Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nécropole des Géandes à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) dans le cadre du dolménisme en Bas-Vivarais

 | 
Bernard Gély
, 
Wolfgang Pape

Chapitre 6. Mobilier funéraire en Ardèche et dans le nord-est du Gard

Texte intégral

1Dans le domaine de la Préhistoire récente, qu’il s’agisse du quotidien ou du funéraire, les données issues de la culture matérielle sont à la base même de l’identification et de la définition des cultures archéologiques, d’autant plus lorsque les méthodes de datation isotopique n’ont pas une résolution suffisante (supra chapitre 1).

6.1. Outillage lithique en contexte funéraire

2Avec l’augmentation du nombre de corps par tombe (grotte, dolmen, etc.), l’outillage en silex devient fréquent dans les sépultures collectives. Quand leur présence n’est pas fortuite (Raymond 1900 : 205 et 209 ; Jeannet 1974 : 19-20), il s’agit d’abord d’objets ordinaires (grattoirs, éclats et lames plus ou moins retouchées, etc.) voire quotidiens laissés aux défunts. En effet, comme l’industrie osseuse et la plupart des éléments de parure (Salanova et Sohn 2007 : 81 ; Sohn 2005-2008 : 57), ces outils ont généralement déjà servi. Mais l’altération généralisée et l’épaisse patine blanche des pièces provenant des dolmens et dans une moindre mesure celles des cavités limitent l’étude tracéologique.

6.1.1. Les pointes de flèches

3Dans les sépultures, les pointes de flèches sont nettement plus abondantes et de meilleure qualité que celles issues d’habitats, argument en faveur de la valeur symbolique de ces objets lorsqu’ils sont trouvés en contexte funéraire. Les formes foliacées et/ou lancéolées et parfois pistiliformes sont plus fréquentes que les losangiques et triangulaires ; quelques pièces ont de petites encoches basilaires (fig. 274). D’autres sont très grandes et s’apparentent à de petits poignards bifaces comme par exemple la « pointe de javelot » de 12,5 cm de long du dolmen n° 1 de Fenno Morto à Laval-Saint-Roman (Raymond 1900 : 169) ou celle du tumulus de Taysse à Gras (fig. 278).

4Pratiquement, toutes les variétés peuvent coexister, même au sein d’une sépulture individuelle : c’est leur fréquence relative qui témoignerait d’une tendance évolutive. Les pointes triangulaires seraient plus anciennes puisque directement inspirées du Néolithique moyen. Deux d’entre elles proviennent des fouilles des dolmens de Saint-Remèze et de Bourg-Saint-Andéol (Ollier de Marichard 1869 : n° 9 de la planche XII) (fig. 273) et traduiraient des influences septentrionales. D’autres ont une base concave (fig. 321).

Fig. 273 - Dolmen de Darbousset à Bourg-Saint-Andéol ; mobilier (collection Jules Ollier de Marichard).

5Les formes les plus complexes renvoient plutôt au Chalcolithique et à l’âge du Bronze ancien (Sauzade 1983 : 213 ; Saintot 1998 ; Briois 2005 : 306). L’abondance des pièces pédonculées à ailerons plus ou moins dégagés serait un marqueur du Campaniforme méridional et de l’âge du Bronze ancien (Arnal 1963b : 19 par exemple). Les armatures tranchantes, symétriques ou non, sont rares et généralement attribuées à l’âge du Bronze ancien (par exemple, Thevenot 1971 : 34 ; Ardèche Archéologie 1993 : 4e de couverture).

6Les pointes denticulées qui sont rares en Ardèche et surtout trouvées en dolmen (Cloget à Bidon et n° 2 du Pala à Chauzon et grotte du Ranc Redon à Maisonneuve) (Porte et Gély 1986 ; Clément 2010 : 53, fig. 5) traduiraient des influences occidentales (phase récente du groupe des Treilles) (Boutin et Galant 2011). De même pour les pointes dissymétriques (Bonhomme et Arnal 1967 : 278) (fig. 274).

Fig. 274 - Dolmen n° 1 des Clausasses à Gras ; plans des dolmens n° 1, 2 et 3 et mobilier funéraire du dolmen n° 1 ; à droite fouilles Bonhomme ; en haut fouilles Lucot.

Fig. 275 - Dolmen n° 1 des Clausasses à Gras ; poignards en silex, parures et un manche d’outil en os (n° 15) (fouilles Bonhomme).

Fig. 276 - Dolmen n° 2 des Clausasses à Gras (plan et vue latérale).

Fig. 277 - Dolmen n° 6 des Clausasses à Larnas.

Fig. 278 - Fragment de pointe bifaciale en silex de Taysse à Gras.

Fig. 279 - Dolmen n° 3 des Clausasses à Gras Larnas.

7En sens inverse, les armatures à base en écusson et les pointes apparentées au type Sigottier témoignent d’influences drômoises et alpines ; elles sont donc plus abondantes dans la zone prospectée (Bordreuil et al. 2000 et 2003) qui est la frange orientale du département. Plusieurs exemplaires peu connus proviennent du secteur d’Orgnac : deux d’un dolmen de Barjac conservés dans la collection Raymond au Musée d’Archéologie Nationale et deux autres dans le dolmen C de la Plaine de Calais à Orgnac (Jeannet 1974 : 19), associés à des céramiques campaniformes (fig. 280).

Fig. 280 - Dolmen C de la Plaine de Calais à Orgnac ; plan ; céramique dont un gobelet campaniforme, outillage lithique et éléments de parure (fouilles Jeannet).

8Enfin, les pointes à petites encoches basilaires semblent être d’influences septentrionales (vallée de la Saône et Suisse romande).

9Cette relative prolifération de flèches dans les sépultures, surtout dans les dolmens, permet d’y voir un équipement guerrier ou tout du moins d’archer, interprétation basée sur la baisse du pourcentage de gibier qui entre dans l’alimentation à la fin de la Préhistoire et aussi sur la découverte de silex fichés dans des os humains. Aucun cas n’est répertorié dans la région qui nous concerne ; ailleurs, les exemples sont trop rares pour envisager que la majorité des pointes retrouvées étaient plantées dans des cadavres criblés de flèches à la suite de heurts entre communautés. Il est plus simple d’envisager que le carquois était laissé au côté du défunt. En tout cas, certaines pointes perçantes étaient emmanchées comme l’attestent les traces d’enduit de fixation sur la hampe, comme dans la grotte sépulcrale de l’entrée supérieure de Chauvet (Gély et Gauthier 1999 : 19).

10La rareté ou l’absence de pointe de flèche dans certaines tombes pose question. S’agit-il de populations pacifiques valorisant peu les vertus guerrières ? S’agit-il d’une différence sociale et/ou sexuelle, les armatures étant alors jugées plutôt comme un attribut masculin ? Ou liée à l’âge des défunts ? (voir par exemple, Saintot 1998 : 217 et 219). Effectivement, on constate à plusieurs reprises qu’à d’abondantes armatures correspond une parure rare et modeste ; et inversement (par exemple, Roudil 1992).

11De même pour les plaques oblongues biforées, dites brassards d’archer. Décrits comme parure bien que leur fonction soit incertaine, ces objets en pierre sont rares ou atypiques dans notre région : la dizaine d’exemplaires ardéchois et gardois (Ollier de Marichard 1869 : planche XII ; Combier 1963 : 311 ; Thévenon et Robert 1968 : 4 ; Roudil et Tscherter 1995 : 30 ; Clément et Gély 2005 : 46 et 49 ; Barge 1982 : 209 ; Gutherz 1988 : 75) ne correspond pas à des sépultures ayant livré de nombreuses armatures.

12Dans certains cas, on ne peut exclure un biais occasionné d’abord par migration verticale des petits vestiges vers la base du dépôt funéraire souvent caillouteux, puis par vidange du sommet de la couche sépulcrale — soit volontairement pendant la Préhistoire, soit récemment (XIXe siècle) — ablation qui par conséquent n’aurait supprimé que les éléments volumineux (crânes, poteries entières, grandes pièces en silex, etc.).

6.1.2. Les grandes lames et poignards

13Ces pièces sont, après les armatures, les plus représentées dans les sépultures du Midi de la France (Sauzade 1983 : 63 ; Renault 1998).

14Les grandes lames de plus de 15 cm de longueur, (fig. 172) peu ou pas retouchées, ont souvent servi de faucilles. En Languedoc, elles disparaîtraient au Chalcolithique récent avec la mise en place du complexe campaniforme (Vaquer, Rémicourt et Hergély 2006 : 174). En Ardèche, elles semblent perdurer, par exemple, dans le dolmen de Darbousset à Bourg-Saint-Andéol (fig. 273). Enfin, aux Géandes, il n’y a aucune garantie que les exemplaires extraits autrefois du dolmen n° 1 proviennent bien tous du remplissage funéraire puisque deux nouvelles pièces sont issues du niveau sous-jacent au tumulus (supra chapitre 3) et sont donc antérieures aux sépultures.

15Certains poignards furent utilisés pour moissonner ou en armature de tribulum (Binder et Bostyn 2008 : 219) puisqu’ils présentent un lustré caractéristique. En Ardèche, ils sont parfois très nombreux dans une même tombe : 12 grands exemplaires du dolmen no 3 de Cigeaille à Salavas (Ollier de Marichard 1876b : 557) ; 2 exemplaires du dolmen n° 1 des Clausasses à Gras (Bonhomme et Arnal 1967) (fig. 274).

16Les poignards tripartites de type Coutignargues, dont un seul exemplaire ardéchois est connu, dateraient du début du Chalcolithique (Vaquer, Rémicourt et Hergély 2006 : 161).

17Ceux de type Roaix, partiellement polis, finement denticulés et pourvus d’une languette seraient plus récents. Ils proviennent uniquement de tombes du Sud de la France (Gély 1993 : 229), argument pour qu’il s’agisse d’offrandes hautement symboliques (fig. 281), ce qui renvoie alors aux colliers de perles retrouvés enfouis et intacts (infra).

Fig. 281 - Grotte de Payre III à Rompon ; poignard en silex.

  • 1 Les ateliers du Ventoux (Pelegrin 2002 : 145 ; Riche 2002 : 51-68), très prisés au Chasséen, parais (...)

18Les matières premières d’excellente qualité employées pour ces lames et poignards proviennent des centres de production languedociens (Arnal 1963b : 19 ; Vaquer, Rémicourt et Hergély 2006 : 163 ; Remicourt et Vaquer 2011), du Vercors et de haute Provence1 (Combier 1974a ; Plisson et al. 2006 ; Briois 2006) dont les produits ont plutôt circulé vers le nord en remontant la vallée du Rhône (Renault 2006 : 153). À l’inverse et sans que l’on connaisse les axes de circulations empruntés (vallée du Rhône, Auvergne, marges occidentales du Massif central, etc.), des importations septentrionales sont issues des ateliers du Grand-Pressigny qui ont fonctionné entre 3050 et 2450 avant J.-C. (Honegger 2006 : 50). Les poignards du dolmen n o 2 des Terres du Charnier à Lagorce et de la grotte du Chef à Vallon-Pont-d’Arc (de Saint-Venant 1910 : 258 ; Roudil 1965a : 173-175) en proviendraient (fig. 282).

Fig. 282 - Grotte du Chef à Vallon-Pont-d’Arc ; poignard en silex du Grand Pressigny.

6.1.3. Les segments de cercle

19Ces pièces sont souvent qualifiées de microlithes. Le segment (fig. 90) du dolmen n° 1 des Géandes renvoie plutôt à l’âge du Bronze ancien. C’est en effet à cette dernière période que ce rattachent les exemplaires des sépultures collectives ardéchoises : tombe du Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol (inédit, doc. SRA) ; dolmen n° 1 du Ranc d’Aven, dolmen n° 1 et surtout tombe n° 6 de la Planèze à Sampzon (Gros 1969b : 12 ; Gros 1998 : 38 et 41). Le mobilier de cette dernière sépulture a été attribué au Néolithique final mais les quelques éléments marquants (dentale et perles en test de coquillage) renvoient plutôt à l’âge du Bronze ancien malgré l’absence d’objet métallique : le grand nombre de poinçons en os disponible permettrait d’obtenir une date 14C qui clarifierait peut-être la question.

