Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tricastin romain : évolution d'un paysage centurié

 | 
François Favory

Chapitre 5. La dynamique du réseau : vers un autre objet

Gérard Chouquer et Cécile Jung

Texte intégral

5.1. La dynamique de la planimétrie

5.1.1. Modélisation de la question

1La question que cette partie affronte est celle de la dynamique de la planimétrie et des raisons de ce qu’on constate. Cette question suppose l’association de plusieurs niveaux de connaissances et de réflexion. L’un porte sur la durée d’utilisation de la centuriation comme système de référence foncier, ce qui conditionne son entretien ou son abandon. Un autre concerne l’évolution du mode d’occupation du sol, exprimé soit à travers l’habitat, soit par la connaissance des systèmes agronomiques connus. Un troisième niveau porte sur la dynamique des éléments matériels de la planimétrie antique, dans la durée et même la très longue durée. Autrement dit, on affronte ici l’idée que la perte de la fonction globale du système antique, correspondant à une profonde transformation sociale, n’interdit pas la transmission de certaines des matérialités que la réalisation de la centuriation a initiées. Dans ce cas, c’est un autre objet qui se dessine.

2Il faut rappeler et partir, évidemment, de la différence de statut qui existe entre une forme étudiée par une fouille archéologique et une forme étudiée par l’interprétation planimétrique. Dans le premier cas, la fouille atteint les niveaux antiques ou ce qu’on pense correspondre à cette réalité. Elle met en évidence des éléments de la planimétrie de l’époque antique, qu’elle peut plus ou moins dater (plus si c’est un habitat, moins si c’est un fossé parcellaire) mais qu’elle ne peut relier à une vision plus large de la planimétrie en raison de l’échelle de l’intervention. Dans le second cas, l’interprétation planimétrique des documents actuels (cartes, plans et photographies aériennes de toutes sortes) ne peut que constater, au niveau de la surface actuelle, l’éventuelle transmission de lignes, de surfaces, de mesures et, surtout, d’orientations antiques ou présumées antiques. Mais sa force est de rendre possible, en raison de la variété des échelles que ce type d’enquête permet, la prise en compte de régularités d’orientation et de mesures, sous la forme de périodicités, qui autorisent alors une double perspective d’investigation totalement reliée : l’une, est l’étude d’un nouvel objet, qui correspond à ce que les sociétés ont fait des héritages qu’elles ont reçus et qui aboutit à la planimétrie actuelle ; l’autre est l’étude de l’objet antique « initial », serait-on tenté d’écrire, dont on perçoit alors qu’il ne peut guère être étudié qu’à travers le filtre de ce qu’il est devenu.

3Or, c’est là que se trouve une partie de la question à poser, la connaissance de la trame de la centuriation B n’existerait pas s’il n’y avait que l’archéologie, dans les conditions sociales actuelles où celle-ci se pratique. Le recoupement aléatoire d’un ou de plusieurs fossés rectilignes, et même si l’on avait pris conscience de leur parallélisme ou de leur orthogonalité, n’aurait jamais conduit à l’identification d’une centuriation comme la centuriation B, sauf si les fenêtres où ces observations auraient pu être faites, avaient été très nombreuses et très rapprochées pour favoriser la prise de conscience de la périodicité, et aussi très éloignées pour mesurer l’extension du phénomène. Or ce n’est pas le cas, ce ne peut même jamais être le cas parce que des paramètres aléatoires interviennent qui empêchent de fait la réalisation d’un tel programme préalablement posé (par exemple, le hasard de la localisation des fouilles préventives ; des interdictions d’accès à respecter ; des choix financiers à faire, etc.). C’est donc, ici, la connaissance préalable de la centuriation (par les fragments épigraphiques du cadastre B d’Orange, d’abord, et par le travail morphologique de calage de la grille, ensuite), et l’existence d’un schéma d’interprétation quant à son extension et à son rôle régulateur de l’eau, qui ont conduit à la mise en place de l’opération « fossés », lors du diagnostic archéologique sur le tracé du TGV Méditerranée, et à une grande attention portée par les archéologues à ce fait majeur qu’est la transmission.

4Plusieurs schémas sont donc proposés pour réfléchir à la façon de poser le problème de la dynamique.

5Le premier schéma reprend la coupe désormais fameuse de Pierrelatte (Les Malalones), ici légèrement schématisée, et énumère les questions qui s’imposent (fig. 98). Il fonctionne comme une espèce de première modélisation, en posant le cas d’une transmission complexe, mais dont on voit les étapes dans la coupe de Cécile Jung et Jean-François Berger.

Fig. 98 - Modélisation des questionnements issus de la coupe des Malalones, à Pierrelatte (Chouquer).

6Le second schéma envisage les mêmes questions dans un secteur différent où il y a rupture entre la trace archéologique et la transmission archéogéographique (fig. 99). Ce secteur est situé à l’ouest d’Orange et au nord de Caderousse, dans la zone de confluence de l’Aigue et du Rhône. Il présente un intérêt considérable car c’est la zone des insulae Furianae. Or les sondages réalisés à l’est de Caderousse, aux lieux-dits Les Négades et Les Crémades, ont tous deux apporté un schéma différent de celui de Pierrelatte, Les Malalones, en montrant une interruption totale de la transmission des niveaux antiques et leur enfouissement sous 3 mètres de sédiments alluvionnaires. Dans ces conditions, on comprend mal la présence, en surface, des vestiges des centuriations B et C et, si les hypothèses proposées s’avéraient justes, de la trace probable de la fossa Augusta mentionnée dans le plan B. On a donc là un second modèle, différent du premier et encore plus incompréhensible.

Fig. 99 - Modélisation des questionnements issus de la confrontation entre formes en surface et informations stratigraphiques, à Caderousse (Chouquer).

7Car on ne peut manquer de poser la question que la cartographie suggère. L’extension de la centuriation B dans la région d’Orange et de Caderousse (on sait que cette centuriation va même jusqu’à Carpentras et Mazan !) ne correspond pas à la zone dont l’épigraphie indique l’emprise, laquelle ne dépasse vraisemblablement pas l’Aigue en direction du sud. Dans quelles conditions a eu lieu cette extension de la trame B qui, sur le plan planimétrique ne pose aucun problème de reconnaissance et ne peut donc être mise en doute ? Ici, donc, trois difficultés se conjuguent pour rendre apparemment inexplicable ou incompréhensible la situation :

  • l’extension de la centuriation B vers le sud ;

  • le mélange entre deux centuriations B et C ;

  • la transmission en surface des orientations antiques dans une situation de rupture de la transmission verticale.

8Le troisième schéma prend appui sur les résultats de la fouille de Karine Roger et Philippe Boissinot, aux Girardes, sur la commune de Lapalud, afin de voir la relation existant entre le parcellaire antique et le parcellaire actuel (fig. 100). Comme on connaît beaucoup d’éléments de la planimétrie antique, on peut ici évaluer l’effet de cette information sur la formation du parcellaire tel que les plans cadastraux actuels le donnent.

Fig. 100 - Relation entre le parcellaire antique et le parcellaire actuel des Girardes, commune de Lapalud (Chouquer, d'après Boissinot et Roger 2003).

9Le report de l’information archéologique antique attire tout de suite l’attention sur un fait important : alors que la zone fouillée est insérée dans le cadre d’une limitation bien connue, la centuriation B d’Orange, le parcellaire interne ne respecte pas scrupuleusement l’orientation de ce cadre et on observe quelques fossés parcellaires antiques qui s’en affranchissent. Il peut s’agir d’un infléchissement de quelques degrés angulaires, mais aussi d’une orientation franchement divergente, comme celle qu’on observe dans la zone des nécropoles. Cette existence de variations de l’orientation parcellaire dès l’Antiquité complique la tâche d’analyse en bousculant les anciennes habitudes morpho-historiques de sélection des orientations et de lecture chronologique éventuelle de leur succession.

10Concernant le phénomène de transmission du parcellaire, on observe que seules cinq limites parcellaires antiques montrent une pérennité directe, ce qui est peu sur le total des vingt limites mises au jour par la fouille. Nous sommes donc dans une situation de transformation du parcellaire et non d’inertie.

11On a ensuite traité l’information planimétrique héritée en distinguant :

  • Les limites parcellaires modernes isotopes (ou isotopiques), c’est-à-dire situées à l’emplacement même d’un fossé parcellaire ou d’un axe antique, ce fait indiquant une transmission sur le même lieu, mais pas forcément une transmission continue dans le temps.

  • Les limites parcellaires modernes isoaxiales, c’est-à-dire situées dans le prolongement d’une limite antique attestée par la fouille : ce processus permet d’expliquer comment une orientation peut se transmettre dans l’espace.

  • Enfin, les limites parcellaires modernes isoclines, c’est-à-dire présentant la même orientation que des limites antiques situées à proximité, la transmission se faisant en quelque sorte par parallélisme des tracés.

12Ces trois modalités combinées expliquent la formation d’une grande partie du parcellaire contemporain. On a d’ailleurs figuré en grisé le parcellaire actuel discordant, même s’il diverge de peu, pour évaluer au plus juste les effets de transmission.

13Ce troisième schéma complète donc les précédents en attirant l’attention sur l’ensemble des processus qui se déroulent dans l’espace, la transmission n’étant pas uniquement verticale mais aussi horizontale.

5.1.2. Un fait social : la perte de la fonction globale antique du réseau (fiscale, foncière, drainante)

Position du problème : peut-on décrire la fin du système fiscal et foncier antique ?

14Cette partie établira un fait qui tombe sous le sens. Il y a rupture du système d’enregistrement fiscal et foncier lié à la centuriation romaine alors que la même centuriation montre des phénomènes de transmission des formes qui dépassent largement cette période. On ne peut donc pas chercher l’explication de la pérennité des formes dans le maintien de la référence fiscale et foncière antique ; mais, inversement, on ne peut pas inférer de la disparition de la référence foncière et fiscale antique un effacement de sa trace matérielle.

15Quelques brefs développements sont nécessaires pour rappeler ce que nous savons sur les transformations fiscales et foncières qui se produisent à la fin de l’Antiquité. Ils permettront de situer au mieux le problème.

16Dans la suite de ce développement, par « système fiscal et foncier » nous entendons un ensemble de procédures et de documents permettant à une collectivité de connaître les contribuables, de localiser des assiettes de perception, et d’apprécier les mutations de cette assiette. De la difficulté d’enregistrer ces mutations, phénomène dont on sait qu’il constitue l’impossible de tous les systèmes fonciers, nous avons quelques témoignages antiques provenant des professionnels que sont les arpenteurs.

