour établir des courbes d’abattage. Les ensembles recueillis dans les dépotoirs gallo-romains y figurent en bonne place. Les histogrammes des âges d’abattage sont des plus homogènes. Les animaux sont tués vers trois ans et au-delà. Les bêtes de moins de 24 mois semblent épargnées. L’abattage concerne de façon préférentielle les animaux âgés d’environ 3-4 ans. Quelques individus peu nombreux sont gardés au delà de ce seuil (fig. 106).

189Une composition des troupeaux largement dominée par des animaux jeunes et sub-adultes, dans laquelle la place des animaux adultes et séniles est très réduite, correspond à une gestion essentiellement orientée vers la boucherie. Cette utilisation quasi exclusive des animaux conditionne le type même des rejets ; le terme “dépôts de boucherie” paraît dans ce cas particulièrement justifié.

106 - Courbes d’abattages des bœufs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période gallo-romaine

190Le choix des animaux en fonction de leur sexe permet de préciser davantage la composition du troupeau bovin. Il peut être mis en évidence par l’intermédiaire de l’étude biométrique. Les proportions des métapodes enregistrent de façon assez précise les effets du dimorphisme sexuel. De plus, cette partie du squelette figure parmi les mieux conservées. Plusieurs échantillons gallo-romains ont livré des métacarpes et des métatarses en assez grand nombre. Les diagrammes de dispersion des mesures sont structurés en trois groupes : le premier, assez important, correspond probablement aux animaux castrés. Il réunit plus de 70 % de la population. Le second, celui des vaches, ne constitue qu’environ 25 % des effectifs. Le dernier, celui des taureaux est avec ses 5 % d’effectifs, le plus réduit (fig. 107).

191Le choix des animaux paraît particulièrement ciblé sur les animaux castrés. Leur abattage vers 3-4 ans, intervient au moment où leur rendement en viande est le plus important. La pratique de la castration, par les modifications qu’elle entraîne, contribue à l’amélioration du rendement boucher. L’élevage bovin, d’après les tendances qui se dégagent de l’étude de ces données, est principalement orienté vers la production d’animaux de boucherie à rendement élevé. L’équilibre des sexes tel qu’il existe à la naissance n’est pas respecté.

192Cette sélection n’est pas sans influer sur la nature des dépôts de boucherie. Elle en constitue le premier et principal agent. Elle livre à la boucherie des animaux de sexe identique, de même âge et probablement de même conformation. Cette uniformisation est prolongée par celle du traitement boucher, et des types de rejets. Au fil des sélections successives, la boucherie antique nous apparaît particulièrement organisée et très spécialisée.

193Pour la période médiévale, les données disponibles concernent surtout les IXe et XVIIe s.

194Les courbes d’abattage du IXe s. attestent une certaine continuité avec la période précédente. Les premières classes d’âge ne subissent aucun prélèvement (fig. 108). L’abattage concerne surtout les animaux âgés de deux à cinq ans. Il n’intervient plus à une étape précise de la croissance des animaux, il est au contraire réparti régulièrement sur plusieurs classes d’âge. Des pics d’abattage importants et très localisés ne sont pas décelables sur les courbes médiévales. La gestion du cheptel bovin évolue vers un choix ciblé de manière moins précise. Il s’agit d’une sélection moins active des animaux. Elle relève d’une utilisation diversifiée des différentes productions d’origine animale. Les animaux ne fournissent pas uniquement leur viande, les autres ressources, lait, énergie, semblent exploitées. Un abattage échelonné entre les différents âges, permet de les faire valoir de manière plus intensive. Cette évolution vers une gestion plus diversifiée est sensible sur toute les courbes du début du Moyen Age. A l’élevage spécialisé d’animaux de boucherie strictement sélectionnés, succède un élevage polyvalent régi à la fois par les besoins de l’alimentation, et l’utilisation de l’énergie et des autres matières premières animales, (lait, laine...).

195L’étude de la composition des troupeaux médiévaux en fonction du sexe des animaux est confrontée à la difficulté de réunir des os entiers d’animaux en nombre suffisant. L’établissement d’un diagramme de dispersion de dimensions d’os longs a nécessité le recours aux données d’échantillons non strictement contemporains dont les datations s’échelonnent entre le IXe et le XVIIe s. (fig. 109). Les conclusions sont à considérer comme hypothétiques et provisoires.

107 - Diagramme de dispersion des mesures de métacarpes de bœufs. Période gallo-romaine

W108 - Courbes d’abattage des bœufs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période médiévale

196La composition des troupeaux médiévaux procède dans ses lignes les plus générales d’un fond commun avec la période précédente. Dans les troupeaux médiévaux, les proportions entre les vaches, taureaux et bœufs paraissent presque inchangées. Celles des animaux castrés enregistrent un léger recul. Les taureaux y sont un peu plus nombreux. Cette composition s’accorde avec l’utilisation des différents produits de l’élevage. La présence de mâles en nombre non négligeable est à mettre en rapport avec leur utilisation au trait et à la boucherie. Les vaches ont probablement aussi servi à ces usages, elles fournissent en plus le lait et assurent la reproduction. La place importante réservée aux bœufs et aux taureaux, la proportion croissante d’animaux ayant dépassé la maturité, sont les principaux indices d’une évolution de la gestion et de l’utilisation des animaux.

LES OVICAPRIDÉS

197Cette dénomination correspond à un artifice commode pour désigner le mouton et la chèvre. La distinction entre ces deux espèces sur la base d’ossements fragmentés n’est pas chose aisée. La détermination spécifique est basée sur l’observation morphoscopique complétée par une étude biométrique de certaines parties du squelette ; chevilles osseuses, os longs. Les chevilles osseuses sont de formes différentes, selon qu’il s’agit d’un mouton ou d’une chèvre, et leurs proportions sont très variables selon qu’il s’agit d’un bouc ou d’une chèvre, d’une brebis ou d’un bélier. C’est sur la base de ce double critère de distinction qu’il est possible de préciser en partie la composition des échantillons de petits ruminants.

109 - Diagramme de dispersion des mesures de métacarpes de bœufs. Période médiévale

198Dans les échantillons de la période galloromaine tardive, les proportions entre ovins et caprins sont équilibrées. Durant la période médiévale, les effectifs ovins semblent plus développés. Ils représentent environ 70 % des individus. La diminution des effectifs caprins révèle probablement une modification des traditions pastorales. L’élevage de la chèvre semble au cours de la période médiévale moins adapté aux divers besoins.

110 - Courbes d’abattages des ovicapridés établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période gallo-romaine

111 - Courbes d’abattage des ovicapridés établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période médiévale

199De même la gestion de ces animaux est sujette à d’importantes variations. L’unique courbe d’abattage (fig. 110) dont nous disposons pour la période gallo-romaine tardive atteste un abattage intensif des jeunes. L’essentiel des prélèvements est effectué entre 6 mois et 2 ans. Des animaux adultes sont maintenus en proportions moins importantes dans les troupeaux. Au-delà du seuil de la maturité, leur abattage est pratiqué assez tardivement.

200Le système de sélection est transposable aux troupeaux médiévaux (fig. 111). Sur certaines courbes du début de cette période on enregistre cependant une intensification du mode d’exploitation des troupeaux.

201Les agneaux âgés d’environ six mois sont sacrifiés en proportions plus importantes. L’abattage d’un grand nombre d’animaux de moins de deux ans est maintenu. Les dernières classes d’âge subissent une décroissance régulière des effectifs. Cette intensification de la régulation des troupeaux d’ovicapridés est aussi sensible sur le courbe datée du XVIIIe s. Elle s’exerce cependant d’une manière différente. L’abattage des agneaux est pratiqué en proportions nettement diminuées. Les animaux d’environ deux ans subissent l’essentiel des prélèvements. Au-delà de ce seuil et jusque vers cinq ans, on observe une diminution des activités d’abattage. Il s’agit d’un élevage régi par l’élimination des bêtes de réforme, et par l’intégration des jeunes de l’année. Il relève d’une gestion soucieuse de maintenir et d’assurer le fonctionnement du troupeau. La physionomie des courbes d’abattage du XVIIIe s. est, par rapport à celle de la période romaine, quasiment inversée.

202L’élevage gallo-romain, par le nombre élevé d’animaux sacrifiés en bas âge, ou avant la maturité, et la faible importance des animaux adultes ou vieux, semble favoriser la production bouchère. Les élevages médiévaux traduisent une orientation plus diversifiée. La production de viande reste une ressource importante. Elle n’est pourtant pas privilégiée. Les proportions plus élevées d’animaux adultes s’accordent avec l’exploitation de la laine, du lait.

203Entre la période gallo-romaine tardive et le XVIIIe s. ; la structure d’abattage évolue vers un vieillissement des animaux. Le mode de gestion semble mieux adapté aux besoins d’une rentabilité diversifiée et intensifiée. L’évolution des règles de sélection traduit une profonde modification du rôle économique des petits ruminants (fig. 110 et 111).

