Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 8. Synthèse

Texte intégral

8.1. Dénombrement et état de conservation des architectures

8.1.1. Prospections

1Les prospections menées sur 26 communes ardéchoises et gardoises et les recherches en archives ont permis de multiplier par six le nombre de monuments connus initialement aux abords des gorges de l’Ardèche. Il est désormais de l’ordre de 300 (fig. 199), chiffre qui doit être légèrement surestimé avec la non-résolution de doublons entre appellations anciennes et actuelles et, surtout, compte-tenu de l’imagination parfois débordante des pionniers de la Préhistoire. Mais quoi qu’il en soit, la part prise par les destructions naturelle et humaine est d’autant plus grande et à ce jour, il n’en reste guère que la moitié.

8.1.2. Architectures

2Le piètre état de conservation des constructions nous prive le plus souvent des détails architecturaux et élévations fragiles (gradins et parements du tumulus et du couloir, système de fermeture, etc.) qui auraient pu permettre d’affiner la classification. De plus, la portée des données issues de la prospection reste très limitée puisque aucune observation n’a été contrôlée par sondage.

3Les chambres funéraires sont donc souvent la seule partie conservée. Bien qu’effondrées, elles se résument à de petits sépulcres mégalithiques, de 3 à 5 m3 en moyenne, au plan quadrangulaire stéréotypé. Les rares exceptions sont des sépultures dont la cella ovoïde en partie montée en pierres sèches est soit intégrée au tertre, soit enterrée, soit les deux.

4Le tumulus, quelle que soit l’architecture de la chambre, est surtout pierreux et n’abrite qu’un seul caveau collectif.

5La cella disposait initialement d’un prolongement de plain-pied : une antichambre ou un vestibule augmente le volume sépulcral disponible, allant jusqu’à le doubler. Y avait-il bipartition de la zone funéraire ou non ? Dans le premier cas, cela rapprocherait les monuments des premières sépultures collectives de France septentrionale ; et, dans le second cas, des tombes tardives (Chambon et Leclerc 2008 : 316 et 319).

6Il est probable que la plupart des dolmens et sépultures apparentées de la zone prospectée disposaient d’un couloir d’accès. La présence de vase dans cette zone du dolmen n° 5 des Géandes (supra) laisse croire que ces petits couloirs tenaient lieu d’espace rituel ou cérémoniel. Quant aux restes humains trouvés épars dans le remplissage du couloir du dolmen n° 4, leur présence est certainement liée à la (dernière) condamnation volontaire du sépulcre.

8.1.3. Implantation et construction des monuments

7Sans conteste, l’emplacement sélectionné pour implanter la sépulture montre que les hauteurs, même modestes, sont privilégiées, mais pas nécessairement les points culminants. Au sein d’une même nécropole qui peut comprendre jusqu’à une vingtaine de monuments dans la zone prospectée, plusieurs localisations par conséquent coexistent. Aux Géandes, le dolmen situé le plus haut sur la pente se démarque par son architecture en pierres sèches ; les autres tombes de ce style connues en Ardèche et dans le Gard ne sont pas particulièrement mises en exergue quand elles sont associées à d’autres dolmens. Ce qui est très rare puisqu’on ne connaît ici qu’un seul autre cas, les Clausasses à Gras/Larnas.

8L’hypothèse de voir une hiérarchisation des tombes ou de leur défunts dans les éventuelles différences architecturales ou topographiques paraît donc dans notre région indémontrable. Cela pourrait, par exemple, correspondre tout simplement à l’ordre d’instauration des monuments.

9Exploiter un terrain en pente douce ou offrant un léger décrochement permet surtout de s’épargner du travail tout en améliorant la stabilité de l’édifice.

10Aux Géandes où les monuments sont les mieux conservés de la zone prospectée, et donc archéologiquement les plus pertinents, les mêmes logiques et modalités de construction se retrouvent d’un dolmen à l’autre. On commence par ériger l’angle de la chambre funéraire situé le plus haut sur la pente, à savoir ici l’angle nord-ouest. Chevet puis montant latéral ouest s’épaulent mutuellement et sont immobilisés contre des aspérités du substrat mais pas insérés dans les fissures qui étaient masquées par la couverture sédimentaire.

11Les faces les plus claires et lisses des dalles, y compris celle de couverture et des piliers, sont presque toujours dirigées vers l’intérieur de la cella, améliorant ainsi le rendement de l’éclairage. Cette observation s’applique à la plupart des dolmens retrouvés en prospection.

12Un couloir axial ou décentré permettait d’accéder à la zone funéraire. Il est probable que le distinguo souvent mis en avant dans la littérature, entre plan asymétrique de certains dolmens, en « q » ou « p » ou sa variante en « R » pour le dolmen n° 4 des Géandes, tient, pour ne pas dire découle, de l’ordre d’agencement des montants de la chambre funéraire.

13Enfin, quand on parvient à la déduire, l’esthétique était limitée aux parties visibles à la fin, c’est-à-dire l’intérieur de la cella (ajustage soigné de la couverture et des montants) et aux parements à la périphérie du tertre, surtout vers le front, de part et d’autre de l’entrée du couloir.

14Des outils sur galets de quartzite recueillis sur les dolmens des Géandes ou aux abords témoignent plus de l’activité des bâtisseurs que d’un dépôt funéraire : ils auraient servi au travail de mise en forme par percussion et de finition par bouchardage pour ajuster les principaux montants. Plusieurs monuments ardéchois ont également livré de petits fragments de quartz ou autres roches dures : il s’agit certainement de débris du gros outillage employé pour la construction du monument qui nécessite dessouchage, creusement, extraction ou fracas des blocs de calcaire encombrant, régularisation du substratum, etc. Quand on parvient à le savoir, ces vestiges tout juste mentionnés dans les publications, proviennent de la base du remplissage sépulcral (Montjardin 1974 : 8 ; Stocchetti 2010 : 25 et 26) et témoignent approximativement du niveau du sol initial de la cella après comblement de la base des grandes dalles pour les stabiliser et avant l’apport des premiers défunts.

15L’accrétion de la calotte tumulaire est au moins en partie concomitante de l’édification de la zone sépulcrale. Quand la roche s’y prête, les lits de pierres sont croisés en écailles pour améliorer la stabilité. En simplifiant, le tiers inférieur du tumulus qui est accumulé très tôt pour maintenir les grandes dalles, ceinture la cella et selon le cas, l’antichambre ou le vestibule.