17Un exemple italien, rapporté par Hygin (Th 95, 1-13 = La 131, 16-132, 6), permettra de fixer les termes de la difficulté. Réalisant une mission dans le Samnium, l’arpenteur constate que les terres que Vespasien avait attribuées aux vétérans n’étaient déjà plus possédées de la même manière par ceux-là mêmes auxquels elles avaient été attribuées. Certains avaient acheté des lieux (loca) pour les ajouter à leur domaines (fines) et, ce qui trouble l’arpenteur, ces terres avaient été définies dans l’acte de vente par des limites matérielles (une voie, un cours d’eau, ou autre repère planimétrique ou matériel), sans indiquer de mesure. D’où le désarroi de l’arpenteur : il existe une forma dans les archives, mais sa consultation est inutile puisque le vendeur et l’acheteur ont, d’un commun accord, utilisé un mode plus vernaculaire de définition de la partie vendue. Un système foncier s’est, ici, substitué à un autre, dans un laps de temps très court, puisque Hygin a rencontré ceux-là mêmes auxquels Vespasien avait donné des terres.

18Dans l’Antiquité romaine, on utilise en effet deux systèmes d’enregistrement du foncier à des fins fiscales. L’un est celui de la limitation qui produit une forma, et dans lequel le mode de garantie publique est lié à l’existence de la mesure et à la publicité du plan. Dans telle centurie, untel tient tant de jugères ex tributario solo, tandis qu’un tel possède tant de jugères de terres de la colonie pour lesquelles il doit le vectigal. En cas de contestation, l’arpenteur vérifiera trois choses :

  1. Le cadre centurié : puisque la limitation sert de cadre à l’évaluation, il faut pouvoir disposer de repères valables.

  2. La catégorie de la terre, à la fois juridique et agronomique ; la catégorie juridique s’entend du classement des terres entre terres immunes, vectigaliennes, rendues, exceptées, concédées ; la catégorie agronomique s’entend de la classification entre emblavures, prairies, friches, forêts, vignes, etc., parce que le taux d’imposition n’en est pas le même.

  3. Enfin la mesure et les bornes de la surface litigieuse. C’est l’écart entre la mesure sur le terrain et la mesure sur le plan qui attire l’attention sur une fraude ou un désordre et permet de trancher.

19Mais ce système ne concerne que la perception de la fiscalité reposant sur l’ager publicus, et plus précisément sur cette part de l’ager publicus qui reste aux mains des collectivités publiques : soit de l’autorité romaine elle-même (le « peuple romain »), soit des collectivités locales quand la terre publique leur a été concédée. À Orange, c’est le cas, et c’est au profit de la collectivité des citoyens romains d’Orange, descendants des Secundani d’origine (res publica Secundanorum), que se fait la révision fiscale de 77 ap. J.-C. Le seul revenu concerné est donc celui qui se nomme vectigal et qui est le prix que doivent payer les locataires ou ceux qui prennent à ferme la perception de ce loyer/impôt pesant sur la terre qu’on nomme précisément « vectigalienne ».

20L’autre système d’enregistrement est le pavage des circonscriptions. On l’utilise dans les régions où la centuriation n’existe pas, mais où se pose la nécessité de fiscaliser des terres. Mais on l’utilise aussi, on le verra, en même temps que la centuriation. Nous sommes très bien informés de ce système par divers documents antiques. Un passage d’Ulpien, reproduit au Digeste, fournit la règle d’ensemble :

« On prendra garde que les domaines (agri) soient inscrits ainsi dans les documents du cens (in censum) : on indiquera le nom du domaine (fundus), dans quelle cité (civitas) et dans quel pagus il se trouve et quels sont ses deux plus proches voisins ; et les champs : combien de jugères seront labourés dans les dix prochaines années ; les vignes : combien de pieds ; les oliviers : combien de jugères et combien d’arbres ; les prés (pratum) : combien de jugères seront fauchés dans les dix prochaines années ; les pâtures (pascua) : combien de jugères il semble y avoir ; de même pour les bois de coupe (silvae). Que celui qui déclare fasse lui-même l’estimation » (Ulp. Dig., 50, 15, 4. Traduction Michel Tarpin).

21On appelle forma censualis (registre du cens) le document obtenu. L’enregistrement par cité, pagus et fundus est connu probablement depuis Auguste. On en aurait une preuve dans une inscription trouvée en Espagne vers Cadix, datée par son écriture de l’époque augustéenne et qui semble concerner le territoire d’Hasta (CIL, II, 5042 ; commentée par Michel Tarpin, 2002, 409).

22Des documents majeurs permettent d’apprécier la mise en œuvre de ce mode d’enregistrement cadastral. Ce sont diverses listes connues dans plusieurs cités italiennes.

  • 1 La réserve exprimée vient du fait que deux lectures ont été envisagées. La lecture la plus courante (...)

23La table alimentaire de Veleia (en Italie du Nord), et celle d’un peuple du Samnium connu sous le nom de Ligures Baebiani, donnent, l’une et l’autre, pour l’époque de Trajan, les plus anciens documents attestant, globalement, le fonctionnement de ce mode cadastral. On les appelle alimentaires parce que le but de l’obligatio praediorum ( = obligation [de versement] des domaines) est d’assurer l’entretien d’enfants pauvres. Ce sont des listes de domaines qui doivent vraisemblablement un don forcé ou un impôt1, et le classement se fait, en effet, par cité, par pagi et par domaines (ici appelés indifféremment fundi ou praedia). La liste de Volcei (en Lucanie) est une liste de domaines (fundi, kasa et prata) regroupés par pagi ; elle a été établie en 323 (CIL, X, 407 ; reproduite dans Tarpin 2002, 390).

24Un autre document, de date tardive (368-375), montre le fonctionnement du recensement par pagi : c’est la « table de Trinitapoli », dont on pense qu’elle devait être affichée à Canusium, la capitale de l’Apulie-Calabre (AE, 1984, 250 ; Tarpin 2002, 195-196 et texte, 389-390). Elle est intéressante car elle décrit la mission des praepositi pagorum (préposés des pagi) chargés d’élaborer des relevés mensuels qu’ils transmettent au tabularius civitatis (archiviste de la cité). Ensuite elle décrit l’action du rector provinciae (recteur de la province), lequel doit effectuer en personne une mission d’inspection des domaines, par pagi et par voies, et interroger les possessores pour s’assurer de la validité des déclarations. La méthode est intéressante car elle suggère peut-être deux sous-enregistrements dans les archives : les domaines classés par pagi, et ceux classés par voies, en raison des charges particulières que les riverains doivent assumer pour l’entretien des routes. Sur ce dernier point, un passage de Siculus Flaccus donne des précisions importantes : les domaines doivent des corvées pour l’entretien des routes, mais on peut aussi affecter l’entretien d’un tronçon au possesseur d’un domaine (Sic. Flac., 110, 6-10 Th = 146, 6-10 La).

25Sur ces bases, il est possible de fixer quelques idées principales. Les deux systèmes concernent la fiscalité fondiaire, mais avec d’importantes nuances. Le pavage par fundi et pagi permet d’envisager la perception de tous les types d’impôt (sauf les vectigalia lorsqu’une forma en précise l’assiette). La charge de la répartition et de la perception revient à un magister pagi ou à un praepositus pagi. La limitation, en revanche, semble devoir être restreinte aux vectigalia issus de l’adjudication des terres publiques concédées à la collectivité locale. Ainsi se comprendrait le fait que la révision cadastrale de 77 s’intéresse à cet « impôt » (en fait un loyer) et à aucun autre. Autre différence, la perception des vectigalia est réalisée par des sociétés de publicains, de rang équestre, puis, après la réforme qui paraît se mettre en place à la fin du Ier et au début du IIe siècle (France 2004), par des fermiers individuels, les mancipes.

26Aussi faut-il envisager, là où la centuriation avait été réalisée, la coexistence des deux modes, et la présence d’une perception par fundi et pagi là où existe la limitation. Michel Tarpin qui a déjà traité de cette question, évoque des fonctions différentes (2002, 209). Il se trouve qu’à Orange, et dans les régions concernées par les trois formae A, B et C, on connaît des inscriptions mentionnant des pagi. À proximité même d’Orange, a été trouvée une inscription mentionnant un pagus Minervus (CIL XII, 1243 ; Tarpin 2002, 405). Une autre est connue au Pègue, chez les Tricastins ou chez les Voconces (CIL XII, 1708 ; Tarpin 2002, 406). Une troisième l’est à Taulignan, également à la limite entre Tricastins et Voconces, et elle mentionne un pagus Aletanus (CIL XII, 1711 ; Tarpin 2002, 406). Enfin, une autre est connue à Séguret, chez les Voconces, mais dans la zone d’extension du cadastre C (CIL XII, 1376 ; Tarpin 2002, 405-406). La division de l’espace en pagi servait à l’enregistrement et à la localisation des domaines.

27Compte tenu de la différence existant entre ces deux systèmes d’enregistrement foncier, de l’objet particulier que représente la perception du vectigal par rapport à l’universalité plus grande du système par circonscriptions, il n’est pas difficile d’imaginer que le temps aura joué en faveur du pavage au détriment de la limitation. Cette dernière, pour rester un instrument fiscal efficace, exigeait l’entretien des limites, c’est-à-dire des saignées qu’on avait dû opérer dans le paysage en place pour arpenter, jalonner et borner les axes, l’entretien et la protection des bornes, enfin la bonne conservation des plans et des tables dans le tabularium. Le système par pavage exigeait également le bornage des unités et, de ce point de vue, pouvait causer ou entretenir une certaine instabilité. Mais parce qu’il était fondé sur des limites en grande partie « naturelles », il disposait d’une plus grande stabilité dans la durée que le système de la limitation.

28On aimerait savoir quelle fut la pérennité des limitations d’Orange en tant que cadres de la fiscalité vectigalienne et de la classification juridique du sol. Puisque la colonie percevait le vectigal de zones lointaines qui lui avaient été attribuées lors de l’assignation, on devine que le maintien de ce prélèvement passait par la garantie des équilibres décidés du temps des assignations. La cité d’Arles, par exemple, ne pouvait-elle être tentée de faire jouer, à terme la cohérence de son territoire et de récupérer ainsi la fiscalité de la partie des terres publiques qui allaient à Orange, si on admet notre hypothèse d’assignations de colons de la Légion II Gallica dans le cadastre A ? La cité des Tricastins ne pouvait-elle être tentée de retrouver la cohérence de son territoire, et de limiter les interventions des magistrats d’Orange ? On postule ici l’affaiblissement possible de la limitation, au profit du pavage par fundi et pagi. C’est tout l’enjeu des textes tardifs du corpus gromatique que de nous renseigner sur ce basculement.