204Dans les troupeaux ovins de la période galloromaine, l’examen de la forme des chevilles osseuses nous conduit à distinguer plusieurs types d’animaux. Les chevilles osseuses de forme circulaire plus ou moins développées correspondent aux béliers ou aux brebis. L’existence d’animaux châtrés se déduit de la présence de chevilles de conformation plus allongée, dont la face interne est fortement incurvée. Cette interprétation reste à vérifier et à confronter à des observations plus nombreuses. Les proportions entre les trois “sexes” sont assez déséquilibrées. On dénombre dans l’ensemble des échantillons gallo-romains, 52 % de béliers, 22 % de brebis et 25 % d’animaux probablement chatrés. L’importance des mâles semble assez surprenante. Elle trouve un équivalent dans le cheptel caprin. Les boucs y représentent plus de 60 % du troupeau. Les motivations d’une place aussi importante réservée aux boucs et aux béliers nous échappent en grande partie. Il est fort probable qu’un grand nombre ait été réservé à la production bouchère. Dans ce cas l’abattage des agneaux et des cabris les concernerait de manière préférentielle. La production de viande se déduirait aussi de la pratique de la castration dont l’existence et les effets sont peu signalés dans les travaux d’archéozoologie. Elle assure probablement un rendement boucher plus élevé et permet de garder les animaux plus longtemps au sein des troupeaux. Une telle composition réserve une place importante aux animaux de boucherie. La production de la laine peut constituer une ressource complémentaire, celle du lait paraît alors tout à fait secondaire.

205Au cours de la période médiévale, les proportions de béliers et de boucs restent largement majoritaires. La pratique de la castration semble abandonnée.

LE PORC

206La gestion de cet animal apparaît assez uniforme. Les échantillons gallo-romains livrent des courbes qui, à quelques points de détail près (fig. 112), résultent d’un même mode d’exploitation. Celui-ci se résume en un abattage massif des animaux avant l’âge de trois ans. La phase de prélèvement la plus intense se situe entre 0 et 6 mois, ou entre 12 et 24 mois. Quelques animaux, peu nombreux, atteignent et dépassent le stade de la maturité.

207Les courbes datées du IXe s. (fig. 113) présentent aussi une physionomie très uniforme. Elles sont marquées par deux pics ; l’un situé vers 6 mois, l’autre vers deux ans. Dans tous ces échantillons, les animaux sont éliminés avant leur maturité. Elles diffèrent de celles de la période précédente par la régularité et l’aspect quasi standardisé des phases d’abattage les plus importantes.

208Sur les diagrammes d’abattage datés plus tardivement (XVIIIe s.) ; la boucherie semble concerner de façon préférentielle les porcelets de moins de six mois. Cette classe d’âge supporte les prélèvements les plus intenses. Les animaux sont abattus régulièrement et aucun ne dépasse l’âge de trois ans et demi. Cette gestion surtout basée sur l’abattage des animaux en bas âge, vise essentiellement la production bouchère. Cette espèce, du fait de sa prolificité naturelle, y paraît particulièrement bien adaptée.

209La sélection des animaux semble soumise à des critères et des règles dont l’application systématique paraît régir de façon très stricte les courbes de la première partie du Moyen Age. Dès le IXe s., l’élevage porcin semble enregistrer les effets de l’intensification de l’utilisation des animaux.

112 - Courbes d’abattage des porcs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période gallo-romaine

210L’estimation du sex-radio au sein des troupeaux est basée sur l’observation des canines inférieures. Celles des verrats sont plus développées que celles des truies. Elles sont plus longues et les racines à croissance continue sont ouvertes. Celles des truies, de taille plus réduite, présentent chez les animaux adultes une racine fermée. Dans les échantillons gallo-romains, les proportions des truies sont légèrement inférieures à celle des verrats. Dans les structures médiévales, elles sont fortement déséquilibrées au profit des mâles qui peuvent représenter jusqu’à 70 % des animaux. Cette importance des verrats est à mettre en rapport avec l’élimination massive qui intervient entre six et trente mois. Le nombre de truies est assez faible. Les critères de choix des animaux en fonction de l’âge et du sexe correspondent à une utilisation exclusivement bouchère. Dès la période gallo-romaine l’exploitation de ces animaux est basée sur des principes dont la pérennité est assurée jusqu’aux temps modernes.

113 - Courbes d’abattage des porcs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période médiévale

ÉLÉMENTS DE DESCRIPTION DES ANIMAUX

LE BŒUF

211Dans les lots d’ossements livrés par les dépotoirs gallo-romains, le bœuf est en général bien représenté. Dans ces échantillons, seuls les métapodes et les phalanges sont restés intacts de toute fragmentation, les métatarses et les métacarpes, particulièrement nombreux, ont livré d’importantes séries de mensurations. Les diagrammes de dispersion, qui permettent d’étudier conjointement deux dimensions, sont structurés en deux, voire trois ensembles de points. La prise en compte de la gracilité et de la longueur totale des os permet de préciser cette dispersion. Ainsi, trois groupes de points distincts sont discernables sur le diagramme correspondant aux métacarpes. Les points situés à la base du diagramme correspondent aux os des vaches. Les plus nombreux, groupés dans la partie supérieure à droite du diagramme, sont à attribuer aux animaux castrés dont les os très graciles sont aussi les plus longs. Le troisième ensemble, celui des taureaux ne compte qu’un seul individu. Cette clé de distinction des os en fonction du sexe des animaux dont ils proviennent s’avère moins efficace dans le cas du métatarse. Le dimorphisme sexuel, semble être la principale mais non la seule cause de variation. La présence d’animaux de types différents est probablement à l’origine de l’importante dispersion des mesures des métatarses.

212La taille des animaux est une des principales caractéristiques publiées. Cette donnée présente un intérêt certain. Son utilisation est, toutefois, à assortir d’une grande prudence. Toutes les estimations sont dans notre cas effectuées à partir des métapodes dont la longueur, proportionnellement aux autres os des membres, est plus ou moins importante. Les hauteurs au garrot, estimées à l’aide des coefficients de Matolcsi (1970), varient entre 1.16 m et 1.42 m. La moyenne est de 1.24 m sur la base des métacarpes et de 1.28 m sur la base des métatarses. Si l’on tient compte de la distribution sexuelle, des fluctuations plus importantes sont observées. La hauteur au garrot moyenne des vaches est de 1.21 m. Elle varie entre 1.17 et 1.26 m. Celle des bœufs est de 1.33 : le domaine de variation est compris entre 1.27 m et 1.39 m. La taille du taureau est légèrement inférieure à la taille moyenne des vaches. L’accroissement de la taille des bœufs résulte probablement de la castration. La différence de stature entre les vaches et le taureau est minime. Le faible écart est probablement dû à un dimorphisme sexuel peu accentué. En l’absence d’une série plus importante de métapodes de taureaux, il n’est pas possible de préciser cette observation.

213Les hauteurs au garrot des animaux de la période gallo-romaine tardive s’inscrivent dans les domaines de variations enregistrés sur d’autres sites datés de la même période. Elle est en général marquée par un net accroissement de la taille par rapport aux périodes pré-romaines. L’amélioration des races en vue d’une rentabilité bouchère durant la période romaine est probablement la cause principale de cette évolution. La pratique et la maîtrise de la castration l’illustrent parfaitement.

214L’estimation du poids des animaux est un autre élément de description des animaux. Elle nous livre une information relative sur le poids vif des bêtes qu’il ne faut pas confondre avec le poids de viande. Les poids estimés sur la base des métacarpes (coefficients de Matolcsi, 1970) varient entre 550 et 813 kg dans le cas des taureaux castrés. Le poids des vaches oscille entre 240 et 300 kg. La moyenne est de 280 kg. Les importantes variations au sein de la population de bœufs et entre les deux groupes d’animaux indiquent d’une part la grande variabilité individuelle, et d’autre part l’influence déterminante de la castration sur l’accroissement du poids.

215Dans les lots d’ossements médiévaux les os entiers sont rares. Les parties d’ordinaire bien conservées, comme les métapodes, ont été intensément fragmentées. Nous disposons pour cette période de données très dispersées insuffisantes pour documenter l’évolution morphologique des animaux après la fin de l’Empire Romain.

216D’après les données, la hauteur au garrot moyenne est 1.25 m au IXe s., un siècle plus tard elle est de 1.31 m, et de 1.12 m au XVIIe s. La décroissance de la taille des animaux au cours des temps historiques est un phénomène largement attesté dans toute l’Europe, ainsi que dans le Nord de la France.

Tableau 1 : Données sur les hauteurs au garrot des bovins (coefficients de Matolcsi 1970)

LES OVICAPRIDÉS

217Dans les structures gallo-romaines, les restes osseux bien conservés les plus fréquents sont les chevilles osseuses et les métacarpes.

218La détermination spécifique et sexuelle des chevilles osseuses, assez aisée, permet de préciser la composition des échantillons d’ossements d’ovicapridés (voir ci-dessus). La biométrie de cette partie du squelette est pourtant très limitée pour plusieurs raisons. La plupart des chevilles osseuses proviennent de sujets jeunes, et ont été systématiquement séparées du crâne à coups de tranchet sur leur base. Les données biométriques qu’elles livrent sont de ce fait incomplètes et ne peuvent être retenues pour l’étude des variations individuelles et des effets du dimorphisme sexuel.

219Le diagramme de dispersion est caractérisé par une certaine confusion. Il n’est pas structuré en nuages de points bien différenciés. Les points correspondant aux ovins et aux caprins sont organisés en deux populations dont les limites se chevauchent légèrement.

220D’autres parties du squelette, comme les métapodes, présentent des critères de diagnose sexuelle et spécifique. Les métacarpes et les métatarses entiers sont présents en nombre trop faible pour documenter une étude biométrique.