6.1.4. Les haches polies

20En Ardèche, les haches polies sont rarement présentes en dolmen ; par exemple, il n’y en a aucune parmi la vingtaine étudiée récemment et provenant de la zone prospectée (Ricq de Bouard et al. 1998 : 48). Cette rareté se vérifiera pour les haches en cuivre ou en bronze (infra). Il n’y a pas non plus de gaine en bois de cerf, alors qu’on en connaît quelques exemplaires dans les grottes sépulcrales (Héritier 1987 : 11).

  • 2 Cette nécropole dolménique est généralement mentionnée à Saint-Marcel-d’Ardèche.

21Les rares haches polies trouvées en dolmens au XIXe siècle et égarées depuis, ne fournissent aucune information (Thirault 2004) ; c’était déjà le constat de J. Arnal (1963a : 61). Trois proviendraient des jayandes de Bourg-Saint-Andéol ou plus certainement de la nécropole du Pradinas à Bidon2 (Ollier de Marichard 1882 : 8 ; Gilles 1994 : 34) et deux autres de la Chadenède à Lagorce (Chiron 1896 : 50 ; Clément et Gély 2005 : 47 ; inédit, doc. Musée de Pont-Saint-Esprit).

6.1.5. Le macro-outillage sur galet

22Dans les sépultures collectives de la fin du Néolithique, l’outillage de belle facture en silex ne doit pas éclipser l’existence d’un matériel modeste dont la présence n’est pas fortuite.

6.1.5.1. Dans le secteur de la nécropole des Géandes

23Dans les bois du Laoul, on trouve fréquemment en surface des galets de roches cristallines, le plus souvent des quartzites. Erratiques et généralement entiers, ils proviennent du système des très hautes terrasses rhodaniennes du Plio-Pléistocène. Dans le secteur de la nécropole, entre 280 et 320 m d’altitude NGF, elles sont démantelées. Elles sont mieux conservées vers 190 m NGF au sud et à l’est des Géandes (quartiers de Montjau, La Morelle et la Capelade, etc.).

24La présence de ces galets dans le secteur de la nécropole avait déjà intrigué nos prédécesseurs qui en avaient recueilli mais la majorité des 27 pièces provient de nos travaux.

25Ils peuvent être entiers et sans stigmate apparent : l’un d’eux a été dégagé dans la masse du tumulus du dolmen n° 4 (supra chapitre 3). Les dimensions moyennes sont 10 x 7 x 4 cm (5 x 3 x 3 cm pour les plus petit dont un seul présente des traces d’utilisation), soit un poids de l’ordre du kilo pour le plus gros (20 x 10 x 5 cm). Leur taille modeste permettait de les manipuler aisément.

26La plupart présentent des traces d’activité humaine. Une dizaine sont simplement fracturés, ce qui en soit est déjà surprenant. Plusieurs sont brisés en deux suite à un choc violent porté au centre de la surface la plus plane. La périphérie de certains, dont deux exemplaires très plats et courts comme des palets, présentent des plages, parfois continues, de traces de percussion plus ou moins nettes (fig. 283). Deux autres au contraire sont oblongs et percutés uniquement vers les extrémités. Un éclat a profondément entamé l’extrémité d’un autre galet allongé, le plus volumineux qui ait été recueilli. À trois reprises, il s’agit de véritables choppers, l’un d’eux ayant même servi de coin.

Fig. 283 - Outils sur galet provenant de la nécropole des Géandes.
1 : dolmen n° 1.
2 et 5 : dolmen n° 5.
3, 4 et 6 : dolmen n° 2.

27Aucun ne s’apparente aux maillets à gorges des ateliers de silex du Ventoux (Courtin 1974 : 188), ni au pic de métallurgiste du Néolithique final du Languedoc (Cert 2005). Il ne s’agit pas non plus d’élément de mouture.

28Enfin, des débris de galets ou d’éclats de quartzite ont été recueillis dans les remplissages des cellae et antichambre des dolmens n° 1 et 4.

29Compte tenu de l’état de fraîcheur des enlèvements et bien que des placages de lœss aux abords de la nécropole (lieux-dits Pinet, Combe des Journées et Fontaynes) recèlent des occupations paléolithiques, il ne s’agit pas de reliquat de sites de plein air comme celui de Serret Pluma à Saint-Marcel-d’Ardèche (Baudet et Gilles 1955) puisqu’aux Géandes, il n’y pas d’industrie en silex erratique associée à ces outils sur galets.

30La présence de ces pièces dans chaque dolmen ou aux abords doit correspondre au travail de déchaussement des bancs rocheux et surtout à la mise en forme par percussion et bouchardage constatée sur certains montants de cinq monuments de la nécropole. Qu’il y en ait dans les remplissages des cellae et des antichambres, suggère que ce travail d’ajustage s’opérait lorsque les montants à rectifier étaient déjà redressés et en contact, ce qui est logique. Ces objets ne correspondent donc pas à proprement parler à du mobilier funéraire.

6.1.5.2. Comparaisons

31Le travail à la boucharde, qui permet l’ajustage des éléments de la chambre, est connu également sur plusieurs autres dolmens régionaux : les montants doivent quand même être encore suffisamment conservés pour que les stigmates de percussion soient observables (supra chapitre 5).

32C’est également par bouchardage que l’on a aménagé les échancrures médianes des piliers qui bordent l’entrée de certains dolmens (fig. 225). Cette même technique a permis de régulariser le menhir d’Aiguèze et de dégager le visage des stèles anthropomorphes (fig. 41). Cette méthode a aussi été employée pour façonner les meules dormantes (Saintot 2007 : 5-9).

33Souvent, en Rhône-Alpes, des pièces volumineuses sont notées en contexte funéraire. Les pics et hachereaux de Perpétaïri à Mollans (Drôme) (Catelan 1914) auraient servi aux terrassements destinés soit à condamner l’hypogée, soit à le réaménager après destruction partielle. Des objets analogues, pics sur galet montrant des plages d’usure et maillets à gorge proviennent d’hypogées de Fontvieille (Bouches-du-Rhône) et du Gard (Sauzade 1983 : 149 ; Sauzade 1999 : 139). Ces cavités artificielles, dont l’existence et l’emplacement sont liés à la nature friable du sol, étaient-elles recreusées et approfondies au fur et à mesure des besoins ?

34En Ardèche et dans le nord du Gard, la présence de galets utilisés est déjà signalée dans des sépultures de la fin du Néolithique (Gautrand-Moser et Moser 1992 ; Gély et Gauthier 1999 : 19). Dans le dolmen n° 17 de la nécropole des Granges à Berrias-et-Casteljau, le remplissage de la cella a livré de nombreux débris de quartz et quartzite, uniquement « des éclats frustes dont aucun n’est retouché ». Un dépôt votif est envisagé (Lhomme 1974 : 4, 5 et 9). Il pourrait s’agir en fait des débris résultant de la mise en forme des montants par percussion, mais les calcaires locaux (Berriasien et Portlandien) employés sont trop érodés pour y déceler des traces de choc.

35Il en est de même pour les dolmens n° 1 de la Piole à Lablachère (inédit, rens. L. Gambéri) et surtout du Clos de Jacques à Labeaume (Laforgue et Robert 1978 : 21 ; Laforgue et Robert 1979 : 22 ; Laforgue et Robert 1981) : de nombreux débris de galets de quartz y furent signalés dans la chambre mais également dans le tumulus. Au Méandre de Gen à Ruoms, des fragments de quartz proviennent d’un niveau antérieur au monument (Montjardin 1974 : 8) ou plus probablement, contemporain de son édification (supra chapitre 3). Cela vient d’être également mis en évidence dans le dolmen des Pargues à Beaulieu (Stocchetti 2010).

36Hors de notre région, 150 éclats de quartz sont mentionnés à la base du tumulus du Puy Lafont à Saint-Priest-de-Gimel en Corrèze (Gautrand-Moser et Moser 1992 : 50).

37Dans la zone prospectée, deux fragments de quartz et un galet de granite sont signalés dans le dolmen n° 2 d’Issirac (Raymond 1900 : 209). Le chevet du dolmen de la Barthe à Saint-Remèze fut régularisé en ogive ; un galet de quartzite brisé fut recueilli lors des prospections dans la fissure du substrat dans laquelle est glissé un montant de la chambre funéraire. Un autre provient du dolmen de Champagnac à Vagnas.

38Des débris de galets et un gros grattoir massif en quartz ont été recueillis lors des prospections sur le tumulus du dolmen n° 2 de Gantière à Aiguèze. D’autres ont été remarqués sur le dolmen n° 2 du Séti-d’Armand à Laval-Saint-Roman. En fait, dès qu’on y prête attention, ce type de vestige abonde. Enfin, un véritable maillet de 2 kg sur galet de granite en partie régularisé a été trouvé aux abords du menhir d’Aiguèze.

39Dans tous les cas, s’approvisionner en galets de roches cristallines devait être aisé puisque la garrigue en recèle une assez grande quantité, vestiges de formations alluviales très anciennes démantelées. En toute logique, ils sont donc plus abondants sur les marges de la vallée du Rhône. Enfin, la présence de petits galets de quartz est signalée au dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1963b : 16) : ils témoignent de l’emploi de terre pour espacer les rangs de pierres du tumulus.

6.2. Les éléments de parure en contexte funéraire

6.2.1. Chronologie

40À la fin du Néolithique, parallèlement au bel outillage lithique, des parures d’une remarquable finition se généralisent dans les tombes du Languedoc qui fait figure de précurseur et fut en tout cas un important centre de production (Barge 1982 : 195-196).

41De nouveaux types souvent fabriqués en série côtoient des formes plus anciennes héritées du Chasséen. Les matériaux employés se diversifient (fig. 284) : pierres dures (quartz, roches vertes, calcaire dont des fossiles) ou tendres (stéatite, lignite, etc.), tests de coquillages marins importés depuis le littoral, bois de cervidé et ossements d’animaux et plus rarement de restes humains, et enfin métal, surtout le cuivre, le plomb, le bronze, exceptionnellement l’argent et l’or.

Fig. 284 - Éléments de parure de différents sites néolithiques ardéchois provenant pour l’essentiel de dolmens.

42Avec l’avènement de l’âge du Bronze, des modèles, surtout des pendentifs, hérités du Néolithique final sont encore présents mais moins bien finis : parure en os et dents de carnivores percées qui perdureront jusqu’à l’âge du Bronze final.

43Un renouveau pour les coquilles de Columbella rustica, percées cette fois-ci par abrasion de l’apex et non plus par percussion, est constaté dans la vallée du Rhône et sur ses marges. Il en est de même pour les deux espèces de Dentalium et les pendeloques et perles discoïdes en test de lamellibranche dont la fréquence en contexte funéraire et le nombre par sépultures augmentent sensiblement par rapport aux périodes précédentes (Sauzade 1983 : 82 ; Lemercier 2004 : 389).

44Ensuite, l’âge du Bronze moyen marque une rupture assez nette dans notre région : la plupart des types disparaîtront très rapidement au profit du bronze. L’ambre (Raymond 1900 : 171) et le verre, toujours rares, deviennent des matières prisées pour les perles.

6.2.2. Distribution au sein des sépultures collectives

45À plusieurs reprises, des colliers ou une concentration d’éléments de parure sont signalés dans les nécropoles en cavité où la sédimentation naturelle est souvent plus rapide que dans les dolmens. Ces observations, qui contrastent avec le désordre des restes humains, auraient plusieurs causes. Avant tout, il peut s’agir de colliers restés en place sur les squelettes mais il n’y a pas d’exemple ardéchois pour l’instant.