  • 1 « La recette du mandarin citron est composée, comme chacun sait, d’un tout petit tiers de curaçao, (...)

16Le deuxième tiers qui atteint le sommet des dalles latérales permet d’implanter l’accès à la tombe et d’agencer son système de fermeture une fois la dalle de couverture mise en place. Un petit couloir plus ou moins incliné vers le sépulcre, ce qui évoque les hypogées, débouchait assez haut sur le flanc du tertre, position élevée qui a donné prise à l’érosion. Les dégâts paraissent encore plus importants lorsque de la terre fut utilisée pour jointoyer les pierres. Enfin, le tiers supérieur du tumulus dont l’accumulation pouvait être différée puisque à ce stade l’édifice était stabilisé, correspond à l’agencement du décorum et éventuellement servait à enfouir la dalle de la couverture, ce qui n’est malgré tout pas prouvé, un quatrième tiers1 optionnel en quelque sorte.

17Le tumulus ensevelissait-il totalement la dalle de couverture ? Aujourd’hui, peu d’éléments en témoignent mais les classifications des premiers archéologues qui ont connu les monuments en bien meilleur état mentionnaient l’existence de dolmens sous tumulus (c’est nous qui soulignons).

18Autre argument, la dalle de couverture du dolmen n° 2 des Géandes non seulement est beaucoup trop petite pour couvrir la cella mais de plus, elle est naturellement échancrée (supra chap. 3). L’existence ici d’un complément de lauzes par exemple paraît alors évidente. Il est tout à fait probable qu’il engageait même tout ou partie de la dalle de couverture mégalithique pour parfaire efficacement la protection et peut-être l’étanchéité de la structure. Par ailleurs, ce type d’agencement s’accorde très bien pour couvrir les petits vestibules qui sont si fréquents en Ardèche (supra chap. 5).

19Quoi qu’il en soit, à chaque étape de l’accrétion du tumulus semble correspondre un gradin qui bordait le tumulus, au moins au niveau du front du tertre, de part et d’autre du couloir d’accès. Ce dernier était obstrué volontairement avec de la terre très caillouteuse au moment de l’abandon de la tombe. L’était-il entre les funérailles ? C’est vraisemblable compte-tenu de la fragilité des parements qui bordent ces couloirs.

20Parmi les nombreux problèmes à résoudre pour construire un dolmen, l’approvisionnement du chantier en matériaux destinés au tumulus devait être crucial, au moins autant que l’extraction, le transport et l’érection des dalles principales prélevées sur place et à proximité. Plutôt que de grands moyens et une main d’œuvre abondante — ce que l’on pourrait imaginer pour les montants de la chambre — il faut envisager un laps de temps assez long pour glaner la masse considérable, plus de 400 tonnes, que représentaient les plus gros tertres ardéchois. Aux Géandes, après avoir érigé les cinq monuments les plus proches les uns des autres, il ne devait pas rester beaucoup de pierres disponibles sans creuser : sur la base d’une couverture pierreuse de 10 cm d’épaisseur au m² en moyenne comme aujourd’hui, cela représente un hectare épierré. Un rêve de berger !

8.2. Styles et influences

8.2.1. Styles architecturaux et influences régionales

21Les similitudes quant à la construction non seulement des chambres, quelles que soient leurs formes et leurs dimensions, mais également des tumulus et des couloirs d’accès, brouillent les tentatives de distinction entre styles architecturaux, au moins dans la zone prospectée.

22Traduire ces nuances en terme d’influences éventuellement réciproques entre régions du Midi de la France – et non groupes culturels dont la définition et la succession sont très discutées — ne doit pas être appliqué d’une manière stricte ; mais on ne peut l’exclure puisque, en matière de mobilier, des imitations ou importations sont attestées par l’existence de vestiges caractéristiques d’un secteur et retrouvés dans les sépultures et les habitats d’une autre contrée.

8.2.1.1. Les influences méditerranéennes et caussenardes

23En basse Ardèche, les influences principales – en fait les plus abondantes – proviennent soit du sud soit de l’ouest, sans qu’il soit toujours aisé de les distinguer les unes des autres.

Influences méridionales

24Concernant les dolmens du Bas-Vivarais, les chambres funéraires — mais pas obligatoirement les zones sépulcrales — sont généralement ouvertes vers le sud et l’ouest, ce qui contraste avec le reste de l’ensemble dolménique du sud de la France qui lui, est surtout axé vers l’est : il s’agirait d’influences de la frange maritime du Languedoc qui atteindraient le sud de l’Ardèche et sans doute même des contrées encore plus septentrionales comme en témoigneraient les dolmens du Pouzin, plus haut dans la vallée du Rhône (Sierra-Salvado et Taupenas 1955). En effet, les dolmens ardéchois ayant de petits couloirs et un tumulus circulaire ou ovale bordé de gradins fragiles se rattachent plus à la tradition des grands monuments du bas Languedoc qu’à celle des Grands Causses.

25Toujours concernant l’architecture, certains dolmens de style bas-rhodanien du Gard, qui sont à la fois creusés et en élévation, ont de nettes affinités avec des tombes en fosses ovales appareillées de la région des costières de Nîmes (Hasler et Noret 2006 : 182).

26L’existence de stèles anthropomorphes sculptées dans l’aire prospectée atteste aussi d’influences méridionales. Trois exemplaires, les seuls qui soient authentiques en Ardèche pour l’instant, marquent la limite septentrionale de l’ensemble statuaire languedocien : plus de 220 découvertes dont 37 dans le Gard à ce jour. Il y a en Ardèche un lien géographique étroit entre la présence de ces stèles et la répartition des rares dolmens à espace funéraire disposant de deux piliers d’entrée. Au demeurant, ces dolmens sont de style soit plutôt languedocien, soit plutôt bas-rhodanien. L’analogie des techniques employées (bouchardage pour régulariser les dalles des dolmens et dégager les visages stylisés) et les similitudes quant à la morphologie des stèles et des pieds-droits une fois rectifiés viennent renforcer cette hypothèse.

27Cette co-existence avec les stèles qui sont attribuées en Languedoc oriental soit au Néolithique final soit à un Chalcolithique, qu’il s’agisse du Fontbouisse ou non, suggère alors que les dolmens disposant de deux piliers d’entrée sont certainement anté-campaniformes.