221Certaines données, comme la longueur totale des métapodes en particulier, sont à la base des estimations de hauteur du garrot. Etablies à l’aide des coefficients de Teichert, elles varient, pour les métacarpes entre 53 et 66.9 cm, pour les métatarses entre 56.5 cm et 63.7 cm. Les moyennes respectives sont de 58.3 cm et 59.9 cm. Il s’agit d’animaux de taille assez importante comparables à ceux d’autres sites du nord et du sud de la France, (Vadet 1981, Jourdan 1976).

222Les unités statigraphiques datées du Moyen Age et de la période Moderne ont livré des restes osseux d’ovicapridés en quantités plus importantes. Les ossements entiers, peu nombreux, y sont plus fréquents que dans les échantillons de la période précédente.

223Les diagrammes de dispersion des mesures des chevilles osseuses sont caractérisés par un étalement et une superposition des nuages de points.

224La présence de moutons et de chèvres des deux sexes est en partie la cause de cette importante dispersion. Il faut y ajouter les effets de la variabilité diachronique des animaux. En effet les données biométriques dont nous disposons sont dispersées sur plusieurs siècles. L’évolution morphologique des animaux, telle qu’elle a été mise en évidence sur d’autres sites, est caractérisée par une modification importante des proportions du squelette.

225Les hauteurs au garrot estimées à partir de la longueur totale de plusieurs os (métacarpe, métatarse et radius) sont au cours du Moyen Age légèrement inférieures à celle observées au cours de la période gallo-romaine. Des données plus nombreuses et réparties régulièrement sur tout le champ chronologique concerné restant à réunir pour préciser et compléter cette tendance évolutive.

Tableau 2 : Données sur la hauteur au garrot des ovicapridés (coefficients de Schramm, 1967)

LE PORC

226D’après les vestiges osseux recueillis dans le contexte gallo-romain, la biométrie de cette espèce ne peut être que très limitée. Les mesures des os longs, constituent des séries réduites. Les proportions entre animaux de l’un et l’autre sexe au sein des échantillons ont fait l’objet du chapitre précédent. Elles ont été établies sur la base des critères distinctifs de la canine inférieure. L’étude de la variation sexuelle, et de ses effets sur la dispersion des mesures des os longs, ne peut être menée faute de données.

227Il en va de même pour les échantillons d’ossements de porcs datés des périodes médiévale et moderne. Dans ces derniers niveaux, les observations peu nombreuses sont dispersées sur un champ chronologique assez étendu. La hauteur au garrot a été estimée d’après la longueur totale de métapodes (coefficient de Teichert, 1969) seules parties conservées entières dans la plupart des échantillons. Les estimations établies sur cette base présentent, par rapport aux autres os longs, d’importants décalages qui limitent la portée de l’étude biométrique.

228Entre le Ve et le Xe s. la hauteur au garrot des porcs est d’environ 77 cm. Au cours des XIe et XIIe s. elle baisse d’environ 3 cm. La taille enregistrée au cours du XVIIe s. est la plus faible. Ce n’est qu’au XVIIIe s. que cette évolution semble s’inverser. La taille augmente très nettement et atteint celle des animaux gallo-romains.

Tableau 3 : Données sur les hauteurs au garrot des porcs (coefficients de Teichert, 1969)

LE CHEVAL

229Les restes osseux d’équidés figurent en proportions très faibles dans les différents échantillons. Ils ont dans la plupart des cas subi la fragmentation bouchère. Les os entiers attribués à cette catégorie d’animaux sont rares. Leurs proportions sont caractérisées par une variabilité dont l’importance relève probablement de la présence de différentes formes d’équidés. Les estimations des hauteurs au garrot varient entre 0,97m et 1,46m. Cette importante dispersion est due à l’hétérogénéité de la population. En effet, les grands chevaux côtoient dès la période gallo-romaine des chevaux de taille moyenne. C’est cependant pendant la période médiévale que cette variabilité est la plus importante. Elle résulte alors probablement de la présence, au côté des différents types d’équidés (chevaux, poneys), d’ânes et de formes hybrides (mulets, bardots), ou d’autres causes comme l’importation d’animaux de grande taille ou la pratique de la castration.

Tableau 4 : Données sur les hauteurs au garrot des équidés (coefficients de Kiesewalter 1888)

230La faiblesse des échantillons est un handicap sérieux pour l’étude de ces animaux dont la détermination ostéologique est très délicate. L’étude de la taille moyenne révèle avant tout la présence ou l’absence de telle ou telle forme, mais ne permet pas de mettre en évidence une éventuelle évolution de la hauteur au garrot.

LE CHIEN

231Dans les structures médiévales la présence de parties complètes de chiens est une source inespérée pour l’étude biométrique de cet animal.

232Un seul crâne entier a été recueilli. Ses caractéristiques ne suffisent pas pour proposer une description morphologique de cette espèce.

233D’après les os longs, elle est caractérisée par une importante dispersion due à la présence de plusieurs types de chiens. Certains os présentent une torsion assez nette. Cette déformation est le plus souvent caractéristique de chiens du type basset. Les caractéristiques des os longs (longueur, gracilité) ne correspondent pas à un standard précis. L’éventail des tailles estimées (Koudelka 1885) est très large.

Tableau 5 : Données sur les variations de la hauteur au garrot des chiens (coefficients de Koudelka, 1885)

CONCLUSION

234Les échantillons d’ossements animaux d’origine détritique sont organisés en véritable dépôts de boucherie durant la période gallo-romaine tardive, ou en rejets de moindre importance et moins spécialisés durant le Moyen Age.

235Les structures médiévales et modernes ont livré des séries de restes osseux de taille généralement réduite, dont la répartition chronologique est discontinue. L’état fragmentaire ainsi que les lacunes, constituent, aux différents niveaux de l’étude, des handicaps sérieux. Ces remarques s’appliquent dans une moindre mesure aux grands dépotoirs de la période gallo-romaine. Dans ce cas, d’autres facteurs, en particulier la sélection très poussée des vestiges, contribuent à limiter le champ de l’analyse.

114 - Tableau de décompte des espèces en fonction du nombre des restes (NR) et du poid des restes (PR, en g.)

236Les échantillons sont essentiellement composés d’ossements d’animaux domestiques, les restes d’oiseaux sont rares.

237Ceux d’espèces sauvages le sont encore plus. Des conditions de gisement défavorables sont probablement à l’origine de la discrétion de la faune aviaire. Celle des espèces chassées relève probablement d’autres causes : éloignement des campagnes, statut social des quartiers ?...

238Les variations des proportions relatives des restes des principales espèces consommées traduisent une évolution de l’alimentation carnée des Lyonnais (fig. 114). Animal de boucherie par excellence au cours de la période gallo-romaine tardive, le bœuf est durant le Moyen Age concurrencé par le porc et ce dès le IXe s. A partir du XVIe s., la consommation est caractérisée par la prédominance des petits ruminants.

239L’évolution de la découpe bouchère est marquée par le morcellement et l’exploitation de plus en plus intensive des différentes parties des animaux. Elle est accompagnée d’une modification de la technique de partage de la carcasse : la fente sagittale de la colonne vertébrale s’impose au cours du Moyen Age plus ou moins rapidement selon les espèces. Parallèlement, au cours du Moyen Age, les règles de sélection semblent, dans le cas de chaque espèce, se préciser et s’adapter à une utilisation plus diversifiée des animaux. Il s’agit d’un élevage polyvalent qui tire un profit maximum de diverses productions animales. Ces modifications interviennent dès le IXe s., leurs effets s’observent en partie aussi dans les échantillons plus récents du XVIe s. .

240Les animaux aussi subissent d’importantes transformations. Après la fin de l’Empire Romain, les quelques jalons sur l’évolution morphologique des animaux semblent enregistrer les effets d’une nette tendance à la diminution de la stature, sensible pour toutes les espèces domestiques.

R. -M. ARBOGAST

115 - Moule à jetons de jeu. Cf : numismatique médiévale p. 145

MONNAIES ET OBJETS MONÉTAIRES

NUMISMATIQUE ANTIQUE

241Les chantiers de la rue Tramassac et de la rue Carriès ont livré 107 monnaies antiques :

  • 2 du Ier s. ap. J.-C. (1,4 %) ;

  • 2 du IIème s. ap. J.-C. (1,4 %) ;

  • 34 du IIIème s. (24,1 %) ;

  • 31 du IVème s. (22 %) ;

  • 2 du Vème s. (1,4 %) ;

  • 36 monnaies sont illisibles

242Trois sont des flans

243Ce matériel numismatique présente les mêmes caractéristiques que celui recueilli sur le chantier de l’avenue Adolphe Max. Les émissions des IIIème et IVème s. sont prédominantes, ce phénomène s’explique par l’urbanisation tardive de ce secteur. Dans ce lot, quelques monnaies présentent un intérêt particulier car elles sont peu présentes dans les unités stratigraphiques de sites fouillés. Un antoninianus de Quintille, au revercs VICTORIA AVG, frappé à Rome en 270 (catal. n° 12) ; un quinaire de Maximien, au revers HERCULI AVGG, émis à Lyon en 286 (n° 13) ; un follis de Maximin, au revers SPQR OPTIMO PRINCIPI de l’atelier de Rome, entre 312 et 313 (n° 46) ; un nummus d’Honorius, au revers GLORIA ROMANORUM, frappé à Lyon entre 411 et 413 (n° 77), et une imitation d’un petit bronze de Valentinien III émis en 425 et 455 à Rome, portant au revers une croix dans une couronne de laurier (n° 78).