46L’accumulation d’éléments de parure en un point précis résulterait de la position toujours répétée donnée aux corps, leurs colliers se défaisant sur place. Dans la grotte des Perles de Gaud à Saint-Remèze, des parures (fig. 285) sont groupées autour de plaques de calcaire qui auraient alors servi de repose-tête (Roudil 1992 : 24).

Fig. 285 - Grotte des Perles de Gaud à Saint-Remèze ; perles façonnées sur tests de coquillages marins.

47Il s’agirait enfin d’offrandes enfouies ou déposées dans un secteur calme à l’entrée de la cavité (aven Jacques à Lussas, grotte du Ranc Pointu à Saint-Marcel-d’Ardèche) (Héritier 1987 : 9 ; Roudil 1994 : 21).

6.2.3. Distribution régionale

48Très tôt, les préhistoriens ont pressenti l’intérêt de cartographier certains types de parure pour tenter d’en déduire les limites d’aires d’influences culturelles (Cartailhac 1876 : 515). La synthèse consacrée au Languedoc, malgré son ancienneté (Barge 1982), fait encore référence pour notre région. La plupart des modèles issus de contexte funéraire ou non sont ubiquistes et traversent siècles et millénaires : par exemple, les dents de carnivores et les coquillages marins simplement percés à l’exception peut-être des colombelles. D’autres types passent pour être caractéristiques d’une région ou d’une période, voire les deux. Sauf exception, on n’abordera que certains modèles rencontrés dans la zone prospectée.

6.2.3.1. Les pendeloques en crochet biforées en os

49Les pendeloques en crochet biforées en os (type 3c de H. Barge) seraient étroitement associées au Néolithique Ferrières (Barge 1982 : 133, 190 et 194). Parmi les rares exemplaires ardéchois, tous issus de dolmens, deux ou trois proviennent de la zone prospectée : Plaine d’Aurelle à Bidon et n° 3 des Clausasses à Gras (Ollier de Marichard 1869 : pl. 12 ; Bonhomme et Arnal 1967 : 281 ; Coularou, Stordeur et Aigoin 1978 : 597 et 598) (fig. 274). Cette grande rareté se confirme puisque aucune découverte de ce type de parure n’a eu lieu pour l’instant dans la partie gardoise de la zone prospectée.

6.2.3.2. Les pendeloques en griffe

50Elles sont réalisées sur des matières premières variées (Barge 1985 : 116) : en os pour les plus fréquentes, en calcaire et en calcite, en émail, en roches vertes, en test de coquillage, en schiste ou lignite, en cuivre et même, ce qui est très rare, sur d’authentiques phalanges unguéales d’oiseaux (Montjardin 1974 : 9 et 14). A plusieurs reprises, il s’agit de pièces brisées (partie perforée ou extrémité pointue) et donc il pourrait en fait s’agir de fragments de pendeloques en crochet biforées en os (par exemple, Gros 1998 : 39) précédemment décrites.

51La principale période d’utilisation serait centrée sur le Chalcolithique sans exclure des exemplaires antérieurs ou postérieurs (voir par exemple, Mouyon 2001 : 38 ; Guy et al. 1996 : 52).

52La frange méridionale du département est plus dense en trouvailles (fig. 286 n° 5, 6) (Barge 1982 : 115), particulièrement la zone prospectée (5 exemplaires de la grotte des Perles à Saint-Remèze, celui du dolmen du Champel à Labastide-de-Virac et celui du Pradinas à Bidon et enfin, fragments des dolmens n° 1 et 5 des Géandes et d’un dolmen de Laval-Saint-Roman) (Roudil 1992 : 26 ; Barge 1982 : 205, 216 et 225 ; inédit, doc. Musée de Pont-Saint-Esprit).

Fig. 286 - Grotte des Perles de Gaud à Saint-Remèze ; perles calibrées et bilobées, pendeloques en griffes et dents percées.

6.2.3.3. Les pendeloques à pointes striées et à coches (types 1 et 2 de H. Barge)

53Les pendeloques à pointe sont réputées être typiques du Néolithique final. Sur les neuf exemplaires de la zone prospectée, trois furent trouvées hors-stratigraphie en cavité (aven Meunier à Saint-Martin-d’Ardèche, Combe Obscure à Lagorce et grotte des Faux Monnayeurs à Aiguèze) (Barge 1982 : 200, 209 et 217 ; Polloni 2000). Les autres proviennent de dolmens de la rive gauche de l’Ardèche : un exemplaire du dolmen n° 1 des Clausasses à Gras (fouilles Lucot) (fig. 274), deux du dolmen du Colombier à Bidon (fig. 40) et trois des dolmens disparus de la Lône à Saint-Marcel-d’Ardèche (Polloni 2000 : 87 et 105) (fig. 288 n° s 25-27). Ce type de parure est bien plus fréquent à l’ouest du département, aussi bien en dolmens qu’en cavités (voir par exemple le mobilier du dolmen des Pargues à Beaulieu en page de couverture des Nouveaux cahiers du Grospierrois, 7, 2010).

Fig. 287 - Dolmen n° 1 de la Lône à Saint-Marcel-d’Ardèche ; outillage lithique et éléments de parure.

Fig. 288 - Dolmens de la Lône à Saint-Marcel-d’Ardèche ; éléments de parure.

54Enfin, une petite perle à coches en os morphologiquement assez proche du type précédent, provient d’un dolmen de Laval-Saint-Roman (Barge 1982 : 225 et 269) (fig. 289 n° 40) et deux autres du dolmen du Champel à Labastide-de-Virac (Polloni 2000 : 95).

Fig. 289 - Dolmen de Laval-Saint-Roman ; éléments de parure.

6.2.3.4. Les pendeloques bilobées

55Les pendeloques bilobées qualifiées aussi de perles à ailettes (Arnal 1963a : 189) apparaissent au Néolithique final en Aveyron et en Lozère (phase ancienne du groupe des Treilles) où elles sont très abondantes et souvent associées aux pendeloques à pointe (Bordreuil 1966 ; Bordreuil 1972 : 33). Leur évolution typologique et leur répartition en Europe occidentale ont été souvent abordées (Barge-Mahieu et Bordreuil 1990-1991).

Fig. 290 - Dolmen du Champel à Labastide-de-Virac ; céramiques et éléments de parure (voir aussi fig. 25).

56En Ardèche, ces pendeloques étaient dans le niveau supérieur du dolmen de la Grange de Chevallier à Grospierres, avec des pointes de flèches foliacées monofaciales, alors que la base du remplissage a livré des pendeloques à pointes (Huchard et Arnal 1962 : 638). Les pendeloques bilobées seraient donc plutôt chalcolithiques (Montjardin 1974 : 12 ; Nikitine 1963) : au Pouzin, leur forte taille conforte cette attribution chronologique. Trois secteurs en ont livré (fig. 291). La frange rhodanienne du département, zone prospectée incluse (fig. 292 n° 2), paraît dense en découverte puisque deux nécropoles de Saint-Remèze (grotte des Perles et dolmen des Arredons) (fig. 286) offrent les séries les plus conséquentes.

Fig. 291 - Pendeloques bilobées d’Ardèche et du nord-est du Gard.

Fig. 292 - Dolmen de la Lauze à Bidon ; éléments de parure.

6.2.3.5. Les boutons de type Durfort

57Dans la zone prospectée, les boutons en calcaire et apparentés au type Durfort seraient chalcolithiques voire même plus tardifs (début de l’âge du Bronze ancien) comme en Vaucluse (Sauzade 1983 : 80 ; Lemercier 2004 : 383). Deux exemplaires furent trouvés hors-stratigraphie dans le dolmen n° 1 des Géandes (supra chapitre 3). Cinq autres furent présentés autrefois au Musée de la Société Archéologique de Montpellier. Mentionnés comme provenant du dolmen de la Lauze au Garn, il y aurait une confusion de commune : il s’agirait plutôt d’Orgnac-l’Aven.

6.2.3.6. Les perles en céramique

58La céramique est un matériau très peu employé pour la confection de parure. La perle de la collection Chiron du dolmen des Géandes n° 3 ou du 6 selon notre numérotation (supra chapitre 3) se rattacherait plutôt à la phase chalcolithique (Barge 1982 : 149) ; une perle analogue provient du niveau du Chalcolithique ardéchois de Beaussement à Chauzon (Barge 1982 : 149).

6.2.3.7. Les disques à perforation centrale en os et en calcaire

59Bien que la fonction exacte des disques en os à perforation centrale (fig. 293) reste énigmatique, leur abondance dans les sépultures et leur rareté en contexte d’habitat ont conduit à les rattacher aux éléments de parures. Ils sont assez uniformément répartis sur l’ensemble du Bas-Vivarais, nord du Gard inclus (fig. 293). Leurs dimensions sont très variables et quelques rares exemplaires sont même en calcaire (Barge 1982 : 167).

Fig. 293 - Boutons à perforation centrale en os d’Ardèche (Combier 1974b).

60Dans la zone prospectée, ils proviennent presque toujours du remplissage de dolmens et dateraient de la première phase de l’âge du Bronze ancien (Bailloud 1966 : 156 ; Combier 1974a ; Montjardin 1974 : 9 ; Saumade 1975 : 19 ; Stocchetti 2003 : 40).

6.2.3.8. Les anneaux en os

61Sans prétendre à un inventaire exhaustif de ces objets qui sont connus dès le Néolithique final sur le littoral languedocien (Barge 1982 : 175-176), en Ardèche les exemplaires recensés proviennent de tombes (tombe Y du Grand Paty à Bidon et Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol) (fig. 294) de la zone prospectée et sont associés au mobilier caractéristique de l’âge du Bronze ancien (Arnal et al. 1974 : 32 ; inédit doc. SRA).

Fig. 294 - Tombe du Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol ; éléments de parure (collection réapparue tardivement).

Fig. 295 - Boutons à perforation centrale en os de la zone prospectée.

6.2.3.9. Les perles à gorge(s) en os

62À l’inverse des objets précédents, les perles à gorge(s) ou en bobine en os ou plus rarement en calcaire sont rares dans la zone prospectée (fig. 296) et ce, malgré la fréquence des sépultures de l’âge du Bronze ancien. Les vingt exemplaires proviennent des fouilles anciennes (fig. 289 n° 37).

Fig. 296 - Perles à gorge(s) en os de la zone prospectée.

63Une mention particulière est faite pour les dix perles cannelées du dolmen du Fouguet ( = Ranc de Banaste = Feuillet) à Saint-Martin-d’Ardèche : sur un cliché inédit conservé au musée de Pont-Saint-Esprit (fonds photographique Chiron), on parvient à en distinguer une à gorges multiples ainsi que les deux anneaux en bronze et les pointes de flèches mentionnés dans la publication (Chiron 1896 : 44) et au moins une Columbella rustica tronquée qui confirme bien l’utilisation du monument au début de l’âge du Bronze.

64Cette relative rareté dans la zone prospectée contraste avec leur « abondance » dans le secteur de Grospierres-Chauzon-Ruoms-Balazuc en Ardèche et la région de Méjannes-Tharaux-Courry (Gard). S’agit-il d’une influence caussenarde qui déborde l’ouest de ces départements mais n’atteint guère leur frange rhodanienne ? Faut-il envisager l’existence de véritables traditions ou modes micro-régionales ? Si oui, elles restent à mettre en évidence sur des bases plus objectives à partir de l’ensemble du mobilier, qu’il soit funéraire ou non.

6.2.3.10. La parure en coquillage

Les coquillages simplement percés

65Ces éléments de parure sont fréquents dès le Paléolithique supérieur (Taborin 1974) et semblent disparaître à l’âge du Bronze final.

66Concernant la fin du Néolithique et la région qui nous concerne, la plupart des monuments pour lesquels on dispose de mobilier funéraire ont livré une ou plusieurs coquilles simplement percées par percussion près de l’ombilic ou par usure vers le crochet ou la dernière spire : Columbella rustica, Cerithium vulgatum, Pectunculus et Cardium sont les espèces les plus fréquentes. Pour les dentales (Dentalium vulgare et Dentalium novemcostatum), la perforation résulte simplement du bris de la base du coquillage (fig. 273).