29Mais une idée doit être présente à l’esprit. Le passage d’un mode foncier antique à un mode foncier médiéval n’est pas le passage de la limitation au pavage. Le pavage d’unités fiscales est une création romaine, sans doute même le mode de base ou principal de la fiscalité puisqu’un nombre écrasant de régions n’ont pas connu la limitation. Dans les régions où les deux systèmes ont coexisté, la fin de l’Antiquité, en matière fiscale, c’est l’affaiblissement et la disparition de la limitation et la suprématie de fait du mode par pavage.

5.2. Essais d'explication des mécanismes de mutation et de permanence des formes parcellaires à partir des données archéologiques

5.2.1. Les phases de restructuration et d'abandon du réseau de drainage

30Les études réalisées sur le terrain ont permis d’appréhender la mise en œuvre du réseau de la limitation dans le Tricastin, mais aussi de constater certaines phases d’abandon momentané ou définitif des limites parcellaires et des limites qui marquent une restructuration du découpage parcellaire. Ces phases, plus ou moins longues, attestent les changements et les mutations plus ou moins importantes et durables de l’appropriation des terres et leur mise en valeur.

31On note une série de restructuration des vignobles et des cultures dans le courant du Ier siècle ap. J.-C. Sur le site des Devès (Lapalud), une partie du vignoble est arrachée au début du Ier siècle ap. J.-C. afin d’installer un enclos dont la fonction demeure inconnue. Il peut être rattaché à l’important ensemble fossoyé, identifié par photographie aérienne (fig. 32), qui longe le site au nord, et qui est lui-même bordé, à une centaine de mètres plus à l’ouest, par un enclos qui pourrait rappeler celui observé sur le site des Devès. Le vignoble s’étend alors dans la partie sud du site, où des plantations plus tardives ont été identifiées (fig. 95).

32On peut mentionner la parcellisation du site des Girardes (Lapalud) au début du Ier siècle ap. J.-C. Le vignoble planté à l’origine d’un seul tenant est, dans un deuxième temps, découpé par un réseau de fossés relativement dense (fig. 83). Il est délicat de savoir si ce découpage correspond à une redistribution des parcelles ou à un aménagement agraire spécifique pour le drainage des terres.

33Si les restructurations dans l’aménagement du sol présentées ci-dessus peuvent paraître relativement anecdotiques, il semble que les phases d’abandon momentané des fossés ou de changements de culture aient pris un tour plus important dans le courant des IIe et IIIe siècles. On observe des changements radicaux durant cette période. Les réseaux fossoyés s’atrophient, certains fossés n’étant plus entretenus, et disparaissent parfois de façon définitive.

34C’est le cas aux Girardes où l’on remarque une certaine rétraction des structures fossoyées et où l’on constate une phase d’exhaussement du niveau du remplissage du paléochenal situé au centre du site, qui perturbe le fonctionnement de certains fossés. Sur le site des Bartras (Bollène), une grande partie des fossés ne fonctionnent plus durant le IIe siècle ap. J.-C. Aux Brassières (Mondragon) et aux Ribauds (Mondragon), on note également un changement important dans le découpage parcellaire du site, avec l’abandon momentané de la plupart des fossés au cours du IIe siècle.

35Les observations réalisées en Valdaine, par Jean-François Berger (Berger 1996a et Berger 1996b) montrent le même phénomène. La plupart des fossés de la centuriation B qu’il a étudiés sont abandonnés dans le courant du IIe siècle ap. J.-C.

36Notons que ces abandons sont temporaires dans la plupart des cas et que l’on constate une reprise du fonctionnement de ces aménagements agraires au cours du IVe siècle sur les sites des Girardes, des Bartras, et des Brassières et des Ribauds. Les réseaux fossoyés, s’ils ne sont pas aussi étendus et denses qu’au cours du Ier siècle, témoignent néanmoins d’une réactivation et d’une permanence de la trame centuriée.

37Les VIe et VIIe siècles marquent, en revanche, un abandon durable des structures fossoyées dans l’ensemble de la plaine. En effet, on constate un exhaussement des sols de la plaine de plusieurs décimètres, exhaussement qui scelle la grande majorité des structures fossoyées (fig. 101).

Fig. 101 - Exhaussement de la plaine du Tricastin et paléosol vertique (Berger et Jung 1996).

38Un sol vertique brunifié se développe à partir de cet exhaussement. Il présente des traits pédologiques bien marqués, qui ont pu se développer grâce à une stabilité sédimentaire de plusieurs siècles. On peut estimer, pour le moment, que cet épisode de stabilité sédimentaire dans la plaine perdure jusqu’au XIIe siècle (Berger 2003) (fig. 102).

Fig. 102 - Chronologie de l’exhaussement et du développement du paléosol vertique. Évaluation de la durée de la pédogenèse alto-médiévale en moyenne vallée du Rhône d'après les datations chronoculturelles et radiocarbones (Berger 1996a).

39Ce paléosol est reconnaissable dans la plupart des séquences sédimentaires observées entre les contreforts du Vercors et la plaine d’Orange. Les traits pédologiques et la malacofaune associée à ce paléosol montrent, dans un premier temps, un niveau élevé des nappes phréatiques, suivi, dans un deuxième temps, du développement de traits pédosédimentaires caractéristiques d’une plus forte évapotranspiration (horizon calcique) (Berger 2003).

40Dans le même temps, on observe l’abandon d’une grande majorité des sites de la plaine du Tricastin et le développement ou la création de centres de peuplement sur les plateaux ou les zones de contact entre plaine et versant (Châteauneuf-du-Rhône, Château Porcher ; Donzère, Saint Saturnin ; la Garde-Adhémar, Val des Nymphes ; Saint-Restitut ; Bollène ; Donzère…). On remarque également, à cette période, la réutilisation des grottes surplombant le défilé de Donzère (fig. 41, 45).

41L’abandon des sites de plaine et de l’ensemble des réseaux fossoyés est également accompagné par celui d’un certain nombre d’axes routiers. Il s’agit de certains axes de circulation centuriaux mais également de routes mises en évidence par l’analyse morphologique. Les sondages réalisés sur certaines d’entre elles montrent leur abandon suivi parfois d’un alluvionnement et le développement du paléosol brun vertique. Il s’agit de la voie du Logis de Berre à Saint-Paul-Trois-Châteaux, de la voie recoupée sur le site de Surel et reliant probablement Saint-Paul-Trois-Châteaux à Donzère ou encore de la voie de Bonlieu traversant en diagonale la Valdaine. Cette dernière sera néanmoins réactivée par la suite. L’abandon de ces axes de circulation témoigne des mutations de cette époque concernant la distribution du peuplement et la géographie des échanges économiques.

42Le développement d’un paléosol bien structuré sur les dépôts alluviaux des VIe -VIIIe siècles montre un répit dans la dynamique alluviale en moyenne vallée du Rhône entre le IXe et le XIIe siècle. En s’appuyant sur les marqueurs pédosédimentaires, paléobotaniques et malacologiques, Jean-François Berger voit le développement d’un couvert herbacé ou localement forestier sur l’ensemble de la plaine du Tricastin (fig. 103). Ces marqueurs permettent, selon lui, d’envisager que l’économie pastorale déjà développée depuis l’Antiquité tardive est encore très présente dans les basses plaines alluviales durant le proto-Moyen Âge (Berger 2001 ; Berger 2003). Les cultures seraient alors réalisées autour des centres de peuplement et localisées sur les plateaux et le versant des collines. On assisterait donc à un total basculement de l’organisation des agro-systèmes par rapport au Haut-Empire, où une viticulture et une céréaliculture intensives étaient développées dans basses plaines (Berger 2003). Le chercheur associe les observations pratiquées dans la moyenne vallée du Rhône à celle réalisées en Provence où les ossements d’animaux recueillis sur les sites archéologiques montrent une intensification de l’élevage au cours du Bas-Empire, avec le développement des cheptels bovins dans un premier temps (IIIe siècle), puis celui des ovins entre le IVe et le VIe siècle (Leguilloux et Lepetz 1996, 260-266).

Fig. 103 - Résultats de l'analyse factorielle des correspondances sur les assemblages malacologiques étudiés dans le bassin valdainais (Magnin in Berger 1996b).

43On observe une phase de réactivation des fossés après cet épisode d’effacement de la trame centuriée. Ces structures fossoyées entaillent le paléosol précédemment décrit, ce qui nous permet de les caler, en chronostratigraphie, à partir du XIIe siècle. La plupart reprennent le tracé des limites antiques disparues, même si on perçoit des modifications dans la structuration du parcellaire par rapport à celui de l’Antiquité.

44Il est délicat d’affirmer que cette réactivation des structures fossoyées corresponde à une remise en route du système de drainage antique, à l’échelle de la plaine du Tricastin, dans sa logique initiale.

45Les témoignages que nous livrent les textes modernes de la gestion globale de la plaine pour des périodes plus récentes montrent les limites de cette entreprise et l’importance que revêtent les cours d’eau ou certains canaux appelés « mayres » qui se dissocient de la trame antique.

46On constate de nouvelles phases d’abandon des structures fossoyées, suite à des alluvionnements répétés durant les XVe-XVIIIe siècles. L’exhaussement des sols de la plaine sur plusieurs décimètres et l’absence de traits pédosédimentaires marqués, se développant sur ces alluvionnements, illustrent la forte activité sédimentaire qui caractérise cette période. Néanmoins, on voit se développer, à partir de ces niveaux, des fossés qui reprennent aussi l’emplacement et l’orientation des limites plus anciennes.

5.2.2. Observation d'une pérennité du découpage antique

47Les études archéogéographiques démontrent depuis de nombreuses années la permanence des parcellaires anciens dans le paysage actuel. Les opérations de terrain que nous avons effectuées dans le cadre de l’opération TGV Méditerranée permettent de confirmer, par la multiplicité des occurrences, la réactivation de certaines organisations paysagères depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. De nombreux exemples montrent désormais la superposition de fossés orientés de la même manière au cours des périodes historiques.

48Ils confirment et explicitent les résultats mis en évidence par l’analyse des documents planimétriques réalisée le plus souvent sur l’ultime couche de cet empilement dynamique, héritière de ces aménagements antérieurs.

49L’importance du corpus de fossés étudié en Valdaine et en Tricastin (79 fossés) permet d’effectuer certains calculs sur la pérennité des structures fossoyées et de démontrer leur conservation dans la longue durée.