244La grande majorité des monnaies composant ce lot a été trouvée dans des niveaux beaucoup plus tardifs que leur date d’émission et même de leur cycle de circulation. Elles n’ont malheureusement pu apporter une contribution efficace à l’élaboration de la datation des différentes occupations mises au jour. Ce décalage chronologique est dû aux nombreux remaniements causés par seize siècles de construction sur ce site.

245L’indication de période en fin de chaque notice renvoie à la périodisation utilisée par les auteurs de la fouille de l’îlot Tramassac.

Ier siècle

2461. As d’Auguste ou de Tibère ; Lyon (10-14)
Tête à droite.
Autel de Lyon.
7,78 g ; 27 mm
période 20

2472. Dupondius de Domitien ; Rome (85)
IMP CAES DOMITIAN AVG GERM COS XI, tête radiée à droite.
FORTVNAE AVGVSTI [SC], Fortune debout à gauche.
9,29 g ; 27 mm ;
RIC 264 var.
période 14

IIe siècle

2483. Dupondius de Marc Aurèle ; Rome (161-180)
Tête radiée à droite.
Victoire debout à droite ; devant elle, un bouclier.
9.85 g ; 22/26 mm
période 3

2494. Sesterce de Marc Aurèle ou de Commode ; Rome
Tête laurée à droite.
Illisible.
23,57 g ; 31 mm
période 4

2505. As indéterminé (Ier ou IIe s.)
7,95 g ; 25 mm (monnaie percée)
période 19

2516. As indéterminé (Ier ou IIe s.)
8.86 g ; 27 mm
période 14 ?

IIIe siècle

2527. Antoninianus de Gordien III ; Rome (242)
IMP GORDIANVS PIVS FEL AVG, buste radié, cuirassé et drapé à droite, vu de l’arrière.
PM TR Ρ V COS IIPP, l’empereur debout à droite.
4,00 g ; 22 mm
RIC 93
période 3

2538. Antoninianus de Gallien, règne seul (260-268)
]NVS AVG, tête radiée à droite.
Illisible.
1,63 g ; 17/20 mm
période 3

2549. Antoninianus de Tétricus I ; Atelier I (Trêves, 273)
]RICVS[, buste radié et drapé à droite vu de l’avant.
PAX [AVG]
1,40 g ; 19 mm ; flan tordu
Elmer 775
période 2

25510. Antoninianus de Tétricus I ; Atelier I (Trêves)
]AVG, buste radié et drapé à droite vu de l’avant, légende illisible (spes publica).
2,17 g ; 16 mm
période 11

25611. Antoninianus de Tétricus II ; Atelier II (Cologne, 273)
C [...] CAES, buste radié et drapé à droite vu de l’arrière.
[PIETA] S AVG [G], Instruments (vase avec anse à gauche). de sacrifice (vase avec anse à gauche).
1,52 g ; 18 mm
Elmer 777 var.
période 4

25712. Antoninianus de Quintille ; Rome (270)
[IMP CM AVR] CL QVINTILLVS AV [G], buste radié et drapé à droite vu de l’avant.
VICTOR [IA AVG], G à l’exergue.
2,55 g ; 19 mm
RIC 33
période 5

25813. Quinaire de Maximien Hercule, Lyon (286)
IMP MAXIMIANVS AVG, buste lauré et cuirassé à droite.
HERC [VLI] AVGG, Hercule debout à droite tenant de la main gauche une massue et la peau de lion et cueillant les pommes des Hespérides sur un arbre autour duquel est enroulé un serpent.
1,12 g ; 15 mm ; traces d’argenture
Bastien 48
période 4

25914. Antoninianus de Dioclétien ; atelier non déterminé (284-294)
[IM] Ρ C VAL DI [OC] LETIANVS PF AVG, buste radié et drapé à droite.
Illisible.
3,64 g ; 21 mm
période 4

26015-17. Monnaies du IIIe s., non déterminées
2,27 g ; 21 mm ; période 14
3,10 g ; 21 mm ; période 8
2,25 g ; 22 mm ; période 11

Imitations du IIIe siècle

a) monnaie coulée

26118. Denier coulé d’une impératrice du début du IIIe s.
]AVGUS [TA], buste d’impératrice (Julia Domna ?) à droite.
Illisible.
2,90 g ; 19 mm
période 4

b) Monnaies frappées (le droit porte toujours une tête radiée à droite)

262- Imitations au type divo Claudio ; atelier local (post 270)

26319. Aigle, tête à gauche ; 1,39 g ; 14 mm ; type RIC 266 ; période 4
20.]NSE[,Aigle, tête à droite ; 1,15 g ; 13 mm ; type RIC 266 ; période 4
21. Autel ; 2,06 g ; 15 mm ; type RIC 261 ; période 4

264- Imitations de Tétricus I et II ; atelier local

26522.]S PF A / Autel ; 2,00 g ; 19 mm ; période 3
23. CAES / HIL-AR[, Hilaritas (revers de Tétricus I) ; 1,50 g ; 15/16 mm ; période 4
24. IMP TE [/ type Hilaritas ; 0,90 g ; 14 mm ; période 3
25. Légende informe ; type Laetitia ; 1,52 g ; 16 mm ; période 9
26. Type Pax au sceptre oblique ; 1,63 g ; 14 mm ; période 14
27.]TE[ / Personnage à gauche ; 2,45 g ; 15/18 mm ; période 278
28 ]TETR[ / légende informe ; 0,35 g ; 11 mm ; période 4
29.]RIC[ ; Revers illisible ; 0,57 g ; 13 mm ; période 3

266- Imitations indéterminées, vraisemblablement des Tétricus

26730.]S PF AVG/Personnage debout à gauche ; 1,85 g ; 15 mm ; période 14
31. Revers illisible ; 1,45 g ; 19 mm ; période 20
32. Revers illisible ; 1,72 g ; 15/16 mm ; période 4
33. Revers illisible ; 0,93 g ; 14 mm ; période 11
34. Revers illisible ; 1,20 g ; 17 mm ; période 13
35. Personnage à gauche ; 1,01 g ; 13 mm ; période 11
36. Revers illisible ; 1,43 g ; 14 mm ; période 13
37. Revers illisible ; 0,64 g ; 14 mm ; période 14
38. Personnage à gauche ; 0,57 g ; 14 mm ; période 16
39. Revers illisible ; 1,27 g ; 16 mm (fragment) ; période 18
40. Revers illisible ; 0,40 g ; 13 mm ; période 14

Indéterminées (Ier-IIIe s.)

26841-45. Monnaies frustes en bronze (les quatre premières sont probablement des imitations).

269A. Audra

IVe siècle

270Toutes les monnaies, des numéros 46 à 91, sont en bronze

27146. Atelier de Rome (312-313)
IMP MAXIMINVS PF AVG, buste lauré drapé à droite.
[SPQR]OPTIMO PRINCIPE aigle légionnaire entre deux vexilla.
3,66 g ; 20 mm
R-Q
RIC 348b
période 11

27247. Atelier de Rome (318-324)
[CRIS]PVS [NOBCAES], buste lauré à droite.
CAE[SARVM NOSTRORVM] VOT X dans une couronne de laurier.
1,32 g ; 18/19 mm
[R]T
RIC 238
période 4

27348. Atelier indéterminable (319-320)
IMP CONSTAN/[TINVS MAX AVG], buste casqué à gauche.
VICTORIAE[LAET PRINC PERP], deux Victoires portant un bouclier sur lequel il est inscrit
VOT PR
2,51 g ; 18 mm
période 4

27449. Atelier de Lyon (330-341)
CONSTANTI/NVS [MAXAVG], buste diadémé (rosettes) drapé cuirassé à droite.
GLOR/IAEXERC/[ITVS], deux enseignes entre deux soldats
1,90 g ; 16 mm
P(LG)
RIC 248
période 14

27550. Atelier de Siscia (émission de 330-335)
CONSTANTI/NVS MAX AVG, buste lauré cuirassé à droite.
GLOR/IAEXERC/ITVS, deux enseignes entre deux soldats.
1,95 g ; 16 mm
ASIS
LRBC 742
période 3

27651. Atelier indéterminable (émission de 335-341) Buste lauré à droite.
Type GLORIA EXERCITVS, une enseigne entre deux soldats.
0,88 g ; 15 mm
période 20

27752. Atelier de Lyon (341-348)
CONSTANTI/VS PFAVG, buste lauré drapé cuirassé à droite.
VICTORIAE DDAVGGQNN, deux victoires face à face.
1,68 g ; 15 mm
S
Τ
Bastien t. XV n° 57
période 3

27853. Atelier oriental (341-348)
DN CONSTAN/[TIVS PF AVG], buste diadémé (perles) à droite.
Type VOT XX MVLT XXX, dans une couronne de laurier.
0,91 g ; 15 mm
période 12

27954. Atelier indéterminable (341-348)
[DN CO] Ν S [TAN/S PFAVG], buste lauré, cuirassé en paludamentum à droite.
Type VICTORIAE DDAVGGQNN, deux victoires face à face.
1,40 g ; 15 mm
période 8