67Autrefois, quand deux coquilles de Cerithium vulgatum étaient trouvées dans une sépulture, comme dans le dolmen du Bois-Sorbier à Bourg-Saint-Andéol (Germain 1911 : 210) (fig. 297), elles étaient qualifiées de pendants d’oreille.

Fig. 297 - Dolmen du Bois Sorbier à Bourg-Saint-Andéol ; outillage lithique et éléments de parure ; dessin Léopold Chiron 1886.

68Plus rares sont les coquilles de Conus mediterraneus : un exemplaire provient du dolmen n° 2 des Géandes (supra chap. 3), un autre de la Plaine du Tay à Vallon et trois de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Barge 1982 : 90 et 230) (fig. 231, 239), ce qui plaide plutôt alors pour une attribution à l’âge du Bronze ancien. Une possible Cyclonassa proviendrait d’un dolmen de la Plaine de Ronze à Orgnac. Par contre, les coquilles de Nassa signalées dans le dolmen de Coste Rigaude et dans le n° 1 des Clausasses à Gras (Arnal 1963b : 19 ; Bonhomme et Arnal 1967 : 274 et 279), sont en fait des tests de Columbella. Enfin, un fragment de Pecten provient du dolmen n° 1 des Géandes (Barge 1982 : 18 et 85) et un autre est signalé dans un dolmen d’Orgnac (Ollier de Marichard 1882 : 15).

69Il s’agit toujours d’espèces uniquement méditerranéennes (fig. 284) sauf pour deux pièces océaniques décrites dans la collection Chiron (Germain 1911 : 208, 209 et 211-212) mais qui n’ont pas été retrouvées pour en garantir l’authenticité : il s’agirait d’une Littorina obtusa percée du dolmen de Champvermeil à Bidon accompagnée d’un tube de serpule et d’une coquille percée de Clavatula sacerdos Reeve, détermination très surprenante puisque cette espèce, qui proviendrait d’un dolmen des Géandes, est strictement africaine.

70Comme les dentales, les coquilles de Columbella rustica deviennent très abondantes à la fin du Chalcolithique et surtout à l’âge du Bronze ancien (Barge 1982 : 88). La région prospectée est riche en découverte (Arnal et al. 1974 : 35). Elles sont généralement percées par abrasion de l’apex mais pas toujours puisque deux coquilles intactes proviennent du dolmen des Arredons à Saint-Remèze (Polloni 2000 : 106).

71Les autres espèces de coquillage n’ont pas chez nous d’attribution chrono-culturelle précise ni de spécificité régionale particulière.

Les perles discoïdes calibrées ou rondelles d’enfilage en test

72Réalisées sur valve de lamellibranches et selon les techniques maintes fois décrites (Barge 1982 : 72), elles seraient plus abondantes à la fin du Chalcolithique et surtout à l’âge du Bronze ancien ; bon nombre de dolmens et grottes sépulcrales de la zone prospectée en ont effectivement livré (fig. 285, 299).

Les pendeloques en test de coquillage

73Ces pendeloques sont obtenues en général sur des coquillages marins, rarement sur des bivalves d’eau douce ou exceptionnellement sur un fossile (Saumade 1993). En Languedoc, elles sont connues antérieurement au Néolithique final et deviennent très fréquentes à l’âge du Bronze ancien. La quasi-totalité d’entre-elles provient de dolmens et non de cavités sépulcrales, ce qui est sans doute très significatif : est-ce le reflet d’une spécialisation des tombes selon le rang, le sexe ou le statut social des défunts ?

74On les trouve souvent par lot, jusqu’à 32 exemplaires dans le dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Barge 1982 : 230) (fig. 231). Ces pendeloques ont le plus souvent une seule perforation plus rarement deux (fig. 299) et ce, quelle que soit leur morphologie. La position de la lumière varie : à une extrémité comme pour les éléments d’un collier ; en position latérale et médiane, ce qui évoque alors plutôt un plastron.

75Si l’on en juge par leur répartition en Languedoc, Ardèche incluse, il semble que ces objets soient plus abondants et donc plus prisés, au fur et à mesure que l’on s’éloigne du rivage méditerranéen, là où les tests furent collectés mais pas forcément façonnés.

76Ces pendeloques sont en tout cas un des meilleurs marqueurs du début de l’âge du Bronze ancien en Ardèche et dans le nord du Gard (Montjardin 1974 : 10 ; Saumade 1975 : 19 ; Barge 1982 : fig. 47 ; Gros 1997 : 27 ; etc.), au même titre que les alênes losangiques en bronze (infra) auxquelles elles sont souvent associées.

77Les monuments de la zone prospectée ont livré un assez grand nombre de ces parures. Pour les séries les plus abondantes, signalons celles des dolmens de Costeplane à Lagorce (fig. 299), les Arredons à Saint-Remèze, tombe n° 2 d’Issirac, un dolmen du Pradinas à Bidon, Saint-Gervais, etc. (Ollier de Marichard 1869 : pl. 11 ; Roudil 1963 : 240 ; Barge 1982 : 202, 216 et 257) mais pas, à notre connaissance, la nécropole des Géandes.

Fig. 298 - Dolmen n° 1 de Costemale à Lagorce.

Fig. 299 - Dolmens de Costemale et Costeplane à Lagorce ; éléments de parures et céramique (mobilier mélangé).

6.3. La céramique en contexte funéraire

6.3.1. Généralités

78À partir du Néolithique final jusqu’à l’âge du Bronze ancien, le nombre de cadavres par sépulture est élevé (infra chapitre 7), qu’il s’agisse de dolmen ou de cavité. Malgré cela, la céramique quand elle est présente, c’est-à-dire la plupart du temps comme le confirme un rapide survol des séries de mobilier funéraire du Musée d’Orgnac suffisamment conséquentes pour être un tant soit peu significatives, n’est jamais abondante. La grotte de Gaude à Saint-Étienne-de-Fontbellon (Evesque et Billy 1989) ferait exception mais la vocation funéraire des poteries n’est pas évidente, cette cavité ayant eu de multiples usages au cours des presque deux millénaires concernés par cette étude (circa 3400-1700 avant J.-C.). La même observation est faite dans la grotte des Jarres (Gély et le SCA 2006) et pour l’aven sépulcral de la Boucle à Corconne qui sont riches en céramique (Chambon 2003). La présence des tessons qui attestent d’une fréquentation antérieure au dolmen n° 1 des Géandes (supra chapitre 3) illustre bien cette diachronie.

79Bien que la plupart du temps les débris soient peu discriminants (fig. 301), on constate que le nombre de récipients augmente à l’âge du Bronze ancien (fig. 290) jusqu’à une dizaine dans le dolmen de Coste-Rigaude à Saint-Gervais (fig. 232) qui a livré les restes de plus de 150 individus (Arnal 1963b : 20 et 21).

Fig. 300 - Dolmen de la Lauze du Garn ou d'Orgnac ; pendeloques en test de coquillage.

Fig. 301 - Dolmen n° 2 du Chanet à Saint-Remèze ; céramique.

Fig. 302 - Dolmen de Costemale à Lagorce ; céramiques.

80La persistance de céramique dans le mobilier funéraire à la fin de l’âge du Bronze, alors que l’outillage lithique et la majorité des parures disparaissent presque au profit du seul métal, montre que les vases ont un rôle particulier. Ils ne seraient pas l’offrande proprement dite, mais contiendraient, par exemple, des denrées périssables.

81Les quelques cas de sépultures individuelles montrent qu’un ou deux vases de petit volume peuvent être disposés aux côtés d’un défunt bien doté, par exemple coffre de Clairfond à Soyons (Blanc 1958), alors que d’autres cadavres en sont dépourvus par exemple, tumulus des Saults à Banne et grotte du Chef (Combier 1959 : 210 ; Roudil 1965) voire même ne disposent d’aucun viatique comme dans la grotte des Jarres (Gély et le SCA 2006 : 26). Cette seule disparité explique la rareté des poteries dans les ensembles funéraires complexes qui abritent parfois plus d’une centaine d’individus.

82En général, il s’agit d’un ou deux fragments, parfois jointifs, correspondant à des vases peu décorés. S’agit-il d’un bris intentionnel ? Des tessons furent-ils offerts symboliquement, substituts d’offrande comme peuvent l’être, par exemple, des bucranes dépourvus de tout intérêt alimentaire ? Sans pouvoir les écarter, ces hypothèses sont ici indémontrables en l’état de la documentation.

83Les tessons, quand ils sont encore suffisamment concaves et profonds, correspondent-ils par exemple à des creusets de lampes ? La présence de charbons de bois est rarement signalée en contexte funéraire. De toute façon, la quasi-absence d’analyse anthracologique, même hors de notre région, ne permet pas de savoir s’il s’agissait d’essences odoriférantes.

84L’état de fragmentation des vestiges en général et de la céramique en particulier, ne résulte-t-il pas plus simplement de la fréquentation répétée des lieux ? A l’origine, les récipients auraient donc plutôt été déposés intacts, comme on le constate dans certains sites (par exemple, tasse de l’âge du Bronze ancien de la grande salle de l’aven Jacques à Lussas) (Héritier 1987). A l’instar des ossements, les poteries sont alors brisées par l’action conjuguée des agents naturels et du piétinement humain, les morceaux volumineux étant pilés involontairement.

85Parfois, cependant, des vases sont simplement écartés du passage et restent intacts (fig. 327) comme dans la grotte des Ailes où un petit bol hémisphérique (fig. 328), dont le contenu témoigne du brassage qui affecte les sépultures, fut retrouvé presque entier parmi des crânes amassés au fond du boyau (Lhomme 1988). Cette similitude de volume entre calvaria et récipient plaide en faveur de rangements rendus nécessaires par l’exiguïté de la cavité (Gély 1993 : 54 et 202). Enfin, à l’instar des lots d’éléments de parure (supra), certaines céramiques peuvent avoir été déposées dans les secteurs plus calmes des sépultures collectives.

6.3.2. Les céramiques ante-campaniformes dans les dolmens de la zone prospectée

86L’hypothèse de l’existence de céramique chasséenne dans les dolmens de notre région, par exemple celui de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1963b : 20-21 note n° 5), est écartée.

87La plupart des dolmens ont livré des débris informes et peu caractéristiques. Après les travaux d’Émile Vogt concernant la culture de Horgen (3500-2850 avant J.-C.), certains érudits des années 1950-1960 ont abusivement qualifié de horgenienne toute céramique grossière et non décorée comme, par exemple, les fragments extraits du dolmen n° 3 du Pié de l’Aigo à Aiguèze par l’Abbé Roux (inédit, doc. Musée d’Orgnac).

88Dans un dolmen de Laval-Saint-Roman, des décors ont été attribués au Ferrières mais non figurés, ce qui ne permet pas de confirmer cette détermination (Timsit 1995 : 47), de même pour deux tessons décorés de chevrons incisés dont un provenant de la base du remplissage du dolmen de la Plaine d’Arène à Issirac (Roudil 1976 : 573 ; Bordreuil et Jallot 2002 : 288). Si l’attribution au Néolithique final Ferrières était toutefois confirmée ce dont on ne peut pas préjuger, il s’agirait alors des seuls éléments anciens provenant de cette dernière sépulture qui sinon a livré du mobilier du début de l’âge du Bronze ancien (Raymond 1900 : 207-211).

89Un dernier exemple incite à toujours plus de prudence. « Quelques morceaux… de divers pots… avec de jolis dessins en chevrons… » ont été mentionnés dans le dolmen de Feuillet à Saint-Martin-d’Ardèche (Chiron 1896 : 44). Bien que ces tessons, jamais figurés, soient perdus, le motif a, là aussi, été attribué automatiquement au Ferrières (Montjardin 1965 : 23).