50Il faut souligner tout d’abord que plus de 92 % des fossés analysés ont une origine antique (soit 73 fossés). Nous constatons par ailleurs que les trois quarts des fossés antiques recoupés et étudiés présentent une certaine pérennité (fig. 104). Ils sont, soit recreusés durant le Moyen Âge et/ou la période moderne, soit ils s’intègrent à une organisation parcellaire structurant encore le paysage actuel. Durant la phase de sondage, les limites actives du paysage (route, haie, limites parcellaires) n’ont souvent pas pu être recoupées, en raison de problèmes pratiques. La carence d’observations à ces endroits précis entraîne une perte d’information importante. En effet, les rares fois où des sondages ont été réalisés à proximité de limites parcellaires actuelles, une limite plus ancienne a été mise en évidence. Certains exemples, comme on l’a rappelé au début de cette partie, deviennent de véritables cas d’école, comme à Pierrelatte, les Malalones, où des fossés se succèdent depuis l’Antiquité malgré une accrétion sédimentaire importante (la puissance stratigraphique avoisine les 2 m) et sont pérennisés actuellement par une haie résiduelle (fig. 98, 105).

Fig. 104 - Pérennité des fossés antiques et conservation différenciée des fossés antiques (Jung 1999).

51Le transect du TGV Méditerranée nous a permis d’étudier des structures fossoyées dans différentes unités de paysages et contextes pédosédimentaires variés. Les secteurs, peu propices à une implantation humaine durable et à une organisation du paysage sur le long terme, où la morphogenèse est active, présentent également les mêmes caractéristiques de permanence du parcellaire. Il s’agit des bas de versants soumis à des colluvionnements et à des effets de torrentialité importants ou des très basses plaines susceptibles d’être inondées régulièrement et subissant soit une forte érosion, soit un alluvionnement important.

52Dans ces secteurs à forte dynamique sédimentaire, la révélation de ces pérennités ne peut s’opérer par l’observation des traces fossiles sur les photographies aériennes, qui correspondent à des structures récentes. Ici, seule l’analyse cartographique du parcellaire peut nous informer sur l’organisation des réseaux anciens dont ils peuvent être les héritiers. Cette thèse est corroborée par les résultats de l’analyse métrologique que nous avons présentés précédemment et qui illustrent la stabilité de l’orientation des limites parcellaires dans ces secteurs soumis à de forts recouvrements sédimentaires. La démonstration archéologique de la permanence de la structuration des parcellaires permet donc de valider certaines propositions morphologiques sur la formation, la datation et les transformations des organisations paysagères.

5.2.3. Le maintien d'une orientation : phénomène d'isoclinie

53L’orientation de la centuriation B d’Orange a été établie à NG -5° E (NL-2° 30 E), soit à une orientation globale nord-sud qui correspond peu ou prou à celle de la vallée du Rhône dans laquelle elle se développe.

54Lorsque l’on se place sur le locus gromae de la centuriation B d’Orange, à proximité de Lapalud, on perçoit combien le cadre géographique de la vallée du Rhône a contraint l’orientation générale de la centuriation. Le Rhône et les collines ardéchoises font écran à l’ouest et les collines calcaires de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de La Garde-Adhémar ferment également la partie est de la zone selon une ligne nord-sud. Les vallées de pénétration vers l’arrière-pays de la Berre ou du Lez s’organisent perpendiculairement à cet axe nord-sud et participent également à l’ancrage de la trame orthonormée. Les centres de peuplement s’échelonnent de fait le long des couloirs de circulation nord-sud ou est-ouest et durcissent eux aussi l’effet de quadrillage que l’on relève dans ce secteur.

55Cette adéquation entre l’orientation d’un réseau et le milieu qu’il structure paraît importante pour comprendre pourquoi on observe la permanence de cette structuration du paysage jusqu’à nos jours. En effet, la prégnance du couloir rhodanien n’offre guère d’autres possibilités pour le découpage et l’organisation de cette basse plaine alluviale à partir de laquelle l’arpentage du réseau centurié a été décidé et entrepris.

5.2.4. Les reprises des limites antiques : phénomène d'isotopie

56L’analyse des séquences sédimentaires dans lesquelles s’inscrivent les structures de la centuriation B d’Orange, montre une activité sédimentaire soutenue dans la basse plaine alluviale du Rhône, avec des accrétions sédimentaires au cours de la période historique pouvant atteindre parfois plusieurs mètres (Berger et al. 1997b ; Berger et Brochier 2006). Les nombreux exemples de limites parcellaires relevés dans la moyenne vallée du Rhône indiquent que cette forte activité sédimentaire ne déstructure pas forcément l’organisation parcellaire.

57La coupe réalisée à Pierrelatte, les Malalones, qu’il est temps désormais de décrire en détail, est assez instructive pour illustrer notre propos (Berger et Jung 1996) (fig. 98, 105). Il s’agit d’une série de fossés superposés, orientés selon la centuriation B d’Orange et situés à plus ou moins 300 m au sud du decumanus DD XII. Le premier fossé est creusé au cours de l’Antiquité à partir d’un niveau de sol limono-argileux brun sombre présentant des artéfacts de tegulae et de céramiques antiques roulées. Il est colmaté par une série d’alluvionnements limono-argileux brun sombre et un deuxième fossé est creusé au même niveau que le précédent selon la même orientation. Cette structure est, à son tour, comblée par des alluvionnements réguliers, puis est scellée par deux niveaux de crue individualisés de plusieurs décimètres d’épaisseur sur lesquels se développe une pédogenèse évoluée que l’on attribue aux VIIe-XIIe siècles d’après les différentes données chronostratigraphiques élaborées régionalement (Berger et Jung 1996 ; Berger 2003).

Fig. 105 - Séquence des Malalones (Pierrelatte 26) (Berger et Jung 1996).

  • 2 Archives de Pierrelatte 3 O6 (datée de 1633) ; extrait des minutes de Dupré notaire ; Archives de P (...)

58On remarque, suite à ce long épisode d’appropriation différente de l’espace, le creusement, au même endroit, d’un fossé reprenant l’orientation de la centuriation B d’Orange. Ce fossé présente des phases de curages et il est finalement colmaté définitivement et scellé par un alluvionnement massif de sables mollassiques qui rompt totalement avec l’homogénéité de la sédimentation antérieure. Cet apport alluvial correspond, d’après les textes d’archives2, aux débordements récurrents du chenal des Écharavelles qui désorganisent constamment la mise en valeur de cette zone entre le XVIIe et le courant du XIXe siècle. Au sommet de ces alluvionnements, on constate le creusement, probablement dans le courant du XIXe siècle, d’un nouveau fossé reprenant également l’orientation de la centuriation et la position du fossé antique. Son remplissage, constitué de sables mollassiques peu pédogénéisés, témoigne d’une activité sédimentaire encore forte. Ce fossé est scellé par un alluvionnement d’une vingtaine de centimètres, qui constitue la terre arable actuelle et il est pérennisé dans le parcellaire contemporain par une haie plantée dans son alignement.

59De nombreux autres exemples de fossés, liés à la centuriation B d’Orange, pourraient grossir le dossier des axes pérennisés malgré une forte accrétion sédimentaire (sites du Duc, Les Ribauds et Les Brassières sur la commune de Mondragon : Berger et al. 1997b, 175).

60D’autres exemples montrent une discontinuité mais une permanence du réseau au niveau local. C’est le cas à Caderousse, Les Crémades, où une voie matérialisant le decumanus SD XVIII de la centuriation B d’Orange a été retrouvée en sondage sous plus de trois mètres d’alluvionnements (Berger et al. 1997b, 171). Si aucune structure ne paraît pérenniser, à cet endroit, cet axe de la centuriation, de nombreuses limites parcellaires encore actives reprennent l’orientation de la centuriation dans tout le secteur.

61L’ensemble de ces constatations pose donc le problème de la matérialisation de ces structures au cours du temps et de la transmission de leur présence malgré des hiatus temporels parfois importants.

62Si l’on a pu mettre en évidence qu’une végétation arbustive se développait préférentiellement dans les fossés abandonnés (Berger et Jung 1996 ; Berger et al. 1997b) (fig. 106-107), constituant un marqueur plus durable que la structure fossoyée dans le paysage agricole, et ce, malgré les accrétions sédimentaires qui élèvent le plancher alluvial, cette explication ne semble pas suffisante pour expliquer la pérennité des limites parcellaires que nous avons présentées plus haut. En effet, les hiatus pluriséculaires que nous entrevoyons régulièrement semblent trop importants pour que cette seule réponse puisse être prise en considération. Elle peut être, en revanche, très pertinente sur des temps plus courts.

Fig. 106 - Végétalisation des fossés non entretenus dans la basse plaine du Tricastin, Mondragon (84), le Duc (cliché Jung).

Fig. 107 - Végétalisation des fossés non entretenus dans la basse plaine du Tricastin, Mondragon (84), le Duc (cliché Jung).

63Il semble qu’il faille s’interroger sur le fait que des sociétés successives, avec une perception de la planimétrie probablement différente, divisent de nouveau un même espace de la même façon, selon une même logique, alors que certains marqueurs de ces organisations antérieures ont disparu.

5.2.5. Restructuration des trames parcellaires et dynamique du réseau de peuplement

  • 3 Lors de la première étude menée dans le cadre d’Archaeomedes I, le corpus des sites concernant la p (...)

64Il est intéressant de confronter les données sur la dynamique du peuplement en Tricastin à celles des fossés de la centuriation d’Orange afin de définir quel est l’impact des fluctuations du réseau de peuplement (phase d’expansion ou de restructuration) sur la mise en valeur du territoire. Les études sur le peuplement du Tricastin (incluant la plaine de Pierrelatte et le sud du bassin valdainais) durant les périodes protohistoriques et historiques font l’objet, depuis de nombreuses années, de travaux approfondis qui permettent de dresser les grandes lignes des phases d’expansion et de restructuration du réseau de peuplement (Odiot 1994 ; Berger 1996b ; Bois 1993 ; Sergent 1995 ; Ode 1996). Le corpus des sites recensés dans le programme Archaeomedes II est très étoffé : 460 sites sont dénombrés pour la période allant de 800 av. J.-C. à 1600 ap. J.-C. dans l’ensemble de la zone3, la plupart correspondant à des sites antiques ou médiévaux. Lorsque nous analysons en détail ce corpus et que nous le confrontons aux données sur les dates d’implantation, le nombre de sites occupés et la superficie des établissements, nous arrivons à percevoir la dynamique du peuplement de la plaine de Pierrelatte et du bassin valdainais, secteur structuré par la centuriation B d’Orange.