28En Ardèche, les cultures de Ferrières et de Fontbouisse, d’obédience languedocienne, sont bien attestées. Par contre, on ne connaît pour l’instant en Ardèche aucune construction de pierres sèches analogues aux habitats fontbuxiens des garrigues du Languedoc (Colomer, Coularou et Gutherz 1990 ; Coularou et al. 2008 ; Jallot 2011), preuve sans doute que ces influences méridionales restent ponctuelles et ne concernent qu’assez peu le domaine du quotidien. Pour ce qui est du contexte funéraire, la plupart des types d’objets retrouvés ne sont pas significatifs à l’échelle du sud de la France : boutons en os, perles discoïdes, globuleuses et biconiques, pendeloques bilobées, céramiques campaniformes aux décors rhodano-provençal…

29Des contacts entre la zone des grads du Bas-Vivarais et le littoral du Languedoc avec son arrière-pays sont attestés par les nombreux coquillages marins utilisés en parure, les pendeloques en crochets biforées en os attribuées au Ferrières et les alênes losangiques en bronze qui témoignent que ces influences sont très étalées dans le temps. Les perles en céramique et celles en plomb traduiraient également ces influences (Arnal et al. 1974 : 28 ; Barge 1982 : 150 et 166), de même pour les bracelets en os (Barge 1982 ; 179 ; Ravy et Clère 1990 : 20). Des grandes lames et pointes de flèches (Gros 2000 : 20) proviendraient des ateliers de taille et mines de silex du Gard et de l’Hérault. Enfin, concernant les objets en cuivre, l’Ardèche est dans l’aire de diffusion de la région de Cabrières (Hérault) (Ambert 2008 : 305).

Influences occidentales

30Des influences occidentales (Cévennes, Larzac) semblent plus rares que les précédentes mais sont tout aussi probantes : pointes de flèche denticulées en sapin, pendeloques à pointe en os, pendeloques en griffe en cuivre et éventuellement perles segmentées en os et perles en calcite à renflement médian (voir, par exemple, Meucci et al. 1992 : 34 et 37).

  • 2 Une pointe asymétrique provient aussi du dolmen n° 2 de Vogüé (inédit, fouilles Leprince, Musée des (...)

31Parmi la vingtaine d’armatures du dolmen n° 1 des Clausasses, les quatre pointes décrites comme asymétriques par Arnal lui-même (Bonhomme et Arnal 1967 : 274 et 278, fig. 5, pièces n° 11, 16, 17 et 18) renverraient à celles de la région de Lodève2 (Ambert 2003 : 368 et 371).

32Un manche d’outil en os y était associé. La présence de cette pièce, très rarement signalée dans les sépultures ardéchoises, renforce l’analogie avec le Saint-Ponien où ce genre d’objet en matière animale foisonne (Ambert 2003 : 363). L’architecture complexe de cette tombe ne s’oppose pas à ce rapprochement compte tenu de la diversité des dolmens qui ont livré des pointes asymétriques (Ambert 2003 : 369).

33Les pendeloques de type Baumes-Chaudes en bois de cerf, d’origine caussenarde (groupe des Treilles), atteignent l’ouest du département de l’Ardèche (Bordreuil et al. 2008 : 52) mais pas la zone prospectée qui, en l’état des connaissances, paraît donc trop orientale.

34La pratique de la double trépanation qui est fréquente sur les Grands Causses à la fin de la période du groupe des Treilles et au début de l’âge du Bronze ancien (André et Boutin 1995 : 205), pourrait aussi être un marqueur de ces influences occidentales : le seul exemplaire ardéchois connu à ce jour provient des sépultures de l’âge du Bronze ancien du dolmen du Cros des Grenouilles à Berrias-et-Casteljau (Ravy et Clère 1993 : 18), au sud-ouest du département.

35Toutes ces observations vont de pair avec la présence du seul dolmen à couloir coudé qui soit publié (Ayroles 1974 : 15). La fréquence de ce caractère architectural, qui passe pour être une signature des Grands Causses, est sans doute bien sous-évaluée compte tenu de l’ampleur de l’ablation des tumulus. Enfin, les chevets qui furent rectifiés pour avoir une forme en trapèze asymétrique, dont de nombreux exemples sont connus dans la zone prospectée, témoigneraient eux aussi de ces influences occidentales (Chevalier 1984 : 157).

8.2.1.2. Autres influences

Influences septentrionales

  • 3 En Ardèche, les roches originaires du Massif central employées pour les haches polies deviennent pr (...)

36Alors que des influences méridionales, voire des migrations de population (Petrequin 1998) atteignent le Massif central, les Alpes et le Jura à la fin du Néolithique, des courants septentrionaux ne seront vraiment perceptibles dans les sépultures (dolmens et cavités) du sud de l’Ardèche qu’avec la présence de poignards en silex du Grand-Pressigny. On ignore le ou les axes de circulation empruntés par ces objets issus de Touraine et qui ont pu arriver aussi bien en descendant la vallée du Rhône que via les hauts plateaux auvergnats3 ou même encore les Grands Causses. Dans ce derniers cas, il s’agirait alors d’un énième témoignage du courant occidental précédemment décrit. En effet, le nombre de ces poignards en silex du Grand-Pressigny décroît d’Ouest en Est puisqu’ils sont encore assez nombreux en Languedoc oriental et deviennent très rares en Provence.

37Les pointes de flèche triangulaires à retouches couvrantes des dolmens de Bourg-Saint-Andéol, dont une est associée à du mobilier de l’âge du Bronze ancien (fig. 273), renverraient vers la vallée de la Saône, le Jura et la Suisse romande, de même, pour les pointes à fines encoches basilaires.

38Les épingles en os à tête façonnée témoignent avec certitude cette fois des influences jurassiennes et helvètes à partir de la fin du Chalcolithique et surtout à l’âge du Bronze ancien (Barge 1982 : 179 à 181). Une pièce apparentée à une épingle à tête plate discoïde en os (imitation ou ébauche ?) a été trouvée hors-stratigraphie dans la grotte du Maquis à Vallon-Pont-d’Arc (Tscherter et alii : 2008 : 38). Parmi la quinzaine d’exemplaires recensés en Ardèche et aux abords, les plus proches de la zone prospectée sont les épingles à tête en béquille de la grotte du Prével à Montclus (Gard) et de la Baume des Anges à Donzère (Drôme) (Barge 1982 : 244 ; Beeching et Lambert 1977-1978 : 31). Celle en os à tête en bobine du dolmen n° 1 des Abrits à Beaulieu (Ardèche) est associée à un épingle à tête en palette en cuivre ; un exemplaire à tête discoïde en os provient du dolmen n° 2 de la même nécropole (Gros 1997 : 26 et 31).