90Les motifs de chevron existent dans le Fontbouisse gardois (Gutherz 1975 : 54 et 62) et ils sont surtout assez fréquents sur les vases campaniformes (Lemercier 2004 : 335-338) dont un tesson provient bien du monument de Saint-Martin-d’Ardèche (fig. 225). Ce genre de décors existe jusqu’au Campaniforme dans notre région, le Gard en particulier (Lemercier 2004 : 335) et même jusqu’au début de l’âge du Bronze final (Gély et le CASC 1992 : 54) qui est aussi attesté dans ce dolmen.

91Enfin, les céramiques fontbuxiennes sont rares dans les nécropoles de la zone prospectée, aussi bien dans les dolmens qu’en cavités. Dans le dolmen des Arredons à Saint-Remèze, au moins deux récipients – inornés - sont caractéristiques (fig. 234), les autres renvoyant à l’âge du Bronze.

6.3.3. Le mobilier campaniforme et apparenté

92La céramique en contexte funéraire n’est donc ni abondante ni particulièrement décorée hormis pour les poteries campaniformes. Le terme de « bien de prestige » avait été avancé à propos des tasses, coupes et surtout gobelets campaniformes qui se rencontrent aussi bien en habitat qu’en sépulture (Cauvin 1965 ; Jeannet 1974 ; Saumade 1987 par exemple pour l’Ardèche) (fig. 280). Les études récentes à une vaste échelle montrent qu’on ne peut qualifier le gobelet campaniforme d’objet précieux à l’inverse des poignards en cuivre (Salanova et Sohn 2007 : 87).

93Hormis quelques tessons décorés attribués aux phases anciennes (style international et à la cordelette) ou, au contraire, tardives (style barbelé du type Camp de Laure) et céramiques communes qui n’ont jusqu’alors pas été identifiées avec certitude en contextes funéraires (fig. 303), les formes et les volumes sont variés (gobelets, bols, tasses, coupes). Les décors sont peignés et surtout incisés et estampés sur la pâte fine et crue (fig. 304, 308) ; très aérés ou à l’inverse très couvrants, ils sont parfois rehaussés de colorant blanchâtre. Les motifs ainsi créés témoignent d’une certaine fantaisie. L’ensemble de ces caractères les rattachent en toute logique au groupe méridional dit rhodano-provençal qui est bien représenté en Languedoc.

Fig. 303 - Céramiques campaniformes en Ardèche et dans le nord du Gard (31/12/2010).
1 : Le tesson de la collection Paul Raymond fut attribué par erreur à un dolmen de Tharaux (Lemercier 2004 : 240), commune du Gard.
2 : Il provient de la collection Paul Raymond dont on sait seulement qu’il fouilla au moins le dolmen n° 1 du Chanet sur cette commune, comme l’atteste une photo conservée au Musée de Pont-Saint-Esprit (Tscherter et Paillole 2008 : 112).
3 : Il n’y a pas de dolmen recensé sur cette commune mais ils sont nombreux à Saint-Germain et à Lavilledieu ; l’authenticité de cette découverte est douteuse.

Fig. 304 - Tesson campaniforme d’un dolmen d’Aiguèze ; collection Paul Raymond au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye.

Fig. 305 - Carte de répartition des céramiques campaniformes (les numéros renvoient au tableau de la figure n° 303).

94Des objets métalliques (poignards et pointes à soie ou à languette) et éléments de parure (brassards d’archer, pendeloques arciformes en coquillage) (supra) sont souvent rattachés automatiquement au Campaniforme (Lemercier 2004 : 389). Certains y incluent même les poignards en silex du Grand Pressigny (D’Anna, Giligny et Tinevez 2008 : 275). En Ardèche, l’association de tous ces artefacts au Campaniforme est très loin d’être évidente.

95La carte de répartition des céramiques campaniformes et apparentées et objets supposés associés montre qu’en Ardèche, la moitié des sites répertoriés sont des sépultures individuelles ou collectives : grottes sépulcrales, tumulus, coffres et bien entendu dolmens. Cette situation contraste avec celles connues dans le Gard et la Drôme (Gutherz 1988 : 73 ; Lemercier 2004) où les sépultures sont rares alors que les habitats sont abondants, en particulier ceux en plein air.

96En Ardèche, cet étonnant constat est sans doute même en dessous de la réalité : bon nombre de découvertes en grotte sont anciennes ou hors contexte et la présence d’ossements humains n’y a peut-être pas été suffisamment prise en compte. Dans la grotte des Conchettes à Grospierres, des débris de vases campaniformes proviennent d’un niveau d’habitat du Fontbouisse qui a également livré une hache plate en cuivre ainsi que des os humains éparpillés, témoignages probables de sépultures détruites (Gros 1979). Un autre cas est envisageable dans la grotte du Déroc à Vallon-Pont-d’Arc (126 perles discoïdes en test, restes humains épars, débris de céramique campaniforme). Cette éventuelle relation entre restes humains épars et éléments campaniformes se rencontre sur d’autres sites de la région Rhône-Alpes (Gély 1993 : 238).

Fig. 306 - Dolmen du Pouza à Bidon.

Fig. 307 - Dolmen du Pouza à Bidon.
Mobilier ; outillage lithique et éléments de parure, céramique dont du campaniforme ; en haut à gauche croquis Léopold Chiron 1889.

6.3.4. Les céramiques de l’âge du Bronze ancien et récent

97Comme pour les périodes précédentes, les céramiques retrouvées en sépulture sont surtout de petits et moyens récipients (tasse, pichet, petite urne) (Arnal 1963b : 20 ; Meucci et al. 1992).

98Les grandes jarres biconiques dites rhodaniennes marqueraient la seconde phase de l’âge du Bronze ancien dans le Midi de la France (Vital 1996 : 332). En Ardèche, elles sont surtout connues en grotte, aussi bien en contexte d’habitat que de sépulture ou de dépôt (Tscherter et le Césame 1990 ; Roudil 1994). Des fragments d’une jarre biconique à cordons impressionnés proviennent du dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais (Arnal 1963b : 18) (fig. 231).

99À l’entrée du couloir du dolmen n° 4 des Géandes, trois tessons proviennent de la formation qui marque la fin de l’utilisation de la zone funéraire (supra chapitre 3) : il s’agirait d’un grand vase à cordon pincé attribuable à l’âge du Bronze « récent » (circa 1500-1300 avant J.-C.). La présence de ce genre de récipient est connue dans d’autres dolmens du secteur étudié ici.

Fig. 308 - Dolmen du Bois à Vogüé ; tasse (hauteur : 4,6 cm) (fouilles R. Meucci).

6.4. Les objets métalliques en contexte funéraire

6.4.1. Généralités

  • 3 Suite à une coquille d’imprimeur, des perles en or, qui en fait seraient en os, furent signalées da (...)

100Dans les sociétés de la fin du Néolithique du Midi de la France, l’apparition et l’emploi du cuivre et autres métaux tels le plomb, l’or3 et l’argent fut progressif et sans lien étroit avec un style céramique en particulier. Il s’agit d’abord de petits objets de parure réalisés par martelage à froid (fig. 311) ; les alênes bi-pointes en cuivre sont fréquentes en sépulture. Des haches et surtout des poignards (fig. 309) accompagnent les défunts, au même titre que leurs homologues en silex et roche dure dont certains copieraient les pièces métalliques.

Fig. 309 - Tumulus de Clairfond à Soyons ; poignard en cuivre (L. 88 mm).

Fig. 310 - Dolmen n° 2 du Pala à Chauzon ; alêne losangique en bronze (L. 49 mm).

Fig. 311 - Dolmen n° 1 des Abrits à Beaulieu ; perles en cuivre.

Fig. 312 - Dolmen Saint Vacome à Barjac ; éléments de parure, tête d’épingle perforée en bronze (n° 8).

101L’invention du bronze ne modifie pas ce constat dans un premier temps, mais peu à peu son utilisation se généralise et supplante le cuivre et le silex dans les domaines de la vie courante, tel le gros outillage, l’armement et la parure.

102Comme toujours, les brassages réitérés du remplissage des cellae ne permettent pas d’attribuer les rares objets métalliques retrouvés à un personnage en particulier. Les sépultures individuelles en grotte, en coffre, en fosse, etc. montrent que les morts ne sont pas équitablement dotés. Des défunts en sont démunis ; d’autres disposent d’un seul objet métallique alors que certains sont plus richement accompagnés.

103Selon la période concernée (Néolithique final-Chalcolithique d’une part et âge du Bronze ancien d’autre part), la nature (cuivre ou bronze) mais également le type et surtout le nombre d’objets varient d’un secteur à l’autre du Bas-Vivarais.

6.4.2. Les objets de cuivre à la fin du Néolithique

104Sur la base d’analyses spectrographiques et typologiques, l’Ardèche est dans l’aire de diffusion de la région de Cabrières (Hérault) (Gutherz et Jallot 2005 : 125 ; Ambert 2008 : 305). Pourtant en Ardèche, les objets en cuivre sont surtout abondants à l’ouest du département, vers la bordure cévenole qui recèlent des gîtes cuprifères (Arnal et al. 1974 : 22 ; Barge 1982 : 34) (fig. 313, 314), indice supplémentaire en faveur d’une exploitation locale du minerai (Gros 1997 : 21).

Fig. 313 - Carte de répartition des objets en cuivre d’Ardèche et nord du Gard (les numéros renvoient au tableau de la figure n° 314).

Fig. 314 - Principaux objets de cuivre (poignards, alênes, haches et perles de cuivre) d’Ardèche et du nord du Gard.

  • 4 La première est mentionnée par erreur sur la commune de Pont-Saint-Esprit et la seconde fut trouvée (...)

105Pour les mentions anciennes (Ollier de Marichard 1876 ; Jullien 1914 ; Arnal 1963b ; etc.) (fig. 56), la distinction entre cuivre et bronze n’est pas garantie. Certaines haches plates mentionnées comme étant en cuivre (grotte du Déroc à Vallon-Pont-d’Arc) s’avèrent être en bronze après analyse métallographique (Sn 10 ; Pb 0,51 ; Sb 0,16). Qu’en est-il de la hache plate de la Chartreuse de Valbonne et de celle de la station de Claou à Saint-Paulet-de-Caisson4 (Chardenoux 1981 : 135 et 140) et des poignards des dolmens d’Aubenas et de Bidon simplement mentionnés ?

106Cette difficulté à déterminer visuellement le métal ou l’alliage lorsque l’oxydation masque leur aspect initial est quasi-générale pour les vestiges de petites dimensions (éléments de parure, alênes bi-pointes) d’autant plus qu’il s’agit d’objets qui perdurent jusqu’à l’âge du Bronze final.

107Les objets en cuivre proviennent surtout de sépultures, aussi bien de grottes que de dolmens.

108Les grandes densités de découvertes, concentrations qui se retrouveront au début de l’âge du Bronze, correspondent d’une part au bassin du Chassezac et d’autre part à celui de la Beaume allié à la moyenne vallée de l’Ardèche. C’est du reste dans ces secteurs que sont connus les rares témoignages d’activité métallurgique préhistorique ardéchoise (Gros 1997 : 21 par exemple).

109Un troisième ensemble, bien moins dense, correspond à la basse vallée de l’Ardèche étudiée dans ce travail. Il est bordé au sud par les découvertes de la vallée de la Cèze : pendeloque en griffe en cuivre de la grotte sépulcrale du Petit Prince qui témoigne d’influences caussenardes (Guy et al. 1996 : 53).

110Les découvertes de Soyons (fig. 309) dans la vallée du Rhône marquent un quatrième lot auquel nous rattacherons le site des Trémoulèdes à Cros-de-Géorand ; peu dense, ce « groupe septentrional » est pourtant important par son contexte campaniforme affirmé.

111Enfin, des objets en cuivre ne sont pas obligatoirement chalcolithiques, telle l’épingle à tête en palette du dolmen n° 1 des Abrits à Beaulieu (Gros 1997 : 23-27) qui est en contexte plutôt âge du Bronze ancien et pourrait être une imitation de spécimens en bronze de la haute vallée du Rhône.