28055. Atelier local. Imitation
Buste à droite.
Deux victoires face à face.
0,79 g ; 11 mm
période 8

28156. Atelier indéterminable (348-350)
DN CONSTA/NS PFAVG, buste à gauche tenant un globe dans la main gauche.
FE[L. T] EMP./REPAR/ATIO, Virtus sortant un barbare de sa hutte.
4.10 g ; 19 mm
période 10

28257. Atelier d’Arles (émission de 351-353)
DN MAGNEN/TIVS PFAVG, buste nu à tête droite, A derrière le buste.
VICTORIAE DDNNAVGETCAE, deux victoires tenant un bouclier sur lequel il est inscrit
VOT V MVL X.
Ε
IS
PAR
4,45 g ; 20 mm
LRBC 347 ; RIC 79
période 7

28358. Atelier indéterminable (353-361)
DN CONST[AN]/TIVS PFAVG, buste lauré à droite.
[FEL] TEMP/REPARATIO, l’empereur terrassant un cavalier.
1,60 g ; 17 mm
période 11

28459. Atelier indéterminable (353-361)
DN CONST[AN]/TIVS PFAVG, buste diadémé (perles) drapé à droite.
[FEL] TEMP/REPA] RA[TIO], l’empereur terrassant un cavalier.
1,95g ; 17mm
période 4

28560. Atelier indéterminable (353-361)
DN CONSTAN/TIVS PFAVG, buste diadémé (perles) drapé à droite.
[FEL TEMP/]REPARATIO, l’empereur terrassant un cavalier.
2.11 g ; 16 mm
période 8

28661. Atelier indéterminable (émission de 355-361)
DN CONSTAN/TIVS PFAVG, buste diadémé (perles) drapé à droite.
SPESREI/PVBLICE, Virtus portant un globe et un javelot.
1,80 g ; 15 mm
période 4

28762. Atelier indéterminable (émission de 355-361)
Buste à droite.
Type SPES REIPVBLICE, virtus portant un globe et un javelot.
1,30 g ; 13 mm
période 11

28863. Atelier de Lyon (émission 367-375)
[DN GRATIA]NVS AVGG[AVG], buste diadémé, drapé, cuirassé.
GLORIARO/[MANORVM], l’empereur traînant un captif.
1,22 g ; 16 mm
I[S]
LVGS
RIC 20 (c)

28964. Atelier d’Arles (367-375)
DN VALEN/S PFAVG, buste diadémé, drapé, cuirassé.
GLORIA RO/MANORVM, l’empereur traînant un captif.
1,80 g ; 17 mm
OF/I
CON
RIC 16(b)
période 8

29065. [DN VALENTINI]/ANUS PFAVG, buste diadémé drapé cuirassé.
GLORIA RO/[MANORVM], l’empereur traînant un captif.
2,01 g ; 15 mm
O/FII
CON
RIC 16(a)
période 4

29166. Atelier de Rome (367 - 375)
DN GRATIAN/VS PFAVG, buste diadémé drapé cuirassé.
SE[CVRITAS/REI]PVBLICAE, victoire à gauche
2,00 g ; 16 mm
R SECUNDA
RIC 24 (c)
période 8

29267. Atelier de Lyon (émission 375-376)
DN VALENS/PFAVG, buste diadémé drapé cuirassé.
SECVRITAS/[REI] PVBLICAE, victoire à gauche.
1,99g ; 17mm
C/I
L [VGIP]
RIC 22 (c)

29368. Atelier indéterminable (364-378)
[DN VALENTINI/]ANUS [PFAVG], buste diadémé, drapé, cuirassé.
Type SECVRITAS REIPVBLICAE, victoire à gauche.
1,64 g ; 16 mm
période 14

29469. Atelier indéterminable (364-378)
DN VALENTINI/A [NVS PFAVG], buste diadémé, drapé, cuirassé.
[GLO]RI[ARO/MANORVUM], l’empereur traînant un captif.
0,98 g ; 14 mm
période 4

29570. Atelier indéterminable (364-378)
Buste à droite.
Type SECVRITAS/REIPVBLICAE, victoire à gauche.
2,00 g ; 16 mm

29671. Atelier indéterminable (364-378)
Buste à droite.
Type SECVRITAS/REIPVBLICAE, victoire à gauche.
1,78 g ;17 mm
période 15

29772. Atelier de Lyon (émission de 383-388)
[DN MAG MA] ΧΙ/MVS PFAVG, buste diadémé, drapé, cuirassé à droite.
REPARATIO/[REIPVB], l’empereur relevant la république.
6,20 g ; 21/22 mm
LVGP
RIC 32 (a)
période 5

Tableau de répartition par atelier des monnaies des IVe s. et Ve s.

29873. Atelier de Lyon (388-395)
[DN ARCA] DIVS [PFAVG]
[VICTOR/ΙΑ AV] GGG, victoire à gauche.
0,88g ; 11/12mm
[L] VGP
RIC 44 (d)

29974. Atelier indéterminable (388-395)
Buste diadémé à droite.
Type VICTORIA AVGGG, victoire à gauche.
0,61 g ; 11 mm
période 4

30075. Atelier indéterminable (388-395)
Buste diadémé à droite.
Type VICTORIA AVGGG, victoire à gauche.
0,80 g ; 12 mm
période 8

30176. Imitation de la période 388-395
Buste diadémé à droite.
Type VICTORIA AVGGG, victoire à gauche.
0,31 g ; 8 mm
période 13

Ve siècle

30277. Atelier de Lyon (émission 411-413)
DN[HONORI/VS PFAVG], buste drapé, cuirassé à droite.
[GLORIA RO/MANO]RVM, l’empereur de face, tenant le labarum, la main gauche sur un bouclier.
Monnaie coupée en deux
0,79 g : 12 mm
[L]VG
LRBC 399
Bastien,t. XVI n° 259

30378. Imitation d’un nummus
émis par Valentinien III (425-455)
Buste diadémé à droite.
Une croix dans une couronne de laurier.
Type LRBC 867
0,70 g ; 10/11 mm
Période 15

30479-91 Monnaies frustes en bronze.

L. Jacquin

NUMISMATIQUE MEDIEVALE, MODERNE ET CONTEMPORAINE

305Les fouilles archéologiques en milieu urbain procurent habituellement un mobilier abondant et varié. Et l’on pouvait s’attendre à ce qu’une ville comme Lyon n’échappe pas à cette règle, surtout dans un quartier central et densément occupé. Or il semble que les chantiers de Tramassac et Carriès se présentent assez différemment de ce à quoi l’on aurait pu s’attendre. En effet, si la céramique est pour toutes les phases d’occupation, nombreuse et très diversifiée, les autres mobiliers archéologiques sont singulièrement rares. En ce qui concerne les monnaies, leur nombre en premier lieu, étonne par sa modestie : 80 pour une chronologie d’occupation qui va du Ville s. à la fin du XIXe s. Il est vrai que la surface fouillée à Tramassac n’est pas considérable mais si l’on considère que sur ces 80 monnaies, 24 sont contemporaines, on atteint des chiffres singuliers : 45 modernes et 11 médiévales. Il semble que l’on puisse tirer de ces faits deux informations principales.

306En premier lieu, il apparaît que c’est l’époque moderne qui est la mieux représentée, depuis la première moitié du XVe s. (12 monnaies de François Ier), jusqu’à la Révolution. Ce quartier a visiblement connu une occupation intense durant toute cette période. Le Moyen Age est comparativement nettement moins présent : 2 monnaies mérovingiennes attestent de l’occupation pendant le Haut Moyen Age, 4 appartiennent à la période XIIe-XIIIe s. et 4 aux XIVe-XVe s. A s’en tenir aux données procurées par cette catégorie d’objets, on en conclurait que le quartier n’a connu qu’à partir du XVIe s., une occupation dense et une activité économique intense.

307Les autres données archéologiques nuancent sans doute cette impression.

308En second lieu on peut s’interroger sur les raisons de la relative rareté des monnaies. On sait que ces pièces ne peuvent être que le reflet très indirect d’une masse monétaire en circulation, dans la mesure où il ne s’agit évidemment que de pièces perdues. On s’accorde cependant à penser que le fait même que leur présence soit due au hasard les assimile à un échantillonnage, dont la représentativité resterait certes à démontrer, de la pratique réelle. Quoi qu’il en soit, on peut sans doute utiliser ce critère comme confirmation d’un niveau de vie général assez bas de ce quartier, en particulier durant le Moyen Age où il ne constitue pas un lieu d’échanges affirmé. D’utiles indications pourraient être rapportées à ce sujet par la comparaison avec d’autres situations à l’intérieur de l’enceinte canoniale.

309Dans ce catalogue, les monnaies ont été classées par époque, et par grandes catégories (royales et seigneuriales). Cette répartition suggère là encore deux réflexions. En ce qui concerne, d’abord, la répartition entre monnayages royaux et seigneuriaux, on constate que la proportion est nettement inversée entre les périodes médiévale et moderne. S’il n’est pas étonnant qu’à l’époque moderne le monnayage royal soit largement prépondérant (73 %), même dans une région limitrophe avec le Saint Empire, où le volume des échanges avec l’Est peut amener des espèces étrangères, en revanche, pour le Moyen Age, on est frappé de constater l’absence de monnaies royales, même pour la fin de la période. Certes des considérations politiques l’expliquent parfaitement, et on ne saurait tirer de conclusions basées sur l’examen de huit monnaies à l’échelle d’une cité comme Lyon. On remarquera cependant que les échanges apparaissent davantage tournés vers l’Est (Savoie, Suisse) que vers le Royaume, ce qui ne correspond qu’imparfaitement à ce que l’on connaît de la géographie de la pratique monétaire à cette époque.