39Sans doute plus tardives, de petites lames triangulaires de poignards en bronze copient les importations de la haute vallée du Rhône, de même pour les disques et boutons à perforation centrale puisque la variabilité de leur dimension et de la matière employée (os et calcaire) dans notre région plaident davantage pour des imitations que des importations (Barge 1982 : 168). Qu’en est-il du gorgerin en bronze, objet rarissime découvert dans les gorges du Merderis à Lussan (Tscherter et Roudil 1996 : 60), c’est-à-dire aux marges de l’aire étudiée ici ? Quant aux jarres dites rhodaniennes, les études récentes montrent que leur corpus, plus hétérogène chronologiquement et typologiquement qu’il ne paraît, témoigne d’origines d’abord de la haute vallée du Rhône puis d’Italie du nord à la fin de l’âge du Bronze ancien (Vital 1996 : 326-327 ; Lachenal 2008 : 83-84).

Influences orientales

40Ici, les influences orientales sont nécessairement trans-rhodaniennes (Provence et contreforts alpins). Elles restent très limitées dans notre secteur : une dizaine de pointes de flèche en écusson proches du type Sigottier, grandes lames des ateliers de Forcalquier et sans doute de Vassieux-en-Vercors (Grotte Obscure n° 1 à Saint-Remèze) (Combier 1974a : 22 et 23) et éventuellement haches-marteau en bois de cerf trouvées en grottes sépulcrales. Cette rareté est corroborée par la diffusion restreinte en Ardèche des haches polies en roches dures d’origine alpine à partir du Néolithique final (Ricq-de Bouard et al. 1998).

41L’architecture des chambres des dolmens bas-rhodaniens d’Issirac n° 2 et de Coste Rigaude à Saint-Gervais, en grande partie ou en totalité creusées, pouvait ressembler à celle du dolmen de l’Ubac à Goult (Vaucluse) (Sauzade 2008 : 348, fig. 18) dont la chambre parementée de pierres sèches était incluse dans un tumulus surtout terreux.

42Toujours dans le Gard, l’architecture de l’éventuel dolmen n° 1 de Gantière à Aiguèze (Raymond 1900 : 161-162) (fig. 229), dont l’authenticité en tant que sépulture n’est pas avérée, renverrait plutôt à des monuments varois (Sauzade 1998 : 296) ; elle se distingue en tout cas de celle des dolmens bas-rhodaniens du Vaucluse et du Languedoc, Ardèche comprise.

43Cette rareté de témoignages d’influences orientales dans la zone prospectée, toutes natures confondues, est d’autant plus surprenante que les villes de Bourg-Saint-Andéol et Pont-Saint-Esprit sont situées au niveau de hauts-fonds rocheux permettant un passage du Rhône (Favory (dir.) 2013 : 62, fig. 18). Pour expliquer cette modicité des liens évidents entre le Bas-Vivarais et le nord du Vaucluse et la Drôme, faut-il alors imaginer à l’époque un franchissement principal du Rhône plus au sud que la zone prospectée ?

8.2.2. Architectures et chronologie des ensembles funéraires

8.2.2.1. La nécropole des Géandes

44Aux Géandes, malgré la relative variabilité des architectures au sein de la nécropole, ce qui est fréquent dans le Midi de la France (par exemple, Clottes 1977 : 277), l’identité des principes mis en œuvre pour la construction des dolmens, quel que soit leur style, suggère que ce groupe a été constitué en un bref laps de temps ou en tout cas sans hiatus. Les sépultures collectives ont donc dû fonctionner à peu près au même moment, voire en partie simultanément pour certaines.

45Les premières phases d’utilisation des dolmens seraient chalcolithiques. En effet, quant au mobilier (fig. 334), rien dans aucune tombe n’a pu être rattaché au Néolithique final. Le Ferrières est pourtant attesté non seulement dans certaines nécropoles (grottes et dolmens de Saint-Remèze et Larnas) proches des Géandes mais surtout dans la plupart des habitats stratifiés des grottes de la région des gorges de l’Ardèche (Oulen, Ronze, Saint-Marcel, Maquis, etc.). Paradoxalement, les occupations chalcolithiques dans ces mêmes cavités sont peu marquées voire absentes.

Fig. 334 - Tableau synthétique des éléments de datation relative pour chaque dolmen des Géandes.

46Le dolmen n° 1 des Géandes est le monument pour lequel on dispose de plus de données chrono-culturelles, des bribes toutefois. Sur la base des rares objets signalés ou disponibles et dont on soit sûr qu’ils proviennent bien de cette tombe, on constate que les vestiges ont été extraits aussi bien de la cella que de l’antichambre et ce, qu’ils soient rattachés au Chalcolithique ou à l’âge du Bronze ancien. Doit-on en conclure qu’il n’y avait pas de ségrégation chrono-culturelle entre ces deux aires de la zone sépulcrale ? Il y aurait alors plutôt, par conséquent, un empilement des dépôts. Cela témoigne aussi et surtout que le monument a été conçu dès l’origine avec son antichambre et qu’il ne s’agit pas d’un ajout tardif, ce que l’étude architectonique avait déjà montré (supra chapitre 3).

47Concernant l’abandon des dolmens, et toujours sur la base d’objets jugés caractéristiques, rien de plus récent que la phase initiale de l’âge du Bronze ancien n’a été trouvé dans le n° 1. Pour le n° 5, une condamnation du couloir au Chalcolithique ou immédiatement après est possible. L’étude du n° 4 montre que la dernière utilisation de la chambre funéraire et le comblement définitif du couloir seraient par contre rattachés à l’âge du Bronze récent.

48Ces trois exemples suggèrent donc au moins que les phases d’abandon des monuments peuvent être décalées les unes par rapport aux autres.

  • 4 La rareté du mobilier en provenant atteste au moins d’une utilisation funéraire à l’âge du Bronze a (...)