65Le schéma de la dynamique du peuplement qui transparaît des analyses statistiques effectuées sur les sites de la plaine du Tricastin et du bassin valdainais présente des traits similaires à ceux qui se dégagent de l’analyse de la dynamique de l’activité de la centuriation B d’Orange (fig. 108).

Fig. 108 - Confrontation de l’histogramme représentant la dynamique du peuplement en Tricastin-Valdaine et la courbe des superficies occupées avec celui du fonctionnement des fossés centuriés (Jung 1999).

66Les données que nous avons pu élaborer sur la période de mise en place des axes centuriés, à la fin Ier siècle av. J.-C. et au début du Ier siècle ap. J.-C., et sur la localisation de ceux-ci (au sud du Xe decumanus) correspondent tout à fait à celles de la dynamique du peuplement.

67En effet, les résultats sur la répartition spatiale de ces sites mettent en évidence une dynamique légèrement décalée dans le temps entre la façade rhodanienne (plaine de Pierrelatte et alentours de Montélimar) et l’arrière-pays (bassin valdainais). Ainsi, les implantations de la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. concernent uniquement la plaine de Pierrelatte et les alentours de Montélimar. Dans la plaine de Pierrelatte, on constate que la très grande majorité des implantations s’effectue au sud du Xe decumanus (Odiot 1994). Mais on note aussi que celles-ci sont également bien attestées sur les hauteurs (défilé de Donzère, hautes terrasses pléistocènes du Rhône). La confrontation de ces différents résultats montre donc une bonne corrélation des données spatiales et temporelles.

68L’explosion du nombre de sites ainsi que le développement du réseau centurié ont lieu au cours du Ier siècle ap. J.-C. et toutes les unités de paysages sont concernées par les implantations massives. La courbe des superficies des sites nous indique que la plupart des établissements fonctionnant durant cette période sont de petite taille. En effet, la courbe des superficies cumulées est proche de l’histogramme du nombre de sites, contrairement à d’autres périodes où l’on observe de forts décalages entre ces deux mesures (fig. 108).

69Si le IIe siècle montre un net ralentissement dans la création des sites, le réseau de peuplement ainsi que le réseau centurié sont très denses. La courbe du nombre des établissements fonctionnant durant cette période montre que la plupart des sites du Ier siècle perdurent au cours du IIe siècle tout comme les fossés retrouvés en fouille.

70On note une phase d’abandon et de restructuration du parcellaire au cours de la fin du IIe et au IIIe siècle (Lapalud, Les Girardes, Mondragon, Les Brassières et Les Ribauds et les fossés de la Valdaine : Berger 1995). Ces observations peuvent être rapprochées des profondes mutations que l’on observe dans le mode de peuplement de cette période. En effet, seuls 5 sites sont créés au cours du IIIe siècle ap. J.-C. L’histogramme du nombre d’établissements marque une baisse sensible et une rupture dans la dynamique générale du peuplement. Néanmoins, on remarque également une divergence entre la courbe des sites fonctionnant au cours de ce siècle et celle de la superficie des établissements. Cette dernière indique que les établissements résistants sont ceux qui présentent une grande superficie. Cette courbe permet de pondérer la rupture que l’on pouvait lire dans celle du nombre des établissements reconnus pour cette période. Il semble qu’il faille interpréter la baisse du nombre des sites comme le signe de l’abandon des annexes agraires, très nombreuses au Ier siècle (Odiot 1994 ; Berger 1995). L’ensemble des calculs effectués sur la superficie des espaces habités au cours des Ier et IVe siècles ap. J.-C. montre que l’on ne peut pas parler de crise dans l’occupation des sols pour le Bas-Empire. Il s’agirait plutôt d’une restructuration du maillage de peuplement au cours des IIIe-IVe siècles, autour de pôles d’habitats de grande superficie qui préfigurent le réseau de peuplement et les habitats groupés du Moyen Âge (Archaeomedes 1998).

71De la même manière, l’activité et la vitalité des parcellaires que l’on peut observer durant l’Antiquité tardive sont synchrones d’une légère reprise de créations de sites, même si celles-ci sont peu nombreuses et se situent pour la plupart dans le bassin valdainais.

72La rupture dans la dynamique du peuplement se situe au cours des Ve et VIe siècles, durant lesquels nous observons une baisse brutale de la superficie des sites et de leur nombre. En revanche, il faut noter une importante restructuration de l’habitat en Tricastin à la fin du Ve siècle avec le développement, sur les hauteurs du défilé de Donzère, des importants habitats de Saint-Saturnin et Château-porcher (Ode 1996) et la réutilisation des grottes du défilé. On remarque donc un repli du peuplement sur les hauteurs encadrant la plaine et un abandon relatif des basses zones. Le réseau parcellaire présente également une forte rétraction durant ces périodes dans la plaine, secteur enquêté lors des opérations archéologiques. Le même constat peut être établi pour les VIIe -IXe siècles. Les sites, très peu nombreux mais de grande superficie, sont situés essentiellement sur les hauteurs ou dans les zones de contact entre la plaine et les collines et les traces du réseau parcellaire sont également inexistantes dans la plaine.

73À partir du Xe siècle, de nouveaux sites sont créés, mais la courbe montre un véritable redémarrage à partir des XIe et XIIe siècles. Les sites sont créés dans toutes les unités de paysage et concernent donc l’ensemble du Tricastin et de la Valdaine. On peut noter que, s’ils sont moins nombreux qu’au cours du Haut-Empire, les établissements médiévaux occupent au total la même superficie que durant cette période, montrant, par là même, le poids des habitats groupés dans la courbe des établissements. Les structures fossoyées sont de nouveau perceptibles dans les basses plaines au cours du Moyen Âge, probablement à partir du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle.

74L’ensemble de ces données permet de constater une très bonne corrélation entre les phases d’emprise maximale de la plaine par le réseau d’habitat et celles de forte activité des parcellaires. Les deux courbes, élaborées à partir de l’occupation des sites et des fossés parcellaires actifs, suivent une dynamique proche. On peut donc percevoir dans une certaine mesure l’emprise des terroirs cultivés dans la diachronie. Le déploiement des habitats ruraux sur certaines unités de paysage ou sur leur ensemble implique des investissements réduits ou développés du drainage ou de l’irrigation des terres cultivées. Il est dommageable que les observations archéologiques sur les parcellaires aient concerné exclusivement la plaine car l’on peut difficilement estimer l’emprise des parcellaires concomitants des sites du haut Moyen Âge. L’effacement des limites fossoyées, très net et récurrent dans la plaine du Tricastin aux VIe et VIIe siècles, n’est pas pour autant synonyme d’une déprise agricole totale, mais on peut envisager une occupation de cet espace dévolu à d’autres activités : pastoralisme, entretien de taillis…

75Le problème de l’absence de datations précises pour les périodes médiévales ne permet pas, en revanche, d’affiner le mode de fonctionnement continu ou discontinu des fossés parcellaires durant les XIIe-XVIe siècles.

5.2.6. Les effets des mutations des modes agropastoraux sur le développement du réseau fossoyé centurié

76Une forte adéquation entre la dynamique et la répartition spatiale du peuplement et des réseaux fossoyés est donc visible d’après les résultats présentés ci-dessus. Il est également intéressant de faire un rapprochement entre les phases de mutations agropastorales et la mise en valeur du territoire par le développement plus ou moins important des réseaux de fossés.

77Les analyses paléo-environnementales, pédosédimentaires et archéologiques réalisées dans le Tricastin et la Valdaine permettent d’opérer cette corrélation (Berger 1995 ; Berger et Jung 1996 ; Berger 2003 ; Berger et Brochier 2006 ; Jung, Odiot et al. 2001).

78Il apparaît que le territoire dans lequel se développe la centuriation B d’Orange est, au cours des trois premiers siècles de notre ère, fortement anthropisé et largement mis en culture. Les données issues des fouilles archéologiques montrent, nous l’avons déjà souligné, l’importance du développement de la viticulture en Tricastin au cours de ces périodes. La plaine tricastine présente de nombreux secteurs où l’on observe des traces de plantation de vignes. Les établissements liés à la transformation et au stockage du vin sont également nombreux et attestent le dynamisme de cette production durant le Haut-Empire. On recense, pour les mêmes périodes, une céréaliculture également répandue dans toute la plaine du Tricastin. Enfin, la densité des annexes agraires au cours des deux premiers siècles ap. J.-C. montre également l’importance qu’occupe l’espace cultivé dans la plaine du Tricastin au cours de cette période. Ces marqueurs d’un fort développement de l’espace cultivé sont synchrones de l’expansion du réseau centurié.

79Il semble que la viticulture subisse un fort ralentissement dans le courant du IIIe siècle ap. J.-C., avec l’abandon de la plupart des sites viticoles et l’abandon des champs cultivés dès le IIe siècle (Jung, Odiot et al. 2001). La céréaliculture semble, en revanche, encore bien présente sur l’ensemble de la plaine jusqu’au IVe siècle, d’après les données paléo-environnementales issues du remplissage des fossés centuriés (Berger et Jung dir. 1999 ; Berger 2000). Le réseau parcellaire, moins développé qu’au cours des périodes antérieures, reste néanmoins actif.

80La correspondance que l’on peut établir entre l’abandon du réseau centurié dans la plaine du Tricastin et une phase d’absence de marqueurs d’exploitation agricole dans ce même secteur au cours des Ve-XIIe siècles est intéressante. L’abandon du réseau fossoyé centurié est suivi d’une phase d’alluvionnement importante qui scelle définitivement ces structures entre la fin du Ve siècle et les VIe-VIIe siècles. Cet alluvionnement subit une pédogenèse pluriséculaire et polyphasée dont l’étude donne de nombreuses informations sur le paysage agraire durant les VIIe-XIIe siècles (Berger et Brochier 2006, 198-200). Les auteurs montrent comment cette stabilité sédimentaire sur près de six siècles permet le développement d’une pédogenèse qui revêt plusieurs caractères durant l’ensemble de la période. Les basses plaines du Tricastin semblent tout d’abord subir une remontée des aquifères qui aurait engendré le développement de prairies humides comme l’attestent les résultats conjoints des analyses micromorphologiques et malacologiques. La présence fréquente de microcharbons dans cet horizon est interprétée comme la marque de brûlis pastoraux et, localement, d’éradication de bosquets.

81La mise en perspective de l’extension d’herbages et d’un développement du pastoralisme dans les basses plaines pourrait expliquer que le réseau fossoyé centurié ne soit pas alors réactivé. D’autres types de délimitations auraient pu être utilisés pour parquer les bêtes, si le besoin s’en faisait sentir.