6.4.3. Le bronze à l’âge du Bronze ancien

6.4.3.1. Les alênes losangiques

112Les alênes losangiques en bronze méritent une attention particulière. Repérées très tôt comme étant des objets à grande signification chronologique (Raymond 1900 : 210), elles seraient effectivement en Languedoc un des meilleurs marqueurs du début de l’âge du Bronze ancien.

113L’exemplaire du dolmen du Cros des Grenouilles à Berrias-et-Casteljau a été trouvé à proximité des débris d’un crâne (Ravy et Clère 1993 : 15) : cet emplacement privilégié près de la tête du défunt se retrouve aussi pour des poinçons en os et épingles de bronze dans d’autres sépultures. Bien que leur fonction exacte reste énigmatique (poinçon, alêne à tatouer ou à scarifier, etc.), elles sont pourtant généralement décrites avec la parure (Barge 1982 : 57 ; Stocchetti 2003 : 36).

  • 5 Celle mentionnée dans le Puits du Fakir à Balazuc (Mouyon 2001 : 35 et 38) est atypique et n’a pas (...)

114Connues à plus de 80 exemplaires en Languedoc oriental (Roudil 1990 : 154), elles sont classées en 5 types et sous-types (Roudil 1972 : 234). La quarantaine d’exemplaires d’Ardèche5 (fig. 310) et du nord du Gard (fig. 315) proviennent pour la plupart de nécropoles, surtout de dolmens (fig. 316).

Fig. 315 - Mobilier en bronze (alênes losangiques, haches, poignards et épingles) du début de l’âge du Bronze en Ardèche et dans le nord du Gard.

Fig. 316 - Carte de répartition des objets de bronze d’Ardèche et du nord du Gard (les numéros renvoient au tableau de la figure n° 315).

115La région des gorges de l’Ardèche est particulièrement riche puisque elle a livré pratiquement la moitié de ces objets, plusieurs sépultures gardoises en livrant plusieurs exemplaires (Raymond 1900 : 209 ; Arnal 1963b : 20 ; Combier 1974b : 50). À l’inverse, et bien que ce type d’alêne soit connu régionalement jusqu’en Savoie (la grotte des Balmes à Sollières-Sardières) (Benamour 1984 ; Gély 1993 : 166 ; Vital et Benamour 2012), l’autre rive du Rhône en est presque dépourvue : Grotte du Trou Puceu à Cheval-Blanc (Vaucluse), Baume des Anges à Donzère (Drôme) et site de Gournier à Montélimar (Drôme) (Sauzade 1983 : 72 et 215 ; Combier 1977 : 612 ; inédit : doc. SRA Rhône-Alpes).

6.4.3.2. Les autres objets en bronze de l’âge du Bronze ancien

116Parmi la centaine d’autres objets en bronze découverts en Ardèche, plusieurs petits poignards à lame triangulaire (fig. 315) proviennent de dolmens : comme pour l’épingle à tête en palette précédemment citée, il s’agit d’imitations locales des grands poignards rhodaniens à manche massif, dont le fameux poignard à manche massif de Crussol (Artaud 1811).

117Dans la zone prospectée, signalons en particulier un fragment de lame à deux rivets (Gilles 1994 : 35) et ceux de la Plaine d’Aurelle de la collection Chiron dont on ne dispose que de clichés.

118Aucune hache en bronze de l’âge du Bronze ancien ne provient de dolmen, ce qui évoque les observations faites pour les haches polies (supra). À l’inverse, la fréquence d’épingles en bronze de types variés et d’autres objets perforants en os ou en métal, dont les alênes losangiques, pourrait alors être liée à des parures vestimentaires ou à l’emploi en « épingle de linceul » (infra).

6.5. L’outillage en os en contexte funéraire

119L’outillage osseux, quand il existe dans les sépultures, est peu diversifié : il s’agit surtout de poinçons et objets apparentés (épingles, aiguilles et « sagaie ») qui correspondent en tous points à ceux rencontrés en habitat.

120En Ardèche, sur l’ensemble de la séquence abordée ici, on en trouve plusieurs exemplaires dans les sépultures collectives en cavités (grottes des Trépassés et des Ailes, aven Jacques) (della Libera et Pérrève 1980 ; Lhomme 1988 ; Héritier 1987 : 12) mais ils sont nettement plus fréquents en dolmen : n° 1 et 4 et éventuellement n° 2 des Géandes, Coste Rigaude, Méandre de Gen, n° 1 des Campanes, n° 3 des Rieux, n° 4 et 6 de la Planèze, etc. (Arnal 1963b : 20 ; Saumade 1975 : 20 ; Montjardin 1974 : 3 et 8 ; Ravy et Clère 1990 : 20 ; Gros 1998 : 39). Cette abondance dans les dolmens, jusqu’à une dizaine (Gros 1998 : 40 et 42), doit être liée au nombre d’individus représentés, les grottes livrant effectivement en moyenne bien moins d’individus. Ce constat a déjà été fait pour les alênes en cuivre et en bronze. Signalons enfin, le manche (fig. 274 n° 15) d’outil en os du dolmen n° 1 des Claussasses à Gras qui atteste d’influences caussenardes (infra chapitre 8).

6.6. Restes fauniques en contexte funéraire

121À partir du Néolithique final, avec l’essor des tombes collectives, qui par définition ne sont pas des ensembles clos, la présence de restes de faune, des dents surtout de caprinés (comme par exemple, dans le dolmen n° 1 des Géandes) et, dans une moindre mesure, de carnivores est récurrente (Montjardin 1974 ; Lhomme 1974 : 9 ; Saumade 1975 : 20 ; Laforgue et al. 1984 : 9 et 12). Quand il ne s’agit pas d’élément de parure comme des métapodes de lagomorphes percés, leur relation avec les sépultures est peu évidente puisqu’il pourrait s’agir d’ossements introduits fortuitement dans les zones sépulcrales par les animaux fouisseurs et trogloxènes. Ce constat s’applique à l’ensemble du Midi de la France.

  • 6 Signalé au Chasséen (c. 5) dans la Combe Obscure à Lagorce (Roudil et Saumade 1991 : 126).

122La quasi absence de restes de cheval dans notre région est par contre significative : la seule mention concerne le dolmen de Coste Rigaude à Saint-Gervais à l’âge du Bronze ancien (Arnal 1963b : 21) ; une incisive perforée provient également du dolmen de Costeplane à Lagorce utilisé à cette même époque, comme en témoignent les éléments de parures (Columbella et pendeloques en coquillages) de la collection Jules Ollier de Marichard (fig. 24). Le cheval qui réapparaîtrait6 en Occident sous la forme domestique au Chalcolithique (Coularou et al. 2008 : 180) est représenté occasionnellement dans les habitats du début de l’âge du Bronze ancien dans la vallée du Rhône et sur les Causses (Chaix 1996 ; Gasco et Thauvin-Boulestin 2006 : 285).

6.7. Objets en matières périssables

123Mentionnés ici que pour mémoire, ces témoins (coffre, brancard, cloison, repose-tête, vannerie, vêtement, etc.) sont, par essence même très difficiles à mettre en évidence, même lors de fouilles modernes bien menées, ce qui est loin d’être le cas de nos dolmens dont les remplissages furent brassés de tout temps.

6.8. Aspect sociologique du mobilier funéraire

124La signification sociale du mobilier funéraire est une question essentielle sur laquelle les sépultures collectives ardéchoises, et les dolmens en particulier, apportent très peu d’éléments de réflexion.

125La vocation exclusivement funéraire ou au contraire d’usage courant du mobilier est un débat permanent (par exemple, Chambon 2009). Il en va en particulier de certains types de parures (pendeloques bilobées et à pointes par exemple), de certains types de poignards en silex de très haute finition (fig. 281) ou encore des alênes losangiques en bronze (supra) qui sont effectivement presque exclusivement rencontrées en sépultures. Mais en général, pour le reste du mobilier, on ne perçoit rien de tel.

126D’autre part, la nature du mobilier varie-t-elle selon l’âge du défunt ou y a-t-il une connotation sexuelle ? Souvent, les pointes de flèche sont jugées comme des attributs masculins, à l’inverse des céramiques qui seraient alors plutôt dans les tombes féminines (Saintot 2008 : 215). La grande rareté des poteries en contexte funéraire (supra) suggèrerait alors une sous-représentation des défuntes, ce que les études anthropologiques ne laissent pas du tout entrevoir. Qu’en est-il alors des sépultures en grottes (par exemple : Cornic 1987-1988 ; della Libera et Pérrève 1980 ; Gély et le SCA 2006) qui ne livrent pas d’éléments de parure ?

127Enfin, s’agit-il de mobilier à caractère individuel ou au contraire d’offrande collective, plus en liaison alors avec le réceptacle ? C’est, par exemple, ce qui est avancé pour des lots d’éléments de parure retrouvés en secteur « calme » d’une cavité sépulcrale (supra).

6.9. Réutilisations tardives des sites funéraires (avec la collaboration de N. Clément)

128Ces réutilisations tardives couvrent la période comprise entre l’âge du Bronze moyen ou final et le haut Moyen Âge, rarement au-delà : une monnaie de Louis XIII à tout de même été recueillie dans un dolmen du nord du Gard (Raymond 1900 : 159).

129Sans prétendre à l’exhaustivité, puisque un tel inventaire sortirait du cadre chronologique fixé pour cette étude et que bon nombre de documents ou vestiges sont inédits, on mentionnera quelques exemples significatifs pour chaque période en écartant les sépultures protohistoriques apparentées aux dolmens (tombelles, etc.) qui sont souvent mal identifiées architecturalement parlant, comme par exemple la célèbre sépulture de la Chadenède à Lagorce (Ollier de Marichard 1869 : pl. XI).

130Il s’agit avant tout de mobilier métallique et d’éléments de parure : perles en verre du dolmen de la Barthe à Saint-Remèze ou en ambre du dolmen de Terme des Fades (Raymond 1900 : 171), etc. En effet, les céramiques qui auraient permis d’affiner la chronologie ont été très rarement prises en compte et, donc, conservées par les pionniers de la recherche. Un tel déficit est flagrant à la simple lecture des inventaires de collections anciennes disponibles, par exemple celle de Jules Ollier de Marichard conservée au Musée Crozatier du Puy-en-Velay (Clément et Gély 2005).

6.9.1. L’âge du Bronze final et le premier âge du Fer

131Des tombes protohistoriques viennent généralement s’immiscer au sein de nécropole antérieures, par exemple celles de la Plaine d’Aurelle et de Beauregard entre Bidon et Saint-Remèze (fig. 318) (Chiron 1896 : 46 ; Gourvest 1957 et 1959).

Fig. 317 - Nécropole de Beauregard à Saint-Remèze (dessin Chiron 1886).

Fig. 318 - Dolmen n° 4 de Beauregard à Saint-Remèze.

Fig. 319 - Dolmen n° 5 de Beauregard à Saint-Remèze.

Fig. 320 - Mobilier métallique (âge du Bronze final) de la sépulture Dumas à Saint-Remèze.

132Les cavités sépulcrales de la zone prospectée quant à elles, livrent aussi des preuves évidentes de réutilisations tardives des sépultures collectives de la fin du Néolithique (Gély 1993).

133Dans tous les cas, les preuves les plus fréquentes sont bien sûr les objets qui témoignent d’une réutilisation des chambres funéraires et des tertres au cours de l’âge du Bronze final, par exemple à Sigeailles à Salavas, la Selve et Vausservières n° 1 à Labastide-de-Virac (Ollier de Marichard 1876 ; Gros 1969a), Costemale à Lagorce (fig. 298) ou encore au Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol (inédit, doc. SRA Rhône-Alpes) et bien sûr le dolmen n° 4 des Géandes (supra chapitre 3). Il s’agit souvent de fragments de grandes urnes à profil segmenté et décor d’impressions digitales avec ou sans coup d’ongle.