49D’autre part, l’ordre de construction des monuments reste ignoré. L’hypothèse, lourde d’implications que le tumulus du petit dolmen à vestibule n° 24 (et aussi le n° 3 ?), qui est moins bien conservé puisque terreux, ait été en partie épierré pour édifier les dolmens n° 4 et 5, plus grands, plus complexes et en meilleur état, n’a pu être malheureusement ni corroborée ni écartée. La spoliation est un phénomène tout à fait classique en terme de bâtiment.

50Ainsi, pour l’ensemble des sépultures des Géandes, rien d’antérieur au Chalcolithique ou au Fontbouisse s’il existe ici, n’a été mis en évidence, même dans les anciennes collections. La première phase de l’âge du Bronze ancien est représentée au moins dans deux monuments. En Ardèche et dans le nord du Gard, à l’inverse de ce qui est constaté dans les régions de plaine (Chambon 2003 : 335 ; Lemercier 2004 : 24), le nombre de sites de cette période augmente, celui des nécropoles en particulier (supra chapitre 6).

51Avec toutes les réserves quant à la résolution chronologique du mobilier disponible, l’utilisation funéraire de la nécropole des Géandes semble donc ne pas présenter de discontinuité majeure entre 2600 et 1900 avant J.-C., soit globalement pendant six à sept siècles. Une telle durée n’a rien de surprenant puisque, par exemple, des tombes collectives de France septentrionale fonctionnent sur cinq à dix siècles (Chambon et Leclerc 2008 : 316). Puis, après un hiatus d’une durée moindre correspondant approximativement à la déprise constatée en moyenne vallée du Rhône, le début de l’âge du Bronze récent marque l’arrêt définitif de la fréquentation des lieux à des fins funéraires, alors que d’autres nécropoles dolméniques du secteur seront encore utilisées jusqu’au haut Moyen Âge (supra chapitre 6).

8.2.2.2. Données chrono-culturelles pour les sépultures de la zone prospectée

52Sur les 300 monuments envisagés dans le secteur prospecté, on a connaissance d’une partie du mobilier funéraire pour environ la moitié d’entre eux. Généralement, il ne s’agit que de mentions anciennes, peu ou pas descriptives et exceptionnellement accompagnées d’illustrations. On ne dispose donc que rarement d’objets ou de moulages (Clément et Gély 2005 : 45) et le plus souvent, les pièces sont peu ou pas discriminantes quant à la chronologie. Ce constat s’applique à peu près partout en Ardèche, y compris pour les cavités sépulcrales.

53Les sépultures collectives attribuées au Néolithique final, surtout des cavités et quelques dolmens, sont très rares dans la zone prospectée. Les pendeloques en crochet biforées en os pourraient bien être un des meilleurs marqueurs du Néolithique final. Mais, par contre, les pendeloques bilobées et surtout des tessons de céramiques décorés de chevrons qui ont automatiquement été publiés comme étant Ferrières mais non figurés, restent équivoques puisqu’ils peuvent être beaucoup plus tardifs. Ce constat s’appliquerait aussi aux pointes de flèche dissymétriques trouvées hors de leur « région d’origine » (Ambert 2003 : 368 et 371) et qui sont attestées jusque dans le Jura au deuxième millénaire (Saintot 1998 : 208 et 209).

54Sur la base d’objets jugés caractéristiques d’une période et si on se fie à la littérature, on a le sentiment qu’il existerait une discordance chronologique entre, d’une part, la frange rhodanienne de l’Ardèche — nord du Gard inclus — et, d’autre part, les régions limitrophes.

55Ce décalage, difficile à quantifier, irait crescendo : les exemples deviennent plus nombreux avec la phase récente de l’utilisation des nécropoles, c’est-à-dire en simplifiant, au début de l’âge du Bronze ancien. Ceci est illustré par la plupart des objets de parure qui furent souvent attribués automatiquement au Campaniforme, comme les pendeloques en test de coquillages méditerranéens et qui, en Ardèche, sont plutôt associées à des ensembles mobiliers plus tardifs. De même, pour la diffusion de la métallurgie du cuivre : l’Ardèche ne serait atteinte par les productions de Cabrières (Hérault) qu’à la charnière entre première et seconde moitié du 3e millénaire (Ambert 2008 : carte p. 301).

56Tout se passe donc comme si le Bas-Vivarais était atteint tardivement par des importations et influences méridionales et occidentales qui sont largement les plus nombreuses dans notre région. Un tel décalage semble avoir déjà été implicitement admis par certains de nos prédécesseurs (Chevalier 1984 : 239).

8.3. Peuplement

8.3.1. Abondance de tombes

57Pour certains auteurs, l’augmentation des effectifs dans les sépultures à partir du Néolithique final ne correspondrait pas automatiquement à un essor démographique : pour eux, une telle croissance aurait pour conséquence de rapprocher les décès et diminuerait donc la capacité d’accueil des tombeaux, les chairs n’ayant plus le temps de pourrir (Masset 1993 : 141). L’abondance de restes humains au sein d’un même ensemble résulterait alors paradoxalement d’une diminution globale de la population.

58L’hypothèse d’une telle crise démographique est peu admissible dans notre région. Au contraire, l’existence d’un optimum déjà perçue au travers du seul nombre de sépultures collectives — plus de la moitié des sites préhistoriques recensés pour cette période sont des dolmens et des cavités sépulcrales —, semble plausible puisqu’elle va de pair, d’une part, avec un accroissement notable du nombre d’habitats par rapport aux millénaires antérieurs (Jallot 2011) et, d’autre part, avec l’exploitation relativement durable des terroirs suggérée par les données environnementales qui témoignent d’un impact, mal quantifié mais certain, des activités humaines sur le paysage entre 3700 et 1700 ans avant J.-C.

8.3.2. Constitution des nécropoles

59Il n’y a pas d’exemple, ni aux Géandes ni ailleurs dans la région, de preuve d’une extension de la zone sépulcrale d’un dolmen en vue d’accueillir de nouveaux défunts et ce, malgré leur longue période d’utilisation. Il n’y a pas non plus de recomposition radicale des monuments comme cela est constaté par exemple en Aveyron à l’occasion de ré-utilisations protohistoriques (Azémar 1998 : 233). Chez nous, les vestibules et antichambres qui augmentent la capacité d’accueil des cellae ont été créés initialement. Les dimensions établies une fois pour toutes sont adaptées aussi bien aux subtilités micro-topographiques du terrain qu’au format des bancs rocheux employés, celui qui servira de dalle de couverture en particulier comme on le voit pour les tombes dont les parois sont bâties en pierres sèches (supra chap. 3).