82L’étude du paléosol du haut Moyen Âge montre, dans un deuxième temps, une baisse du niveau des aquifères avec le développement de carbonatations dans les sols qui marqueraient un « signal thermique » (Berger et Brochier 2006, 198). Cette amélioration climatique pourrait être rapprochée de celle de l’optimum climatique médiéval, calé autour de l’an mil. Les traces d’une éventuelle mise en culture de ce sol dans la plaine du Tricastin au cours de cette période n’apparaissent pas sur les lames minces étudiées en micromorphologie et il semble que le pastoralisme soit encore pratiqué dans ces secteurs. L’absence de fossés parcellaires durant cette période peut donc être attribuée à un développement restreint des surfaces cultivées ainsi qu’à l’optimum climatique qui ne nécessitait pas la mise en place de structures de drainage.

83On remarque que la réactivation des fossés centuriés est probablement synchrone d’un réinvestissement agricole de la plaine et des versants au cours du XIIIe siècle. Cette reprise agricole est marquée par un nouveau déploiement des sites dans l’ensemble des unités de paysages et par des alluvionnements importants qui attestent un défrichement de la végétation protégeant les sols en amont.

84L’ensemble de ces remarques tend à souligner l’adéquation qui existe entre la forte emprise agricole d’un terroir et le développement de structures agraires fossoyées. De même, on note que les périodes où la pression agraire est moins forte sont synchrones d’une atrophie du réseau parcellaire fossoyé. Le découpage des terres prend alors probablement d’autres formes.

5.2.7. Impact de la gestion foncière des sociétés sur la permanence et les mutations du réseau centurié

85Le fonctionnement du réseau de drainage dans la plaine du Tricastin doit s’envisager au niveau de l’ensemble de l’unité physiographique. Ce réseau est conçu comme un système hiérarchisé avec des fossés parcellaires, des collecteurs intermédiaires, des collecteurs principaux, des cours d’eau affluents du Rhône et, en définitive, le fleuve lui-même (fig. 27). Ce système constitue donc un ensemble solidaire qui ne peut fonctionner efficacement que si chacun des maillons de la chaîne est actif. Les observations archéologiques montrent régulièrement des dysfonctionnements du réseau au niveau des fossés parcellaires et des collecteurs intermédiaires ou principaux. Ces dysfonctionnements se produisent lors de l’absence de curages de ces structures, qui se colmatent définitivement, ne permettent plus l’écoulement libre des eaux de pluies ou le rabaissement de la nappe phréatique. Ils sont accompagnés, dans les zones à sédimentation active, par un exhaussement du plancher alluvial et une désorganisation complète de l’ensemble du réseau.

86Des textes d’archives des XVIIe-XIXe siècles concernant les problèmes que pose le torrent des Écharavelles durant cette période, sont intéressants à plusieurs titres. Ils permettent d’éclairer un peu plus les observations archéologiques effectuées sur le terrain à propos de ces épisodes de crues. Ils mettent l’accent, tout comme le schéma du fonctionnement de la plaine du Tricastin, sur l’imbrication et la hiérarchisation du réseau d’évacuation des eaux depuis le nord de la plaine jusqu’au sud.

87Le torrent des Écharavelles constitue l’un des éléments septentrionaux d’un ensemble de collecteurs (mayre Rousse, mayre Girardes, Lauzon…) drainant les eaux de la plaine vers le Rhône (fig. 109). Cependant son dysfonctionnement récurrent va entraîner un problème majeur dans le drainage des eaux aussi bien au niveau local qu’au niveau de la totalité de la plaine durant plusieurs siècles. Au plan local, des crues régulières inondent et déposent des sédiments plus ou moins grossiers sur les terres avoisinantes les rendant incultes (cf. Pierrelatte, Les Malalones). À un niveau plus général, la remise en service des Écharavelles ne peut être réalisée sans que l’ensemble du réseau totalement engorgé soit réactivé et réaménagé.

Fig. 109 - Évolution du cours des Écharavelles entre le XVIIe et le XIXe siècle d'après les textes d'archives (Jung 1999).

  • 4 Les nombreuses plaintes déposées par les différentes communes à l’encontre de la commune riveraine (...)

88Par ailleurs, l’ensemble de ces textes révèlent les difficultés qu’entraîne l’émiettement des pouvoirs décisionnels dans la gestion des eaux de la plaine. En effet, cette imbrication des réseaux fossoyés et des collecteurs drainant les eaux de la plaine, implique une gestion globale des structures fossoyées de l’ensemble de la plaine. Celle-ci n’est possible que si l’ensemble des communautés rurales installées dans cet espace a une volonté commune d’entretenir ce réseau. Or, on voit que la multiplicité des acteurs rend difficiles les actions concertées sur l’entretien du réseau de drainage. Chacune des communes impute la cause du dysfonctionnement de l’évacuation des eaux à la commune voisine4. Cette attitude très cloisonnée peut, en partie, expliquer la détérioration générale des réseaux de drainage au cours de cette période.

89Le fonctionnement général du drainage de la plaine tricastine doit donc être envisagé dans sa globalité ; il exige par conséquent une forte cohésion des centres décisionnels. Il semble que l’outil fiscal antique qu’a été le réseau centurié ait rempli sa fonction agraire durant les premiers siècles de notre ère. Son maintien et son entretien sont probablement dus en partie à son implication dans la gestion foncière des terres.

90Les textes d’archives soulignent que les problèmes de gestion des écoulements sont dus à la diversité des acteurs ; l’émergence des communes et des intérêts particuliers des propriétaires entraînent des dysfonctionnements dans cette gestion des eaux de la plaine durant la période moderne. Ces pièces d’archives nous éclairent sur cette période récente mais nous permettent surtout de comprendre des mécanismes qui pourraient être extrapolés à des époques plus anciennes. Cette piste nous semble intéressante à approfondir afin d’aborder les problèmes de perception et de gestion de l’espace au cours des périodes historiques et de comprendre leur impact dans la pérennité ou la déstructuration des espaces centuriés.

5.2.8. Le rôle des agglomérations sur la permanence du réseau viaire

91Un autre facteur permettant de comprendre la pérennité des parcellaires et de leurs limites est la permanence de l’ossature que constitue le réseau de chemins. Cette permanence est liée en grande partie à celle du réseau de peuplement sur la longue durée. Les habitats qui revêtent une importance dans l’économie et la desserte locale ou régionale vont assurer une durée de vie relativement longue au réseau de chemins par rapport à celle des structures fossoyées agraires.

92Les travaux réalisés dans le cadre du programme Archaeomedes ont montré que les établissements romains perdurant durant toute l’Antiquité et parfois même au-delà, correspondent à des sites de grande superficie, avec un niveau de confort élevé et sont situés à proximité d’un carrefour routier plus ou moins important (Archaeomedes 1998, 194-195). Ces travaux montrent donc avec force le lien qui existe entre la présence de nombreuses dessertes et le développement et la permanence dans la longue durée des sites antiques.

93Certains sites majeurs qui perdurent jusqu’au début du Moyen Âge préfigurent bien souvent le maillage des agglomérations médiévales (Archaeomedes 1998, 225), qui connaîtra un développement fort à partir des XIe-XIIe siècles dans le Tricastin. Une partie du réseau viaire actif durant l’Antiquité va donc être pérennisé durant le Moyen Âge et parfois même jusqu’à nos jours. Un certain nombre de ces axes routiers correspond à des limites du réseau centurié. Nous avons en effet remarqué que la plupart des cardines et des decumani du réseau B d’Orange étaient matérialisés sous forme de chemins. Ce maillage intermédiaire a pu être suffisamment prégnant au cours des siècles pour garantir un cadre dans lequel l’agencement du parcellaire est contraint de garder cette même orientation. Il faut rappeler, de plus, que le cadre géographique (présence des collines à l’est et du Rhône à l’ouest) contraint également le réseau viaire suprarégional, comme la voie d’Agrippa, à reprendre une orientation très proche de celle du réseau centurié.

94Pour exemple on peut évoquer la voie reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux à Bourg-Saint-Andéol (fig. 18, n° 26). Elle emprunte une série de decumani du réseau. À la sortie de la cité antique de Saint-Paul, il s’agit du VIIIe decumanus, le long duquel se développe la nécropole du Valladas fouillée par Valérie Bel. Elle suit ce decumanus jusqu’à la hauteur du cardo maximus où une voie en diagonale lui permet de rejoindre les Xe, XIe et XIIe decumani qui sont matérialisés jusqu’au Rhône. Ces axes est-ouest structurent une partie des établissements ruraux de la plaine de Pierrelatte. Il s’agit de sites présentant une superficie importante et une longue séquence chronologique.

95L’ensemble de ces grandes structures linéaires qui pérennisent en partie le réseau centurié, forment donc une ossature sur laquelle les sociétés agraires vont s’appuyer pour établir leur découpage parcellaire de proche en proche et entretenir ainsi la permanence du réseau.

96Cette hypothèse ne nous permet pas d’expliquer la pérennité de l’ensemble des limites parcellaires. Elle nous permet en revanche de comprendre comment, par le phénomène d’isoclinie, une orientation parcellaire peut perdurer, même si une partie des axes reprenant son orientation est abandonnée.

  • 5 On ne sait pas si cette forêt existait durant l’Antiquité. La mise en culture intensive de l’ensemb (...)

97L’effet structurant des chemins dans le découpage parcellaire est également fort bien illustré par le cas des Blaches (Pierrelatte). Ce lieu-dit, situé au centre de la plaine du Tricastin, est occupé, durant la période moderne et jusque dans les années 1820-1830, par une forêt dont on a encore l’image sur la carte de Cassini5. Celle-ci est traversée par la route royale qui franchit du nord au sud la plaine de Pierrelatte en reprenant dans une large mesure l’orientation de la centuriation B d’Orange. Dans les premières décennies du XIXe siècle, cette forêt est définitivement défrichée pour faire place à un village de fondation le long de la route royale. L’ensemble de la superficie de l’ancien boisement est découpé selon un plan organisé en lots réguliers de forme allongée, symétriques par rapport à la voie royale (Chouquer 1995, 46) (fig. 110-111). Ce plan en peigne n’est pas sans rappeler les parcellaires de fondation médiévaux. L’ensemble de ce lotissement moderne qui s’appuie sur la voie royale du XVIIIe siècle et reprend l’orientation de la centuriation romaine, réactive de manière totalement fortuite le découpage antique ou, du moins, son orientation dans un secteur où il avait disparu depuis plusieurs siècles.