Epoque Médiévale

3101.(Inv. n° 87)
Denier mérovingien de Lyon
(début Ville s.)
(anépigraphe)
Croix cantonnée d’une croisette, d’un point et de deux S.
S/E/D/S/
Croix.
BELFORT n° 2356 sq.

3112.(Inv. n° 173)
Denier mérovingien de Lyon ou Vienne
(début Ville s. )
[...]
[...]
BELFORT var.

3123.(Inv. n° 175)
Denier des Archevêques de Lyon
(XIIe- XIIIe s. ; ap.1157)
+ P[RIMA SE]DES
[Dans le champ : L, G et une barre]
GA/L[L/I]A/[R]V
Croix dont les bras coupent la légende.
argent (Lyon)
POEY D’AVANT n° 5029.

3134.(Inv. n° 7)
Obole des Archevêques de Lyon
(XIIe- XIIIe s. ; ap.1157)
+ PRIM[A S]EDES
Grand L barré en forme de croix.
+ GALLIARV
Croix pattée.
argent (Lyon)
POEY D’AVANT n° 5039.

3145.(Inv. n° 19)
Denier des Archevêques de Vienne
(XIIe - XIIIe s.)
+ S.M.VIENNA.
Tête de saint-Maurice de profil à gauche.
+ MAXIMA GALL
Croix pattée cantonnée de quatre besants.
argent (Vienne)
POEY D’AVANT n° 4827.

3156.(Inv. n° 150)
Denier des Comtes de Blois (XIIe s.)
(anépigraphe)
Tête “dégénérée” avec un besant au-dessus et trois barres au-dessous.
+ BESIS [C]ASTO
Croix pattée.
argent
POEY D’AVANT n° 1694.

3167.(Inv. n° 76)
Denier de Dijon.
Fausse monnaie de Hugues IV, duc de Bourgogne (1218-1272).
VGO BVRGVNDIE
Anille coupée par une fasce portant XXVD
DIVIONENSIS
Croix.
argent ?
DUMAS n° 8-1-3 var.4.

3178.(Inv. n° 15)
Denier fort réduit d’Amédée IV,
comte de Savoie (1232-1252).
+ :AM :COMES :
Croix pattée.
+ :SABAVDIE :
Etoile.
billon
SIMONETTI, p. 38, n° 8/1.

3189.(Inv. n° 18)
Double denier (1337-1340) de Louis II,
baron de Vaud.
Imitation du double tournois de Philippe VI de Valois.
+LVD[DE SA]
Dans le champ : F,R,A,N, deux fleurs de lis et deux annelets.
+MON[PET CASTRI]
Croix fleurdelisée dont le pied coupe la légende cantonnée de deux annelets.
billon (Pierre-Châtel)
C.N.I. vol.I, pl. XLII, n° 7.

31910.(Inv. n° 63)
Obole de blanchet, 1405-07, d’Amédée VIII,
comte de Savoie (1398-1416).
+[AMEDEVS] CO[MES]
Ecu de Savoie dans un quadrilobe.
+D[E.SABAVD]IE
Croix pleine cantonnée de quatre croisettes.
argent (Chambéry ou Nyons)
SIMONETTI, N° 26/3.
1l.(Inv. n° 22)
Denier d’Amédée IX, comte de Savoie.
+AMEDEVS : DVX°SABAVDIE :PR
Ecu de Savoie dans un trilobe.
+MARCHIO : IN : ITALIA : PRINCEPS
Croix pattée dans un quadrilobe avec nœuds de l’Annonciade.
Graveur : Michele de Bardonecchia (1468-72)
SIMONETTI, p. 165, n° 4/2.

Epoque Moderne

32012.(Inv. n° 148)
Denier tournois du Dauphiné, type utilisé sous Louis XII (1498-1515) et François 1er (1515-1547), rois de France.
[...]
Une fleur de lis et un dauphin dans un trilobe aux angles bouletés.
[...]
Croix dans un quadrilobe aux angles bouletés.
billon (Grenoble)

32113.(Inv. n° 2)
Denier tournois du Dauphiné de François Ier, roi de France (1515-1547).
[FRANCISCVS.FRANCORV.RX]
une fleur de lis et un dauphin dans un trilobe.
[SIT.NOMEN.DNI.BENEDI]TVM.
Croix dans un quadrilobe cantonné de quatre trèfles.
billon (Grenoble)
DUPLESSY n° 939.

32214.(Inv. n° 6)
Denier tournois du Dauphiné, type utilisé sous Louis XII (1498-1515) et François Ier (15151547), rois de France.
[...].FRACO[R] RX.
Une fleur de lis et un dauphin dans un trilobe.
SIT.NOMEN.[DNI].BENEDITVM
Croix dans un quadrilobe cantonné de quatre trèfles.
billon (Grenoble)

32315.(Inv. n° 8)
Denier tournois, 1515-40, de François Ier, roi de France (1515-1547)
+[F]RAN[CISC]VS.FRANCORV.REX
Deux fleurs de lis dans un trilobe.
+TV[R]ONVS [CIVIS.FRAN CORV]
Croix pattée dans un quadrilobe.
argent
LAFAURIE n° 727.

32416.(Inv. n° 11)
Double tournois du Dauphiné, 1540-47, de François Ier, roi de France (1515-1547).
+F[RAN]C[IS]CVS.FR[ANCORV]
Une fleur de lis et un dauphin dans un trilobe.
[TVRONVS.CIVIS.FRANC.]
Croisette dans un quadrilobe cantonné de trèfles.
billon (Grenoble)
FAFAURIE n° 786.

32517.(Inv. n° 12)
Liard du Dauphiné, 1515-17, de François Ier, roi de France (1515-1547).
&FRANCISCVS : DEI :GRA
Grand dauphin à gauche dans le champ.
&SIT.NOME.DOM
Croix pattée cantonnée de deux couronelles et de deux fleurs de lis.
billon (Grenoble)
FAFAURIE n° 729.

32618.(Inv. n° 13)
Double tournois du Dauphiné, type utilisé sous Fouis XII (1498-1515) et François Ier (15151547), rois de France.
[...FRANCOR.REX]
Un dauphin et une fleur de lis dans trilobe.
[SIT.]NOM[EN.DNI.BENEDITVM]
Croix pattée dans un quadrilobe bouleté.
billon (Grenoble).

32719.(Inv. n° 16)
Denier tournois du Dauphiné, 1541, de François Ier, roi de France (1515-1547).
+FRAN.D.G.FR[ANCO].R.T.
Deux fleurs de lis et un dauphin dans un trilobe.
*S.NOMEN.D.BE[NE]DIC :
Croisette dans un quadrilobe.
billon (Grenoble)
LAFAURIE n° 796.

32820.(Inv. n° 17)
Denier tournois, 1540-41, de François Ier, roi de France (1515-1547).
FRANCISCVS FR[ACORV.REX]
Deux fleurs de lis dans un trilobe.
+TVRO[NV] S.C[IVI] S :FRANCORV
Croix dans un quadrilobe bouleté.
billon
LAFAURIE n° 792.

32921.(Inv. n° 20)
Denier tournois du Dauphiné, 1515-40, de François Ier, roi de France (1515-1547).
+FRAN[CISC]VS [FRACORV.]REX.
Une fleur de lis et un dauphin dans un trilobe.
[+TVRONVS.CIV]IS.FRANC.
Croix dans un quadrilobe.
billon (Grenoble)
LAFAURIE n° 732.

33022.(Inv. n° 21)
Liard du Dauphiné, 1543-47, de François Ier, roi de France (1515-1547).
+FRANCISCVS.D :G :FRANCOR.R.
Dauphin à gauche.
[+SIT :]NOM[EN :DNI :BENEDICT.]
Croix pleine alésée.
billon (Grenoble)
LAFAURIE n° 795.

33123.(Inv. n° 132)
Double tournois de François Ier, roi de France (1515-1547).
+[FRANCISCV]S.D.G.F.REX
Trois fleurs de lis.
+SIT.NOM[EN.DNI.BENEDI.G.T.]
Croisette dans un quadrilobe aux angles bouletés.
billon
LAFAURIE n° 791.

33224.(Inv. n° 10)
Monnaie, Allemagne (?), 1662.
[...]SOLERA[...]
Armoiries (indéchiffrables) [16]62
[...]
cuivre

33325.(Inv. n° 35)
Pfening, 1796, de Charles-Théodore, électeur palatin et de Bavière (1777-1799).
(anépigraphe)
Ecu de Bavière
Dans le champ : *1*/PFEN/NING/1796 dans un grénetis.
cuivre

33426 - 28. Doubles tournois (?)
XVIIe-XVIIIe s.
(illisible)
cuivre

335Henri III, roi de France (1574-1589) :
Liard au dauphin, 1576 (Grenoble), billon (Inv. n° 54).
Liard au Saint-Esprit, 1583, billon (Inv. n° 56).