60En liaison avec l’essor démographique que l’on constate donc à peu près partout sur les causses à partir du Néolithique final, on assiste à une multiplication des tombeaux qui sont alors parfois groupés. Il s’agit non seulement de nécropoles dolméniques qui rassemblent jusqu’à une trentaine de monuments en Bas-Vivarais (plateau de Labeaume, hors de la zone prospectée), mais également de l’utilisation quasi systématique des cavités d’une même falaise ou encore d’une concentration de plusieurs types de sépultures en un même lieu.

61Par exemple, sur les versants du ravin du Tiourre qui est à la croisée des communes de Lagorce, Saint-Remèze et Vallon-Pont-d’Arc, tous les sites rattachés à la Préhistoire récente et au début de la Protohistoire connus en falaises ou sur les rebords du plateau sont funéraires (petites grottes et abris, dolmens et sépultures apparentées, tumulus) à l’exception d’une grande cavité ornée de tracés schématiques qui confère un caractère plus exceptionnel encore à cet ensemble qui paraît être organisé autour d’une résurgence. Un lien privilégié avec la présence d’une source semble évident pour certaines nécropoles (Font Méjanne à Saint-Alban-Auriolles), a également été envisagé à propos de certains dolmens quercinois (Clottes 1977 : 276).

62D’une manière générale, l’utilisation de chaque nécropole est diachronique ; la mauvaise résolution du mobilier funéraire ne permet bien sûr pas d’affirmer la co-existence de tombes synchrones, mais au moins d’argumenter pour ou contre.

  • 5 C’est-à-dire sans un autre type de sépulture collective, en grotte par exemple, à proximité.

63Par exemple, un dolmen construit initialement au Néolithique final a pu réellement5 rester isolé jusqu’à ce qu’une nécropole se constitue tardivement. Malgré le nombre élevé de monuments ne livrant exclusivement que du mobilier de l’âge du Bronze ancien, la question d’une véritable construction de dolmen lors de cette phase est encore discutée.

64Pour certains, il ne s’agirait que d’une ré-utilisation (Chevalier 1984 : 185 ; Sauzade 1990 : 316) après vidange de l’ancien remplissage ou en tout cas des vestiges caractéristiques de ces phases antérieures : un tel geste funéraire paraît ici archéologiquement indémontrable, surtout au vu de la piètre qualité des fouilles pratiquées.

65Pour d’autres, la continuité à maints égards (récurrence des installations dans les mêmes sites en grotte et de plein air par exemple) entre les cultures du Chalcolithique languedocien et celle du début de l’âge du Bronze est telle que l’idée d’une construction ex nihilo de certains dolmens n’a rien de choquant, surtout qu’elle s’accorde avec un essor démographique évident lors de cette période. On connaît non seulement quelques rares dolmens qui n’ont livré que du mobilier de l’âge du Bronze ancien – par exemple, dolmen n° 2 du Pala à Chauzon (Porte et Gély 1986) — mais aussi et surtout des cavités sépulcrales n’ayant servi uniquement qu’à cette époque : et là, personne n’est tenté d’évoquer la moindre vidange des dépôts antérieurs.

66Quoi qu’il en soit, les fouilles des Géandes n’apportent rien de nouveau au débat ; seul le n° 2 livre du mobilier uniquement rattaché à l’âge du Bronze, mais la trop grande rareté des vestiges disponibles ici ne permet pas d’en tirer la moindre conclusion valable.

67Après avoir été jugés récents sur la base d’une stratigraphie horizontale pour le moins confuse (Chevalier 1984 : 190), les monuments dits bas-rhodaniens de la zone prospectée passent aujourd’hui pour être une architecture ancienne par rapport au reste du courant dolménique méditerranéen, sous-entendu datée du Néolithique final (Bordreuil, Bordreuil et Jallot 2006). Ici, ces monuments ne se trouvent en nécropole qu’aux Géandes et aux Clausasses à Gras et Larnas où ils sont associés aux autres styles architecturaux. Le n° 4 des Géandes, qui est le plus haut sur la pente, pourrait-il être la première tombe de la nécropole à avoir été construite comme cela fut proposé en Quercy (Clottes 1977 : 277) ? Rien ne permet de l’affirmer, bien au contraire.

68Le mobilier du dolmen des Arredons à Saint-Remèze fut extrait à maintes reprises (Barge 1982 : 209 et fig. 234). La présence de 20 pendeloques bilobées atteste-t-elle automatiquement d’une utilisation antérieure au Fontbouisse ? Rien d’autre n’en témoigne en tout cas. Par contre, perle en cuivre et céramiques garantissent la présence du Fontbouisse et du Campaniforme, sans doute dans la couche de base du remplissage sépulcral. L’âge du Bronze ancien lui, est attesté par un bouton en os, des Columbella rustica tronquées et des récipients à fond plat. La Protohistoire récente semble ici être absente.

69La grande variabilité architecturale de ces tombes, avant tout bâties en pierres sèches (supra), reflète peut-être, une véritable disparité chronologique : à l’évidence, leur utilisation mais aussi leur construction perdurent au moins jusqu’à l’âge du Bronze ancien (Saint-Gervais et Issirac par exemple) ce qui en toute logique, amenait Jean Arnal à y voir systématiquement une architecture récente (Arnal 1963a). Certaines tombes en ruche de l’âge du Bronze final évoquent ces monuments et plusieurs sépultures néolithiques de ce style furent effectivement réemployées à la fin de l’âge du Bronze comme l’atteste le mobilier funéraire.

8.4. Paysages

8.4.1. Territoires et terroirs

8.4.1.1. Répartition et densité des dolmens dans la zone prospectée

70Les 26 communes ardéchoises et gardoises prospectées bordent approximativement le cours inférieur de l’Ardèche. Le territoire parcouru représente près de 600 km² dont un cinquième ne contient aucun monument, en particulier la frange de la vallée du Rhône.

71La nécropole des Géandes marque donc l’extrémité orientale d’une aire où la densité dolménique est presque d’un monument au km², ce qui est assez peu pour le Bas-Vivarais. En effet, dans certaines micro-régions, on atteint le double : Sampzon-Grospierres-Beaulieu, 133 dolmens pour 60 km² ; Saint-Alban-Auriolles-Lablachère-Chandolas, 95 dolmens pour 56 km². Dans tous les cas, on est loin de la densité du plateau de Labeaume (communes de Labeaume, Rosières et pour partie Laurac) qui est la plus importante concentration de l’Ardèche et peut-être du Midi de la France : 145 monuments sur 30 km², soit près de 5 dolmens au km² !