Fig. 110 - Commune de Pierrelatte : le village des Blaches et son terroir (Chouquer ; Costa del.).

Fig. 111 - Le village des Blaches sur les clichés IGN de 1947. Révélation de paléocours du Rhône au sud-ouest de Pierrelatte par l'analyse du découpage parcellaire (Jung 1997).

5.2.9. Effets de la pérennité de la superficie des champs sur le maintien de la structuration du paysage

98La superficie des champs, unité de base du découpage parcellaire, évolue relativement peu durant les périodes préindustrielles (fig. 112). La stabilité de la superficie de cette unité de base est probablement un garant de la pérennité du découpage parcellaire.

Fig. 112 - Comparaison d’unités agraires au cours des périodes historiques (Favory, 1983).

  • 6 Les variations peuvent être importantes d’une région à l’autre, de 22,85 ares (Auxois, terres lourd (...)

99Le champ correspond à la mesure du temps de travail qu’un paysan consacre pour le labourer en une journée. Il s’agit donc de l’étendue agraire du labeur quotidien (Roupnel 1932 ; Favory 1983). Le « journal » ou le « jour » désigne en France une superficie agraire très répandue durant le Moyen Âge et la période moderne qui correspond à ce travail quotidien. Il varie selon les régions et les villages, suivant les types de sol cultivés et les moyens mis en œuvre pour travailler la terre6. L’utilisation encore très récente de l’araire dans les régions méditerranéennes (jusqu’au début du siècle dans certains secteurs d’après André Georges Haudricourt et Mariel Jean-Brunhes Delamarre 1955, 197 sq.) confirme cette pérennité dans la manière de travailler les champs. Ainsi, faut-il certainement envisager que la superficie des parcelles n’a pas dû évoluer de façon singulière entre l’Antiquité et le XIXe siècle dans les secteurs méditerranéens.

100Cette hypothèse d’une relative stabilité des surfaces journalières cultivées au cours des siècles permet également de mieux concevoir cette inertie dans le découpage parcellaire durant les périodes historiques, que l’on observe sur le terrain.

101Enfin, le bornage des champs, qui peut être extrêmement varié dans ses formes, comme le montrent les études effectuées sur les textes et les vignettes des traités d’arpentage (Favory, Gonzales et al. 1994, 1995, 1996, 1997), a également contribué à la fixité des limites parcellaires, sous des formes que nous n’avons pas pu appréhender par l’archéologie et qui nous restent pour l’instant inconnues.

102L’ensemble de ces observations et de ces remarques montre que la pérennité ou la déstructuration des organisations paysagères sont la conséquence de phénomènes multiples, induits par le cadre naturel ou par des actions anthropiques.

103La transmission du découpage du réseau centurié dépend de son degré d’intégration dans le paysage et donc de sa capacité, en tant qu’instrument agraire, à gérer les écoulements hydriques. Les phases de forte emprise du territoire sont également déterminantes pour la pérennité du réseau parcellaire et viaire. Cependant les phases de déprise humaine et culturale ainsi que les moments d’instabilité sédimentaire ne paraissent pas constituer un handicap insurmontable pour la pérennité de la structure dans la longue durée. Il semble qu’il faille les appréhender comme de brefs moments de discontinuité qui tendent à s’effacer sur une échelle de temps très grande. Le niveau d’analyse, spatial ou temporel, est fondamental pour caractériser un système. En effet, les remarques que nous avons pu faire sur les orientations divergentes de certains fossés au sein de la centuriation, tendent à assouplir les schémas très rigides que l’on avait jusqu’à présent sur l’organisation des centuriations. Ces structures apparaissent comme des discontinuités dans la structuration du réseau centurié à l’échelle de la parcelle. En revanche, elles disparaissent lorsque l’on étudie le réseau dans sa globalité et même le renforce, dans une certaine mesure, puisqu’elles lui permettent de répondre à des aléas locaux. Comme l’écrit Edgar Morin, ce que la complexification d’un système perd en cohérence et en rigidité, elle le gagne en souplesse, aptitude à se régénérer, à jouer de l’événement, du hasard, des perturbations (Morin 1977, 137) et donc à perdurer.

104C’est peut-être en réfléchissant sur ces discontinuités que l’on pourra mieux comprendre la force de régénération d’une morphologie agraire.

5.3. La dynamique de la centuriation, un objet nouveau

5.3.1. L’absence de point de départ morphologique évident

105Les considérations qui précèdent ont installé une idée majeure concernant la dynamique. Entre l’époque romaine et l’époque suivante, les conditions sociales ont changé, et il n’est pas difficile de décrire des ruptures en termes de régime foncier, de fiscalité, de système agraire, d’économie productive, de morphologie de l’habitat. Or, en parallèle à ces changements objectifs de mieux en mieux connus, la dynamique des formes paraît être faite de transferts autant que de ruptures, transferts dont l’ampleur a longtemps donné l’impression qu’on se trouvait en présence d’une espèce d’inertie des formes face aux mobilités sociales contemporaines.

106L’objet nouveau est donc la caractérisation de la dynamique. En observant la carte ci-dessous (fig. 113), qui donne un état des lignes planimétriques actuelles permettant de retrouver, à travers elles, la grille de la limitation antique sur la carte de Valréas (IGN 5-6), la question à poser n’est pas celle de la dégradation de la centuriation, puisque nous ne connaissons pas le point de départ planimétrique, mais celle des dynamiques ayant conduit à cette inscription planimétrique. Ces lignes ne sont ni des témoins, ni des vestiges, si l’on voulait donner à ces mots un sens archéologique. Car il se pourrait que « sous » chacune d’elles, on ne trouve pas les mêmes réalités. Certaines transmettent au même emplacement le fossé antique. Mais d’autres peuvent se trouver là où il n’y a aucune structure archéologique de même ordre en dessous, parce qu’elles répondent à une autre modalité dynamique. Ces lignes ne sont témoins qu’au niveau morphologique, c’est-à-dire qu’elles témoignent, en effet, du poids qu’a eu l’arpentage de cette région selon le modèle de la centuriation, puisque la dynamique a eu pour résultat de produire une espèce de grille discontinue influencée par ce modèle. Cependant, la validité de cette grille est globale parce que nous savons, aujourd’hui, que les situations locales correspondantes, que l’archéologie et la géoarchéologie étudient très bien, peuvent ouvrir sur des schémas fort différents, allant jusqu’à des schémas localement contradictoires.

Fig. 113 - Vestiges planimétriques de la grille de la centuriation B sur la feuille de Valréas 5-6 (Chouquer ; Sarazin del.).

107On devra donc situer l’étude de la dynamique à différents niveaux.

108Le premier niveau est celui de la perte, qu’il faut bien constater, de la fiabilité du lien existant entre les formes héritées et les formes censées être à l’origine des héritages. Nous ne pouvons plus guère raisonner comme si, par une espèce de Ruckschreibungsgeschichte (« écriture de l’histoire à l’envers »), nous pouvions partir de l’état atteint ou produit pour remonter, par identification successive de toutes les transformations, à l’état de départ, et ceci en toute certitude. Il y a donc lieu d’abandonner l’idée que les processus à l’œuvre seraient ceux qui conduisent de formes géométriques assez ou même très parfaites, vers des formes géométriques dégradées, transformées par les modifications antérieures.

109Sans cette modification du schéma habituel (dit « morpho-historique » parce qu’il supposait un lien direct entre une formation sociale historiquement donnée et une morphologhie agraire), nous ne pourrions pas comprendre que, sous une forme héritée, nous puissions ne pas trouver la forme de départ !

110Nous sommes donc obligés de prendre en compte, bien mieux que nous ne le faisions jusqu’ici, le décalage important existant entre le projet d’arpentage et sa très progressive matérialisation. Dans un cas comme celui de la centuriation B, on peut supposer des spatio-temporalités différentes se traduisant par des niveaux différents de matérialités :
-Un premier niveau est celui du projet d’arpentage : on sait que l’arpenteur qui fixe la grille obéit à une espèce de cahier des charges qui lui est donné par le fondateur, puisque la loi agraire prévoit la zone d’extension de l’assignation, la forme de la limitation, le module employé pour dessiner les unités intermédiaires, les types de lots à délimiter et leur surface respective, la nature et le degré de bornage. Cela, on le sait par les rares mais précieux fragments de lois agraires conservés dans le corpus (ex. Lex Mamilia, Roscia, Peducea, Alliena, Favia, 263-266 La ; Lex triumviralis, 212, 4-213, 5). À ce niveau, le projet existe sans aucune matérialisation.
- Un second niveau est celui de la réalisation de l’arpentage sur le terrain. Il suppose l’installation de plusieurs matérialités :
1. Des lignes de circulation dans l’espace local à diviser, lignes qui ne sont pas obligatoirement celles de la future centuriation, c’est-à-dire des lignes qui peuvent être, par exemple, en oblique à travers une forêt ou une friche, etc.
2. Des saignées planimétriques correspondant au passage des limites, decumani et kardines, afin que les visées puissent être réalisées ; quand il y a nécessité de contourner un obstacle, ces saignées peuvent prendre la forme de lignes plus désordonnées ne respectant plus la seule grille des axes.
3. Enfin un bornage global et un autre de détail qui indiquent les angles de centurie, les principales divisions médianes, voire les divisions actuaires, et, au niveau le plus individuel, le bornage de chaque lot.
À cette étape de la matérialisation, la limitation n’est pas encore une trame de chemins, de fossés conduisant les eaux, d’habitats alignés le long des axes principaux, etc. Elle n’est qu’un arpentage, représentant encore assez largement une virtualité planimétrique.
- Un autre niveau est alors celui de la lente et progressive matérialisation de la trame d’arpentage par les différents aménagements que réalisent les occupants : construction et entretien des chemins ; régulation des écoulements ; construction des habitats ; matérialisation des limites de lots ; remplacement des bornages légers laissés par l’arpenteur par des bornages plus pérennes, etc.
- Enfin, un dernier niveau est celui des mutations foncières et des transformations planimétriques qui ne manquent pas de se produire dans la trame des formes, en raison de la vie sociale : échanges de terres, ventes et achats entre voisins, travaux de bonifications ou retour à la friche, ou à l’eau, de terres anciennement bonifiées, clôture ou mise en défens de parcs et de forêts, inscription de servitudes, passages de troupeaux, corrections d’un écoulement gênant à la suite d’un désordre climatique, etc. Sans oublier, ce qui est attesté pour l’Antiquité, la toujours possible reprise de nouvelles assignations dans l’espace déjà antérieurement divisé et assigné. De telles transformations sont incessantes et elles permettent de dire que le réseau se construit et se transforme dans le temps de façon ininterrompue.