336Henri IV, roi de France (1590-1610) :
Douzain, 1593, argent (Inv. n° 47).

337Louis XIII, roi de France (1610-1643) :
Double tournois, 1638, cuivre (Inv. n° 9).
Douzain, 1628, billon (Inv. n° 73).

338Louis XIV, roi de France (1643-1715) :
Liard, cuivre (Inv. n° 41/163/166/167).
Quinze deniers, 1709-1713 (Lyon ou Metz), billon (Inv. n° 23).
Double liard, 1656, cuivre (Inv. n° 52).

339Louis XV, roi de France (1715-1774) :
Sol, 1740 (Strasbourg), billon (Inv. n° 48).

340Louis XVI, roi de France (1774-1792) :
Sol, cuivre (Inv. n° 1/32/34/40).
12 deniers, 1792 (Lyon), cuivre (Inv. n° 161).

341Bourbon-Montpensier, princes de Dombes (1592(1592-1626) :
Liard (Trévoux), billon (Inv. n° 43/55/58/58/61/155).

342Maurice de Nassau, prince d’Orange (1618-1625) :
Liard, billon (Inv. n° 5/44/57).

343Léopold Ier, duc de Lorraine (1697-1738) :
Liard, cuivre (Inv. n° 51/165).

Epoque Contemporaine

344Première République Française (1792-1799) :
Un centime, bronze (Inv. n° 26/38/53).

345Directoire (1796-1799) :
Cinq centimes, bronze (Inv. n° 33).

346Deuxième République Française (1848-1852) :
Un centime, 1848 (Paris), bronze (Inv. n° 169).

347Napoléon III, empereur des Français (1852-1870) :
Un centime, 1854 (Paris), cuivre (Inv. n° 164).
Cinq centimes, cuivre (Inv. ° 25/29/31/42/130).
Dix centimes, cuivre (Inv. n° 30/39).
Cinquante centimes, 1864, cuivre (Inv. n° 49).

348Troisième République Française (1870-1940) :
Cinq centimes, 1871 (Paris), bronze (Inv. n° 28).

349François Ier, empereur d’Autriche et roi de Lombardie-Vénétie (1815-1835) :
Un centime, 1822, cuivre (Inv. n° 36).

350Victor-Emmanuel II, roi d’Italie (1861-1878) :
Cinq centimes, 1862, cuivre (Inv. n° 25).
Cinquante centimes, 1863, cuivre (Inv. n° 3).

Objets Monétaires

35129.(Inv. n° 4)
Jeton de Nuremberg,
XIVe-XVe s.
XCEOVSEOPADVLAOPDVEOM
Trois couronnes et trois fleurs de lis.
EPOAVMEPOAVM
Globe surmonté d’une croix dans un double trilobe.
Graveur : Hans Krawinckel
MITTEILUNGEN.

35230.(Inv. n° 50)
Jeton de Nüremberg, au type du sol de Louis XIV, roi de France (1643-1715).
LVD XIIII.D G.FR.ET.NAV.REX
Buste lauré à droite.
[...]FEN[...]NG[...]AUFER
Graveur : Wolff Lauffer (1618-1700)
cuivre doré
MITTEILUNGEN, p. 80.

35331.(Ιnν. n° 193)
Jeton, 1608, de Balthazar de Villars, prévôt des Marchands, gouverneur de Lyon (+1627). Peut-être émis à l’occasion de son mariage ?
+B.DE VILLARS +1608 PRAESES +LVGD.
Ecu à trois molettes, au chef d’un lion passant, surmonté d’un buste d’homme et orné de lambrequins.
+LOISE.DE.LANGE.DAME.DE.LAVAL.
Ecu en losange parti de Villars et de trois croissants avec un chevron chargé d’une coquille.
cuivre
STEYERT, s.v. “Villars”, “Langes”.

35432. (Inv. n° 129)
Moule à jetons de jeu en pierre calcaire, fin du Moyen-Age ou début de l’époque moderne (fig. 115, voir p. 134).
Il comporte trois empreintes gravées en creux et disposées en triangle. Trois canaux de section triangulaire, qui partent d’un même point du bord de la pierre, devaient conduire le métal en fusion dans les empreintes. L’empreinte centrale a été en grande partie cancellée. Deux perforations, disposées dans les angles et diagonalement opposées étaient destinées à maintenir l’autre moitié du moule (absente).

355-empreinte 1 :
(anépigraphe)
Etoile à six branches, gravée au compas, entourée d’une bordure festonnée ;
-empreinte 2 :
(anépigraphe)
Croix dont les extrémités sont formées de trois points avec bordure de festons ;
-empreinte 3 :
(anépigraphe)
Décor semblable au n° 2.

35633.(Inv. n° 24)
Poids monétaire de l’écu d’or au soleil (3,49 gr.), à partir de 1483.
(anépigraphe)
Ecu de France couronné et entouré d’un grénetis.
revers lisse ; forme carrée
cuivre ?
DIEUDONNE, n° 22.

35734.(Inv. n° 82)
Poids ou plomb de commerce (?)
(illisible ou lisse)
forme circulaire.

Bibliographie

J.-M. Poisson et B. Claret

A. de Belfort : Description générale des monnaies mérovingiennes, 5 vol, Paris 1892-95.

L. Ciani : Monnaies royales françaises, de Hugues Capet à Louis XVI, Paris, 1926.

Corpus Nummorum Italicorum, Rome, 1910-1943, 20 vol.

A. Dieudonné : Manuel des poids monétaires, Paris ; 1925.

F. Dumas-Dubourg : Le monnayage des ducs de Bourgogne, Louvain-la-Neuve, 1988.

J. Duplessy : Les monnaies françaises royales de Hugues Capet à Louis XVI, Paris,1989.

E. Fournial : ”Monnaies de Lyon et de Vienne“, Cahiers d’Histoire, IV-2, 1959.

V. Gadoury : Monnaies royales françaises, Monaco, 1978.

M. Hoffman : Les monnaies royales de France depuis Hugues Capet jusqu’à Louis XVI, Paris, 1951, 2 vol., Mitteilungen der Baverischen Numismatischen Gesellchaft XXXII/XXXIII (1914-15).

J. Poey d’Avant : Monnaies féodales de la France (Paris, 1858-62), Graz, 1961, 3 vol.

F. de Saulcy : Recherches sur les monnaies des ducs héréditaires de Lorraine, Metz, 1851.

L. Simonetti : Monete italiane medievali e moderne. vol.I, casa Savoia, Florence 1967.

A. Steyert : Armorial général du Lyonnais, du Beaujolais., Paris, 1974.

Notes

6 A l’heure de la préparation de ce volume, la reprise de l’étude du mobilier est engagée. Nous devrions donc obtenir rapidement des résultats complémentaires.

7 Un vase peut être représenté par un ou plusieurs tessons mais ne constitue pas forcément une forme archéologiquement complète. Il s’agit en fait de “restes de vase”.

8 Durant le VIIe s., la variété des techniques et la diversité des formes du vaisselier se restreignent : exclusivité de la cuisson réductrice, prépondérance de la vaisselle de cuisine sur la vaisselle de table, de stockage et de transport, abandon des importations. Cf., Faure-Boucharlat E., Groupe de travail en céramologie médiévale ; Le Haut Moyen-Age (VIIe-VIIIe), région Rhône-Alpes, Études céramologiques, p. 30.

9 Nous renvoyons à une publication récente sur ce matériel : Desbat A. et Picon M., Sigillée claire Β et luisante : classification et provenance. Figlina 7, 1986. p. 5 à 18 et Groupe de travail sur les sigillées claires, Céramiques tardives à revêtement argileux des Alpes du nord et de la vallée du Rhône, ibid, p. 19 à 48. Parmi le matériel examiné dans les lots de Tramassac et Carnés, il faut noter une grande variation d’une pièce à l’autre, le vernis pouvant se révéler soit dur, à reflets métalliques et à pâte sèche donc d’excellente qualité, soit mat et peu adhérent, à pâte savonneuse, ces variations témoignant peut-être de différents groupes d’ateliers qui restent à déterminer.

10 Autrement mentionnée “dérivées des sigillées paléochrétiennes”, cette céramique semble poser un problème de dénomination. Voir à ce sujet M.T. Cavailles-Llopis ; Les céramiques de l’Antiquité tardive à Marseille, Documents d’Archéologie Méridionale, n° 9, 1986, note 81, p. 195. La typologie et les particularismes régionaux sont de plus en plus connus, mais l’évolution chronologique de cette production céramique reste encore à cerner (Rigoir 1968). Les caractéristiques des diverses productions sont fondées sur les motifs décoratifs. J. Laprat et Y. et J. Rigoir ; Les dérivées des sigillées paléochrétiennes décorées du Gers. Actes du Congrès de Toulouse, S.F.E.C.A.G., 1986, p. 111 à 124.

11 A Lyon, les fouilles opérées sur le chantier Ilot Vieille Monnaie - Service archéologique municipal - n’ont pas livré de matériel de ce type dans les niveaux antérieurs au début du IVe s. Pour l’essentiel, la luisante est généralement attestée dans des niveaux situés à partir du IVe s. Ch. Becker, L. Jacquin ; La sigillée du centre de la Gaule dans trois ensembles de la fin du IIIe s. au milieu du IVe s. sur le site de l’Ilot Vieille Monnaie à Lyon, Actes du Congrès de Lezoux, S.F.E.C.A.G, 1989, p. 93 à 100.