72Il ne s’agit bien entendu que de valeurs moyennes, le semis n’étant pas homogène, même au sein des zones dolméniques. Dans la région prospectée, ces blancs sur la carte ne semblent pas correspondre à des destructions dues à l’emprise agricole car de mémoire d’archéologue, aucun monument n’y fut jamais signalé. Ou alors, les dégâts sont antérieurs au XIXe siècle et, selon l’idée communément admise, auraient donc été assez peu nombreux (Clottes 1977 : 284) : en effet, Jules Ollier de Marichard rapportait en 1869 que

« bien des gens redoutaient encore de s’approcher d’un oustaou di las fados ».

73Ces vides sur la carte pourraient éventuellement correspondre à des secteurs où furent utilisées des sépultures collectives de substitution (Guilaine 2006 : 281). Des fosses appareillées sont en effet connues dans les Costières de Nîmes (Bordreuil et al. 1991 : 159) et des dolmens bas-rhodaniens du nord du Gard (Issirac, Saint-Gervais, Saint-Nazaire) (fig. 239) qui sont creusés et construits à la fois (Arnal 1963b ; Raymond 1900) font le lien avec ce genre d’architecture sub-mégalithique. D’autres découvertes futures viendront alors combler les lacunes de la carte, en particulier dans les terrains meubles qui bordent la vallée du Rhône comme en témoigne la sépulture de Clausonnette à Sabran dans le Gard (Raymond 1900 : 152).

74Des territoires sans dolmen sont riches en cavités funéraires. Sur les plateaux qui bordent les gorges de l’Ardèche, les monuments foisonnent. Mais sur les versants du canyon où s’ouvrent une multitude de boyaux uniquement sépulcraux, les trous de morts, les dolmens sont rares (Chanet n° 1 à Saint-Remèze et Plaine de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche) (fig. 50, 225).

75Enfin, la dureté du calcaire employé a influé sur la conservation des édifices. De nombreux dolmens sont construits dans des variétés particulièrement gélives, les marno-calcaires de Lagorce-Vallon-Saint-Remèze-Gras-Larnas et les formations lacustres oligocènes de la dépression d’Orgnac-Issirac. Ces dalles très poreuses se fissurent, éclatent et se désagrègent. C’est du reste dans ces deux domaines géologiques qu’il manque aujourd’hui le plus grand nombre de tombes signalées autrefois. Le même constat se vérifie dans d’autres régions (par exemple, Clottes 1977 : 285). L’absence de couverture amplifie ces dégâts qui d’une manière ou d’une autre affectent tous les monuments.

76Pourtant, la présence de matériaux de bonne qualité n’induit pas automatiquement l’existence de dolmens. La fameuse « loi du calcaire » (Arnal 1963 : 57 ; Clottes 1977 : 280) ne s’applique pas toujours : la commune de Saint-Montan, qui marque la limite nord de la prospection et celle de Viviers, plus septentrionale encore, sont dépourvues de dolmen alors que des assises de calcaire compact de l’Urgonien y sont aujourd’hui à l’affleurement. Y avait-il autrefois une couverture alluvionnaire importante ? Existait-il des populations réfractaires ?

  • 6 Les monuments plus septentrionaux du Pouzin, des Boutières et de haute Ardèche ne sont pas abordés (...)
  • 7 Elle est visible sur la carte de répartition des dolmens caussenards (Chevalier 1984 : fig. 32).

77Ainsi, les sépultures collectives situées sur les deux berges du cours inférieur de l’Ardèche forment un ensemble assez bien délimité. Les dolmens en sont une bonne illustration : d’une part, il n’existe aucune différence fondamentale entre ceux de la rive gardoise et ceux de la rive ardéchoise. D’autre part, les limites de ce groupe sont assez nettes : au nord, il n’y a plus de dolmen au-delà de la Dent-de-Retz6 malgré la présence de terrains favorables à leur construction ; à l’est, le Rhône est une frontière évidente. Au sud, le semis s’amenuise nettement dès que l’on aborde le cours de la Cèze. Enfin, vers l’ouest, les limites sont plus diffuses : une étroite bande sans dolmen7 isole toutefois notre groupe de la très forte concentration centrée sur les bassins du Chassezac et de la Baume (fig. 20).

78L’existence de cet ensemble autour des gorges de l’Ardèche, géographiquement bien délimité, n’est pas seulement basée sur la répartition des dolmens retrouvés, mais aussi sur ceux qui furent mentionnés dans la littérature mais demeurés introuvables, quelle qu’en soit la raison. Il est donc clair que cette configuration n’est pas le résultat d’une meilleure conservation mais correspond donc plutôt à une réalité archéologique en terme de territoire, la rivière Ardèche n’étant pas un frontière naturelle cloisonnante (Gasco 2011 : 189-190) comme peut l’être le Rhône.

8.4.1.2. Terroirs et paysages

  • 8 Le site de plein air le plus proche qui soit globalement contemporain de la nécropole des Géandes e (...)
  • 9 « Les sols développés sur l’argile de décalcification des roches-mères calcaires avaient certaineme (...)

79À la fin du 3e millénaire dans le Midi de la France, des espaces étaient déjà en partie dépourvus de couverture sédimentaire ce qui facilita la sélection et l’extraction des matériaux de construction. L’emploi fréquent d’avens à des fins sépulcrales à la même époque témoignerait aussi de la mise à nu du substrat, conséquence des déboisements selon certains auteurs. Ces zones maigres devenaient donc progressivement défavorables à l’habitat8 et aux travaux messicoles9 mais pas encore aux activités pastorales qui tiennent une part, si non prépondérante, du moins non négligeable dans l’économie de ces populations, ce qui par conséquent a dû accélérer les processus d’érosion (Chabal 2003 : 302).

80Le postulat d’une forte densité de population dans le sud de la France à partir du Néolithique final est globalement admis et, pour certains, serait même à l’origine d’une migration vers des contrées septentrionales (Pétrequin 1998 : 134). En Ardèche, on était encore assez loin d’un paysage très marqué par les activités humaines comme cela est envisagé sur le littoral languedocien à la même époque (Leroyer, Brochier et Thiébault 2008 : 67-68).