134Le mobilier métallique est assez fréquent. Le ciselet spatulé, la perle et l’applique circulaire en tôle de bronze à décor estampé de la sépulture Dumas à Saint-Remèze (fig. 318) renvoient sans en avoir la richesse – mais cette pauvreté a sans doute été amplifiée par les pillages incessants de la nécropole de Beauregard depuis le XIXe siècle – au mobilier de la sépulture du tumulus n° 1 de l’Abeillou à Grospierres (Gros 1972 b : 18).

135On notera qu’il s’agit souvent de sépultures qui ne furent pas retrouvées lors des prospections, sans doute parce que leur cella était constituée en grande partie ou en totalité de pierres sèches : elles étaient donc morphologiquement plus proches des véritables tumulus protohistoriques que des tombes dont les chambres sont mégalithiques comme, par exemple, pour le dolmen n° 1 du Plano de Laouzen à Aiguèze (fig. 323).

136Le pied d’une urne du Hallstatt a été signalé dans le dolmen n° 1 de Coste Rigarde les Perrières (sic) à Saint-Gervais (Provost et al. 1999 : 612). Nous ne connaissons pas cet objet. Les objets publiés (Arnal 1951) sont bien de l’âge du Bronze ancien (fig. 232), au mieux de l’âge du Bronze final pour certaines épingles. Aucune réutilisation tardive n’est donc attestée ici, ce qui n’avait pas échappé au Dr. Arnal (Arnal 1963b : 15). Par contre, une armille inornée conservée dans la collection Vallentin du Cheylard à Montélimar atteste d’un réemploi à des fins funéraires du dolmen du Cloget à Bidon au premier âge du Fer.

6.9.2. La fin de la Protohistoire et l’Antiquité

137Concernant le deuxième âge du Fer et l’Antiquité, les données sont beaucoup plus rares. Certains monuments signalés d’abord par J. Ollier de Marichard (Ollier de Marichard 1873 : 667-668) comme tumulus-dolmens puis par Léopold Chiron dans la nécropole de la Plaine d’Aurelle à Bidon et à Darbousset à Bourg-Saint-Andéol pourraient s’avérer être des tombes en bâtière, historiques donc.

138Les occupations antiques repérées en cavité sont rares, au même titre que celles dans les monuments mégalithiques. Dans la base Joconde des Musées de France, des tessons gallo-romains sont signalés dans un dolmen de Laval-Saint-Roman (collection P. Raymond conservée au Musée d’Archéologie Nationale), information qui ne fut pourtant pas reprise dans la Carte archéologique de la Gaule du département du Gard (Provost et al. 1999). Dans la même collection, deux monnaies de Constantin proviendraient d’un dolmen de Saint-Remèze (Layet 1986 : 108) : il pourrait s’agir du dolmen n° 1 du Chanet à Saint-Remèze dont on sait qu’il a été fouillé par P. Raymond puisqu’on dispose d’une photographie qui en témoigne (Tscherter et Paillole 2008) et qu’au Musée d’Orgnac une monnaie de bronze et des céramiques antiques kaolinitiques proviennent également de ce monument. On connaît d’autres exemples de petits dépôts monétaires cachés dans les dolmens de l'Ardèche.

139Du mobilier, surtout des céramiques, est également conservé au Musée d’Orgnac : amphore gauloise I du dolmen du Champel à Labastide-de-Virac ; céramique antique, campanienne et sigillée des dolmens n° 1 et 2 de Costemale à Lagorce (fig. 298), etc.

140Enfin, on notera qu’à partir de l’Antiquité, les tombes réutilisées sont surtout des dolmens dont la cella est constituée de grandes dalles, à l’inverse des réutilisations protohistoriques (supra).

6.9.3. Le haut Moyen Âge

  • 7 Par exemple, concernant l’utilisation des dolmens pour les besoins de l’agro-pastoralisme moderne, (...)

141Compte tenu de leur morphologie, les dolmens semblent avoir été fréquentés à toute époque au cours des temps historiques, de l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle7.

  • 8 Une synthèse dans le cadre d’une thèse de doctorat est intitulée Occupation du sol dans le territoi (...)

142Sans dresser ici un inventaire exhaustif du mobilier du haut Moyen Âge mis au jour dans les monuments ardéchois8, nous donnerons ici (fig. 322) quelques exemples significatifs en insistant sur la région des gorges de l’Ardèche. Sauf mention contraire, le mobilier est conservé au musée d’Orgnac.

  • 9 Collection privée.

143Parmi les objets métalliques en alliage cuivreux typiquement du haut Moyen Âge et repérés dans des collections privées ou dans celles des précurseurs de la recherche archéologique ardéchoise (Jules Ollier de Marichard, Léopold Chiron, Jullien, etc.) (fig. 321), l’exemple le plus célèbre est sans conteste celui de la plaque-boucle de type Saint-Clément (personnage en position d’orant) associée à une paire de boucles d’oreille et à une petite boucle de ceinture, découverts dans le tumulus n° 1 de la nécropole de Beauregard à Saint-Remèze9 (Gourvest 1959 : 18 et pl. XXXIII). L’ensemble est à situer entre l’extrême fin du VIe et le début du VIIIe siècle. Une perle en verre jaune appartient aussi à ce lot, mais ce type d’artéfact est souvent passé inaperçu. Pourtant, d’autres exemplaires (perles bleues de la tombe du Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol, dont une porte un décor d’ocelles soulignées de jaune) s’identifient parfaitement avec des perles retrouvées dans les sépultures mérovingiennes du nord de la Gaule.

Fig. 321 - Dolmen de Cabusset à Saint-Remèze ; mobilier lithique, parure et métal (voir fig. 37) des fouilles de Léopold Chiron.

  • 10 Il n’a pas été ré-identifié.

Céramique du Xe -XIe siècles des dolmens n° 1 et 2 de Gabiane à Labeaume (inédit)

Céramiques du dolmen de la Faillette à Lagorce (inédit)

Mobilier du IVe -VIe siècles du dolmen n° 1 du Chanet de Saint-Remèze (Layet 1986 : 108 et inédit)

Monnaies du début du Ve siècle du dolmen des Chazes à Saint-Germain (inédit)

Monnaies médiévales du dolmen n° 1 des Campanes à Saint-Alban-Auriolles (Gros 1999 : 32)

Céramiques du haut Moyen Âge du dolmen du Laour à Labastide-de-Virac (inédit)

Céramiques du haut Moyen Âge du tumulus Dumas à Saint-Remèze (Gourvest 1959 : 243-256)

Céramiques du haut Moyen Âge du dolmen n° 1 des Abrits à Beaulieu (Gros 2006 : 63-65)

Agrafe à double crochets du dolmen du Plan de l’Aiguille à Lagorce (Jules Ollier de Marichard 1869 : pl. XII)

Agrafe à double crochets et paire de boucle d’oreille du dolmen de Saint-Remèze (Jullien 1914 : 133)

Boucle d’oreille du dolmen des Arredons à Saint-Remèze (inédit, rens. M. Bordreuil)

Rivet scutiforme du « dolmen de Bidon » ( = du Cloget) collection Léopold Chiron (inédit)

Boucle, ferret, bagues et boucle d’oreille du « dolmen de Bouchet à Saint-Remèze » (inédit)10

Ardillon d’un tumulus de la nécropole de la Plaine d’Aurelle à Bidon (Jules Ollier de Marichard 1869 : pl. XII).

Fibule du dolmen de Cabusset à Saint-Remèze collection Léopold Chiron (inédit)

Fig. 322 - Exemples de mobilier témoignant de réutilisations de dolmens ardéchois au haut Moyen Âge.

144Mais en l’absence de fouille véritable, quelle validité peut-on donner à ce mobilier qui, de surcroît, ne provient que de quelques-unes des 800 sépultures mégalithiques du sud-est de l’Ardèche et du nord-est du Gard ?

  • 11 Il en retirera entre autres huit haches à douille de l’âge du Bronze final (carnet de Jules Ollier (...)

145Les exemples probants de réutilisation d’un monument comme lieu funéraire sont effectivement rares, non seulement parce que cette pratique ne devait pas être très fréquente à l’époque, mais aussi à cause de la précipitation des fouilles du XIXe puisque, par exemple, Jules Ollier de Marichard explora vingt tumulus de la Planèze à Sampzon11 dans la seule et même journée du 1er avril 1877 !

  • 12 Ce dolmen n’a pas été ré-identifié depuis.

146Des coffres ont été signalés dans les tumulus ou à l’intérieur même de la cella du dolmen du Pouza à Bidon et hors de la zone prospectée, dans celui du hameau des Martins à Chandolas12 (Jullien 1927 : 73-75). Mais la datation de ces structures n’est pas évidente par manque de données précises. Toutefois, le dolmen de la Piole à Lablachère a livré un aménagement funéraire incontestable daté du VIe siècle (Thévenon et Robert 1968 : 5), de même pour le dolmen n° 7 des Champs Grands à Banne dont la datation initiale du Bas-Empire est erronée (Evesque 1974 : 60). Ainsi, la réutilisation des monuments mégalithiques comme lieu funéraire au cours du haut Moyen Âge est maintenant une réalité avérée (Soulier 1996 ; Clément 2002 : 218-220).

147La chronologie, établie essentiellement à partir du mobilier métallique, semble être assez courte et se situer dans notre région autour des VIe-VIIIe siècles. Ce choix délibéré d’utiliser les dolmens, alors que de nombreuses nécropoles organisées existent dans le paysage rural, correspond à un rite funéraire bien spécifique. À ce premier constat s’ajoutent d’autres particularismes.

  • 13 Là encore, il est bien difficile d’être affirmatif tant les données restent délicates à manipuler.

148D’une part, il n’est pas rare que ces sépultures disposent d’accessoires vestimentaires et/ou de bijoux13, alors que depuis le milieu du IVe-Ve siècle et la primauté du christianisme, il est de règle de ne porter aucun bien matériel dans la tombe. D’autre part, à cette période, on assiste à une orientation stricte des sépultures suivant un axe ouest-est, tête à l’ouest, ce dont s’émancipent totalement les inhumations implantées dans ces monuments mégalithiques. Ce changement d’orientation est bien illustré avec l’exemple de la nécropole « tardo-antique » de Bois Redon à Beaulieu (Clément 2008 b : 20-27 ; Milanini 2008 : 14-19).

149Parallèlement au développement du christianisme, certaines pratiques païennes perdurent tout au long du haut Moyen Âge. Un exemple caractéristique provient du tumulus de la Roche à Grospierres, le seul monument réutilisé au haut Moyen Âge à avoir été fouillé scientifiquement dans notre région : il a révélé cinq coffres du VIe siècle avec preuves de manipulation de corps au cours de leur décomposition (Cauvin 1998 : 20-31).

  • 14 La présence de mobilier de cette période est vraisemblablement liée à des pratiques cultuelles et n (...)

150Tous ces éléments plaident en faveur d’une pratique funéraire qui est non seulement caractéristique, mais qui est également attribuable à une population bien spécifique et allogène. Puisque nous ne trouvons pas de sépultures antiques dans ces monuments mégalithiques14, cette pratique a donc émergé et s’est développée au cours du haut Moyen Âge.

151Comment alors expliquer ce phénomène qui ne peut pas s’identifier à la christianisation des monuments païens, comme ce qui est reconnu depuis le XIXe siècle pour certains menhirs (Billard et al. 1996 : 279). Autre fait notable, dans notre région d’étude, aucun lieu de culte du haut Moyen Âge n’est connu à proximité immédiate des tumulus réutilisés.

Fig. 323 - Dolmen n° 1 du Plano de Laouzen à Aiguèze ; vue actuelle et mobilier des fouilles de Paul Raymond.

Fig. 324 - Plans des dolmens du Gard par Léon Alègre (1861) ; en haut, dolmen n° 1 du Plano de Laouzen à Aiguèze.