111La formulation nouvelle est qu’il n’y a pas de point de départ assuré, puisque nous ne savons pas (ou nous savons peu) ce que les occupants de l’Antiquité ont fait du projet d’arpentage. Justement, quand nous le savons, c’est pour constater des manques : dans l’emprise de la fouille des Girardes (Lapalud), le cardo n’est absolument pas matérialisé, de même qu’il fait défaut dans l’emprise des Bartras (Bollène), etc. Là où nous lisions, traditionnellement, une trame dégradée, comment savoir si nous ne serions pas en présence d’une matérialisation imparfaite dès l’Antiquité ?

5.3.2. L’asynchronie de base et la dynamique interscalaire

112Une autre manière d’aborder la question de la dynamique est, en lien avec ce qui vient d’être précisé, de poser un nouvel attendu : celui de l’asynchronie de base des éléments d’observation. D’un lieu à l’autre, d’un fossé au fossé immédiatement parallèle, d’un champ à un autre, les types de dynamiques, s’appliquant à des situations de départ elles-mêmes diverses, peuvent changer. Il faut donc, avant de tenter des généralisations éventuelles, accepter de prendre en compte cette variabilité locale considérable qui fait que la gamme des processus n’est pas employée de façon cohérente par région ou par microrégion, mais varie au niveau le plus fin.

113L’exemple des Bartras (Bollène) en témoigne (fig. 114). Le schéma n’est compréhensible que si on fait jouer deux principes de l’analyse : celui de l’analyse de l’asynchronie des transmissions, et celui du changement d’échelle. Entre les formes antiques mises au jour par la fouille, et les formes du parcellaire moderne, on retrouve la gamme des situations habituelles (discordance, concordance par isotopie, transmission par iso-axialité, transmission par isoclinie). Deux limites parcellaires voisines peuvent ressortir de deux logiques différentes. En outre, la réalité antique « de départ » n’est pas elle-même uniforme et offre des orientations et des réalisations diverses. Le cardo maximus n’a pas localement laissé de traces matérialisées que l’archéologue pourrait clairement identifier. Une disposition de fossés en baïonnette oblique constitue la découverte principale de la fouille. Pour donner du sens à cet ensemble d’observations de détail, il faut changer d’échelle et, par une étude des paléo-circulations hydrographiques, resituer les éléments observés lors de la fouille au point de jonction entre deux paléocours : le dispositif en baïonnette trouve alors sa justification en drainant l’eau d’une paléovallée à l’autre ; l’absence de matérialisation du cardo maximus paraît moins étonnante dans la mesure où l’on se trouve dans un milieu différent qu’il faut aménager selon le sens (oblique) de l’écoulement.

Fig. 114 - Mise en relation des vestiges fouillés avec les paléochenaux et la centuriation B d’Orange (Chouquer).

5.3.3. Comprendre l'auto-organisation de la forme dans la longue durée

114Le troisième niveau est celui de la construction de la forme dans le temps post-antique, celui de la longue durée des phénomènes de transmission et de l’auto-organisation des formes planimétriques. C’est actuellement le point le plus discuté.

115Les différents exemples présentés au début de cette partie montrent que la permanence d’une organisation planimétrique antique, comme la centuriation B d’Orange, est visible de façon concrète dans le dessin actuel, et qu’elle est en même temps probablement en grande partie différente de celle d’origine. La forme des linéaments a considérablement varié dans le temps (fossés, voies, haies, limites culturales…). L’exemple du village des Blaches (commune) montre comment de nouvelles limites ont été créées au début du XIXe siècle selon une orientation similaire à celle de la centuriation, mais sans réactiver des limites antiques.

116C’est donc bien dans une instabilité fondamentale des situations de détail que se crée paradoxalement, lieu par lieu, la globalité du phénomène de transmission. C’est donc bien chaque fois qu’il y a transformation locale qu’il peut y avoir transmission (ce qu’on a proposé ailleurs de nommer « transformission », pour éviter la périphrase : Chouquer 2007, 263). La trame centuriée de l’Antiquité ne possède aucun pouvoir en soi. Mais lors des interventions sociales ultérieures, individuelles et collectives, les choix conscients ou inconscients qui sont alors opérés, paraissent dépendre de la logique que cette trame a installée dans le sol. L’héritage est un déterminisme qui contribue à orienter les nouvelles prises que le système agraire nouveau aura avec le milieu qu’il occupe et qu’il transforme. Le caractère cyclique du processus apparaît aussi en ce que de nouveaux aménagements, plus ou moins transformateurs de ce milieu, ont vocation à s’intégrer, plus tard, à cet ensemble d’héritages, et à changer de sens : de projets qu’ils ont été, au temps de leur création, ils deviennent sujétions, au temps bien postérieur où de nouveaux aménagements vont devoir agir sur un milieu déjà chargé d’héritages. La centuriation, en tant que projet social fort, a connu ce passage : de projet antique imposé à un milieu et à une planimétrie antérieurs que nous connaissons très mal, elle est devenue une lourde sujétion pour les aménagements ultérieurs.

117On disait, jadis, déterminisme et non pas logique de sujet (Berque 2000). Mais il faut éviter ce terme pour la part de fixisme qu’il comporte. La logique de sujet n’est pas l’alignement sur le passé et la fixité de la forme conduisant à la notion d’inertie déterministe. L’archéologie, en ouvrant des fenêtres documentées dans la planimétrie, a totalement démontré l’ampleur des changements.

118À l’inverse, on disait aussi, jadis, possibilisme et non pas logique de prédicat (Berque 2000). Il faut aussi renoncer à employer ce terme qui laisse trop l’impression que les sociétés seraient totalement libres de choisir, dans une gamme qu’elles établiraient en préalable, la solution la mieux adaptée aux possibilités du milieu local. C’est toujours extérioriser le milieu que de penser ainsi. Or l’influence des héritages est à la fois consciente et inconsciente.

Notes

1 La réserve exprimée vient du fait que deux lectures ont été envisagées. La lecture la plus courante est celle d’un acte d’évergétisme, certes plus ou moins suscité par l’administration impériale (Veyne 1958 ; Criniti 1991). Une autre lecture (Durliat 1993) est d’y voir un impôt, en relevant que le terme obligatio n’est pas neutre. L’organisation territoriale de la perception fait également débat entre les spécialistes. Dans l’opinion courante, les praedia et les fundi sont des domaines, peut-être même des grands domaines latifundiaires. Dans l’opinion de Jean Durliat, ces termes ont un sens fiscal : il s’agirait de circonscriptions fiscales, d’assiettes de perceptions à l’intérieur desquelles on trouverait autant de petits que de grands domaines.

2 Archives de Pierrelatte 3 O6 (datée de 1633) ; extrait des minutes de Dupré notaire ; Archives de Pierrelatte 3 O1 ; Archives de Pierrelatte 3 O4 (datées de 1829 et 1864).

3 Lors de la première étude menée dans le cadre d’Archaeomedes I, le corpus des sites concernant la période comprise entre 200 av. J.-C. et 500 ap. J.-C. s’élevait à 150 sites pour la plaine de Pierrelatte et la Valdaine.

4 Les nombreuses plaintes déposées par les différentes communes à l’encontre de la commune riveraine rythment l’histoire du cours des Écharavelles entre le XVIIe et le XIXe siècle. Certaines de ces pièces d’archives donnent une idée des débats qui ont lieu durant plusieurs siècles sur le problème du tracé de ce torrent et des « mayres » qui ont été creusées dans la plaine de Pierrelatte. Ces renvois incessants entre les différentes parties bloquent durant des décennies les projets de travaux d’aménagement du territoire.

5 On ne sait pas si cette forêt existait durant l’Antiquité. La mise en culture intensive de l’ensemble de la plaine du Tricastin à cette période rend cette hypothèse peu probable. De plus, dans ce secteur, des axes majeurs de la centuriation sont reconnus sous forme fossile sur les photographies aériennes, attestant la mise en valeur de cette zone durant l’Antiquité.

6 Les variations peuvent être importantes d’une région à l’autre, de 22,85 ares (Auxois, terres lourdes) à 34,28 ares (Châtillonais, terres légères) (Favory 1983).

Table des illustrations

Légende Fig. 98 - Modélisation des questionnements issus de la coupe des Malalones, à Pierrelatte (Chouquer).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 99 - Modélisation des questionnements issus de la confrontation entre formes en surface et informations stratigraphiques, à Caderousse (Chouquer).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 100 - Relation entre le parcellaire antique et le parcellaire actuel des Girardes, commune de Lapalud (Chouquer, d'après Boissinot et Roger 2003).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 101 - Exhaussement de la plaine du Tricastin et paléosol vertique (Berger et Jung 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 102 - Chronologie de l’exhaussement et du développement du paléosol vertique. Évaluation de la durée de la pédogenèse alto-médiévale en moyenne vallée du Rhône d'après les datations chronoculturelles et radiocarbones (Berger 1996a).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 103 - Résultats de l'analyse factorielle des correspondances sur les assemblages malacologiques étudiés dans le bassin valdainais (Magnin in Berger 1996b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 104 - Pérennité des fossés antiques et conservation différenciée des fossés antiques (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 105 - Séquence des Malalones (Pierrelatte 26) (Berger et Jung 1996).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 106 - Végétalisation des fossés non entretenus dans la basse plaine du Tricastin, Mondragon (84), le Duc (cliché Jung).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 107 - Végétalisation des fossés non entretenus dans la basse plaine du Tricastin, Mondragon (84), le Duc (cliché Jung).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 108 - Confrontation de l’histogramme représentant la dynamique du peuplement en Tricastin-Valdaine et la courbe des superficies occupées avec celui du fonctionnement des fossés centuriés (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 109 - Évolution du cours des Écharavelles entre le XVIIe et le XIXe siècle d'après les textes d'archives (Jung 1999).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 110 - Commune de Pierrelatte : le village des Blaches et son terroir (Chouquer ; Costa del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 111 - Le village des Blaches sur les clichés IGN de 1947. Révélation de paléocours du Rhône au sud-ouest de Pierrelatte par l'analyse du découpage parcellaire (Jung 1997).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 112 - Comparaison d’unités agraires au cours des périodes historiques (Favory, 1983).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 113 - Vestiges planimétriques de la grille de la centuriation B sur la feuille de Valréas 5-6 (Chouquer ; Sarazin del.).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 114 - Mise en relation des vestiges fouillés avec les paléochenaux et la centuriation B d’Orange (Chouquer).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2838/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 543k

© Alpara, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540