81Aux Géandes, la présence de terre sous les tumulus montre que lors de l’utilisation des lieux à des fins funéraires, l’érosion du sol n’était pas partout intense. Il apparaissait bien sûr déjà des zones dénudées, ce qui a permis d’accéder aux pierres et dalles nécessaires ; en particulier, il devait s’agir des bords de grandes diaclases et de petites éminences rocheuses en gradins. Ailleurs se maintenait encore une couverture terreuse d’ampleur variable, généralement très mince. Et c’est là que les monuments furent implantés, peut-être pour bénéficier d’un terrain dense et plat. Ces observations s’accordent bien avec les données environnementales disponibles pour le Bas-Vivarais et le nord du Gard (supra chapitre 1). Aujourd’hui, l’érosion ayant fini de faire son office, la terre est vraiment résiduelle et presque uniquement conservée sous la masse des tumulus, au même titre que le niveau archéologique à la base du dolmen n° 1 (supra chapitre 3).

8.4.2. Niveau archéologique sous le dolmen n° 1

82Ce niveau archéologique à priori non sépulcral puisque dépourvu de reste humain et d’élément de parure, est antérieur à l’accumulation du tumulus du dolmen n° 1. L’outillage lithique et surtout les céramiques le rattachent au Néolithique des Bruyères dont l’aire de répartition correspond globalement à la zone prospectée.

8.4.2.1. Interprétations

83S’agit-il d’une occupation nettement antérieure à l’édification du tumulus et, donc, sans lien direct avec les sépultures ? S’agit-il de dépôts dont la vocation funéraire n’est pas évidente mais en liaison avec la construction du dolmen puisque ce niveau semble être mieux marqué vers ce qui sera le front de l’édifice ?

84Compte tenu du mauvais état de conservation des céramiques, la première hypothèse est privilégiée mais la modicité des recherches entreprises à son sujet ne permet pas de trancher. Un projet de fouille exhaustive ne fut malheureusement pas autorisé car aborder ce niveau archéologique imposait de démonter l’intégralité du monument, pourtant déjà bien dégradé avant notre venue ! Compte tenu du peu d’ampleur que représente cet horizon et la rareté et la modicité des vestiges qu’il recèle, il est peu probable qu’il soit à nouveau étudié, surtout s’il est recouvert par l’accumulation de pierrailles apportées comme cela est prévu dans le projet de valorisation de la nécropole.

85Dans tous les cas, l’absence de charbon de bois sur les 30 m² sondés plaide pour qu’il n’y ait pas eu brûlis de ligneux immédiatement préalable à la construction. La déforestation remonterait donc ici à une phase antérieure du Néolithique.

« Sous nos climats, tout maintien d’un état durablement déboisé est le fait d’une volonté délibérée de déboisement, économiquement recherché et activement entretenu » (Chabal 2003 : 295).

86La forêt ayant donc un fort pouvoir de régénération après la coupe, il faut alors sans doute imaginer lors de l’édification de la nécropole un paysage ouvert de type lande ou pelouse et plutôt voué aux pâturages : bref, le saltus des géographes. En effet,

« quelles que soient les espèces élevées, ce sont surtout les pratiques d’élevage qui influencent la végétation. L’usage plus ou moins intensif des feux pastoraux favorables au développement herbacé au détriment des ligneux, a des avantages pour les ovins et les bovins » (Chabal 2003 : 302).

8.4.2.2. La place du groupe Bruyères dans le contexte du Néolithique final régional

87La stratigraphie de l’habitat de la grotte de Saint-Marcel à Bidon montre que le Néolithique des Bruyères est postérieur au Ferrières des couches G et F (Gilles 1988 : 8). Au Géandes, il est antérieur aux plus anciennes sépultures attestées dans la zone funéraire du monument n° 1 qui elles, sont rattachées au Chalcolithique.

88On ne dispose pour l’instant que de deux dates 14C difficilement interprétables : abri de la Vésignée (ARC 1438 : 2555-2205 avant J.-C.) et habitat des Bruyères (MC 976 : 3030-2590 av. J.-C.). La première suggère que ce faciès correspond bien à la phase ancienne du Chalcolithique, ce que corrobore en partie la seconde qui doit, cependant, être utilisée avec beaucoup de prudence car elle tombe sur un palier de la courbe de calibration.

89La mise en évidence de cet horizon archéologique conforte donc que le Néolithique des Bruyères s’insère plutôt entre un Ferrières final et un Chalcolithique ancien, ce qui avait déjà été avancé (Bordreuil 1998b : 330).

90La fouille du site de l’aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche (Beaume 2007) (fig. 327) permettrait sans doute de mieux préciser sa place dans la chronologie qui reste encore mal assurée.

Notes

1 « La recette du mandarin citron est composée, comme chacun sait, d’un tout petit tiers de curaçao, d’un tiers de citron un peu plus gros, d’un bon tiers de Picon et d’un grand tiers d’eau ». Marcel Pagnol, Marius (1926).

2 Une pointe asymétrique provient aussi du dolmen n° 2 de Vogüé (inédit, fouilles Leprince, Musée des Vans).

3 En Ardèche, les roches originaires du Massif central employées pour les haches polies deviennent prépondérantes à partir du Néolithique final (s.l.) (Thirault 2004 : 244-246).

4 La rareté du mobilier en provenant atteste au moins d’une utilisation funéraire à l’âge du Bronze ancien.

5 C’est-à-dire sans un autre type de sépulture collective, en grotte par exemple, à proximité.

6 Les monuments plus septentrionaux du Pouzin, des Boutières et de haute Ardèche ne sont pas abordés ici.

7 Elle est visible sur la carte de répartition des dolmens caussenards (Chevalier 1984 : fig. 32).

8 Le site de plein air le plus proche qui soit globalement contemporain de la nécropole des Géandes est à 2 km à vol d’oiseau, implanté sur des terrains très fertiles.

9 « Les sols développés sur l’argile de décalcification des roches-mères calcaires avaient certainement une bonne rétention en eau du fait de l’abondance d’argile, mais aussi une bonne aération du fait de l’abondance d’humus. Ces sols devaient offrir une bonne sécurité pour les cultures par rapport à la sécheresse » (Chabal 2003 : 299).

Table des illustrations

Légende Fig. 334 - Tableau synthétique des éléments de datation relative pour chaque dolmen des Géandes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 418k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540