12 Malgré l’imprécision de l’évolution chronologique de l’estampée grise, on s’accorde à dater l’apparition de ce type de production à la fin du IVe s. ou au début du Ve s. (Bonifay 1983, p. 329).

13 Les fouilles de la Bourse à Marseille n’ont pas révélé de céramique luisante dans la Période 1 datée de la première moitié du Ve s. Les récentes fouilles publiées des sites de Γ Ouest de la France (Lunel-Viel et Marduel) attestent toutefois la présence de cette céramique tout au long du Ve s. : Raynaud C., Stratigraphie de Marduel (Saint Bonnet du Gard), et Le quartier Sud de l’agglomération antique de Lunel-Viel (Hérault), Documents d’Archéologie Méridionale, 1984, 7, p. 111 à 119 et p. 124 à 147.

14 Cet indice est toutefois à considérer avec prudence car il résulte d’une étude faite sur un matériel funéraire. Cf., FaureBoucharlat E., Reynaud J.F.. Les vases funéraires de la nécropole Saint-Laurent à Lyon, Archéologie médiévale, 1986, XVI. Tous les objets recueillis dans une tombe ne sont pas forcément contemporains.

15 Ce type de décor assez particulier est attesté à l’atelier de Gueugnon. Documents d’Archéologie Française, La terre sigillée gallo-romaine, sous la direction de C. Bémont et J.P. Jacob, n° 6, Les ateliers du Centre de la Gaule, 1986, p. 167.

16 Les lampes africaines ont fait l’objet d’un classement typologique sommaire élaboré par Hayes J.W. dans son ouvrage, Late roman pottery. Cette rapide typologie, qui reste toutefois le travail de référence, a été développée et complétée par C. Pavolini et L. Anselmino dans Enciclopedia dell’Arte Antica, Atlante delle forme ceramiche, Le lucerne, p. 184 et suiv.

17 M. Janet-Vallat, Saint-Georges, Saint-Pierre, Bâtiments et nécropoles, du IVe s. jusqu’à la Révolution Française, Thèse de IIIe cycle, Aix-Marseille I, 1987, couche 441. Des éléments de comparaison pourront être également tirés de la confrontation de contextes contemporains issus des chantiers lyonnais du Groupe Episcopal dirigé par J.F. Reynaud, d’Adolphe Max dirigé par F. Villedieu, mais également des chantiers périphériques tels que celui de Château-Gaillard (Ain) dirigé par G. Vicherd ou celui de Larina (Hières-sur-Amby) dirigé par P. Porte.

18 Sur le diagramme des céramiques fines, l’augmentation visible des sigillées gauloises, au cours du IVe s., correspond au matériel d’un remblai comportant une quantité importante de céramique résiduelle.

19 Lors de l’inventaire, nous avons regroupé sous l’appellation B/Luisante de nombreux tessons dont l’attribution à l’un ou l’autre des types de production paraissait incertaine. Ils ne figurent pas dans les quantifications proposées ici.

20 Il faut préciser que la céramique luisante mise au jour dans les chantiers archéologiques du secteur Saint-Jean ne semble pas provenir des ateliers de Portout situés au nord du lac du Bourget (Savoie) dont les fouilles ont été dirigées par J. Pernon. Lugdunum ne constituait donc pas un marché privilégié pour ces ateliers proches.

21 Repérages de surface réalisés par T. Odiot, Service régional archéologique en région Rhône-Alpes (Odiot-Feuillet, à paraître.)

22 Il semble possible d’attribuer ces fragments à la forme Richeborought 527. Voir à ce propos Bogard Ph. et alii, Des amphores cannelées à Cavaillon (Vaucluse) à la fin du Ier s. de notre ère : nouveaux éléments pour l’amphore Richeborought 527, Actes du Congrès de Cognac, S.F.E.C.A.G., 1991, p. 311-321.

23 L’évolution de cette petite amphore a été retracée par H.S Robinson dans, Pottery in the roman period. Vol V., Princeton. New Jersey, 1959.

24 Les découvertes successives de nombreux niveaux d’époque tardive sur les chantiers lyonnais, mais aussi sur ceux des régions périphériques, et l’abondance des céramiques exhumées, posent le problème de l’argumentation chronologique d’un mobilier peu connu donc mal daté. Il apparaît donc urgent de compenser l’évident déséquilibre entre des preuves archéologiques immédiates, c’est-à-dire la présence de restes de vases dans des niveaux stratifiés, et de tout système de référence sur ces objets. Préalablement à la constitution d’un corpus typologique rigide, l’harmonisation des méthodes d’inventaire du matériel, par l’adoption des mêmes définitions des types de céramique et des mêmes procédés de comptage des tessons, facilitera la mise en parallèle des résultats issus des différents chantiers dans le but de définir le profil de l’évolution des groupes de production et de constituer des ensembles régionaux. L’enquête ne fait que commencer.

Table des illustrations

Légende 71 - Répartition du mobilier céramique gallo-romain de l’îlot Tramassac et de la rue Carriès
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende 72 - Céramique gallo-romaine : n° 1 à 12, période 2, IIIe s., n° 13 à 21, période 3, IVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 73 - Céramique gallo-romaine : n° 22 à 37, période 4, Ve s., n° 38 à 44, période 6, VIe s., n° 45, bord et anse d’amphore non identifié.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende 74 - Céramiques fines
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 75 - Céramiques communes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 76 - Amphores
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 77 - Cruche à bec pincé en céramique grise d’époque mérovingienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 78 - Fragments de céramiques en pâte grise attribuables à l’époque mérovingienne, n° 1 : cruche, n° 2 à 7 : gobelets
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende 79 - Fragment de cruche avec décor incisé d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 80 - Fragments de formes fermées décorées à la molette d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 81 - Fragments de gobelets avec décor de lignes parallèles, au peigne, d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 82 - Fragments de gobelets avec décor de lignes ondées, au peigne, d’époque mérovingienne (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 83 - Répartition des céramiques médiévales attribuables aux XlIIe - XlVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 84 - Cruche en pâte claire, décorée d’écailles en relief et recouverte de glaçure bicolore jaune et vert, XlIIe - XlVe s. (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 85 - Céramiques de table en pâte rouge et glaçure parsemée, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 86 - Pichets en pâte rouge et glaçure parsemée décorées de bandes de barbotine sombre, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende 87 - Cruches en forme de "tonnelet" en pâte rouge et glaçure parsemée, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende 88 - Formes rares en pâte rouge et glaçure parsemée, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 89 - Cruches en pâte rouge et glaçure verte, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende 90 - Fragments de marmites en pâte grise, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende 91 - Marmites et coquemars en pâte grise, XIIIe - XIVe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende 92 - Vases en faïence, début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende 93 - Vases décorés en vert et brun sur engobe blanc, début XVIIe s. (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 94 - Fragments décorés aux "angobes", début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 95 - Céramiques du "service vert", début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 96 - Vue d’ensemble des céramiques culinaires, début XVIIe s. (Cliché P. Plattier)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 97 - Marmites à anses coudées en pâte grise, début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende 98 - Détails des marques imprimées sur l’une des anses coudées des marmites en pâte grise, début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 99 - Marmites et coquemar en pâte rouge, glaçurés, début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende 100 - Marmites en pâte rouge, glaçurées ou non, début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 101 - Céramiques en pâte rouge glaçurées, début XVIIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende 102 - Importance numérique et répartition chronologique des échantillons étudiés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 103 - Variations des proportions relatives du Nombre de Restes de différentes espèces domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende 104 - Evolution des proportions relatives du Nombre de Restes et du Poids des Restes des différentes espèces domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende 105 - Schéma de découpe des vertèbres selon la technique du prélèvement du train de vertèbres par coups de tranchet portés de chaque côté et selon la technique de la fente sagittale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende 106 - Courbes d’abattages des bœufs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période gallo-romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 107 - Diagramme de dispersion des mesures de métacarpes de bœufs. Période gallo-romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende W108 - Courbes d’abattage des bœufs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 109 - Diagramme de dispersion des mesures de métacarpes de bœufs. Période médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 110 - Courbes d’abattages des ovicapridés établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période gallo-romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 111 - Courbes d’abattage des ovicapridés établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 112 - Courbes d’abattage des porcs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période gallo-romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 113 - Courbes d’abattage des porcs établies d’après le degré d’épiphysation des os longs. Période médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Tableau 1 : Données sur les hauteurs au garrot des bovins (coefficients de Matolcsi 1970)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Tableau 2 : Données sur la hauteur au garrot des ovicapridés (coefficients de Schramm, 1967)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Tableau 3 : Données sur les hauteurs au garrot des porcs (coefficients de Teichert, 1969)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Tableau 4 : Données sur les hauteurs au garrot des équidés (coefficients de Kiesewalter 1888)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau 5 : Données sur les variations de la hauteur au garrot des chiens (coefficients de Koudelka, 1885)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 114 - Tableau de décompte des espèces en fonction du nombre des restes (NR) et du poid des restes (PR, en g.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 115 - Moule à jetons de jeu. Cf : numismatique médiévale p. 145
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Tableau de répartition par atelier des monnaies des IVe s. et Ve s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2890/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access