152Au nord de la Loire, les exemples de sépultures du haut Moyen Âge placées dans des tertres préhistoriques ou protohistoriques sont éloquents (Goury 1938 : 53 ; Billard et al. 1996 : 280-282). Il est bien attesté que le tumulus est un « signal paysager fort » qui marque incontestablement l’emprise politique des Francs sur un territoire (Billoin 2009 : 112). Ce type de sépulture se développe par exemple au cours des VIe-VIIIe dans le territoire des Alamans c’est-à-dire en partie l’Alsace et la Suisse, conquis par Clovis en 496 à la bataille de Tolbiac, puis définitivement en 505 (Périn et Fefer 2001 : 165 et 393). Ce mode funéraire est indubitablement « un critère d’appartenance germanique » (Ibid. : 394).

  • 15 Pseudo-concile de Nantes daté de 668 mais attribué aujourd’hui à la seconde moitié du IX e siècle ( (...)

153L’aspect réellement modeste des monuments mégalithiques ardéchois fut amplifié par l’ardeur des recherches du XIXe et début XXe siècle, mais aussi par les activités agro-pastorales : aujourd’hui, les tombeaux sont souvent réduits à un simple coffre de grandes dalles qui, dans le meilleur des cas, possède une couverture. En replaçant visuellement les tertres de pierres autour de ces grands coffres, les dolmens apparaissent alors clairement dans le paysage. Or, la « mort appelle la mort » (Goury 1938 : 52). L’arrivée de quelques groupes francs après la mainmise en 534 des héritiers de Clovis sur le royaume de Burgondie, auquel le territoire d’Alba-Viviers appartient, peut expliquer cette réutilisation de monuments mégalithiques comme lieu funéraire. C’est l’inhumation à proximité d’un défunt charismatique, d’un héros inventé, bref d’un chef, qui est ici recherchée. Il ne faut donc pas confondre une mutation culturelle comme la christianisation des lieux funéraires païens - ce qui est l’un des canons récurrents des conciles mérovingiens et carolingiens15 - et un marqueur culturel d’un groupe social à travers le prisme des rites funéraires.

154Le tumulus est donc l’expression du pouvoir mais aussi d’un niveau social et d’un rite funéraire spécifique. Il est donc indéniable que cette quête de prestige est caractéristique des pratiques germaniques tout comme le mode d’inhumation associé à des manipulations de corps et à la présence de mobilier métallique dans ces sépultures, en complète opposition avec les usages chrétiens (Duval 1991 : 114). Mais paradoxalement, on retrouve une démarche analogue dans le christianisme à travers le développement des sépultures ad sanctos, où l’on cherche une inhumation au plus près d’une sépulture privilégiée.

  • 16 Il ne faut pas penser que toute la population, surtout rurale, change de pratique cultuelle avec le (...)

155Ainsi, le contact prolongé avec la population autochtone des gallo-romains progressivement devenus chrétiens16 a vraisemblablement eu raison, par un lent syncrétisme à la fin de la période mérovingienne, vers le VIIIe siècle, de ces rites funéraires de tradition germanique.

Notes

1 Les ateliers du Ventoux (Pelegrin 2002 : 145 ; Riche 2002 : 51-68), très prisés au Chasséen, paraissent tomber en désuétude à la fin du Néolithique quant à la production de grandes lames.

2 Cette nécropole dolménique est généralement mentionnée à Saint-Marcel-d’Ardèche.

3 Suite à une coquille d’imprimeur, des perles en or, qui en fait seraient en os, furent signalées dans trois dolmens de Bas Rens (seconde coquille ? En fait, peut-être Barrès ou Bas Retz) à Saint-Remèze ou Lagorce (Ollier de M. 1882 : 8). Nous ne sommes pas parvenus à les ré-identifier avec certitude lors des prospections, même avec l’aide des érudits locaux.

4 La première est mentionnée par erreur sur la commune de Pont-Saint-Esprit et la seconde fut trouvée sur un site de plein-air qui livre surtout du mobilier de l’âge du Bronze (inédit).

5 Celle mentionnée dans le Puits du Fakir à Balazuc (Mouyon 2001 : 35 et 38) est atypique et n’a pas été retenue : il pourrait s’agir d’un lingot (21 % étain).

6 Signalé au Chasséen (c. 5) dans la Combe Obscure à Lagorce (Roudil et Saumade 1991 : 126).

7 Par exemple, concernant l’utilisation des dolmens pour les besoins de l’agro-pastoralisme moderne, voir supra chapitres 2 et 3.

8 Une synthèse dans le cadre d’une thèse de doctorat est intitulée Occupation du sol dans le territoire d’Alba-Viviers au cours du premier Moyen Âge (Ve -Xe siècles) (Université Lumière-Lyon 2).

9 Collection privée.

10 Il n’a pas été ré-identifié.

11 Il en retirera entre autres huit haches à douille de l’âge du Bronze final (carnet de Jules Ollier de Marichard, archives privées).

12 Ce dolmen n’a pas été ré-identifié depuis.

13 Là encore, il est bien difficile d’être affirmatif tant les données restent délicates à manipuler.

14 La présence de mobilier de cette période est vraisemblablement liée à des pratiques cultuelles et non funéraires.

15 Pseudo-concile de Nantes daté de 668 mais attribué aujourd’hui à la seconde moitié du IX e siècle (Billard et al. 1996 : 284). La lutte contre le paganisme est une notion récurrente : canon 20 du 2e concile d’Orléans de 533, canons 15 et 16 du 4e concile d’Orléans de 541, canon 7 du concile d’Eauze de 551 et canon 27 du concile de Tours de 567 (Clément 2002 : 220).

16 Il ne faut pas penser que toute la population, surtout rurale, change de pratique cultuelle avec les lois du IVe siècle de Constantin qui placent le christianisme au premier rang des religions. Tout au long du haut Moyen Âge, des canons sont prononcés lors des conciles pour lutter contre le paganisme et les croyances et pratiques païennes en relation avec les éléments naturels (Dierkens 1984).

Table des illustrations

Légende Fig. 273 - Dolmen de Darbousset à Bourg-Saint-Andéol ; mobilier (collection Jules Ollier de Marichard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 274 - Dolmen n° 1 des Clausasses à Gras ; plans des dolmens n° 1, 2 et 3 et mobilier funéraire du dolmen n° 1 ; à droite fouilles Bonhomme ; en haut fouilles Lucot.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 275 - Dolmen n° 1 des Clausasses à Gras ; poignards en silex, parures et un manche d’outil en os (n° 15) (fouilles Bonhomme).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 276 - Dolmen n° 2 des Clausasses à Gras (plan et vue latérale).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 277 - Dolmen n° 6 des Clausasses à Larnas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 278 - Fragment de pointe bifaciale en silex de Taysse à Gras.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 279 - Dolmen n° 3 des Clausasses à Gras Larnas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 280 - Dolmen C de la Plaine de Calais à Orgnac ; plan ; céramique dont un gobelet campaniforme, outillage lithique et éléments de parure (fouilles Jeannet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 281 - Grotte de Payre III à Rompon ; poignard en silex.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 282 - Grotte du Chef à Vallon-Pont-d’Arc ; poignard en silex du Grand Pressigny.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 283 - Outils sur galet provenant de la nécropole des Géandes.1 : dolmen n° 1.2 et 5 : dolmen n° 5.3, 4 et 6 : dolmen n° 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 284 - Éléments de parure de différents sites néolithiques ardéchois provenant pour l’essentiel de dolmens.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 285 - Grotte des Perles de Gaud à Saint-Remèze ; perles façonnées sur tests de coquillages marins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 286 - Grotte des Perles de Gaud à Saint-Remèze ; perles calibrées et bilobées, pendeloques en griffes et dents percées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 287 - Dolmen n° 1 de la Lône à Saint-Marcel-d’Ardèche ; outillage lithique et éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 288 - Dolmens de la Lône à Saint-Marcel-d’Ardèche ; éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 289 - Dolmen de Laval-Saint-Roman ; éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 290 - Dolmen du Champel à Labastide-de-Virac ; céramiques et éléments de parure (voir aussi fig. 25).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 291 - Pendeloques bilobées d’Ardèche et du nord-est du Gard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 292 - Dolmen de la Lauze à Bidon ; éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 293 - Boutons à perforation centrale en os d’Ardèche (Combier 1974b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 294 - Tombe du Haut Darbousset à Bourg-Saint-Andéol ; éléments de parure (collection réapparue tardivement).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 295 - Boutons à perforation centrale en os de la zone prospectée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 296 - Perles à gorge(s) en os de la zone prospectée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 297 - Dolmen du Bois Sorbier à Bourg-Saint-Andéol ; outillage lithique et éléments de parure ; dessin Léopold Chiron 1886.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 298 - Dolmen n° 1 de Costemale à Lagorce.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Fig. 299 - Dolmens de Costemale et Costeplane à Lagorce ; éléments de parures et céramique (mobilier mélangé).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 300 - Dolmen de la Lauze du Garn ou d'Orgnac ; pendeloques en test de coquillage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 301 - Dolmen n° 2 du Chanet à Saint-Remèze ; céramique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 302 - Dolmen de Costemale à Lagorce ; céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 303 - Céramiques campaniformes en Ardèche et dans le nord du Gard (31/12/2010).1 : Le tesson de la collection Paul Raymond fut attribué par erreur à un dolmen de Tharaux (Lemercier 2004 : 240), commune du Gard.2 : Il provient de la collection Paul Raymond dont on sait seulement qu’il fouilla au moins le dolmen n° 1 du Chanet sur cette commune, comme l’atteste une photo conservée au Musée de Pont-Saint-Esprit (Tscherter et Paillole 2008 : 112).3 : Il n’y a pas de dolmen recensé sur cette commune mais ils sont nombreux à Saint-Germain et à Lavilledieu ; l’authenticité de cette découverte est douteuse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 304 - Tesson campaniforme d’un dolmen d’Aiguèze ; collection Paul Raymond au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 305 - Carte de répartition des céramiques campaniformes (les numéros renvoient au tableau de la figure n° 303).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 306 - Dolmen du Pouza à Bidon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 307 - Dolmen du Pouza à Bidon.Mobilier ; outillage lithique et éléments de parure, céramique dont du campaniforme ; en haut à gauche croquis Léopold Chiron 1889.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 308 - Dolmen du Bois à Vogüé ; tasse (hauteur : 4,6 cm) (fouilles R. Meucci).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 309 - Tumulus de Clairfond à Soyons ; poignard en cuivre (L. 88 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 310 - Dolmen n° 2 du Pala à Chauzon ; alêne losangique en bronze (L. 49 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 311 - Dolmen n° 1 des Abrits à Beaulieu ; perles en cuivre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 312 - Dolmen Saint Vacome à Barjac ; éléments de parure, tête d’épingle perforée en bronze (n° 8).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 313 - Carte de répartition des objets en cuivre d’Ardèche et nord du Gard (les numéros renvoient au tableau de la figure n° 314).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 314 - Principaux objets de cuivre (poignards, alênes, haches et perles de cuivre) d’Ardèche et du nord du Gard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 315 - Mobilier en bronze (alênes losangiques, haches, poignards et épingles) du début de l’âge du Bronze en Ardèche et dans le nord du Gard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 316 - Carte de répartition des objets de bronze d’Ardèche et du nord du Gard (les numéros renvoient au tableau de la figure n° 315).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 317 - Nécropole de Beauregard à Saint-Remèze (dessin Chiron 1886).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 318 - Dolmen n° 4 de Beauregard à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 319 - Dolmen n° 5 de Beauregard à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 320 - Mobilier métallique (âge du Bronze final) de la sépulture Dumas à Saint-Remèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 321 - Dolmen de Cabusset à Saint-Remèze ; mobilier lithique, parure et métal (voir fig. 37) des fouilles de Léopold Chiron.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 323 - Dolmen n° 1 du Plano de Laouzen à Aiguèze ; vue actuelle et mobilier des fouilles de Paul Raymond.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 324 - Plans des dolmens du Gard par Léon Alègre (1861) ; en haut, dolmen n° 1 du Plano de Laouzen à Aiguèze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2864/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540